Seduire Un Homme.fr

Comment séduire un homme… et garder un homme !

#1 14-09-2018 10:52:20

Beaver
Séduizeuse
Inscription : 14-09-2018
Messages : 5

Polyamour etc.

Bonjour,

Je suis en couple depuis 5 ans avec un homme que j'aime, et qui m'aime.
Nous ne vivons pas ensemble car nous sommes l'un comme l'autre très indépendants et aimons notre espace de liberté, qui serait naturellement remis en cause si nous habitions dans un 2 pièces parisien.

Au détour d'une lecture, nous avons commencé à discuter de couple libre et de polyamour. L'idée en soit ne me déplairait pas, je dois dire. Je suis éprise de liberté, je suis très sexuelle, je chavire facilement et j'aime flirter. Lui est totalement pour, je lui ai donc dit qu'il fallait que j'y réfléchisse.
Parce que je me pose de nombreuses questions. J'ai un lourd passif de complexée. Je suis assez possessive. J'aime que l'on me témoigne beaucoup d'attention, même si c'est à distance... à bien y réfléchir, j'ai plutôt besoin de sentir que l'on m'aime.

Mais en soit, je pense que la possessivité est un défaut : il ne m'appartient pas. Quel droit puis-je invoquer s'il venait à sortir avec une autre femme ? Il n'est pas ma propriété, il est libre, c'est donc à moi de travailler pour gommer ce trait de caractère. Un droit moral, certes, car l'exclusivité est la norme et que nous avons évolué dans ce cadre. Mais ses velléités d'outrepasser cette norme me démontrent qu'il s'y sent à l'étroit, et je veux qu'il soit heureux, et le plus complet possible. Qui serais-je donc pour prétendre être son tout ? Pour prétendre être la femme parfaite qui saurait combler ses moindres désirs, failles, envies ?

Si je reviens sur mon passé de complexée, en quoi est-ce son problème ? Encore une fois, pourquoi pourrais-je m'octroyer le droit de lui faire porter mon passif ?

Si je venais à accepter ce marché, faudrait-il que nous établissions des règles, ou serait-ce un obstacle à une soif de liberté(s) ? J'aime par exemple l'idée de pouvoir être le couple premier, s'il venait à y en avoir d'autres, "un amour nécessaire et des amours contingentes" selon Sartre. Je ne supporterais pas l'idée qu'il ne se protège pas avec une autre (dans le cadre d'un couple établi, évidemment pas pour un plan d'un soir ou deux), mais c'est notamment parce que je n'ai pas dans l'idée de connaître ses autres amours, et que je ne veux pas avoir à douter de sa santé... et je dois avouer que c'est aussi parce que j'aurais du mal à accepter l'idée en elle-même. Je pense que cela remettrait en cause notre couple dans un sens.
Et donc comment gérer ce doute ? La communication doit être saine et sans faille, mais en imposant des règles, ne multiplie-t-on pas les risques de mensonges, même et peut-être surtout, par omission ?

Je cherche en fait d'une part à savoir si des personnes connaissent ce schéma (polyamour et/ou couple libre) et peuvent en témoigner, et d'autre part à avoir des avis sur les interrogations que j'ai, de toutes et tous (y avez-vous déjà pensé ? comment auriez-vous réagi ?).

Hors ligne

#2 14-09-2018 11:24:54

Lady Rachel
Séduizeuse
Inscription : 12-09-2018
Messages : 4

Re : Polyamour etc.

Bonjour Beaver.

Je suis en couple libre depuis 8 ans. Cela n'a pas toujours été facile, surtout au début quand on apprend à ne plus être jaloux.

Tu mets le doigts exactement sur la solution: ta confiance en toi et en ton couple. Tu dois te dire que ce qu'il va chercher chez les autres ne t'enlève rien à toi. Vous êtes deux femmes différentes, il vit deux histoires différentes, il n'y a pas de comparaison à faire. Donc déjà, arrêtes de complexer.

Ensuite, c'est la force de votre engagement et de votre couple qui déterminera le succès du couple libre (ou polyamour). S'assurer constamment qu'on est bien dans la même démarche et qu'on s'aime toujours autant. Vous êtes déjà un couple indépendant qui partagez beaucoup donc je pense que vous êtes sur la bonne voie.

En fait, il n'y a pas vraiment de règles. Elles se font au fur et à mesure. Ne pas hésiter à dire ce qui va ou ne va pas à chaque fois. Du type: tu es sorti un peu trop souvent la semaine dernière, j'aimerais passer un peu plus de temps avec toi. Et pas: tu passes trop de temps avec elle, tu m'oublies !! (deux approches très différentes). Ou au contraire: excuse-moi de penser un peu trop à l'homme que je viens de rencontrer, je t'assure que ça n'enlève rien à l'amour que je te porte.

N'hésites pas à revenir vers moi si tu as d'autres questions.

Hors ligne

#3 14-09-2018 11:50:59

Alis
Séduizeuse
Inscription : 11-06-2014
Messages : 6 044

Re : Polyamour etc.

Je fréquente le milieu libertin/polyamoureux par le biais d'une connaissance et il y a une règle importante (qui devrait être celle des couples "standards") : prendre soin de la relation et ne pas blesser l'autre.

Il y a une relation principale qui est prioritaire, elle demande du dialogue, de la transparence et être très attentif au ressenti. Dès que quelqu'un est blessé : stop, on parle, on essaye de trouver une solution qui va aux deux (ou +) parties.

Avoir besoin de se sentir aimée est un besoin vital, ensuite ce sont les stratégies pour y parvenir qui sont saines ou malsaines.

Hors ligne

#4 14-09-2018 12:46:15

Rosalyn
Séduizeuse
Lieu : Dans l'atrium gauche
Inscription : 10-04-2016
Messages : 4 001

Re : Polyamour etc.

J'ai été en couple pendant presque 13 ans, dont 3 de relation libre. On avait besoin de vivre ça, mais on s'est fait beaucoup de mal, involontairement. Le temps de bien définir les règles, etc, on pense que ça c'est ok et puis en fait en le vivant on se rend compte que non, mais c'est trop tard, on est blessé, etc.
J'ai voulu qu'on arrête cette relation libre quand j'ai été jalouse d'une fille avec qui il couchait. Après ça, en très résumé, il m'a trompé avec elle (à deux périodes différentes), et aujourd'hui on n'est plus ensemble mais il est avec elle.
Bref, désolée je ne suis pas très optimiste sur le sujet. Pourtant je reste convaincue qu'aimer ce n'est pas priver l'autre de ses libertés, mais pour moi les relations libres c'est fini, c'est un "jeu" trop dangereux...
(Ce n'est que mon témoignage perso, pas une verité absolue)


« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible » Antoine de Saint-Exupéry

Hors ligne

#5 14-09-2018 13:15:42

Beaver
Séduizeuse
Inscription : 14-09-2018
Messages : 5

Re : Polyamour etc.

Merci à vous trois.

Lady Rachel, as-tu débuté le couple sur ces bases, ou est-ce que comme au sein du mien, est arrivé un moment où vous vous êtes posé la question du polyamour ?
En fait, je pense que l'obstacle majeur qui se dresse sur le chemin est que je voudrais que notre couple ne change pas, malgré cette ouverture aux autres. On ne se voit qu'une fois par semaine environ, et je n'ai pas envie qu' "on" m'enlève, à moi, ce moment passé avec lui. Et je crois que tout le noeud du problème est là, parce que j'en ai une boule dans la gorge rien que de l'écrire.
Alors je sais que ce n'est pas "bien", qu'il faudrait que je travaille dessus, parce que si je décide d'ouvrir le couple, il y a fatalement des week-ends où je ne le verrai pas. En fait, c'est vraiment bien la notion de partage avec laquelle j'ai du mal, parce que l'imaginer dans les bras d'une autre me gêne moins.
À vrai dire, je voulais même lui dire de faire comme bon lui semblait avec qui il voulait, mon seul souhait était que nous, notre couple, ne changions pas. Faire comme il veut tant que je ne le ressens pas dans le cadre de nos échanges.
Je n'ai pas envie de savoir en fait, je n'ai pas envie de rencontrer ses éventuelles autres femmes, tout comme cela me paraîtrait étrange de lui faire rencontrer d'éventuels autres hommes.
Je suis de plus quelqu'un de très soupçonneux, qui ne fait pas confiance facilement et j'ai un peu peur de perdre encore un peu plus de ce côté-là. Même si le but de la manoeuvre est d'être le plus transparent possible, j'entends bien.
C'est compliqué en fait, j'ai l'impression d'être un peu perdue face à toutes ces interrogations...

Alis, en effet, nous nous efforçons déjà de ne pas blesser l'autre et de prendre soin de notre relation. C'est d'ailleurs un peu pour ça que l'on réfléchit au polyamour.
J'ai aussi pensé à lui proposer des soirées libertines, un peu pour m'obliger à affronter mes émotions en le voyant avec une autre. Je ne sais pas si ce serait une bonne idée... je n'ai pas encore totalement écarté l'option.
Mais à quel point être transparent ? Je ne vois pas mon compagnon comme un confident. Nous sommes l'un comme l'autre assez peu prompts à parler de nos émotions (nous ne nous sommes jamais dit que nous nous aimions par exemple), par contre nous ressentons beaucoup l'autre, car assez sensibles et nous nous connaissons bien de surcroît.
C'est pour ça que je pensais dresser une liste de ce que, de prime abord, je ne voudrais pas qu'il fasse... encore une fois, n'est-ce pas lui enlever une liberté pour quelque chose qui relève de la possessivité, ou de quelque chose d'assez irrationnel ?

Rosalyn, merci de ton témoignage. Seriez-vous restés ensemble, à trois, si tu avais surmonté ta jalousie ?
[Je ne juge nullement ta réaction, je cherche uniquement à comprendre.]
Il est donc nécessaire de définir des règles, qui fluctuent en fonction de ce que l'on vit, ce qui rend l'exercice d'autant plus compliqué.
Dirais-tu quand même que le jeu en vaut la chandelle, ou regrettes-tu cette expérience au final ?

Hors ligne

#6 14-09-2018 13:19:27

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 034

Re : Polyamour etc.

J'ai du mal à y croire aussi, mais vous souhaite d'y parvenir avec bonheur. En revanche, je n'accroche pas avec ça :

Mais en soit, je pense que la possessivité est un défaut : il ne m'appartient pas. Quel droit puis-je invoquer s'il venait à sortir avec une autre femme ? Il n'est pas ma propriété, il est libre, c'est donc à moi de travailler pour gommer ce trait de caractère. Un droit moral, certes, car l'exclusivité est la norme et que nous avons évolué dans ce cadre. Mais ses velléités d'outrepasser cette norme me démontrent qu'il s'y sent à l'étroit, et je veux qu'il soit heureux, et le plus complet possible. Qui serais-je donc pour prétendre être son tout ? Pour prétendre être la femme parfaite qui saurait combler ses moindres désirs, failles, envies ?

Il me semble que dans aucune relation, pas même mère-nourrisson, l'autre n'est un tout. De là, le raisonnement ne tient pas pour moi, car une relation ne vise pas à "combler" l'autre. Chacun se comble lui-même, avec ses passions, ses amitiés, ses projets, et décide de s'associer à l'autre dans une relation où ils seront des partenaires de vie, pas des parts manquantes (il y a deux livres que j'adore, pour enfants mais que tout adulte devrait lire, c'est Le petit bout manquant et Le petit bout manquant rencontre le grand O, de Shel Silverstein). Donc il est question d'engagement, d'amour et de ne pas faire souffrir l'autre. À partir de quel moment le sexe et le désir viennent-ils jouer les trouble-fête ? Je ne sais pas. C'est naturel d'être jaloux quand l'autre couche ou desire ailleurs (pour de bêtes raisons archaïques de reproduction génétique déjà), mais où est la limite ? Jusqu'à quand doit-on se retenir de coucher ailleurs pour ne pas peiner son partenaire ? Chaque couple trouve son équilibre là-dessus (sauf quand il y a mensonge et illusion d'équilibre), mais je ne crois pas que la solution soit de gommer ses besoins (moi, par exemple, j'ai besoin d'exclusivité sur le plan sexuel et du flirt, j'ai essayé de "travailler dessus" et je me suis juste niée pour m'adapter aux désirs égoïstes d'hommes qui ne prenaient pas mes sentiments en compte). Mais je n'ai pas besoin non plus (moi) de vivre des expériences sexuelles en dehors du couple, je supporte facilement la légère frustration de désirer ailleurs. Ou alors c'est que je ne désire plus mon partenaire. Mais c'est comme ça que je fonctionne, moi. J'ai souvent l'impression que le couple libre est un refus de la frustration et la volonté de céder à tous ses désirs, comme si cela n'avait pas d'impact sur l'autre.

Dernière modification par Vassilia (14-09-2018 13:25:45)

En ligne

#7 14-09-2018 13:48:21

Beaver
Séduizeuse
Inscription : 14-09-2018
Messages : 5

Re : Polyamour etc.

Merci Vassilia.
Je comprends ton raisonnement.
En fait je pars du postulat suivant : je suis une femme assez casanière, je sors peu, je ne bois pas, je n'aime pas faire la fête, je n'aime pas danser, je n'aime pas aller dans des soirées car être entourée de personnes que je ne connais pas m'angoisse, et à vrai dire, m'ennuie aussi. Si mon compagnon a envie de partager tout ce pan manquant à ma personnalité avec quelqu'un, et qu'il développe des sentiments amoureux, pourquoi devrais-je lui nier cette liberté ?
Ma possessivité n'est pas un réel besoin, c'est une réaction de défense par rapport à un vécu. Ne serait-ce pas à moi de travailler sur ce défaut ? Il ne serait ici pas question de se nier, mais de tenter de s'améliorer.

Encore une fois, je me pose toutes ces questions parce que je ne suis pas sûre de moi... je ne suis pas sûre que ce soit le schéma idéal pour un couple (mais y en a-t-il un ?), mon compagnon ne m'a rien imposé et je réfléchis simplement à cette possibilité.

Hors ligne

#8 14-09-2018 13:53:58

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 034

Re : Polyamour etc.

Je ne sais pas. Un de mes amis ne vit que pour le rock, il sort en concert deux fois par semaine et travaille autour de ça. Sa chérie n'aime pas le rock, elle s'en fiche. Il partage sa passion (et son boulot) avec ses amis et il partage plein d'autres choses avec elle (ils vivent ensemble et sont très amoureux). Pourtant, il n'a pas besoin de coucher avec quelqu'un d'autre et de tomber amoureux d'une amie qui l'accompagnerait en concert. Donc je ne sais pas, en fait je ne comprends pas le lien entre partager ses passions et avoir une relation amoureuse smile

En ligne

#9 14-09-2018 13:54:29

Rosalyn
Séduizeuse
Lieu : Dans l'atrium gauche
Inscription : 10-04-2016
Messages : 4 001

Re : Polyamour etc.

Oui je suis assez d'accord avec ce qu'a dit Vassilia.

Il ne m'a pas quittée pour elle, mais parce que ça n'allait plus entre nous. On ne se rendait plus heureux parce qu'on s'était trop mutuellement blessés, malgré les règles qu'on s'était données. Nos émotions, en vrai, elles s'en fichent pas mal des règles que notre raison fixe... C'est pour ça que je dis que c'est un jeu dangereux. Notre confiance en l'autre était abîmée, il y avait du ressenti, de l'amertume. Et puis on s'est séparés pour aussi plein d'autres raisons, c'est très complexe.

Je pense que cette expérience de couple libre a fait beaucoup de mal à notre couple, mais nous a apporté beaucoup à chacun individuellement. Si on n'avait pas fait ça... je ne sais pas, on se serait peut-être séparés plus tôt ? Ou on aurait moins "grandi" individuellement ? Donc non, pas de regret, mais je sais maintenant que je ne veux plus vivre ça smile


« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible » Antoine de Saint-Exupéry

Hors ligne

#10 14-09-2018 14:45:23

Beaver
Séduizeuse
Inscription : 14-09-2018
Messages : 5

Re : Polyamour etc.

Ce n'est pas tant le lien passions-relation amoureuse, qui était plus une illustration qu'un absolu, mais celui de laisser une liberté à l'autre. En fait, nous cherchons tous à avoir une plus grande liberté, dans notre vie, en général (je généralise peut-être un peu rapidement, mais je connais peu de personnes qui aspirent à moins de liberté).
Par conséquent, pourquoi ne pas chercher plus de liberté, même dans le couple ? Pourquoi ne pas laisser la liberté à l'autre, et d'ailleurs aussi à soi-même, de développer des sentiments plus forts et/ou de succomber à des plaisirs plus charnels avec un(e) autre ?
Tu parles de confiance Rosalyn, et moi qui suis très soupçonneuse en général, il a réussi à me donner confiance, en lui d'abord, et à ce que j'ose redonner ma confiance à d'autres. C'est pour ça que j'hésite en fait. Mes ex auraient essuyé un refus assez clair, net et précis.

Honnêtement, je ne sais pas du tout comment je réagirais si nous décidions d'ouvrir notre couple.
Ma plus grande peur au final, est de me désintéresser de lui, par mépris/distance ou je ne sais quoi encore, comme mécanisme de défense. Je crois que ce serait pire que de ressentir de la possessivité, de la jalousie ou de la colère.
En même temps, je me dis que l'on s'entend tellement bien ainsi : pourquoi vouloir changer quelque chose qui marche ? Pourquoi risquer de se blesser mutuellement pour une quête de liberté absolue ?
Parce que je parle de ce que je risque de ressentir, mais je ne sais pas du tout comment il réagirait non plus... d'expérience, je sais que je suis assez frivole lorsque je suis libre (ce n'était pas voulu, mais cette notion de liberté disparaît bien lorsque l'on est "pris" !), je m'attache facilement et j'ai vite l'esprit ailleurs... cela ne le blessera-t-il pas ?

Je vous remercie pour toutes ces pistes de réflexion.

Hors ligne

#11 14-09-2018 14:53:02

Alis
Séduizeuse
Inscription : 11-06-2014
Messages : 6 044

Re : Polyamour etc.

Beaver a écrit :

Mais à quel point être transparent ? Je ne vois pas mon compagnon comme un confident. Nous sommes l'un comme l'autre assez peu prompts à parler de nos émotions (nous ne nous sommes jamais dit que nous nous aimions par exemple), par contre nous ressentons beaucoup l'autre, car assez sensibles et nous nous connaissons bien de surcroît.

Bin justement, oser dire ce qu'on veut, ce qu'on veut pas et ce qu'on ressent. Se sentir en confiance pour dire "ça va pas" parce qu'on sera entendue.

Et aussi, poser ses propres limites, ce qui est inacceptable et qui aura des conséquences.

Hors ligne

#12 17-09-2018 10:41:35

Lady Rachel
Séduizeuse
Inscription : 12-09-2018
Messages : 4

Re : Polyamour etc.

Beaver a écrit :

Merci à vous trois.

Lady Rachel, as-tu débuté le couple sur ces bases, ou est-ce que comme au sein du mien, est arrivé un moment où vous vous êtes posé la question du polyamour ?
En fait, je pense que l'obstacle majeur qui se dresse sur le chemin est que je voudrais que notre couple ne change pas, malgré cette ouverture aux autres. On ne se voit qu'une fois par semaine environ, et je n'ai pas envie qu' "on" m'enlève, à moi, ce moment passé avec lui. Et je crois que tout le noeud du problème est là, parce que j'en ai une boule dans la gorge rien que de l'écrire.

Il suffit de le lui dire ! "J'aimerais qu'on s'ouvre à d'autres personnes mais par contre, je tiens à ce qu'on continue à se voir une fois par semaine" A lui d'organiser son emploi du temps pour voir les autres personnes le reste de la semaine.

Nous étions en couple depuis 12 ans quand on en a parlé. En fait, on s'est connu jeunes et on était vierges tous les deux, on n'avait jamais connu d'autre expérience sexuelle. C'est ce qui manquait le plus à monsieur, je pense. Avec le temps, je suis aujourd'hui très heureuse d'avoir pu expérimenter le sexe avec d'autres hommes et ne pas "mourir bête" comme on dit.

Rosalyn: dommage que le couple libre n'ait pas fonctionné pour vous mais ça fait partie de la vie. Ce n'est pas la faute au couple libre, ça aurait pu arriver dans un couple monogame. Combien de fois a-t-on entendu un couple se séparer à cause d'une infidélité? Il y a des couples qui marchent et d'autres non, c'est tout.

Hors ligne

Pied de page des forums