Comments are closed.

Prude Shaming et libération sexuelle

-

prude shaming et libération sexuelle
Voilà près d’un an que je fais traîner la rédaction de cet article. D’une part, il y a relativement peu d’informations sur le sujet (sur le net, en tout cas) et ensuite, parce que me sentant — a priori — peu concernée par le Prude Shaming, il m’ait difficile de trouver du matériel suffisant dans mon expérience personnelle.

Pourtant, cet article semble être la suite logique de l’article sur le Slut Shaming. Car l’un comme l’autre dénote de l’échec de ce que l’on appelle « libération sexuelle ».

Bref, Slut Shaming, Prude Shaming et libération sexuelle, c’est ici.
Enjoy.

 

Prude Shaming et Slut Shaming : même combat

Slut Shaming

 

Littéralement « humiliation des salopes ».

C’est le dénigrement et la dévalorisation d’une personne (femme, le plus souvent) en raison d’une vie sexuelle — supposée ou avérée — comme légère.

Typiquemen

129 Commentaires

  1. Bonjour;

    Merci pour votre site très intéressant (et on rigole bien)

    J’apporte un ptit témoignage : moi (fille), je l’ai fait à 28 ans, ben oui. Pendant très longtemps, j’ai juste vu des hommes fades et vulgaires autour de moi, sans compter le manque de confiance pour oser me mettre en avant ; j’avais honte, et je me croyais même asexuelle… Avant de trouver le bon, gentil tout plein et fou amoureux. On est sortis ensemble un jour (mais on se connaissait déjà), et il était tellement délicat et surtout prévenant que j’ai été en confiance et qu’on est allé jusqu’au bout ce premier jour. :-)
    Il m’a dit qu’il ne voyait pas que c’était la première fois, j’avais confiance en lui et en moi, je me suis laissé aller, à le caliner partout donc j’étais plutot bonne. Comme quoi, il ne faut pas avoir peur. :-)
    je suis restée avec lui pendant un an et demi.

    Ah tiens, si vous pouviez faire un article sur les sapiosexuels. C’est un concept US pas connu en France mais qui mériterait de l’être. C’est le fait d’être attiré/excité par l’intelligence (réflexions profondes, humour (mhhh, les doubles sens…)). Ca pourrait intéresser des lecteurs qui se cherchent (et j’ai vu qu’il y avait des surdoués ici).

  2. J’ai eus un beug dans mon dernier commentaire ^^ » Je répondais à Contributeur à partir du paragraphe qui commence par  » Oula je connais pas beaucoup de sites et dans le peu que je connais  » .

    Voilou (comme ça vous serez pas perdus lors de la lecture).

    • Si les mecs d’AUM ne répondent pas, c’est peut-être qu’il ne le peuvent pas. En effet, le site est payant pour les hommes (il n’y a pas de féministes pour dénoncer cette inégalité flagrante ?!) …
      Je vais m’inscrire sur le forum, on pourra échanger sur ta situation si tu veux.
      Au faite, tu es de quelle ville ? Il n’y a pas de quoi faire pour sortir de par chez toi ?
      Je pense qu’il ne faut pas rester concentré sur les sites de rencontres, mais jongler entre le net et les sorties classiques.

      • Ahah ! Si, beaucoup de féministes-blogueuses font un procès à cette inégalité (comme pour les boites) car quand c’est gratuit pour toi, c’est que tu es le produit. C’est valable pour les réseaux sociaux (c’est gratuit parce que les informations que nous donnons sont vendues pour de la pub), c’est valable pour les lieux qui cherchent à attirer les femmes pour faire payer les hommes. Les femmes sont produits, avec l’alcool. C’est triste, mais pour que ça change, il faudrait toute une refonte du regard sur la séduction.

      • Je pense qu’ils le peuvent sinon le seul type qui m’a répondu n’aurait pas pu le faire ?! Enfaite le seul moyen d’avoir adopte gratuitement pour les mecs c’est d’utiliser l’application sur portable je crois… C’est dommage parce que rendre payant le site ça pousse les mecs à draguer un maximum de filles au lieu de se concentrer sur celles qui les intéressent le plus :/ Mais bon s’ils font ça c’est que c’est rentable pour eux de les faire payer donc…

        Je suis pas inscrite non plus donc je vais le faire comme ça ça sera plus pratique ;)

        J’habite dans une petite ville (8000 habitants) à une trentaine de kilomètres de Paris, malheureusement les transports sont chers quand on habite en zone 5 donc je bouge rarement sur Paris :/ Et dans mon coin y’a pas grand-chose voir rien…

        La majorité de mes sorties se font au cinéma ou pour faire du shopping donc je risque pas de faire des rencontres dans des cadres comme ça <<

        • Lorsque que l’abonnement arrive à son terme, les comptes des mecs sont toujours visible par les utilisatrices, et pire encore, sur la plupart des sites de rencontre, les profils qui arrivent en fin d’abonnement sont mis en avant ! Comme par hasard, on constate qu’on a plus de visites, et même parfois des messages, bien évidament une fois que l’abonnement à expiré, et là, impossible de répondre aux messages sans mettre la main à la poche…
          Le problème, c’est que bien souvent, après avoir payé, on se rend compte qu’il s’agissait de faux profils (arnaque ? pratiques commerciales douteuses ?). Cela m’est arrivé sur AuM et meetic. Du coup, je ne paye plus, je me suis désinscris définitivement des ces sites pompes à fric pour les mecs.
          L’application mobile d’AUM n’est pas gratuite pour les hommes, loin de là.
          Les hommes sont malheureusements toujours ceux qui financent ce business, comme en boite de nuit par exemple. A quand l’égalité homme/femme sur ce terrain ? Mais quand je pose la question à mes amies, il y en a très peu qui accepteraient de changer la règle du jeu qui les avantages financièrement…

          Questions aux femmes : Est-ce que vous seriez prette à payer, comme nous, un abonnement de 30€ par mois pour un site de rencontre, voir plusieurs ?

          • Qui voudrait perdre un avantage financier ?
            Ceux et celles qui réclament l’égalité salariale entre hommes et femmes ! :p

          • « ceux » ne perdraient pas d’avantages financier.
            « celles » ont encore un bout de chemin avant de l’obtenir (et d’obtenir une parité dans les emplois de cadres…)

            Donc t’inquiète, le grand fléau de la boite de nuit est largement compensé…

  3. Si je suis ta version féminine c’est que ta vie doit pas être géniale tous les jours x)

    Ba enfaite j’ai oublié de préciser que le type et moi aimions le même groupe de musique, d’ailleurs je lui avais appris que 5 mois plus tard il y avait un concert du groupe qu’on aimait et au lieu de me proposer d’y aller avec lui ba il y est juste allé avec ses potes ._. Et pourtant j’ai essayé de lui demander de venir avec ma pote & moi et lui il a fait « non je crois pas que ça soit possible puisque normalement j’y vais avec mon frère et ma pote  » sympa quoi x) Le pire c’est quand il m’a fait « tu pourrais me payer la place de concert moi je paye bien l’essence pour te ramener  » Euh ouai ok vive l’attitude de gentleman >< C'était la première fois qu'un mec me disait un truc dans le genre, finalement je suis bien contente de ne pas lui avoir payé sa place vu comment il m'a zappé ce trouduc.

    M'enfin j'essayerais de penser à ton conseil la prochaine fois qu'un type se montre courageux mais pas assez pour faire le 1er pas x) Même si je pense que c'est pas près d'arriver de si tôt <_< Le coup des études serait une excuse bidon vu que j'ai arrêté mes études supérieures 5 mois après les avoir commencés, mon bac n'est même pas un bac général (généralement on catalogue ceux qui ne sont pas allés en en général de personnes qui ne sont pas capable de bien étudier…) donc je pense que ça serait pas crédible du tout :o Après c'est sûr que je m'inventerais jamais une vie sexuelle épanouie ou un passé de séductrice (en plus celles qui ont beaucoup d'exs passent souvent pour des catins aux yeux de la plupart des mecs non ?).
    A la limite je me dis que je pourrais faire un petit mensonge du genre j'ai eu deux trois mecs par le passé mais rien de bien sérieux (ça serait déjà plus crédible).

    • Mes conseils à Alosia.

      1) Je t’invite à t’inscrire sur les sites de rencontres les plus connus. Choisis-en 5. Tu remplieras ton profil au mieux sur chacun de ces sites, et tu t’y connecteras tous les jours. Tu n’as pas besoin d’envoyer de messages, attends juste que les hommes te contactent, et visite simplement les profils des mecs qui te plaisent.
      Je suis prets à parier avec toi que d’ici un mois grand maximum tu ne seras plus célibataire ;-)

      2) Les hommes n’aiment pas connaitre les détails des expériences passées. Donc n’en parle pas, et ne pose pas de question à l’autre. Si on te pose une question concernant tes ex, tu réponds que tu as eu quelques flirts sans plus (pas de détails !).

      3) C’est tout, RDV dans pas longtemps pour les remerciements.

      PS : Ces conseils ne s’appliquent pas aux hommes… La femme étant rarement active dans le jeu de la séduction, et le ratio des sites de rencontres est souvent de 1 femme pour 5 hommes.

      • Chenoir -> ça va alors ;)

        Il y a beaucoup de mecs bêtes (ou désespérés) qui pensent que le moindre fait et geste prouve qu’on est intéressée alors que pas du tout, c’était le cas avec une vieille connaissance masculine qui m’a bombardé de sms après s’être rendu compte que  » j’étais devenue super jolie  » ^^’. Heureusement qu’au bout du compte j’ai trouvé le moyen de le jarter définitivement :D

        Enfaite je pense pas tomber sur des mecs super curieux qui voudront connaître le moindre détail de ma vie amoureuse, je pense que c’est plutôt les femmes qui s’intéressent au passé amoureux (surtout pour voir si y’a pas quelques exs qui trainent dans les parages). Ca arrive peut-être à plein de gens mais on s’en rend pas compte vu qu’ils ne le disent pas ^^ » Espérerons que je tombe sur ceux qui sont contents de faire découvrir ce domaine ;)

        Malheureusement ce point n’est pas prêt de changer, les séducteurs seront toujours acclamés et les séductrices seront toujours insultées < Oula je connais pas beaucoup de sites et dans le peu que je connais c’est plutôt des sites pour trentenaires voir plus (si on enlève adopte). Ne plus être célibataire en un mois c’est vachement optimiste comme vision x) en plus je suis entrain de préparer mes examens ça m’étonnerait que j’y aille arrive aussi vite :o

        Ok je donnerais pas de détails :) après tout ça ne les regarde pas du moins pas tant qu’ils ne sont pas en couple avec moi ^^’

        Je dirais plutôt RDV en été (Juin/Juillet) vu que j’aurais passé mes examens j’aurais tout mon temps pour me consacrer à ma recherche de l’amour ;) Y’a plus qu’à croiser les doigts :)

        • En même temps, si tu considères les mecs qui s’intéressent à toi comme étant bêtes ou désespérés, il ne faut s’étonner de rien :p. Après, si tu as l’habitude des gens un peu distants, pas forcément chaleureux, et que tout d’un coup une personne se montre très chaleureuse avec toi, tu peux te poser des questions. Tu peux aussi te tromper, mais ça ne fait pas de toi quelqu’un de bête ou de désespéré.

          Effectivement, les gens ne le disent pas, parce qu’ils ont peur de la réaction ds autres. C’est con, mais la société d’aujourd’hui mettant une pression énorme sur la sexualité (et sur l’idée même de norme en général d’ailleurs), toute « déviation » de ladite norme est mal vue, et le genre de trucs dont on est pas vraiment le plus enclin à parler.

          Concernant le slut/prude shaming, je pense qu’il y a une raison très simple à ça. L’homme est sensé être actif dans la séduction, et (aussi idiot que ça puisse paraitre) la valeur d’un homme est souvent associée à son succès avec la gent féminine. Donc un homme qui enchaine les conquêtes est considéré comme un vrai mec.
          A l’inverse, dans notre société, la femme a le rôle de celle qui dispose (bref, les hommes proposent, la femme fait ce qu’elle veut). Par conséquent c’est clairement la gent féminine qui a le pouvoir en terme de séduction. Donc une femme qui enchaine les conquêtes pourrait-être considérée comme quelqu’un qui abuse de sa position.
          Après je te rassure, une bonne partie des mecs n’ont pas forcément une haute opinion des coureurs/séducteurs…

          • Oula le site ne même plus vu qu’il a encore beugé Oo

            Dans le dernier paragraphe après connaissance je disais que sur le site adopte un mec j’avais envoyé des messages privés à une poignée de mecs (3-4) et qu’un seul d’entre eux avant daigné me répondre, les autres n’étaient même pas foutus de me dire pourquoi je ne leur plaisais pas…

          • Noon je ne les considère pas tous comme bêtes ou désespérés loin de là :) Ceux que je considère ainsi c’est les boulets qui insistent alors que je leur fais clairement comprendre qu’ils n’auront jamais ce qu’ils veulent…

            C’est plutôt moi qui ai une réflexion un peu bête enfin je pense surtout que je m’auto-rabaisse Je m’explique si jamais un type sur qui j’ai flashé vient me parler je vais me dire que :

            – Soit il le fait à cause d’un pari avec des potes
            – Soit il le fait pour se foutre de ma gueule (ça revient au même que la 1ère option)
            – Soit qu’il teste juste son pouvoir de séduction

            Je suis désespérante comme fille je sais XD Enfin ça ne m’est jamais arrivé que mes crush viennent me parler enfin juste virtuellement et souvent pour des trucs insignifiants (pour dire merci à un compliment ou autre), jamais pour faire ma connaissance >< Étant donné que ceux qui me plaisaient sur ce site ne venaient pas à moi je me disais qu'en me bougeant moi même ça marcherait peut-être, au final pas du tout…

    • Mais c’est que tu serais presque vexante… (En fait, si on excepte le versant sentimental un peu (!) aux fraises, ma vie me convient plutôt pas mal et prend une voie assez intéressante, merci de t’en inquiéter ^^)

      Oui du coup, effectivement au vu de ce que tu décris c’était pas un mec super classe, tu n’as pas perdu grand chose. Après, fais aussi attention aux signe d’intérêt que tu envoies. Pour avoir été dans cette situation, je peux te dire qu’il est assez facile de voir dans les comportements d’une fille chaleureuse des vrais signes d’intérêt, quand elle n’est en fait que chaleureuse. Ne va pas te montrer froide avec les mecs qui ne te plaisent pas, mais fais attention à ne pas te comporter de manière à ce qu’ils pensent qu’ils t’intéressent amoureusement parlant (ça t’ennuiera et ça les fera souffrir au bout du compte).

      Ouais, pour les études du coup c’est une mauvaise excuse. Enfin, trouve quelque chose qui t’appartient, mais assume ton passé (même t’inventer 2 ou 3 mecs par le passé mais rien de sérieux, c’est risqué, si le mec en face te demande des détails, tu seras forcée de mentir, d’inventer, au risque de te retrouver piégée au jeu de tes mensonges). Tu n’as pas eu de copains jusque la, tu es vierge… Et alors? Ca arrive à plein de gens (et beaucoup plus aux mecs qu’aux filles, du coup si le mec en face de toi est un tant soit peu intelligent, il devrait n’en avoir rien à foutre. Au contraire, il y en aura qui seront plutôt content de pouvoir t’aider à découvrir ce domaine là).

      Et pour le compte des ex, on retombe dans le sujet du slut-shaming, et effectivement il y a cette tendance à catégoriser les gens en fonction de leurs expériences sexuelles, et pour une fille il vaut mieux être trop prude que l’inverse (alors que pour un mec c’est l’opposé complet)

  4. Je me reconnais dans cet article puisque j’ai 20 ans et que je suis toujours vierge…
    Je ne sais même pas quel effet ça fait d’embrasser puisque je n’ai jamais eu de copains…. Je ressens de plus en plus de pression, j’ai l’impression d’être anormale parce que mon hymen est encore intact alors qu’un tas de filles plus jeunes que moi ont passé le pas.

    Malheureusement les rares mecs qui me plaisaient je ne les ai jamais eu, je n’attire que les mecs qui ne me plaisent PAS DU TOUT donc voilà je suis une sans expérience :/ Ça me pèse parce que j’aimerais bien me sortir de ma solitude mais, j’ai pas non plus envie de sortir avec le 1er venu sinon je l’aurais déjà fait avec un des mecs qui ne m’attiraient pas depuis longtemps. Heureusement que ma meilleure amie (du même âge que moi) est également vierge sinon je me sentirais bien seule x)

    J’en ai marre d’entendre la question  » est-ce que tu as un copain ?  » j’ai direct l’impression que les gens veulent savoir si j’ai une vie sexuelle ou non. Je ne me considère pas comme coincée, je me considère juste comme une fille malchanceuse qui n’est pas encore tomber sur  » le bon  » comme on dit x) mais parfois je me dis qu’à force d’attendre d’avoir un mec bien ben je serais encore vierge à 28 ans…

    • Il y a deux problématiques dans ce que tu dis :
      – 1. la pression à la virginité : en gros, le fait qu’il te semble génant (socialement parlant) d’être encore vierge.
      – 2. la difficulté à rencontrer des garçons qui te plaisent.

      Pour le premier, à part prendre conscience que la perte de virginité (17 ans) est non seulement une moyenne, mais une moyenne devenue pression sociale, je ne vois pas trop ce qu’on peut faire.
      Pour le second, qu’est-ce que tu mets en place actuellement pour faire des rencontres ?

      • Pour le premier problème il n’y a pas vraiment de solution, à part si je fais l’acte stupide de coucher avec n’importe qui mais je laisse ça aux autres ;)

        Pour le second problème je ne me bouge pas trop parce que j’ai perdu foi en ma bonne étoile :/ En plus en dehors du net je vois pas trop comment rencontrer des jeunes de mon âge, je trouve que ce n’est pas évident de faire des rencontres lorsque tu ne fais pas partie d’une bande ou autre…

        L’année dernière j’ai essayé le site adopteunmec mais malheureusement ça c’est passé comme dans la vraie vie, les rares mecs qui avaient des descriptions intéressantes et qui étaient mignons ne s’intéressaient pas à moi tandis que ceux qui ne me plaisaient pas cherchaient à entrer en contact… J’ai même eu une expérience assez désagréable, j’ai laissé une chance à un mec qui avait un physique assez ingrat (à mon goût) et lorsqu’il a enfin obtenu mon facebook il m’a supprimé de ses amis deux minutes après… sur le coup je t’avoue que je n’ai pas du tout compris son délire :/

        Enfin au final j’ai l’impression que ça m’a encore plus dégouté des mecs, je suis invisible pour les mecs mignons ou normaux et même ce type au physique ingrat m’a rejeté (je traduis une suppression rapide comme un rejet).

        Pourtant une fois j’avais prise mon courage à deux mains, enfaite lorsque j’étais au lycée je croisais régulièrement un type super charmant dans le bus, comme j’habite dans une petite ville je me suis dis que j’aurais pas trop de difficultés à le trouver sur FB (j’avais entendu quelqu’un l’appelé par son prénom en plus). Bref j’ai trouvé son FB mais, j’ai mis un certain temps avant d’oser l’ajouter dans mes amis (il était impossible pour moi de lui parler en vrai, j’avais trop peur de me faire rejeter en live). Malheureusement cet élan de courage (je vois mon acte ainsi) n’aura pas duré longtemps puisqu’au bout d’une semaine il avait laissé ma demande en attente (alors qu’il avait changé de photo entre temps), j’ai décidé d’annuler ma demande d’ajout à ses amis. J’ai trouvé ça stupide de l’ajouter comme ça alors qu’on s’était jamais parler (d’habitude je n’ajoute jamais les gens que je ne connais pas), j’ai pensé qu’il avait dû me prendre pour une espèce de folle quoi x)

        D’ailleurs ce type a dû déménager puisque je ne le croise plus du tout… Il n’y a donc aucune chance qu’il s’intéresse à moi donc :/ ça m’étonnerait qu’il soit célibataire à l’heure qu’il est de toute façon…

        Néanmoins, j’ai prise une bonne résolution celle de faire du sport (alors que je déteste ça) histoire d’obtenir la silhouette de mes rêves. Étant donné que mes crush ont tendance à aimer les minces (qui ne dépassent pas la taille 36 généralement), je me dis que si jamais j’arrive à perdre 5 ou 7 kilos j’aurais déjà plus de chance de me faire accoster :) Après si ma perte de poids ne donne pas de résultats niveau mecs tant pis, au moins je me sentirais mieux dans ma peau et ça sera déjà ça de gagner :)

        Je viens de faire un roman, désolée si je te fais perdre du temps <<

        • Pourquoi un échange où une personne me parle de sa situation (avec toute la part d’intime) représenterait une perte de temps ? C’est une richesse, pour moi.

          La question, c’est : comment je peux t’aider ?

          Pour le premier problème, je séparerais largement le « sentiment de pression » de « l’acte ». Je pense que cette pression pourrait se reporter sur autre chose (comme l’attente d’une relation). Effectivement, coucher pour ne plus la ressentir me semble innapropriée.

          Pour le second, donc tu es sur un « travail sur toi » : régime. Est-ce que tu vois d’autre chose qui pourrait te donner confiance en toi ?

          • Mais mais mais… On dirait tout à fait moi en fille… (ce commentaire était vraiment très intéressant).

            Un avis de mec quand même pour l’histoire avec le mec que tu aimais bien : Ton sms pourrait être drôle, mais si tu le lui as envoyé en l’état, il peut faire peur ou passer pour un reproche, ça peut en refroidir certains. Du coup sa réaction peut-être compréhensible, même si elle est un poil excessive. Mais effectivement, peut-être ne lui as tu tout simplement pas montré assez d’intérêt (les mecs peuvent être courageux, mais pour se lancer avec une fille qui ne montre rien de son intérêt, c’est plus du courage qu’il faut). Un simple « je te trouve sympa comme mec, j’aimerais bien apprendre à mieux te connaitre » par exemple, qui ne t’engage en rien, aurait peut-être fait l’affaire.

            Pour ton inexpérience, c’est une inquiétude compréhensible, mais je pense qu’un mec bien ne s’arrêtera pas à ça. Evite juste d’en faire étalage et de hurler par tous les pores de ta peau « je n’ai jamais rien eu avec personne », et si il te pose la question de tes relations passées, sois honnête mais n’en parait pas gênée outre mesure (bref, tente plutôt le « j’ai préféré me concentrer sur les études, du coup j’ai un peu laissé ça de côté jusque la » que le « j’ai jamais eu de bol avec les mecs ». Et surtout pas partir dans l’excès inverse de t’inventer une vie sexuelle et affective florissante, parce que tu peux bluffer quelqu’un en lui affirmant ton caractère libertin et tes deux conquêtes par semaine, mais ça ne tiendra pas sur le long terme (surtout que du coup, niveau sexe, tu risques de lui vendre l’image d’une experte de la chose, image à laquelle tu ne pourras pas te mesurer, et ça sera la déception assurée pour lui, et un échec à plus ou moins long terme pour toi).

          • Certaines personnes n’aiment pas lire des romans (intimes qui plus est) mais si ça ne te dérange pas tant mieux :) C’est vraiment cool de tomber sur une personne qui a autant d’expérience que toi et qui propose son aide d’ailleurs.

            Bref x) C’est vrai que je suis en quelque sorte en attente d’une relation puisque ça me pèse de plus en plus de voir du bonheur autour de moi (j’ai passée ma journée sur Paris aujourd’hui et voir autant de beaux couples heureux me déprime vraiment).

            Sur le plan physique je pense que le régime est amplement suffisant puisque j’ai déjà changée ma coupe (avant j’avais les cheveux super longs), après au niveau vestimentaire je ne vois pas vraiment quoi changer. Je pense que le plus gros du travail reste le mental :

            1. Je ne suis pas douée en matière de mecs, je ne sais pas du tout comment les aborder sans avoir peur de me faire rejeter (parce que je pense toujours que des filles beaucoup plus jolies que moi sont après eux).

            Niveau mecs qui ne me sont pas inconnus c’est vraiment pas mieux, une fois lors d’un stage j’avais rencontré un mec qui semblait avoir une super personnalité (sympa, ultra-souriant etc), j’ai eus son numéro son facebook et tout mais, je n’étais qu’un bouche trou pour lui puisque lorsqu’il est retourné dans sa région d’origine il a arrêté de me donner des nouvelles… Enfin une fois j’ai eu le malheur de le taquiner par sms en lui disant  » une amie a remarqué que tu me reluquais les fesses  » et lui il l’a très mal pris et m’a balancé  » t’es pas mon genre de toute façon « , c’était assez violent comme réaction je trouve qu’il était excessif O_o de toute façon ce mec je ne l’ai jamais vraiment compris, dès le 1er jour où on s’est parlé il m’a proposé de me ramener en voiture tous les soirs (il vivait chez ses grands parents, ses grands parents habitaient à 3 minutes de chez moi en voiture), du coup j’ai pris ça pour de l’intérêt envers moi. Du coup on a continué à se parler tous les jours, on a échangé nos numéros et nos FB… Lorsque que j’avais eus mon entretien de notation il m’avait même demandé si ça c’était bien passé. Bref je l’aimais bien ce type et j’aurais bien aimé aller plus loin avec mais, la fin du stage a changé la donne puisqu’après on ne s’est jamais revu… J’ai fini par le supprimer partout afin de tourner la page :/

            J’ai parlé de tout ça à mes amies proches, certaines m’ont dit qu’il s’était foutu de ma gueule qu’il m’avait clairement fait de faux espoirs, puis d’autres m’ont dit que je n’avais pas dû montrer mon intérêt pour lui (en même temps j’avais pas non plus envie d’avoir l’air collante). Du coup ça m’a encore fait une sale expérience niveau mec, à croire que je n’ai pas le droit d’avoir une expérience positive :/

            2. J’ai peur que mon inexpérience se voit trop, que ça pourrait être un handicap pour moi si un mec se rend compte que je n’ai jamais eus de relation…

            3. Je ne sais pas comment rencontrer des jeunes de ma tranche d’âge (la vingtaine donc), je ne vais plus à l’école (et je ne risque pas d’y retourner), mes amies ont tendance à ne sortir qu’avec des filles (si on enlève leurs petits amis). C’est pas évident quoi :/

          • 1. Je ne suis pas douée en matière de mecs, je ne sais pas du tout comment les aborder sans avoir peur de me faire rejeter (parce que je pense toujours que des filles beaucoup plus jolies que moi sont après eux).

            Je ne sais pas si ça peut t’aider, mais j’avais fait un article sur le rateau. Pour le garçon, il n’a pas été correct avec toi, c’est clair.

            2. Comment tu pourrais faire de cet hancicap une force ? Peut-être peut-on en faire d’un atout séduction, comme la timidité..? :)

            3. Est-ce que tu as des activités hors boulot ?

  5. bonsoirs anashka , voila je voulais te parler d’un problème que je rencontre avec un type de ma fac je l’est toujours un peu observé de loin mais son coté inaccessible m’avais refroidi et m’a enlever tout envie de l’aborder , mais il y a a peut prés une semaine comme par miracle il essayé de me dragué , mais j’étais tellement surprise et paniqué que je me suis mettrais plutôt désagréable et du coup j’ai complétement foiré mon coup , crois-tu qu’il y ai une chance d’arranger les chose si oui comment

      • et bien il n’ arrêtait pas de me fixé , et de me sourire maladroitement (je crois que c’est un timide ) après une hésitation quia durée 5 min , il c’est décidé a me parler pour me demandé de lui prêté écouteur , mais a ma grande déception il ne sais rien passé il me les a juste rendu poliment , mais depuis ce jour il me fixe avec se regard ;;;je ne sais pas si c’était une tentative de drague comme le dise mes amies mais en tt cas il m’a fais de l’effet , j’aimerais bien me rapprocher de lui naturellement sans paraitre collante au pathétique mais je ne sais pas comment .. peut être en l’ajoutant sur facebook en un truc comme ça

        • A ton tour de lui demander quelque chose (je suis relativement contre FB), genre : cigarette, écouteur, stabilo…
          Tu ne peux pas te rapprocher de ses potes ? Sinon, souris-lui quand il te regarde :)

          • Oui nous avons discuter , et le courant et plutôt bien passé , il m’a demander mon numéro hier , mais aujourd’hui nous nous somme parler en vrais pour la premier fois , je dois avoué que tu avais raison FB nous a pérrmie de brisé la glace mais c’est tjr bizarre en vrais , tu me conseillerais. Quoi pour être un peu plus naturel

          • Dans quel contexte tu as discuté avec lui ? Peut-être qu’il vous faut plus de temps pour être à l’aise, genre un verre, un vrai rencard ?

          • Aiii trop tard , je lui est déjà envoyer une invité FB et il m’a tout de suite accepter mais on a pas encore u le temps de se parler, quant à ses potes il y a bien son meuilleur pote qui me drague et qui essaye d’engager la conversation avec moi mais j’ai était un peu froide de peur que l’autre se fasse des idée , tu me conseil quoi pour ma stratégie Facebook je lui parle ? ou je le laisse fair le pas ?ou je le supprime ? mdr , et pourquoi et tu contre FB ?

          • Tant mieux pour FB ! :D

            Je suis plutôt contre, parce que ça ouvre sur beaucoup d’échanges virtuels pour peu de rencards réels. Mais, pour le coup, on va tenter de changer la donne. ^^
            Est-ce que vous avez commencé à échanger sur quelque chose ?

  6. Slt, je suis un mec et je voudrai savoir s’il serait possible de recueillir ton avis féminin et expert vis a vis de l’attitude d’une fille envers moi? Merci d’avance.

      • OK, ba enfant j’ai fait la connaissance d’une fille en soirée qui m’a semble intéressé (grand sourire, engage elle même la conversation a plusieurs reprise…) cependant il ne s’est rien passer de plus ce soir la. Par la suite j’ai remarquer a plusieurs reprise qu’elle me regarder furtivement au lycée et j’ai donc decider, a une autre soirée, d’aller la voir mais elle a plus ou moins rejeter me avances mais sans arrêter de me sourit, avec un regard charmeur (cependant j’ai quand meme lâche prise) et c’est elle qui est revenu engagé la conversation avec moi la soirée suivante (plus précisément en venant avec un pote que l’on a en commun, ils sont venu le 2 me voir ensemble et c’est mon pote qui m’a dit « elle veut te parler » et j’ai donc parler rapidement avec elle mais en jouant le mec desinterresse, elle par contre grand sourire et regard brillant tout le long de la conversation, qu’elle relance le plus possible vu que je n’était pas très « coopératif »). Voilà, je ne comprend pas du tout son attitude qui semble vouloir me charmer mais refusant mes avances…

  7. Alors moi je dois dire que sincèrement, j’ai jamais compris pourquoi j’étais tantôt considérée comme une salope, tantôt comme une sainte n’y touche de haut vol, sans que je puisse identifier des changements significatifs dans mon comportement.

    Je sais pas, hein, selon les contextes, les gens vont s’imaginer que je dois bien (c’est probable) me taper à peu près l’intégralité de l’amphi ou bien, je suis une irréductible pucelle qui finira vieille-fille bouffée par ses chats si je me soigne pas au plus tôt de mes inconvenances.

    Bref. J’ai cru longtemps que j’en souffrais pas, c’était tellement con que je devais forcément être bien « au dessus de toutes ces conneries ». Mais, j’ai réalisé que ça avait énormément affecté et perturbé mon rapport aux autres, fait resurgir des questionnements identitaires, et que c’était pas si anodin que ça.

    Je ne sais pas si je suis homosexuelle.
    Je ne sais pas si je suis hétérosexuelle.
    Je ne sais pas si je suis bisexuelle.
    Je ne sais pas si je suis asexuelle.

    Je sais que je suis sexuée. Et -bizarrement- ce sont les gens avec qui je n’ai AUCUN rapport sexuel d’aucune espèce qui se permettent de définir et d’encadrer la sexualité que je devrais avoir avec mon sexe. Est-ce que ça les concerne ? Non. Alors donc…

    J’ai vu plein de psy. Des qui ont pensé que je faisais un déni de féminité. Des qui ont pensé que j’avais de multiples partenaires sexuels inconsciemment pendant que je me droguais (inconsciemment aussi, pendant qu’on y est). Une qui croyait que je mentais quand je disais que j’avais eu mon premier rapport sexuel à 15 ans, et qu’en fait j’étais vierge… à 21 ans, mais que j’en avais trop honte pour l’avouer (my god !) et que l’ex dont je parlais était mon « fantasme »*.

    *Les raisons évoquées pour conclure à ce diagnostic est que je suis allée à la première consultation en jogging/baskets avec un pull de mon père, un samedi matin. Comme quoi, si l’habit ne fait pas le moine, il fait au moins le déni de féminité et la virginité ça se voit à la hauteur des talons sous les chaussures.

    Avec 7 cm de talons en plus et une jupe qui s’arrêtait à 1/4 de cuisse, juste en dessous des fesses, une fois suivante, j’ai appris que ma thérapie portait ses fruits et que j’assumais ma féminité. Ah ?! En gros, faut être un mec pour avoir le droit d’avoir la flemme de s’habiller le samedi matin, pour aller chez le psy à 10 h du mat. Mouais.

    Par contre, j’ai couché à 15 ans avec un type dont j’étais pas amoureuse et qui n’était pas amoureux de moi, c’était pas pour l’amour et c’était pas pour le cul non plus. C’était pas pour ne plus être vierge avant mes copines, et c’était pas pour grand-chose d’autre que d’avoir un rapport sexuel avec quelqu’un qui voulait faire ça avec moi. Moi j’avais pas d’avis, ni avant ni après. J’ai pas trouvé ça bien, j’ai pas trouvé ça mal. J’ai rien trouvé du tout.

    Les choses étaient tellement mal posées dans ma tête à l’époque que je me disais juste que si les gens voulaient avoir des rapports sexuels avec moi, il valait mieux en avoir avec eux, même si j’en avais pas envie, que ça ferait moins de problèmes. Puis c’est tout.

    Quand j’ai compris, des années après, que je souffrais du fait de me forcer à faire ça sans envie, j’ai décidé d’arrêter d’avoir des rapports sexuels (en me forçant) et pas de m’empêcher d’avoir des rapports sexuels (que j’aurais désirés). J’ai mis longtemps à comprendre que je souffrais de la situation, mais quand je l’ai compris, j’ai fait le meilleur choix pour moi, celui de prendre de la distance avec une situation qui m’était douloureuse.

    J’ai pas renié ma féminité ou je sais pas quoi, j’ai juste arrêté de revivre une situation qui me faisait du mal. Et ça je pense que ça m’a été bien plus salvateur que si j’avais continué à croire que c’était toujours mieux de se forcer que de risquer de faire des problèmes en refusant de se forcer.

    Je suis jamais tombée sur un psy qui comprenne ce que j’exprime ici. « Et quand tu trouveras LE BON alors tu changeras d’avis » (« ben, ouais quand j’aurai envie d’avoir des rapports physiques, j’en aurai, kézako ce problème qui n’existe pas, là j’ai pas envie, je fais pas, pas besoin d’en débattre, j’ai déjà fait sans que ça me plaise, et là je veux plus faire un truc qui me plaît pas dans des conditions où j’ai pas envie, en quoi je suis malade ?! »).

    Avoir beaucoup envie de rapport physiques c’est pas plus une maladie que d’avoir pas souvent ou pas du tout envie. Y’a pas plus de nymphomanes que de femmes frigides. Y’a des gens… juste des gens. Qui vivent des trucs comme ils les vivent, on peut juger mais ça sert pas à grand-chose. :)

  8. J’en ai fait les frais aussi malheureusement.
    J’avais 19 ans et j’étais vierge. Grosse soirée d’anniversaire d’une amie avec une trentaine de personnes dont plus de la moitié que je connaissais pas. La conversation dévie sur les aventures sexuelles. Je reste bien entendu silencieuse jusqu’à ce qu’une autre « amie » m’interpelle en me disant  » et toi, Clara, il serait peut être temps de passer à l’action,non?. Il doit y avoir des toiles d’araignée la-dessous si ton ton vagin n’est pas déjà refermé » Je l’aurais bien tuée. Rires bien gras de ces gens qui ne me connaissent pas et meme d’amis dans la même situation que moi! Je suis restée là, ne sachant pas quoi dire. Je ne sais toujours pas pourquoi je n’ai pas réagi, l’effet de masse sans doute…
    En tout cas, je n’ai jamais oublié cet épisode qui m’a fait sentir encore plus anormale à l’époque

    • Tu prends une bouteille de vodka ou de whisky qui traîne et tu lui renverse le contenu sur la tête. C’est pas plus intelligent que ce qu’elle t’as dit mais ça fait du bien et ça détend.

      • Je ne sais pas s’il y a réellement de réponse intélligente. D’autant plus quand la stupéfaction réduit au mutisme.

        (Mais oui, ton idée donne envie… Sauf, que ça fait cher en alcool… Autant prendre du sirop…)

  9. Honnêtement je pense que le problème est ailleurs: tout le monde ici subit du shamming et s’en plaint, et pourtant, news flash, tout le monde le fait aussi!

    Le problème c’est qu’on ne réalise pas que, nous même, nous jugeons et faisons du shamming. Combien de fois par jours va-t-on juger une personne en un regard, et la catégoriser: prudes, sluts, idiots, péteux… Rabaisser les autres nous permet de nous sentir mieux, mais au final, cela n’apporte rien de constructif.

    Pour stopper le shamming il faut comment par arrêter de la faire aux autres. Changer le monde commence par se changer sois-même, dit-on.

    • Il faut un temps pour prendre conscience que nous en faisons. Je fais très attention (depuis peu) dans mes insultes, de ne jamais utiliser de termes ayant traits à la sexualité (hétéro ou homo), je traite les gens d’ignares ou de sombres imbéciles. Mais plus « salope, PD, puceau, pute, tarlouze »… Je pense que commencer par là, peut être une piste. Continuer à parler et parler et parler avec les gens de ça, une autre. Faire très attention au regard que nous portons sur quelqu’un aussi.

  10. C’est vrai que vient un moment où être toujours vierge semble bizarre, anormal selon certaines personnes. J’ai 19 ans et je suis vierge, j’aurais pu coucher mais je veux juste faire ma première fois avec quelqu’un que j’aime et qui m’aime, c’est tout. La majorité de ceux qui le savent me comprennent et ne m’embêtent pas avec ça, mais j’ai un ami qui lui enchaîne les filles, et quand on parle en groupe de sexualité et que je veux donner mon avis, me dis parfois « toi t’as rien à dire t’es pucelle ». Je trouve ça totalement déplacé, c’est à cause de ce genre de propos qu’on comment à se sentir un peu à part. Et que je commence à me dire malgré moi qu’il faudrait que je me dépêche, même si au fond je sais que ce n’est pas une honte d’être vierge.
    Bref pour les filles (et les garçons) encore vierges, on a l’impression d’être à part mais finalement on est pas mal dans cette situation, et qu’il n’y a rien d’anormal. Ça ne fait pas de nous des coincés ou je ne sais quoi.

    Et inversement, les filles qui ont une vie sexuelle bien remplie ont bien raison de profiter !

    • Ce type est un con, sur ce sujet. On peut être très bien informé, avoir un positionnement pertinent sur la sexualité, sans l’avoir expérimenté. Tous les profs d’histoires n’ont pas vécus dans les camps de concentration !

  11. Si, maintenant que les rapports hommes/femmes changent, le mot pour la salope masculine existe bien !! C’est le queutard, tout aussi péjoratif qu’une salope

    • Pas certaine. Si le queutard attise la méfiance de celles qui veulent se caser (mais lui, le veut-il ?), il est plutôt bien vu par ses pairs (les hommes) (Ce qui n’est pas le cas pour les salopes, elles ne sont ni admirées, ni approuvées par les pairs). Et, entre une salope et un queutard, la marge de partenaires est un peu différence. (30 partenaires à 25 ans, ne fait pas le queutard (on tape dans la cinquantaine/centaine) alors qu’elle peut faire la salope)

  12. Excellent article (comme d’habitude).

    Petite question cependant. Ne penses-tu pas que le prude shaming est en fait le retour de bâton de la libération sexuelle ? Puisque les femmes sont sensés s’être émancipées et avoir pris le contrôle de leur corps, rester prude est vu en fait comme le refus de se soumettre à ce « progrès » et qu’il faille ramener la demoiselle dans le droit chemin ?

    • La libération sexuelle peut être perçue comme l’occasion de dire aux femmes « maintenant, vous pouvez baiser comme dans les pornos ». Le regard que l’on porte sur la sexualité est encore majoritairement masculin (nue sur la mode majoritaire, porno fait par/pour les hommes, vision de la sexualité..). Donc, évoquez la « libération sexuelle » permet, effectivement, de prétexte pour soumettre les partenaires à certaines pratiques. Je penses au magazine « Elle » qui a sorti, « la pipe, le ciment du couple ». On est tout à fait là-dedans. En gros, la libération sexuelle, a ajouté des normes dans l’intime, qui sont majoritairement tourné vers le plaisir masculin.

      • Je voyais l’influence de la libération sexuelle bien en amont de ça, lors de discussions entre ami(e)s et lors de la phase de séduction. Je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis que la libération sexuelle a mis en place des normes dans l’intime. Je ne sais pas après si ces normes sont entièrement tournées vers le plaisir masculin (exemples de sujets sexo de Elle ou Fémina : « bien faire l’amour en 10 leçons », « ménopause, des bobos et des solutions », « l’échangisme peut-il relancer le désir »).
        Je pense que cette volonté de normer de plus en plus la vie, la carrière, la sexualité, la vie amoureuse et privée fait aussi partie d’un processus plus large de notre époque, qui fait de plus en plus tomber la barrière entre vie privée et vie publique, et où tout le monde se compare à tout le monde (Facebook, quizz sexo/amour, chaînes d’info en continu, presse people…)

        Je suis d’accord avec toi Chenoit, mais tu es ici dans le normatif, c’est-à-dire « qu’est-ce que les comportements devraient être ». Je parlais plutôt d’une manière positive, c’est-à-dire « comment les comportements sont. »

        • Je ne sais pas, il est possible que tu ais raison sur le plaisir : pourtant, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de conseils pour « garder son homme », « plaire à son homme »… notamment dans le sexe. Moins pour les hommes. Et, que les supports de conseils sont majoritairement féminins, là où il semble n’y avoir que le porno pour les hommes…

          Mais, je peux avoir le regard biaiser par mes idées, pour le coup.

    • C’est pas forcément bête (en même temps c’est aussi expliqué dans l’article, « mais lâche toi, on peut baiser comme et ou on veut maintenant! »).

      Finalement, chacun doit vivre son rapport à la sexualité comme il le sent, mais ça reste quand même difficile d’aller contre la pression des normes de société. Trop sexué(e) (sexuel(le)) tu es un queutard/ une salope, pas assez tu es un gay/ une coincée (mais la société favorise les trop sexuels que les pas assez sexuels).

      A titre personnel, n’étant pas hyper-sexué je préfère les filles trop prudes, qui sont plus en phase avec mon rapport à la sexualité. Le problème c’est d’en rencontrer ^^. Et a l’opposé, j’ai un peu « peur » des filles trop libérées (mais je ne juge pas, une de mes anciennes connaissance (amie sans plus je precise) avait eu une trentaine d’amants, ça ne m’empechait pas de beaucoup l’apprécier et de passer d’excellents moments en sa compagnie).

      D’ailleurs c’est marrant, je lisais à ce sujet un truc. Scarlett Johansson, l’image même de la femme sexy et mignonne, que pas mal de mecs considèrent comme un sex-symbol, affirme haut et fort être une prude qui n’aime pas plus le sexe que ça. Du coup quand certains soutiennent que les femmes intéressantes et belles ne cherchent finalement que du sexe, et que le seul moyen de les intéresser c’est d’être hyoer sexué…

    • Le summum de l’insulte en prude shaming est de dire à l’autre « d’allez voir un psy » !!

      Une fille qui m’avait invité à dormir chez elles avant même qu’on ne se soit rencontré en vraie (ma seule rencontre par internet, bref encore une qui m’a traumatisé pendant un bon moment). Finalement je me suis fait rejeter comme de la merde sous prétexte que je n’étais pas assez sûr de moi et qu’il fallait que j’aille voir un psy. Moi qui ne demandais qu’à la connaitre et d’attendre que les sentiments apparaissent avant de faire quoi que ce soit de sexuel… Mais quand on est un homme, on est censé « ne penser qu’à ça » donc si on ne saute pas dès qu’on en a l’occasion c’est qu’on a de gros gros problèmes…

      Le « va voir un psy », on peut difficilement faire plus insultant. En gros on remet toute ta personnalité en question parce que tu ne corresponds pas aux normes de la personne qui t’envoie l’insulte, bref… et qui c’est qui me la déjà fait dans les commentaires il y a longteeeeeeeeeeeeemps ?

      Anashka…

      • Tu sais qu’on peut te prendre au sérieux, avec tes conneries ^^

        Plus sérieusement, calme un peu le jeu, sur certaines boutades, j’suis au taff, moi.

          • Oui la timidité amoureuse est différente de la timidité sociale.

            Mais en ce qui concerne le psy, tu te fais des idées. Déjà, le psy c’est une très bonne idée, parce que tout trouble a des origines, et tu n’es pas forcément armé pour les trouver toi-même. Ensuite, un psy peut t’aider à trouver des solutions à ta timidité, à tes difficultés, et te donner des pistes de réflexion. En tous cas un bon psy le fera. Un mauvais te dira « je peux pas vous trouver une copine moi, démerdez vous », c’est sur.

            En même temps, il faut que tu lui parles de toi à ce psy, il ne peut pas réellement t’aiguiller si il n’a pas d’éléments d’informations sur toi et ton ressenti. Mais au fond, le psy c’est une très bonne idée qui ne peut te faire que du bien. Tout dépendra au final de ta manière de l’aborder.

            Après, aller le voir parce que tu es un romantique, ce n’est pas une bonne idée. Ce sont tes croyances et ta manière d’aborder les relations homme/femme. Elles ne sont pas partagées par la majeure partie de la population mais c’est toi, et adopter un comportement qui ne te correspond pas n’aidera pas. Par contre, ta timidité, ça tu peux essayer de la changer.

          • Sauf qu’un RDV chez un psy ça donne juste ça :

            -Bonjour, je souffre du célibat.
            -Et ?
            -Ben, je souffre du célibat.
            -Qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ?
            -Ben j’sais pas c’est vous le psy !
            -Je ne vais pas vous trouver une copine…
            -Bon bref, tant pis…

            En gros ça sert à rien… Autant payer un max de tune les mecs qui se prennent pour des coachs, au moins ils fixent des objectifs concrets…

            Et il convient de distinguer la « timidité » de la « timidité amoureuse ». On ne peut pas dire que je sois timide, puisque je peux parler pendant des heures avec des filles, prendre plein de contacts en soirée… Mais je ne parviens pas naturellement à « extérioriser mon intérêt » ce qui fait que la relation soit stagne à l’état d’amitié, soit s’arrête parce que la fille croit que je m’en fous d’elle… J’ai encore vécue une scène incroyable qui le prouve la semaine dernière, mais ça je ne raconte qu’en privé… ^^

            Voici un bon article à ce sujet : http://www.promethee-devperso.com/timidite-amoureuse

          • Ca on en avait parlé, je t’avais conseillé de regarder du côté de la sexualisation et de poser à plat, ce que tu mets derrière la notion de désir.

            Je pense que tous les psychos ne sont pas bons, pourtant, je pense qu’un suivi (avec un thérapeute et le type de thérapie qui nous convient) peut être excellent. Il permet de prendre du temps pour soi, de réfléchir à deux sur ce que l’on désir pour nous. C’est une de mes envies quand mes finances suivront de pouvoir démarrer un suivi. Ne serait-ce que pour faire du meilleur taff ici.

          • Il me semble que tu avais sorti une phrase un peu plus indirecte du genre « Ces hommes là n’ont pas déjà penser à suivre une thérapie ? »
            Avec moi de désigné dedans (enfin il m’avait semblé). Mais bon, ça doit faire deux ans donc normal si je m’en souviens plus exactement… ^^

          • Pas certaine.

            Je pense que la timité (pas la discrétion, la timidité) est un handicap pour la personne qui la vit. En cela, j’ai pu parler de thérapie, parce qu’elle peut permettre de la dépasser, plus facilement qu’avec un dialogue sur le net (avec moi, notamment). Mais, je ne me vois pas catégoriser en mode « t’es timide, t’es un fou, fais toi soigner !). J’ai quatre ans de psycho, dans mon cursus, j’ai un autre regard sur celle-ci que le garde fou ;)

          • Enfin, j’ai essayer de rechercher dans l’historique… c’était peut-être pas exactement ça mais je l’avais pris comme ça. C’était genre tu m’avais direct classé comme « mec timide » mais qui sous entendait « t’es pas assez bien pour plaire à une femme »…
            Enfin je l’avais pris comme ça, vraiment.

          • Je ne me vois pas en train de dire ça. Surtout que je porte en haute estime le rapport thérapeutique. Je ne le pense pas fait pour les « incapables ». Si, je t’ai conseillé un psy, c’est soit pour que TOI tu dépasses une timidité qui te gène ou que tu l’assumes.. Pas parce que je sous entendait que tu n’es pas assez bien pour les femmes…

      • Tu soulèves un point assez important je trouve. Finalement, plus tu t’éloignes des comportements supposés de ton sexe, plus tu es considéré comme déviant. Les hommes sont sensés ne penser qu’à ça, du coup si de ton côté tu n’es pas dans l’optique du sexe pour le sexe, tu es anormal (et niveau séduction ça passe moyen). La ou est le paradoxe c’est que j’entends/lis énormément de femmes dire « les hommes ne pensent qu’à ça, c’est tous des obsédés » ou encore « marre d’être considérée comme un bout de viande », mais ces comportements sont en même temps considérés comme étant normaux, et tout comportement divergent de ce modèle est hautement critiqué, quand bien même c’est finalement ce qui semble être recherché.

        Mais c’est la même côté fille. On a, je pense (nous les hommes) intrinsèquement intégré que les filles sont plus distantes vis à vis du sexe que ne sont supposés l’être les hommes (sans rentrer dans le cliché de croire que les filles n’aiment pas ça, non, mais qu’elles sont un comportement moins orienté « sex is everything » que les mecs. Par conséquent une fille qui parait trop libérée est mal-vue, trop en décalage par rapport à l’image de la femme.

        Mais cependant moins mal vu que le mec moins sexuel que la moyenne. Parce que mieux vaut trop de sexe que pas assez m’voyez, le sexe c’est forcément bien et désirable.

        Mais oui, « vas voir un psy » parce que tu as une autre vision de la sexualité que ton/ta partenaire, c’est insultant.

        • D’accord avec ce que tu dis, dans les grandes lignes.

          Mais, je dirais que le « prude » est plus mal vu chez les hommes (combien de femmes refuseraient de coucher avec un homme parce qu’il a peu d’expériences ?)
          Le « slut » est plus mal vu chez les femmes (combien d’hommes repousseraient une femmes qu’ils considèreraient comme slut ? )

          • En tout cas je me reconnais bien dans « La romantique », et c’est beaucoup plus difficile à vivre quand on est un homme à mon avis, parce que une femme qui ne couche que quand elle est amoureuse ça parait normal.

          • C’est un peu paradoxale d’entendre sans cesse des soit disant « on veut pas faire partie d’un tableau de chasse » blablabla mais au final, si l’homme n’a pas d’expérience il est obligé de le cacher pour ne pas se faire rejeter.

          • « combien de femmes refuseraient de coucher avec un homme parce qu’il a peu d’expériences ? »
            Je ne comprends pas, tu penses que ça ne dérange pas aux femmes de sortir avec des hommes qui ont peu d’expérience ?

  13. Ce qui m’embête dans cette société, c’est de vouloir établir une norme. Comme si il y avait une échelle de normalité, et qu’a partir du moment où quelqu’un n’est pas à un niveau spécifique (qui n’est d’ailleurs jamais défini), ce n’est « pas bien ».

    Je ne vois pas en quoi quelqu’un qui couche peu est néfaste, tout comme celle qui préfère succomber à divers charmes.

    Je pense que le plus important reste justement la non importance que l’on accorde au regard des autres. J’ai un de mes meilleurs amis qui est puceau à 23 ans. Je ne l’ai jamais vu essayer de séduire une fille, encore moins embrasser. C’est pas pour autant que je lui mets une pression particulière, il fait bien ce qu’il veut. Mais quand parfois en soirée, le sexe vient sur la table (mais pas le miens… quoi que :D), je sens qu’il est mal à l’aise. Il esquive d’ailleurs toujours les jeux classiques type « J’ai jamais… » ou « Action/Vérité », parce que quelque part il a honte de quelque chose qu’il ne devrait pas avoir.

    Parce que dans notre société, aussi bien pour les femmes que pour les hommes, le regard sur la sexualité donne un avis très critique. Un homme puceau à 23 ans, pour beaucoup de filles c’est un homme qui n’a pas d’expérience, qui ne sait pas comment vivre un plan cul, une relation, un flirt… et c’est pas attirant. Et çà, les gars le ressentent, perdent confiance et c’est un cercle vicieux.

    Il en est de même pour les femmes. Mais j’ai toujours penser que de tourner une discussion en disant « ouai mais c’est un puceau/c’est une mal baisée/c’est une traînée », relève une incapacité à pouvoir argumenter et discuter. J’ai toujours trouvé çà comme une preuve de non intelligence et une de faiblesse évidente d’argumentation.

    Jack’.

  14. Oui je connais le terme encore que c’est aussi valable pour les victimes de violence, bref toutes les personnes que la société considère comme des parias sur le registre de la culpabilisation. La frigide comme la pute échappent à la domination de l’homme, ils faut donc bien les remettre à leur place!!!

    • « La frigide comme la pute échappent à la domination de l’homme, ils faut donc bien les remettre à leur place!!! »

      Je trouve Noa que ton commentaire ne fait pas vraiment sens. Dans le prude/slut shaming concerne à la fois les hommes (queutard/puceau) que les femmes (salope/pucelle), et les remarques sont proférées à la fois par les hommes et par les femmes. Le slut/prude shaming est asexué.

      Donc soit les femmes sont maso et perpétuent d’elles-même « la domination de l’homme » en faisant du prude/slut shaming envers d’autres femmes, soit il faut voir le problème plus sous l’angle de la norme sociale et des comportements jugés « déviants »…

      • Les hommes sont relativement épargné par le « slut » : être un homme à femme n’a pas la même conséquence que le contraire. On ne verra pas le mec comme « sale », « paumé » mais « séducteur ». Alors, oui, dans un couple, pour installer la confiance, il est possible que ce soit compliqué. Mais, dans le regard des autres hommes, ce ne sera pas réellement problématique (voir ce sera plutot positif).

        En revanche, pour le prude, les hommes le prennent en pleine poire.

        • Pour nuancer un peu ton propos, le tandem du « slut » féminin pour les mecs, c’est plutôt le « queutard ». Avec les barrières que peuvent mettre certaines filles, et l’image du mec qui ne respecte pas les femmes derrière, même si c’est entièrement faux. Donc bref, pour un mec qui couche beaucoup, ce n’est pas aussi valorisant que tu sembles dire.

          Après, je suis globalement d’accord sur l’analyse que tu portes. La « salope » femme est beaucoup plus difficile à porter que le « queutard » mec, tout comme le « puceau » mec est beaucoup plus difficile à porter que le « prude » femme.

          PS : un article sur la « culture du viol » m’intéresse, pour voir ce qu’il y a réellement derrière.

    • J’avais lu un article sur le fait que la libération sexuelle, permettait un nouveau contrôle de la sexualité, que maintenant, il y avait une pression sur certaines pratiques (type la fellation)..

  15. Un sujet d’actualité;)
    Le slut shaming est une stigmatisation non seulement des femmes libérées sexuellement mais de celles dont le comportement social est jugé inconvenant ou « anormal », comme les femmes portant des jupes, des talons et du rouge à lèvre ou encore des femmes victimes d’abus, viol, inceste ou ayant avorté. On est bien loin de la sexualité ici! On est complètement dans le registre de la violence envers les femmes.

    • Vrai que c’est d’actualité. Le Slut Shaming appartient à ce que l’on appelle la « culture du viol », ce dont tu fais référence. Peut-etre que je ferais un article dessus le mois prochain, si ça intéresse quelqu’un. :)

      • oui, oui oui, moi ! Ca m’intéresse ! Parce que je trouve qu’il y a un noeud là dedans entre l’image(rie) sociale, le désir brut, le fantasme, la manière de s’éprouver femme, et au delà tout ce qui touche à son corps conçu comme propriété.

  16. J’ai eu une vision de la sexualité avant et après la lecture de cet article *_*

    (et moi qui comptais passer sur SUH avant de m’endormir, cela va m’etre bien difficile au vu de la matiere à penser que vous m’avez procuré)

  17. C’est pas nouveau mais le prude shamming existe aussi chez les gars: je suis un gars et oui je l’avoue je suis comme Jeanne la romantique.

    Typiquement, lorsque je refuse les avance d’un fille car cela ne m’intéresse pas de coucher sans sentiments, je suis la risée de tout mes amis: j’ai droit à des commentaires du genre « mais tu es fou », « tu n’es pas un homme », « tu es célibataire depuis un an, tu ne peux pas te permettre de faire le difficile », « avoue que tu es homo en faite »…

    Comme le dis Anashka, le problème c’est que dès que tu n’es plus conforme au standard, on te shame!

    • Oui, en tant que mec c’est encore pire le prude-shaming. Je suis comme toi, un romantique dans l’âme, le sexe pour le sexe ne m’intéresse absolument pas. Après, sans parler de sentiments, c’est difficile d’admettre publiquement que tu cherches à avoir une certaine intimité/complicité (confiance) avec une fille avant de coucher avec elle (et avoir un comportement « sexué », lui faire ouvertement des avances – et encore, t’as de la chance, les filles te font ouvertement des avances à toi).

      C’est pareil avec la virginité d’ailleurs, passé un âge de plus en plus faible, avouer que tu n’as jamais eu de rapport sexuel (ou que tu as eu ton premier sur le tard) est à la fois difficile et honteux, peut-être plus pour les mecs que pour les filles d’ailleurs.

      Tiens, j’ai une question pour toi Anashka : Dans quelle catégorie tu classerais quelqu’un (homme ou femme) qui a du mal à avoir un comportement dit sexué avec les gens qu’il/elle ne connait pas, mais qui une fois dans une relation n’a aucun blocage particulier vis-à-vis du sexe (bref, une personne qui n’est pas séductrice, mais qui n’est pas forcément non plus coincée sur la question du sexe non plus une fois en relation?)

      • Jette un oeil au concept de « demi-sexuelle » (je déteste le terme, c’est moche). Mais, le concept, c’est qu’on ne peut avoir des relations sexuelles sans un lien préalable fort avec quelqu’un. Mais, encore une fois, je ne pense pas qu’il y a REELLEMENT une catégorie « prude » ou « slut », ce sont des vues de l’esprit, pas des catégorie réelle. Et, je serais bien incapable de classer quelqu’un.

        Toi, tu sais ce dont tu as besoin. La seule chose que tu peux faire pour lutter contre ça, c’est vivre ce que tu as envie de vivre. Eviter les boutades type « salope/puceau » et j’en passe et tenter de discuter avec les personnes qui ont ce type de jugement sur leur fondement.

        • Sur tes recommandations j’y ai jeté un coup d’oeil rapide, et ce n’est pas vraiment ça. Pour reprendre la définition de la « demi-sexualité », c’est une attirance non pas primaire (basée sur l’apparence et les comportements) mais secondaire (basée sur les sentiments et émotions partagées). En gros, ne pas désirer l’autre sexuellement avant d’avoir des sentiments.

          En l’occurrence ce n’est pas tout à fait ça. Il m’arrive de voir des filles et d’être attiré par elles. Mais pas sexuellement. Ca tient plutôt de l’esthétisme, du plaisir des yeux que d’une excitation sexuelle. Mais j’ai une attirance physique quand même. Et effectivement, j’ai besoin d’une certaine mise en confiance, de connaitre la personne en face de moi, pour pouvoir aller plus loin*. En fait avec le recul, ça ressemble plus à un blocage du à une difficulté à faire confiance à l’autre qu’à une « demisexualité » (c’est vrai que le terme est affreux).

          *Et ce plus loin, c’est lui faire part de mon intérêt vis à vis d’elle, l’embrasser, commencer à la caresser, puis le sexe. En fait, sauf cas vraiment très exceptionnels, je ne peux pas commencer à envisager un rapprochement tant que je n’ai pas cette connexion vis à vis d’elle. (Et la, je percute en plein le cliché, mais bonjour la friendzone ^^!)

          • Nope, toujours pas. D’ailleurs je voulais essayer de t’en parler par mail, mais je me débat toujours avec ce problème (parmi de TREEEEES nombreux autres problèmes).

            C’est à dire que, physiologiquement, je pourrais coucher avec une fille que je viens de rencontrer, à priori si elle est physiquement à mon gout ça ne me poserait pas de problème. Physiologiquement. Mais je sais que je n’y prendrais aucun plaisir, ça serait entièrement mécanique, sans sentiment, juste « baiser pour baiser » (pour ainsi dire). En outre ça m’obligerait à adopter un comportement qui n’est pas le mien et avec lequel je ne suis pas à l’aise (draguer, sexuer d’entrée de jeu – ou du moins assez vite). (Par contre, bizarrement je n’ai pas énormément de mal à répondre à une fille qui sexue. Mais je refuserais quand même de passer à l’acte avant d’avoir un certain rapport avec elle).

            Du coup je bloque, parce que (situation lambda, mais pas tant que ça vu que je suis timide), je rencontre une fille en soirée, via des amis, etc… Je parle avec elle, le feeling y est. L’attirance physique est (chez moi) là dès le début (comme je le disais), mais pas le désir. Ce dernier arrive à force de connaitre cette personne, de tisser une relation. Mais voila, quand j’arrive à en avoir envie d’elle et que j’exprime cette envie (toujours de manière maladroite en plus, youpidou), ça se finit par « je préfère qu’on reste amis ». Même si ce n’est que la troisième fois qu’on se voit, dans la tête de la fille que j’ai en face de moi, je ne suis pas la par intérêt « amoureux » pour elle, juste par amitié. C’est frustrant, parce que j’ai envie de relations sentimentales, j’ai envie de sexe. J’ai juste besoin de temps pour ressentir un réel désir.

            Du coup faut que je trouve un moyen de faire comprendre que j’ai envie de quelque chose, mais juste pas tout de suite (cela dit, quand j’ai envie, même si j’ai tendance à être mesuré dans mes gestes, je suis sexuel, aucun souci de ce côté. C’est juste que les trois quarts du temps c’est trop tard pour mener quelque part, du coup je suis dans une position gênante d’où il n’est pas possible de s’extirper.) Et globalement, quand attirance je ressens, ça finit toujours par se transformer en désir, si la personne se montre intéressante, intéressée, etc…

            Mais oui, j’ai eu droit (de la part de filles à qui je faisais part de ça, la plupart du temps) à des remarques comme quoi je devais être gay, ou que j’étais un calculateur (et pas un vrai mâle donc) parce que je ne vivais pas l’instant présent, que je n’assumais pas mon désir.

            Au passage, les mecs qui ne vivent pas leur désir comme les autres sont souvent victimes du prude-shaming masculin ^^ (Va dire que t’as besoin de connaitre la fille avant d’avoir envie de coucher avec elle, on te regarde avec des grands yeux, un peu comme un extraterrestre, et on te dit « mais ça vient naturellement, tu la désires, tu lui montres, voila » (notant au passage que si elle m’intéresse mais que je ne la désire pas, c’est selon ces experts de la séduction, parce qu’au final elle ne m’intéresse pas…)

    • Je crois que je l’ai souligné, dans l’article. Les hommes sont des victimes de Prude Shaming (plus que de Slut, un homme à nombreuses conquête est relativement épargné). Qu’est-ce que tu réponds à ces « amis » ?

      • Haha ne t’inquiète pas je les envoie balader! J’assume mes choix et je ne me laisse pas influencer par l’opinion des autres.

        Comme tu le dis, il faut être fidèle à ses valeurs même si notre entourage nous met la pression. Et dans le cas ou ça devient vraiment insoutenable, il faut tout simplement prendre la distance avec ces personnes la.

  18. En lisant ton article j’ai l’impression d’être un mélange de « slut » et de « prude ». Je ne suis pas du genre à additionner les amants, je n’aime pas parler de ma sexualité à d’autres, mais quand j’ai un copain, je ne suis pas du tout coincée… Je crois que je préfère cacher mon jeux pour ne pas avoir une « mauvaise image » !

    • En fait, je ne parle que de l’image quand je parle de « slut » et « prude » (celle qu’on se pose sur soi et que les autres posent sur nous)
      Je ne pense pas que quelqu’un puisse réellement s’inscrire dans les catégories (même si je grossis les traits pour mon explication).

      Le Slut shaming, le subir en tout cas, c’est AUSSI cet effort de discrétion pour l’image ^^

  19. Très bonne chose que de soulever ce type de question! Après un accident, je n’ai plus envie de faire « n’importe comment » avec mon corps, avec n’importe qui ( discours de prude). J’ai l’impression de devoir régulièrement me justifier face à cela… ai droit à des reflexions du type  » comment!? une fille comme toi! (air de slut) seule!?? » je répond que je ne vais pas me forcer pour LEUR plaisir, mais avec le sentiment que cette réponse les dépasse…

  20. Je suis comme Jeanne 28 ans aujourd’hui mais il y a encore deux ans j’étais comme Nina…
    Le Prud Shaming s’est surtout posé dans mes relations aux hommes pas aux femmes enfin que je connais… Encore aujourd’hui, certains hommes se demandent : Pourquoi tu ne veux pas coucher, alors que tu peux en avoir « envie »… Mais coucher pour coucher, je ne comprends pas ce que ca apporte… Avoir une centaine d’amants, je n’en vois pas l’utilité (pour moi!).
    Pour les filles je suis une « Prude » parce que je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas, et je ne sors pas en boîte (en fait je sors rarement…).

    Pour moi, réellement j’ai toujours eu ce problème de balance entre les deux! Parce que j’ai toujours su que j’allais aimer ça, je savais que si je trouvais le bon partenaire au bon moment et que je me sentais prête rien ne pourrait plus m’arrêter… Mais redevenant célibataire, j’ai envie de coucher avec des garçons avouons le… mais j’ai aussi envie que ca se fasse d’une autre manière qu’un plan cul!

    Alors je sais pas entre les deux mon coeur balance!!! D’ailleurs je me pose cette question rationnellement parce que j’ai quelques propositions mais mes « valeurs » et mon « idée » de ce que je suis ne coincide pas ni avec un ONS, ni avec un FF…

    Mais ce qui est sur c’est qu’être confronté à une image de soi que l’on ne veut pas, ca fait mal! (dans l’un et l’autre des cas!)

    • J’ai un peu de mal à comprendre ton « envie » depuis le célibat : quelque chose qui ne soit pas un plan cul mais pas forcément dans un cadre couple, ou au contraire uniquement du couple…? Le plan cul, qu’est-ce qui te gène ? (Histoire que je vois s’il y a une troisième voie ^^)

      • En fait ce qui cadre pas c’est que dans ma conception de la sexualité :

        tu couches avec une personne parce que tu l’aimes et que tu en as envie.
        Un plan cul tu n’aimes pas la personne mais tu en as envie…

        Si l’un des deux de ces points n’est pas respecté alors ce n’est pas la peine d’essayer… D’autant plus que je considère comme purement égoïste le plan cul (sans jugement pour les autres juste pour moi…). Donc c’est très compliqué!

        (Les FFs c’est une autre histoire parce qu’il y a des règles comme ne pas tomber amoureux et je considère comme complémentaire les sentiments amoureux et la relation sexuelle…)

        • Il y a les « amants ». Dans une relation amoureuse, ce qui fait l’amour, c’est le sentiment réciproque, pas forcément l’exclusivité et l’engagement (même s’il est commun et entendu de les voir associé). Tu peux avoir une relation basé sur sexe + sentiments (mais sans la construction d’une relation). J’ai eu des « amants » comme ça. Que j’aimais, au moins un peu. Ce n’était pas neutre. Mais, nous n’envisagions rien pour de multiples raisons. (Notamment, parce que je suis une grande romantique et que même si j’aime quelqu’un, ça ne veut pas dire que c’est avec lui que je veux construire).

          • Je ne connaissais pas ce type de relations…
            Mais du coup tu n’attendais rien de ton « amant »? Les sentiments étaient-ils réciproques? Le sont-ils dans ce genre de relation?

            Envisager un avenir en fait? ou même des week ends ou des vacances??? En fait cest encore très abstrait pour moi… :-S Parce que justement je pensais que lorsque l’on aime quelqu’un on veut justement construire ensemble? Ou c’est juste une vision sociétale?

            Crois tu que tu puisses m’expliquer tout ça par mail?

          • Non, nous avions 14 ans d’écart et pas les mêmes projets : lui voulait se poser pour une famille, tu imagines bien que ce n’était pas dans mes projets.
            Je sais qu’il y avait une affection très forte entre nous. Vraiment très forte. Je me suis déjà pointée chez lui en mode : pyjama, larmes aux yeux et j’en passe.

            Nous avons parlé d’un week end, mais en trois ans de relation, ça ne s’est pas fait. En fait, nous étions bien comme nous étions.

            Pour l’aspect construction / amour, je te conseille les différents articles sur l’engagement. Tu devrais trouver des pistes de réponses (tout ce qui est mail est payant, pour ça que je réponds directement ^^)

  21. Oui j’y ai été confrontée parce que j’ai perdu ma virginité assez tardivement comparée aux amies/copines et que j’ai très peu d’expérience même si j’ai eu des opportunités. On m’a souvent qualifié de fille coincée. Ce que les gens oublient, on n’a pas tous/toutes le même parcours, j’ai plutôt eu une vie compliquée ce qui explique pas mal le désert de ce côté-là et puis, si un gars ne me plaît pas, je ne me vois pas coucher avec lui….
    Et je trouve ça complètement aberrant. Aussi bien que le slut-shaming. Mince, chacun est libre de vivre sa vie comme il ou elle l’entend. Qu’est-ce que ça apporte de juger les autres ? Cela ajoute une pression supplémentaire dont on se passerait bien…

    • Je pense que ça rassure ou que l’on se retrouve coincée là-dedans. J’ai été plus facilement confronté au Slut (de part la marginalité de ma vie amoureuse) et j’ai pu, plus ou moins, faire du « prude shaming » (comme pour formuler une réponse à la catégorie dans laquelle on m’enfermait). J’en ai pris conscience il y a deux ou trois ans. Depuis, je fais très attention.

      • Au fait cette nuit, tu étais dans mon rêve ^^. J’ai parlé de séduction la veille et bam, Anashka !
        Ca a encore fait fuir un gars (ce manque d’expérience, ce blocage) :(

          • Je vois les rapports sexuels comme un échange. Jusqu’à maintenant, et encore vendredi dernier, je me suis sentie comme un bout de viande, parce que pour ces mecs là, c’était plus une prise de possession et franchement, ça ne te donne pas envie de poursuivre…
            Après, pas forcément déjà amoureux mais peut-être un attachement. En gros, un certain investissement au moins sur ce plan là. Un gars qui tient un minimum à moi.

            Avec moi c’est toujours compliqué. Depuis le temps que je commente ici tu as dû le remarquer :P

          • Oui, je l’ai remarqué. Je pense que ce qui complexifie, c’est aussi l’âge. Les garçons de ta/ ma tranche, sont (souvent) encore immature sur ces questions là. Il gagne un peu plus de tact (et un autre regard sur le sexe) plus tard. Là, on est encore dans la prise de possession / preuve de virilité / etc…

          • Et ce n’est pas que je ne veux pas une relation de couple. C’est juste que je n’adhère pas à la vision de couple traditionnelle. Après, tu peux toujours aménager une relation à ta sauce.

          • @ Vassilia: je ne sais pas.
            Pour moi, un ami, c’est un homme avec lequel je m’entends bien, avec lequel je peux parler, me marrer, mais pour lequel je n’ai aucune attirance physique. A partir du moment il y a une attirance physique, ça ne peut pas être un ami, ça rend les choses trop compliquées sinon. Que ça soit d’un côté ou de l’autre. Enfin, c’est ce qui est ressorti de mon expérience. Je n’exclus pas que ça puisse marcher pour certaines personnes. Et si je n’ai pas d’attirance physique pour quelqu’un, je ne peux pas m’imaginer coucher avec.
            Déjà que, pour le moment, seulement deux gars m’ont réellement fait de l’effet…

          • Francesca, je pense qu’il faudrait que tu passes des moments câlins et en confiance avec un mec qui serait un ami avant tout. Ce sont les meilleurs thérapeutes ! Puisque tu ne veux pas d’une relation de couple, tu souhaites quelqu’un de bienveillant, d’attentif et de patient : bref, un ami ! :) Et les amis masculins prêts à te câliner et à te donner du plaisir, il y en aura forcément ! (j’ai de très beaux souvenirs d’amis véritables qui se sont faits amants rassurants après une rupture douloureuse, et restés amis). La priorité est peut-être de se faire ces amis-là… Non ? Qu’en penses-tu ?

          • Je suis honnête. Je ne cache pas que je n’ai pas beaucoup d’expérience; sans raconter non plus tous les détails; qu’il me faut du temps/qu’il va me falloir du temps. Il a voulu savoir pourquoi, je ne me suis pas étendue sur le sujet, mais il a compris.
            Je peux comprendre. Une fille qui ne connaît pas son corps et en plus fait un blocage, à part si tu es vraiment prêt à t’investir, au moins sur cet aspect là… ou je lui en veux, c’est de ne pas avoir été honnête sur ses intentions (Il m’a dit vouloir une relation. En fait, il ne voulait que s’amuser. Il n’a pas fait le deuil de son autre relation).

            Enfin bref, entre ceux qui pensent que ce n’est pas un souci et une fois qu’ils voient qu’effectivement, ça va demander du temps, se barrent et ceux que, direct, ça rebute…
            C’est pour ça que dans l’idéal, pour que j’arrive à résoudre ce problème, il faudrait que ça soit dans une relation avec un gars qui soit un minimum à mon écoute, attaché et qui peut patienter surtout. Parce que ça ne sera absolument pas l’extase de mon côté avant un moment….

          • Je comprend. En gros, quelqu’un qui soit déjà amoureux, qui considère le sexuel comme un lieu d’ECHANGE, de rencontre et pas comme une prise de possession. Pas évident, mais plus sain.

          • Non tu n’étais pas méchante. Juste un peu en retrait à vrai dire ^^.
            Justement, je voulais apprendre à connaître ce gars, prendre mon temps, pas forcément le truc hyper sérieux, vu qu’on savait qu’il y avait une échéance (fin juin, il s’en va) et il se trouve qu’il avait une autre idée derrière la tête (il sortait d’une relation assez fusionnelle il y a à peine un mois et n’en avait pas fait son deuil).

            Bah quand il a compris que ça me demanderait du temps avant d’y arriver, que je faisais une sorte de blocage, que j’avais pas beaucoup d’expérience, vu qu’il a abordé le sujet, ça l’a fait fuir, il a tout de suite changé d’attitude.

          • Pour éviter de le diaboliser quelqu’un qui a un blocage demande une forme d’investissement qu’il ne se sentait pas de donner (selon la place qu’il donne à la sexualité, notamment). Reste, qu’il y a plus grand prince que ça…

        • Bon, ce n’était pas le seul problème (lui déjà, ne s’est pas montré correct avec moi) mais on a abordé le sujet et même réaction que les autres.

          • Si ça peut te rassurer, tous les mecs ne sont pas comme ça. Il y en a que ton inexpérience ne gênera absolument pas et qui l’accueillerons sans te juger. Faut juste les trouver.

            Si tu veux savoir, c’est la même côté mecs, pour ceux qui ont peu d’expérience.

Top articles

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Pour les Femmes qui ont une Grosse Paire de C…

Si cela ne vous fait pas peur… Je peux vous montrer comment rendre un homme littéralement accro à vous…… Parce qu’il existe un « secret »...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...

Ceci ravive FACILEMENT l’intérêt d’un homme…

Première rencontre ou relation mal en point, vous souhaitez raviver l’intérêt d’un homme ? Alors…RÈGLE N°1 : ARRÊTEZ de tout le temps chercher à...