7 fausses idées sur la séduction au féminin

-

7-fausses-idees-sur-la-seduction-au-feminin

Depuis que je travaille comme LoveCoach (c’est comme ça qu’on appelle ce que je fais), je suis surprise par la méconnaissance générale qui règne autour de la séduction au féminin. Les conseils pour séduire un homme s’arrêtent souvent aux pratiques sexuelles, au maquillage ou à la compréhension de celui qui est déjà notre mec. (Vivent les magazines féminins…).

Il existe de nombreuses idées fausses sur le domaine. Ce qui pose problème, car le plus souvent, elles deviennent limitantes et nous empêchent de nous lancer comme nous l’aimerions.

J’en ai retenu sept, les voici.

 

« Séduire, pour une fille, c’est facile »

C’est peut-être une des fausses idées sur la séduction féminine les plus répandues. Ce sont essentiellement les hommes qui la transmettent. Les femmes, elles, savent que c’est faux.

Pourquoi pensent-ils que séduire nous est plus facile ?

Simplement parce qu’une séduction réussie ne signifie pas la même chose pour un homme ou une femme.

 

  • Un homme considère qu’il a séduit une femme quand il a couché avec. Cette dernière est réputée pour ne coucher qu’avec des hommes qui lui plaisent un minimum. Donc, le Fuck Close (comme disent les Pick Up Artist) apparaît bel et bien comme une preuve de séduction réussie.

 

 

  • Une femme considère avoir séduit un homme quand il commence à éprouver des sentiments pour elle. Séduire, pour beaucoup de nanas, ce n’est pas seulement mettre un homme dans son lit, c’est le ranger dans sa vie. Il s’agit de faire la différence avec les autres femmes qu’il a connues.

 

Coucher avec un homme est très facile. Très peu de garçons sont compliqués à dévergonder. Beaucoup ne sont pas très regardants, pas très exigeants. En ce sens, OUI, coucher est plus facile pour une femme.

MAIS faire naître des sentiments chez l’autre, ce n’est facile ni pour les femmes, ni pour les hommes. Nous sommes tous dans le même bateau.

Les hommes auront une preuve concrète de la réussite de leur démarche par le sexe, les femmes par une déclaration sincère.

 

« Une fille qui séduit ne se prendra jamais de râteau »

Effectivement, dans un bar, avec des inconnus, nos approches seront mieux reçues que celles des hommes. Les garçons sont tellement surpris de se faire draguer, qu’ils nous enverront rarement promener. Donc, ce type de râteau est assez rare.

De même, pour les ONS (coup d’un soir), ce n’est pas très difficile quand on est une fille.

Cependant, quand on se lance, généralement, c’est que le gars nous plaît déjà. Nous faisons un demi-OI. Au minimum.

Résultat, garder la tête froide est difficile. Nous effrayons le garçon avec nos sentiments tout dégoulinants, et nous nous prenons de violents râteaux, qui abîment autant notre Ego que notre Amour des hommes.

Alors, si, les filles se prennent des râteaux.

 

« Une fille qui drague tous les mecs ne se respecte pas »

On a déjà parlé de Slut-Shaming ( c’est ici). Clairement dire ou penser qu’une femme qui drague est une femme qui ne sait pas se respecter : c’est du Slut-Shaming.

 

  • Une femme ne drague jamais TOUS les mecs.
    Même avec 4GR de Camomille dans le sang, elle triera encore.

 

 

  • Une femme qui drague beaucoup d’hommes, c’est comme un homme qui drague beaucoup de femmes : Une séductrice/un séducteur.
    Ce qui les sépare de l’image de « dragueuse/dragueur », ce n’est pas la quantité de personnes à laquelle ils s’adressent, mais la qualité des interactions.
    Avant de devenir un/e bon/ne séducteur/trice, on démarre souvent par être un/e dragueur/se un peu relou. C’est normal. C’est comme ça qu’on apprend.

 

 

  • Une fille qui drague beaucoup de mecs sera, à terme, une meilleure séductrice.
    Elle s’entraine, elle répète ses gammes, comme un musicien qui démarre. Forcément, avant de devenir une femme fatale, il y a des chances qu’elle passe par la case allumeuse relou. De même, que beaucoup d’hommes passent par la case dragueur relou quand ils démarrent.

 

 

  • Pourquoi une fille ne draguerait pas tous les mecs ?
    C’est en embrassant beaucoup de crapauds qu’on finit par tomber sur un Prince. Simple question de statistiques.

 

 

« Une fille ne peut pas draguer comme un homme »

Les PUA (Pick Up Artist : rois de la drague) ont longtemps gardés leurs techniques pour eux. Normal. Ils ne voulaient pas se faire griller. En revanche, ce serait un tort de penser que ces stratégies ne marchent pas sur les hommes.

Quand j’ai démarré la séduction de bar (NPU), je n’utilisais que ça. Pourquoi ?

Il existe plus de différences entre deux individus qu’entre le groupe des femmes et des hommes. Nous avons plus ou moins les mêmes ressorts psychologiques. Donc, toutes les techniques basées sur de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) ou sur de la cognitivo-comportementaliste (manipulation) marchent sur les deux sexes.

Ce qui changera, c’est la présentation de la méthode.

Pour séduire, quand on est une femme, il faut se conformer –a minima– au cliché de ce que doit être une femme. C’est regrettable. Mais c’est la réalité de la séduction française en 2013.

On peut aller contre, évidemment. Il faudra, dès lors, développer des trésors d’intelligence. (Un jour, bientôt, tout un article dessus).

Les TIPS séductions, présents ici, découlent des techniques masculines, légèrement réadaptées pour les femmes. Donc, dans l’absolu, OUI, une femme peut draguer comme un homme.

 

« Il suffit d’être jolie pour y arriver »

Ne se mentons pas, prendre soin de soi est un plus dans la séduction. En revanche, dire qu’il suffit d’être jolie pour séduire est une ineptie sans nom.

1/ L’intelligence a des charmes que n’auront jamais les plus belles paires de BOOBS.

2/ Plus qu’être belle, il faut se sentir belle. Donc, se mettre en valeur, s’affirmer…

3/ Une confiance en soi débordante rattrape TOUS les défauts physiques.

4/ La beauté a aussi sa part de subjectivité, elle augmente d’ailleurs fortement avec le sourire.

5/ Tout un article sur « c’est quoi une belle femme, ici »

Être une jolie coquille vide n’est pas garant d’une séduction réussie. De même, ne pas rentrer dans les canons actuels, ne prédit rien sur notre vie sentimentale.

 

« Une femme ne peut pas être un Alpha »

L’Alpha, c’est le dominant du groupe. Forcément mâle dans les théories actuelles, il est le leader, le chef, le roi. Les experts de la drague comparent l’homme au lion. Le lion alpha ne fout rien, s’est battu une fois et se tape toutes les lionnes qui vont chasser pour lui.

Bref, se comparer au lion n’est pas ce qu’il y a de plus logique d’un point de vue évolutionniste, mais enfin.

J’aimerai revenir plus longuement sur ce concept d’Alpha, où beaucoup de choses se mélangent : notamment le concept de dominance (leadership), celui de confiance en soi (ou Inner Game ), et, par conséquent, l’admiration de ses congénères.

Certes, le concept demande a être interroger par les différentes écoles des sciences humaines : psychologie sociale, sociologie, anthropologie et même par l’éthologie. Je ne suis pas certaine de son bien-fondé, mais je dois avouer avoir encore des lacunes sur la question.

En revanche, une femme peut :

  • être dominante (chez d’entreprise, présidente…)
  • Avoir confiance en elle
  • attirer l’admiration de ses congénères.

En cela, une femme peut-être une Alpha. Hormis que je n’aime pas prendre le leadership (trop de responsabilités), sur ce site, je suis l’Alpha. (Youpi…).

 

« La séduction féminine commence avec le couple »

Bienvenu sur nos magazines féminins préférés !

C’est ce que je regrette dans la presse féminine, accorder autant d’importance au couple (comme trophée de séduction féminine) et trop peu à la séduction justement.

À force de nous parler QUE de couple, nos ruptures empiètent sur notre Ego. Notre estime est avachie, car, malgré tous les conseils de BIBA, nous ne sommes pas parvenues à la garder.

Commencer à séduire hors du couple, permet de prendre de la distance avec ses relations plus sérieuses. Qui dit distance, dit recul, dit prise de décisions et comportements basés sur la raison et non plus sur l’émotion. On gagne en apaisement et en longévité sur nos LTR (Long Term Relation).

La séduction commence, donc, bien avant le couple. Elle commence d’ailleurs bien avant les hommes. Elle démarre quand on tente de plaire à la personne la plus importante de notre vie : SOI.

 

Et vous, quelles sont les fausses idées que vous entendez le plus souvent sur la séduction au féminin ? Lesquelles vous révoltent le plus ?


Anashka,

séductrice militante.
Pour me suivre sur Facebook, c’est ici

138 Commentaires

  1.  » Un homme qui veut séduire une femme doit franchir des montagnes, une fille qui veut séduire un homme n’a qu’une cloison de papier à franchir. »

    dicton chinois

  2. Bonjour,
    en fait ,moi j’ai 21 ans et je suis attirée par un homme dans la trentaine (34 ans ou plus) et je voudrais savoir quelles chances auraient-je avec lui

  3. Je pense que si certains disent de la femme qu’elle ne peut pas être « alpha », c’est parce qu’ils considèrent que ça n’est pas possible car elle se fait sauter. Je ne veux pas être pessimiste mais je crois qu’ils ont l’impression de nous dominer en matière de sexe et que ça se déteint dans tous les autres domaines.

    • A ton avis, pourquoi les hommes ont l’impression de dominer en matière de sexe ?

    • Parce qu’ils sont actifs ! Mais pour ma part je me sens pas dominée dans ma vie sexuelle, je ne vois pas en quoi on est dominée parce qu’on est passive, c’est mon choix lorsque je couche avec un homme, c’est en accord avec mes émotions, et je ne me sens pas écrasée. Après, les sens rendent vulnérables mais c’est la même chose pour eux.

    • Actifs ? Comment ça ?

      Ma question parait naive (ou provocatrice), mais :
      1. Il y a deux angles de vue pour la pénétration : le vagin qui avale (avec pénis passif) et le pénis qui pénètre (avec vagin passif)… selon que ce soit une femme ou un homme qui rédige la théorie, elle va dans un sens ou l’autre.
      2. Je ne sais pas si tu connais un peu le mythe de Lilith. Lilith serait la première femme, fabriquée avec la même glaise qu’Adam. Sexuellement, elle prenait le dessus sur lui (par les positions d’amazone et la fellation), Adam se sentant humilié, demande à Dieu une femme plus docile. Lilith est chassée du Paradis et Eve est crée. Ce qui interroge sur les notions dominants / dominée, actif/passif.
      3. On pourrait se demander ce qu’est « être acteur (donc actif) de sa sexualité ». Dans mon idéal, pour une sexualité épanouie on est AVANT TOUT responsable de son plaisir et de notre manière de conduire l’autre à la rencontre de notre corps (qu’on soit homme ou femme). Le couple, ce sont deux personnes actives (par l’émergence de fantasme, par la proposition de pratiques, par le plaisir du corps) dans la construction d’une sexualité commune.
      Même le/la pénétré(e) est acteur de la pénétration : elles ne se valent pas toutes, n’apportent pas le même plaisir… Et c’est justement à la personne pénétrée d’accompagner le pénétrant pour que ce soit le plus agréable possible.

      Quant aux notions de dominants / dominés dans la sexualité, elles ouvrent le débat de l’échange de pouvoir, etc…

  4. Salut! J’aimerais avoir un petit conseil. J ai rencontre un garçon il y a 3semaines. On s est parle pdt qq jours sur les reseaux sociaux car je suis partie en vacances. Je ne rentre que ds 2 sem.cependant je n’ai plus de ses nouvelles depuis qq jours et j ai peur qu’il m oublie pdt ces qq sem qu’il me reste encore avant de rentrer. Que me conseilles-tu de faire?
    Merci.

    • Salut,

      As-tu eu des nouvelles depuis que tu as posté ce message ?

    • Salut! Je lui ai fait le coup du « j’ai rencontré un mec qui te ressemblait en vacances »! :-p Et là on a rediscuté pendant une semaine ensemble sur les réseaux sociaux. Puis je me suis intéressée à son travail de fin d’études et il ne m’a jamais plus répondu. ça fait plus d’une semaine. Je comprends pas mais là je ne vais pas le recontacter une 3ème fois. C’est qu’il n’en a rien à faire de moi, non?

    • C’est possible qu’il est trouvé sympathique de discuter avec toi, mais qu’effectivement, il ne soit pas plus intéressé que ça.

  5. Tout va bien, princecharmant, c’était juste une crise passagère. Peu importe d’ailleurs qu’il y ait des commentaires des filles du site: le sujet est la séduction, pas sur une crise existentielle qu’on pourrait traverser.
    Mais ne t’inquiète pas, j’ai passé à travers de nombreuses crises, ce n’est pas une petite comme ça qui me mettra à terre. En tout cas, j’ignore si l’amour entre un homme et une femme peut être réciproque, et je m’en moque: j’ai autre chose à faire pour l’instant. Est-ce qu’ADS est un bon site?

  6. Princecharmant, je n’ai pas toutes les réponses. Il y a tant de vérités qui peuvent être des mensonges… le cadeau qu’elle m’a donné me rend amer et triste. Au moins cela prouve que je suis vivant.
    Je ne peux pas t’aider. En vérité, la séduction ne m’intéresse pas pour le moment, ou l’amour. Parce que j’ai d’autres problèmes que les tiens. Je suis donc désolé, mais tu dois chercher ailleurs ce que tu cherches, cela t’aidera bien mieux, j’en suis certain.
    Anashka, le présent que j’ai reçu ne me satisfait aucunement. J’étais en paix avec moi-même, je vais devoir me remettre en question encore une fois. Mais cela m’aidera, et donc je dois essayer de t’aider, peu importe pourquoi. Je voulais te donner des conseils, je voulais que tu m’aides à t’aider. Mais peut-être que tu es satisfaite de ta vie telle qu’elle est. Je l’espère pour toi…

    • Oui. Je suis très heureuse dans ma vie. Je ne ressens nullement le besoin d’être aidée pour le moment.

  7. Alban , je suis scorpion , oui , capable de passer de l’amour passion
    à la haine si je souffre trop , capable de conquérir et de détruire , oui
    je connais..

  8. c’est vrai que si on est trop gentil , on se fait jeter par les filles ,
    pas vrai les Miss ?

  9. Je suis dur et froid à l’intérieur, mais je suis également doux et chaud à l’intérieur: le monde est ainsi. Si tu recherches la douleur, tu la trouveras, si tu recherches la joie tu la trouveras. Tout dépend de ton regard. Que suis-je, d’ailleurs? Je suis encore jeune, mais je connais l’amertume, la solitude, la haine, le désespoir, la dépression, la tristesse, la douleur. Je connais la joie, l’exaltation, l’imagination, la découverte, la surprise, la victoire, la paix, la connaissance. J’ai connu l’amour, il m’a rempli de bonheur et de désespoir. Car j’ai de nombreux visages: non pas des masques, faits pour tromper, mais des facettes, qui montrent l’incroyable complexité d’un être humain, moi en l’occurrence. Je suis changeant, je peux mentir, détruire, trahir, mais aussi guérir, créer, être vrai. La vie est équilibre.

    Quand à moi les mecs gentils sont des mecs faibles, car malgré les crasses qu’on peut leur faire ils le restent. Je connais quelqu’un, qui veut rendre service à tout le monde, et je peux te dire qu’elle est usée, triste. Quand à moi, j’essaye de devenir quelqu’un de bien: c’est un mec gentil, mais toutes les femmes cherchent un homme bien.

    • Pas de lien, merci.

  10. Alban , c’est vrai que les relations humaines sont très dures et difficiles,
    c’est clair, si t’es dur et froid tu seras moins déçu, moi je ne le suis pas,
    mais c’est vrai qu’elles n’aiment pas les mecs gentils, ils se font souvent jeter,
    il y a plein de témoignages et des livres là dessus , elles préfères les bad boys ,
    mauvais garçons . Et il n’y a plus de romantisme , fini…

  11. superbrunette, ce n’était pas de la condescendance: c’était une attaque parfaitement contrôlée. Anashka, j’avais demandé si tu avais des trous de mémoire pour savoir si tu avais vraiment ces références ou juste pour te donner une contenance, car je ne te connais pas vraiment. Car je déteste avoir tort, et que tu avais peut-être un moyen de prouver que tu avais raison, donc je voulais savoir à tout prix. C’est pour cela que je t’ai provoqué subtilement.

    Pour les relations amoureuses, il est vrai que la femme n’est pas ton amie. Mais qu’est-ce que l’amitié? Pour moi, c’est une personne chère à ton coeur, qui ne te trahira que pour te sauver, qui pourra discuter à coeur ouvert de ses problèmes sans être rejetée et inversement, qui ne sera pas forcément du même milieu social que toi, qui t’enrichit l’esprit et le coeur, qui te respecte… le seul enjeu est qu’il soit là et que tu sois là. Peut-être est-ce irréaliste, mais voici comment je vois l’amitié: une communion des âmes. Peu importe si c’est un homme ou une femme, un vieillard ou un adolescent, que les années passent, cette personne sera toujours ton ami. Anashka, penses-tu sincèrement que l’Amour ou que la séduction peut s’acommoder de cet état que je te décris? Du reste, la femme n’est pas une ennemie; je suis simplement très sélectif dans mes amitiés.

    Princecharmant, je pense qu’une personne, homme ou femme, qui va dans une boîte de nuit pour draguer ou être dragué n’est qu’un sac de viande: Combien est-ce qu’elle vaut? Quelle est sa qualité? Quelle est sa fermeté? Sa fraîcheur? Tu transposes chez un être humain et tu comprendras mon propos. Il n’y a ni amour ni sentiments à attendre: juste une partie de jambes en l’air à espérer. Peut-être est-ce que je me trompe, mais pour moi la boîte de nuit c’est l’avilissement de l’homme (l’être humain).
    Sinon je ne peux pas te parler des meilleurs lieux de drague: je suis un monogame en série. Pour moi, toute relation me sert à progresser en tant qu’être humain.

    Anashka, j’ignorais que tu étais isolée et que cela allait te faire réagir autant. Mon but était de te piquer comme une guêpe, pas de te croquer un bras. Mais comme je connais très bien mes faiblesses, et donc celles de l’autre, d’un mot je peux le faire pleurer, l’humilier et le faire tomber plus que terre. Bien sûr, il est très rare que je le fasse, et que cela aille aussi loin, mais je connais ce secret au fond de mon âme. Et si je dis que ce monde est dur et froid, c’est qu’au fond de moi je suis dur et froid, malgré mon souci pour mes proches et mon amour de la philosophie. Et pourtant certains me disent que je suis quelqu’un de bien: peut-être parce que je connais ce côté sombre de la nature humaine et que je l’ai en moi mais que je lui résiste. Voilà, Anashka, ce que tu as découvert: un côté de moi si sombre et si méconnu de l’humanité que tu n’as pu le supporter.

    • C’est pour cela que je t’ai provoqué subtilement.

      Anashka, penses-tu sincèrement que l’Amour ou que la séduction peut s’acommoder de cet état que je te décris?

      Oui pour l’Amour. Pour la séduction, non. La séduction c’est quand la proximité n’est pas encore là.

      (…) d’un mot je peux le faire pleurer, l’humilier et le faire tomber plus que terre.

      C’est bien, je suppose.

      Et si je dis que ce monde est dur et froid, c’est qu’au fond de moi je suis dur et froid

      Logique. Comme tu es dur et froid, ton monde est dur et froid. Si ça te convient, tant mieux.
      Je ne suis ni dure, ni froide. Le monde dans lequel j’évolue est plutôt chouette. Et, ça me convient.

      Et pourtant certains me disent que je suis quelqu’un de bien: peut-être parce que je connais ce côté sombre de la nature humaine et que je l’ai en moi mais que je lui résiste.

      D’accord. Ce n’est pas forcément ce que j’aurai mis derrière quelqu’un de « bien ».

      Voilà, Anashka, ce que tu as découvert: un côté de moi si sombre et si méconnu de l’humanité que tu n’as pu le supporter.

      D’accord.

  12. Jolie Superbrunette , t’en pense quoi de tout ça ?

  13. Votre avis les filles ?

    • Quand on dit ici femme = viande, peu importe le contexte, on s’est trompé de site.

  14. Il ne faut pas dire qu’une femme c’est de la viande,
    t’aimerai qu’une nana te dise ça de toi ?

  15. Alban , tu n’es pas flatteur pour les Miss qui y sont , mais c’est vrai qu’il y a
    une concurrence féroce, j’y ai eu des bons flirts , mais c’est artificiel
    c’est vrai, pour draguer il y trop de bruit…et c’est dur , très, c’est la chasse…
    Etre un chasseur c’est dur, draguer dans la rue aussi, tu dragues où ?

    • Tu devrais aller sur ADS. Je pense qu’ils répondront à tes questions.

  16. princecharmant, la boîte de nuit est un piège, tu dois la conquérir en dehors de cet endroit. Là-bas la subtilité ne marche pas, ni ta personnalité. Ce serait plutôt un étal de viande: on cherche le meilleur morceau, il n’y a ni sentiments ni complicité, juste de la pêche à la ligne, où tu veux ramener le plus gros (le meilleur) poisson (coup) chez toi. Si tu as le coeur tendre, n’y va pas, c’est mieux.

  17. Je te remercie princecharmant. Pour l’instant, amuse-toi, apprends, tu pourras toujours chercher l’Amour, quand tu auras compris les erreurs à ne pas faire. Mais je dois te prévenir: ce genre de relation est creuse, sans intérêt. Tu devras toujours jouer un rôle.
    Comme je l’ai déjà dit, dans les relations amoureuses la femme n’est pas ton amie.
    Pour conquérir celle que tu aimes, tu dois lui cacher tes sentiments et tes pensées.
    Tu devras l’écouter, pour la connaître, tu devras te rapprocher d’elle tout en prônant une limite ambiguë entre amour et amitié, tu peux également poser des pièges pour savoir si elle est digne de toi. Le problème dans tes relations est que tu étais vulnérable. ATTENTION: pour que ça marche vraiment, tu dois la vouloir de toutes tes forces. Donc un simple flirt n’est pas conseillé.

    Les problèmes viennent généralement après la phase de conquête mais ça c’est une autre histoire.

    Anashka, j’attends toujours les références sur le matriarcat. Est-ce que tu aurais des trous de mémoire? Tu devrais peut-être aller voir un neurologue. C’est très inquiétant.

    A moins que ce soit pour une autre raison? Quelle est-elle?

    • La flemme de ressortir le-dit mémoire, de regarder dans les références empruntées par l’étudiante. Je ne les ai pas en tête.
      Je n’aime pas ta remarque sur le neurologue. Ni ce que tu prônes sur les relations homme-femme, pourquoi avoir une relation avec quelqu’un que tu perçois comme une ennemie ? Je n’en vois pas l’intérêt. Si, tu dois te dissimuler face à la personne à laquelle tu tiens, c’est peut-être qu’elle n’est pas faite pour toi. Sauf si tu préfères la posséder à l’aimer.

    • Wouaouuh Alban t’es en train d’insinuer qu’Anashka aurait une vie bien remplie en dehors de SUH ?! :D
      Blague à part, je ne pense pas que ce soit fait exprès bien sûr mais le ton sur lequel tu t’adresses à Anashka est « légèrement » condescendant je trouve.
      En douceur cher ami, peace love et tout le toutim. ;)

    • Bah… Tout le monde le sait, je ne travaille pas 8 heures par jour à côté de SUH, je n’ai pas d’autres projets et je suis très isolée.

  18. Alban, je pense que la femme a le pouvoir de mettre des rateaux,
    en boite,
    une belle femme se fait draguer 50 fois , elle choisit , toi tu te fais jeter,
    il faut y aller 50 fois , à force on réussit,
    il y a des sites qui disent : ils faut collectionner les rateaux , les aligner ,
    c’est comme ça qu’on apprend , c’est dur mais c’est vrai , voir ADS ou autres

  19. Alban, t’es super.
    Oui , c’est vrai , j’ai tendance à tomber amoureux trop vite.
    et j’ai envie et besoin de flirter, souvent j’allais très vite en flirt , bisous,
    caresses, bras sur l’épaule , et je me faisais jeter , ça m’énervait de parler de tout
    avec comme à un mec , je suis scorpion , je fonce ,
    mais , maintenant je vais plus discuter avec elles ,hier j’ai discuter avec 2 nanas
    + jeunes , j’étais content , j’ai appris un truc en matière de séduction.
    C’était bien, c’est marrant d’en draguer 2 en même temps….

  20. Imagine la situation inverse: une femme te dit qu’elle t’aime, comme ça, alors que tu ne la connais pas, ça te refroidit, ça me refroidirait. En tout cas, d’après ce que j’ai pu lire: le problème est que ON NE DOIT S’INVESTIR QUE DANS UNE HISTOIRE REELLE. D’ailleurs pourquoi dire « je t’aime » au début? C’est un mot important, ça ne doit pas se lancer pour l’attendrir. Car il ne faut pas oublier une chose: dans une relation amoureuse ou dans un rapport de séduction, la femme n’est pas ton amie.

    Si tu ne t’aimes pas, elle ne t’aimera pas; si tu as besoin d’elle, tu seras encombrant; si tu montres tes faiblesses elle te prendra pour un faible. Je ne veux pas t’accabler, mais te faire prendre conscience que le monde est dur et froid. Si ton but c’est l’amour, tu devras te battre (métaphoriquement bien sûr).

    Maintenant, tu peux décider que tu ne crois plus en l’Amour. Tu as trois attitudes que tu peux adopter: soit tu deviens un authentique cynique, tu couches avec un maximum de filles sans avoir de relation stable jusqu’à la fin de ta vie; soit tu arrêtes les relations physiques et sentimentales avec les filles, à la rigueur tu deviens homosexuel, parce que tu ne veux vraiment rien ressentir; soit tu n’arrives pas à surmonter ce stade et tu n’arrives à assumer ton besoin d’amour.
    Dans ce cas tu souffriras d’un manque, car ton comportement ne sera pas en adéquation avec la réalité.

    tu peux aussi décider que l’amour va faire partie de ta vie, que tu seras digne de lui et que la fille de tes rêves sera digne de toi.
    Ou une fille peut décider que tu vaux la peine d’être aimé.

    Si tu veux séduire une fille, voici un site:
    http://www.artdeseduire.com. Bien sûr, pour un romantique, je ne suis pas sûr qu’il soit parfait, mais il pourra déjà te donner des bases.

    Avec sympathie,
    Alban

    PS: voici ma théorie sur l’importance des râteaux pour les femmes; pour l’essentiel, les femmes sont courtisées (séduites, draguées…) pour leur physique; donc plus elles peuvent rejeter et plus elles ont la preuve de leur pouvoir de séduction; donc elles méritent un peu plus leur prince charmant, la personnification de l’Amour pour elles. Je pense que c’est une manière de se rassurer, de dire: « Regardez, même si je fréquente ce site, que je ne suis donc pas parfaite dans le jeu de l’amour, je peux toujours attirer plus de mecs. » Bien sûr, ce n’est qu’un avis, peut-être que c’est faux, mais voici comment je le ressens.

    • « Les femmes »… on ne fonctionne pas toutes pareilles, c’est la base numéro 1 pour nous « comprendre ».

  21. Maintenant, j’y crois plus , je discute juste avec elles,
    et , j’essaye de flirter si elle me plait. J’essaye de l’isoler .

  22. Peut-être que tu tombes sur des personnes qui veulent juste s’amuser. Dans ce cas, c’est simple: tu lui montres que tu cherches une relation sérieuse (sentiments, romantisme, etc).
    D’un autre côté, c’est peut-être toi qui qui a un problème: est-ce que tu as du mal à aborder la fille que tu aimes? Est-ce qu’elle s’ennuie avec toi? Est-ce que tu l’étouffes? Est-ce que tu manques de confiance en toi?
    Voici quelques questions que tu peux te poser: si le résultat est négatif, alors il faut bosser sur ça. Va voir sur des sites spécialisés dans ce domaine, demande conseil à tes amis, hommes ou femmes, sors avec des femmes juste pour t’amuser.
    C’est en toute amitié que je te le dis, car ton désespoir me touche. En même temps tu ne peux pas attendre des autres, des femmes dans ton cas, qu’ils changent pour qu’ils correspondent à tes attentes: tu ne peux agir que sur toi. Sur ton attitude, ta façon de parler, ton intérêt pour ce qui t’entoure…
    Pour t’aider, je vais te révéler ma philosophie personnelle: au début de sa vie, l’être humain est faible. S’il était seul, un animal pourrait survivre. Si un homme est seul, sans armes ni outils, sans compagnie ni connaissances, il serait tué. Pourtant il domine toutes les autres espèces. Pourquoi? Car il est capable de réflexion et que le savoir se transmet de génération en génération, qu’il peut dépasser sa faiblesse originelle. Aujourd’hui, pour changer, il faut réfléchir, voir et changer ce qui ne va pas.
    Pour finir, je dirais que vouloir aimer pour aimer est une faiblesse, car il t’aveugle et peut te rendre fragile face des gens qui veulent en profiter, mais ne rechercher que des histoires sans lendemain est une faiblesse également, car tu te coupes de toi-même.

    • oui, merci,il ne faudrait jamais dire à une femme qu’on l’aime,
      on est trop exposé au rejet, je suis trop sentimental.
      elles ne sont plus romantiques, je m’en suis aperçu sur bcp de sites, c’est flagrant.
      et elles se glorifient de mettre des rateaux , en plus…je l’ai lu sur ce site !

  23. Bien , aimer avec des sentiments , avec du romantisme…

  24. vous dites que vous cherchez l’amour ,
    quand on vous aime, les femmes , on se fait jeter !
    je ne comprends plus , merci

    • Qu’est-ce que tu mets derrière aimer ? Tu ne donnes peut-être pas le même amour que tu reçois ou qu’on attend de toi ?

  25. J’aimerais assez savoir quelles sont ces fameuses références. Si tu pouvais marquer les noms des auteurs et le titre de leurs oeuvres, je t’en serai reconnaissant.
    Quand aux Amazones, les historiens les classent dans la section « mythologie », comme le minotaure, mi-homme mi-taureau, le centaure, les nymphes…
    Hérodote en parle dans ses Histoire. Toutefois, il y parlait surtout des guerres helléniques, et il parlait des Amazones comme moyen de créer la généalogie des Sauromates. De plus, Aristophane crée l’Assemblée des femmes, une comédie grecque où les femmes auraient pris le pouvoir, pour dénoncer subtilement les excès de la société de son époque. Les amazones n’étaient peut-être qu’un miroir déformant de certains auteurs qui réprouvaient l’injustice de leur société…

  26. D’abord, j’aimerais savoir une chose: est-ce que qu’un préhistorien (spécialiste de cette période) a affirmé que les sociétés préhistoriques étaient matriarcales, preuve à l’appui, de manière indiscutable? Au XIXe siècle, on « savait » que l’homme préhistorique était une brute et la femme préhistorique une pauvre créature sans défense. Aujourd’hui, on « sait » que ces sociétés étaient forcément matriarcales.
    Ensuite, je pense que nous ressemblons à nos ancêtres plus que nous ne le pensons: le droit français s’inspire du droit latin, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est toujours chère aux citoyens du XXIe siècle… voici ma question: si les hommes d’il y a quelques siècles opprimaient les femmes, pourquoi les hommes d’aujourd’hui n’oppriment-ils pas les femmes d’aujourd’hui?
    Je pense que la société patriarcale s’est mise en place dans une logique de survie: l’agriculture a permis une augmentation de la population vertigineuse pour les sédentaires en quelques millénaires, à la fin de la préhistoire, ce qui a réduit les ressources alimentaires des peuples nomades alors que leur nombre augmentait. Au bout d’un moment, cela les poussés à faire la guerre pour le contrôle des plaines fertiles, seul moyen pour les différents peuples de survivre. Ainsi, puisque les femmes portaient les vies, et donc les futurs guerriers de leur peuple, les hommes seuls devaient aller au combat. Et parce que ces hommes se sacrifiaient, il fallait les attacher à leur peuple: avoir une compagne et des descendants étaient sans doute l’un des buts pour lequel ils défendaient son peuple. C’était pour cela que fuir le combat était sacrilège: en abandonnant le combat, le fuyard abandonnait sa compagne, ses descendants, ses parents, ses amis… c’est pour cela que s’est mis en place le patriarcat. Enfin, ce n’est qu’une hypothèse, j’ignore si elle est vraie, mais elle me semble plus logique que ce que j’ai lu sur le patriarcat. Malheureusement, il y a eu des dérives en ces temps-là, mais ils me semblent minoritaires. Aujourd’hui, le patriarcat n’est plus à l’ordre du jour.

    Enfin, s’agissant du loup, je ne faisais pas de comparaison entre le loup et l’homme, je décrivais la vie du loup que j’avais lu sur un site. Je répondais seulement au passage sur le lion alpha décrit dans l’article: il n’y a pas de lion alpha, mais des loups alpha, un mâle et une femelle pour chaque meute. Chaque espèce obéit à une logique de survie qui produit des comportements spécifiques. Heureusement, l’homme a dépassé en partie ce stade depuis longtemps: l’art n’en est qu’un exemple.

    • Pour la référence préhistorique, non, elle ne sort pas me tête. Une thèse, je n’ai pas sous les yeux ses auteurs de références. Je pourrais te retrouver ça.
      Le patriarcat reste une majorité, mais pas le seul mode de fonctionnement des sociétés dans les temps. Ne serait-ce qu’en pensant aux amazones…

  27. Alors salut je suis un homme et juste pour vous dire que l’on ne considere pas avoir seduit une femme lorsque nous avons coucher avec, nous ne sommes pas des chiens avide de femmes… Pour en revenir en soiree oui beaucoup ne pense qu’a cela mais en dehors pas du tout detrompez vous et vous ne nous connaissez pas assez. Sinon beau site et bel article faisant la difference sur beaucoup de points(masculin, feminin) continuez mais approfondissez vous a notre sujet sa en aidera plus d’une :)

    • Merci de faire partie de ces personnes qui distinguent séduire de coucher ^^
      ça fait du bien à lire.

    • Je me joins à Anashka : M-E-R-C-I !

  28. Bonjour, Anashka, c’est un article intéressant que tu as fait sur la séduction féminine car en tant qu’homme cela me donne un aperçu de la nature féminine. Bref, je pense que tu t’es trompé dans la description de l’alpha: il ne s’agit pas pas du lion mais du loup. En effet, un alpha est au sommet de la hiérarchie, c’est-à-dire de sa meute, où il y a deux alpha: le mâle et la femelle. Un autre mâle le défie. S’il arrive à le vaincre, il prend sa place et peut donc assurer sa descendance. Pour empêcher d’autres loups de se reproduire, le mâle alpha oblige les non-alpha à ne pas le faire, tandis que la femelle interdit les autres femelles à ne pas le faire avec le mâle alpha. Donc une femme peut être Alpha.

    Par contre, ton image du lion est sexiste car elle décrit les préjugés de certaines féministes qui pensent que les hommes, dans le patriarcat français, opprimaient les femmes. Or je pense que le patriarcat était moralement défendable car à une époque les femmes avaient besoin d’être protégées, pas en raison de leur faiblesse, mais parce qu’elles portaient la vie et que l’espèce devait survivre.
    Bien sûr, si souhaites connaître mon argumentaire en détail ou que tu penses que j’ai tort, tu peux toujours me le demander en détail à mon adresse e-mail.

    PS: au cas je n’aurais pas été assez clair, je ne suis pas misogyne, car détester les femmes c’est faire preuve d’une stupidité sans nom.

    • Pendant la préhistoire (et on « oublie » souvent cette période), les sociétés étaient matriarcales. Parce que JUSTEMENT les femmes portaient la vie et s’occupaient des récoltes (donc de la plus grosse production de nourriture). Elles seules en avaient le secret et leurs décisions avaient plus de poids que les décisions masculines.

      C’est seulement quand les hommes ont percés le secret des récoltes et de l’enfantement qu’ils ont, par la force physique, repris ce pouvoir là.

      Tu t’en doutes, je ne suis pas pour une société matriarcale, ni patriarcale. Mais que les femmes soient faibles et aient besoin des hommes c’est une construction sociale, pas une réalité historique.

      De même, les enfants n’étaient élevés par la mère, mais par le groupe. Ce qui est encore différent de ce que l’on peut imaginer. Donc, la « protection », en terme de nécessité, s’arrête logiquement à quelques mois de grossesse. Elle ne justifie pas le patriarcat.

      Je pense que ce patriarcat à bien évidemment opprimé les femmes (pas de droit de parole, de vote, de choix sexuels…) mais aussi les hommes (injonction de réussite sociale…) et les personnes homosexuelles. N’oublions pas que tous les points de vue que nous balançons sont profondément hétéro-centré (et je le déplore).

      Pour le loup, il n’y a aucune raison de se comparer à cet animal, plus qu’aux bonobos, dont le comportement sexuel est plus proches du notre. (je te laisse jeter un oeil aux commentaires, ce n’est pas de moi).

  29. A propos du débat sur la réussite professionnelle et son impact sur les relations amoureuses, je souhaite souligner trois choses :

    Primo : la pression que subissent un certain nombre de femmes, et le fait que beaucoup d’entre elles ne soient pas ambitieuses par peur que cela ne se répercute sur leur vie amoureuse est une mauvaise chose. J’estime que toute personne qui peut apporter un plus à ce monde a le devoir de le faire. Non pas parce qu’il y a une place à prendre, ni parce que les conventions ont changé, mais parce que le monde a besoin de toutes les bonnes volontés. Cependant, j’ai autant de respect pour une femme médecin amoureuse de l’humanité, que pour une femme à la maison amoureuse de son foyer. Il faut juste que ce soit un CHOIX. Libre, et sans pression, qui rendra la personne heureuse.

    Secundo : beaucoup d’hommes subissent la même pression, mais en sens inverse. Sérieusement, qui voudrait être amoureuse d’un loser qui a raté sa vie professionnelle et qui a du mal à joindre les deux bouts ? Certaines femmes ont du mal à réussir, beaucoup d’hommes ont du mal à échouer.

    Secundo : il y a une différence entre profession et personnalité. Et là, c’est tout un travail sur soi, et il faut toujours essayer de réaliser ce qu’on aime. Exemple : Maire et Pierre Curie. Marie adorait la physique, et elle y a excellé, dépassant de nombreux chercheurs de son temps. Si vous lisez les mémoires d’Ève Curie, sa fille, vous vous apercevrez que la brillante savante a trouvé sa perle rare dans ce brillant savant qui a si longtemps travaillé avec elle sur le plutonium : leurs personnalités – ou leurs coeurs si vous voulez – se sont accordés, rien de plus simple ! Leur relation était loin d’être seulement « plutonique ». La profession est secondaire, c’est ce que l’on aime qui compte !

    Le problème, aujourd’hui, c’est qu’on ne cherche pas à faire ce que l’on aime, on cherche à « réussir ». Voilà pourquoi, selon moi, cela empiète si souvent sur la vie personnelle.

    • Je partage cette idée de pression sociale sur la réussite. Aujourd’hui, il FAUT réussir dans la vie, c’est à dire en collant aux normes. Ce qui n’a rien à voir avec « réussir sa vie », faire les choses en fonction de ses valeurs. Réussir sa vie ne passe pas forcément par la reconnaissance sociale.

    • Faut pas se demander d’où vient le nombre croissant de dépressions…

    • Il semblerait qu’il y ait de nombreux facteurs. Certains auteurs pensent que ça vient d’une crise de l’estime de soi, vu qu’il s’agi de faire sa place tout seul comme des grands…

    • et oui échapper à toute cette pression plus ou moins inconsciente, l’occulter et arriver à faire les choses pour soi et non pas pour les autres… c’est très difficile!

    • C’est du travail sur l’estime de soi, ça prend du temps.

  30. Anashka, tu as dis :
    « Justement, sur les idées reçues j’en dénonce les porteurs. Pas « les hommes ». D’où mon « beaucoup », « certains » hommes.
    Je sais que certains/beaucoup d’hommes recherchent une relation plus amoureuse. »

    Dans ce cas là, vis à vis des hommes, la séduction féminime est bien plus simple. L’homme doit franchir plusieurs étapes (la rassurer, éviter de se mettre dans la FS, ..) jusqu’à faire durer une relation.
    Pour les femmes, les premières marches de la séduction sont très très rapidement franchies. Il y a de marches difficile à franchir pour espérer une relation durable.

    • Les étapes pour les femmes et les hommes sont les mêmes. Disons que pour une femme, la phase d’attraction « regard, attitude, abordage » à beaucoup plus de chances de succès que pour les hommes. Mais elle est moins bien vue (par le pair et par l’autre sexe), donc moins évident de se lancer.

      Quant au confort, c’est aussi difficile pour un homme et une femme. C’est de la dynamique sociale, ça s’apprend.
      Pour la sexualisation, sauf si le gars prend en main, idem, il faut vraiment trouver le bon calibrage.
      Faire durer la relation reste le plus difficile, les femmes s’emballent plus facilement, développent plus rapidement des sentiments, donc parviennent moins à garder la tête froide.

      J’pense simplement qu’on peut facilement être victime de « l’herbe est plus verte ailleurs ». Parce que les femmes, ne voient que les hommes confiants, donc se disent que ce serait plus simple si elles étaient des hommes (notamment en terme de réputation) et les hommes voient surtout les jolies filles confiantes (donc, ça leur semble plus simple aussi). On ne remarque pas ou peu ceux qui restent sur le banc de touche, sauf quand ce sont des amis (donc souvent du même sexe).

    • qu’est ce que tu entends par « regard, attitude, abordage » n’est pas moins bien vue lorsqu’elle faite par une femme a un homme.
      je me sentirai vraiment flatté d’être séduit comme vous. c’est très agréable, le jeu peux s’instaurer plus facilement.
      après il vrai que vous avez peur que cela peur que cela effraie. c’est malheureux certains hommes se trouvent déstabilisé et n’aiment pas être séduit parce que leur virilité a la noix s’en retrouvent amoindri. il faut surtout pas généraliser cela.sans generaliser , je dirais que certains surtout les hommes les plus âgé s qui pensent cela. pour les plus jeunes, c’est beaucoup moins le cas.
      donc non, ce n’est pas mal vu que vous nous abordiez :-)

    • ça fait vraiment du bien, des hommes qui commentent disant que NON eux ne trouvent pas ça déplacé qu’une femme les séduisent. Vraiment, merci.
      C’est encourageant pour tout le monde.

      La question de virilité… tout un concept à questionner, encore.

    • Anashka, je peux te garantir que c’est au moins 70% des hommes qui ne trouveront pas déplacé qu’une femme les séduise. Voir 80% !
      seconde anecdote : je pense que plus l’homme est jeune, plus c’est valable :)

    • Ou le contraire ;)

    • moi aussi j’adorerais ça si ça m’arrivait.

      Pour le coup, j’aurai moins la pression.

    • Il faudra te lancer avant que toute la société ne change sur le sujet.

    • La séduction féminine active consiste également à rassurer le garçon. Les hommes aussi peuvent se mettre à fuir ou être sur la défensive s’ils se sentent insecure lors d’une tentative de séduction féminine.

      L’avantage des femmes, c’est surtout de se prendre moins de râteau statistiquement.

    • Parce qu’elles ne se lancent qu’avec des garçons qui sont déjà intéressés. Et, c’est ce que j’essaie de bouger ici.

  31. Débat enrichissant!

    • Clairement, les commentaires sont aussi riches que l’article !

  32. Quel débat !!! j’adore

    ça confirme mon analyse du sujet depuis 2 ans : On est tous responsables de cette incompréhension et on sait pas trop comment se sortir de ce pétrin.

    Je m’explique :
    @Drot : « elles font souvent un choix flou ! » : ben non, elles savent très exactement ce qu’elles veulent ( ce qui n’est pas nécessairement notre cas, nous les hommes) sauf que, elles veulent le mouton à 5 pattes, un gars gentil et attentionné mais en même temps qu’il lui fasse vivre une vie « trépidante », ce qu’on est très capable de faire dans la phase de séduction mais qu’on abandonne la plupart du temps, une fois la demoiselle prise dans nos filets.

    Mais nous aussi, on le veut le mouton à 5 pattes, le fameux dilemme « Maman-Putain », la fille bien sous tout rapport le jour et la reine du sexe la nuit, sauf que la « vraie » vie c’est pas ça, en tout cas c’est dur.

    De même, comme l’a si bien dit Anashka, la femme , grâce à ses 70 signes différents, nous envoie des signes ( faut être honnête, des fois c’est vraiment subtil) mais comme la plupart du temps, on n’est incapable de les voir, elle passe en mode plus actif et là c’est nous qui prenons peur, ça flatte pas notre ego, c’est une « sal*ope », sauf qu’elle, ça fait un 15mn qu’elle attend qu’on passe à l’action donc elle en a marre d’attendre et elle agit, on peut pas lui reprocher.

    Dans un monde idéal, on voudrait un peu plus de naturel mais effectivement 2000 ans de société avec ses codes, règles et autres font que ça c’est sévèrement compliqué pour tout le monde.

    Je finirai par ceci et ce n’est que mon avis: je pense que la séduction féminine est mille fois plus compliquée que pour nous les hommes, justement à cause de 2000 ans de société avec ses codes, règles. Nous on drague, on séduit, sans faire fi des conventions, tout est normal et c’est ce qu’on attend de nous, la nouvelle difficulté c’est que les demoiselles en face ont maintenant leur mot à dire et qu’elles ne se contentes plus d’une relation « pas trop mal » et c’est très bien, par contre pour elles, justement, elles ont décidé d’agir mais par contre il faut qu’elles tiennent compte des conventions pour éviter un jugement masculin trop souvent péremptoire et binaire et ça c’est autrement plus contraignant.

    • Plus compliqué, je ne sais pas.

      Le patriarcat en a aussi fait baver aux hommes d’un point de vu séduction, il s’agit pour eux d’être ce mouton à 5 pattes. Limite, si tu es fidèle, tu as loupé ta vie (va t’accrocher à tes valeurs avec ça). Et les hommes se retrouvent coincés entre les vieilles valeurs (que l’on retrouve dans les débats de « qui paye le premier verre »), vieilles valeurs où l’on disait aux femmes ce qu’elles devaient attendre d’un homme (force, dominance, argent, protection) et les nouvelles valeurs où d’autres attentes féminines se profilent (partage, ouverture d’esprit, indépendance…).

      Pas évident d’être soi-même quand on est un homme, assis le cul entre deux chaises : passé et (je l’espère) futur.

      On est dans une époque où les codes hommes-femmes sont en pleines réinvention. Tout le monde est un peu perdu. On dit aux hommes de changer pour laisser la place aux femmes. On dit aux femmes de changer pour prendre une place. Tant mieux, mais ça bouleverse. Donc certains et certaines tombent dans un sexisme sans nom, où l’autre genre est de trop. Et d’autres tentent de composer, de travailler avec des subjectivités plutôt que des genres.

      J’espère que dans une génération ou deux, nous auront mis en place des bases solides et saines qui ouvriront sur un meilleur dialogue.

      Je m’égare. Mais, pour revenir à ce que tu disais, je ne pense pas que ce soit plus facile pour les hommes. Eux aussi ont des images à déconstruire.
      Il nous reste deux choix : le faire ensemble (homme et femme) et le faire l’un contre l’autre.

    • ça pour être perdu, je le suis c’est sûr.

      Pour le reste, on va profiter de ta bienveillance à notre égard sur le site pour le faire ensemble sans juger.

      Merci à toi

    • Bah, c’est plutôt à moi de dire merci. Parfois, j’aimerai pouvoir exprimer tout ce que m’apporte ce site et ces interlocuteurs. Mais, je suis, finalement, une grande pudique. ^^

  33. « Une femme ne peut pas être un Alpha »

    Il s’agit bien, pour moi, d’un des plus grands concept absurde et sexiste du patriarcat. La réalité montre facilement que la domination au sein d’un groupe n’a pas de sexe. Bien sûr l’image largement transmise par les médias (particulièrement la télévision) incite les femmes à réfréner leurs instincts de domination. Mais je pense que si le matraquage médiatique nous montrait plus souvent des images de femme Alpha, nous pourrions assister à une inversion de cette tendance (on sait comme la télévision peut avoir un impacte énorme sur le développement d’un petit enfant et lui ancrer profondément des principes sociaux qu’il conservera toute sa vie).

    L’exemple du lion est très valorisant pour les hommes, il revient souvent. Pourtant, si l’on devait se comparer à la nature par rapport à d’autres espèces, on constaterait rapidement que la femelle est bien souvent alpha (surtout chez les insectes). Parfois le mâle est juste bon à offrir sa semence, après copulation, il se fait rejeter voir tuer par la femelle…

    Je pense que chez l’humain, le concept d’Alpha est beaucoup plus fluctuant. Au sein d’un groupe, le lead peut changer d’une personne à l’autre en fonction des situations. Il peut m’arriver de me retrouver leader pendant un laps de temps, puis, fatigué de devoir gérer ou face à une situation dans laquelle je suis en difficulté, je m’efface progressivement jusqu’à ce qu’un autre leader prenne naturellement la relève, et ainsi de suite. A mon sens c’est ainsi que les groupements humains fonctionne. Mais il est vrai que dans certains groupes les alphas sont toujours les mêmes (dommage pour les omégas).

    Je pense que le seul facteur qui puisse empêcher à une femme d’accéder au statut alpha au même titre qu’un homme (hormis la bêtise du matraquage médiatique) ce serait la force physique. Autrement, toutes les inepties sur l’exemple des lions ou autre « l’homme est un chasseur » n’ont franchement plus lieu d’être dans la société moderne.

    Sinon, merci pour cet article, toujours aussi agréable à lire et plein de bon sens.

    • « Autrement, toutes les inepties sur l’exemple des lions ou autre « l’homme est un chasseur » n’ont franchement plus lieu d’être dans la société moderne. »

      Je ne demande qu’à être d’accord, franchement. Mais le constat est autre ! J’ai une question : pourquoi parle-t-on de la tristement célèbre « Friend Zone », ce no man’s land de l’aventure amoureuse ? Pourquoi trouve-t-on si souvent, dans les sites de séduction masculins, ce problème de garçons qui voudraient sortir avec des filles mais qui ne dépassent jamais le stade d’ami ? Qu’est ce qui fait donc la différence entre l’ami aimable et l’amant désirable ?

      Je vais y répondre en utilisant la balle de la rédactrice : « Il y a une différence entre gentillesse et manque de personnalité. Ce qui plait, ce sont les personnes qui s’affirment ». Tout est là : il faut s’affirmer ! Jouer au lion, ne signifie pas usurper le pouvoir, ou rester assis pendant que les lionnes vont à la chasse, ou avoir cette domination aveugle si souvent caricaturée. Voilà les vraies inepties ! C’est ce trop plein d’idées fausses qui nous ont fait perdre la boussole et que tomber amoureux et devenu pour tous et toutes un parcours du combattant !

      Il nous faut comprendre « le jeu amoureux », et abandonner les fausses conventions. Je sais que c’est l’intention de tout le monde, mais souvent je ne suis pas d’accord avec ce qui est « convention » et ce qui vraiment fait partie du jeu amoureux.

    • La FZ est aussi vécue par des femmes, ce n’est pas un problème à proprement parler masculin.

      Je continues à penser que la gentillesse et l’affirmation de soi font bon ménage, ça s’apparente souvent à la sagesse.
      Un connard, s’il attirera plus de filles, attirera des filles qui manquent de confiance en elle. Je ne suis pas certaine que la relation soit épanouie…

    • ‘Je pense que le seul facteur qui puisse empecher a une femme d’acceder au statut alpha au meme titre qu’un homme (…) ce serait la force physique.’

      Par ailleurs, ta proposition pourrait aussi etre inversee, cela donnerait: ‘Je pense que le seul facteur qui puisse empecher a une femme d’acceder a la force physique au meme titre qu’un homme ce serait le statut d’alpha.’

      En effet, des recherches ont ete faites a ce sujet (pour references regarder les recherches de Pricille Touraille, une chercheuse francaise qui mele theories de l’evolution, et sciences sociales sur les etudes de genres) et montrent qu’il n’y a pas de preseance de la ‘nature’ sur la ‘culture’ et inversement.

      C’est une dialectique et de toutes facons, ‘nature’ et ‘culture’ sont des categories que nous avons inventes, qui nous servent a mieux apprehender le monde mais qui ne peuvent aucunment rendre la realite dans toute sa complexite.

    • Non, encore une fois je ne suis pas d’accord. La culture, ainsi nommée, est une invention bien sûr. Nous parlons de conventions, d’éducation, de préjugés parfois. Mais comment peut-on dire que la nature humaine est une invention… humaine ? Pricille Touraille s’est forcément fourvoyée. Un simple exemple : l’inceste. Je ne sais pas pour vous, mais moi, cela ne me convient pas. C’est un choix personnel. Demain, il est possible que l’inceste devienne légitime de part la loi et la constitution, parce que finalement, ce n’est qu’une question de culture. Bon, vous êtes libres d’y adhérer, mais moi je crois que la nature a tout de même son mot à dire.

    • Non, justement… L’inceste n’est pas culturel. Il y a beaucoup d’espèces chez lesquels il n’est pas pratiqué.

    • Pricille Touraille, je note.

    • Tout d’accord. A la notion près que le côté leader n’est pas forcément enviable : beaucoup de responsabilités.
      Reste que je m’interroge de la véracité éthologique du concept d’Alpha, faudrait que je lise sur le sujet (si quelqu’un a des références…?)

      Puis, je ne vois pas pourquoi se comparer au Lion, c’est un des animaux les plus feignant qu’il existe !

    • BarbarianTomato

      Un alpha est un concept d’ethologie qui désigne le chef d’un groupe d’animaux qui maintient son pouvoir par la force et à accès de ce fait au femelles du groupe.

      Maintenant pour appliquer un modèle animal aux humains, ils faut considérer plusieurs paramètres, c’est pour cela qu’il y a beaucoup d’animaux utilisé dans la recherche. Exemples: études des cellules souches de la peau, on veut prendre l’animal dont la peau est la plus proche de l’humain: le cochon (on y a d’ailleurs déjà pensé pour des xénogreffes). On veut étudier le système immunitaire inné: la drosophile est bien. On veut étudier les cancers: dans ce cas là, on choisi l’animal modèle le plus proche de l’humain.

      Appliquons ces principes à notre problématiques: relations sociale et accès au sexe. Quels animaux pratique le coït pour le plaisir? De mémoire: les dauphins et les bonobos. Les bonobos n’ont pas de structure alpha/béta. Je te laisse partir de là, mais si tu as plus de questions, tu peux me mp.

    • Merci. Beaucoup.

      Des références en terme de lecture ? Où est-ce que je peux trouver des livres ?

      Les dauphins, des structures alpha/béta ?

    • BarbarianTomato

      Tu peux essayer de partir du wiki anglais si l’anglais passe pour toi ;) J’ai fait une petite recherche et ces deux-là m’ont l’air pas mal.

      White F. 1996. Comparative socio-ecology of Pan paniscus. In: McGrew WC, Marchant LF, Nishida T, editors. Great ape societies. Cambridge, England: Cambridge Univ Pr; p 29-41.

      Manson, J.H.; Perry, S.; Parish, A.R. (1997). « Nonconceptive Sexual Behavior in Bonobos and Capuchins ». International Journal of Primatology 18 (5): 767–86. doi:10.1023/A:1026395829818.

      Les dauphins, aucune idées, ils m’ont jamais réellement inéressé ^^

    • Je note. Mais, l’anglais et moi…

    • Tout à fait, le loup illustre bien mieux le concept d’Alpha que le lion.
      C’est d’ailleurs en parlant de loups que ce concept est le plus utilisé.

    • Hum, j’ai surtout entendu parler de lion, mais je te fais confiance.

      Mais, d’un point de vu socio, anthropo et étho, il semblerait que le concept en lui-même soi une ineptie. Encore une fois, je ne suis pas assez calée, ce sont des remarques de potes doctorant dans le milieu. Faudrait que je cherche des sources.

      C’est pour ça que j’y préfère le terme de leader.

    • Aucune idée, mes cours étaient « psychologie » et « sociologie » sans sous-catégorie.
      Des cours assez basiques, mais la meute de loups est revenue dans les deux.

    • D’accord, ça ne me dit rien.

    • C’est hors séduction (cours de socio et de psycho principalement) que j’ai souvent entendu parler des caractéristiques alpha chez le loup.
      En séduction, effectivement le lion revient plus souvent, plus valorisant sûrement ;)

    • En psycho, jamais entendu. Neuropsycho ? Psycho sociale ?

  34. Je suis de ton avis sur la majorité de ton article.

    Surtout quand à la difficulté de la séduction, si on considère que réussir veut dire arriver à faire naître des sentiments chez l’autre, c’est au moins aussi difficile pour une femme que pour un homme.

    Le seul point que j’aime moins, c’est l’avant dernier : être Alpha.
    Oui c’est possible pour une femme, c’est le cas de la plupart des femmes haut-placée (CEO, politique, etc.) mais les caractéristiques de l’Alpha sont souvent en opposition à celles de la féminité.

    Après on pourra dire que « féminité » est un terme subjectif, mais il est bien moins subjectif quand tu demandes aux hommes qu’aux femmes. Les femmes Alpha manquent cette féminité, et je pense que c’est pour cela que les femmes haut-placées sont si peu attirantes (avis partagé par toutes mes connaissances masculines).

    Tu as donc parfaitement raison, une femme peut très bien être Alpha.
    Mais la vraie question est : est-ce une qualité où un défaut?

    • Le concept d’Alpha, en soi, est véritablement à remettre en question. Je ne suis pas assez calée, donc je ne m’avancerai pas, mais je pense qu’il est sociologiquement faux.

      Oui c’est possible pour une femme, c’est le cas de la plupart des femmes haut-placée (CEO, politique, etc.) mais les caractéristiques de l’Alpha (s’il existe) sont souvent en opposition à celles de la féminité

      Plus exactement, avec les images que l’on a actuellement de la féminité, qui correspondent, pour beaucoup à des modèles sociétaux, où pendant longtemps les femmes devaient s’abstenir de réussir. L’épouse, plutôt que la femme. Au EU, c’est un peu différent, une femme qui réussit aura plus de succès auprès des hommes.
      L’IG et le lifestyle prennent une place plus importante.

      Être Alpha tout court : qualité ou défaut ?

    • – « Au EU, c’est un peu différent, une femme qui réussit aura plus de succès auprès des hommes. »
      J’ai passé un bon moment aux USA, et je n’ai pas du tout observé cela. Mais même si j’ai été mobile, je suis resté sur la côte Ouest. C’est peut-être différent sur la côte Est, je te fais confiance là-dessus.

      – « Plus exactement, avec les images que l’on a actuellement de la féminité »
      Absolument, l’image de la féminité varie selon le temps et le lieu. Mais pour plus de facilité et moins d’abstraction, parlons de ce que l’on connais le mieux, la culture occidentale actuelle.

      -« Être Alpha tout court : qualité ou défaut ? »
      Je sais que tu as pour habitude d’enlever les genres des questions et propositions, mais pourquoi ici? Penses-tu qu’être Alpha peut-être un défaut pour un homme?
      Pour une femme, ça doit dépendre de la culture, mais notre culture occidentale actuelle, je ne suis pas sûr que ce soit une qualité. Pas pour les hommes que je connais où que j’ai rencontré en tout cas. Mais n’ayant pas rencontré toute la population, je suis persuadés qu’il y a des hommes a qui ça plait.

    • J’ai passé un bon moment aux USA, et je n’ai pas du tout observé cela. Mais même si j’ai été mobile, je suis resté sur la côte Ouest. C’est peut-être différent sur la côte Est, je te fais confiance là-dessus.

      De lecture, le rôle de l’assurance chez la femme était aussi important que la beauté. Quelques témoignages de copines américaines. Mais, je ne suis pas sûre de mes sources, je peux me tromper.

      Absolument, l’image de la féminité varie selon le temps et le lieu. Mais pour plus de facilité et moins d’abstraction, parlons de ce que l’on connais le mieux, la culture occidentale actuelle.

      Cette image est en évolution. De plus en plus d’hommes ne veulent pas un « clichés » de la femme à la maison… mais leur copine. Si elle réussit, ils seront plutôt content pour elle et l’encouragerons dans ses projets. J’ai toujours vécue mes histoires comme ça, j’ose espérer que je ne suis pas une exception.

      – »Être Alpha tout court : qualité ou défaut ? »

      Parce qu’être le leader du groupe, c’est surtout des responsabilités. Faire attention à ce que tout le monde ait sa place, être soumis au critique, organiser sorties/réunion/rencontre, gérer les problèmes… Alpha dans le sens leader, ce n’est pas forcément une bonne chose. C’est du travail. Beaucoup de travail.

      Pour une femme, finalement, peu importe que ça plaise ou non. Si elle désire un poste à responsabilités, ce n’est pas pour « plaire », mais parce qu’elle en a les compétences et qu’elle le désire. Comme pour un homme. Et, je ne comprendrais jamais les hommes qui ont peurs des femmes de pouvoir, c’est plutôt enrichissant de vivre avec quelqu’un qui en plus d’être autonome dans sa vie professionnelle, avance.

      Ce serait très très très con, de se saboter pour plaire aux hommes qui sont impressionnés.

      Mais, encore une fois, la place de leader, tenue par un homme ou une femme n’est pas forcément THE bon plan.

    • « Pour cela, que TOI ça te plaise pas, si ces femmes ont un physique égal, c’est ton choix. Mais, ne généralise pas aux hommes, c’est suffisamment difficile de se faire une place dans le monde professionnel pour s’entendre dire « ça ne plaira pas aux hommes ». »

      C’est loin d’être uniquement moi, ce sont tous les hommes de mon entourage qui considèrent les femmes battantes comme moins attirantes. Je ne suis pas familier avec tes 3 types d’hommes, mais puisque la plupart de mon entourage est du domaine de la gestion, il y en a une majorité qui sont confiants/sûr d’eux, trait de caractère obligatoire pour un management efficace.

      Ils n’évoquent pas tous les mêmes raisons : certains les voient comme des chieuses difficiles à vivre (pas taper, c’est pas moi), d’autres comme pas assez féminines, etc. Beaucoup n’arrivent pas à mettre de mots là dessus et se contentent de dire que ce n’est pas leur type. Mais les faits sont-là, malgré des raisons différents il sont unanime.

      Pour ma part je ne suis pas rebuté par leur succès, c’est quelque chose que je respecte, c’est juste que je n’ai jamais rencontré une battante qui m’attirait.

      Je comprends bien que ça ne fait pas plaisir d’entendre ça, surtout quand autant de femmes se battent pour arriver en haut, je sais que ce n’est pas « juste ».
      Et pour rassurer un peu tes lectrices, ce ne sont que les hommes que je connais, tous les français ne sont pas forcément attirés par les mêmes types de femmes.

    • « Alpha dans le sens leader, ce n’est pas forcément une bonne chose. C’est du travail. Beaucoup de travail. »

      Ca dépends des personnes, il y a des gens presque nés pour être leaders et c’est sûr que c’est un gros plus niveau lifestyle et status social. Mais c’est super exigeant et pas forcément adapté pour tout le monde (stress, etc.)

      « De plus en plus d’hommes ne veulent pas un « clichés » de la femme à la maison… mais leur copine. Si elle réussit, ils seront plutôt content pour elle et l’encouragerons dans ses projets. »

      Bien sûr, mais en haut de l’échelle la concurrence est rude, pour réussir il faut dés le départ avoir une personnalité de battant(e), de la hargne et une haute opinion de soi. Et un homme où une femme de ce type aura presque inéluctablement aussi une part de cette personnalité dans la vie privée.

      « Et, je ne comprendrais jamais les hommes qui ont peurs des femmes de pouvoir, c’est plutôt enrichissant de vivre avec quelqu’un qui en plus d’être autonome dans sa vie professionnelle, avance. »

      Encore faut-il être attiré par ce type de femmes.

      « Pour une femme, finalement, peu importe que ça plaise ou non. Si elle désire un poste à responsabilités, ce n’est pas pour « plaire », mais parce qu’elle en a les compétences et qu’elle le désire. Comme pour un homme. »

      Ah mais là je suis d’accord, elles le font pour elles, et considérer le travail comme un accomplissement personnel est respectable. Si elles s’en foutent de plaire où non, alors aucun problème ne se pose.

    • Etre leader doit aussi demander une appétence pour la solitude : au sommet, on est toujours seuls…

      Et un homme où une femme de ce type aura presque inéluctablement aussi une part de cette personnalité dans la vie privée.

      On décrit trois types de personnalités amoureuses : évitant, anxieux, sur de lui. Une femme battante peut plaire aux deux derniers.

      Ah mais là je suis d’accord, elles le font pour elles, et considérer le travail comme un accomplissement personnel est respectable. Si elles s’en foutent de plaire où non, alors aucun problème ne se pose.

      J’en parlais sur un autre commentaire. Je lis un livre relativement riche sur la pression sociale qu’il y a chez une femme à se réaliser dans l’Amour. A tout sacrifier dans l’Amour. Donc, même si on essaie de sortir de cette pression, elle joue son rôle, et le célibat féminin peut rester un point sensible. Pour ça, envoyer le message « ça ne plait pas aux hommes, une femme qui réussi professionnellement », c’est aller dans ce sens. C’est regrettable, parce que ce n’est pas vrai pour les hommes confiants ou anxieux, comme je le disais plus haut et que ça peut bloquer des femmes à réussir de peur de ne plus plaire.

      On retrouve pas mal cet auto-sabotage féminin dans les études supérieurs, notamment en science. Où les nanas savent qu’en devenant plus cultivées et intelligentes, elles perdent une partie de leur prétendant, il y a dès lors des choix à faire.

      Pour cela, que TOI ça te plaise pas, si ces femmes ont un physique égal, c’est ton choix. Mais, ne généralise pas aux hommes, c’est suffisamment difficile de se faire une place dans le monde professionnel pour s’entendre dire « ça ne plaira pas aux hommes ».

      Regarde mon job, j’aurai pas mal de bonnes raisons d’arrêter, parce qu’au mieux on me voit comme un trophé, au pire j’impressionne. Mais, en fait, je vis de chouette histoire avec des personnes qui considèrent que je sais faire la différence vie pro/perso.

    • Dans le cas ou l’homme ne cherche que des relations courtes, en effet dans ce cas et uniquement dans ce cas, la séduction est aussi compliqué pour la femme que pour l’homme, car la femme doit aller au devant de coucher, faire durer la relation.

      Par contre, lorsque l’homme cherche une relation (et non pas avoir des relations courtes), la donne change largement en faveur pour la femme.

      D’ailleurs, l’article le précise bien. Dans ce cas ou l’homme souhaite des relations courtes.

    • Hum… Oui et non. Beaucoup d’hommes veulent construire dans l’absolu, mais craignent un peu de se lancer dedans. Et, encore faut-il que l’homme qui nous plait veuille construire avec nous…

      Sur le terrain amoureux, je pense que c’est compliqué pour les deux genres.

    • Quand les hommes ne recherchent pas une relation courte, ils recherchent souvent une relation peu contraignante, sans engagement (pour éviter les innombrables compromis qu’il devra faire ensuite) qui peut durer longtemps mais se terminera dés que la femme leur en demandera trop.

      Je parlais de la majorité des hommes. Il y en a aussi qui cherchent réellement à s’engager, mais ils sont aujourd’hui très peu répandus et font donc office d’exception.

  35. Bonjour à tous,

    Bon, je vais me risquer un peu et avancer mon point de vue…

    Le grand problème en ce qui concerne le « mythe » de la séduction féminine – qu’il soit vrai ou faux – c’est que c’est une séduction réputée « passive ». Vous connaissez certainement le dicton :  » les hommes vont à la chasse… les femmes vont à la pêche ». Sous-entendu : la femme attire, elle appâte. Les femmes utilisent souvent le terme : harponner l’homme, comme si l’homme était le poisson à prendre. Il n’est pas commun d’imaginer une femme qui, voyant un mec qui lui plait dans un bar, aller droit vers lui et dire : « t’es beau toi, je t’offre un verre ? ». C’est même l’une des premières choses qu’on apprend aux garçons timides : n’attendez pas qu’une femme vienne vers vous et vous dise que vous lui plaisez ! Si un homme attend cela, il restera esseulé toute sa vie. Et c’est vrai !

    En ce qui me concerne, je trouve que ce manque d’initiative de la part des femmes est extrêmement regrettable. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’opportunités, de relations potentiellement heureuses, à côtés desquelles tout le monde passe à cause de ça. Maintenant posons la question : pourquoi ?

    Mon point de vue est le suivant – et si je me trompe : qu’on me corrige – on a beau crier à l’évolution, ce vieux dicton est toujours d’actualité : l’homme propose, la femme dispose. Oui : cela arrive, et heureusement, qu’une femme prenne l’initiative vers un homme qui lui plait, et encore est-ce discret : messages téléphoniques, mails, quelques regards insistants, des sourires. Mais… je n’ai pas encore lu de témoignage d’une femme, allant vers son collègue de bureau et l’inviter à dîner dans un joli restaurant.

    Qu’est-ce qui se passe ? les femmes ont donc peur que les hommes pensent « elle m’invite au restaurant ? mais quel culot ! Ça doit être une s***pe de première ! ». Pas du tout… elles ne le font pas parce que c’est contre-nature ! Je me trompe peut-être, mais je ne crois pas que les femmes rêvent de le faire. Oui, leur raison se rebelle contre la règle des trois rendez-vous. Elles PENSENT que c’est ridicule, frustrant, et fatigant à la fin de ne pas aller directement droit au but… mais sur le terrain, c’est l’instinct qui prend le dessus, elles RESSENTENT autre chose ! C’est la nature qui définit, en premier lieu en tout cas, les lois de la séduction. Ce n’est pas la raison.

    En second lieu vient la société elle-même. Oui : les femmes sont considérées, en général, comme des objets à conquérir. La mode s’acharne sur la femme : la beauté est considérée comme principal attribut féminin, et donc la femme doit « attirer », se faire conquérir, être entourée par un maximum de prétendants pour pouvoir choisir le plus offrant. Les femmes, par un consentement presque involontaire, se complaisent dans ce rôle ! Pour se débarrasser de ce concept, il faudrait introduire dans les relations de couple un idéal bien plus haut que la satisfaction des besoins individuels par l’autre. Mais c’est un autre sujet…

    Si on revient à l’idée que les femmes rêvent de « faire ce qui leur plait », je ne pense pas que ce soit un problème de nos jours (c’est même le contraire !). Le problème est que les femmes ne savent pas ce qui leur plait, pour reprendre la formule de Sheila ! C’est pour cela que la liberté de la femme est un concept trompeur : on laisse vraiment aux femmes la liberté de choisir, mais elles font souvent un choix flou ! Elles savent qu’elles veulent un homme doux, attentionné, gentil, compréhensif, qui restera à leurs côtés : mais elles choisissent le bad boy, et méprisent le nice guy. C’est devenu classique : le gentil garçon est sur la liste des achats à faire, mais en sortant du supermarché il n’est jamais dans le cadi.

    Voilà pourquoi la séduction féminine, à mon avis, restera toujours prisonnière de ces fausses conceptions : parce qu’elles sont vraies ! Les femmes ne savent pas – en tout cas pas encore – atteindre ce qu’elles attendent de la séduction. C’est pour cela qu’elles restent souvent – trop souvent – passives. Pour que la séduction féminine franchisse son Rubicon, la femme doit savoir très exactement ce qu’elle veut et ce qu’elle attend de son couple, et puis aller le chercher. Tous les préjugés du monde ne font pas le poids devant un choix de vie vrai, honnête et ouvert. Le problème est de dire que l’on veut telle chose tandis que l’on prend une autre, cela crée des déceptions et des colères, d’où les insultes, si peu méritées dans ce contexte.

    La vraie séduction ne commence pas par se plaire à soi… elle commence par un choix !

    • On ne va pas être d’accord, je préfère prévenir. Parfois j’ai l’envie de dire « no uterus, no opinion ». Surtout quand je vois écris « les femmes ». Comme si nous étions toutes les mêmes. Je ne le répéterai jamais assez il y a plus de différence inter-individuelle que inter-genre. Les généralisations, sur les femmes sont le débuts du sexisme, comme les généralisations sur les noirs, c’est le début du racisme. C’est faire de l’autre un objet (d’étude certes) en lui omettant toute subjectivité.

      Le grand problème en ce qui concerne le « mythe » de la séduction féminine – qu’il soit vrai ou faux – c’est que c’est une séduction réputée « passive ».

      Pendant longtemps, la séduction ne pouvait pas être active. Les parents choisissaient pour leurs filles un bon parti. Donc à part paraître aussi belle que vierge, elles ne pouvaient pas faire grand chose. Je partage, aujourd’hui la séduction est encore trop passive, mais il faut tout un temps pour se débarasser d’idées reçues sur ce que DOIT être une femme, et faire les choses à sa manière. Active si l’on veut l’être, passive si l’on veut l’être. C’est du temps et du travail, qui trouvera peut-être plus de répercussion dans les générations à venir.

      2000 de comportement patriarcal à changer. Apprendre à séduire autrement que par son corps, son physique ou sa conversation, apprendre à séduire de manière active est un concept récent. C’est d’ailleurs pour ça que ce site existe.

      elles ne le font pas parce que c’est contre-nature !

      J’ai un problème avec cette idée de « nature ». Quelle nature ? Tu veux de la nature, prend des femmes poilues, tu sais, même avec de poustache. Et marchons tous, nus à quatre patte, ne faisons plus la cuisine, et fracassons nos ordinateurs. C’est ça la nature. Bref, on reste dans une société de culture, 2000 ans de culture. La nature a bon dos pour justifier des discriminations.

      Le cerveau possède ce que l’on appelle de la plasticité neuronale. Il s’adapte à son milieu. Le cerveau humain est particulièrement adaptable, c’est pour cela que l’on a survécu. Certes, on a des jeux d’hormones (que l’on peut contrôler avec de la méditation, nature ?) , mais on est bien plus sensible au conditionnement. Même sur une seule génération. Alors sur toutes les générations que l’on a vu passer depuis que l’homme a inventé la roue, c’est fou ce que notre cerveau a du évoluer !


      Mais sur le terrain, c’est l’instinct qui prend le dessus, elles RESSENTENT autre chose !

      L’instinct, les hormones feraient que les femmes n’attendent même pas un verre pour coucher.
      Ce que tu appelles instincts, c’est automatisme préventif. C’est du conditionnement. Tu as lu plein de magazines qui te disent d’attendre, tu bandes pour ce gars (un clitoris bande), mais comme il te plait, tu vas te conformer à ce qui te semble être la norme.

      C’est la nature qui définit, en premier lieu en tout cas, les lois de la séduction

      Faux, c’est le conditionnement.
      Ce qui nous reste de la nature, c’est essentiellement certains geste de BL (body Langage). La parade amoureuse en somme. Et devine qui des deux genres possèdent la parade amoureuse la plus évoluées et complexe : la femme. 70 signes différentes (environ) contre une dizaine chez l’homme. Ce qui reste donc de la nature, dans la séduction, c’est une séduction active de la femme.

      hum… à méditer.

      En second lieu vient la société elle-même. Oui : les femmes sont considérées, en général, comme des objets à conquérir

      La société c’est toi, c’est moi. On peut faire changer les choses.

      (Note : les maladies du corps : anorexie, complexes handicapants notamment sur la musculature arrivent malheureusement en force chez les hommes).

      Pour se débarrasser de ce concept, il faudrait introduire dans les relations de couple un idéal bien plus haut que la satisfaction des besoins individuels par l’autre. Mais c’est un autre sujet…

      Là, je ne suis plus. Je ne vois pas en quoi monter un nouvel idéal du couple changera la femme « objet » en femme « sujet ». C’est plutôt réfléchir à notre conception des rapports homme-femme qui le fera évoluer.

      Pour ce qui est la satisfaction des besoins individuels par l’autre, je ne suis pas sûre de comprendre, j’attendre ton complètement.

      Elles savent qu’elles veulent un homme doux, attentionné, gentil, compréhensif, qui restera à leurs côtés : mais elles choisissent le bad boy, et méprisent le nice guy

      Beaucoup de femme, je ne parlerai pas au nom de toutes, veulent d’abord un homme avec de la personnalité. Attentionné et gentil est un plus. Simplement, elles ne veulent pas d’un homme gentil pour leur plaire, mais parce qu’il est naturellement comme ça. De la personnalité, c’est de l’IG, ça se travaille.
      Tu peux être affirmé ET être gentil. L’un ne s’oppose pas à l’autre.

      De même, beaucoup d’hommes préfèrent les femmes avec de la personnalité. ça ne veut pas dire « chieuse », ça veut dire affirmer.

      Et, là, je ne parlerai qu’en mon nom, j’ai besoin de gentillesse, d’attention et de douceur dans ma relation. Je les ai toujours vécues de cette manière. Et plus je m’affirme, je gagne en personnalité, plus je deviens moi-même « gentille ». Dire non, n’est pas de la méchanceté.

      Voilà pourquoi la séduction féminine, à mon avis, restera toujours prisonnière de ces fausses conceptions : parce qu’elles sont vraies !

      Reprends les unes à unes et explique-moi en quoi elles sont vraies.

      la femme doit savoir très exactement ce qu’elle veut et ce qu’elle attend de son couple, et puis aller le cherche

      Ah… si la femme doit….

      Plus sérieusement, sans te confronter au réel, sans expérimenter, comment tu peux savoir ce qui te correspond ou non dans une relation ?

      La vraie séduction ne commence pas par se plaire à soi… elle commence par un choix !

      Lequel ?

    • « Active si l’on veut l’être, passive si l’on veut l’être. Apprendre à séduire de manière active est un concept récent. C’est d’ailleurs pour ça que ce site existe. »

      Oui. Je suis d’accord, surtout avec la partie « si on veut l’être ».

      « 2000 ans de comportement patriarcal à changer. »

      Oui, je suis d’accord, mais tu as oublié « si on veut l’être ». Ah ! Ce n’était peut-être pas une omission, auquel cas tu voudrais dire qu’une société patriarcale « c’est mal ». Non, je sais que tu es contre le sexisme, tu as sûrement dû oublier…

      « J’ai un problème avec cette idée de « nature ». Quelle nature ? »

      Je ne sais pas. Et toi non plus, apparemment. Ce n’est sûrement pas « marcher nu à quatre pattes ». C’est une très bonne question en fait, de savoir ce qu’est notre nature, et la place de celle-ci dans nos vies. Mais… tiens, tu y as répondu:

      « Certes, on a des jeux d’hormones, mais on est bien plus sensible au conditionnement »

      Donc le conditionnement est plus important, plus fort que la nature. Alors dis-moi : qui décide de ce conditionnement ? Le gouvernement ? Les parents ? Les enseignants dans les écoles ? Les créateurs de mode ? Les gurus de la séduction ? C’est vrai, puisque la nature n’a plus sa place, si un jour mon fils me demande : « est-ce que je suis un garçon ou une fille ? », j’irai d’abord consulter sur le net ensuite je lui répondrai. Dans un avenir proche, on choisira le comportement sexuel de ses enfants comme on leur choisit un nom. Zigounette ou foufoune, ça n’aura plus d’importance… on aura « évolué ». J’apprendrai à ma fille à être la nouvelle femme, et même si elle ressemblera à Rombo, je ne m’en soucierai pas. La nature, après-tout, n’a pas d’importance.

      « L’instinct, les hormones feraient que les femmes n’attendent même pas un verre pour coucher. »

      Pas d’accord. L’instinct commande que la femme doit attendre le verre. L’instinct dicte le fait que l’homme doit offrir le verre, c’est-à-dire initier l’approche.

      « Tu as lu plein de magazines qui te disent d’attendre, tu bandes pour ce gars, mais comme il te plait, tu vas te conformer à ce qui te semble être la norme.»

      Non. Ce n’est pas à cause des magazines ; même avant l’existence des magazines, l’initialisation de l’approche est une caractéristique masculine. Le constat est là : c’est encore le mode de vie des tribus africaines, par exemple, et qui n’ont même pas accès à la radio.

      « Faux, c’est le conditionnement. »

      Non, c’est la nature.

      « Ce qui nous reste de la nature, c’est essentiellement certains gestes de BL… dans la séduction, c’est une séduction active de la femme. »

      D’accord, remplaçons le mot « actif » par « direct » : la phrase devient fausse. Mais je note tout de même que la nature a doté le sexe féminin d’une séduction active, et qu’elle n’est pas due au conditionnement. C’est un mode de séduction qui a à son actif 70 signes, pas des moindres ! Comme quoi, attendre le verre n’est pas un conditionnement. Offrir le verre, par contre, peut le devenir (et je l’espère).

      « Je ne vois pas en quoi monter un nouvel idéal du couple changera la femme « objet » en femme « sujet ». C’est plutôt réfléchir à notre conception des rapports homme-femme qui le fera évoluer. »

      Non, je ne crois pas. Y a-t-il jamais eu de débat sur les rapports entre frères et sœurs dans une famille ? A-t-on jamais vu – à part dans les sociétés extrémistes – un homme considérer sa sœur comme un objet ? Non. Il s’agit bel et bien des relations de couple, dans le contexte amoureux ou sexuel. Qu’est-ce que le couple ? Quel est le but de ces deux personnes qui se mettent ensemble ? Quel est le poids du désir physique dans une relation sentimentale ? Etc. Voilà les questions que je me pose quand je parle d’introduire un idéal dans le couple.

      « Pour ce qui est la satisfaction des besoins individuels par l’autre, je ne suis pas sûre de comprendre, j’attends ton complètement. »

      Le voici : s’attendre dans sa recherche amoureuse à trouver une personne qui va satisfaire certains de nos besoins, sentimentaux ou physiques, est une mauvaise conception à mon avis. L’idéal c’est le partage, l’amour est avant tout un don de soi, n’es-tu pas d’accord ?

      « Simplement, elles ne veulent pas d’un homme gentil pour leur plaire, mais parce qu’il est naturellement comme ça. »

      Je note qu’elles ne veulent pas d’un prétendant qui se soumet à leur autorité, en courant après elles. Je note que cela ne les attire pas, que c’est contre leur instinct sexuel, et qu’elle veule quelqu’un qui s’affirme. Je note aussi que faire le gentil pour plaire, comme les mamans l’apprennent à tous leurs fils, aura des conséquences néfastes sur leur vie avec les autres femmes.

      « Reprends les unes à unes et explique-moi en quoi elles sont vraies. »

      Okay, on y va…

      1) Séduire, pour une fille, c’est facile : oui, c’est facile. Se faire aimer, par contre, est difficile.
      2) Une fille qui séduit ne se prendra jamais de râteau : bien sûr, ça doit être rare car je n’en ai jamais vu de ma vie.
      3) Une fille qui drague tous les mecs ne se respecte pas : là c’est hors de contexte. Le respect est une notion sociale qui diffère selon les endroits.
      4) Une fille ne peut pas draguer comme un homme : oui, c’est vrai. A moins qu’elle soit conditionnée autrement, la drague directe n’est pas dans… sa nature.
      5) Il suffit d’être jolie pour y arriver : Oui, c’est vrai. Encore une fois, cela suffit pour plaire, mais non pour se faire apprécier.
      6) Une femme ne peut pas être un alpha : bien sûr qu’elle peut l’être, mais je ne pense pas qu’en jouant le rôle de lion dans le couple il y ait un bon équilibre. A moins que son conjoint joue le rôle de lionne bien sûr. Ah ! Non, je sais, chacun est libre d’être lion ou lionne, je ne juge pas !
      7) La séduction féminine commence avec le couple : eh bien oui, c’est vrai, si pour vous séduire veut dire se faire apprécier, alors le couple est le trophée de la séduction. Cependant, si vous séduisez n’importe qui, alors la rupture ne doit pas empiéter sur votre égo mais servir de leçon. Mais qui suis-je pour donner des conseils ? Chacun ses choix…

      « La vraie séduction ne commence pas par se plaire à soi… elle commence par un choix ! »
      « Lequel ? »

      Choisir qui on veut séduire. Et vouloir qui on a choisi. C’est possible ?

      « Ah… si la femme doit….
      Plus sérieusement, sans te confronter au réel, sans expérimenter, comment tu peux savoir ce qui te correspond ou non dans une relation ? »

      Non, je plaisantais bien sûr, la femme ne doit rien. Elle devrait… elle pourrait… si c’est possible, bien sûr !
      Plus sérieusement, je ne sais pas comment mes parents ont fait, ni mes grands-parents, ni mes arrière-grands-parents pour avoir vécu ensemble des décennies entières, jusqu’à ce que la mort les sépare, avec un mariage traditionnel, sans jamais avoir eu à « expérimenter » jusqu’à la trentaine, pour trouver cette hypothétique correspondance, ou perfection idolâtrée que notre génération ne cesse d’imaginer pendant que le nombre des divorces explose ! Ce n’est pas vrai ! Dites-moi que vous êtes aveugles pour ne pas voir que notre conception du couple est devenue totalement erronée ! Quelle preuve de plus voulez-vous : ça ne marche plus !

      « Parfois j’ai l’envie de dire « no uterus, no opinion ». Surtout quand je vois écris « les femmes ». Comme si nous étions toutes les mêmes. »

      J’ai gardé cela en dernier parce que c’est ma préférée. D’accord. Ni les femmes ni les hommes ne sont pareils, mais il existe des similitudes dans chaque genre qu’on ne peut pas renier. Je n’aime pas généraliser, mais force est de constater que dans une étude de société on y est obligé. Très bien, je ne dirai plus « les femmes » je dirai : « ces êtres d’un sexe autre que le mien et qui sont si différents les uns des autres ». Ça fait un peu long, mais au point où j’en suis…

      Quant au vieux dicton latin, « non uterus, non opinio » il me fait si plaisir que je le partagerai ce soir avec mes collègues. Je vais leur présenter un projet révolutionnaire : réaliser la première implantation d’utérus dans le corps d’un homme. Oh, ce sera un petit pas pour l’homme certes, mais un grand pas pour les femmes. Enfin, nous serons presque pareils…

    • Donc le conditionnement est plus important, plus fort que la nature.

      Plutôt que « nature », je parlerai de biologie. On a, humain, une biologie particulière. Elle n’est pas la même pour deux individus. Mais, on a ce que l’on appelle la plasticité neuronale, qui s’adapte, justement, au conditionnement.

      Conditionnement : tout ce qui fait éducation. Tout ce qui est appris.

      Si un jour mon fils me demande : « est-ce que je suis un garçon ou une fille ? »

      C’est absurde. Ton garçon, biologiquement verra que son corps est différent d’une fille. Tu lui diras que son corps est celui d’un garçon.
      Mais, dire à un garçon qu’il est un garçon, ne veut pas dire qu’il DOIT être : fort, leader, etc… les traits de caractéristiques associés, eux, sont pour la plupart accolés aux codes sociaux. L’anthropologie du genre, en cela est riche. (Je commence doucement à m’y plonger).

      J’apprendrai à ma fille à être la nouvelle femme.
      A se trouver et être elle-même est pas mal aussi. Qu’elle développe des traits de caractères traditionnellement reservés aux hommes ou aux femmes, peu importe, si elle se sent en accord avec elle et heureuse…

      Ce n’est pas à cause des magazines ; même avant l’existence des magazines, l’initialisation de l’approche est une caractéristique masculine. Le constat est là : c’est encore le mode de vie des tribus africaines, par exemple, et qui n’ont même pas accès à la radio.

      Est-ce que tu insinues que les sociétés dites-traditionnelles n’ont pas de culture ? N’ont pas des codes sociaux qui les régissent ?
      Il existe des sociétés matriarcales ou polyandre ou des sociétés dans lesquelles ce sont les femmes qui font le premier pas. Regarde l’Allemagne, aujourd’hui.La séduction y est l’apanage des femmes.

      Donc, culture.

      (je saute des passages, volontairement)

      Je note qu’elles ne veulent pas d’un prétendant qui se soumet à leur autorité, en courant après elles. Je note que cela ne les attire pas, que c’est contre leur instinct sexuel, et qu’elle veule quelqu’un qui s’affirme.

      « les » femmes, je vais finir par le bannir. Il existe plus de différences entre deux individus (même biologique) qu’entre les deux genres.
      Donc, « certaines » femmes, « beaucoup » de femmes, « les femmes que j’ai pu rencontrés » sera une observation plus juste que « les » femmes.

      On peut s’affirmer et être bon. Je ne vois pas en quoi c’est contraire.

      1) Séduire, pour une fille, c’est facile : oui, c’est facile. Se faire aimer, par contre, est difficile.

      Demande à tes amis : avez-vous été séduis par toutes les filles avec qui vous avez couché ? Vu le nombre de « non » que l’on rencontre, tu verras que pour une femme coucher et séduire est différent. Et séduire, difficile.

      2) Une fille qui séduit ne se prendra jamais de râteau :

      Lis les commentaires, des râteaux tu en verras.

      la drague directe n’est pas dans… sa nature.

      Culture.

      6) Une femme ne peut pas être un alpha : bien sûr qu’elle peut l’être, mais je ne pense pas qu’en jouant le rôle de lion dans le couple il y ait un bon équilibre. A moins que son conjoint joue le rôle de lionne bien sûr. Ah ! Non, je sais, chacun est libre d’être lion ou lionne, je ne juge pas !

      Un mec qui joue le lion dans le couple ne donne pas envie : un feignant qui bouffe et qui dors pendant que madame part au travail.
      Le concept d’Alpha est à revoir.

      De même que l’idée de pouvoir dans le couple.

      eh bien oui, c’est vrai, si pour vous séduire veut dire se faire apprécier, alors le couple est le trophée de la séduction. Cependant, si vous séduisez n’importe qui, alors la rupture ne doit pas empiéter sur votre égo mais servir de leçon. Mais qui suis-je pour donner des conseils ? Chacun ses choix…

      Amour et couple vont généralement ensemble, mais ce n’est pas toujours le cas.

    • Drot, je ne sais pas quel âge tu as… à la 30aine passée, je pense que les femmes en ont bien goûté du bad boy qui les a misérablement fait souffrir, larguées ou trompées…et qu’elle cherchent une relation plus sereine avec un « nice guy » comme tu dis. À mes yeux, le concept de « Nice guy » est loin de celui d’être stupide ou quoi que soit. Je ne parle peut-être que pour moi, je ne sais pas. Quand on est jeune, c’est difficile de savoir ce qu’on veut. On tâte, on se cherche, on accepte des choses que plus tard on serait incapble d’accepter, c’est l’apprentissage de la vie. Heureuses sont celles qui sont tombées sur des mecs biens dès leur plus jeune âge. Perso, j’ai souvent peur d’effrayer le mec en face de moi qui me plaît, et je me réfrène sans doute souvent, pas par conventionisme mais plutôt par peur de provoquer trop la personne en face de moi, mais le naturel revient au galop et finalement, si je l’effraie c’est qu’il n’allait pas tenir la route… ;)

    • C’est bien cela le problème, et c’est parce que je compatis que je le dis : il ne faut pas prendre sa vie amoureuse ou sexuelle à la légère. Sous couvert de chercher son âme soeur, de tâter comme tu dis, non seulement on sous-estime la valeur de son intimité, mais en plus on s’expose à devenir quelqu’un de désabusé, qui aura d’autant plus de mal à établir cette connexion amoureuse si particulière. A mon avis, c’est une erreur de faire croire aux jeunes gens qu’ils doivent d’abord prendre le temps « de se découvrir » en faisant des expériences qui n’ont pas lieu d’être.

      Le concept « garçon gentil » qui reste sur le banc de touche est bien réel, une simple recherche sur le net suffit pour s’en convaincre. Voici le premier exemple qui s’affiche :  » J’ai 23 ans… On me dit souvent que je suis trop gentil. Et je souffre de voir que les filles qui ne veulent pas de moi, préfèrent sortir avec des garçons qui les rendent malheureuses. Et c’est souvent dans ces cas là qu’elles s’accrochent le plus… en attendant c’est moi qui reste tout seul à m’ennuyer devant mon ordi ».

      Alors, que veut dire la séduction féminine ? Le constat est là : il y a une grande différence entre ce que les femmes disent vouloir et ce qu’elles préfèrent dans la réalité.

      Et c’est bien que tu parles de la trentaine passée, parce qu’il est tout à fait hypocrite pour une personne de faire la fête pendant dix ans avant de se tourner vers des gens sérieux pour fonder une famille, une fois que le corps commence à accuser l’âge. Les « Nice Guys » et les « Nice Girls » ne doivent pas servir de roue de secours pour les autres.

      PS : quand je dis « Nice Guy » je ne veux pas dire stupide, ni encore « pas viril ». Je veux vraiment dire : sérieux et gentil. Ce que les femmes modernes, avant la trentaine, appellent : « garçon ennuyeux ».

    • la valeur de son intimité,

      Est-ce que mon intimité manquera de valeur si elle a été souvent pourfendue ? Non. La respecter, c’est AUSSI lui donner du plaisir.

      mais en plus on s’expose à devenir quelqu’un de désabusé, qui aura d’autant plus de mal à établir cette connexion amoureuse si particulière.

      Plus on s’expose à la vie, plus on risque de devenir désabusé. Ou de s’en servir pour grandir. Ce n’est pas l’expérience, en soi qui compte, mais bel et bien ce que l’on en fait.

      . A mon avis, c’est une erreur de faire croire aux jeunes gens qu’ils doivent d’abord prendre le temps « de se découvrir » en faisant des expériences qui n’ont pas lieu d’être.

      Mais bon sang ! Qui es-tu pour savoir si cette expérience à lieu d’être ou non pour cette personne !
      Que tu saches pour toi, tant mieux. Mais les autres, qu’en sais-tu. Laisses-les gérer leurs vie, sans juger si c’est bien ou mal de choisir la multitude d’expérience ou non. Chacun sa route… Encore une fois, tout ce qui compte c’est ce que l’on a en faire…

      Alors, que veut dire la séduction féminine ? Le constat est là : il y a une grande différence entre ce que les femmes disent vouloir et ce qu’elles préfèrent dans la réalité.

      « Les » femmes… Bref. Il y a une différence entre gentillesse et manque de personnalité. Quelqu’un qui ne s’affirme pas, n’a pas confiance en elle/lui, OUI utilisera la gentilesse pour plaire, et OUI ne plaira pas. Ce qui plait, ce sont les personnes qui s’affirment.

      Et c’est bien que tu parles de la trentaine passée, parce qu’il est tout à fait hypocrite pour une personne de faire la fête pendant dix ans avant de se tourner vers des gens sérieux pour fonder une famille, une fois que le corps commence à accuser l’âge

      « hypocrite », c’est du jugement. Tous les gens ne fonctionnent pas pareil. Certains ne veulent pas se caser tout de suite. C’est leur choix. Si toi tu préfère te caser plus tôt, c’est ton choix. Point. Ici, on ne juge pas, en fait. C’est un peu la politique du lieu.

    • « La respecter, c’est aussi lui donner du plaisir »

      Je suis d’accord ! Je veux juste souligner le caractère de « surconsommation », où le sexe est devenu une prouesse, et non plus un plaisir donné à soi-même, comme tu le dis. Je pense que cela tue la notion de « vrai » plaisir.

      « Est-ce que mon intimité manquera de valeur si elle a été souvent pourfendue ? »

      Je n’emploierais pas le mot « pourfendue ». Et je sais que le mot « valeur » offense les oreilles, parce que cela sous-entend « jugement ». Vois-tu, je ne juge pas : j’aime seulement donner de l’importance aux choses. Mais tu as raison : chacun ses choix.

      « Plus on s’expose à la vie, plus on risque de devenir désabusé »

      Je ne pense pas que ce soit une fatalité. Je pense qu’il y a une différence entre « se tromper » et « se faire tromper ». La première est une expérience positive qui contient une leçon. La deuxième est une expérience douloureuse que je ne conseillerais à personne de vivre. Mais encore une fois, c’est juste mon opinion.

      « Mais bon sang ! Qui es-tu pour savoir si cette expérience a lieu d’être ou non pour cette personne ! Que tu saches pour toi, tant mieux. Mais les autres, qu’en sais-tu. Laisse-les gérer leurs vies, sans juger si c’est bien ou mal de choisir la multitude d’expérience ou non. »

      Oh ! Je ne suis personne pour savoir ce qui a lieu d’être ou non… loin de moi cette idée. J’ai pensé que les expériences douloureuses que certains ont vécues doivent servir de leçons aux autres afin d’éviter de tomber dans le même piège. Il s’agit de donner un conseil : l’autre est ensuite libre de le suivre ou non. Je respecte ton point de vue, et je ne juge que MES expériences, mais personnellement : je ne laisserai jamais quelqu’un avancer vers une aventure que je crois douloureuse sans le prévenir. Après, chacun est libre de faire ce qu’il veut…

      « Il y a une différence entre gentillesse et manque de personnalité. Ce qui plait, ce sont les personnes qui s’affirment. »

      J’en prends note. Et je souligne gentiment que je l’utiliserai plus tard ^^.

      « Hypocrite », c’est du jugement… Tous les gens ne fonctionnent pas pareil. »

      Eh mais je ne juge personne ! Seulement, je suis obligé de faire la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal, c’est-à-dire ce qui est vrai et ce qui est faux. « Hypocrite » est un qualificatif, qui désigne un comportement. Je voulais juste dire qu’il ne faut pas prendre les gens pour des roues de secours. Bien sûr que chacun est libre de choisir son mode de vie ! C’est un cas particulier que j’ai cru bien expliquer. C’est juste mon opinion, mais je pense que c’est mal de se mettre avec quelqu’un par défaut, sans qu’il/elle ne le sache.

    • Je veux juste souligner le caractère de « surconsommation », où le sexe est devenu une prouesse, et non plus un plaisir donné à soi-même, comme tu le dis. Je pense que cela tue la notion de « vrai » plaisir.

      C’est en débat, sur la toile actuellement. Doit-on expérimenter beaucoup, doit-on être dans une recherche de plaisirs plus simples ? Quel rapport avoir avec la sexualité quand elle est devenu débat public ? Bref, je n’ai pas de positionnement clair là-dessus. Comme tous le monde je m’interroge sur l’expérimentation prônée et les directions qu’elle prend.

      Cependant, l’importance (ou valeur) d’un vagin existe en soi. Peu importe qu’il est vu 100 queues ou une seule. Chacun son ce chemin pour composer entre consommation des corps, libération sexuelle, quête de son corps, pratiques…

      Pour ce qui est des expériences de vie, comme sexuelle… on n’en tire que ce que l’on veut bien en tirer. « Se faire tromper » peut-être enrichissant, une fois la période de colère et déception passée. Tout dépend de ce que l’on en fait…

      Seulement, je suis obligé de faire la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal

      C’est là, où on est pas d’accord. Je ne sais pas ce qui est bien ou mal. Je vois ce qui fait du bien ou du mal. Mais, je ne pense pas qu’il y ait une morale objective en ce bas-monde.

      c’est-à-dire ce qui est vrai et ce qui est faux

      Idem pour la vérité.

      « Hypocrite » est un qualificatif, qui désigne un comportement.

      Je signe te persiste, c’est un jugement de valeur qui admettrais qu’il y ait une vérité et une morale objective.

      Je voulais juste dire qu’il ne faut pas prendre les gens pour des roues de secours.

      Aller vers des mecs plus doux, n’est pas forcément utiliser une roue de secours ou un faute de mieux.
      C’est parfois un choix, une envie réelle. Il n’y a rien d’hypocrite à laisser le temps à cette envie d’emerger.

  36. Anashka, j’ai rencontré un homme qui m’a proposé un premier rendez vous. Ca c’est super bien passé. Tu penses que je dois lui renvoyer un message pour l’inviter à mon tour?

    • évidemment !
      Ca c’est bien passé et il a une bonne opinion de toi !
      Pourquoi croire un instant que si tu agis, c’est foutu ? c’est carrément illogique …

    • Pourquoi pas ? Tu penses l’inviter où ?

  37. Anashka, en effet tu as des mecs qui aiment bien changer, coucher à droite et à gauche.
    Mais tu as aussi une autre partie de mecs qui souhaite avoir une copine pour partager de bons moments, partager plein de choses, passer de bons moment bref partager.
    Je pense Anashka, je pense que tu n’as pris en compte ces hommes là dans ton raisonnement. Je pense qu’il faut que tu les prennes en compte parce qu’ils sont plus nombreux que tu penses (je m’avances peut être)

    • Justement, sur les idées reçues j’en dénonce les porteurs. Pas « les hommes ». D’où mon « beaucoup », « certains » hommes.
      Je sais que certains/beaucoup d’hommes recherchent une relation plus amoureuse. Qui refuserait de construire une belle histoire ?
      J’ai même tendance à penser que tout le monde, veut, à terme, une belle histoire. Les personnes voulant queuter toute leurs vies sont rares.

  38. Je plussoie ce que dit lapetitefée. Je ne vois pas ce que je pourrais ajouter comme fausse idée :)
    A part peut être, que la séduction féminine à pour seule finalité d’être en couple de façon traditionnelle.

    • Vrai que c’est une image qu’on projette sur toutes les femmes : vouloir le chien et les enfants. Pourtant, ce n’est pas systématiquement vrai.

    • Mais cela rejoint déjà un peu ce que tu as dis…

  39. Tu as tout dit Anashka :)

    • Ah, c’est pour ça que j’ai pas beaucoup de commentaires sur celui-là.
      Prochain article : article à trous. ^^

  40. Merci pour cet article.

    Ce qui me révolte le plus, c’est tout ce qui est construit sur la dichotomie maman/putain. Une fille qui se respecte, blablabla, elle ne doit pas se donner comme ça (comme si je me « donnais » à chaque fois que je m’envoie en l’air). Et puis évidemment, les filles, c’est pas pareil que les garçons, elles cherchent l’Amour, pas les relations sans lendemain. Et une femme, c’est fragile, alors ça peut pas séduire comme un homme. Mon commentaire est absolument pas construit, mais j’écris comme ça vient.
    Le concept d’Alpha, je trouve ça totalement ridicule.

    On en a déjà parlé, mai ton article sur comment séduire sans se conformer aux clichés de la féminité, je l’attends avec impatience. Parce que je ne vois pas du tout comment l’aborder autrement.

    • Ma très chère Mary Read,

      Tu te pleins des clichés sur les femmes mais tu ne fais pas l’effort de les dépasser.
      Etant un homme, ce que je peux te dire, c’est que si tu as envie de te donner, d’être active et non pas « sage », les hommes t’accueillerons bien plus qu’ils ne te repousseront.
      A Partir de la, quelle est cette petite voix en toi qui te replaces dans le cliché ? Pourquoi ne pas t’en ficher et de faire comme bon te semble ?

    • Sincèrement, j’en suis encore au stade réflexion sur « comment séduire sans rentrer dans les clichés ».
      Comment piste : le développement personnel. Mais, un peu de minauderie fais souvent la différence. En faveur.

  41. Donc ce n’est pas le fait d’être coincée, mais d’être méchante.

  42. oulaaaaaa!!! :) les filles!! c’est quoi ces préjugés! Et puis si certains homme pensent que vous êtes des salopes parce que vous allez essayer de séduire un type, passez à coté, vous ne les verrez plus de toute manière!
    Nous, les hommes, on aime simplement quand une fille nous salut au bonjour qu’on lui offre… Et avec le sourire s’il vous plait :) On le fait très bien alors pourquoi pas vous? La politesse ça fonctionne dans la séduction lol
    Oubliez les « ni putes, ni soumises » qui, criant qu’elles se battent pour l’égalité des sexes, vous rabâchent sans cesse que l’homme et le criminel de l’humanité! Pour l’égalité des sexes, ils seraient mieux qu’on se retrouve et qu’on s’aime entre sexes opposés! Je ne vois que des hommes qui s’effrayent à la vue d’une femme et des femmes qui craignent l’homme. Avançons ensemble!
    L’homme doit se sentir plus fort dans le couple. Cela, ne veut pas dire que la femme doit s’écraser, mais simplement soutenir l’homme parce que c’est son don. Vouloir être la chef ne vous facilitera pas la séduction…
    A propos de Disney, sur plein de site de rencontre j’ai remarqué que les filles faisaient appel au prince charmant avec 10 000 critères à la suite… Je disais pareil sur les filles « elles regardaient trop disney » « elles veulent le héro de Twillight », etc etc. J’ai aussi fait un teste de sexualité sur ces sites de rencontres en mettant un article sur mon profil disant que j’aimais surtout le sex… A peine 5% des filles qui m’ont parlé étaient ouvertes sexuellement… le reste m’insultaient à la première phrase ou se foutaient de moi…

    • quand une fille nous salut au bonjour qu’on lui offre…

      Justement, beaucoup de femmes aimeraient séduire autrement qu’en répondant à Monsieur.

      vous rabâchent sans cesse que l’homme et le criminel de l’humanité

      Donnes-moi un seul lien de site féministe nous disant que l’HOMME est le criminel de l’humanité… Un seul.
      Parce que je crois, que c’est un préjugé sur le mouvement.

      ils seraient mieux qu’on se retrouve et qu’on s’aime entre sexes opposés!

      C’est ce que prône féministe et anti-sexiste.

      L’homme doit se sentir plus fort dans le couple.

      Au nom de ?

      mais simplement soutenir l’homme parce que c’est son don

      Idem, un lien pour étayer cette surprenante théorie. Je ne savais pas que l’homme avait un don inné pour représenter la force du couple.

      A propos de Disney, sur plein de site de rencontre j’ai remarqué que les filles faisaient appel au prince charmant avec 10 000 critères à la suite…

      C’est un phénomène que je dénonce tant pour les hommes que pour les femmes. Effectivement, c’est idiot.

      A peine 5% des filles qui m’ont parlé étaient ouvertes sexuellement… le reste m’insultaient à la première phrase ou se foutaient de moi…

      1. Être « ouverte sexuellement » n’a rien d’une obligation. Surtout si c’est pour soutenir un homme fort derrière, ça ne donne pas envie.
      2. Si 95% des filles te font de manière plus ou moins poli le retour que tu t’y prends mal, faut-il s’interroger sur soi ou sur tout le sexe féminin ? De même, entre 95% des femmes et toi, quel est le plus simple à changer ? Es-tu sûr d’avoir la bonne méthode.

    • En quoi l’homme doit se sentir plus fort dans le couple ?

    • Parce que «  »vous » » aimez bien être protégé, tout du moins malheureusement comme d’habitude, la société vous a formatté que vous aimiez être protégé.
      Mais je suis absolument d’accord avec toi sinon

    •  » la société vous a formatté que vous aimiez être protégé. »
      Je préfère cette approche. Mais l’envie de protéger l’autre se retrouve des deux côtés. J’ai plutôt tendance à être protectrice. Et même du côté des hommes, devoir être « fort » en toutes circonstances, ça peut être hyper pesant.
      Et puis, tout dépend aussi de la manière dont on définit « fort ». Ça veut dire quoi « être fort » ?

    • Je lui laisse le temps de répondre, j’ai aussi mon avis… Mais forcément, il surprendra…

  43. Entre les ‘elle seduit trop c’est une salope’, ‘elle se donne trop vite’ et les ‘elle se lache pas c’est une coincee’, ‘au lieu de profiter les femmes passent leur energie a essayer de ne pas passer pour une salope’, j’ai envie de dire: quand est-ce qu’on arretera de passer les femmes au crible et qu’on arretera de les considerer comme des objets (a conquerir, qui se ‘donnent’, qui se derobent, qui se fait desirer, etc.) ca devient epuisant et les femmes en ont marre de jouer ce jeu schizophrene! J’ai meme vu des mecs utiliser la ‘liberation sexuelle’ comme moyen de pression ‘quoi t’es pas une femme liberee?!’

    • Si tu ne veux pas écouter la règle des 3 rendez-vous, pourquoi tu ne le fais pas ?
      Qui te dit que si tu n’attend que deux rendez-vous, c’est fichu ? personne…

    • « Quoi t’es pas une femme libérée ? » Alors ça, ça a le don de me foutre hors de moi ! Quand tu obéis à leurs desiderata, tout va bien mais dès que tu montres un peu de tabou ou ne serait-ce que de la pudeur, alors voilà, tu te prends ce genre de remarques.
      Si tu as un IG à la hauteur, tout va bien. Sauf que la majeure partie des femmes ont un grand manque de confiance en elles. Elles ne cessent de se comparer/d’être comparées 1) à des modèles 2) aux MAUVAIS modèles féminins.
      Du genre niveau sexe, si tu ne joues pas à l’actrice de X ouverte à tout et éjaculant au bout de 3 parties de jambes en l’air, alors tu seras certifiée « coincée », « anormale » et j’en passe… Sauf que voilà, précisément dans actrice X, il y a ACTRICE. Et dans femme, il y a âme.

    • Ni trop, ni trop peu. Clairement, la libération sexuelle a surtout échangé le « tu dois être sage » à « tu paraitre sage, mais tu dois avoir une sexualité libérée : notamment en atteignant l’orgasme de manière vaginale, en pratiquant la fellation et en étant ouverte au plan à 3, avec une autre femme, bien entendu ! ».

      Bref, on a encore du chemin à faire, pour que libre signifie : tu fais ce que tu veux.

    • Je ne te le fais pas dire !

    • Oui. Peu importe le comportement que tu peux avoir, il saura synonyme de reproches. Beaucoup d’hommes ont regardés beaucoup trop de Disney. Il pense que la princesse existe, et quand les filles ne sont pas parfaites, ils leur font remarquer. Pas évident de trouver, là dedans, une place qui nous convient, notamment dans la sexualité.

  44. Lorsqu’on nous qualifie comme étant « comme toutes les filles » (=coincée) lorsqu’on s’efforce d’échapper au slut-shaming et à la réputation de fille facile, et qu’au contraire on soit classées dans la catégorie s***** si on accepte les ONS.. Donc si tu attends un peu pour coucher personne n’est satisfait, et si tu fais ce dont tu as envie tu n’es pas une femme bien? A quand un juste milieu?

    • lalalaaaaa je suis un peu asperger je l’admet, et ma vie de séduction entiere affirme ces cliché :)

      oui les femmes ont beaucoup plus d’avance sur les homme en séduction et c’est pour sa que vous ne savez absolument pas séduire^^

      je m’explique
      ce que ressent une femme de 30 ans face a un homme qui lui plait, il faut savoir que cet homme en question as déja apprit a gerer le même sentiment qu’il éprouve envers elle, bnien plus jeune

      pourquoi? sinon il ne nique pas tout simplement

      avec son embarras du choix, la femme ne séduit pas

      elle prétend vouloir faire naître des sentiment chez l’homme mais les sentiment naissent avec le temp tout simplement et tout naturellement

      ex: la mere d’un homme a toute ses faveur car elle as toujours été la pour lui

      vous les femme mettez le terme de séduction sur quelque chose qui se passeras de toute facon, nous les hommes esseyons de vous faire comprendre que vous n’avez aucune raison d’avoir peur de nous dans la séduction

      car oui, ce n’est pas une technique de séduction mise au point par les femmes, c’est juste votre peur que vous n’arrivez pas a surmonter face a un homme qui vous plait et dont vous esseyez de trouver divers raison

      la preuve est que vous reconnaissez vous même votre séduction plus passive et plus poussé

      plus poussé car effectivement a force d’etre passive, vous observez et vous en apprenez plus que les homme, qui, eux, doivent agir

      dans la vie en générale comme en séduction, ,aucun mérite n’est accorder a celui ou celle qui n’as rien fais

      si une femme n’as fais que réagir aux agissement d’un homme, ce qui est pratique pour eviter toute forme de rejet, elle ne peut pas prétendre séduire

      je suis désoler mesdames mais la séduction est une histoire d’hommes et la plupart des clichés sont vrais, et croyez moi j’aimerais qu’il en soit autrement, marre de faire le premier pas sous peine que rien ne se passe …

      si je suis celui sur qui repose la suite d’une histoire que je vivrais avec une femme, alors le mérite revient a l’homme mais vous les femmes ne savez absolument pas séduire

      face a un homme qui ne saurait pas séduire , votre séduction de femme n’as absolument aucun effet, je pense aux mec un peu timide

      mais dans le cas contraire, une femme n’as pas besoin d’apprendre a séduire pour qu’un homme vienne tenter quelque chose avec elle

      stop l’hypocrisie, merci

    • J’en rêve. Non pas du juste milieu, mais de faire ce qu’il nous plait. Attendre, parce qu’on en a envie. Foncer parce qu’on en a envie. Pour que ça change, le mieux, c’est de s’écouter, soi. Et de faire les choses à notre façon. La règle des trois rendez-vous, si tu savais comme elle m’emmerde…

    • J’aurais du lire ton post avant de poster! 100% d’accord ;)

Top articles

Ravivez son Romantisme!

Pourquoi n’organise-t-il plus de soirées romantiques avec vous ? Pourquoi n’organise-t-il plus de soirées en tête à tête avec vous ? Il ne planifie plus de...

On A Sondé 2718 Hommes Pour Comprendre Pourquoi Ils Prennent Leur Distance Avec Une Femme…

Hello, Petit mail express aujourd’hui parce que je m’apprête à monter dans l’avion... Mais je voulais quand même que vous voyiez ceci : ==> On a sondé...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ? Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ? Mais ça vous paraît...

Ceci ravive FACILEMENT l’intérêt d’un homme…

Première rencontre ou relation mal en point, vous souhaitez raviver l’intérêt d’un homme ? Alors… RÈGLE N°1 : ARRÊTEZ de tout le temps chercher à...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui. L’une des façons de caresser le « POINT...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ? Pourquoi pensez-vous...

Les 3 Messages qui Déclenchent L’Obsession Amoureuse

Hello, Qui pourrait croire qu’avec votre téléphone, vous aviez une arme aussi puissante dans votre poche… Et qu’une simple séquence de 3 textos pouvait déclencher une...