Les étapes du deuil amoureux (en bref)

-

étapes du deuil amoureux
En fait, je tiens à parler avec vous de la lutte contre les ruminations amoureuses. Mais, j’ai l’impression qu’il manque quelques informations avant d’entrer dans le vif du sujet. Donc, la rumination, ce sera encore l’article prochain. (Oui, c’est très mal de ma part ce teasing.)

Donc, un petit article récapitulatif sur les étapes du deuil amoureux. Parce que je n’ai jamais fait d’article sur ça, c’est ici.
Enjoy. (Enfin, enjoy….)

Le grand maitre du sujet : Michel Hanus « Les deuils dans la vie » Je vous le recommande vivement.

 

Etape 1 : La stupéfaction et le refus

Elle se passe entre la première seconde et deux-trois jours après la rupture, autour de l’annonce en somme : on ne réalise pas. On ne comprend pas ce que signifie la séparation. On est hébétée. M. Hanus parle « d’état de sidération».

  • Certaines se sentiront flottantes. Ne pouvant penser, réfléchir, agir de manière cohérente.
  • Certaines refuseront la rupture : « Je ne suis pas d’accord, tu ne me quitteras pas comme ça. » et la séparation apparaitra comme un break.
  • Certaines tomberont dans des colères noires.
  • D’autres s’effondreront.

Impossible de prédire comment l’on réagira. Ca dépend de nombreux facteurs, dont l’annonce elle-même. Il est plus difficile de réaliser que « c’est fini » quand le partenaire disparait, par exemple. (Pour cela, quand on quitte quelqu’un, on pense à lui dire. Le silence radio, c’est mal.).
Bref, c’est la sidération.

 

Etape 2 : La colère

C’est le temps du mécontentement.

On commence à comprendre et ça fait mal. La douleur est vive. Tellement vive qu’on la rejette loin de nous.

  • Soit en taxant notre Ex de conn*rd (à raison ou à tort)
  • Soit en tentant de le récupérer
  • Soit en cherchant à bruler son appartement / sa nouvelle meuf. (Mais, c’est mal. C’est anti-écologique)

Effectivement, la vivacité de notre souffrance, la rage qui en découle nous donne une force considérable. Nous avons envie d’agir, soit pour retrouver l’être manquant, soit pour s’en venger. Parfois les deux en même temps.

Bref, c’est le mécontentement.

Note sur la vengeance

Je suis anti-vengeance. Je ne donnerais des conseils de vengeance dans les commentaires et ils sont passibles de bannissement dans le forum. C’est trop mauvais pour notre Karma.

Note sur « récupérer son ex »

Le meilleur conseil que je pourrais vous donner, c’est de NE PAS chercher à récupérer son ex. Pourquoi ?

 

  • Parce que souvent ça échoue (Nous sommes beaucoup trop impliquées sentimentalement pour bien appliquer les conseils. C’est valable pour tout le monde, moi compris.) Et quand ça échoue, c’est une nouvelle balafre à l’Ego. (Nous devons protéger notre Ego, on n’en a qu’un. Contrairement aux amours)

 

 

  • Parce que même si ça réussie, ça échoue. A moins qu’un temps très important se soit passé entre la rupture et la reconquête ET que la rupture soit due à des éléments externes… Le couple a de fortes chances de réitérer ses erreurs et – passée la phase de retrouvaille- de se déchirer à nouveau. (On croit que la rupture est un échec, c’est faux. Beaucoup de ruptures sont des réussites !)

 

 

  • Parce que tant pis pour l’Ex. Chercher à garder un mec, c’est passer à côté de ceux qu’on n’aura pas besoin de « forcer » pour être avec nous.

 

Le lien de l’article sur « comment récupérer son EX ». Au cas où je me trompe. (Et pourquoi pas ?)

Etape 3 : La dépression

On réalise que c’est fini. Et on ne trouve pas ça marrant du tout. On souffre. On souffre beaucoup. On pense à l’autre sans cesse. On n’a envie de rien. On soupire. On écoute la même playlist en boucle. Se lever le matin devient pénible et l’absence (l’absent) prend toute la place. On culpabilise de souffrir. Bref, c’est la merde.

Michel Hanus nous parle de l’existence d’une véritable phase de dépression dans le deuil. On en a tous les symptômes: perte de confiance en soi, variation de l’appétit, manque de concentration, négligence de son apparence physique, culpabilité et j’en passe…

A la différence avec la dépression clinique, celle-ci est « normale ». C’est sain de souffrir quand on a une rupture à digérer. Les digestions fatiguent toujours, surtout quand c’est indigeste. Notre corps / esprit fait un travail de deuil et c’est douloureux. Mais, pas de quoi s’alarmer.

Bref, c’est le désespoir.

Note sur les prescriptions d’antidépresseurs

La France est l’un des plus gros prescripteurs d’antidépresseurs.

Pour le rappel, ces médicaments permettent d’augmenter le taux de sérotonine (l’hormone du bonheur en quelque sorte) dans le sang. Ils fonctionnent bien pour les personnes produisant peu / plus de sérotonine.

Le problème que nous rencontrons, ce n’est pas l’augmentation française de la dépression (nous ne sommes pas plus malades qu’ailleurs) mais la confusion entre une période de deuil (comportant une souffrance psychique normale), un burn out (dont la problématique ne tient pas de la chute de sérotonine) et la dépression pathologique.

Les « pilules du bonheur » ne doivent se prendre qu’en complément d’un suivi thérapeutique (elles sont un béquille) et sur un temps court (car elles entrainent des dépendances fortes) dans le cas de dépression pathologique avérée (diagnostiqué par un spécialiste : le psychiatre).

C’est la raison pour laquelle les généralistes ne devraient pas prescrire du Prozac. C’est le travail du psychiatre, il est formé pour ça et pour recommander (ou faire) un VÉRITABLE travail thérapeutique qui lui peut permettre la sortie de la dépression.

Donc, au moment du deuil, pas de quoi s’alarmer, c’est normal de broyer du noir. Si des idées sombres vous poursuivre au-delà d’une certaine limite de temps, tournez-vous vers les professionnels de l’aide psychologique, ils sont là pour ça et vous orienteront. Mais le médicament n’a rien d’obligatoire. (Il ne correspond qu’à UNE des nombreuses formes de dépressions existantes (celle de la chute de sérotonine, mais certaines dépression dites pathologiques ne viennent pas d’un problème de sérotonine) et n’est qu’un support au travail thérapeutique).

Etape 4 : L’acception

On va bien. On accepte. On est presque euphorique ! On baltringue d’un projet à l’autre. (Je ne sais pas DU TOUT si le mot « baltringue » peut s’employer comme ça. Mais, c’est joli.)

Généralement, c’est à ce moment que se construise les « relations kleenex ». Pourquoi ? Parce que l’acceptation, c’est encore du deuil. Donc, attention à ne pas s’emballer avec le premier barbu (ou imberbe) venu. Autant y préférer encore pour quelques temps les amants. ;)

Bref, c’est beaucoup de sexe.
Puisque je veux faire un article sur les ruminations amoureuses, vous m’aideriez pour les exemples ? Quelles sont ces pensées répétitives que vous avez lors de ces périodes ?

Anashka,
Je réalise que tous les printemps, je parle de rupture.
Freud, vient sauver mon âme.
Ou me suivre sur Facebook

54 Commentaires

  1. bonjour anashka, je tombe bien par hasard sur ton blog, et je respecte bcp le fait que tu prennes autant de temps pour répondre et conseiller toutes ces femmes :) c’est top. en ce qui me concerne, je suis depuis deux mois avec un garçon qui a cassé avec sa copine il y a 4 mois (c’est elle qui a rompu car elle en avait marre de se séparer se remettre ensemble etc..mais elle était amoureuse) . on se fréquente depuis un moment avec ce garçon, donc des sentiments se sont développés avant meme qu’il soit séparé de sa copine (je n’en suis pas fière, mais malheureusement on ne contrôle pas cela :( . aujourd’hui, il apprend que sa copine l a trompé a plusieurs reprises, et les gens disent que lui aussi a trompé sa copine cet… il souffre, que ttes ces choses se disent sur la place publique ,il a encore des sentiments pr cette fille, vu qu il a passé plusieurs années de sa vie avec elle. il l a toujours idéalisé en disant que c’était une personne en qui il avait totale confiance. aujourd’hui il a du mal a gérer ses émotions. nous sommes très bien ensemble mais je sens que parfois il a des moments d absence, qu’il a besoin de temps cet.. mais je suis profondément amoureuse de cette personne, et j aimerais qu il puisse faire son deuil avec moi? est ce possible? quelles sont les choses a faire, ne pas faire? lui aussi eprouve des sentiments forts a mon égard, je dirais meme que nous sommes fous l’un de l’autre. , mais il n arrive pas encore a se projeter. ce qui me parait naturel. mais j ai vraiment peur de souffrir. arrivera t il a oublier cette personne? il n est clairement pas indifférent a ce qu’il apprend ces derniers temps, dc cela veut dire qque chose… merci pr ton aide et ton temps Ana, tu déchires tout;)

    • Bonjour Elodie :) Anashka n’écrit désormais plus pour le site, mais je suis là pour prendre la relève !
      Concernant ta situation, c’est assez délicat. Il n’a absolument pas eu le temps de faire correctement le deuil de son ancienne relation et s’est retrouvé à nouveau en couple très rapidement. Alors, ce n’est pas impossible qu’il fasse son deuil avec toi mais il faut être sur qu’il se soit mis en couple avec toi pour les bonnes raisons. Le risque est que tu te retrouves dans une relation pansement où (inconsciemment) il sort avec toi pour l’oublier.
      Après, il croit peut-être sincèrement en votre histoire mais son cœur est encore trop tourmenté pour que le début de relation se construise dans les bonnes conditions. S’il l’a vraiment aimé et surtout s’il l’aime encore comme tu le dis, alors le deuil prendra du temps.

      Alors je dirai que ce n’est pas impossible qu’il fasse son deuil avec toi mais tout dépend de sa réelle volonté. Est-ce qu’il veut vraiment oublier son ex ? Est-ce qu’il croit vraiment en vous ?
      Le mieux à faire est de communiquer avec lui. Qu’il soit complètement transparent sur ses sentiments avec toi, concernant son ex, ses doutes, ses envies. Et si tu as vraiment peur de souffrir, ne t’investis pas trop tout de suite dans cette relation. Prends un peu de tes distances, prends ton temps, protèges toi. Tu verras avec le temps si cette relation est vraiment viable ou non.

  2. J’ai 17 ans et demi et j’ai eu ma première vraie relation en ce mois de juillet et ca a durer 2 mois. Il habite loin de moi mais on avait reussi a se voir souvent quand meme et on ne pensait pas au debut a une relation serieuse a distance. On s’est engagé, on s’est promis fidelite et ca allait hyper bien et on s’appelait tout les jours, tres longtemps, fin c’etait dingue en fait. Il a su me rendre plus que heureuse, c’etait magnifique. Sauf que vers mi-septembre, mon ex copain a revu son ex qui l’avait enormement fait souffrir. En fait, ils sont rester plus d’un ans et demi a deux, ca n’allait pas bien des le debut mais ils s’aimaient, ils ont « bien » vecu ensemble pendant les mois qui suvirent et finalement, l’accumulation de choses ont fait qu’ils se sont separés, et cela 1 bon mois avant notre rencontre (d’ailleurs je lui ai dit que s’il n’etait pas pret a entamer une nouvelle relation serieuse, il fallait pas s’e,gager avec moi mais il a dit que c’etait pas ca). Donc tojours en septembre, il etait perdu et au final, il a decider de se remettre avec elle.
    Quand il m’a dit etre perdu, je pensais pas encore a ce moment qu’il allait se remettre avec son ex. Il ne m’a pas parler pendant 1 semaine, je l’ai une fois appelé mais ca a pas aidé, ca n’a pas fait avancer les choses. Un manque de communication je suis sure. Je lui ai apres ce coup de telephone, ecrit un message en demandant simplement comment il allait, je sentais qu’il attendait de moi une simple discussion et ca s’est plutot bien passé. Le lendemain encore un tres court echange mais me laissant quand meme l’idee que ca allair s’arranger, que c’est une passe tres difficile qu’on allait surmonter ensemble. J’ai esperer et j’ai toujours de l’espoir, c’est atroce d’esperer, et j’espere peut etre ce qui est inesperable, en tout cas, il faut esperer dans la vie sinon on ne survit pas… Apres, cette derniere petite discussion, j’ai fait silence radio pendant 1 semaine meme si j’avais tant envie de lui ecrire, de lui parler alors j’ecrivais ce que je voulais lui dire dans les notes de mon portable. Mon copain m’a annoncé la remise avec son ex concretement par sms mais si je n’avais pas envoyer un message en lui disant un petit truc, il ne me l’aurait jamais dit. Toutefois, je ne sais pas dans quelles conditions ca s’est fait ni si c’est vraiment un choix sans aucune influence… Il m’a dit avoir fait un choix. C’est comme ca. Fin septembre, je commencais a envisager ce qui se passa, son retour avec son ex. Enfin, voila c’est comme ca. Et c’est bizarre parce qu’apres avoir pleurer, perdu confiance en moi, perte de concentration notamment, etc. et ca pendant ⅔ semaines, j’ai eu une semaine ou je me suis enfin retrouvée, tout etait redevenu comme avant presque. J’essaie vraiment d’avancer et je sais qu’il le faut, pour mon bien mais pour celui de mes proches aussi.
    Le probleme c’est qu’il me manque terriblement, je me force a croire que c’est comme ca, c’est la vie, je suis jeune, je sais qu’il y a encore pleins de choses, de personnes a decouvir et je me convains que ca va passer ce mal et si j’ai reussi a me sentir heureuse cette semaine, de me retrouver, d’a nouveau etre la fille hyper joyeuse, je peux y arriver par la suite. Hier je suis sortie mais j’ai preferé rentrer chez moi. J’ai craqué, j’ai pleuré dans le tram et d’ailleurs, ca m’a tellement touché, le fait qu’un homme me propose un mouchoir et puis une dame m’a demander si ca allait, fin ca allait pas je l’ai quand meme rassuree en disant que ca allait. Je suis a nouveau perdue et ca m’empeche de bien etudier pourtant j’ai plein de volonte sauf que ce n’est pas suffisant, je le sais. Je sais pas ce dont j’ai besoin d’entendre, je ne sais pas ce qu’il faut, je crois que j’ai toujours ce petit besoin de déclic qui me fasse réellement et définitivement accepter la rutpure avec mon copain. Cependant, j’ai l’impression que notre separation ne s’est pas faite comme il se doit, et cela meme si dans mon esprit je l’accepte, mon coeur ne l’accepte pas encore tout a fait parce que je sens qu’on devrait en parler face a face, mettre les choses a plat. Les derniers messages furent clairs et il m’a dit implicitement qu’il devait choisir entre deux parts de lui, donc son ex ou moi et que malgre tout, c’est grace a moi, il avait reussit a retrouver le sourire, qu’il avait penser a construire quelque chose dans le futur. Je n’attends pas d’explications de son choix, et comprendre certes mais il faudrait peut etre pas trop se poser des questions, on dit que le passé c’est le passé mais s’il n’est pas encore ancré, c’est difficile d’aller de l’avant. Et ca m’enerve parce que je me fait du mal toute seule, fin je me dis « ah il a dit « ex » alors qu’a present ce n’est plus son ex, c’est redevenu sa copine. » Je me donne parfois de l’espoir qu’un jour on se retrouvera et j’ai en meme temps envie de rencontrer de nouveaux mecs parce que si c’est il a choisi de retourner avec son ex (choix peut etre et surement sous influence de son ex), que pour lui ca ne paraissait pas etre une evidence de rester avec moi, c’est que ce n’est pas la bonne personne pour moi non plus… J’aimerais juste un avis (desole si ce n’est pas tres detaillé et clair, c’est compliqué a expliquer je trouve)

  3. Mon deuil est fait, ce que je veux c’est bâtir du neuf et refaire ma vie avec quelqu’un d’autre, de bien. J’en ai marre de tomber sur des connards, qui eux, me font payer les pots cassés pour leurs exs.

    • Ahah ! C’est un peu le grand malheur de ce siècle, personne n’arrive avec une Tabula Rasa :)

  4. hello Anashka,
    Tu connais mon histoire puisque j’étais dans la rubrique « il prend ses distances… »
    Bon et bien je l’ai envoyé cette carte d’anniversaire avec juste un souhait et qu’il prenne bien soin de lui et une tablette de chocolat (un clin d’œil). Je l’ai fait car j’aurais regretté de ne pas le faire, je l’ai fait pour moi, pour mon plaisir de prendre contact, en accord avec moi même. J’ai reçu un petit sms de lui « caco, fève du plaisir, merci beaucoup A, comment ça va toi ? bises. F » J’ai répondu « hello F, de rien tout le plaisir est pour moi, passes une très bonne journée, bises, A ». Impossible pour moi de répondre à sa question, peut-être aurais je du ? mais j’aurais été obligée de dire la vérité, donc de dire que je n’allais pas bien. Ben voilà j’aurais préféré soit un sms de sa part plus anodin type « merci bcp, bises » ou alors le contraire plus chaleureux. Là pour moi c’est encore entre deux ! Reviendra t il ? ou pas ? où en est il ? Bref pas facile de faire son deuil lorsqu’il y a toujours dans ma tête un espoir ! Et donc là je suis dans la phase dépression, elle dure…. je n’arrive pas à accepter ce qui est (il n’est plus là, il est parti pour dépression malgré son amour fort), je n’arrive pas à faire le deuil de ce qui aurait pu être, ou aurait du être. Je n’avance plus. Ruminations, crises de larmes, nostalgie, souvenirs… Quelques fois je reprends goût à la vie, je souris à nouveau, je suis de nouveau joyeuse, puis je retombe sec, plus loin, plus bas. C’est le yo yo ! Je ne sais pas comment faire, quel sera le truc qui me fera avancer, tourner la page. ah si ! il serait plus facile pour moi de tourner la page si je savais que c’est définitivement fini. Et puis j’ai toujours ce manque immense en moi ! Il faut dire que je suis passée de tout, fort à rien du jour au lendemain !
    Pourtant mes amies/is sont là, je sors, je fais des choses pour moi, il y a mes enfants, ma famille, mais bon je suis encore dans une tristesse de dingue !!! Comment faire ? J’ai même quelques fois des périodes de grand désespoir avec idées noires !:( Des fois je me dis, retourne dans la vie, comme tu étais avant, joyeuse, pleine de vie et puis si il revient et bien ce sera une bonne surprise et puis si il ne revient pas et bien je n’aurais pas arrêté de vivre. Mais je n’ai pas la force, je n’ai plus la force. Surtout lorsque l’on a un ex mari qui vous enfonce, vous dit que vous méritez tout ce qui vous arrive et que c’est bien fait pour vous ! Oui pas simple ! Alors je ne sais plus. Des conseils Anashka ? Est ce que je dois lui demander un jour de me dire si oui ou non je dois l’attendre ? J’aimerais pouvoir un jour avoir une vraie conversation avec lui, quand je serai prête, j’en ai besoin, peu importe l’issue de ce rdvs, c’est pour moi, car nous n’avons pas pu nous parler il était trop mal le jour où il m’a dit qu’il avait besoin d’être seul, il ne pouvait rien entendre. Est ce que tu trouves que c’est légitime et une bonne chose de mettre les points sur les i et les barres au t ? et si oui quand ? Je te demande beaucoup Anashka, j’en suis consciente, car je sais que tu as le recul et l’expérience nécessaire à pouvoir répondre sincèrement. Merci beaucoup pour ton site, j’apprends plein de choses.

    • Avant tout, les conseilleurs ne sont pas les payeurs :) Autrement dit, on réfléchie ensemble, mais les décisions t’appartiennent et ce que tu en penses toi est beaucoup plus important que ce que j’en pense moi. :)

      Il y a eu le mot pour l’anniversaire, une réponse succincte, qui sous-entend… Je ne sais pas. On peut répondre comme ça en ressentant des choses très différentes. Tu dis que l’espoir te ronge, qu’il t’empêche de faire le deuil, que tu as BESOIN de savoir. Alors oui, peut-être est-ce le moment de lui proposer de reparler de votre rupture. Pour toi. Pour savoir si tu dois te battre autour de cet espoir, ou si tu peux lâcher le fardeau.

      Quand ? Quand tu seras épuisée de l’espoir… Quand tu auras ce sentiment que maintenant, il faut avancer dans un sens comme dans l’autre. Juste avancer.

      Pour le yoyos, paradoxalement, c’est une bonne nouvelle. Oui, les rechutes et rechutes. Oui, c’est long, beaucoup trop long. Mais, au milieu de ce deuil, il y a des temps de pauses où « ça va ». Je pense que c’est à eux qu’il faut se raccrocher, même si c’est 5 min dans une journée. Le lendemain, tu seras fière d’atteindre les 6 min. On oublie facilement à quel point un deuil est long, l’important c’est que plus on avance, plus on a ces espaces d’oxygène.

      Je reste à ton écoute. Dis-moi ce que tu veux faire ?

    • Bonsoir Anashka. D’abord mille merci pour tes conseils précieux et réalistes. Oui tu as raison réfléchir ensemble et les décisions m’appartiennent, je dois les prendre en fonction de ce que je désire, ce dont j’ai besoin pour avancer.
      Bon c’est toujours le grand blues, la grande mélancolie, le manque immense et toujours ce foutu espoir qui m’interdit d’avancer, de faire le deuil.
      Je suis partie avec trois amies à Barcelone, ça m’a fait du bien de déconnecter mais le retour est toujours plus difficile et à vrai dire je n’ai pas vécu toujours pleinement ce grand we car beaucoup de choses me rappelaient à lui. J’ai suivi et je suis ton conseil : m’attacher au positif, aux petits moments de grâce, merci pour ce conseil, ça m’aide beaucoup !
      Oui j’ai besoin de savoir. Je veux être dans la vie et non plus dans l’attente, je n’en peux plus de cette attente, elle m’empêche d’avancer, même si peut-être que pour lui tout est clair, moi j’ai besoin d’entendre. Et puis cela me permettrait de ne plus imaginer un tas de choses ! Aussi, il faut que ce soit clair pour moi, il faut que je sois honnête avec moi même, cad que je dois le voir pour unique raison de savoir et rien d’autre. Pas juste la joie de le voir et tenter de le séduire. Si je demande à le voir c’est pour moi, uniquement pour moi et donc dire les choses telles qu’elles sont pour moi en rangeant mon égo dans ma poche, peu importe ce qu’il pense, le faire pour moi.
      J’ai encore trop d’émotions, je ne crois pas que ce soit encore le moment. Bien sûr au fond de moi j’aimerais que notre histoire reprenne, mais je dois aussi me préparer à me reprendre une grande claque, mais si c’est le cas je sais que ce sera pour mieux rebondir et faire le deuil et dire next ! Cela fait deux mois.
      J’ai besoin de savoir mais j’ai aussi toujours cette petite voix qui me dit de laisser faire les choses, que si elles doivent arriver… Mais ne faut il pas des fois provoquer les choses ?
      J’ai besoin de ton aide « technique » : comment prendre rendez-vous ? par tel ? par sms ? lui demander dans quels termes ? lui exposer l’objet de ma demande de rdvs ? ou être toute simple ?
      Ensuite si j’ai un rendez vous et qu’il ne sait toujours pas où il en est, lui proposer un autre rdvs avec un délais précis ? un peu comme dans un break ?
      Voilà, pas tout à fait le point mort car je réfléchis beaucoup, trop peu être ! Mais toujours ce manque immense que je n’arrive pas à chasser.
      Merci Anashka pour ton écoute.

    • Prend RDV par téléphone, simplement autour d’un café. Dis ce que tu as à dire et s’il a besoin de temps, propose un autre RDV pour vous revoir. (Le mieux est d’avoir la date pendant le-dit rendez-vous).

    • Bonjour Anashka
      Tu avais raison sur le yoyo et je m’attache à ce que tu m’as dit : me raccrocher aux pauses, aux moments où je vais mieux et m’en servir pour allez mieux. Merci ce conseil m’aide beaucoup et je sens que je sors petit à petit du chagrin. Bon je trouve que c’est bien long tout cela, surtout que j’ai toujours ce petit espoir d’un retour… Voilà pourquoi il faut que je lui dise où j’en suis et lui demander ce qu’il en est pour lui, pour pouvoir avancer complètement. Je suis un peu plus dans la vie et moins dans l’attente, jusqu’à ce vendredi. Je n’ai pas pris encore rendez vous, je ne suis pas encore prête à le voir, à l’avoir en face de moi. Aussi le connaissant, si il est toujours mal je ne pense pas que se soit une bonne chose de se voir, il pourrait être encore plus mal ou « surjouer ». Je pensais plutôt à un mail, pour qu’il ait le temps de répondre à mes questions en toute honnêteté et sincérité. Un fait nouveau : c’était mon anniversaire vendredi. Oui j’attendais un petit mot, un signe. J’ai eu un premier sms le matin « Bonjour Madame, bon anniversaire, bisous, F » Puis j’ai découvert dans ma boîte aux lettres un cadeau, un livre accompagné d’une carte. Il a déposé le tout en main propre, au risque de me rencontrer car j’ai des horaires totalement décalés. La carte « je te souhaite un joyeux anniversaire A Une jolie lecture pour cette été Prends soin de toi et profite « la vie est belle » bisous F »
      Bizarre non ? J’en attendais pas tant ! Que dois je voir derrière tout cela ? Les mots utilisés ne sont pas anodins, ils renvoient à mes mots, nos mots « madame » joke entre nous, « la vie est belle » petite phrase qui me suit partout (je l’ai sur moi) et que nous partagions « prends soin de toi » on se le disait souvent… Tu comprendras que je suis déstabilisée là ! Je n’y vois pas un simple retour de mon geste lors de son anniversaire, je lui avais envoyé une carte avec une tablette de chocolat. A nos âge on ne s’embête plus à être poli. Aussi les mots utilisés, si c’était une simple politesse on utilise des mots plus ordinaires. Exprime t il « je suis là, mais je ne sais pas encore »J’ai besoin de ton avis, car tu as le recul nécessaire, tu es extérieure à cette histoire, tu te tiens aux faits. Penses tu que c’est le moment d’envoyer ce mail ? J’ai donc juste envoyé un sms après avoir découvert le cadeau. Quelle émotion ! « Merci beaucoup Monsieur. Merci pour tout, ça me fait plaisir d’être aussi gâtée, une belle émotion. bisous. Madame la vie est belle »
      Tout cela réactive mon espoir et c’est normal, je fais quoi de tout ça ?
      Voilà Anashka, que peux tu me dire sur tout cela ? Dois je envoyer ce mail, attendre la fin de l’été ? Merci pour ton aide

  5. Il y a plusieurs années, j’ai eu 1 aventure avec un collègue (euh mon chef en fait, mais je m’en fou du chef, je vois l’homme) c’est lui qui est venu vers moi, taquineries, moments à 2 bref… je suis tombée amoureuse de lui. J’en ai donné ma démission. Il était en larmes en me disant qu’il s’était foutu de moi, qu’il en avait rien à foutre et qu’il m’avait prise pour une conne.
    Bref. J’ai rencontré qu’elqu’un avec qui je suis restée presque 6 ans, mais sans réussir à l’oublier… on a jamais vraiment coupé les ponts, on s’est revus quelques fois mais avec distance.
    Septembre 2013, on se revoit. génial, ça se passe bien, comme des amis. il me donne ou demande des news tous les jours ou presque, me propose de venir passer le WE chez lui, 1 fois, 2 fois, puis tous les WE. Au fur et à mesure des WE(on ne peut se voir que le WE), fin octobre, il commence à me donner, tendresse, calins, affection, petit à petit, se rapproche, donne davantage, nous sommes complices, on rit, on sourit, on papote.. Fin novembre, le sexe fait son entrée. Me demande ce que je fais pour les vacances de noel, j’ai même droit à 1 cadeau(il ne s’est pas occupé des kdos cette année, pas le temps, sauf le mien..)… Je suis toujours amoureuse évidemment… Fin des vacances, retour des WE. On s’endors toujours dans la position des cuilleres, si je ne dors pas contre lui, ou bouge la nuit, il vient me chercher pour me mettre tout contre lui. Les réveils sont doux, il me caresse les cheveux, les yeux brillants, heureux et ça se voit.
    WE de Saint Valentin. Dernier calin, nous sommes encore au lit, une discussion, puis lui qui dit « je ne veux pas être en couple », la claque, je suis encore nue!
    Je pars en pleurant, mais ne dis rien. Je l’aime depuis si longtemps, je sais qu’il a souffert par le passé, me dis qu’il a peur.. patience! Les we continuent, son attitude envers moi ne change pas, »as tu froid, as tu faim, viens dans mes bras » tendresse, affection, calins, tout pareil.
    Puis fin mars je craque. Ma psy me conseil de laisser parler mon coeur plutot que ma raison. depuis plusieurs semaines, je lui écris 1 lettre où je dévoile mes sentiments. Je lui envoie par mail le 22 mars. Je suis soulagée, presque 8 ans que je voulais le faire! Réponse le 23. Je m’effondre! il ne sait pas voir ce qu’il y a dans son coeur, il ne sait pas ce qu’il ressent…sa lettre se fini par je suis à cours de mot et de larmes…. Je vais le voir pour discuter, c’est 1 homme en sanglots qui m’ouvre la porte et son 1er réflexe a été de me prendre dans ses bras. il me serrait tellement fort que mes pieds ne touchaient plus le sol! Nous nous sommes expliqués comme nous avons pu. Il était encore plus au petits soins que d’habitude. Il ne me lache pas la main. Je veux partir, il me demande de rester. Idiote, je reste, il ne me lache pas de la nuit. Je pars le lendemain matin, il est triste. Le lundi, je reçois 1 texto me disant, « nous avons passé de bons moments ensemble et j’espère en vivre encore plein d’autres »
    le jeudi, il me demande de venir pour le WE. WE test, je décide d’y aller…. Encore mieux que les autres WE, je comprends plus rien. Je pars en larmes. Je commence à mettre des limites (je ne suis pas 1 corps). Le dimanche soir suivant, je craque, je veux qu’il dise clairement qu’il ne m’aime pas…. J’y vais. Il a fini par me le dire, mais en pleurs, et parce que je l’ai demandé. Juste avant de partir, il me demande mon adresse et me tends 1 calendrier… Pq faire? « Pour que tu me notes les WE ou tu veux qu’on se voit » ma réponse »Je te marque tous les jours si tu veux, mais là, on ne parle pas de garde d’enfant, on parle de nous et nos moments.. » 15jours plus tard, je reçois par la poste 1 peluche qu’il m’a acheté.
    Il me demande de venir le WE du 12 avril, j’y vais. Il est froid, distant. Je ne sais même pas pourquoi il m’a demandé de venir. le dimanche soir je craque, je pleure et lui dit que je souffre de son attitude… Il me prend dans ses bras et je m’endors. Lundi matin, réveil en douceur comme il a toujours fait… Je sais que c’est la dernière nuit ensemble..
    1 semaine de vacances, je rentre chez mes parents, dépression, les nerfs me lachent.
    Je rentre, passe le voir, je vais pas bien, qu’il le sache. Il m’ouvre la porte, me propose de m’asseoir, je lui dis que non, pas besoin, je viens lui dire au revoir, on ne se reverra certainement pas ». Il me demande de me mettre à sa place, NON!
    Je lui demande juste de me dire ce qu’il me reproche, pq ça n’a pas marché. Sa réponse? Il a aimé tous ces moments, a été sincère, que je lui apportait tout ce qu’il lui manquait, qu’il est bien avec moi, qu’il est heureux de se réveiller à mes cotés, qu’on a tellement peu de gens sur qui on peut compter… bla bla bla, bref! Il me met dehors en larme, s’en est trop pour lui, il est à bout!
    WE du 2 mai, encore très mal, je craque le vendredi soir et pars le voir. J’arrive, il m’ouvre la porte, me fait rentrer, me prend dans ses bras pour calmer mes larmes. Il fait 1 truc sur son ordi, jsuis assise sur ses genoux, 1 h à me carresser le dos et me parler limite chuchoter pour me calmer, tel 1 enfant. Il me prépare le diner, on parle. Je lui demande s’il regrettera 1 jour, il me répond qu’il y a des chances, que biensur que je suis 1 femme bien et que j’ai tout pour rendre 1 homme heureux. qu’il avait envie de me voir la matin même, que ça fait vide, le manque est là. J’ai oublié 1 pull avec mon parfum, avant de me le rendre, il s’est relevé 1 nuit parce qu’il n’arrivait pas à dormir, mon parfum l’a apaisé, il s’est rendormi. Il m’a redis certaines choses, comme être heureux de se réveiller à mes cotés, le manque, les moments, le fait que je suis partout chez lui, mais qu’il ne m’aime pas. C’est 1 vendeur de voiture qui vous dit, elle est géniale, aucun point négatif, mais moi je l’acheterais pas!bref… Je l’ai traité de grand malade.
    Quand j’ai voulu partir, il m’a demandé pour rester.. Je lui ai rétorqué: » Si je reste, tu vas pas me lacher de la nuit », il m’a répondu: »certainement ». J’en mourrais d’envie, mais je suis partie…
    Depuis, Je lui ai juste envoyé 1 mail, lui demandant s’il avait réellement besoin de moi dans sa vie….. réponse « je ne sais pas quoi répondre » bah moi non plus! relance 2jours plus tard « as tu mal pris ma réponse » Qu’est-ce que ça peut bien faire finalement…. 8 ans que mon coeur me dit que c’est lui, l’homme de ma vie. 2 fois qu’il me brise le coeur (malgré plusieurs longues histoires, je n’ai aimé qu’une fois: Lui)…..
    Pour lui c’est une maitié, pour moi non…. Je pense pour sa part à 1 personne qui à peur d’aimer….

    • Le truc, c’est que tout dans son attitude montre qu’il est amoureux : l’odeur, le manque, te chercher. Reste à savoir ce que lui met derrière « être amoureux » et s’il a déjà vécu cet idéal là. Il semble courir après une chimère, qu’il ne trouve pas. Si tu veux vraiment poser les choses avec lui, c’est peut-ere sur sa définition de l’amour / d’être amoureux. Ca te permettra de savoir.

    • Merci beaucoup pour cette réponse si rapide. Et encore j’ai oublié certains détails, mais bref passons. Pour lui c’est juste 1 amitié qui a été trop loin. Malgré cela, je suis persuadé au fond de moi que c’est lui le bon. Je ne me vois pas le sortir de ma vie. J’ai besoin de lui.
      Il a vécu 1 rupture douloureuse et s’interdit tout depuis… Il me manque ce petit truc, je ne serais jamais elle.

    • On a une certaine forme de contrôle sur nos persuasions. Je veux dire que ce mec peut te convenir pour énormément de qualités intérieure et intégrée ; mais s’il se refuse à être amoureux, tu ne pourras pas le forcer. Lui n’est pas persuadé que tu es la « bonne ». Il est plus facile de changer sa persuasion à soi que celle de l’autre (si tant est ce soit possible…)

  6. Bon allez je poste encore héhé
    Personnellement j’ai vécu une rupture douloureuse qui a duré un jour. Ca faisait deux ans et demi que nous sortions ensemble. Pour la première fois il semblait distant, j’ai proposé que l’on se voit pour parler, et peut etre éclaircir certaines choses et j’étais à 100 lieues d’imaginer qu’il comptait rompre et que ca allait aussi mal dans notre couple. Le moment de la rupture à été le moment le plus difficile que je n’ai jamais connu dans toute ma vie. C’était brutal psychologiquement, je me suis sentie souffrir comme jamais je n’avais souffert, j’ai pleuré une bonne dizaine de litres haha. Cette rupture était comparable à mes yeux à la mort d’un être cher. Une relation que l’on entretient pendant des années avec quelqu’un est quelque chose de vivant, ce n’est pas juste abstrait, et apprendre qu’elle prenait fin était réellement douloureux. Des images de nos bons moments me revenaient immédiatement dans la tête sans que je contrôle quoique ce soit. Mais je ne l’ai pas acceptée, la nuit même, soit quelques heures plus tard, je lui ai demandé que l’on se voit le lendemain. Il a immédiatement accepté. Nous avons longuement parlé et il a compris que ce qu’il avait fait n’était absolument pas réflechis. J’ai mis ce jour là ma grande fierté de côté, et je pense que c’est ce qui l’a touché. Nous avons fêté nos trois ans le mois dernier, et j’espère que nous fêterons bien d’autres années encore. Parfois, ca marche de revenir vers son ex. La preuve ! Mais notre situation était particulière, il y avait beaucoup de problèmes liés à nos familles respectives et de ce fait, notre futur. Mais nous avons réussi à éclaircir la situation. En espérant qu’il ne reprenne pas peur :)

  7. Ok mais avec mon fameux  » bonjour l’ami !  » j’ai du le tuer… lool … Bref, c’est trop tard … moi j’avance avec ceux qui avancent et là où il y a une belle et fiable perceptive !
    => non à la médiocrité…

    Bises

  8. Non … lui formuler c’est lui et me faire perdre son et mon temps (sourire).
    Juste que je me suis remise en question lorsque j’ai lu  » Il est plus difficile de réaliser que « c’est fini » quand le partenaire disparait,… Pour cela, quand on quitte quelqu’un, on pense à lui dire.  »

    D’autant, qu’ il vient de m’ envoyer un sms pour avoir de mes nouvelles ?… n’a t il pas compris que c’est fini ? … ou vient-il prendre conscience de mon absence au bout de 5 mois ?! … Bref … Je lui ai répondu après avoir compris que c’était lui par un  » Bonjour l’ami ! je vais bien merci et bonne journée. »

    • Je pense qu’il a compris, mais il te relance « au cas où »…

  9. « Il est plus difficile de réaliser que « c’est fini » quand le partenaire disparait, par exemple. (Pour cela, quand on quitte quelqu’un, on pense à lui dire. Le silence radio, c’est mal.). »

    Bonjour Anashka,

    J’ai repris cette phrase car … j’ai vécu une « non relation » ou l’ex  » n’avait pas pris conscience que l’autre existe !  » et prétextait qu’il avait des travaux donc pouvait pas se voir ni les weekend ni les jours féries … j’ai patienté 7 mois voir la rappel sur : http://www.seduireunhomme.fr/2013/11/les-relations-troisieme-type-on-se-voit/

    et en octobre, je suis partie en silence tranquillement … vers mes priorités et là ou il y aurai une perspective ! … du coup j’ai disparu de la circulation par un un SR car me suis lassée de cette situation. Après tout il était absent, et il ne remarquera pas mon absence … donc pourquoi dire : « on pense à lui dire que « c’est fini » à un absent ? qu’il n’y a eu ni promesse, ni projection, ni lien, ni temps ni projet … ?

    c’est mal ce que j’ai fait ? bref cette phrase m’ interpelle ?

    • Non, je ne pense pas que tu ais mal fait. Si implicitement vous avez disparut l’un pour l’autre (lui en se rendant indisponnible et toi en arrêtant les frais) la rupture est implicite mais elle est présente.

      Encore une fois, j’ai un peu de mal à comprendre ta demande… Tu veux lui formuler que c’est fini ?

  10. Trop tard, c’est fait! Si pas de réponse, exit!

    • D’accord. Tu me tiens au jus ?

    • Réponse obtenue! Tête à tête programmé mais dans 1 mois… Il était reparti. Merci Anashka!

    • Cool ! Tu as une idée de ce que tu veux organiser ? (là, tu as moyen de faire un truc d’enfer !!)

  11. Bonsoir Anashka,
    J’ai découvert ton site il y a quelques semaines, et je te tire mon chapeau devant tant d’intelligence et de capacité d’écoute! Tes articles m’ont permis de comprendre beaucoup de choses… à 36 ans!
    Je viens à mon tour solliciter ton regard sur une situation personnelle. Il y a 1 an, j’ai rencontré un homme via un site de rencontre. Le courant est bien passé à ce moment là entre nous, mais j’ai trouvé qu’il était un peu « léger » dans son attitude : il ne faisait pas particulièrement d’efforts, ne me regardait pas avec les yeux qui brillent tout en étant très élégant et agréable. Quelques jours plus tard, on dîne ensemble chez moi, on discute, et il me dit qu’il cherche plutôt à papillonner. Donc dans ma tête, c’est direct : next! J’ai envie d’une vraie histoire moi. (lui avait pris ses affaires pour la nuit je crois sans qu’on en ai parlé : sac à dos et lunettes au lieu de ses lentilles… Je n’ai pas aimé non plus ce comportement d’homme en territoire conquis). Mais j’ai bien aimé ce garçon, c’est son honnêteté qui m’a plu et c’est quelqu’un de bien.
    Il faut savoir que pour son travail, il part un mois à l’étranger puis rentre un mois. Donc 2 mois plus tard, il m’appelle. J’étais surprise mais contente de l’entendre. On commence à discuter, beaucoup. Et tout à coup il m’annonce qu’il doit me dire qu’il a rencontré quelqu’un. Ce à quoi je réponds que c’est super et que je suis sincèrement heureuse pour lui. Et là il bafouille : « ah bon? Mais je croyais que… Je ne comprends décidément rien aux femmes ». Je lui explique que j’étais simplement en mode copain! On va boire un verre ensemble au cours duquel je lui explique que je n’avais pas envie d’un homme qui papillonne. A ce moment là je crois, j’ai un pincement au coeur de savoir qu’il a rencontré quelqu’un car je réalise qu’il me plait. Mais tant pis.
    Je le recroise quelques fois dans la rue et ailleurs dans les mois qui suivent: il s’arrête toujours pour me parler, les conversations sont fluides agréables, on pourrait parler pendant des heures. Rien de plus ni de moins. Je le trouve touchant, beau, simple… Je l’aime vraiment bien quoi. Et toujours ce petit pincement au coeur.
    A la fin de l’année dernière, je le retrouve sur le site de rencontre à ma grande surprise. Spontanément, je lui envoie un message pour prendre de ses nouvelles auquel il répond avec empressement et me dit qu’il faudra que je passe dîner chez lui un de ces jours. Surprise mais oui, pourquoi pas? Je lui dit que j’organise une fête à la maison et qu’il est le bienvenu. Pas de retour.
    Le jour de la fête, il m’envoie un message pour me demander à quel heure il doit venir. Je tombe des nues! Il vient et je découvre qu’il a renoncé à la crémaillère d’un de ses amis pour venir et m’invite à dîner chez lui le lendemain. Il commence à franchement me troubler… Chez lui, c’est le grand jeu : appartement magnifique, feu de cheminée, japonais en veux tu en voilà… Je tombe à nouveau des nues et suis franchement intimidée et même paniquée! Attentions, petits cadeaux… Je passe la soirée assez mal à l’aise, tout se bouscule dans ma tête. Moi qui croyais ne pas l’intéresser, j’avais fait une croix dessus! Bref, je panique, je travaille le lendemain, et je rentre pour très vite me traiter d’idiote… Ce que je suis n’est ce pas? ;) J’ai vu ce soir là un garçon très différent de celui que j’avais rencontré, et là, il me fait craquer! Et je me suis sentie complétement stupide, comme une ado. J’ai essayé de me rattraper en lui proposant de passer à la maison. Jolie soirée : on cuisine ensemble, on discute, je prends des nouvelles de sa vie amoureuse et lui de la mienne. Il me dit qu’il a eu un coup de foudre pour la personne qu’il avait rencontrée, qu’il s’était dit que cette fois ci il n’y en aurait pas d’autre… Bref, il s’est investi à fond et elle l’a laissé tomber en septembre. Je lui demande où il en est de cette histoire maintenant. Il réfléchit et me dit qu’il s’en fout mais qu’il a peut être un peu la haine. La soirée continue, je me jette à l’eau et l’embrasse. On roule par terre et là… Il panique! « On peut prendre le temps? Je ne sais pas si je veux continuer à voir plein de filles ou me fixer, je ne sais pas où j’en suis… » Alors là… J’en reste bouche bée. Il s’enfuit presque en courant!
    Bon, me dis je. Honnête. Il a entendu que je ne voulais pas être une fille de plus dans son lit et m’a respectée (est ce bien ça???). Je vais attendre qu’il me donne des nouvelles. Mais moi, j’ai une pluie de très mauvaises nouvelles qui me tombe dessus dans les jours qui suivent. Ma vie pro et perso se complique, je dois faire face à d’autres soucis et je ne supporte pas cette attente amoureuse, ces doutes, ces questionnements qui m’animent. Je ne peux pas tout gérer. Je lui envoie donc un (gentil) texto pour lui dire que c’était chouette mais qu’on va en rester là. Ce à quoi il répond que c’était chouette pour lui aussi et pas de souci.
    Voilà. Sauf que… Ce garçon, me plait, me plait vraiment beaucoup. C’est son honnêteté, si rare, qui me touche en particulier. Et sa simplicité, sa curiosité, son appétit de vie. Une belle personne dis je!
    Alors, timidement, l’air de rien, je retente… Amis sur facebook? OK. J’ai lancé quelques rares messages, auxquels il répond toujours tardivement. Parfois, il me tend des perches pour qu’on aille au théâtre ou à une expo, mais nos emplois du temps ne concordent pas. Là, il était parti en voyage. Je lui ai proposé de faire un truc ensemble et il m’a répondu que c’était possible la semaine prochaine. Ce à quoi je lui ai répondu que je serais dispo mardi soir et que je l’appellerais demain pour voir avec lui.
    Pour souffler le chaud et le froid, on souffle le chaud et le froid! Moi, je suis terrifiée par ce garçon : ça fait longtemps que je n’ai pas eu un tel coup de coeur pour quelqu’un et j’ai très peur. Je ne suis pas dans la légèreté, j’ai envie de fuir, de me protéger et en même temps j’ai envie de tenter le coup. Je me sens vulnérable, je n’ai pas envie de lui montrer.
    Que penses tu de tout ceci?
    Merci à toi et à très vite!

    • Bonjour Eva,

      D’abord elle est très jolie ton histoire. Pour moi, ça ressemble à une vraie histoire d’amour qui s’est construite au fil du temps. Vous avez déjà partagé pas mal de choses. Quel âge avez-vous ? Peut-être est-il un peu jeune pour penser sérieusement à s’engager ? Et si vous preniez votre courage à deux mains et lui mettiez les points sur les i et les barres sur t : soit via une lettre (vous écrivez si bien !) soit en lui envoyant une chanson qui vous parle (« Et si tu n’existais pas » de Joe Dassin ou « Je ne sais pas » de Joyce Jonhatan par exemple) soit en lui écrivant un poème ou, si vous vous en sentez capable, avoir une discussion les yeux dans les yeux où vous lui avouerez vos sentiments. Ce serait tout de même dommage de passer à côté d’une belle histoire à cause d’un malentendu ! Bon courage et tenez-nous au courant !

    • Eva, Anashka,
      Merci pour vos retours qui me touchent beaucoup.
      Malheureusement, il n’a pas répondu à ma proposition de RDV ni à mon appel de lundi.
      Pour te répondre Nadia, nous sommes tous deux proches de la quarantaine. Il n’est donc pas trop jeune… C’est un beau garçon, qui a les moyens de séduire. Il aime les femmes, maîtrise parfaitement l’art de la séduction tout en étant élégant dans ses manières d’être. J’ai l’impression, selon les moments, d’avoir 2 types d’homme face à moi : un indifférent et un délicat (celui qui veut plaire aux femmes et qui papillonne, et celui qui aurait envie de se fixer. Il le dit très clairement lui même).
      Il est très sociable et sort beaucoup. Il a aussi beaucoup de légèreté et prend les choses comme elles viennent, en général (sauf quand je l’embrasse et qu’il s’enfuit… C’était fin décembre pour être précise, donc, les choses ont pu pas mal changer de son côté depuis). Ce qui n’est pas mon cas! Mais j’aimerais bien, ce qui qui répond à ta question Anashka. C’est même le genre d’histoire dont j’ai envie, car j’ai très peur de la relation. Je vis très mal les périodes de doutes et de questionnements des histoires naissantes et prend généralement mes jambes à mon cou. Dans ce cas là, j’ai en effet envie mais il ne me rassure pas assez pour passer le cap, d’où ce chaud-froid bien malgré moi…
      Je suis vexée par son silence et je le trouve très indélicat sur ce coup. Je pense qu’il en a trouvé une autre, plus simple et plus prompte à dire oui que moi! Et je crains de flirter avec ce qu’Anashka appelle une OI… Avec quelqu’un qui n’est pas fait pour moi.
      Voilà. Moi, je vais profiter du soleil et de mon week end. Et je vous le souhaite très bon!

    • Merci Eva.
      Laisse passer une petite semaine avant de le recontacter une dernière fois si tu n’as pas eu de nouvelles.

    • Je pense ce que tu en dis : ce garçon te plait beaucoup, mais on ne sait pas trop ce qu’il veut. A la fois, c’est neuf (vous n’avez pas couché ensemble, ni entamé de relation) et ancien (vous commencez à vous connaitre et donc vous respectez). L’idéal serait de se voir en face à face. Toi, tu sais ce que tu veux : être avec lui. Peut-être que ce qu’il lui fait peur c’est de ne pouvoir t’offrir de grande histoire (il ne sait pas ce qu’il veut). Donc, est-ce quelque chose de cabotant (qui vivra verra) te plairait un premier temps ? Le temps que vous ayez un espace de complicité et que vous voyez où ça mène ?

  12. hello,
    Je suis effectivement pasée par tout ca
    j ai fini pas accepté j ai mis le tps mais j ai eu besoin d une bequille
    apres je suis tjs celib pas heureuse de l’etre mais je me rends compte que je l avais idéalisé…c etait lui que j aimais mais l image que j avais de lui car au final au bout de 3 semaines je ne le connaissais pas et il ne me connaissait pas beaucoup.
    Je crois que je ne l oublierai vraiment jamais, c etait ma premiere histoire ( qui a duré si peu de tps), ca m a rendu malade, et j ai eu besoin d aide. La ca va faire depuis juillet, ca va mieux, je pleure encore un peu mais plus sur mon sort que pour lui.
    Le destin est qd mm dingue, ou le hasard, y a qd mm fallu que je tombe sur lui le soir de mon anniv avec sa copine, la c etait un coup un poignard supplémentairement. Aucun signe de sa part, ni du mien le tps que je réalise que c etait lui j ai tracé. j ai trouvé ca triste, ca voulait dire que j etais vraiment rien pour lui, la derniere des dernieres…et par ce que oui je suis gentille et que oui comme je l ai dit plus haut, je n arriverai jamais a le hair et le detester, je lui ai envoyé un mail pour son anniversaire…aucune de reponse. Je ne regrette pas, je suis fidèle a moi mm mais serieux quel goujat…je ne sais pas s il vit tjs a cote de chez moi pas revu depuis mon anniv ( j etais bien deg du coup du destin, MA journée et je tombe sur lui, sérieux?).
    Apres je me suis mise sur des app de dating, ma conclusion: on est tjs décue. Je ne comprends pas je passe rarement le cap du 2eme rdv, alors que tout c est bien passé, je suis perdu…
    Donc la adoptunmec, tinder and co c est fini…les mecs se disent tjs qu ils peuvent mieux faire.
    Ca se barre un peu dans tous les sens sorry…mais ca va mieux hein, merci le seroplex
    et puis j ai fait le menage dans ma vie, les amies toxiques c est fini, je dis non… plus envie de ca, a 44 ans faire des cacas nerveux on est plus en 6eme…
    J ai pris cet antidépresseur, et j avoue j en ai eu besoin, je pleurai trop tout le tps c etait plus vivable, j ai vu 3 medecins le diagnostic etait sans appel, il fallait faire qqchose, je le prends sans suivi psy et ca va.
    Apres oui j ai besoin d amour, j ai envie d etre avec qqun de partager des choses.. ce qui me deprime c est d avoir 34 ans et que ma plus longue histoire, c etait quoi 3 semaines ( qui signifiait beaucoup moi et rien plus que rien pour l autre)
    aller je garde la positive attitude :-)

    • Pourquoi sans « suivi psy » ? Tu n’en as pas envie ? Trop cher ?

      Tu sembles traverser beaucoup de choses, un coup de main pourrait être une bonne chose…:)

    • pas trouvé le bon en fait…trop de tentative pas bonne et oui c est cher aussi
      non ca va suis forte ca va mieux ca bosse… :-)

  13. J’abonde dans le sens de la petite fée sur les items 1 à 5 ! Qui s’emmêlent, de chevauchent…

    Je passe très peu dans la phase de la colère, chez moi c’est la sidération qui l’emporte, avec bizarrement un corps en mode automate : je me lave,travaille, sors… les gens autour de moi n’y voient que du feu, mais en fait seul le corps est là !

    Par contre il me semble qu’il y a une étape entre la dépression et l’acceptation : un état latent dans lequel on va bien, on vit, mais où il reste des regrets, des envies. Ca peut faire mal, ou pas. Perso à l’heure actuelle je suis résignée, pas (plus) dépressive ou déprimée, mais je n’ai toujours pas accepté. Je me suis juste résignée à la situation, à l’idée, et je fais avec. Ca ne me convient pas, mais je n’ai pas de prise, alors on va passer à autre chose, mais c’est balot. Je e sais pas si je suis claire…

    • Si, tu es claire. C’est là, avec sa douleur et tu composes avec. Quand ça ne part pas, c’est parfois le mieux à faire.

  14. la pire rupture que j’ai connu est celle qui a été faite sans explication, du jour au lendemain
    la claque!
    tu décris très bien les étapes.La pire étape étant pour moi la 3 parce que j’avais envie de rien faire

    un truc que j’ai bcp fait après la rupture, c’est espionner mon ex sur les réseaux sociaux. pour voir si il m’avait remplacé ou pas… ça en devenait obsessif

    je pense que ce qui est important, pour se détacher, c’est vraiment se dire qu’on est LE PRIX et qu’on doit ramper derrière personne, sortir, voir du monde qu’on aime et en parler si besoin

    • Je pense aussi que se rappeler que c’est NOUS le personnage principal de notre vie et qu’on se traite comme on veut bien se traiter peut faire du bien. Du temps qu’on ne tombe pas dans l’excès de nier sa propre douleur…

  15. encore un article génial, bravo pour tout le travail que tu fais ici. Par rapport a ce que je me dit dans la dépression c’est souvent mes complexes qui remontent (« Non mais regarde ces cuisses! 2 elephants de chaque coté! » « omg ce jean c’est du 38-40!!!! ») ou des trucs absurde ( » tu es toujours de bonne humeur même à l’enterrement de tata, je suis sûr que c’est pour ca qu’il m’a largué! »)

    • Tu sais qu’il y a des personnes qui se tapent des fous-rires aux enterrements (j’en fait partie), c’est nerveux et très difficile à gérer. :/

      Sinon pour la remontée des complexes j’en prend note.

  16. Les différentes phases de l’après-rupture ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde. En tout cas, moi, je ne passe pas toujours par la case « colère »…
    Bref, un article superbe, encore une fois. Je passais juste te signaler que je te lis toujours et t’encourager à nous écrire plus souvent !

    PS : j’ai repris contact avec le gars dont je te parlais, par SMS. Il a répondu tranquillement, sympathique mais encore un peu distant… Du coup, je refais un petit FO. Au moins le temps de passer mes épreuves qui arrivent d’ici peu, et après, on verra si j’attends qu’il revienne de lui-même ou si j’entreprends de nouveau, mais je crois que rien ne sert de s’acharner ^^

    • Normalement, je reprends le rythme 10 articles par mois. :)
      (Et, j’ai peut-etre envie de monter un blog pour les pensées moins organisées, plus féministes et le bordel. Histoire de laisser à SUH son but premier : des conseils amour / coeur / sexo … D’ailleurs, « sexo », je ne sais pas exactement comment m’y prendre. J’ai un peu de mal à savoir ce dont je veux parler…)

      Je pense que tu as raison : tu laisses la porte ouverte, mais tu ne vas pas le chercher, c’est le mieux :)

    • Si tu veux mon avis : deux sortes d’articles = deux blogs différents, ça te pousserait peut-être à en délaisser un pour l’autre, si tu as peu de temps dispo… Mieux vaut donc peut-être n’en avoir qu’un seul, mais éventuellement organiser les articles dans deux parties distinctes ? Après, si tu es capable de gérer deux blogs en même temps, malgré l’investissement : fonce !

      Pour les articles sexo, tu pourrais écrire sur :
      – Ce qui m’intéresse le plus : « comment être un bon coup au féminin ? qu’est-ce qui fait la différence ? ». Selon moi, ça mérite une flopée d’articles !
      – Autre chose de très important : Comment, en tant que femme, découvrir son propre plaisir, atteindre l’orgasme plus souvent ? Quel est le rôle du fantasme ? De l’ambiance ? Sur quels critères choisir ses sexfriends et autres types de plans cul régulier, quand on en a plein à sa disposition (déjà des éléments de réponse sur l’article « Comment gérer ses relations avec eux ».. Mais peut-être que tu as quelque chose à ajouter) ?
      – Et enfin, de la technique : tu as déjà écrit des articles sur la fellation et sur les mots crus, mais c’était il y a longtemps… Tu peux nous en dire plus ? Sinon, si tu as des techniques magiques de branlette, des choses à dire sur les sextapes, des idées de photos coquines, des bons plans lingerie… Et puis : Comment prendre plus d’initiatives et éviter la passivité quand certains mecs font tout à notre place ? Comment les chauffer jusqu’à ce qu’ils aient des vertiges ? Que faire pour innover, sexuellement parlant ?

      Et pour ce qui est des articles séduction : tu pourrais en écrire plus souvent pour niveau avancé et nous donner des techniques typiquement féminines, ou des adaptations des techniques de Mystery/Swinggcat présentées sur ADS par exemple, pour être utilisées par des femmes ! Des trucs variés : certains qui nécessitent du culot, d’autres à base de prizing et d’inaccessibilité… Carte blanche, je te fais confiance :)

    • La question du temps est effectivement la problématique. D’autant que je n’atteins pas la dizaine d’articles mensuelles ici.
      Mais finalement, j’ai parfois le sentiment de me limiter sur les articles. Par exemple, il y a au Japon des poupée-sexuelle-robot, ce qui pose beaucoup de questions sur notre sexualité, sur la direction qu’elle prend. Bref, c’est un sujet intéressant. Mais, le traiter ici n’aurait pas forcément beaucoup d’intérêt…

      L’histoire du « bon coup » me gène. Car avant de demander « comment le devenir » encore faudrait-il le définir : y’ a-t-il un bon coup universel ? Dire que oui et présenter des techniques, n’est-ce pas une démarche d’uniformisation de la sexualité ? N’est-ce pas cette rencontre avec l’uniformisation, les normes, les notions de « bons » et « mauvais » coups qui fait passer à côté de la création d’un univers personnel et particulier fantasmagorique ? N’est-ce pas aidé à la création de tabou ? Comment d’ailleurs délimite t-on une pratique saine d’une pratique déviante et/ou dangereuse ?
      Autrement dit, qu’est-ce que je suis en train de raconter de la sexualité si je donne des techniques ?

      Pour l’orgasme, ma plus grande question est : de quoi parle t-on ? Il semblerait que le corps féminin permette d’éjaculer (on parle de femme fontaine). En terme fonctionnel, tous les corps en sont capables. Donc, est-ce encore une jouissance quand il n’y a pas éjaculation ? Si oui, est-ce pareil pour les hommes ? Existe t-il un ou des orgasmes ? L’orgasme physique est-il le but du coït ? Sinon, c’est quoi ?

      Pour les FF, effectivement, faudrait que je revienne dessus.

      Sur l’innovation, à la limite : je peux ouvrir sur des pratiques et des blogs qui en parlent. (Je pense au deux pratiques qui entourent la norme : le libertinage et BDSM, ce sont les deux « déviances » acceptables…

      Pour tout ce qui est « pratiques » pures : j’ai plusieurs problèmes :
      1. Une certaine pudeur. Parler de pratique, c’est parler AUSSI de MES pratiques sexuelles. Je ne sais pas si ça m’intéresse.
      2. Donner des conseils, c’est partir du principe que certains gestes marchent mieux que d’autres sur TOUT les hommes. (Really?)
      3. Le sexe est déjà vu comme un lieu de performance, c’est une vision dont je ne suis pas sûre de me défendre.

      Après, ce qui me semble intéressant, c’est toute la rencontre que l’on fait soi avec sa sexualité. Et, le fait que cette rencontre ne se joue pas solo. Il y a tiers (l’autre mais aussi la « connaissance » accumulée sur les pratiques hors du lit). L’inconscient, la névrose quotidienne, le refoulé, la part d’inquiétante étrangeté… voilà des choses qui peuvent s’exprimer dans le sexuel. Mais, c’est donner au sexuel la place d’exutoire… (Plus que celle de rencontre avec l’autre) En gros, ma première question, c’est « pourquoi le sexe » ? Le plaisir physique me semble très limité… Et, c’est selon la définition que l’on donne au sexuel qu’on « forme » ses amants, qu’on est « formé » par ses amants pour une rencontre des projections de chacun, pour une déconstruction et reconstruction du plaisir…

      Mais, je ne suis pas sûre d’avoir des techniques et astuces sur ça.

      Pour tout ce qui est technique pure de séduction, les expliquer permet de souligner des mécanismes de communication humaine (voilà ce qui se joue dans cette situation) mais faut-il réellement inviter à en user ? Comment est-ce considérer l’autre dans le cadre de techniques abusives ? A quel moment entre t’on en technique abusive ?

      Bref, toutes ces questions qui font qu’écrire sur le pratique n’est pas si pratique…

  17. J’aurais mis « bourlinguer » plutôt que « baltringuer » mais j’ai trouvé joli aussi. :)

    Petite note pour les antidépresseurs : tous n’agissent pas sur la serotonine, il existe des classes d’AD différentes qui n’agissent pas de la même façon. Les ISRS n’engendrent pas une dépendance, il est recommandé de les arrêter gentiment pour éviter l’effet rebond. J’ai arrêté le mien en trois semaines, avec quelques effets secondaires mais de difficultés. La dépendance s’inscrit dans d’autres types de médicaments, en particuliers les Benzo – que j’arrête aussi en ce moment, assez facilement, heureusement pour moi. Bref, je te rejoins sur la prudence à avoir avec ce type de médicaments. En Suisse c’est plus prudent mais quand-même, des généralistes prescrivent facilement alors que le suivi psy et bien plus important, à mon sens.

    Pour les ruminations; il y’a beaucoup de choses qui me viennent à l’esprit.

    1) Les regrets « Si j’avais fait ça, dit ça, il serait encore là. » « C’est sans-doute à cause de cette phrase/acte que tout s’est détérioré ». etc.

    2) La culpabilité et perte d’estime « Je n’étais pas assez bien pour lui de toute façon, il trouvera mieux très vite » « Il a sans-doute une autre fille en vue, elle sera mieux que moi, plus jolie, moins chiante ».

    3) Les tiraillements. A 10h00 « C’est terminé, je ne lui courrai pas après, tant pis pour lui, j’en ai pas besoin. » A 10h10 « Je l’aime, je ne peux pas vivre sans lui, comment vais-je faire? Il faut que je trouve un moyen, » A 10h15 « Ressaisis-toi. Il n’en vaut pas la peine, c’est dur mais tu seras mieux sans lui… » A 10h20 « Mais pourquoi j’abandonne si facilement? C’est encore possible je suis bête! Je dois me battre pour nous. »

    4) Les souvenirs… « Cette chanson » <– crise de larmes. "Ce parfum!"<- crise de larmes. "Ce film…" <- crise de larmes. Ou du dégoût plutôt, selon le moment de la journée ou de l'étape du deuil.

    5) L'idéalisation de la relation "Pourtant on était si bien ensemble, je ne comprends pas…" "Il m'a dit qu'il m'aimait, a fait des promesses, pourquoi ça a foiré, c'était tellement parfait?!" "Nous avions tout, je ne vivrai plus jamais ça… impossible."

    6) La colère "De toute façon il était con. Il rangeait jamais. En fait si il rangeait mais trop, quel maniaque!" "Il parlait trop d'autres filles." "Je ne l'aimais pas tant que ça, il est trop bête."

    Et tant d'autres!

    • Merci pour les précisions anti-dépresseurs. Il semblerait que je ne sois pas tout à fait à jour :)

      Je n’avais pas pensé à la recherche du souvenir, parmi les ruminations, je chercherais comment la traité. (J’ai terriblement peur de mon orthographe, rédiger un article après insomnie, c’est souvent risqué)

  18. Ça peut paraitre stupide mais moi j’ai très souvent l’habitude de danser ou chanter dans mon salon et quand je le fais, je suis une superstar qui nique la baraque et mon ex me regarde au loin dégouté de la life d’avoir perdu une star pareille. Hahahaha
    Le plus dur c’est d’entendre des expressions ou des paroles, des chansons, n’importe quoi qui fait penser à lui, ou de le voir en soirée de potes communs au bras de la meuf qu’il avait quitté pour moi mais avec qui il s’est remis… sympathique aussi. Mais le pire je pense que c’est que je compare tous mes nouveaux mecs à lui:  » pas aussi bien sexuellement, pas autant de complicité blablabla » et je m’en veux beaucoup de penser des trucs pareils qui m’empêche d’avancer pleinement !

    • Peut-être que tu es un peu pressée d’avancer (chacun son rythme) mais peut-être aussi que tu es pressée parce que justement tu SAIS qu’il a quelqu’un (et tu vois cette personne). Tu n’as pas moyen de les voir moins ?

  19. Meilleur site de rencontre

    Pardon mais j’ai ri quand j’ai lu le passage sur les antidépresseurs. Je sais c’est mal… Mais dans le fond tu as bien fait de ne pas occulter le fait que certaines (et certains) en prennent comme tu le dis si bien comme béquille après une déception amoureuse. Sinon pour le reste, ton analyse est vraiment pas mal.

    • Mais dans le fond tu as bien fait de ne pas occulter le fait que certaines (et certains) en prennent comme tu le dis si bien comme béquille après une déception amoureuse

      Ce n’est pas exactement ce que je dis. Je parle de phase de dépression pendant le deuil amoureux (donc, il y a effectivement chute de sérotonine et autre hormones). Je dis simplement que cette dépression est « normale ». Et, j’en profite pour souligner la problématique française du « médicament à tout prix ». Comme je pourrais parler du problème pilule / stérilet. C’est une aparté. Pas un jugement. (D’autant plus que certaines séparation peuvent révéler des dépression dite pathologique)

  20. Juste pour cette phrase : « On croit que la rupture est un échec, c’est faux. Beaucoup de ruptures sont des réussites » j’aime ton article (je les lis tous mais ne les commente pas, j’y prends ce qui me touche).
    C’est tellement important de le rappeler, moi la premiere et nombre d’amies, avons tellement pensé à ca comme un echec…Prendre conscience que ce n’en est pas un a été pour moi la meilleure facon d’arriver a me relever.
    Bonne continuation

    • Merci Barbie. Au plaisir de te relire par ici. :)

  21. Il y a un an, jour pour jour à peu de chose près, j’aurais pu t’en sortir de la rumination amoureuse… A mon sens, c’est la phase 3 la plus longue, la plus difficile, celle dans laquelle on rebascule le plus facilement dès que le moindre obstacle se présente.
    On parle souvent de ces « étapes » du deuil amoureux, mais je trouve que dans la pratique, les étapes ont tendance à se chevaucher, on passe facilement d’un état à l’autre, surtout pour les phases 2/3 et phases 3/4.
    Par contre, la phase sexe à gogo et amants dans tous les coins, je suis plus sceptique. Pas évident d’être dans la dynamique de séduire et d’être avec quelqu’un quand son esprit est toujours tourné vers le précédent et qu’on a le coeur et l’égo en miettes.

    • Je n’ai pas noté le chevauchement dans l’article ? Si, je n’en ai pas parlé, c’est un oubli.

      Les étapes :
      1. se chevauchent, font des bonds en arrière / avant, peuvent se vivre conjointement (la phase de dépression peut prendre beaucoup de place sur la « colère » et ré-apparaitre dans « l’acceptation ».
      2. sont plus ou moins longues selon les personnes / la situation / l’annonce de rupture / la relation en amont (je pense que la phase de colère/sidération est peut-être plus importante quand on cesse une relation qui en est encore en sa période de pleine passion)
      3. ne sont pas systématiques à toutes les ruptures (certaines ne demandent pas / peu de deuil, parce qu’une partie des renoncements ce sont fait pendant la relation)

      La phase d’acceptation, telle qu’elle est formulée par M. Hanus, équivaut à une certaine euphorie de vie. Comme un ras-le-bol de la dépression, une envie d’aller bien, vers l’avant… On ne SENT bien. On VEUT repartir à zéro et l’état d’esprit est un peu revanchard sur ce deuil. (Le printemps après l’hiver, si je peux dire). Le regard est justement tourné vers l’avenir. MAIS, c’est là que j’invite à la prudence, on est encore en train de se réparer : donc, on peut entrer dans des transferts (le mec kleenex), avoir une sexualité un peu destructrice (faudrait que je revienne sur cette idée) ou refuser le moindre attachement, vouloir plaire avant de rencontrer. Bref, c’est une période où l’on désire tellement se prouver qu’on a zappé qu’on peut se mettre dans des situations un peu complexes.

      On SAIT que c’est fini. ON l’accepte tellement qu’on veut ABSOLUMENT chercher les avantages de la « libération ». En cela, ce n’est pas exactement fini.

      Pour le sexe à gogo, c’est pas une réponse systématique. Parfois ce sera une nouvelle histoire, parfois beaucoup de projets. Mais, il se passe quelque chose de l’ordre de la construction / reconstruction.

      Si le coeur et l’Ego est en miette, c’est peut-être qu’on est encore dans le chevauchement dépression-acceptation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top articles

Ceci le fera rester fou amoureux de vous jusqu’à ses 80 ans ! (et plus !)

Comment savoir si l’homme que vous aimez vous aime vraiment ?Est-ce quand il commence à vous dire « je t’aime » ?Ou quand il commence à vouloir vous...

Ceci ravive FACILEMENT l’intérêt d’un homme…

Première rencontre ou relation mal en point, vous souhaitez raviver l’intérêt d’un homme ? Alors…RÈGLE N°1 : ARRÊTEZ de tout le temps chercher à...

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...