Les trois formes de la sexualité en couple

-

trois formes de la sexualité en couple

Avant tout, désolée pour le temps d’absence. C’est qu’il commence à faire beau par chez moi ! Plus sérieusement, j’aimerai renouveler le fond de SUH, peut-être ouvrir sur plus d’articles sexo (dites-moi ce que vous en pensez…).

Bien sûr, il va falloir que je construire un peu mes idées et ma bibliographie, mais pour démarrer, voilà un billet qui attend d’être posté depuis un moment.

La place de la sexualité est relativement importante dans le couple (ou dans les autres formes de relation que nous pouvons avoir ONS, FF, mais ça se joue peut-être différemment). La pensée populaire dit qu’elle compte pour 40 % du bien-être de la relation. Sans poser un chiffre (je ne suis pas statisticienne), je perçois la sexualité dans la relation amoureuse comme un autre lieu de dialogue et d’échange.

 

Intimité, espace public et sexualité

Cependant, notre intimité est envahie par l’espace public : la pornographie envahit nos écrans, le nu est partout, les films à l’eau de rose nous présentent de longs missionnaires romantiques et les conseils pour avoir une sexualité normée/pimentée se reproduisent en masse dans les magazines.

Et, parallèles, nous envahissons l’espace public de l’intime. Même si cela semble moins violent, les réseaux sociaux (ou plutôt leurs utilisations) nous dénudent devant nos proches, parler librement (?) de sexualité est monnaie courante.

Résultat le sexuel n’est plus (a-t’il été ?) un espace de composition à deux, où seules les limites de l’autre (et de la légalité) viennent en tracer les contours, mais un espace de composition entre soi, nos fantasmes, l’imagerie sociale et l’autre. Ça en fait du monde dans le lit !

Bref, j’espère revenir sur tout ça (et peut-être sur l’étude de certains fantasmes, je reprendrais mes bons vieux Freud), dans les mois qui viennent. N’hésitez pas en fin d’article à me faire part de vos interrogations et envie d’article sur le sujet.

Avant de démarrer, j’avais trouvé (je ne sais plus où), une séparation entre trois sexualités de couple, je voulais vous les partager.

 

Le sexe XXX ou ULTRA-sexuel

C’est le sexe des grands soirs.

Celui où on expérimente, où on rencontre ensemble de la nouveauté. Parce qu’on recommence plusieurs fois, on dépasse des limites, on échange sur nos tabous. C’est au moment de cette sexualité-là qu’il faut parler de nos fantasmes et envies nouvelles.

La sexualité devient un espace de jeu, de complicité, de dialogue, de « je coure après toute nue derrière toi habillée en mère noël munie de gants MAPPA, de chocolat et un escabeau ! ».

Bref, on improvise de nouveaux trucs et c’est bien. (Parfois, c’est crade.. mais c’est bien quand même).

Mais, c’est aussi le type de sexualité que l’on a le plus rarement (sauf dans les tous débuts de la relation). Il demande :

 

  • Du temps : prendre une soirée pour soi, s’accorder un dimanche.

 

 

  • De l’énergie : après une stressante journée de boulot, on ne crève pas d’envie de se suspendre au plafond par les mamelons.

 

 

  • De la disponibilité mentale : en période douloureuse de vie, on aura probablement de sexe plus tendre.

 

 

  • Un espace : une bonne musique, des trucs à grignoter et une bonne ambiance (comme proposé dans l’article Saint Val) sont plus propices qu’une fin de semaine où le bordel s’est accumulé dans tout l’appartement.

 

 

  • Une certaine confiance en soi (et dans le couple) : quand on se trouve moche (et ça arrive, on apprécie d’être épilée) et en période de tension, ce n’est pas le lieu des nouveautés complices (bien que le sexuel de dispute soit grandiose… à sa manière).

 

Le sexe amoureux ou le « faire l’amour »

On fait l’amour parce qu’on aime le corps de l’autre, parce qu’on a besoin de se reconnecter sentimentalement et physiquement à l’autre.

Les caresses prennent plus de place et les mots d’amours aussi. On se serre dans les bras, on s’embrasse, on se caresse les cheveux. Parfois on se chuchote deux/trois mystères, entre nous. Bref, c’est la rencontre sentimentale des corps.

On se fait quelques confidences sur l’oreiller, on se complimente.

Bref, c’est le temps du romantisme. Il paraît que c’est la forme la plus courante dans les couples.

Il ne s’agit pas de sexuel pour la découverte, mais pour l’autre, parce que c’est à celui-là que l’on veut faire l’amour et même un missionnaire dans le noir devient un feu d’artifice.

Note : J’aimerai souligner que la tendresse n’est pas nécessairement dans les pratiques (les films nous en abreuvent jusqu’à l’ivresse), mais dans l’intention. Dans le premier cas, l’intention est complice dans celle-là, sentimentale. Mais, les pratiques peuvent être tout aussi trash (voir plus) que dans le premier cas.

 

Le sexe vite-fait ou hygiénique

C’est le coup pour l’entretien. On libère plus ou moins d’hormones quand on s’envoie en l’air, et ces hormones jouent sur notre humeur (notamment sur notre stress). On peut sentir coupable de vouloir un petit coup vite fait avec celui que l’on aime, mais si c’est consenti, pourquoi pas ?

Il y a des jours où on n’a pas la disponibilité pour un coït XXX et l’on n’est pas spécialement d’humeur romantique. Alors, le sexe hygiénique est pour ces périodes où on n’a ni le temps ni l’énergie de faire plus (période d’examens par exemple).

Il reste important, car il permet de se reconnecter à l’autre rapidement, de se faire comprendre que l’on se désire toujours … (et de faire un peu de sport). Bref, il apparaît comme un entretien sexuel, physique et émotionnel.
Vous, que pensez-vous du sexe « hygiénique » ? (Qu’aimeriez-vous lire comme article sexo ici ?)

Anashka,
Coach XXX
Pour me suivre sur FB

25 Commentaires

  1. J’ai vécu les trois types de sexualité, mais je dois avouer que ces derniers temps, le sexe XXX se fait plus rare.
    C’est dur quand on est pris dans le tourbillon du quotidien de prendre du temps pour ça…

      • Oui, mais dans le cas où on se donne un « rendez-vous » pour ça, il faut en avoir envie à ce moment-là (et ça ne se programme pas forcément, surtout qu’il suffit d’avoir mal dormi la veille ou d’avoir eu une journée difficile pour préférer dormir…)
        Le fait d’avoir un enfant complique aussi les choses, parce que ça réduit le nombre d’après-midi qu’on peut passer sous la couette…

        • Si ça s’emménage…? Je veux dire, y’a des ambiances qui portent plus que d’autres, des trucs qui ouvrent plus que d’autres…
          Voir autour d’un week-end quelque part (le petit en baby sitting ) ?

          • Sexe XXX fait hier soir :) Ça n’a pas été simple : trouver la soirée où on serait disponibles tous les deux, c’était déjà compliqué. Et puis, on s’est pris la tête pour des trucs bêtes, j’ai bien cru que notre soirée tombait à l’eau… (alors que j’avais en plus prévu de la nouvelle lingerie !).
            Bref, après un temps de mise à plat et de « préchauffage », on a enfin eu cette soirée. C’était chouette, donc à refaire plus souvent !

          • C’était justement prévu pour en ce moment-même… Le petit est chez ma mère, je suis en vacances (donc détendue et libre) et mon copain est rentré de vacances hier soir. On avait deux jours pour nous deux. Mais… il est malade (et bien malade !)
            En tous cas, c’est noté dans mon agenda : trouver un moment pour du sexe XXX ;)
            Merci Anashka pour tes articles et tes conseils !

          • Je bouge pas.

            Donc, l’idée c’est une prochaine date :) (ça laisse le temps d’une nouvelle lingerie ^^)

  2. Je crois que j’ai eu besoin et pratiqué les 3 formes de sexualité (en couple ou pas en couple d’ailleurs) dont tu parles. Je n’ai rien de particulier à en dire, si ce n’est que j’ai besoin des 3 selon les périodes et que il n’y en a pas un qui me parait mois nécessaire.

    Je vais plutôt répondre à tes questions de début d’article:

    1/Questions concernant le sujet: « intimité, espace public et sexualité », cette idée que les représentations sociales s’invitent aussi dans notre intimité et que la sexualité devient parfois un condensé de constructions sociales:

    – Comment en sortir ? Comment en limiter l’impact sur notre imaginaire et nos pratiques ?
    – Comment inviter l’autre à oublier ce qu’il connait, ce que la société lui « dit » de faire, lui présente comme normal ou hors-norme, pour explorer et partager ses rêveries, ses envies et les nôtres ?

    2/ Question sur des sujets d’articles sur ce thème:
    – J’allais dire: « je serai intéressée par un article très sexo sur la fellation par exemple (ou idées pour pimenter ses nuits) ». Mais je me rends compte que, peut-être, je suis dans cette « norme » citée au dessus, en voulant savoir « comment on fait ? » au lieu de partager, apprendre, demander à mes partenaires concernés et découvrir selon mes envies et ses envies…
    Je sais pas… qu’est ce que t’en penses ? Un article sur ce sujet pourrait sortir des sentiers battus ?

    • Y’en a un sur la fellation, ici.
      J’ai beaucoup de mal dans le côté « TIPS SEXO », peut-être que je suis un peu pudique. Ca me demande forcément de réfléchir à comment je fais, donc dévoiler mon intimité (ou faire un copier coller de Cosmo). Pourtant, je sais que j’ai quelques astuces et trucs sur le sujet (et surtout une tonne de lecture qui sortent des sentiers battus), mais j’ai du mal à poser la limite. Pour moi, le hard et soft, c’est un peu du pareil au même.

      • Ha oui, je me souviens avoir lu cet article quand je suis arrivée sur le site. Je l’ai redécouvert, c’est un article intéressant mais c’est vrai qu’en ce moment je suis plus en recherche de « Tips » pratiques on va dire.
        D’ailleurs, je suis preneuse des lectures que tu pourrais me conseiller.

        Cela dit, je comprends tout à fait ta pudeur. :)

  3. Le soucis du sexe  » hygiènique » c’est que cela peut avoir une dimension assez frustrante pour l’un ou l’autre des partenaires. L’autre est chaud bouillant, et toi au final bah rien quoi…. J’aime pas le côté expéditif de la chose, mais bon comme je l’ai lu quelque part  » la vie de couple, ce n’est pas fait que de moments de prestige  » ^^… En somme je n’y vois rien de dégrandant, si ça se passe avec son chéri officiel ( voire un FF avec qui on a une grande complicité=

    • Je suis sûre qu’on aurait une description factuel très différente, chacune, sur ce sexe hygiénique. Mais vrai que pour une personne qui a besoin de temps pour l’orgasme, la situation peut être très frustrante…

  4. Encore une fois un article intéressant! Comme Ninalala je distinguerai le sexe hygiénique d’autres situations. Il y a le sexe rapide passionnel quand on zappe les préliminaires et qu’on se saute dessus parce qu’on meurt d’envie l’un de l’autre (débuts de relations passionnels), le sexe 30 sec top chrono parce que le mec vient trop vite, le sexe de routine et mécanique type un missionnaire 3 min recto verso (étoile de mer, bonjour), le sexe des fois ou on a pas vraiment envie (ça tu n’en parles pas trop mais c’est une réalité de couples)… Et le sexe pendant les menstruations vous le gérez comment? C’est que ça revient vite ;)

    • J’ai du mal à comprendre « le sexe dont on a pas trop envie »…Tu sous entend « devoir conjugal » …? C’est quoi, se forcer un peu ..?

  5. Bonsoir, bonsoir…

    A vrai dire…autant les deux premières formes de sexualité que tu décris, je les conçois, autant je comprends assez mal la notion de « sexe hygiénique » :

    – soit il se rapproche du quick sexe, et dans ce cas il nait d’un regard, geste, lieu, situation évocatrice, ou d’une marque de désir de son partenaire…donc d’une pulsion/désir brutal, une bouffée d’envie, et ça n’a rien à mes yeux « d’hygiénique », mais plutôt d’intempestif, une manière de se dire l’un à l’autre (cadre d’un couple constitué) que les corps sont ouverts ou disponibles…
    Dans ce cas ça me semble une des facettes d’une vie sexuelle épanouie, ouverte, joueuse.

    Mais tel que tu le décris ce sexe hygiénique ça a l’air plus d’un pis aller face aux deux premières formes…et une vocation de « soulagement personnel ».
    Dans ce cas, si c’est un acte de soulagement pur, qui se fixe sur la première personne venue, j’aurais tendance à lui préfèrer les plans culs, le plaisir solitaire (rapide, efficace, soulageant = baisse de pression) …soit la frustration (hop je capitalise du désir, un peu contrarié, mais qui va du coup exploser un peu plus tard).

    Bref Anashka, veux tu bien un peu détailler ce sexe hygiénique ?
    Est ce à tes yeux du quick sexe ?
    Du soulagement ?
    Cela intervient-il face à un partenaire attitré ? Tout type de partenaire ?

    P.S Concernant les articles : sur les liens entre le féminisme d’aujourd’hui, et la sexualité, punaise il me semble que tu as un boulevard pour réactualiser ceci en dehors des poncifs.

    • Ces trois formes de sexe sont un article sur lequel j’étais tombé il y a deux ans (perdu le nom de l’auteur…). Il n’y avait pas d’allusion au Quick Sexe (je viens d’en découvrir le terme avec toi. Hormis sa rapidité et son intempestivité, quelle est sa particularité..?).

      Quand j’ai lu cet article, j’ai perçu le sexe « hygiénique » comme : deux personnes en période de révision/ stress/ boulot intense. T’as pas l’énergie, t’es pas spécialement en mode romantique, mais tu as besoin du corps de l’autre… Alors, pourquoi pas un missionnaire rapide avant de dormir…? Je le vois plus comme un entretien, sans envie de faire d’effort particulier. Bref, hygiénique pour soi, mais pour le couple aussi.

      C’est vraiment le type de sexualité que je ne pourrais pas avoir avec un plan cul. Mais, c’est peut-être moi…

      • Ok, merci Anashka, je vois un peu mieux ce dont il s’agit. Je crois.
        Dans ce cas peut-être le bémol que j’apporterais à cette forme là, en couple, c’est que les aléas de la vie (professionnelle, parentale) peuvent faire prendre le risque de la reproduire pas mal de fois cette forme de sexe-là. J’ai l’impression que plus tu progresses dans la vie/âge, plus les occasions d’être pris par des impératifs, être crevés, pris par mille et une obligations sont fréquents…Du coup, pour ma part je craindrais qu’elle soit un peu trop répétitive, ou qu’on y glisse par facilité, jusqu’à perdre un peu le sens de la sexualité…d’autant qu’il est rare que les deux personnes soient au diapason niveau « rythme extérieur de vie »…du coup cela ne risque-t-il pas d’être frustrant pour l’un des deux partenaires ? En tous les cas pour ma part je ne l’ai pas réellement pratiquée. Ou alors je n’en ai pas le souvenir.

        Je vais enquêter auprès de mes proches tiens, je m’étais pas posée la question de l’usage de ce type de sexualité.

        • Je suis, comme toi, assez frileuse sur les habitudes : notamment sexuelle. Pour ma part, je préfère le rarement et ultra XXX à l’hygiénique plus régulier. Mais, l’hygiénique (vrai que le mot est moche) peut se construire hors des sentiers battus, au coeur des fantasmes du couple. Autrement dit dans quelque chose d’habituel et pratique pour LE couple EN QUESTION, mais qui peut être trash/hors des normes / complètement barrés pour la réalité.

        • J’aime beaucoup, pour ma part, ce sexe qui procède d’un « besoin du corps de l’autre » et qui vise juste à se « re-connaître » malgré la fatigue, le stress, pour puiser dans ce corps à corps une régénération, un apaisement… Ça soude le lien aussi… (mais le terme d' »hygiénique » ne rend pas justice à la beauté de la chose, je trouve). Evidemment, le sexe passionné, etc., c’est génial, mais pour moi ça ne s’exclue nullement. Au contraire même ! c’est ce sexe du quotidien qui permet d’atteindre des sommets dans le sexe d’exploration, par la confiance qu’il a créé entre les partenaires. Bien sûr, une rencontre purement sexuelle peut parvenir à des résultats très forts aussi en termes de dépassement, d’exploration… Mais je trouve qu’on ne touche à ce côté un peu transcendant, un peu sacré (surtout dans l’exploration la plus trash) que quand le sexe est nourri de ces moments de quotidienneté. Enfin, je l’ai toujours vécu comme ça…

          • Dans le quotidien, ça peut donné un air de dénuement de parade sexuelle, d’authenticité, finalement. Un « ensemble, c’est tout » comme dirait Gavalda.

Top articles

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Pour les Femmes qui ont une Grosse Paire de C…

Si cela ne vous fait pas peur… Je peux vous montrer comment rendre un homme littéralement accro à vous…… Parce qu’il existe un « secret »...

Ceci ravive FACILEMENT l’intérêt d’un homme…

Première rencontre ou relation mal en point, vous souhaitez raviver l’intérêt d’un homme ? Alors…RÈGLE N°1 : ARRÊTEZ de tout le temps chercher à...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...