COUPLE : Comment cesser d’être jalouse ?

-

cesser d'être jalouse
Certaines le savent, je vis actuellement une idylle, avec un homme fort populaire auprès des femmes. J’ai toujours cru pouvoir laisser la jalousie à d’autres. Moi, vociférer pour les minauderies d’une pseudo-rivale ? Impossible.

Puis, vient la réalité. Elle monte sur scène (où il fait son noble travail de chansonnier) et elle lui lèche l’oreille. Il a fallu quatre mecs pétris de muscles pour me retenir de lui arracher les yeux à la petite cuillère et lui faire manger avec de l’huile de foie de morue.

J’en conclus : la jalousie n’arrive pas qu’aux autres. Et, la gérer, ça s’apprend.

Un article sur comment cesser d’être jalouse en couple, pour vous Mesdames !
Enjoy

 

Qu’est-ce qu’exprime la jalousie ?

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, la jalousie n’est pas une preuve d’amour (merci Captain Obvious). Plus que les sentiments que nous portons à l’autre, elle exprime la peur de le perdre (dans un décolleté trop prononcé).

Bien sûr, nous avons d’autres balises pour exprimer cette peur : séduire l’autre encore et encore. Mais, ces autres balises demandent un bon sens, une raison qui se retrouve complètement balayée quand un rossignol colle sa langue à l’oreille de l’aimé.

Il demeure que la jalousie est le fléau du couple .
Elle est souvent lieu de discorde. Elle cristallise nos angoisses d’abandon. Et ce, d’autant plus pour les personnalités dites anxieuses.

 

« Mais, prends confiance en toi ! »

C’est la recette miracle prônée sur le web (et par les magazines féminins).

C’est bien gentil, mais accéder au fragile équilibre de l’estime de soi prend du temps. Il ne suffit pas d’un relooking, de mascara et de cours de yoga (bien que ces derniers peuvent aider, à ce qu’on m’en dit).

Bref, avoir une bonne estime de soi pour cesser toute jalousie, c’est un EXCELLENT conseil, mais en attendant j’ai toujours envie de lui arracher les yeux à la jolie pervenche perchée sur ces Louboutins.

 

« Mais, ai confiance en lui !»

La jalousie est certes un manque de confiance en soi, mais aussi un manque de confiance en l’amour que l’autre nous porte. Elle surligne d’un stabilo jaune fluo les questions habituelles des couples naissants (ou non) :

  • Et s’il cessait de m’aimer ?
  • Et s’il rencontrait mieux ?
  • Et s’il se rendait compte que je ne suis peut-être pas celle qu’il attend ?

Alors, si la jalousie exprime des doutes sur une relation qui se construit à deux, d’ici de gagner une estime de soi solide comme la roche, nous pouvons en faire lieu de dialogue avec l’autre.

Au temps T

Bien sûr, au temps T, la seule chose à faire c’est : prendre sur soi.

Dialoguer sur le vif est le meilleur moyen de mal s’exprimer, de tout mélanger et d’empêcher l’autre de poser avec nous des balises qui pourraient nous rassurer.

J’ai fait un article récemment sur « comment gérer les conflits », vous y trouverez la « métaphore de l’éponge » qui a fait ses preuves.

 

Être au clair sur LES questions d’exclusivité

Avant de s’entre-aider sur la jalousie même, sommes-nous bien d’accord sur nos attentes réciproques quant à l’exclusivité ?

Avons-nous EXPLICITEMENT posé les balises de ce que nous tolérons ou non en couple ? Avons-nous parler de notre réaction s’il advenait un coup « téquila-paf » (entendre un plan cul d’un soir ivre mort) ?

Si la plupart des personnes ont un fonctionnement monogame, tout le monde ne pose pas les mêmes limites à l’infidélité. Par exemple : embrasser, est-ce tromper ?

Vient un temps, dans chaque relation, où nous devons CONTRACTUALISé (même à l’oral) sur ce que nous appelons fidélité.

Une fois cette base posée, nous pouvons poser les balises qui l’accompagnent. Celles qui nous éviteront de ressentir cette sal*perie de jalousie.

 

Réfléchir ensemble aux relations possibles avec l’autre sexe

Au-delà de la question de fidélité, interviennent ces petits gestes (ces presque riens) qui peuvent titiller notre jalousie et mettre à mal notre confiance. L’autre n’écorne pas le contrat d’exclusivité. Pourtant, nous n’aimons pas ce qui se joue. Autant poser des mots dessus dès qu’on repère ce malaise.

Ses amies

Qu’acceptons-nous ou pas dans sa relation avec ses amies ?

Des amies filles, c’est normal. Elles étaient là avant nous. Elles créchaient chez lui avant nous. En plus, elles sont sympas.

Pourtant, certains gestes nous titillent.

  • On peut accepter les surnoms, mais pas qu’elles s’assoient sur les genoux.
  • On peut accepter les soirées entre eux, mais pas qu’elles dorment dans le même lit.
  • On peut accepter qu’ils aient leurs secrets, mais pas les appels à trois heures du matin.

Face à ces petits gestes (qui encore une fois ne trahissent pas le contrat), nous pouvons demander :

  • que ça ne se produise pas (comme dormir dans le même lit)
  • que ça ne se produise pas en notre présence (comme s’asseoir sur les genoux)

Plus que l’acte lui-même, c’est d’en être témoin qui nous fait mal. Parfois, ne rien savoir reste la meilleure des solutions.

Ses Exs

La question des Exs est épineuse, d’autant plus quand la relation est fraîche et/ou très importante.

Comme pour les amies, interdire de garder contact me paraît franchement exagéré. De quel droit nous permettons-nous d’exiger de l’autre qu’il cesse de fréquenter telle ou telle personne ?

En revanche, la peur que les sentiments de l’autre pour nous se dissolvent dans cette relation passée peut augmenter notre angoisse et donc jalousie.

Deux choses entre en jeux : ce que nous acceptons de savoir du passé et comment nous pouvons gérer/entendre la relation actuelle.

1. Qu’acceptons-nous d’entendre de l’histoire de l’autre ?

  • Avons-nous envie/besoin de connaître les grandes lignes ?
  • Avons-nous envie/besoin de connaître les petites anecdotes de rien du tout ?
  • Avons-nous envie/besoin de connaître leur sexualité ?
  • Sommes-nous d’accord pour voir des photos ou non ?

Sur ce point, nous pouvons dire à notre partenaire que l’imaginer avec une autre femme, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus glamour pour nous. En revanche, s’il pense avoir quelque chose d’important à nous partager sur ce passé-là, on reste à l’écoute, mais on se passera de détails.

Note : Si nous sommes grattées par notre curiosité masochiste, ça devient NOTRE responsabilité.

2. Qu’acceptons-nous de l’histoire actuelle ?

Certaines personnes restent proches de leurs Exs. Parce que ces personnes ont traversé leur vie, qu’elles sont importantes, qu’elles représentent des piliers ou qu’elles sont devenues des amies. Si notre copain a besoin de maintenir un lien d’une relation que nous ne pouvons pas complètement comprendre, ça lui appartient.

On trouver des balises pour éviter d’inutiles inquiétudes :

  • Serait-il possible de rencontrer ladite Ex si elle est devenue une amie ?
  • Peuvent-ils s’appeler hors de notre présence ?
  • S’ils se voient, peut-il nous envoyer un petit message ?
  • Accepte-t-il de s’organiser comme il l’entend, mais de ne rien nous en dire ?

 

Ses prétendantes

Certaines personnes ont un besoin de séduire, c’est comme ça. Sentir que l’on plaît est rassurant pour l’Ego et peut même avoir une utilité professionnelle (draguer fait partie de mon travail, par exemple).

Mais, on n’est pas obligé de tout accepter.

  • On peut être très à l’aise avec les jeux de regards, mais pas en notre présence.
  • On peut être très à l’aise avec les joutes verbales, mais pas avec le contact physique.
  • On peut être très à l’aise avec les verres offerts, mais pas avec les numéros.
  • On peut être très à l’aise avec les groupies, mais pas quand elles collent leur langue n’importe où.
  • On peut être très à l’aise avec la drague en bar, mais pas avec nos copines.

Non seulement, on peut en faire lieu de discussion à mesure que les situations apparaissent, mais on peut aussi se donner un code discret pour le live.

Par exemple : « si je te serre la main très fort, ça veut dire que je vais la tuer si elle fait un pas de plus, que la police me cherchera partout et donc, je me verrais contrainte d’annuler notre week-end au ski. »
(Toute ressemblance aves des faits réels n’est que pure coïncidence et non, le corps de l’oiselle n’est pas découpé en petit morceau au fond de mon congélateur, promis.)

 

En bref

      1. On pose explicitement le

cadre de l’exclusivité

      .

 

      2. On

ne réagit pas à chaud

      (ni avec une batte de baseball)

 

      3. On

n’interdit pas à notre partenaire de fréquenter

      quelqu’un par jalousie.

 

      4. On

explicite ce qui nous gêne

      . (Si ça nous gène, ça nous gène. Pas besoin que ce soit rationnel)

 

      5. On

trouve une solution

      entre «

je ne veux pas que ça se produise

      » et «

je ne veux pas le voir

      » «

je peux faire avec

      ».

 

      6. On tolère que les

balises soient différentes pour chacun des partenaires

      (notre jalousie ne s’exprime pas forcément de la même manière)

 

      7. On se trouve un

code live

    , au cas où.

PS : Les exemples ne sont que des exemples. Pas forcément ce qui est « bien » ou « mal ». Pas forcément des choses avec lesquelles je suis en accord à titre personnel. Ce que j’en pense, on s’en tape. L’important, c’est que vous vous sentiez bien. :)

 

Et pour vous qu’est-ce qui dépasse les bornes de l’entendement ?

Anashka,
« la langue dans l’oreille »
Me suivre sur Facebook

36 Commentaires

  1. Bonjour,
    je tombe sur cet article à point nommé …
    j’aurais besoin de conseil pour mieux gérer ma relation avec mon homme qui veut rester ami avec son ex femme.
    je sais qu’il est sincère mais mon coeur saigne et fait des bonds de jalousie, comment ne plus ressentir cela ? et en pâtir moi même car bon … la peur n’évite pas le danger, donc autant rester zen face à la situation et au contraire je suis bien consciente que c’set en restant sereine que je mets des choses de mon côté …
    mais cette foutue jalousie impromptue me rappelle à l’ordre donc que faire ? merci

  2. Bonjour :) dans mon cas j’ai aussi de gros problèmes de jalousie.. Je suis très jalouse car mon copain se fait des amis très facilement, n’importe ou il va.. il est toujours entouré de filles, il a beaucoup d’amies filles dont il est proche et j’ai beau me dire que ce ne sont que des amies cela m’énerve… Lorsque je le voit avec sa meilleure amie, rigoler, se taquiner etc cela me fait mal de le voir proche d’autres filles.. mais mon caractere étant ce qu’il est je garde tout et je ne lui en parle pas.. et aussi le fait que l’on ai peu de temps tout les deux ( faute d’emploi du temps ) j’ai l’impression que cela ne le gene pas plus que ca.. et qu’il préfere passer du temps avec ses amies qu’il voit toute la journée, plutot que moi.. je suis jalouse du temps qu’il passent avec elles… je sais aussi qu’il parle toujours avec son ex, ca ne me derange pas qu’ils se parlent toujours mais lorsque je les voit rigoler et s’amuser ca m’énerve c’est plus fort que moi, je pense qu’il ne comprend pas cela.. en tout cas merci pour cet article :)

  3. Par contre je garde en tête ce que tu me dis à savoir que si cette impression qu’il n’est pas sûr persiste, je lui en parlerai les yeux dans les yeux pour savoir le fond des choses!

  4. Je lui ai dit oui que j’aimerais qu’on se voit un peu plus est la réponse avait été « oui mais c’est pas simple avec mon travail », je lui demandait des visuels alors il faisait des efforts un peu mais bon sans plus. Là dernièrement j’ai changé de tactique (mais aussi parce que j’ai horreur de rabâcher) je ne propose plus les visuels je le laisse faire … Si j’ai envie je viens (95 % des fois) si je suis fatigué je viens pas. Et cela semble marcher, il me propose des visuels (bon pas spécialement plus que d’habitude non plus genre 2 x par semaine) mais j’ai l’impression de lui manquer dans sa façon de m’envoyer des messages ou de me réclamer un visuel à la dernière mn comme hier soir … Ya peut être des mecs qui aiment sentir que ça vient d’eux et pas se sentir poussé… ou alors a t’il besoin de ressentir l’absence pour se rendre compte des choses …
    Ces derniers jours je ne dirais plus qu’il est pas sûr (il a dit qu’il tenait à moi n’est ce pas une déclaration un peu « pudique » car il est très réservé); plutôt qu’il prend son temps (je suis sûr que cet homme a connu une ou des douleurs sentimentales) car c’est vraiment un homme bien, gentil, droit et tout. On en a pas parlé mais c’est mon impression de ces derniers jours

    • Il est peut-être très long à s’attacher, mais j’ai pas le sentiment qu’il recule… A toi de voir si ce rythme te convient ou non, mais effectivement, le plus distant est généralement celui qui contrôle la relation…

  5. Déjà qu’il essaie plus de me voir, on se voit 1 fois ou 2 par semaine et les soirs (par rapport à son travail en général) et c’est peu pour moi, déjà dit mais de ce coté il fait pas trop d’efforts encore. Après c’est sur que si il parlait de moi un peu plus ca me rassurerait aussi, sur FCB aussi il me dit de ne rien mettre que c’est la vie privée (pas faux) mais du coup tout ca fait qu’il me donne desfois l’impression (mais c’est peut etre qu’une impression) qu’il n’est pas sur encore ou qu’il veut vraiment prendre son temps, et juste se voir le soir c’est pas toujours facile

    • Est-ce que tu lui en as parlé ? Le noeud du problème est peut-être là, tu as l’impression « qu’il n’est pas sûr ». Peut-être que c’est une impression (et tu serais rassurée) peut-être pas, et tu pourrais savoir pourquoi..? (Est-ce le couple en général ? Vous deux ? Lui et son positionnement dans les relations ?)

  6. Encore un article qui me parle! Jalousie pas trop connue avant mon mec actuel!

    Oui mais voila, mon homme est un très bel homme qui a du charme, qui plait beaucoup car en plus c’est un homme très gentil, serviable, etc… Je devrais être contente pour lui c’est sûr mais non ca me rend jalouse!
    Dès qu’il met une photo de lui sur Facebook (alors il fait quand même attention à ce qu’il met en général, il fait attention à son image cela reste un mec) il y a tout un tas de groupies derrière « ouah trop beau gosse », « appelle moi » etc ou plus dragueur que ca encore; même si cela reste du virtuel ca me stresse! Mais cela a toujours été comme cela avec lui depuis qu’il est sur Facebook dès qu’il met une photo, elles sont toutes en chaleur (excusez moi du mot …)
    Il arrive aussi desfois qu’il soit identifié dans des soirées avec des « amies » et là c’est le pire pour moi, le voir tenir une fille par la taille je me fais tout un tas d’idées qu’il aime bien séduire et faire son beau aussi bien, que les nanas doivent en profiter pour le tripoter de partout, enfin vous voyez …

    Je lui en ai parlé sur une note d’humour une fois par écrit et ensuite de visu, j’y ai mis les formes quand même en disant comment prendrais t’il le fait de me voir avec des mecs en photo sur FCB et bien sur jamais les mêmes, réponse: moi j’ai 100 % confiance en toi. Belle réponse mais à la limite on se demande si il tient à nous ou si c’est bien vrai. Par contre quand j’ai dit que cela me faisait quelque chose de le voir en photo avec ces filles il m’a dit qu’il n’y en aurait plus, qu’il mettrait plus que des photos de lui … Bon point je pense!

    Et même desfois des copines (alors oui je sais qu’il avait des amie avant moi mais bon) qui disent « trop bonne soirée avec E. et après que des noms de filles derriere) là aussi j’ai psychoter car je me suis dit 5 filles et que lui c’est chaud … Mais je travaille sur moi en me disant qu’il a l’air sérieux, n’a vraiment pas l’air coureur, il les voit vraiment comme des amies je pense et lui c’est un vrai gentil il ne pense pas que cela puisse me blesser de toute façon je pense …

    Pas facile cette jalousie à gérer! Je pense aussi que cela s’estompe quand les relations sont plus « officialisés » ce qui n’est pas encore mon cas:

    • Qu’est-ce que tu entends par « plus officialisée » ? Concrètement de quoi tu as peur ? De quoi tu aurais besoin pour calmer cette peur avec lui ?

  7. Bonjour à vous toutes et tous,

    J’ai 27 ans.. et la jalousie est un problème énorme dans ma vie.. Au point que je ne vois d’issues nulle part pour m’en sortir.

    Je sais exactement quel type de jalousie je subis.. Je n’ai aucune confiance en moi, dû à une agression subi à mes 18 ans. Des paroles et des gestes qui m’ont marqués.. (bref.. je crois vous avez compris)

    Depuis ce jour la je ne suis plus la même.

    A l’age de 21 ans j’ai rencontré mon premier petit copain. Nous sommes restés 4 ans ensemble.. Il m’a trahi à plusieurs reprise, s’est foutu de moi et naturellement je suis parti de peur de ne plus me reconnaître si cela continuait.

    Je suis resté célibataire pendant environ 1 ans. Histoire de faire le point sur ce que je voulais vraiment d’une relation.

    J’ai ensuite rencontré mon nouveau copain. Il est plus jeune que moi de 5 ans. Avec lui je repartais sur de nouvelles bases. Fini la jalousie maladives. Je fais confiance et j’ai confiance en moi. Et c’est franchement la classe de pouvoir se laisser aller sans avoir peur …

    Patatra… au bout de 3 mois j’apprends qu’il m’a trompé avec plusieurs filles (pas en même temps hein) Monsieur est un séducteur insatisfait. Je pleurs, il pleur, je pardonne et tout va bien… seulement ma pu*** de jalousie a remontré son visage. Je souffre à nouveau. Je l’aime vraiment et je prends sur moi car il en vaut la peine.

    Il a beaucoup d’amis filles, que je connais et parce conséquent ça me dérange juste un petit peu. Nous travaillons tous les deux dans une disco le week end. Je n’ose pas dire quoi que çe soit au niveau des filles qu’il drague parce que c’et normal il ose plaisir etc etc…. mais si moi qqun me parle (ne serait-ce que pour me demander sa veste) j’ai droit à une crise de jalousie propre en ordre.

    Je suis perdue.. je ne comprends plus trop ou j’en suis. Je n’ai pas le droit d’etre jalouse mais lui oui.

    Il s’inscrit sur des sites de rencontres en se faisant passer pour célibataire et je le découvre mais je n’ai pas le droit de réagir car il trouve cela drôle.

    Qu’est ce que cela cache..

    Pour info il est très très gentil avec moi. Il me dit souvent des mots d’amour.

    et surtout je l’aime plus que tout.

    Je ne sais pas vraiment ce que je cherche.. peut-être ai-je juste envie d’écrire ce que j’ai sur le coeur..

    Merci si vous avez eu le courage de lire jusqu’au bout.

    Bonne journée à vous.
    Kim

    • La jalousie n’est pas nécessairement un problème. Elle peut souligner que des limites sont franchies, qu’on ne se sent pas rassurée dans une relation. J’ai l’impression qu’entre le fait qu’il t’ait trompé et poursuive des jeux de séduction, tu es plutôt inquiète. D’autant plus qu’il y a une inégalité dans le droit à la jalousie. Est-ce que tu penses que tu pourrais poser à plat les comportements factuels (site de rencontre) qui te pèse ? Et lui proposer de repartir sur un pied d’égalité ?

  8. Anashka, il y a une inconnue qui m’aborde par internet excellemment bien là.
    Aurais-tu envoyé une de tes collègues séductrices pour « m’étudier » ? :P

    • Innocente pour le coup. Mais, c’est plutôt cool ^^

    • Oui, elle est carrément douée, en un mail elle à réussi à cumuler presque tout ce qui faut pour me plaire !! (Et il parait que ce n’est vraiment pas facile)

      Je vais finir par croire que le coup de foudre par internet c’est possible !! ^^

      Mais encore une qui habite trop loin… :(

    • Combien de KL ?

    • Remarque, peut-être qu’elle serait prête à faire le déplacement, elle…
      A voir… :D

    • Mmm… genre 350 km environ…
      Je ne suis pas très mobile, mais ça me viendra peut-être ! ^^

  9. Merci pour vos conseils et vos expériences. J’en conclus que dans mon couple nous avons imposé à l’autre nos limites, selon nos préconçus, sans en parler ensemble, sans savoir exactement ce que cela représentait pour l’autre. Je vais me mettre aux pornos avec lui, le rassurer pour mes collègues et chercher à comprendre ce que représente sincèrement cette fille dont il était amoureux au collège.

    Pour répondre aux autres post:j’ai déjà entendu ce discours de la bouche de « femmes mûres »: « je préfère qu’il passe à l’acte avec un plan d’un soir inconnu plutôt qu’il désire une femme en secret sans passer à l’acte ». Personnellement les deux cas ont la même issue : bye bye! Mais je dois être encore un peu jeune pour penser ainsi, j espère qu’avec le temps je serai moins jalouse et plus tolérante…donc plus heureuse. SUH est une très bonne école pour ça! Et de bons conseils! Merci encore!

    • Si tu n’aimes pas les pornos, ne te force pas à « t’y mettre pour lui ». Simplement, tu peux comme pour la collègue, lui demander ce que ça représente pour lui, pourquoi il en a besoin. Pour tes collègues, tu peux lui demandes ce qui l’inquiète et voir comment il pourrait être rassuré.

      « je préfère qu’il passe à l’acte avec un plan d’un soir inconnu plutôt qu’il désire une femme en secret sans passer à l’acte ».

      Tout le monde a un positionnement différent là-dessus. L’important, c’est d’être au clair avec le sien.
      Pour certains, c’est « bye » directe, parce que le contrat implicite du couple nécessite une fidélité absolu.
      Pour d’autres, c’est pas permis, mais peut-être tolérée une ou deux fois dans une relation très longue.
      Pour d’autres, le couple n’est pas forcément un lieu d’exclusivité, sauf dans les débuts de relation.
      Pour d’autres, le libertinage fait parti du couple, mais pas de sentiments.
      Pour d’autres, le poly-amour est constitutif de la relation à l’autre.

      Il est évident que plus tu descends, plus le dialogue et le travail sur la jalousie/notion d’exclusivité est important. On peut avoir envie de le faire ou pas.
      Mais, ce qui est valable pour moi (j’ai dans l’idéal, le couple libre, mais pas sur un début d’histoire) ne l’ai peut-être pas pour toi. Pas une question de maturité, mais d’attentes sur sa relation à l’autre.

      Reste que la jalousie est problématique quand elle en vient à nuire / prenre toute la place sur une relation.

    • Je suis super contente si tu as pu trouver des éléments de réponse. Tu avais l’air vraiment triste et j’étais désolée de ne pas trop savoir que dire. Heureusement que la patronne est là :) Tu as fait une super autocritique, bravo!!! Tu nous donneras des nouvelles j’espère!

  10. La jalousie….voilà un sujet sur lequel on pourrait disserter des heures et des heures !

    J’ai un rapport très paradoxal à la jalousie, que je conçois sous deux angles:

    – il y a la jalousie excessive : qui traduit selon moi un vrai manque de confiance en soi et/ou des élans mégalomanes de possessivité complètement égocentrique (dans ce type de jalousie, il n’y a que MOI qui compte)

    – et il y a la jalousie « saine » : je la considère normale, on sait que la personne n’est pas « acquise », elle pourra toujours partir à un moment T ou s’intéresser à quelqu’un d’autre, alors qu’on espère qu’il/elle n’aura jamais d’yeux que pour nous. Normal, quoi…
    Ce type de jalousie, c’est aussi tout simplement exiger un minimum de respect. J’existe, on est ensemble, c’est pas open bar !

    Donc vous l’aurez compris le jaloux maladif, qui fouille dans vos affaires, fait tout un foin au premier échange avec un « Mâle », flique votre emploi du temps, c’est NON, intolérable, merci et au revoir !

    Par contre, si mon homme n’est pas un minimum jaloux, je prends ça pour un sérieux manque d’intérêt et d’attachement. Qu’il soit un peu piqué si un homme me regarde avec un peu trop de convoitise, ça me plaît bien, qu’il essaie gentiment de savoir si ma dernière soirée entre copines s’est « bien passée », comprenez, sans dragouille de X ou Y, ça me plaît aussi.

    En somme, tout est dans la mesure. Pas assez, c’est qu’il s’en fout. Trop, il a un problème.

    Personnellement, je ne pense pas être foncièrement jalouse, juste cette petite dose saine que j’évoque ci-dessus. Et encore, je m’efforce de ne pas le faire montrer.
    En plus, je suis une petite jalouse complètement « tordue » dans le sens où je place la « tromperie » à des endroits loufoques.

    Prenons 2 cas :
    – Mister se laisse aller à une ONS, parce qu’il a trop bu, parce qu’il a eu X soucis, parce que la fille l’a « chauffé à mort » et qu’il est si faible le pôv’ minou…bref, parce que, parce que…MAIS cette femme ne représente rien pour lui, elle ne lui plaît pas particulièrement, c’était une erreur, limite il regrette (et en plus c’était naze!)
    => je ne le féliciterai pas, c’est clair. Quant à lui pardonner, on verra, rien n’est moins sûr. Mais quelque part, je sais que ça me fera moins mal que le cas ci-dessous.

    – Mister a une femme en tête, elle lui plaît, il est intrigué, il y a ce mélange de respect et de fascination, d’intérêt et de désir. Pourtant, il ne s’est rien passé, et ne se passera certainement rien. Eh bien, croyez-moi que cette configuration serait pour moi bien pire que la première.

    Au fond, je pense qu’il n’y a rien de pire que le « non assouvi », le platonique, ce qui reste en « suspens », ce désir inconnu, cette personne fantasmée.
    Donc, face à une situation de ce type, je préfère que mon homme m’en parle (ça désacralise le truc), et ainsi peut-être que j’aurais même la maturité de le laisser tenter l’expérience. Au moins il « saura » et moi aussi. Le fait que ce soit dit, ça rend aussi l’aventure beaucoup moins transgressive (pas de secret, pas d’interdit) donc potentiellement moins attirante au final.
    Combien de personnes ont quitté leur compagnon pour quelqu’un d’autre, et à la fin, ils se rendent compte que leurs amants, une fois devenus officiels, ne leur conviennent pas ? Beaucoup !

    Donc jalouse ? plutôt un peu ou modérément. Mais tout cela, comme c’est dit dans l’article et les commentaires est aussi (surtout ?) une question de confiance en soi. Je ne me prends pas pour la plus belle, la plus intelligente, la plus sexy. Il y a aura toujours plus « ceci » ou plus « cela » que nous dans la vie. Mais je pars du principe que chaque personne est unique, et j’ai la conviction d’avoir quelque chose de spécial qu’Il ne trouvera chez personne d’autre.
    C’est ma philosophie et je pense que jusqu’à présent, elle m’a fait évité bien des « crises » de jalousie ;)

    • J’existe, on est ensemble, c’est pas open bar !

      Certaines relations se construisent autour du poly-amour ou du libertinage. Les questions de jalousie sont présentes, mais elles se jouent autrement, sur d’autres domaines.

      Par contre, si mon homme n’est pas un minimum jaloux, je prends ça pour un sérieux manque d’intérêt et d’attachement.

      Ce n’est pas forcément le cas, ça dépend pas mal de l personnalité de monsieur et de la relation. Dans mes relations amoureuses, je suis toujours tombé sur des hommes très peu jaloux. Leurs limites dans le domaine étaient vraiment loins. Genre si je roule un patin à quelqu’un d’autre, ils sont jaloux. Mais avant, pour eux, je fais bien ce que je veux.

      Donc, je comprend qu’on l’entende comme un signe de désintérêt, mais ce n’est pas nécessairement le cas. D’où l’importance de parler ensemble de la signification de la jalousie pour chacun.

      Pas assez, c’est qu’il s’en fout. Trop, il a un problème.

      Idem. Ce « pas assez » et « trop » se définit à deux.
      Exemple : je suis très jalouse que du contact tactile quand je ne connais pas la fille en question (pour certain c’est « trop »). Reste que je n’ai rien contre des trios FFH. (pour certain, c’est « pas assez »)

      Pour le reste, RAS. Même si je pense que la confiance dans les sentiments de l’autre est aussi primordiale que la confiance en soi.

    • « Mister a une femme en tête, elle lui plaît, il est intrigué, il y a ce mélange de respect et de fascination, d’intérêt et de désir. Pourtant, il ne s’est rien passé, et ne se passera certainement rien. Eh bien, croyez-moi que cette configuration serait pour moi bien pire que la première.

      Au fond, je pense qu’il n’y a rien de pire que le « non assouvi », le platonique, ce qui reste en « suspens », ce désir inconnu, cette personne fantasmée. »

      Tout à fait d’accord avec la dangerosité de cette situation ! J’ai été à la place de la femme fantasmée, et le monsieur en question a bien senti que c’était en train de foutre sa vie en l’air, bien plus qu’un coup en passant (on a fini par couper les ponts pour ne pas mettre son couple en danger)

  11. Je vais me faire l’avocate du diable…

    1) C’est pas très sain qu’il doive le « faire en cachette ». Ca serait déjà plus simple s’il pouvait t’en parler librement.

    2) C’est un adulte, lequel a le droit a sa part de jardin secret, de pudeur et d’intimité.

    Si vraiment tu ne supportes pas l’idée qu’il regarde des pornos, et qu’il ne peut pas faire autrement, il faut déjà lui demander s’il a envie d’arrêter? Peut-être qu’il ne veut pas. S’il a envie d’arrêter mais qu’il n’y parvient pas, le mieux est peut-être d’aller voir un sexologue qui pourra établir s’il s’agit ou non d’un problème d’addiction.

    Mais dans le cas où il n’a pas envie, est-ce que c’est pas mieux de le laisser vivre ça? D’essayer de comprendre pourquoi toi ça t’embête autant? Je ne te juge pas du tout hein mais peut-être que ce serait intéressant de comprendre en quoi cette affaire de porno te fait aussi mal. J’ai pas vraiment de conseils très utiles, parce que je ne pense pas comme toi sur le sujet, je ne suis pas jalouse ou embêtée que mon mec mate des pornos, ça lui appartient mais je conçois tout à fait que tu ne le vives pas comme ça.

    Visiblement ca en devient douloureux et ça met votre couple en péril. J’espère vraiment que d’autres auront de bons conseils à t’apporter. Courage!

  12. Ton article tombé à pic. La relation avec mon petit ami est en stand by depuis hier soir. Motif déclencheur : il matte des pornos lorsque je travaille (je travaille de nuit), il me disait qu il n en regardait plus. Et pour moi, matter d autres filles même en image c est déjà me tromper, car je sais qu il s imagine avec elle. On dit que de nos jours tous les gars mattent des pornos. Y en a marre! C est une chose que je ne tolèrerais jamais. Vais-je devoir finir none ?! Lui est très jaloux également (quand je parle avec mes collègues homme de choses de la vie courante il boude pendant 3 jours)…je ne supporte pas non plus qu il garde contact avec une fille dont il était amoureux au collège ( amour qui n a jamais aboutit) d autant plus que la fille en question plait énormément aux mecs… Je ne veux pas le perdre, ne me vois pas sans lui, mais notre couple est en dent de scie (3 jours de bonheur, 3 jours de tristesse 70% des cas due à la jalousie, le reste des disputes concerne les tâches ménagères) ) que faire ! Merci d avance !

    • Salut Claudia,

      Vous semblez deux grands jaloux dans votre couple.
      Tes limites seraient : les pornos et cette relation avec cette fille du collège.
      Ses limites : les discussions avec les hommes / collègues du boulot.

      La difficulté, c’est que vous avez posé les limites l’un sur l’autre, sans finalement voir :
      – si elles étaient jouables (comme dit LaPetiteFée, a-t-il envie de cesser le porno ou cette relation et toi les discussions avec les collègues)
      – discuté autour de cette jalousie (qu’est-ce qui te rend jalouse ? Qu’est-ce que tu resses exactement ? Comment il pourrait te sécuriser).

      L’idéal serait de revenir ensemble sur ces points pour trouver des compromis. Quelque chose qui lui convienne et te permette d’être rassuré.
      Parce qu’effectivement, si vous posez des limites qui paraissent trop rigides à l’autre, vous risquez l’implosion.

    • Coucou Claudia, en quoi es-tu dérangée exactement? Il est vrai que beaucoup d’hommes regardent des pornos et… des femmes aussi! Mon homme en regarde, j’en regarde et on en a regardé parfois ensemble. C’est pas notre passe-temps favoris mais ça nous arrive. Après, on a tous nos limites et nos idées sur ce qu’est la tromperie. C’est vrai que de mon côté, le fantasme qu’il peut avoir dix minutes sur un site d’adultes sur une femme au corps de rêve ne me fait pas sentir trompée, ni en danger.

      Si je peux me permettre (tu n’es pas obligée de répondre) est-ce que tu as confiance en toi et es-tu bien dans ta peau? Parfois nous sommes jalouses d’une image parce que la nôtre propre est écornée.

    • Ça ne m’aurait pas dérangé de matter des pornos de temps en temps avec lui mais lui c’est plusieurs fois par semaine et en cachette. Il est incapable de s’en passer, c’est une vraie addiction. Je lui ai demandé d’arrêter, lui ai proposé de faire l’amour quasi quotidiennement mais son naturel revient au galop.
      Je pense avoir confiance en moi, je pense être assez bien foutue, j’ai une bonne situation … Je n’envie pas les filles qu il matte, en fait je ne pense pas être jalouse mais hyperpossessive. Ça me ruine la relation, je psychote et deviens parano. 3 jours d’extase, 3 jours de disputes, 3 jours d’extase …. Plaisir-torture-plaisir-torture. Ce n est pas sain. C’est fatiguant.

    • Est-ce que tu lui as fait part de cet entre-deux que tu pourrais mettre en place avec lui : matter à deux, qu’il ait des espaces pour matter seul, mais qu’il y ait des limites à ces espaces ? Est-ce que vous avez pensé à un psychologue de couple, afin de savoir si ça tient d’une addiction ou d’une autre forme de problématique ?

    • Je vais tenter l’entre deux, si ça ne fonctionne pas nous irons voir un psychologue de couple en dernier recours! Merci!

    • Je reste à ta dispo :)

  13. C’est important je trouve ce que tu soulignes à la fin, sur le fait que ce truc qui nous gêne ça n’a pas besoin d’être rationnel, ça nous saoule et c’est tout. On pourra le dire mais pas l’expliquer. Souvent je veux rationnaliser et au final je finis parfois par minimiser un truc qui me gêne.

    Je me retrouve également dans ce que tu dis Lapetitefée, cette envie (que tu n’avais pas d’ailleurs) de vouloir rivaliser avec un lien fort actuel ou passé. Je la ressens parfois. Le truc c’est peut-on vraiment rivaliser et pourquoi vouloir rivaliser ? Le lien qu’il a avec toi est différent, et pas forcément moins fort.

    Quand je ressens de la jalousie, je pense toujours à cette phrase entendue dans une émission de radio un jour, une dame expliquait : « au fond, la jalousie c’est bête parce que, ce que vit cette personne avec toi est différent et unique, et ce ne sera jamais pareil que ce qu’elle vivra, vis ou a vécu avec une autre personne. » Ce lien que vous entretenez est particulier, parce qu’il est partagé avec toi, et il ne ressemblera jamais à aucun autre lien partagé.

    A chaque fois que je pense à ça, ça m’apaise. Dis toi qu’entre ce que tu vis avec cet homme et une léchouille dans l’oreille, y’a pas photo ! Tes léchouilles sont autrement appréciés.^^

    Moi je suis souvent jalouse quand je me rends compte que quelqu’un que j’aime partage des choses qu’il a partagé avec moi (des choses à nous, qu’on a créé/trouvé ensemble), avec d’autres personnes. Même si je sais que ce que je ressens est de l’ordre de la possession, genre « c’est à nous et à personne d’autre », ça me blesse. Un peu comme quand Mary-Jane dans Spider-man (le 2 ou le 3, je sais plus), se rend compte que Peter a partagé ce baiser à tête renversé avec une autre fille. 0_o Là, là ouai, j’ai envie de sortir la hache !

    • Souvent je veux rationnaliser et au final je finis parfois par minimiser un truc qui me gêne.

      J’aurai pu le souligner plus, je te remercie de l’avoir fait pour moi. La jalousie n’est PAS rationnelle, de fait. Ce sont des peurs qu s’expriment sur ce média. On peut rationnaliser les comportements de chacun, les possibles face à une situation, mais pas le sentiment.

      Parfois, on est jalouse de trucs CONS, mais CONS. Reste qu’on les vit mal et qu’il faut d’abord trouver une solution pour ne pas être mis à mal. Je pense à ce que je disais à @LaPetiteFée : le tactile, qui me gène avec les inconnues. C’est comme ça. Après, il ne peut pas forcément y faire grand chose. Quand l’autre nana monte sur scène pour lui lécher l’oreille alors qu’il joue, tu veux faire quoi ? Simplement, je veux m’accorder le droit de l’exprimer.

      Pour la léchouille : je sais ce que je vaux pour cet homme. La question ne se pose même pas. Je trouve simplement que les groupies se permettent un peu trop de choses, comme de l’atteinte au corps. Elles n’ont pas à s’approprier en public des morceaux de son corps à un moment où il ne peut pas exprimer ou non son consentement ! Mais, bref, ce n’est qu’un exemple que j’ai volontairement caricaturé.

      Je comprends ce que tu dis, il y a des choses que tu n’as pas envie de partager, parce que tu considères que ça tient de votre histoire. C’est comme si l’a banalisé.

    • Pour la jalousie du lien avec l’autre, il s’agit de mon ex. Et plus que de la jalousie, c’était un malaise parce que je savais que les choses n’étaient pas vraiment finies – surtout de son côté.

      J’aime bien ce que tu dis pour la « jalousie-possession » d’une chose qui est à vous. Ca ne m’est pas encore arrivé je crois (je réfléchirai) mais je suis sûre que ça pourrait aussi.

  14. Je ne peux pas vraiment faire une liste de ce qui dépasse l’entendement, ça dépend de la personne qui est concernée, de mon partenaire, de où j’en suis dans ma vie, est-ce que mes règles sont imminentes ou pas?

    Je suis une fausse non-jalouse qui l’admet – mais en tout cas pas une grande jalouse. C’est-à-dire que sur l’instant T je ressens de la jalousie mais ne l’exprime pas. J’ai pour règle d’attendre une nuit passer. Si après celle-ci je suis toujours blessée, j’en parle à froid, sinon je passe à autre chose.

    C’est difficile de convenir de ce que l’autre peut ou pas au final, surtout sur les petits détails que tu as énuméré.

    Mon ex était un artiste très connu sur une partie du globe où il faisait des allers-retours. Sur sa page fb, il y’avait sans-cesse des photos de lui, accompagné de jeunes filles sublimes, des déclarations d’amour. Ca ne m’a jamais rien fait. Par contre, il avait une relation particulière avec son ex copine (une courte histoire d’ailleurs) qu’il avait en contact. Il me disait quand elle était au tél, si elle écrivait, ce n’était pas secret mais ça me mettait mal à l’aise parce qu’au fond, je sentais bien qu’il avait vécu une chose avec elle de plus fort qu’avec moi. Que même si c’était terminé (elle attend un bébé, s’est mariée) il restait un lien très fort avec lequel je ne pouvais pas rivaliser, j’en avais pas envie non-plus en fait.

    Avec mon actuel, les exs sont assez présent (tu connais la situation en gros) mais il faut rajouter son ex! Ils sont potes (c’est un grand mot), s’entendent bien. J’ai pas de problèmes de confiance vis-à-vis d’elle. Je sais que si une fois elle allait passer la nuit chez lui je me ferais pas de soucis. Par contre, lorsqu’on est les trois, elle m’exclut de la conversation en partageant des private joke, des références à de vieux souvenirs etc… et là, ça m’agace. Ce qui m’agace davantage c’est qu’il le sait et qu’il veut pas s’interposer parce que pour lui, c’est à moi de m’exprimer auprès d’elle si je suis gênée. (Ca se défend mais dans son cas, il y a un brin de lâcheté ^^).

    Après, il bosse dans un milieu ou il se fait draguer… ça me flatte en fait (haaaa objet de désir ^^) et il est flatté quand on me regarde dans la rue. Bref, on est pas des excessifs!

    Je crois qu’on est assez raccord sur nos attentes finalement. D’ailleurs on se l’était dit au début. Si l’un se fait draguer en soirée et y prend plaisir, ne dégage pas le trouble-fait, c’est pas correct vis-à-vis de l’autre. Si l’un se fait draguer et a de la peine à dégager le trouble-fait, l’autre vient donner un coup de main. Si l’un se fait draguer par un gros lourd/une lourde et que ça amuse l’autre de pas aller le sauver, on le laisse galérer. A son anniv un cougar l’a harcelé et j’ai pris un malin plaisir à le laisser se débrouiller, on en rit encore. ;)

    • J’aime bien joué aussi de cet aspect « désir » que tu soulignes. Quand je me fais draguer, quand il se fait draguer, ça ne nous gène pas tant que ça. On en rit ensemble. On se dit « niak niak niak, c’est mon mien ». Mais pour ma part, je me rends compte que j’ai du mal avec lecoté tactile des filles que je ne connais pas et qui ne sont pas identifiées comme amies. Je me demande toujours « mais pour qui elles se prennent ?! ». (Pour moi « tu touches avec les yeux ». C’est très con, et pas rationnel, mais j’ai vraiment du mal avec la kino sur mon copain).

      Mais, je pense que les choses s’équilibrent de situation en situation. La jalousie n’est pas placée au même endroit selon le mec avec qui on est et selon la situation. Je pense que majoritairement, il n’y a qu’après coup que l’on peut repérer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top articles

La Femme qui aimait TROP…

Est-ce qu’une femme peut trop aimer un homme ?Laissez-moi répondre très simplement à cette question.Mesurer et comparer l’intensité de votre amour ou de celle...

Rendre l’homme qui vous plaît fou amoureux, même si vous êtes juste une femme «normale»

Récemment, vous avez rencontré un homme qui vous plaît vraiment ?Vous n’avez qu’une envie, c’est qu’il tombe amoureux de vous ?Mais ça vous paraît...

Les 4 mots que tous les hommes rêvent d’entendre

Un homme est prêt à faire N’IMPORTE QUOI pour une femme s’il sent qu’elle croit VRAIMENT en lui.L’une des façons de caresser le « POINT...

Ceci le fera rester fou amoureux de vous jusqu’à ses 80 ans ! (et plus !)

Comment savoir si l’homme que vous aimez vous aime vraiment ?Est-ce quand il commence à vous dire « je t’aime » ?Ou quand il commence à vouloir vous...

Comment éveiller l’hormone du plaisir chez un homme

Avez-vous déjà vu un homme au casino qui n’arrive pas à s’arrêter de jouer, alors qu’il ne fait que perdre de l’argent ?Pourquoi pensez-vous...

Les hommes ont-ils peur de leurs sentiments ? (Oui, mais voici ce que vous pouvez faire…)

Hello,Je reçois toujours autant de questions à propos d’hommes qui semblent avoir peur de séduire et surtout de s’attacher à des femmes bien…Je sais,...

Pour les Femmes qui ont une Grosse Paire de C…

Si cela ne vous fait pas peur… Je peux vous montrer comment rendre un homme littéralement accro à vous…… Parce qu’il existe un « secret »...