Non, les hommes n’ont pas peur de leurs sentiments !

-

les hommes n'ont pas peur de leurs sentiments
« OK, il prend du recul. Mais, je pense qu’il a peur de ses sentiments ! »

C’est une interprétation récurrente à la prise de distance de certains garçons. Cette explication n’est pas donnée par les hommes eux-mêmes. Non, elle est le fait des femmes qui veulent rationaliser le déséquilibre qu’elles ressentent dans une relation.

Généralement, ce déséquilibre est dû à un manque d’investissements du plus distant.

Vous n’êtes pas sûre ? Nous avons un article pour en parler.
Enjoy
!

(Note : Ce billet est un billet d’opinion, toute réflexion complémentaire est bienvenue !)

Peut-on avoir peur d’un sentiment ?

Jules est en avance pour votre rendez-vous. Il décide donc de vous attendre en prenant un café. Pendant que le sucre s’agglomère au fond de la tasse, ses pensées se dirigent vers vous. Qu’il se sent bien depuis qu’il vous a rencontré. Le sourire lui monte aux lèvres. Il se dit qu’il vous aime bien. SOUDAIN, il tremble. Son rythme cardiaque s’accélère. Ses yeux s’écarquillent et son rythme respiratoire est perturbé !

londres-panique
« Au secours, au secours, un sentiment s’approche ! »

(Je suis moqueuse.)

Ce que j’essaie de dire, c’est que la peur est une émotion bien particulière avec ses effets et conséquences. Même si dans le cas d’une « peur des sentiments » on parlera d’angoisse (plus pérenne) ou de phobie (plus systématique), je reste très sceptique sur l’idée. En quoi les émotions amoureuses peuvent-elles effrayer ?

Les émotions amoureuses sont appréciées par le corps, à tel point qu’elles peuvent ouvrir sur des dépendances. L’amour active les mêmes hormones (dopamine,…) que certaines drogues relativement prisées (telles que la cocaïne).

A moins d’avoir le cerveau monté à l’envers, le sentiment amoureux (une fois présent) est physiologiquement agréable : bien-être, euphorie…

Alors que les émotions provoquées par la peur sont perçues par l’organisme comme négatives. Elles sont ressenties en cas de danger ou de menace. Elles entrainent un comportement de fuite, de paralysie ou d’attaque. Autrement dit, le mec qui aurait peur de ses sentiments, ne serait pas seulement « mou » dans ses réponses à nos sollicitations, il nous fuirait carrément (changement de ville ?), se paralyserait en nous croisant ou nous collerait un tampon.

Peur et amour, d’un point de vue physiologique me semblent incompatibles.
(Contrairement à « peur et excitation »)

La peur » par wiki et « l’amour » sur Mondéo).

Alors, pourquoi semble-t-il fuir ?

Pourtant, il n’est pas rare de vivre une rencontre qui semble se dérouler sous les meilleurs auspices (attentions, tendresses, diatribes sur l’engagement…) mais qui semble s’appesantir ensuite. L’attachement semblait pourtant présent ! Mais la relation devient de plus en plus molle : il n’envoie plus la même quantité de messages, il semble moins disponible pour nous voir et les attentions se raréfient.

A quoi est-ce dû ? Quelques pistes.

PEUR/REFUS des sentiments FUTURS

Si l’on peut vivre un coup de cœur lors de la rencontre, l’attachement qui fera couple demain vient avec l’investissement que l’on met dans la relation. Même si le/s premier/s rencard/s est magique, cette magie peut être attribuée à la nouveauté et non à la personne que nous sommes. (Au bout d’un mois, il nous connaît encore peu / mal.)

Ainsi, Jules peut craindre l’attachement. Parce que cet attachement signifierait :

  • un investissement (temporel, sentimental) qu’il ne veut/peut pas donner
  • une souffrance dans une probable rupture future qu’il ne veut/peut pas vivre

On peut craindre des sentiments futurs et s’y soustraire. Dans ce cas, la décision est consciente. Contre une décision, sur le terrain amoureux, on ne peut pas grand-chose. Même la séduction est généralement impuissante à faire changer d’avis un homme (ou femme) sur son désir d’attachement.

(Où l’on parle d’investissement amoureux : )

PEUR/REFUS de l’engagement

Pour diverses raisons, on peut refuser de s’engager : manque de disponibilité psychique et matérielle (en réorientation professionnelle, rupture fraiche), désamour du couple. On peut largement préférer le célibat au couple, savourant quelques belles rencontres mais ne voulant pas les voir aboutir sur quelque chose.

On peut accompagner un homme qui s’engage mollement dans une histoire (patience, dialogue…), mais pas quelqu’un qui refuse de s’y engager.

(Pour aller plus loin : « Pourquoi les hommes ont-ils peur de l’engagement ?» et « Comment amener un homme à s’engager ? » )

Peu de sentiments au temps T.

C’est peut-être le plus difficile à admettre : on ne lui plait pas plus que ça.

Quand les débuts ont été forts, on a du mal à comprendre la baisse d’intérêt (alors que justement notre propre affection se noue). Pourtant, la relation cesse d’avancer. Voire, elle recule : vous vous sentez de moins en moins à l’aise pour exprimer vos sentiments.

Certains hommes attendent un coup de foudre, quelque chose qui « les traverses de part en part » (piqué à #Fauves ). Nous, ils nous aiment bien. Mais pas suffisamment pour se jeter à cœur perdu dans la relation.

Leur engagement devenu nonchalant témoigne de leur constat : « ce n’est pas THE ONE ». C’est triste pour nous, mais nous ne sommes pas validées pour le poste.

GIFS-No-way

(Note : Je soupçonne les hommes être plus nombreux à croire au mythe de la Princesse Charmante. Parce que si les conseils pour hommes sont légion pour « apprendre à séduire » (pour savoir faire le jour où « The One » entre dans notre vie) très peu apprennent à aimer. Pourtant, « aimer », c’est un verbe. Pas un immobile nom commun. Bref, je soupçonne, mais je peux me tromper. )

L’excuse « peur des sentiments » nous arrange !

Cette interprétation nous rassure ! Car, même si l’investissement du garçon est mou, nous tenons à lui. Nous ne voulons pas voir l’histoire s’effilocher sur un désintérêt que nous ne comprenons pas :

 

  • Si nous associons la prise de distance à un refus d’engagement ou une invalidation de notre candidature au poste de « petite amie », nous savons que la meilleure solution est de cesser la relation.

 

 

  • Si nous l’associons à une « peur des sentiments », nous pouvons enfiler notre tenue de « superwoman » pour rassurer Jules, lui dire qu’il n’y a pas de danger. Ainsi, nous nous offrons les bonnes raisons de nous obstiner auprès de lui.

 

Plus besoin, dès lors, de nous interroger sur notre capacité à choisir un partenaire OPEN ou à lui plaire.

(Note : nous culpabilisons beaucoup de ses choses-là, c’est un tort : si c’est Jules qui se désintéresse, c’est lui qui a foiré la relation. Bien sûr, nous pouvons faire un bilan pour avancer dans notre réflexion sur l’amour, mais nul besoin de se flageller outre mesure.)

Nous reculons un deuil qui arrivera tôt ou tard. Car, si nous aspirons à plus d’amour et qu’il ne peut/veut nous l’apporter, il faudra bien poursuivre sa route. Ce n’est pas lui. D’une certaine manière, c’est nous qui craignons les sentiments de rejet et d’abandon que peut provoquer une affection à sens unique.
(Il y a de quoi, ça pique à l’Ego. Et, l’Ego, ce n’est pas le truc le plus solide du monde.)

Il est d’autant plus simple de s’obstiner quand les mots doux et promesses ont été très présents au début. Car, abandonner, admettre que NON, ce n’est pas une « peur des sentiments », c’est risquer de se sentir flouées.

Alors, on insiste. On se convainc de la peur de l’autre et l’on se bat contre elle. Plus on s’investit à sens unique, plus on glisse tranquillement mais surement vers un OI carabiné.

En bref : « peur des sentiments » or not ?

La « peur des sentiments » est une interprétation du plus investi des deux. Elle n’est pas la réalité de l’autre. La prise de recul d’un homme a d’autres explications : refus d’une relation, la peur d’une rupture future, la baisse d’intérêt…

La « peur des sentiments » est une interprétation pratique : elle permet de repousser un quasi inévitable deuil (et de profiter encore de la relation).

MAIS, si j’ai tort et que vous pensez que cette baisse d’intérêt est provisoire, je peux vous donner la stratégie à suivre. Prête ?

Je suis prête

Alors, tentez :

 

  • De poser une DEADLINE : vous insistez encore un mois (maximum) et s’il n’y a pas de changements visibles => NEXT

 

 

  • D’appliquer le système de punition-récompense pendant ledit mois. Il fait un pas vers vous, vous faites un plus grand pas. Il recule d’un pas, vous reculez d’un pas.

 

  • Et, si vraiment vous voulez jouer toutes vos cartes, de finir en beauté par FO (Freeze Out) : vous faire oublier (cesser les messages, appels, propositions de RDV..) pendant deux semaines. S’il ne vous recontacte pas avant, c’est qu’il vous « garde sous le coude ».

Le coût de cette stratégie : un mois et demi pour être fixée et pouvoir passer sans se poser de questions à autre-chose. Rien ne sert de se battre contre le refus/la non-envie de quelqu’un. Mieux vaut passer au suivant.

Vous, pensez-vous que l’on puisse avoir peur de ses sentiments ? Avez-vous déjà été confronté à cette situation ?


Pour me suivre sur facebook et twitter

 

78 Commentaires

  1. Salut Anashka,

    J’ai lu ton article et je le trouve vraiment intéressant. Concernant ma situation, on est collègues de travail et depuis un moment que ce collègue essaye de sortir avec moi donc finalement j’ai accepté. On est allée manger plusieurs fois, après on a décidé de devenir « planqueue ». Mais on s’est commencé à rapprocher à cause de nos petites sorties qui semblait plutôt à des sorties des couples. On commençais à faire des plans pour voyager ensembles, etc. Mais depuis à un moment il n’est plus claire. D’abord, son ex lui a écrit en disant qui voulait retourner avec lui mais qu’il lui a dit qu’il voyait quelqu’un. Donc, Il m’a commenté cet événement, ensuite je lui ai demandé ce qu’il voulais de cette relation? Quand à moi, c’était un peu difficile car on est de collègues et actuellement personne n’est pas en courant de nous deux. Finalement, il a dit qu’il avait besoin de réfléchir et puis ça il a commencé à reculer. Je ne comprends pas, ce que j’écoute ce sont ses silences et cela me rendre triste. J’ai été claire avec lui, je lui ai dit que j’ai des sentiments pour lui mais que j’aimerais aller doucement, le temps qu’il faut finir mes études. La dernier chose qu’il m’a dit c’est qu’il a peur de nous faire du mal.
    Le dernier message que je lui ai envoyé c’était un pour l’encourager dans son nouveau poste, mais il n’a pas répondu. Je me suis dit que je vais prendre une distance aussi mais cela me perturbe car j’aimerais savoir la raison de son silence!

  2. Bonjour Anashka

    Je vous remercie pour ce résumé bien pertinent ! Je suis dans une relation depuis plus de deux ans, mon compagnon se trouvant à l’étranger (expatrié dans un pays afin de pouvoir s’exempter du service militaire) et moi à Paris, nous essayons de trouver un moyen et mettre une date à une vie commune que j’espère en août 2015. Mon chéri est assez câlin et attentionné au niveaux des actes mais dire ses sentiments j’ai l’impression qu’il a peur et surtout peur de se les dévoilés et de me perdre et d’en souffrir (c’est ce qu’il m’a dit). Quand il m’embrasse, il me fait des câlin il est très attentif et très doux. Comme il est d’origine turc et que sa famille voudrait qu’il se mari avec une femme turc il a bien insister en leur expliquant qu’il était avec moi et qu’il n y avait que moi. Il m’a présenté à sa grande sœur mariée. Je vous envoi ce message car cette situation un peu compliquée du fait qu’on se voit que tous les 2 mois/3mois nous fatigue et aussi je deviens moins impatiente et je lui met de la pression et à moi également. Cette dernière période notre relation a commencé à être plus fragile où on commence à penser et si on perd l’autre ! donc je ne sais quoi faire, est ce de nous donner du temps encore plus jusqu’à août 2015 ? faut il aussi pendant cette période raviver la relation et l’inciter à plus me rassurer par des mots ? mais comment faut il que je le contacte moins ? que je le laisse venir ?
    Je vous serais vraiment reconnaissante de m’aider sur quelle attitude adopter :)
    Lynda

  3. bonjour
    d’abord ce qui m’attire c’est le physique ,
    j’aime bien si elle est belle , en mini jupe ou robe courte , sexy

    il faut que j’ai envie d’elle , c’est simple , on voit le physique en premier .

  4. Salut à toute l’équipe, et comme vous pouvez le voir, je suis un homme. Je vous préviens tt de suite: Je n’ai pas lu les commentaires, donc ce que je vais dire a peut-être été déjà dit, mais bon… Je ne suis pas d’accord avec cet article. L’ homme n’a pas peur de ses sentiments, il peut bien avoir des doutes sur ce qu’il ressent, mais sa plus grande peur, c’est VOUS, mesdames! Oui, c’est vous qui inspirez la crainte chez l’ homme: Il a peur de ce que vous pensez de lui, il a peur de votre jugement autant sur la beauté intérieure que sur la beauté extérieure (la personnalité, les vêtements,…) car il cherche à faire bonne impression pour plaire à madame, car il a l’ impression de passer au tribunal, donc soyez indulgentes, mesdames, car ce genre de cas se produit le plus souvent lors du premier RDV et car la plupart d’entre vous ont également vécu ça, que les rôles soient inversés ou non.

    • Tu peux parler pour toi, mais pas au nom de « tous » les hommes. Ton témoignage est pertinent, du temps que tu n’en fais pas une généralité :)
      Mais, effectivement, un premier RDV peut être impressionnant, pour un homme comme pour une femme d’ailleurs ;)

  5. bonjour, je te rejoins…La « peur des sentiments » est une interprétation pratique.
    Il n’aime pas vraiment sa dulcinée mais la conserve pour de merveilleux instants de plaisir,…au cas où!
    C’est surtout un grand manque de respect de la part de l’autre et surtout pour soi.
    Pour ma part, le respect ça se mérite.
    Alors prenez soin de vous avant de vous inquiéter pour votre tendre, car toute peur se maîtrise.

  6. bonjour, la peur des sentiments n’existe pas c’est plutôt la suite qui pose problème, a savoir si permettre ces sentiments ne se retournera pas contre nous (je parle en mon nom la !). généralement quand il fuit c’est qu’il y croit pas. faut pas chercher une technique ou une manipulation, un mec c’est oui ou non… point final.

    • Oh, je pense que les être humain, peu importe leur sexe, sont plus complexes que « oui » ou « non ». Sinon, il n’y aurait pas autant de questions et chamboulements dans l’amour :)

  7. Hello Anashka!

    Comment vas-tu? Des vacances prévues?

    Alors de mon coté j’ai un nouveau cas à te soumettre :)

    Je suis avec mon copain depuis 4 mois, on s’est plu dès qu’on s’est rencontrés, un démarrage un peu long niveau complicité car nous sommes tous les deux des introvertis (tu m’avais conseillé de faire plus d’activités ensemble et ca a marché!) et bref depuis c’est le bonheur, on fait pleins de choses ensemble, on passe des supers moments, des projets vacances, etc.

    Mais, il y a évidemment un mais, la situation n’est pas simple car nous sommes tous les deux originaires du sud, nous travaillons à Paris, mais nous souhaitons redescendre dès que possible. Donc depuis le début on sait que l’un ou l’autre peut quitter Paris à tout moment et que ça sera pas forcément évident pour l’autre de trouver un travail dans la même ville, même si ce n’est pas impossible, et qu’il y aura forcément un battement de quelques mois pendant lequel on sera ensemble à distance.

    Donc dans ce contexte là, on essaye à maximum de profiter des instants présents, de se soutenir dans nos recherches mutuelles et de se dire qu’on fera notre max pour préserver notre histoire et atterrir dans la même ville.

    Or, et je ne sais pas si c’est du à ce contexte, monsieur, même s’il est très engagé dans notre relation, n’exprime jamais ses sentiments envers moi / émotions. Je sais qu’il est assez pudique à ce niveau là donc je ne voulais pas le brusquer, mais moi depuis quelques semaines je sens que je commence à être vraiment amoureuse de lui, et donc à avoir envie de le lui dire… Donc doucement j’ai commencé à exprimer un peu plus mes sentiments (sans faire une big déclaration non plus hein), au début ça avait l’air de plutôt lui plaire, mais quand j’ai fini par lui dire qu’avec nos histoires de mutation j’avais peur de le perdre et que j’espérais vraiment qu’on arrive à faire ça ensemble, j’ai commencé à le sentir plus distant.

    Au bout d’une semaine j’ai mis les pieds dans le plat, je lui ai dit que je voyais bien que ça n’allait pas, que je comprenais pas, et que ça commençait à me peser qu’il n’exprime pas ses sentiments envers moi.

    Et là, il m’a répondu qu’effectivement ça lui avait fait peur que je lui dises tout ça, que tant qu’on vivait l’instant présent sans trop se prendre la tête il arrivait à gérer mais que là il savait pas trop comment me rassurer. Et quand je lui ai demandé s’il se sentait amoureux, il m’a répondu (le drame) qu’il ne savait pas, qu’il avait un blocage et qu’il savait pas si c’était à cause de ce contexte ou si ça venait de notre relation, en sachant qu’il a déjà vécu une histoire à distance qui s’est mal fini.

    Donc voila je t’écris en étant encore un peu sous le choc de cette réaction, je m’attendais pas à ça, je le comprends et le respecte énormément, mais ça me fait de la peine qu’il ne sache même pas s’il m’aime alors qu’on passe tout notre temps ensemble et qu’on cherche activement des jobs dans les mêmes villes pour continuer à être ensemble!

    Il a, par contre, pas arrêté de me dire qu’il tenait énormément à moi et à notre relation, qu’il ne voulait absolument pas qu’on arrête de se voir, qu’il avait peur de me perdre. Quand je lui ai proposé de le laisser tranquille pour le week end il m’a dit que non pas du tout, qu’il voulait être avec moi, et je vois bien que depuis il n’arrête pas de planifier des choses ensemble pour les prochaines semaines, comme s’il voulait sécuriser notre relation, il m’envoie des ptits sms mignons genre tu me manques, je pense à toi.

    Mais bon pour moi ça suffit pas… Plus en tout cas… J’ai pas envie d’une histoire sans amour, sans romantisme, j’ai limite l’impression d’être une super amie avec qui il couche (bon ok j’exagère un peu :)).

    Bref du coup je ne sais pas quoi faire, quelle attitude prendre. J’ai conclu la discussion en lui disant que maintenant il savait ce que je ressentais et attendais, que je lui laissais du temps mais qu’il allait falloir qu’il se mouille un peu plus.

    Je me dis que je devrais le laisser un peu tranquille les prochains jours/semaines, faire plus de choses de mon coté sans lui, et que si vraiment il se « déclare » pas, envisager d’arrêter car j’ai pas envie d’une histoire comme ça…. Même si je l’aime énormément…

    Qu’en penses-tu?

    Merci :)
    Coco

    • Il semble tenir à toi et vouloir être avec toi. Mais tu as besoin de romantisme (concrètement, ce serait quoi ?) et il ne te l’apporte pas. Avant d’arrêter demande lui s’il veut dépasser son blocage et si oui, comment tu peux l’aider ..?

      (Sinon, je vais arrêter le suivis commentaire, je te donne les explications et ré-orientation pour un conseil ici : http://www.seduireunhomme.fr/2014/06/vie-du-site-commentaires/)

  8. Ce n’est pas la peur des sentiment, ils (les hommes) sont tout simplement enclin à essayer plusieurs fleurs pour flatter leur ego et le rassurer sur leur séduction. je ne pense pas qu’ils écoutent leur coeur, ils n’en ont pas.

    • Parle pour les hommes que tu as croisés, mais ne généralisent pas. Il y a des mariages, des histoires d’amour hétéro, etc… Bref, les hommes aussi tombent amoureux.

    • les gens(les hommes) se marient pour diverses raisons, pas forcément par amour, souvent par raison, et puis c’est juste une envie de se caser, après avoir eu marre de courir après plusieurs jupons, ce qui ne veut pas dire qu’ils restent fidèles après. pour les histoires d’amour, elle ne durent souvent « pas plus de trois ans », elles cachent toujours une face pas très glamour derrière. je ne peux croire qu’un homme aime sérieusement une femme (surtout me concernant).

    • Comme le dit Anashka, c’est peut-être car tu n’as pas eu la chance de tomber sur un homme qui a pu te faire découvrir autre chose. C’est vrai qu’il y a des relations pansements, des hommes avec des arrière pensées pas très jolies mais c’est pareil chez les femmes aussi ! Et je suis d’accord avec Anashka pour ne pas faire de généralisation. Perso j’ai eu des relations kleenex sans en être consciente, ou encore juste un besoin inconscient d’être aimée sans pour autant aimer la personne d’un amour fou, juste une certaine affection. Pas très joli… pourtant dieu sait que j’ai un coeur rempli d’amour à donner.
      Les dix premières années de ma vie sentimentale ont été faites de relations pourries car je n’allais pas vers les bonnes personnes. J’ai connu un homme qui m’a réellement aimée et qui m’aime toujours, mais c’est moi qui suis partie au bout de 3 ans, car je n’étais pas assez mâture, besoin de connaître autre chose et pas la bonne personne pour moi, mais ça m’a permis de me dire : ça existe !
      Alors garde espoir en la vie et ne sois pas aigrie quoi qu’il arrive :) enfin c’est ma vision personnelle.

  9. Merci Anashka pour ce super article qui tombe encore pile poil !
    Car dans le genre feu d’artifices d’hormones et d’émotions, puis disparition soudaine… suis en plein dedans. Mon cas est un peu différent car on était pas vraiment dans une histoire, mais l’intensité était là.
    Je ne sais pas si tu te souviens de mon histoire .. J’avais écrit dans comment récupérer son ex… et puis j’ai rencontré un homme qui m’a complètement chamboulée et que j’ai apparemment chamboulé aussi. Il était seul depuis 5 ans, on s’est rapprochés naturellement mais il ne voulait pas entrer dans une relation sentimentale par rapport au chemin personnel qu’il parcours. Il m’avait alors proposé de se voir « autrement ». Résultat il a recraqué ;) puis encore un pas en arrière, puis de nouveau il semblait s’ouvrir, il songeait même à arrêter sa thérapie. Quels que soient ses mots et ses réticences, il semblait prendre goût à ma présence, beaucoup de partage et d’échanges, avec des étreintes pleines d’émotion. La dernière fois qu’on s’est vu il m’a dit qu’il savourait l’instant et est parti en me disant à bientôt. Quelques jours plus tard, il a apparemment eu des soucis qui l’ont secoué et depuis il m’a dit qu’il avait besoin de solitude. Je lui ai dit que je respectais et j’envoyais juste un petit mot de temps en temps, avec un lien sur youtube ou autre. il faisait de même, du genre :  » j’ai toujours une pensée ensoleillée pour toi ». Et depuis ce dernier message, plus rien. Alors je ne sais pas ce qui s’est passé dans sa vie, il ne veut pas en parler ni même répondre à la question « comment vas-tu ? ». ça fait maintenant un bon mois qu’il prend du recul, et j’ai décidé de ne plus rien envoyer depuis 10 jours (donc depuis ma réponse à son dernier message (« j’ai toujours une pensée pour toi »), où je lui disais qu’il prenne le temps nécessaire, et que je serais heureuse de le retrouver quand il le souhaitera).
    Est-ce que ça te semble être une fuite pour disparaître totalement ? Ou simplement un homme qui se terre dans sa grotte temporairement ?
    Le silence radio te semble-t-il une bonne idée ? J’ai peur de le braquer si je lui demande plus d’explications, vu qu’il semble ne pas vouloir parler de ce qui provoque ce besoin de solitude… Peut-être le psy a-t-il déterré un cadavre dans le placard ? Il est du genre cash, alors je le vois mal inventer des prétextes, mais j’ai tellement connu d’hommes intègres qui s’enfuient dans le silence… que je ne sais plus.
    Bref j’essaie de ne pas faire de supposition et d’en profiter pour prendre soin de moi. Mais il m’a tellement chamboulée que j’ai du mal à imaginer qu’il sorte de ma vie même en tant qu’ami. Je me moquais que notre lien soit amoureux ou amical, simplement le savoir dans ma vie m’apportait beaucoup, et je ne veux pas faire de faux pas. Si tu as un conseil… je prends ! ;)

    • Merci pour ta réponse !
      En fait j’ai eu de ses nouvelles hier après avoir juste envoyé une chanson.
      Il semblait ouvert et nous avons finalement eu une discussion.
      J’ai compris ses raisons, tout à fait légitimes et qui n’ont rien à voir avec moi (bon il ne m’a peut-être pas tout dit non plus !). Je sens qu’il a encore besoin d’introspection, mais le seul fait de le sentir de nouveau dans la communication et qu’il n’a apparemment jamais été question de sortir de ma vie, m’apaise.
      Ah les hommes et leur grotte ! :D

      Pour les commentaires, tu as tout à fait raison !
      En tout cas merci pour tout le temps que tu nous as accordé jusqu’à présent !
      :)

    • Coucou Emeline,

      Je sais que tes commentaires datent mais j’aurai bien aimé avoir la suite de ton histoire , notamment car je vis la même chose avec quelqu’un depuis un moment :)

      Merci!!

    • Tant mieux si cette prise de distance, c’est pour lui. Pas contre toi. Il t’a dit ce dont il avait besoin pour être accompagné ?

      Pour les commentaires, tu as tout à fait raison !
      En tout cas merci pour tout le temps que tu nous as accordé jusqu’à présent !

      C’est gentil :)

    • « Cherche à savoir ce que ça veut dire factuellement : sur les concepts, il y a trop d’interprétations pour savoir ce dont il s’agit »
      Je sais bien, et les interprétations sont souvent nos pires ennemis, car on peut vite être à côté de la plaque mais pour l’instant je n’ai pas pu lui tirer plus les vers du nez ;)
      En relisant son dernier mail (réponse à mon message où je lui confiais que le silence a tendance à réveiller mes peurs mais que je prends cela comme une occasion de travailler dessus), il me dit qu’il faut accepter de ne pas avoir toutes les réponses à nos questions et qu’il faut apprendre à lâcher prise. Il me dit aussi que le silence est vital et essentiel pour lui et qu’inconsciemment cela peut être aussi une façon de tester et aider l’autre à évoluer, et qu’il sait que j’ai les capacités d’âme pour évoluer.
      J’attends de pouvoir lui parler de vive voix pour décrypter ce qu’il entend par là :)

    • « Dans sa réflexion, dans ce break. Qu’est-ce qu’il attend de toi ? »
      Je ne lui ai pas demandé, je creuserai un peu plus quand on parlera par skype.
      Difficile à dire vu qu’on est pas « ensemble ». Et le connaissant, tant qu’il ressent ce besoin de solitude, je pense qu’il attend simplement que je le respecte et que je vive ma vie.
      Je viendrai donner plus de news dès que j’en saurai plus ! :)

    • je le respecte et que je vive ma vie.

      Cherche à savoir ce que ça veut dire factuellement : sur les concepts, il y a trop d’interprétations pour savoir ce dont il s’agit :)

    • Qu’entends-tu par : « ce dont il a besoin pour être accompagné ? »
      Nous avons discuté par mails interposés et on doit s’appeler par skype ces prochains jours, il m’a dit qu’il me raconterait… Son besoin d’introspection a un rapport avec le travail qu’il faisait sur lui depuis de longues années et qu’il a décidé d’interrompre subitement. Ce qui remue beaucoup d’émotions.
      Donc je sens qu’il a encore besoin de temps et n’est pas encore prêt à me voir, mais au moins recommencer à communiquer, alors que les derniers temps ça se limitait à : « une pensée pour toi ».
      Je ne sais pas encore de quelle nature est notre relation et de quelle nature il aurait envie qu’elle soit, mais juste le savoir dans ma vie me suffit pour l’instant :)

    • Qu’entends-tu par : « ce dont il a besoin pour être accompagné ? »

      Dans sa réflexion, dans ce break. Qu’est-ce qu’il attend de toi ?

  10. Bonjour,

    Alors me voilà sur cet article, pour faire part de mon point de vue.
    Présenté comme ça je te rejoins à 100% Anashka !! et le gif avec Johnny Depp m’a fait mourir de rires. Arf excellent !

    L’homme que j’ai rencontré avait tout plein de peurs, dû à son passé, mais au moment de notre rencontre, on ne pouvait pas vraiment parler de sentiments. Sa phrase était « je pense que je ne tomberai plus jamais amoureux » (rapport à son ex).
    Ce qui a déclenché ma fuite… car j’ai considéré qu’il ne me laissait aucune chance. Alors que nous avions des tas d’atomes crochus, que nous étions complices, que nous passions de supers moments, à rigoler, à refaire le monde. Effectivement, pourquoi n’a-t-il pas voulu laisser monter l’attachement ? (en fait il l’a regretté après il m’a dit « j’aurais dû laisser monter le truc »), oui mais noyé dans ses peurs d’avoir raté sa vie (il ressent un gros blues d’avoir foiré sa relation avec la mère de ses enfants), d’avoir eu à refroidir d’autres conquêtes (j’ai bien senti qu’il avait vraiment peur des filles qui s’emballent !), etc… il a préféré être cash (et me blesser au passage).
    En revanche, j’ai toujours apprécié sa franchise. Au moins pour moi la décision de partir à été sur le coup, nette et précise. Même si j’ai tenté à plusieurs reprises de renouer, même amicalement (oups histoire déjà racontée dans le forum « comprendre ? » dans la rubrique SOS)…

    Donc oui, je suis assez d’accord sur la théorie de la princesse charmante. Il y croyait avec son ex, et toutes ses illusions se sont effondrées, donc il ferme la porte à toutes les autres princesses, grrrrr…

    Bon après, je peux faire un deuxième topo sur ma peur des sentiments, en tant que femme. Pas sûr d’être dans le sujet, mais je te remercie Anashka de me laisser la parole et de m’encourager à la prendre !!

    Je suis séparée depuis plus d’1 an (j’ai rencontré ledit-garçon-du-dessus juste après ma séparation) et en pleine procédure de divorce (je devrais avoir les papiers bientôt ouf !!). J’ai quitté mon ex-mari pour les raisons suivantes, jalousie, étouffement, colères démesurées, reproches, machisme, etc…
    Je suis à présent farouchement opposée à toute forme d’engagement de type, habitation commune, compte commun, etc… je veux ma liberté, et je suis très indépendante, presque féministe (au point que je refuse même qu’on m’aide, ce qui j’avoue me complique parfois un peu la tâche !). Donc non, je n’ai pas peur de mes sentiments, actuellement j’ai rencontré un next, avec qui je suis sur une relation tranquille et douce, mais si j’accepte de faire plein de trucs avec lui (balades, we, présentation aux amis, etc…), mes poils se hérissent dès qu’il s’agit de voir plus loin.
    Bref, de mon côté je considère que je lui laisse au moins sa chance, que nous passons des moments agréables. Je ne suis pas tout à fait au clair sur mes sentiments (est-ce de l’amour ?), mais je ne fuis pas. J’accepte de vivre le truc.

    C’est peut-être là, la différence ?

    Bref, voilà ma petite contribution.

    Bises à tout le monde ;-)

  11. Merci Nils pour ton éclairage… Mais ça me semble encore très étrange cette façon de fonctionner :) Dans ces exemples, je connaissais bien les personnes, et elles me connaissaient, même background, même vécu, amis d’école, nous avions un grand nombre d’amis communs. Le seul point qui pouvait bloquer (de mon point de vue), c’est le sexe, si ça se passe bien, je ne vois pas ce qui se passer…

    J’étais naïve, sans doute, mais pour moi, quand on est prêt à se faire 6h de train pour voir l’autre moins de 48h, c’est qu’on y tient un minimum. Je ne comprends pas qu’on puisse « pour voir » s’infliger ça. D’ailleurs moi je ne l’aurais pas fait, pas avant plusieurs mois ensemble et quelque assurance sur nos sentiments respectifs, ce sont eux qui se sont bougés.

    Pour la petite histoire, le second cas : il est venu 2 fois me voir comme ça et était toujours « à fond », à m’envoyer des messages, mots doux, projets etc. Je lui manquais, il voulait me voir blabla? J’ai cédé et décidé de déroger à mes principes, je suis venue à mon tour. Train, coût des billets (très cher car dernière minute, je n’avais pas beaucoup d’argent et il le savait) + une soirée prévue de longue date annulée. Il a tout préparé, WE bien, il est câlin, attentionné, je rentre lundi matin. Plus de nouvelles et le lendemain « je ne suis pas sûr » blabla. Je veux bien comprendre beaucoup de choses, n’étant pas une sainte moi-même, mais dans cette configuration, ma seule analyse c’est que c’est un con****. Je ne peux pas croire que les doutes, à ce point, arrivent en moins de 24h. Et si tu as des doutes, tu ne fais pas venir l’autre, tu ne la tannes pas pour qu’elle vienne, vite, vite. Ou alors, il est complètement instable, mais à ce point, c’est très inquiétant.

    Le temps a passé mais je lui en veux encore. Pas vraiment de m’avoir quittée de façon inélégante, j’ai renoncé à trouver du courage chez beaucoup de gens. Mais de m’avoir fait venir, d’avoir insisté, pour me faire ça ensuite…. Ca je l’ai très mal vécu. La roue tourne et si j’en ai la possibilité, je lui renverrais l’ascenseur d’une façon ou d’une autre. Sachant que nous avons beaucoup de proches amis en communs, que l’on travaille dans le même domaine, petit milieu, il ne s’en tirera pas comme ça, c’est certain….

    Le point positif, c’est qu’après ça j’ai été convaincue de ne faire aucun effort en début de relation, refuser toute relation à distance, et surtout ne pas m’impliquer les premiers mois, de rester distante, quelque soient mes sentiments…. Et…. Ca a rendu amoureux le suivant avec qui je sus toujours… Comme quoi, vous êtes bizarrement faits, les hommes :)

    • Je suis assez d’accord avec toi, j’ai l’impression que de nombreux hommes (peut-être femmes aussi mais je n’en suis pas témoin, étant hétéro !), se projettent en fait beaucoup trop vite, juste sur une attirance physique/hormonale, et dès qu’ils connaissent un peu la personne en fait cette attirance retombe…
      Normal, ça m’arrive aussi !
      Le problème ? Ne pas être capable de :
      1. se retenir de faire des projets, des promesses, des grandes déclarations alors qu’on ne peut être sûr de rien en tout début de relation (et moi j’ai appris à ne plus croire tout ça… )
      2. se forcer un peu à mieux connaître l’autre avant de prendre la décision de rompre… l’amour se construit. Quand tout se passe bien lorsqu’on est ensemble, sexe inclus, et qu’on a des valeurs partagées, je ne vois pas bien pourquoi ne pas essayer un peu plus. Ou alors, c’est qu’ils ne nous disent pas tout ce qui ne leur plait pas chez nous…

    • Tout à fait d’accord!

      Bon en tout cas, je vois dans les commentaires que tout le monde est d’accord. C’est rare un tel consensus, c’est qu’on doit avoir touché quelque chose là! ah ah

    • Exactement, Mélie !

      Si ma mésaventure m’aura bien appris quelque chose, c’est de ne pas s’emballer outre mesure au début, même et surtout si l’autre s’emballe.
      Ça me chagrine énormément, moi la romantique, mais malheureusement je crois que c’est une réalité.

  12. Bonjour mesdemoiselles,
    je passais par hasard et la curiosité m’a amené à parcourir les commentaires…

    Concernant les cas de gars qui dès le début se lancent dans un trip à faire 800 bornes pour vous voir et semblent à fond, vu que ça peut m’être arrivé et que je me suis aussi retrouvé à ne pas vouloir pour autant plus construire pour plein de raisons, je vais essayer de donner mon petit avis (qui à priori ne sera pas forcément celui de tous les mecs de ce vaste monde ^^) … :

    D’abord pourquoi foncer à l’autre bout de la france pour une fille avec qui on vient à peine de nouer des prémices de sentiments… la passion, l’envie d’être un peu moins ordinaire dans les yeux de quelqu’un d’autre, en général un tel acte ne rendra pas insensible la belle pour qui on fait ça… personnellement je suis drogué aux petites étoiles qui brillent dans les yeux et aux moments passionnés.
    Après, la passion est magique, le moment de passer à la réalité amoureuse, les éventuelles implications que cela pose… c’est moins facile de faire le fanfaron avec 6h de train ou autre ;)

    Etait ce juste pour coucher… non, il y a toujours plus… parfois un tel acte peut nous pousser à nous remettre en question, tenter… nous confronter à nous même, et voir si on peut faire comme tant d’autres et voir arriver une jolie relation… (je dirais qu’il faudrait que je remplace les ‘on’ par des ‘je’, mais bon … je vous laisse le faire ;) )

    Pourquoi le soufflé retombe alors ??
    dans mes expériences, les fois ou je me suis un peu arreté la, plusieurs motifs étaient un peu la … :
    – une désillusion… je venais de me faire la moitié de la france… ça laisse tellement de temps pour idéalisé dans ma petite tete d’utopiste, et j’avais pas prévu que certains détails ne collent pas …
    – on découvre quelque chose qui ne convient pas pour finir, mais on ne veut pas le dire, et en plus pas de trains… je me vois pas retourner tout de suite à la maison (oui la c’est moche, mais parfois vrai … :/ ) et en plus je regrette de ne pas oser être honnete pour ne pas décevoir, et surement passer pour quelqu’un de cohérent .. (égo tu me tueras !!)
    – je voulais surtout fuir une autre histoire et me persuader qu’une autre si loin serait ma réponse… bon en 6h de train… voila que j’ai la tete pleines de questions… on ne se fuit pas soi meme au final …

    enfin bref… y a souvent plein de raisons… et si vous sentez que ça retombe après des actes un peu fous au début… il y a surement un probleme au final et s’attarder n’est peut etre pas la solution… profitez eventuellement du week end… un peu de reve temporaire c’est parfois pas si mal … mais ne vous faites pas de mal.

    Nils

    • Intéressant, merci.

      Ça rejoint ce que me disait un pote récemment: parfois on n’explique pas pourquoi ou comment, mais pfff, tombée du rideau tous les hormones retombent en un clin d’œil et c’est fini. (ça me fait un peu penser au principe sexuel des hommes, érection/excitation/orgasme et pfff dodo plus rien, si on file la métaphore plus loin, cette attitude d’emballement soudain et de redescente toute aussi soudaine fait largement penser à une belle éjaculation précoce, c’est aussi pour ça que je parlais de tantra dans mon précédent commentaire, ça évite de tomber dans ce schéma là).

      Pour être honnête, il m’arrive aussi dans les débuts de relation, malgré la volonté d’excitation (c’est une fête on veut que ça soit cool on se plaît à faire monter la sauce) que le truc retombe d’un coup mais j’ai assez de recul pour savoir que ça peut repartir derrière et je laisse passer la soirée, la journée, je me monte pas la tête et je me remotive. Je ne suis pas à la merci de mes hormones, vouloir faire fonctionner un début de relation c’est aussi un choix.

      Donc pour moi, ça dénote quand même un certain manque de maturité, c’est la marque d’un mec qui au fond ne sait pas encore ce qu’il veut, qui se cherche. Y’a rien de mal à ça, on passe tous par des périodes comme ça mais souvent c’est pas en cohérence avec ce qu’ils expriment, ils ne sont pas clairs avec eux-mêmes, pas clairs avec les autres du coup.

      Je ne vois qu’une solution pour éviter ça: développer encore plus notre intuition, et notre discernement. Parce que je ne me leurre pas complètement non plus, oui en effet, il y a des bénéfices secondaires pour les filles qui rencontrent un tel homme, une petite passion soudaine ça peut faire du bien, flatter aussi… mais rester lucide.

  13. Moi je ne me pose pas de questions : dès que j’entends les mots « pas sûr », « peur », « trop vite », je lui réponds qu’il réfléchisse bien tout seul mais que moi je continue à vivre, et je coupe les ponts. Problème réglé. Surtout quand je n’ai rien fait et que c’est LUI qui m’a sauté dessus et a bien insisté sur le fait que je lui plaisais (dans ces 2 cas, j’ai à chaque fois résisté en arguant de la distance). Soit il est sincère mais complètement instable, soit c’est du pipeau, parce qu’il en a une autre en vue, parce que je ne lui plais pas ou autre raison dont je n’aurais jamais connaissance. Dans tous les cas, mec malhonnête à problèmes, à fuir, très vite, très loin.

    Des histoires qui ont démarré très vite et qui ont marché, j’en ai eu aussi. Donc je ne pense pas qu’on puisse corréler lenteur/réussite de la relation. Ca dépend. la seule règle que j’applique, c’est de rester très prudente les premiers mois et à la moindre hésitation, sentiment négatif en face : je m’enfuis :D

  14. Limite il faudrait se barrer en courant quand le mec est trop à fond au début pour éviter les déboires. De toutes façons, ça se sent quand ‘il plane’ – dans ces cas là j’ai toujours peur de la redescente.
    Mais comment le désamorcer? Souvent je prends vraiment mon temps, espace les rencards, mais parfois ça suffit pas.
    Bon en tout cas, je ne peux faire que l’éloge de la lenteur, des petits feux qui prennent doucement pour faire des grands feux. :)
    J’ai toujours aimé les choses qui prennent doucement et déplore souvent le manque de temps dans les débuts de relation.
    ça n’est que le reflet de la vie qu’on mène dans notre société en tout cas, besoin de sucre, d’adrénaline, de feu d’artifice, d’un shot vite consommé, d’excitation, et après c’est l’écœurement, la gueule de bois, le vide intersidéral.
    Faudrait remettre le sexe tantrique au goût du jour, tout est basé là-dessus: la lenteur, la présence, la conscience.

  15. eh ben, la claque…
    tout pareil ici aussi….

  16. Tout pareil que mes consoeurs. J’ai vécu en particulier 2 expériences de mecs qui s’emballent, font des projets au bout de quelques jours/semaines, qui se bougent pour moi… Par exemple venir de l’autre bout de la France pour me voir un WE (6h de train)… A parler des vacances, me dire que je leur avais toujours plu (on se connaissait depuis plusieurs années)…. Et puis, pouf, changement à 180° en 24h, plus personne, froid, distant, il n’est pas sûr, il a peur de me blesser (gne? O_o), ça va trop vite : vaste blague, c’est LUI qui faisait des projets! Moi j’étais dans une posture « on verra bien »…

    Je ne crois pas à la peur des sentiments, quand ils sont là il est difficile (impossible?) d’y résister comme le dit Vassilia. J’avoue que dans 2 cas en particulier, des années plus tard, je n’ai toujours pas compris ce qui s’est passé : blabla pour coucher avec moi? Mais quel intérêt, ils auraient facilement trouvé plus près de chez eux? Retenu par la distance? Mais pourquoi s’en rendre compte au bout de quelques semaines?

    C’était des hommes que je connaissais depuis des années, que j’estimais, je les pensais stables, sains et carrés dans leur tête. J’ai été très déçue, non pas de les « perdre », mais de m’être tant trompée à leur sujet. Le seul sentiment qui m’en reste, après un gros bobo à mon amour-propre, c’est la pitié pour eux, à la limite du mépris… Pauvres petits hommes fragiles, poussés par leurs hormones et leurs égo qui s’agitent comme des poulets sans tête…

  17. Les gifs sont très chouettes ! :)

    Pour cette histoire du mythe de la princesse charmante, je confirme, j’ai la même impression. J’ai énormément d’amis qui se font une idée très précise de l’Amour (un coup de foudre avec une créature parfaite qui leur apparaîtrait dans un aura de lumière ;)). C’est l’histoire de la fameuse « mère de mes enfants », l’évidence.

    Une ex-aventure, au bout d’un mois de relation : « J’aurais bien aimé que mes sentiments amoureux durent. »
    Tes senti-quoi ?
    (Pour situer, ex-aventure qui a cessé la relation brutalement, alors qu’il était tout guimauve la veille.)
    Au bout d’un mois, je ne comprends pas comment on peut aimer quelqu’un. De l’attirance, oui. Un début d’attachement, sans doute. Mais rien de plus qu’une histoire d’hormones qui pssshhhtent dans tous les sens. On ne connait pas vraiment la personne, en un mois. Et pour moi, l’amour se construit, on apprend à aimer.

    Et ce n’est pas la première fois que je vois quelqu’un qui s’emballe au début, comme si tu étais The One, avec de la guimauve et des promesses, persuadé d’aimer et pouf, le soufflé retombe d’un coup. Je crois que certains ont tellement envie d’aimer, tellement envie de vivre l’Histoire, que lorsqu’ils s’aperçoivent que l’autre ne correspond pas complètement à l’image qu’ils avaient envie d’aimer, la désillusion est violente. D’où le désengagement brutal.

    • aïe aïe… plus je lis les commentaires, plus je retrouve du vécu…
      tellement d’accord! Ils sont bien plus romantiques que nous en fait.

    • Après, je crois au coup de foudre aussi. Aux sentiments imprévisibles. Mais je le pense moins systématique que nous nous l’imaginons (ou l’espérons).

    • J’ai l’impression que dans les vrais coups de foudre, la première réaction est l’émerveillement et la sidération, mais pas l’emballement comme ça… Qu’en penses-tu ? Les sentiments imprévisibles, qui prennent par surprise, s’accompagnent souvent malgré tout d’une certaine retenue et cherchent à s’assurer de la réciprocité. Parce que les sentiments réels sont un vrai bouleversement de l’existence, ça implique plein de changements dans la vie, pas juste une bulle rose. Et ça s’accompagne d’une démarche de découverte de l’autre, non ? Dans le cas des feux de paille, le mec semble un peu seul avec ses projections. Il parle de voyages, il rêve à haute voix, il est ébloui, on est merveilleuse, mais concrètement je n’ai jamais eu l’impression qu’il modifiait quoi que ce soit à sa trajectoire de vie pour s’adapter à cette surprise qu’il n’attendait pas. Au contraire, c’est quand il réalise que la relation est réelle et qu’elle implique de devoir être prise en compte dans ses plans, qu’il détale. Tu as vécu un coup de foudre qui n’a pas explosé au bout d’un mois ou deux, donc que penses-tu de mon hypothèse ?

    • Je ne sais pas. C’est possible que la différence « coup de foudre » VS « flash » se joue sur :
      – la réciprocité du sentiment
      – le type de sentiment : si j’ai eu des flash, le seul « coup de foudre » que j’ai vécu ne ressemblait pas du tout à un « flash ». Rien de transcendant ou passionnel. Simplement l’impression de voir « enfin » un visage familier dans une foule qui aurait durée 24 ans. Et un sentiment de confiance inconditionnel (je ne lui aurais pas tout donné, c’est pas moi, par contre, j’avais une confiance en sa bienveillance, je ne serais pas expliquer)

      Mais est-ce qu’on peut juger sur :
      – la durée de la relation : je ne sais pas. Parce qu’il y a une seconde rencontre (au moins), et je suis tombée amoureuse suite à un conflit (une soirée compliquée). A ce moment-là, j’ai verbalisé ce qui m’a posé problème et j’ai trouvé une oreille attentive et quelqu’un qui propose des solutions. De même, je retombe amoureuse en ce moment, parce que je retrouve de mon indépendance et lui, la sienne. Pourtant, sans aucune angoisse de la distance physique qui se joue. On vit une troisième rencontre encore. Peut-être que vécu plus jeune, plus inexpérimenté, avec un autre partenaire, la relation aurait échouée après la première rencontre… Il y a « cette tenace familiarité » entre nous, mais il y a tout ce qu’on construit depuis, avec vigilance et patience.
      – les projections : je ne sais pas si la machine à projection est dépendante ou non de la réalité des sentiments.Je pense qu’elle est plus dû à notre perception de l’amour. Pour poursuivre sur mon exemple, je ne projetais plus. A force de répéter que c’est un piège sans nom (surtout quand ce ne sont pas des projections partagées). Mais, aujourd’hui, j’ai été invité par mon compagnon à la projection : on s’imagine souvent parents, c’est un sujet de conversation presque quotidien. Plus encore, que notre rêve de voyage en bateau…

      Je ne saurais pas te dire : je pense qu’un coup de foudre (réciproque), hors attente de « The One », sans projections du rôle que doit jouer l’autre (au moins au début) n’ouvre pas nécessairement sur une grande histoire. Ladite grande histoire, c’est un travail, un travail quotidien de dialogue, séduction, remise en question…

    • La question ne m’est pas adressée mais je suis tout à fait d’accord sur le principe de retenue. D’ailleurs en réponse à ton autre commentaire plus bas, idem la lenteur je la vois aussi comme une certaine forme de retenue. Faire naître une vraie intimité malgré (je dis malgré parce que trop vite brûlé c’est le feu de paille) le foisonnement et la richesse du potentiel, éviter les écueils de proximité illusoire trop vite arrivée.
      Le contraste intimité versus familiarité (cité par je ne sais plus qui d’ailleurs) est très pertinent ici.

    • C’est toute l’histoire de ma vie ! Les  » promesses rapides et puis pouf c’est fini ». On n’apprend plus aux hommes (ni aux femmes sûrement), comment c’est en vrai, la vie, l’amour, touça…

    • C’est pour ça que c’est bien plus crédible quand il n’y en a pas, de promesse, justement :)
      Pareil, tous ceux qui se sont emballés pour moi se sont dégonflés en un ou deux mois, pffffff, comme des baudruches flasques ! A l’arrivée, une fois la blessure passée, je les ai trouvés pitoyables, parce que ça veut dire qu’ils étaient vraiment le jouet de leurs hormones et de leurs projections, et n’avaient aucun recul sur eux-mêmes, de vrais pantins…
      Non, mes histoires sérieuses et sincères ont toutes vu au contraire une lenteur de la part du mec, on sentait bien que quelque chose l’emmerdait, qu’il freinait, mais qu’il ne pouvait s’empêcher de continuer, sans faire de promesse, et paf, jour après jour, pris au piège (c’est bien ça qui l’emmerdait ;) ).

  18. Je ne commenterai pas, nananananèreuuuuh ! :P

    • :) Toujours le même humour !

  19. Très bon article et excellente analyse :)

    Je suis en plein dedans là, des « peur des sentiments futurs » et « peur de l’engagement », mais au moins, il me l’a dit très clairement (enfin après quelques pleurs de ma part certes ^^).

    Ce que je fais en attendant de lui poser une deadline quand le moment sera venu pour moi et que j’en aurai vraiment marre de ne pas sentir plus d’engagement de sa part : je me « désengage » un peu, moins au taquet quand il me maile ou me sms, je ne prends quasi plus d’initiative pour engager une communication par ces 2 moyens, et je vis ma vie pour moi, pas en fonction de ce que lui pourrait m’accorder comme disponibilité.
    Une sorte de système punition-récompense soft ? ^^

    Pour le moment, les effets sont que mon moral va bien mieux, qu’il semble ne pas vouloir abandonner le dialogue « à distance » malgré son « j’ai un début de semaine super chargé ma puce » du lundi (qui augurait un silence radio de quelques jours) et que je fais un peu bouger ma vie du coup, vu que j’y fais plus attention.

    Après, je ne sais pas combien de temps ça va durer, mon moral changeant au gré de mes réflexions ^^

    • En terme de peur formulé, il t’a proposé quoi pour l’accompagner ?

    • Eh bien, pas grand chose… il m’a dit qu’il ne fallait pas lui mettre de pression (« mais je ne t’en mets pas !! » « euh… oui c’est vrai ») et qu’on verrait comment ça évoluerait (« bah c’est bien ce que je dis depuis le début non ? » « euh… oui c’est vrai »).
      En gros, je reste comme je suis parce que pour le moment ça roule , mais pour le futur (« si dans 6 mois on est toujours ensemble ») on en rediscutera.

      Après, reste à savoir comment mes sentiments vont évoluer, parce que je risque de glisser dans un « après tout je m’en fous » qui ne serait pas optimal pour notre relation…

    • je risque de glisser dans un « après tout je m’en fous » qui ne serait pas optimal pour notre relation…

      Tu glisseras vers ça, s’il ne te montre pas de plus en plus d’intérêt et finalement, ce serait concordant à la situation.

    • Oui c’est plutôt ça…
      Il était tout chou au début, et d’un coup, plus rien, ou presque.
      Pour s’expliquer, outre le « il ne faut pas me mettre de pression », il y a eu le « c’était l’euphorie au début mais maintenant la vie reprend le dessus et il faut que je me consacre à la peinture… mais on est ensemble hein ! ».

      Pas grave, je fais ma vie de mon côté, je prévois mes vacances avec mon ex… donc il a raison : tout roule :)

  20. J’aime beaucoup cet article ! Et puis avec la référence à Fauve, ça ne peut être qu’un bon article !

    Je pense qu’il est toujours plus facile d’annoncer ou de se dire qu »il a peur de ses sentiments » plutôt que d’accepter de voir en face la situation: « Je ne lui plais pas plus que ça ». La méthode de l’autruche peut-être plus flatteuse ?

    Sinon je suis d’accord avec Kokotte, je parlerai plus d »une peur de souffrir » plutôt qu’une peur réelle des sentiments. Mécanisme de Protection plus ou moins développé qui se ré enclenche une fois les premiers moments vécus et la réalisation de certaines choses concernant ce que cela pourrait bien impliquer.

    Il est tard et je sais pas si c’est très clair^^mais on va essayer de le poster quand même ce commentaire ^^

  21. Salut Anashka et à toute la communauté séduireunhomme.fr

    Je suis ton blog depuis un petit moment maintenant, mais n’ai jamais pris le temps de réagir/de t’écrire par rapport à tes réfléxions. Je profite de celui-ci du coup, parce que je me trouve dans une situation un peu délicate avec un homme rencontré récemment, et j’aimerais savoir ce que tu en penses, puis éventuellement ce que tu ferais à ma place!

    Nous nous sommes rencontrés via une interface de rencontre, et étant dans une période lourde en terme d’examens nous ne nous sommes pas vus avant un bon moment. La conversation par écrit battait son plein je dois dire, un homme plein d’esprit et de conversation, une première impression « impalpable » que j’ai trouvé grandiose!
    Je suis célibataire depuis presque 2 ans maintenant, enchainant quelques histoires sans lendemain/sans intérêt, et j’ai vu en lui celui qui avait le potentiel de me refaire plonger dans la passion haha!

    Nous nous sommes vus une première fois, il avait de l’avance, et nous avons passé 12 heures ensemble, sans jamais tarir de sujets sur lesquels échanger, ou de choses à faire. Deuxième rencart, tout aussi intense, des échanges incroyables (nous nous sommes retournés la balle de compliments quelques fois, et j’ai clairement noté l’intérêt de son côté, comme je me suis appliquée à lui faire transparaître le mien). Troisième rendez-vous, un peu moins en haleine cette fois-ci, nous étions tout deux un peu fatigués, et c’était moins intense que les deux premières fois malgré la volonté.

    Une chose me gêne un peu, lors de ce 3e rencart il m’a brievement parlé de son ex (sur une question que je lui ai posé par rapport à un aspect de sa vie, dont je ne me doutais pas allait m’emmener sur ce terrain glissant). Habituellement, nous entretenions une relation textuelle très riche entre chaque rendez-vous, sans avoir peur de nous dire que nous avions hâte de nous revoir, les choses que nous ferions etc. Mais après ce 3e, je sens que les choses s’essoufflent un peu, serait-ce à cause de l’évocation malvenue de son ex? Le contre-coup de deux premiers rendez-vous vraiment sans faute? Ou justement une peur de l’émotion? Ou il s’est rendu compte que je n’étais pas la candidate idéale?

    Je lui ai renvoyé deux sms anodins dans la journée, des private jokes ou évocations que nous avons eu en commun, auxquel il m’a toujours répondu dans la minute, mais sans jamais faire en sorte d’en créer une conversation…

    Perdue! Help!

    • Comme vous étiez un peu fatigué, peut-être que ça s’est un peu essoufflé et qu’il a donc mis cette jolie rencontre en second plan. Est-ce que vous vous êtes embrassé ? Est-ce que vous avez déjà eu une soirée cosy : type un film avec des trucs à grignoter ? Si tu laisses passer quelques jours, tu pourrais prendre de ses nouvelles et lui proposer une soirée de ce type, qu’en-dis-tu ?

    • Justement, comme la connexion a été très rapide entre nous, notre 3e soirée un peu « au ralentit » à consisté d’abord par un goûté/apéro au soleil dans un parc parisien, avec une rapide sieste sur l’herbe en se faisant des câlins, et s’embrassant justement.
      Nous sommes ensuite rentrés chez lui pour regarder un film, qu’il était très enthousiaste à l’idée de me faire découvrir puisque je ne l’avais jamais vu. En le regardant nous étions proches l’un de l’autre, sur son lit, j’étais assise en tailleur et il avait sa tête sur une de mes cuisses. Il s’est endormi avant la fin, et nous avons dormi tranquillement. Au réveil il était adorable, comme la dernière fois, me laissant soin de claquer la porte derrière lui en partant afin que je puisse dormir à loisir au long de la matinée. Il m’a embrassé assez passionément avant de partir, je lui ai envoyé un texto pour le notifier de mon départ de l’appart, j’ai reçu une réponse qui se finissait par un « à très vite! » mais depuis, c’est très froid par rapport au niveau d’échange que l’on pouvait avoir au cours de la journée…
      D’ou mon incompréhension, puisque au final notre soirée (bien que n’étant pas sur les chapeaux de roues) s’est bien déroulée, et que ce matin rien ne laissait présager un éssoufflement aussi « net »…

    • Et après? Je veux connaître la fin de l’histoire!

    • J’ai vécu exactement la même chose que toi récemment… ça a mis fin à l’histoire. C’est dur.

  22. J’y ai jamais cru aux hommes qui ont peur de leurs sentiments.

    Je te suis à 1000% pour le no baby no.

    Quand un homme est à fond, il fonce.

    • Il peur être attaché mais fréiné par des trucs extérieurs. Simplement quand c’est pas possible de l’intérieur ou de l’extérieur et qu’il prend la décision de ne pas construire (même si elle n’est pas verbalisé), c’est foutu.

    • « Attaché mais freiné », ça peut être exactement ça. Je croyais moi aussi auparavant (en grande romantique) qu’un homme fonce quand il aime, mais oui, il peut être entravé.
      Le mien ne fonce pas, mais m’exprime régulièrement son attachement. Peu dispo à cause de soucis pro, entravé donc. Mais a toujours refusé fermement que j’insinue qu’il voulait rompre. S’est toujours bougé (au moins un peu :p) dès que je le trouvais trop distant. Mais ne fonce pas.
      Le test, c’est donc bien, comme tu dis, de voir s’il tient à voir se continuer la relation ou non. Très chouette conclusion de ton article.

  23. Avant même d’avoir lu, j’aurais dit « Mais si, il a peur de ses sentiments ! »
    Mais je comprends bien ton développement, c’est très clair.

    Pour celui qui m’a quittée récemment, je penche nettement pour « Peur des sentiments futurs ».
    Même si à la question « Mais c’est quoi, tes peurs ? », j’ai eu droit à un bougonnement : »Non, c’est pas des peurs… »
    C’est ça, oué.
    Et en effet, sa décision était très consciente.

    Tu sembles donc penser que rien ne peut y faire. J’étais depuis quelques jours dans une optique de reséduction sur le moyen terme.

    Illusion, utopie ?
    Je dois le laisser faire la connerie du siècle ?

    • Est-ce qu’il formule (ressent) que c’est la connerie du siècle, d’après toi ? Si non, quoi que tu fasses, il la fera. Parce qu’il en a une autre perception… :/

    • Non, il ne la formule pas. D’ailleurs, je lui avais dit ça en partant et je me suis plus ou moins excusée, parce que je trouvais ça nul, et il a dit « pas de souci ».
      Le ressentir, je ne sais pas, il a fermement envie / besoin d’être seul.
      Mais je sais que c’est une envie par réaction / peur. Enfin je pense.

      Alors je ne sais pas…
      Oui, là, il est en mode seul.

      Je vis ma vie, mais j’avoue que je m’accroche à un espoir. J’essaye de trouver un équilibre.

    • Un espoir pour quels objectifs ? Est-ce qu’ils peuvent être atteint ?

    • Espoir qu’il parvienne à vaincre ses peurs (pour lui, d’abord, parce que ça me fait ch… pour lui car c’est un mec génial), et que la relation reprenne.

      Je sais, je m’accroche à des souvenirs, mais ce que j’ai vécu avec lui était tout ce que j’attendais.

      Est-ce qu’ils peuvent être atteints ? Bien sûr. Je suis la preuve vivante qu’on peut revenir de loin, faire des pas de géant, vaincre ses peurs.

      Je sais, cela dépend de lui, pas de moi.
      Je lutte actuellement contre ma tendance Saint-Bernard, et je pense que j’essaierai d’être présente pour lui, juste ce qu’il faut, s’il me le demande.

      Je pense qu’il a besoin de moi, on verra s’il le formule un tant soit peu.

      Hier je lui ai mis un vent monumental, je lui ai dit que je n’étais pas dispo pour un concert qu’on avait évoqué ensemble, parce que je n’étais pas bien, mais je ne voulais pas lui dire, ça.

      À l’inverse, j’ai chargé la barque de la fille détachée. Pas sûre que je m’y retrouve.

      Je vais essayer de doser. C’est usant, toutes ces émotions contradictoires.

    • Disons qu’il y a, à mon sens, une différence entre une personne qui te formule une peur (peur de faire confiance, peur de ne pas s’y retrouver dans un investissement « couple ») formulé à l’autre, pour l’inviter à être vigilant. Et, si elle existe, la peur non-formulée, où rien n’est demandé. Dans ce cas, tu ne peux pas aider quelqu’un contre son gré… Parce que même s’il en a besoin, il ne veut pas être aidé ou pas par toi. :/

  24. Encore un mythe qui s’effondre… ce sont les hommes qui croient au prince charmant et les femmes à la peur des sentiments !
    Zut, où va le monde ?? :)

    • Mal, il va mal… :(

  25. Même chose que Vassilia, les commentaires masculins m’intéressent ! (comme toujours, remarque!)
    J’ai l’impression aussi, comme tu le dis, que les hommes attendent la princesse charmante, le coup de foudre, la certitude immédiate, et qu’ils ne s’investissent pas pour apprendre à aimer…
    C’est drôle parce que par le passé, j’ai beaucoup souffert de ce genre de situations, et là j’ai l’impression que dans ma relation actuelle, c’est pour tous les deux que ça retombe un peu, bien que je n’ai pas sondé ses ressentis.
    Je n’ai qu’une envie pour relancer la machine, c’est de passer du temps ensemble, mais vraiment du temps. Ce sera peut-être possible fin-juin début juillet, mais pas avant !

    • Pas tous, hein :) Mais beaucoup, oui. Il est vrai que le meilleur moyen, c’est de se rencontrer encore et encore. Parfois, pourtant, on peut se laisser un peu traîner par la sécurité…

  26. Moi je pense que la peur des sentiments n’existe pas. La peur de souffrir oui, de se faire avoir encore une fois. Si l’autre prend de la distance, c’est qu’une fois la magie des premiers instants passés il ne reste presque rien. Pas de papillons dans le ventre, pas d’émotion particulière à voir l’autre. Du coup la réalité reprend ses droit : c’est pas le bon, la bonne, alors soit la relation s’étiole très lentement parce que celui qui veut plus multiplie les attentions, les rencontres, soit elle se termine parce que celui qui veut moins dis stop.

  27. Merci pour cet article ! Je pense que ce tu écris est très pertinent… J’aimerais beaucoup lire des commentaires masculins du coup !!!

    • Oui je pense que plus particulièrement pour les hommes il est possible d’avoir peur de ses sentiments, de les fuire, les taire, les occulter. Souvent suite à une relation douloureuse voire destructrice qui reste gravée dans la « memory card » Ne voulant pas réitérer l’histoire l’homme nie fuit pour se protéger du mal qu’il a trop bien connu, la peur de pas être à la hauteur, de pas mériter, de souffrir surtout et de se perdre. Bien sur consciemment l’homme sait que chaque relation est différente et n’a pas les mêmes conséquences mais inconsciemment il saborde toute relation potentiellement viable et peut accepter éventuellement les plus futiles car moins engageantes. L’image de l’homme fort, courageux, stable ne fonctionne pas vraiment des qu’il s’agit de sentiments qi important si bouleversant.

    • Je l’ai posté sur ADS, on verra si certains viennent commenter..

    • Bonjour Anashka,
      je ne connais pas très bien ADS et n’ai pas trouvé l’article sur leur site (j’ai regardé les derniers articles ainsi que les sujets du forum), serait-il possible d’avoir le lien afin que l’on puisse suivre les commentaires qui pourraient être postés là-bas ?
      Merci ! :)

    • Pardon, je voulais dire que j’ai posté un lien sur leur forum… Mais pas l’article en lui-même. :)

    • Merci !
      On attend ces messieurs alors ;)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top articles

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Pour les Femmes qui ont une Grosse Paire de C…

Si cela ne vous fait pas peur… Je peux vous montrer comment rendre un homme littéralement accro à vous…… Parce qu’il existe un « secret »...

Ceci le fera rester fou amoureux de vous jusqu’à ses 80 ans ! (et plus !)

Comment savoir si l’homme que vous aimez vous aime vraiment ?Est-ce quand il commence à vous dire « je t’aime » ?Ou quand il commence à vouloir vous...

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...