Gérer les conflits amoureux : la métaphore de l’éponge

-

gérer conflits amoureux métaphore éponge
Que faire quand l’autre nous blesse ? Comment gérer les sentiments à chaud ? Comment parler de ce qui nous a fait du mal ? Comment poser ses limites sans se soumettre à nos sentiments pour l’autre, mais sans être vindicative ? Comment trouver la bonne formulation pour que ce soit entendu ?

Bref, voici un Process (testé et approuvé) pour gérer dans ces moments-là. On l’appellera, la métaphore de l’éponge.

Dans cet article, enjoy !

 

Il a dépassé les bornes

(Ceci est un story-telling, Mesdames. Parce que c’est marrant à écrire. Nulle inquiétude, ça ne va bien se passer.)

Imagine un mec. Pas n’importe lequel. Celui dont tu es amoureuse. Celui qui te donne les papillons dans le ventre et les mains moites. Celui où tu as toujours un peu peur que ça s’arrête, parce que c’est trop bon quand même. Bref, TON petit poussin d’amour.

Imagine que ce mec, il a fait un truc pas cool. Mais pas cool du tout : un mensonge qui ne passe pas, une indifférence à un moment où tu avais besoin de lui, une moquerie méchante en public… Bref, le genre de trucs qui non seulement te blessent, mais font reculer ta confiance d’une centaine de pas en arrière.

À tel point, que tu es rentrée les mâchoires pétées de colère et/ou le mascara au bas des joues. (Bon, si, contrairement à moi, tu es costaud de caractère, tu gères déjà autrement). Tu veux le quitter, effacer son numéro, ou l’insulter. Pourtant, tu sais que ça fissurerait la relation. Alors, tu t’énerves contre toi de ne pas être assez forte, etc.

Bref, t’es paumée. C’est à ce moment-là que la technique de l’éponge est salvatrice.

(Le story-telling fait, nous pouvons entrer dans le vif du sujet. Ta da dam !)

 

Métaphore de l’éponge

(Note : le nom n’est pas de moi, mais de mon coloc. Mais Prem’s sur le copyright. Gniak. Gniak. Gniak.)

Lors d’une colère passée, d’une amie dépassée, Maitre coloc lui tient à peu près ce langage :

Lui : Là, tu es sur le coup de la colère. Tu es rempli de tout ça. Tu ne peux pas prendre de décision.

L’amie
: Oui, mais tant que je n’ai pas pris de décisions, tant que je ne sais pas comment réagir et ma colère monte. Il m’a blessée.

Lui : Le cœur, c’est comme une éponge. Si tu la gorges d’eau pure, l’eau qui en sortira sera pure. Si tu l’as gorgé d’eau boueuse, l’eau qui en sortira sera boueuse.

L’amie : Gné ?

Lui : S’il t’a blessé, c’est que tu l’aimes et que tu es déçu. Tu ne t’attendais pas à ça, par rapport à tout un comportement qui te rend heureuse, d’habitude. Nourris-toi des raisons de ton amour, pour en parler avec toi. En pensant positif et ce qui en ressortira sera positif. »

Bref, transformons-nous en Bobinette l’éponge !

 

La redescente

Reste qu’il faut calmer la colère. Prenez ce que vous avez sous la main : PC, papier, meilleure amie. Et exposer les choses telles que vous les avez vécus. Sans pincettes.

Dans votre discours vous trouverez sûrement :

 

  • les coups bas : « Je ne te l’avais pas dit, mais ce truc que tu m’as cuisiné : dégueulasse ».

 

 

  • Les trucs qu’on ne pense pas vraiment : « J’ai toujours su que tu étais un sale égoïste. »

 

 

  • Les sentences dramaqueen : « Je vais te quitter, tu as tué mon amour. »

 

 

  • Les chantages : « Si ça ne change pas, compte plus sur ma fidélité »

 

 

  • La culpabilisation : « Je souffre tellement, tu vois le mal que tu m’as fait ! »

 

 

  • L’argument jalousie : « Mon ex n’aura jamais fait ça »

 

 

  • Le pathétisme : « Et mon cœur, souffre de douleur »
    (Et, sur le coup, on est content de la rime)

 

Autrement dit, on y retrouve tout ce qui envenime un conflit, crée des non-dits, des malentendus qui feront boule de neige pour installer une tension durable dans cette histoire et donneront des arguments à la rupture. (Qu’on veut éviter en fait.)

En bref, on vide son venin (ou son eau boueuse).

 

Réflexion

Entre les lignes apparaît le réel objectif : être avec lui sans souffrir.
Ainsi que des pistes de ce qui nous a réellement posé problème. Il n’y a plus qu’à dérouler le fil.

Prenons un exemple : notre amoureux nous a fait une remarque blessante (sous couvert d’humour) sur notre sexualité à un repas avec des amis.

 

  • La situation problématique : Ladite remarque

 

 

  • Le ressenti : On s’est senti humilié.

 

 

  • La rationalisation du ressenti : Le domaine sexuel appartient au domaine du privé et de l’intime pour nous. On n’a pas forcément envie de la partager avec des amis dont on se sent plus ou moins proche. D’autant plus quand l’on fait une remarque peu plaisante. *Diplomatie Inside

 

 

  • La perception possible de l’autre : Il est possible que la remarque soit sincère et qu’il ne soit parvenu / n’est pas pensé nous en faire part en privée (maladresse). Et, c’est ressorti sous couvert d’humour, parce qu’il y a ce désir d’amuser la galerie. Bref, ce peut être une grosse maladresse.

 

 

  • La solution : On peut proposer de communiquer autrement autour de notre sexualité, notamment sur cette question-là.

 

 

  • La formulation finale : « Mon amour/chéri/doudou , je sais que tu voulais faire une blague. Mais cette remarque m’a blessée. Parce que la sexualité fait partie de l’intime pour moi et je n’ai pas envie de la partager avec tes amis. D’autant plus si c’est pour en souligner les difficultés. Est-ce que tu serais d’accord pour ne plus parler ma sexualité avec tes potes (au moins devant moi) et pour qu’on en discute plutôt tous les deux ? »

 

 

Bienveillance

Enfin, il ne restera plus qu’à en parler. À nous de faire preuve de bienveillance pour faire passer le message. Il est facile de se cabrer quand on a fait une connerie et de réagir par la défensive. On veut éviter ça.

  • Le bon timing : On lui annonce qu’on aimerait lui parler d’un truc qui nous a blessées et on lui demande quand il sera disponible pour ça.
  • L’eau claire : Surtout si la bourde était involontaire, on se gorge de l’amour qu’on a pour lui et on met le problème de côté le temps d’arriver à ladite formulation.
  • La présentation : On lui donne notre formulation finale et nos idées de solutions, d’une voix calme et posée.

Normalement, l’information devrait passer, sans conflits, sans non-dits. Si elle ne passe pas, c’est peut-être que le garçon n’a pas tellement envie de faire d’effort, qu’il y a peut-être une asymétrie dans la relation.

 


Et vous, comment vous y prenez-vous pour sortir des conflits ?

Anashka,
Les coups de tracto-pelle, c’po efficace
Twitter, Facebook.

30 Commentaires

  1. La premiere remarque qui me vient est que ce ne sont pas des problemes specifiques de couples. De la meme façon, nous devons éviter de blesser nos collegues de travail ou les membres de notre famille. Les paroles blessantes laissent toujours des traces sur le long terme. La personne qui est blessée peut souvent « comprendre ». Mais « pardonner » est autrement difficile.

    D’un point de vue technique, j’ai pris l’habitude de formuler les difficultés en évitant toute forme de jugement, ni positif, ni négatif, et en restant strictement factuel. Bien sur, je peux exposer mon ressenti, qui est légitime et factuel. Exactement comme dans ton exemple, ne pas dire: » on ne doit pas parler de ça devant ses amis » qui est normatif. Mais plutôt dire:  » je me sens mal a l’aise quand tu en parles avec tes amis » qui est un élément factuel incontestable.

  2. Quand on a fait du mal, on le sait. Il faut que ce soit clair pour tout le monde (témoins, phrases explicites, action précise). Il faut s’excuser rapidement. C’est tout. Et celui ou celle qui ne le fait pas n’a aucun sens de l’empathie et pense qu’on peut l’excuser pour tout. Passer l’éponge. Comme des boniches. Il ne faut pas laisser croire cela. Et l’entourage doit aussi aider le faire comprendre. Bien souvent les gens ont peur de ce qu’il ressentent et gardent tout pour eux pour rester dans le groupe avec le soit disant « Leader » qui se permet de détruire l’autre.

  3. Salut Anashka,

    L’éponge, ça me parait une très bonne technique si le mec te motive à prendre sur toi et te séduis car effectivement c’est du bon sens que d’éviter de gérer les conflits sur le mode de la colère. Quid, que faire quand l’homme lui, ne refreine pas?

    • Est-ce que tu peux le formuler avec lui dans un moment calme : « On a des conflits et c’est normal, pourtant, j’aime pas la manire dont nos désacords s’exprime. Tu sais que le compromis ou la remise en question ne me pose pas problème, mais s la forme est agressive, je risque de prendre aussi la mouche et nous n’entendrons pas ce que nous avons réellement à nous dire …  » Ou un truc dans le genre ?

  4. Sous l’effet de la colère, je n’arrive pas à m’exprimer : je bafouille, je mélange tout, je m’énerve encore plus, je pleure parce que je me frustre et mon discours ne ressemble plus à rien donc je prends généralement le temps de décolérer avant d’exprimer mon ressenti. Mais il m’arrive de ressentir une espèce de honte, de gêne quand je dois justifier ma colère, comme si mes raisons étaient ridicules. Je ne sais pas d’où ça peut provenir, c’est vraiment étrange. De là, je reviens rarement sur les raisons d’une colère.

    • Oui, mais ça reste. Ca vient pourrir un peu de la confiance que tu as en toi et lui.
      Le truc c’est :
      – soit que tu ne trouves pas les raisons de ta colère légitime (mais si quelque chose te blesse, ce n’est pas OBLIGE d’être rationnel, ça te blesse, tu en fais part)
      – soit que tu as du mal à les exprimer (à démeler les fils. L’écriture peut être un moyen)
      – soit que tu as le sentiment d’une disproportion entre le ressentie et les raisons (peu importe, le ressenti sur le vif est ce qu’il est. L’important c’est ce qu’on en fait).

      Une histoire d’amour, c’est d’abord pour être bien. Ce serait dommage d’éviter d’améliorer ce qui peut l’être. :)

  5. OMG! Je me rends compte qu’à chaque dispute j’utilise tous les éléments évoqués dans  » la redescente »! Insultes, ultimatum, cœur brisé, rupture, menaces de lui faire sa réputation …violence physique qui se retourne contre moi car il me se laisse pas faire le bougre! Ça finit en pleure et le cœur noyé dans les regrets et la culpabilité bien qu’à la base ce soit lui le fautif! Déjà essayé de m énerver sur mon portable en écrivant tout ce qui me passe par la tête mais ça se termine en « envoyer à…Doudou ». Amour et confident en même temps, je n ai que lui. Et pas envie d emmerder mes copines avec ces histoires de cœur dont j ai honte. Dur de canaliser sa colère. Je crois que je l aime trop, une petite déception et c est le monde qui s écroule.

    • Tu as raison de demander le respect. Il ne doit pas se croire tout permis. Ce ne sont pas de petites déceptions, ce sont des actes méchants que tu ne veux pas absorber comme une éponge et tu as raison.

    • Salut Claudia,

      Est-ce qu’il te serait possible de démarrer une sorte de journal intime ? Au moins, tu serais ta première confidente et tu pourrais prendre un peu de recul sur ce que tu envoies à ton homme. Ainsi, le dialogue s’ouvrirait sur des mails plus apaisé.

      Note : pense à liker la page FB en fin d’article « me suivre sur FB », je veux mettre en place un blog communautaire sur lequel on pourrait toute poster les lettre qu’on n’enverra jamais. Un espèce de défouloir où l’on peut avoir le retour de d’autres personnes. :)

    • J’aurais bien aimé tester ton défouloir c’est une idée démentielle mais j’ai quitté Facebook… L’idée du journal intime est une excellente idée aussi, merci! Je cours m’en acheter un bien cadenacé, et un pushing ball aussi!!!! Ça me permettra d’être plus rationnelle autours des disputes, de prendre du recul et de ne pas regretter les conneries (ou objets de valeurs) que je peux balancer bêtement.

    • Oui, n’hésites pas. Je trouve que c’est un bon outil. Si je mets en place ce projet, je communiquerai ici (et sur twitter), donc passe de temps en temps :)

  6. Coucou! Cet article est trop bien!
    Je me suis sentie un peu blessée par une remarque que mon doudou a faite et j’ai fait l’exercice. C’est vraiment bien, je me sens beaucoup plus sereine. C’est un peu comme avoir une discussion avec une amie ou une maman rationnelle et sage sauf qu’on le fait soi-même. Mille mercis Anashka ^_^

    • Est-ce que tu as pu en reparler avec ton Doudou ?

  7. Super article, la CNV version couple :) Je viens d’acheter un livre à ce sujet que je n’ai pas encore commencé mais qui a l’air pile là dedans.

    « Etre vraiment soi, aimer pleinement l’autre ! : La Communication NonViolente en couple et entre amis » (de Marshall Rosenberg)

    • Communication non violente ? Est-ce que le livre est bon ? J’aimerais bien ouvrir un peu mes lectures en ce moment.

  8. J’ai un côté enfantin dans les conflits, même très enfantin : il faut que je « gagne » ou que je sois « reconnue ». Et si je suis en tort, il faut que l’autre admette qu’il l’était aussi, rien qu’un peu. Mon côté capricieux.

    J’ai beaucoup travaillé et je travaille toujours là-dessus, parce que ça mène à des attentes malsaines et ça pousse vers le bas. C’est une affaire d’égo au fond car même si je n’admets pas mes torts, ça ne m’empêche pas de me remettre en question au moindre détail, mais ça… je suis la seule à le savoir. C’est une peur de se livrer, de montrer mes faiblesses, mes défauts.

    J’ai peu (voire jamais) de conflits avec mes amis mais le cas échéant, je parviens tout à fait à me livrer. Par contre, relatif à ma famille et à mon amoureux, c’est autre chose. Avec Monsieur, j’ai fait des vrais efforts dés le départ. Parce que je lui fais confiance et que j’ai envie de lui donner le meilleur de moi-même. Ca a été très bien, très longtemps niveau communication. Par contre, en période d’examen (ces dernières semaines) tout est devenu prétexte à « communiquer » sur tous les détails qui m’agaçaient/me blessaient au point qu’il ne comprenait plus vraiment où je voulais en venir. On en a conclu qu’on se voyait trop peu – ma foi c’est comme ça – que je suis anxieuse et surtout qu’on a vécu l’effet « gangrène ». C’est parti d’un détail et on en profite pour se balancer de plus en plus de trucs à la figure – alors que c’est vraiment pas notre genre – et on tente de les régler mais comme c’est infondé ou peu important, les justifications de parts et d’autres deviennent stériles. Un soir, il est parti bosser, j’avais les larmes aux yeux, il a compris que j’étais juste à bout. J’ai compris que j’étais à bout.

    Comment on en est sorti? Une belle nuit d’amour! ^^ Le lendemain, je suis allée chercher le petit déj (normalement, il le fait automatiquement), j’avais envie de lui témoigner autre chose que mon aigreur et de lui faire un signe de mea culpa. Plus tard, je lui ai dit que tout ces « bébés-conflits » allaient mener à des vraies blessures. Je lui ai proposé qu’on tire un trait dessus, excepté si une chose avait vraiment besoin d’être explicitée avant et qu’on reparte sur les bases de l’amour.

    Pour moi, ça a été difficile de le faire. Et même maintenant, j’ai la sensation d’avoir donné qqch de moi et au vu de mes relations précédentes, j’ai toujours peur de tomber dans la surgentillesse, de passer des choses que je ne devrais pas. Par contre, je l’aime assez pour prendre sur moi et ne pas lui faire porter le chapeau pour les autres. Mais c’est un véritable effort.

    Oups! Pavé. Désolée!

    • Depuis quand on a plus le droit aux pavés ici ?

      Sinon, ces minis-conflits semblaient témoigner aussi de ta confiance en lui : aigri, fatiguée par les examens, il fallait un endroit où décharger la tension. Tu lui fais visiblement suffisamment confiance pour te permettre ça avec lui. Finalement, vous avez trouvé les mots. Je ne pense pas que ta démarche tienne de la sur-gentillesse. La sur-gentillesse serait de ne rien formuler, de tout garder pour soi et de sourire coute que coute. En revanche, elle tient bien de la confiance. :)

    • Oui pour la confiance, elle est grande, j’ai de la chance. En fait, elle est moindre dans un sens mais pour moi, elle est déjà trèèèès grande.

      Non, ma démarche ne tient pas à de la surgentillesse mais comme j’en ai usé (subie) j’ai toujours peur de retomber dans ces travers. Là, je n’ai pas eu le sentiment qu’on prenne une partie de ma dignité. J’étais plutôt fière de faire ce pas vers lui et je trouve que c’était le plus juste vis-à-vis de lui.

    • Je trouve aussi. C’est jamais facile de savoir si l’on est dans la sur-gentillesse ou simplement dans la bienveillance. Souvent, c’est après coup qu’on comprend. Simplement en se demandant si l’on regrette ou non ce que l’on a fait. On regrette rarement la transparence et l’honnèteté, plus qu’avoir pris sur soi…

  9. Un coup de batte. Nan je déconne …

    Je « m’en balle » (expression du 21eme siècle mélange de je m’en bat les couilles et je m’en bat les reins). Je laisse la tornade se calmer, et puis j’explique mon point de vue, j’essaye de faire en sorte qu’ELLE se mette à ma place. Je me met à sa place aussi, pour sentir de doux parfum de l’amertume qu’elle ressent.

    Si ça passe, je fais un effort pour ne plus la mettre dans cet état, et dans si ce genre de truc dans un contexte différent venait à se reproduire, je lui demande de ne pas être vindicative et d’essayer de se transporter dans ma situation, sachant que j’ai peut-être tort, ou pas, mais que dans tous les cas, si on est avec la personne c’est qu’on l’apprécie et que les erreurs sont faites pour apprendre.

    Après si ça marche pas .. Coup de batte.

    • C’est efficace le coup de batte !

  10. Avant je ne disais rien, j’encaissais je laissais courir, j’oubliais…
    Maintenant même si je ne dis rien sur le coup, je n’attends pas forcement longtemps pour en parler. le plus souvent je detourne par l’humour, et si ca m’a beaucoup bléssé, j’enonce calmement ce qui ne va pas, tellement calmement que l’on peut croire que ca ne m’a presque rien fait..Mais l’avantage, c’est que ca ouvre la discussion Même si le ton monte de l’autre coté je reste calme ce qui destabilise forcement l’autre..il m’en faut vraiment beaucoup pour que le ton monte de mon coté et la si ca arrive, ce n’est as bon du tout!

    • C’est vrai que l’humour fait passer beaucoup de choses. Mais, je me pose la question de sa pertinence quand quelque chose nous chagrine AVANT d’en avoir parlé. N’est-ce pas une manière de trop banaliser ?

    • Ca peut etre banalisé si je le prends sur le ton de la plaisanterie.Mais en général l’humour que je pratique permet de faire savoir a l’autre que son comportement m’a « piqué tres fort, apres je peux engager la discussion plus sereinement et expliquer le pourquoi du comment..le tout sans cris et sans heurts.

    • Il le sait ? Il sait que l’humour, chez toi, c’est une manière d’exprimer une petite blessure ? Parce que c’est pas toujours évident à deviner.
      Je passais pas mal par l’humour, j’ai arrêté maintenant, tant qu’on a pas fait le tour de la discussion « sérieusement ».

    • je ne sais pas s’il le sait mais j’ose me dire que c’est implicite quand on me connait un tout petit peu. Apres je sais que le ton que j’emploie et le regard que je fais a ce momment la fait que s’il ne l’avait pas capté avant….. ben il le sait (dixit mes proches)

    • Je reste très méfiante sur l’implicite. Il peut le « savoir », mais d’en parler ensemble peut aussi te et lui permettre de :
      – voir si ce mode de communication vous va
      – de confirmer ce qu’il pense deviner sur toi
      – voir s’il n’a pas d’autres idées, envies pour échanger sur les trucs qui te piquent…

      Bref, à mon sens, rien ne vaut l’explicitation.

  11. Reine des non-dits, huître fermée à double tour, je suis quelqu’un qui accumule beaucoup et longtemps…. Pour garder une image de femme qui garde son
    Sang froid, son calme? Etquiexteriose ça après, bien après, or contexte et d’une façon violente, agressive, insinuseuse. Et ça çree des tensions, des incompréhensions, l’autre ne nous reconnaît plus, on est devenue désagréable, froide, cassante… Accumuler les rancœurs il n’y a clairement rien de pire pour détruire un couple. C’est ce qu’il m’est arrivé et bien que je l’ai vu arrivé, j’ai préferé ignorer et ma foi… A l’avenir je me forcerai a relire ton article Anashka car il est très juste!! Ma relation avec mon ex allait au mieux quand je m’ouvrais et que je communiquais, gentillement, après m’être. calmée. La colère ne nous fait juste faire des grosses bêtises!! Encore plus quand on a un penchant drama queen hypersensible!
    Donc communiquer un Max, mais après avoir avoir pris du recul!! article très pertinent en tout cas :)

    • Je suis exactement comme toi!

    • Merci beaucoup.

      J’ai longtemps fonctionnait comme toi, prendre sur moi et exploser. C’est aussi du à la peur de ne pas être entendu si on parle avec douceur. Maintenant, je préfère prendre le parti de la confiance en la bienveillance de l’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top articles

Ceci le fera rester fou amoureux de vous jusqu’à ses 80 ans ! (et plus !)

Comment savoir si l’homme que vous aimez vous aime vraiment ?Est-ce quand il commence à vous dire « je t’aime » ?Ou quand il commence à vouloir vous...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Pour les Femmes qui ont une Grosse Paire de C…

Si cela ne vous fait pas peur… Je peux vous montrer comment rendre un homme littéralement accro à vous…… Parce qu’il existe un « secret »...