Seduire Un Homme.fr

Comment séduire un homme… et garder un homme !

#26 30-07-2019 12:42:56

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :
Cyclamen a écrit :

J'ai peut-être déjà appliquer ça sans m'en rendre compte alors haha.

Je ne vois pas l'ancienne relation comme un échec , le véritable échec serait d'être rester à la situation initial, au point mort. C'était une expérience formidable dans laquelle j'ai beaucoup appris, sur elle, et surtout sur moi.
Oui, dans ma formation je me suis rendu compte que certain mot ont plus d'impact que d'autre . Choisir les bon mots en accord avec le contexte et soi même aide à mieux gérer une situation.
Bon, le "je suis trop fort" c'est clairement exagérer, c'est ce qui m'est passer par la tête en 1er comme exemple haha. "Je l'ai fait" est plus adapter est moins extrême.

Tu l'as sans doute déjà fait effectivement ! smile

Ouais... je fais des grands exemples développés, mais c'est pour dire que pour chacun.e et à chacune des situations spécifiques ça demande un bon ajustement en fonction des problématiques, et que je ne trouve pas forcément pertinent de faire les vidéos sur Youtube ou d'utiliser les protocoles déjà tous faits. C'est clair que c'est essentiel de la part des soignants d'avoir un vocabulaire adéquat !


Bah, les vidéos que je regarde, y'a pas de protocole particulier, ce sont juste des vidéos centrer sur la remise en question et le développement personnel, les obstacles, etc etc etc...
Un exemple qui m'as bien marquer fut celui de silverstone stallone , l'histoire de son parcours .

Hors ligne

#27 30-07-2019 12:47:18

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

ah, tout de suite ! lol Non, avoir des failles narcissiques ce n'est pas être un pervers narcissique, c'est loin d'être ce que je disais. La perversion narcissique comme fonctionnement obligatoire sinon majoritaire chez une personne, comme la définit Racamier p-ex : https://www.cairn.info/revue-francaise- … e-797.htm# , c'est quand même une pathologie lourde !

Par contre, oui, faut avoir conscience (si on veut avancer sur ça) qu'on a tendance à masquer des vulnérabilités par des comportements narcissiques pervers. Vulgairement c'est quand on est dans l'ego, dans l'orgueil... Quand on s'en rend compte on peut travailler dessus parce qu'on n'est pas des pervers narcissiques et qu'on a d'autres manières de fonctionner avec autrui qui sont bien ancrées en nous (normalement, c'est ce qu'on se souhaite en tous cas) ! smile

Hors ligne

#28 30-07-2019 12:54:16

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

(loin de moi l'idée de dénigrer les vidéos ou les bouquins de développement personnel, ou même de psychanalyse et de philo hein... y'a des trucs très bien dans tout big_smile mais en te parlant je pensais plutôt à de l'introspection pour voir en soi ce qu'on peut améliorer en commençant par le <<renforcement positif>> - j'aime bien tout détailler parce que sinon on parle de n'importe quoi et on se prend la tête sur des termes et des étiquettes tongue - de ce qui nous convient pour ne pas te contenter d'une liste de toutes les choses négatives qui ont pu à ton avis provoquer cette rupture, même si c'est un très bon électrochoc, savoir ce qu'on a bien fait à nos yeux et ce qu'on aimerait être capable de refaire, de continuer, ça donne des objectifs à la fois réalistes et réellement épanouissants puisqu'on sait que ça nous convenait et que ça nous conviendrait)

Hors ligne

#29 30-07-2019 13:11:07

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

En faite, j’étais dans les 2 états à la fois.

Fière de moi car je me suis prouver que j’étais capable de séduire une fille.
Et je voulais vivre la meilleur histoire possible avec elle, car belle et bien amoureux sans condition.

Nan, la représenter comme un trophée, ça jamais. Elle me l'a même confier que c'était une de ses craintes. J'ai beaucoup de respect pour elle.

hum hum... voir ce ce côté là à mon avis !!!

Hors ligne

#30 30-07-2019 13:47:16

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

On parlait déjà d'avenir , comme s'installer au sud, ce qu'on voulait comme maison, à quoi elle ressemblerais etc etc etc... On avait des visions très similaire de se qu'on voudra faire à l'avenir, d'autant qu'on exercera la même profession.

Ouais. Mais ça reste des paroles, ça.
Vous viviez déjà ensemble ?

Cyclamen a écrit :

Mais oui, j'ai remarqué que je m'étais mis en couple pour les mauvaises raison avec elle : j'étais tellement heureux de me sentir moi-même, de me sentir vrai, qu'au moment où les démons sont revenus, je ne cherchais le bonheur que chez elle.

Tu parles de démons, ça doit correspondre à quelque chose pour toi (forcément même) et moi je pense que le problème le plus profond et important que tu aies c'est celui-là. Si ça t'a fait redoubler ton année, arrêter de voir tes amis et prendre xx kgs ça ne peut pas réellement n'être rien. Ton courage ça serait peut-être d'affronter et de combattre ça de toute ta force ? Voire, encore plus difficile : de l'accepter comme faisant partie de toi ??

C'est (un peu) classique de faire l'autruche dans les jupons de sa maman/sa copine (son frère etc. je ne vise personne hein), mais c'est surtout pas une solution à long terme pour soi-même. Qu'en disent tes amis ? Ils ont pris comment que tu les délaisses ? T'as renoué à ce niveau-là ?

Cyclamen a écrit :

J'ai fini par comprendre que dans un couple, on ne cherche pas le bonheur chez l'autre, ni la clé de ses problèmes. C'est le fait de forger nous même notre propre bonheur, et de résoudre nous-même nos problèmes, qu'on peut ainsi rendre heureux la partenaire, et par "contagion", décupler le notre.

Le couple, non, mais c'est quand même souvent la "raison" (inconsciente) pour laquelle on tombe amoureux j'ai l'impression.
Pars du principe que tu ne "rendras heureux" personne, et que ce n'est pas ton rôle. SI tu te sens incapable de ça pour autrui t'auras beaucoup plus de mal à considérer qu'autrui peut te rendre heureux, et tu (te) prendras beaucoup plus en charge.

Pour le bonheur (qui est une chose philosophique très complexe) il vaut mieux compter sur soi-même, ses choix, le hasard, la chance et d'espérer que chaque jour qui passe apporte son lot de satisfaction etc. etc. mais pour les demandes affectives qu'on a envers les autres, c'est important de bien connaître nos propres besoins pour cibler au mieux des échanges vraiment nécessaires/épanouissants.

L'idéal serait d'arrêter de raisonner en termes de "rôles sociaux". Genre "je dois rendre heureux mon partenaire" ou ce genre de discours qui sont finalement toxiques dans les faits, même si ça paraît <<beau>>, ou (pire) romantique. Puisqu'en plus ça ne donne pas le droit à l'autre d'être malheureux sans qu'on le vive comme un échec personnel, c'est toujours l'ego.

En tous cas faut pas trop se sentir seul au monde à devoir tout gérer sans faillir avec l'obligation de rayonner du positif absolu (mais c'est sûr que de se plaindre tout le temps c'est pas une option très viable applause ). En tous cas c'est bien de savoir que tu ne pouvais pas te reposer sur ta partenaire à 100% (surtout que ça ne marche pas trop pour aller mieux pelle ). Mais entre ce qu'on comprend "rationnellement" et qu'on arrive à mettre "émotionnellement" en application, y'a souvent un gap. Ne pas se voiler la face sur ce qu'on "aimerait être" et "ce qu'on vit vraiment".

Et parfois se donner des objectifs "parfaits" au lieu d'accepter des besoins nécessaires et des dépendances réelles parfois même des comportements un peu toxiques, ça rend encore plus malheureux que de se dire qu'il y a (sans jugement) des situations qui nous conviennent et d'autres qui ne nous correspondent pas. Si t'as trouvé autant de satisfaction dans ta relation amoureuse c'est parce que tu te reposais émotionnellement sur ta copine, c'était quelque chose que tu cherchais (au moins inconsciemment) donc même si t'as compris que c'était pas la meilleure chose à faire, ça fait partie d'un besoin que tu as et que tu ne vas pas faire disparaître par la compréhension rationnelle.

(Par contre, c'est un besoin que tu peux apprendre à canaliser et à rendre vivable dans un couple). (que ça reste équilibré, que le soutien émotionnel ne soit pas l'essentiel de ce que tu partages avec ta partenaire quoi). (en fait, l'équilibre c'est pas passer d'un extrême à un autre).

(je pense honnêtement que très peu de personnes décident d'être en couple parce qu'elles sont super heureuses de leur célibat et qu'elles ne manquent de rien... on essaye de vendre ça dans un certain genre de développement personnel, mais le rapport à l'attachement et aux besoins narcissiques de la petite enfance c'est une des clefs des rapports humains tout court vouloir s'en couper c'est pas un signe de "force" c'est un signe de mauvaise santé affective et de déconnexion à soi).

Hors ligne

#31 30-07-2019 14:05:45

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Je me suis dis avoir trouver quelqu'un qui m'aime pour ce que je suis. Mais est-ce que je me suis mis en couple avec elle dû à un manque d'admiration/reconnaissance chez moi ? j'ose croire que non.
Je suis plutôt quelqu'un de gêné quand on me fait un compliment (je rougis facilement, même si maintenant je commence à davantage "accepter" un compliment venant de quelqu'un d'autre), mais quand je regarde ma situation actuel, je ne suis pas le plus à plaindre : 5e année de chirurgie dentaire, j'ai beaucoup de volonté et de courage (mon ex me l'a dis aussi que je n'en manquais pas), je chute souvent mais fini toujours par me relever pour poursuivre mes ambitions et mes rêves. Actuellement je vais davantage vers les autres, j'ose affronter mes peurs, je souri à la vie chaque matin pour avoir la possibilité de respirer/toucher/.... bref, je (re)vie.

Mais quelque chose me dit que t'as raison au sujet du contrôle de mes émotions. C'est peut-être ce qui rend quelqu'un "vrai", naturel, d'agréable, intéressant. Cependant , lors d'une rupture, les émotions s'emballent très vite (comme ce fut le cas chez moi), et peuvent causer du tord aux autres. Je crois que j'étais davantage dans cette aspect quand je parlais de "contrôle des émotions".
Il doit encore rester de la timidité en moi, même si ça diminue. Je veux retrouver l'authenticité que j'avais avec elle en début de relation, je ne veux pas la manipuler , ca  ne serait que tromperie et finirait par nous retomber dessus un moment ou un autre. Le fait de me lâcher un peu ici et face aux autres est un bon pas vers l'avant.

Très bien !! pouce-up
Tu peux être quelqu'un de complètement authentique qu'on aime pour ce qu'il est et ce qu'il dégage, ET manquer de reconnaissance, chercher l'admiration de ta copine. Tout ça ça se superpose et ça n'annule rien ! smile

Qu'une personne rougisse, c'est juste surprenant, à la limite, mais c'est agréable la transparence et de voir qu'on touche les gens ça fait plutôt plaisir en général. Loin d'être un défaut c'est même plutôt une <<qualité>>... après si ça te gêne vraiment les compliments ça peut être une situation à travailler pour te sentir mieux (c'est toujours la même chose, ton état intérieur et l'image projetée sur les autres)

C'est pas parce que dans une situation précise ton comportement ne sera pas parfait que ça annule tout le reste et qu'on va changer de jugement sur toi (d'où l'importance des listings honnêtes faisant état des choses positives et réelles sur toi-même). C'est sûr que tu fais parfaitement bien de prendre du recul et de te recentrer sur toi, tes propres émotions et tes propres envies, ton bilan, etc. mais justement si tu te sens pas assez "stable" pour passer du temps avec elle, la réponse c'est peut-être que ce n'est pas (encore) le moment ?

Sinon je pense pas que t'avais dû l'ensorceler pour qu'elle ait envie d'être avec toi, par contre si elle avait des craintes qui se sont dissipées c'est que tu avais dû réussir à la rassurer... tout bêtement !

Hors ligne

#32 30-07-2019 14:15:11

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Aouch. C'est toujours bon de discuter avec quelqu'un de lucide du coup!

Le pouvoir des mots ,c'est quelque chose quand même.

Surtout que je pense tout les jours à notre ancienne relation et à elle.
Tout les événements négatif j'en tire des leçons pour moi.
Tout les événements positif me rappel à quel point c'était une belle relation, et pourquoi elle a réussi à me faire tourner la tête dans le bon sens.

Bah tu la connais mieux que quiconque pourra te "conseiller", mais quitte à prévoir de trucs à dire à l'avance j'éviterais franchement de dire que je vis trop bien la séparation et que ça me fait revivre. Quitte à ce que ça soit la réalité, c'est pas forcément comme ça qu'on l'entend. Ce que tu n'exprimes pas ici c'est "je n'ai pas envie que ça s'arrête". Et en positif : "je voudrais que ça puisse continuer différemment en prenant en compte les choses qui ne vont pas pour les améliorer".

Pour plein de raisons c'est pas forcément nécessaire de poser des mots maintenant. Ton comportement <<parlera>> mieux pour toi que tes discours je pense. Donc tu peux attendre de te sentir assez à l'aise avec la situation pour la revoir sans avoir besoin de te contrôler. C'était ça ta question à la base, et ça c'est ma réponse. tongue

Hors ligne

#33 30-07-2019 15:10:11

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :

ah, tout de suite ! lol Non, avoir des failles narcissiques ce n'est pas être un pervers narcissique, c'est loin d'être ce que je disais. La perversion narcissique comme fonctionnement obligatoire sinon majoritaire chez une personne, comme la définit Racamier p-ex : https://www.cairn.info/revue-francaise- … e-797.htm# , c'est quand même une pathologie lourde !

Par contre, oui, faut avoir conscience (si on veut avancer sur ça) qu'on a tendance à masquer des vulnérabilités par des comportements narcissiques pervers. Vulgairement c'est quand on est dans l'ego, dans l'orgueil... Quand on s'en rend compte on peut travailler dessus parce qu'on n'est pas des pervers narcissiques et qu'on a d'autres manières de fonctionner avec autrui qui sont bien ancrées en nous (normalement, c'est ce qu'on se souhaite en tous cas) ! smile

On dit souvent que notre plus grand ennemi, c'est nous-mêmes, notre soi, notre ego.

Je pense que ça n'a jamais était aussi vrai.

C'est un combat dur a mener, mais on ne peut en sortir que plus grand si on a le courage de voir la réalité en face

Hors ligne

#34 30-07-2019 15:18:49

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Je crois comprendre ce que tu veux dire. Tu n'étais plus amoureuse à l'instant où tu l'as quitter  , mais le fait qu'il a ouvert son véritable "être", ses émotions, qu'il t'écoutait , et réciproquement, t'as fait remettre en question ton choix ?

Si si, j'étais amoureuse de lui. J'ai mes propres trucs mais c'était lui le problème à 300%.

Déjà c'était lui qui s'était fait une sorte de fixette à ne pas vouloir m'embrasser sur la bouche ni dire qu'il m'aimait pour d'obscures raisons qui avaient un sens pour lui mais que je trouvais ridicules à mon niveau, et d'autres principes à la con pour (me) signifier que la relation était insatisfaisante pour lui tout en essayant de (se) faire croire que ça l'empêcherait de <<s'attacher>>. Entre autres choses je jugeais que ce qu'il faisait ça relevait plutôt du chantage affectif que de la relation amoureuse et que ça rendait toute relation amicale toute aussi malsaine. C'était ultra-logique de ne pas continuer comme ça, où il se fixait des espèces de limites physiques vis-à-vis de moi et où il finissait toujours par avoir l'impression de (me) céder devant mon insistance.

Moi je ne comprenais pas ce qui le stressait dans mon comportement à moi ni comment je pouvais le tranquilliser, et à un moment ça ne rendait service à personne que je le laisse faire le bébé à me dire qu'il m'aimait pas et que j'étais pas belle puis que je l'attirais à mort mais qu'il ne voulait pas de sexe entre nous (eh tu sais mec ça peut se passer dans ta tête tout ça, t'es pas obligé de me le raconter en temps réel big_smile )... je ne pense pas que le quitter à ce moment-là était la plus mauvaise idée que j'ai eu. lol

Surtout que quand je l'ai quitté au départ il m'a dit genre "ok je comprends" (qui ne comprendrait pas avec des raisons aussi raisonnables franchement ?) et on s'est tous les deux mis à faire d'autres choses sans dramatiser ou avoir d'explications plus compliquées que ça.

Et quand je suis revenue chez lui pour récupérer des trucs (genre 2 semaines après environ) on s'est mis à parler de choses et d'autres sur un ton tout à fait normal, très courtois. Et des échanges agréables qui laissaient présager que c'était plutôt la meilleure solution de rompre sachant qu'on s'entendait vraiment bien et que c'était dommage que ça ne marche pas mais qu'on ne peut pas faire du forcing non plus !

Au moment où j'allais partir il a explosé en sanglots. Il n'avait pas réalisé avant ce moment-là qu'on était vraiment séparés et que je n'allais pas revenir comme avant et qu'il réalise devant moi qu'il imaginait que notre relation était "indestructible" et qu'on resterait forcément toujours ensemble c'était troublant. SI ça ne s'était pas passé et qu'on s'était juste fait la bise en souhaitant une bonne continuation, je ne pense pas que j'aurais douté que la meilleure chose à faire c'était de se séparer.

Là j'ai pensé qu'on avait sans doute encore des choses à s'apporter mutuellement (et j'ai bien fait de penser ça il y a presque 5 ans hein).

Mais je pense que c'est le genre de trucs possible si y'a une attente non remplie qui cause la rupture, et l'espoir que l'autre ait une sorte de déclic. Sinon après c'est vraiment que de la réaction d'ego en mode "je ne veux pas que celui que je quitte soit heureux sans moi"... C'est quand même un certain type de profil si tu quittes quelqu'un pour des raisons et que tu te remets avec la personne pour l'empêcher d'être heureux !!!!

Hors ligne

#35 30-07-2019 15:20:08

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :
Cyclamen a écrit :

Je me suis dis avoir trouver quelqu'un qui m'aime pour ce que je suis. Mais est-ce que je me suis mis en couple avec elle dû à un manque d'admiration/reconnaissance chez moi ? j'ose croire que non.
Je suis plutôt quelqu'un de gêné quand on me fait un compliment (je rougis facilement, même si maintenant je commence à davantage "accepter" un compliment venant de quelqu'un d'autre), mais quand je regarde ma situation actuel, je ne suis pas le plus à plaindre : 5e année de chirurgie dentaire, j'ai beaucoup de volonté et de courage (mon ex me l'a dis aussi que je n'en manquais pas), je chute souvent mais fini toujours par me relever pour poursuivre mes ambitions et mes rêves. Actuellement je vais davantage vers les autres, j'ose affronter mes peurs, je souri à la vie chaque matin pour avoir la possibilité de respirer/toucher/.... bref, je (re)vie.

Mais quelque chose me dit que t'as raison au sujet du contrôle de mes émotions. C'est peut-être ce qui rend quelqu'un "vrai", naturel, d'agréable, intéressant. Cependant , lors d'une rupture, les émotions s'emballent très vite (comme ce fut le cas chez moi), et peuvent causer du tord aux autres. Je crois que j'étais davantage dans cette aspect quand je parlais de "contrôle des émotions".
Il doit encore rester de la timidité en moi, même si ça diminue. Je veux retrouver l'authenticité que j'avais avec elle en début de relation, je ne veux pas la manipuler , ca  ne serait que tromperie et finirait par nous retomber dessus un moment ou un autre. Le fait de me lâcher un peu ici et face aux autres est un bon pas vers l'avant.

Très bien !! pouce-up
Tu peux être quelqu'un de complètement authentique qu'on aime pour ce qu'il est et ce qu'il dégage, ET manquer de reconnaissance, chercher l'admiration de ta copine. Tout ça ça se superpose et ça n'annule rien ! smile

Qu'une personne rougisse, c'est juste surprenant, à la limite, mais c'est agréable la transparence et de voir qu'on touche les gens ça fait plutôt plaisir en général. Loin d'être un défaut c'est même plutôt une <<qualité>>... après si ça te gêne vraiment les compliments ça peut être une situation à travailler pour te sentir mieux (c'est toujours la même chose, ton état intérieur et l'image projetée sur les autres)

C'est pas parce que dans une situation précise ton comportement ne sera pas parfait que ça annule tout le reste et qu'on va changer de jugement sur toi (d'où l'importance des listings honnêtes faisant état des choses positives et réelles sur toi-même). C'est sûr que tu fais parfaitement bien de prendre du recul et de te recentrer sur toi, tes propres émotions et tes propres envies, ton bilan, etc. mais justement si tu te sens pas assez "stable" pour passer du temps avec elle, la réponse c'est peut-être que ce n'est pas (encore) le moment ?

Sinon je pense pas que t'avais dû l'ensorceler pour qu'elle ait envie d'être avec toi, par contre si elle avait des craintes qui se sont dissipées c'est que tu avais dû réussir à la rassurer... tout bêtement !


Ça oui, elle avait des craintes, et je me suis montrer rassurant, a l'écoute.
Je lui disais que si elle a quelque chose a me dire , en bien ou en mal, je l'ecouterais , car la communication est l'élément central, le pilier d'un couple. Sans communication, il n'y a rien.

En fin de compte, c'est moi qui manquais de communication : toujours garder mes soucis pour moi.

J'espère bien que mes "interdits" n'annulent pas tout le reste. Avec le recul ça me fait marrer mais sur le coup c'est dérangeant.

Mais oui, les actes en disent toujours plus que les mots. Les mots ont leur importance, mais au final, ce qui nous définissent tous, ce sont nos choix, nos actions.

Hors ligne

#36 30-07-2019 15:26:58

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

C'est peut-être avec la meilleure conscience possible de tout ce que tu peux apporter à votre relation que tu seras le plus à même de lui proposer de la reprendre sereinement, en incluant le fait de prendre soin de toi (faire du sport, voir des gens qui te font du bien, prendre le temps de régler les problèmes, etc.) et t'ouvrir plus (communiquer sur ce que tu ressens, etc.) avec cette réelle dynamique de ta part ça se reflètera de toute façon dans tes actes. smile

Hors ligne

#37 30-07-2019 15:30:17

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :
Cyclamen a écrit :

Aouch. C'est toujours bon de discuter avec quelqu'un de lucide du coup!

Le pouvoir des mots ,c'est quelque chose quand même.

Surtout que je pense tout les jours à notre ancienne relation et à elle.
Tout les événements négatif j'en tire des leçons pour moi.
Tout les événements positif me rappel à quel point c'était une belle relation, et pourquoi elle a réussi à me faire tourner la tête dans le bon sens.

Bah tu la connais mieux que quiconque pourra te "conseiller", mais quitte à prévoir de trucs à dire à l'avance j'éviterais franchement de dire que je vis trop bien la séparation et que ça me fait revivre. Quitte à ce que ça soit la réalité, c'est pas forcément comme ça qu'on l'entend. Ce que tu n'exprimes pas ici c'est "je n'ai pas envie que ça s'arrête". Et en positif : "je voudrais que ça puisse continuer différemment en prenant en compte les choses qui ne vont pas pour les améliorer".

Pour plein de raisons c'est pas forcément nécessaire de poser des mots maintenant. Ton comportement <<parlera>> mieux pour toi que tes discours je pense. Donc tu peux attendre de te sentir assez à l'aise avec la situation pour la revoir sans avoir besoin de te contrôler. C'était ça ta question à la base, et ça c'est ma réponse. tongue

Je pense que t'as mis le doigt sur autre chose : le type maladroit.

Je suis remplis de bonne intention, mais j'ai encore des progrès a faire pour les exprimer correctement ^^

Car c'est exactement ça : la relation est terminer, mais je souhaite conserver notre lien, notre complicité, avec la possibilité de redémarrer sur de nouvelle base en apprenant des erreurs du passée.

N'étant pas quelqu'un de très bavard, m'ouvrir davantage me permet au moins d'avoir les idées plus claire.

Hors ligne

#38 30-07-2019 15:31:42

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Je poursuivrait tout a l'heure , c'est pas pratique le téléphone pour répondre sur un fofo haha

Hors ligne

#39 30-07-2019 15:37:15

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Je poursuivrait tout a l'heure , c'est pas pratique le téléphone pour répondre sur un fofo haha

ça, je te crois sur parole ! je n'ai jamais essayé ! big_smile

Hors ligne

#40 30-07-2019 17:41:25

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :

Ouais. Mais ça reste des paroles, ça.
Vous viviez déjà ensemble ?

Nan, on habite chacun chez nos parents.
Que des mots certes, mais on commence à voir le bout du tunnel dans nos études.

Canelle a écrit :

Tu parles de démons, ça doit correspondre à quelque chose pour toi (forcément même) et moi je pense que le problème le plus profond et important que tu aies c'est celui-là. Si ça t'a fait redoubler ton année, arrêter de voir tes amis et prendre xx kgs ça ne peut pas réellement n'être rien. Ton courage ça serait peut-être d'affronter et de combattre ça de toute ta force ? Voire, encore plus difficile : de l'accepter comme faisant partie de toi ??

C'est (un peu) classique de faire l'autruche dans les jupons de sa maman/sa copine (son frère etc. je ne vise personne hein), mais c'est surtout pas une solution à long terme pour soi-même. Qu'en disent tes amis ? Ils ont pris comment que tu les délaisses ? T'as renoué à ce niveau-là ?

Pour mes démons, y'a beaucoup de chose qui m'hante
-Le manque de confiance en moi : j'ai très souvent eu peur de m'affirmer en face des autres.
-La timidité : j'exprime peu mes sentiments, mes avis. J'allais rarement vers les autres.
-l'angoisse : sortir de la zone de confort a souvent était un très grand challenge, voir parfois insurmontable.
-La communication : étant naturellement quelqu'un de solitaire, je ne communique pas beaucoup (il parait que j'ai dis mon 1er mot à l'âge de 3 ans). C'est pareil chez moi, je ne fut pas très bavard.

Contrairement à mes frangins qui eux sont quasiment l'opposé de moi.

Ces choses la m'ont suivi pendant très longtemps. Quand on se persuade ou qu'on nous persuade que nous somme ci ou ça en  primaire ou à un âge similaire , c'est dur d'en sortir.
Je me souviens avoir eu des séances d'orthophoniste pour m'aider à m'exprimer. Je me souviens même que j'imaginais cette situation comme un iceberg, avec le petit ilôt visible en surface (ce que j'arrivais à dire/faire, les formules de politesse pour faire un gros raccourci et les devoirs), et le gros bloc de glace sous l'eau (ce que je n'arrivais pas à dire/faire).

J'ai eu peu d'ami dans ma vie , je n'ai plus de contact avec  ceux du collège et du lycée . C'est depuis la 1ére année de médecine que j'ai commencé à garder des contacts avec gens.

Ces 4 démons sont interdépendant , quand un se manifeste, ça réveille les 3 autres : J'ai peur => je bégaie, je parle mal => j'angoisse => les idées ont du mal à passer. L'ordre n'est pas pré-établi, ça peut être n'importe quel démon qui réveillera les autres.

La chose rassurante , c'est qu'au moins dans mes études on trouve pas n'importe qui . Les contacts que j'ai sont bon.
Ils savent que je suis quelqu'un de naturellement solitaire, ils ont compris mon comportement. Eux aussi m'encouragent à me bouger le cul, à aller vers les autres, à lâcher tout ce que j'ai envie de dire , bref, être spontané.

Clairement oui, les démons doivent être affronter ou accepter comme une partie de moi. Mais j'étais clairement dans le déni, de par mon côté "j'assume mes problèmes, j'en parle à personne, j'vais me réfugier dans ma bulle"

Et oui, nier la réalité n'est clairement pas une bonne chose. C'est pour ca que dorénavant je me force à voir les choses en face depuis un moment, aussi dur soit-elle.

Y'a surement d'autre chose à dire, mais pour le moment j'en trouve pas plus à dire.

Canelle a écrit :

Le couple, non, mais c'est quand même souvent la "raison" (inconsciente) pour laquelle on tombe amoureux j'ai l'impression.
Pars du principe que tu ne "rendras heureux" personne, et que ce n'est pas ton rôle. SI tu te sens incapable de ça pour autrui t'auras beaucoup plus de mal à considérer qu'autrui peut te rendre heureux, et tu (te) prendras beaucoup plus en charge.

Pour le bonheur (qui est une chose philosophique très complexe) il vaut mieux compter sur soi-même, ses choix, le hasard, la chance et d'espérer que chaque jour qui passe apporte son lot de satisfaction etc. etc. mais pour les demandes affectives qu'on a envers les autres, c'est important de bien connaître nos propres besoins pour cibler au mieux des échanges vraiment nécessaires/épanouissants.

C'est vrai qu'au départ, j'avais pas l'intention de me mettre en couple avec cette fille. C'est venu tout seul, ca nous est tomber dessus sans prévenir.
Je ne la rendrais pas heureuse à proprement parler, mais en contribuant à mon propre bonheur, je peux contribuer à la sienne et à l'aider dans les limites de mon champs d'action.
Peut-être qu'un couple au final, ce n'est qu'un engagement réciproque où l'unique but est de grandir ensemble face à toute situation.

Canelle a écrit :

L'idéal serait d'arrêter de raisonner en termes de "rôles sociaux". Genre "je dois rendre heureux mon partenaire" ou ce genre de discours qui sont finalement toxiques dans les faits, même si ça paraît <<beau>>, ou (pire) romantique. Puisqu'en plus ça ne donne pas le droit à l'autre d'être malheureux sans qu'on le vive comme un échec personnel, c'est toujours l'ego.

En tous cas faut pas trop se sentir seul au monde à devoir tout gérer sans faillir avec l'obligation de rayonner du positif absolu (mais c'est sûr que de se plaindre tout le temps c'est pas une option très viable applause ). En tous cas c'est bien de savoir que tu ne pouvais pas te reposer sur ta partenaire à 100% (surtout que ça ne marche pas trop pour aller mieux pelle ). Mais entre ce qu'on comprend "rationnellement" et qu'on arrive à mettre "émotionnellement" en application, y'a souvent un gap. Ne pas se voiler la face sur ce qu'on "aimerait être" et "ce qu'on vit vraiment".

C'est vrai qu'on nous inculque de drôle de chose dans la société. Devoir faire-ci devoir faire-ca , des choses qu'on fait passer pour super important , qui n'ont d'important que le mot. Une vision très "borné, limitante" du couple.

Chacun doit être ce qu'il a envie d'être , et faire ce qu'il a envie de faire, sans forcer l'autre à le faire car "c'est comme ca puis c'est tout". Rien n'est inscrit dans le marbre que je sache, et peu de chose sont irréversible.

On peut se reposer sur sa partenaire, mais comme toute chose y'a une limite : elle n'est pas notre mère. Elle ne peut pas tout régler. Faut voir d'autre personne dans l'entourage, consulter si nécessaire.

Canelle a écrit :

Et parfois se donner des objectifs "parfaits" au lieu d'accepter des besoins nécessaires et des dépendances réelles parfois même des comportements un peu toxiques, ça rend encore plus malheureux que de se dire qu'il y a (sans jugement) des situations qui nous conviennent et d'autres qui ne nous correspondent pas. Si t'as trouvé autant de satisfaction dans ta relation amoureuse c'est parce que tu te reposais émotionnellement sur ta copine, c'était quelque chose que tu cherchais (au moins inconsciemment) donc même si t'as compris que c'était pas la meilleure chose à faire, ça fait partie d'un besoin que tu as et que tu ne vas pas faire disparaître par la compréhension rationnelle.

(Par contre, c'est un besoin que tu peux apprendre à canaliser et à rendre vivable dans un couple). (que ça reste équilibré, que le soutien émotionnel ne soit pas l'essentiel de ce que tu partages avec ta partenaire quoi). (en fait, l'équilibre c'est pas passer d'un extrême à un autre).

(je pense honnêtement que très peu de personnes décident d'être en couple parce qu'elles sont super heureuses de leur célibat et qu'elles ne manquent de rien... on essaye de vendre ça dans un certain genre de développement personnel, mais le rapport à l'attachement et aux besoins narcissiques de la petite enfance c'est une des clefs des rapports humains tout court vouloir s'en couper c'est pas un signe de "force" c'est un signe de mauvaise santé affective et de déconnexion à soi).


C'est ça , tout est question d'équilibre, trouver le juste milieu en toute chose.
Honnêtement j'ai surement d'autre chose à dire, mais je crois que je commence à bloquer , je me lâche beaucoup haha.

Hors ligne

#41 30-07-2019 18:16:05

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Je l'ai déjà dit , mais je me sens presque obliger de le redire:
je me rend compte que j'aime beaucoup échanger.
Ca me fait beaucoup de bien ^^

Hors ligne

#42 30-07-2019 18:18:39

soline
Séduizeuse
Inscription : 05-10-2013
Messages : 4 218

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

"Pour mes démons, y'a beaucoup de chose qui m'hante
-Le manque de confiance en moi : j'ai très souvent eu peur de m'affirmer en face des autres.
-La timidité : j'exprime peu mes sentiments, mes avis. J'allais rarement vers les autres.
-l'angoisse : sortir de la zone de confort a souvent était un très grand challenge, voir parfois insurmontable.
-La communication : étant naturellement quelqu'un de solitaire, je ne communique pas beaucoup (il parait que j'ai dis mon 1er mot à l'âge de 3 ans). C'est pareil chez moi, je ne fut pas très bavard.
"Clairement oui, les démons doivent être affronter ou accepter comme une partie de moi. Mais j'étais clairement dans le déni, de par mon côté "j'assume mes problèmes, j'en parle à personne, j'vais me réfugier dans ma bulle"
Contrairement à mes frangins qui eux sont quasiment l'opposé de moi.

Ces choses la m'ont suivi pendant très longtemps. Quand on se persuade ou qu'on nous persuade que nous somme ci ou ça en  primaire ou à un âge similaire , c'est dur d'en sortir.
Je me souviens avoir eu des séances d'orthophoniste pour m'aider à m'exprimer. Je me souviens même que j'imaginais cette situation comme un iceberg, avec le petit ilôt visible en surface (ce que j'arrivais à dire/faire, les formules de politesse pour faire un gros raccourci et les devoirs), et le gros bloc de glace sous l'eau (ce que je n'arrivais pas à dire/faire).

J'ai eu peu d'ami dans ma vie , je n'ai plus de contact avec  ceux du collège et du lycée . C'est depuis la 1ére année de médecine que j'ai commencé à garder des contacts avec gens.

Ces 4 démons sont interdépendant , quand un se manifeste, ça réveille les 3 autres : J'ai peur => je bégaie, je parle mal => j'angoisse => les idées ont du mal à passer. L'ordre n'est pas pré-établi, ça peut être n'importe quel démon qui réveillera les autres.

La chose rassurante , c'est qu'au moins dans mes études on trouve pas n'importe qui . Les contacts que j'ai sont bon.
Ils savent que je suis quelqu'un de naturellement solitaire, ils ont compris mon comportement. Eux aussi m'encouragent à me bouger le cul, à aller vers les autres, à lâcher tout ce que j'ai envie de dire , bref, être spontané."

Tes demons ont surtout un seul et meme point commun: la peur
et la reponsequi la ferait reculer et partir plus loin l'affirmation de soi ou plus simplement l'affirmation que j'existe en tant qu'individu avec mes pensees mes croyances et mes avis .
en faisant de la psychologie de comptoir je dirai que tu prefére etre engonce dans le silence plutot que l'on decouvre qui tu es ou les erreurs que tu aurait pu faire . culpabilité ou honte ou peut etre un peu des deux.
donner son avis 'est aussi offrir sa singularité a l'autre si on est pas du meme avis. comme si on se devoilait ne serait ce qu'un peu smile c'est aussi prendre le risque que l'autre ne soit pas d'accord et eventuellement se battre? big_smile

Ce qui m'a tiler dans ton premier post comme Canelle d'ailleurs c'est le fait de vouloir se battre a tout prix comme pour mieux montrer sa valeur. Alors que la valeur d'un homme ou d'une femme pour moi elle est pas seulement dans ses pensees et ses croyances elle se trouve aussi dans se s valeurs desirs beoins envies. ya pas a la montrer ni a la faire reconnaitre par autrui genre t'as vu comment j'ai change? ben nan des fois tu verras des gens qui verront rien et d'autres pour lesquels le changement leur conviendra pas alors qu'a toi il te convient tres bien. et pour se battre faut etr deux s'il n'y a qu'un combattant sur le ring ca le fait moyen.
Apprends a t'aimer toi et continue sur ta lancee je trouve que tu es bien parti.
Derniere chose pour qui tu seras d'accord ou non
le but du couple pour moi c'est d'associer deux personne et leur bonheur pour qu'il puisse en faire quelque chose ensemble. qu'en pense tu?


Fais de ton mieux et n'oublie pas d'être heureuse

Hors ligne

#43 30-07-2019 18:32:45

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Je l'ai déjà dit , mais je me sens presque obliger de le redire:
je me rend compte que j'aime beaucoup échanger.
Ca me fait beaucoup de bien ^^

Bon, déjà ça c'est cool applause
C'est bien l'essentiel !! En tous cas on n'est pas limité en nombre de mot donc lâche toi ! lol

Hors ligne

#44 30-07-2019 18:34:12

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

soline a écrit :

donner son avis 'est aussi offrir sa singularité a l'autre si on est pas du meme avis. comme si on se devoilait ne serait ce qu'un peu smile c'est aussi prendre le risque que l'autre ne soit pas d'accord et eventuellement se battre? big_smile

Pourquoi tant de violence ? crying

Hors ligne

#45 30-07-2019 18:36:41

soline
Séduizeuse
Inscription : 05-10-2013
Messages : 4 218

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :
soline a écrit :

donner son avis 'est aussi offrir sa singularité a l'autre si on est pas du meme avis. comme si on se devoilait ne serait ce qu'un peu smile c'est aussi prendre le risque que l'autre ne soit pas d'accord et eventuellement se battre? big_smile

Pourquoi tant de violence ? crying

la violence c'est souvent une protection genre je te montre ma force mais en vait j'ai aussi peur que toi.prendre le risque  que l'autre soit pas d'accord c'est ou accepter la mesentente ou "se battre parce que le but premier est pas l'idee mais le fait d'avoir raison


Fais de ton mieux et n'oublie pas d'être heureuse

Hors ligne

#46 30-07-2019 19:04:35

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

soline a écrit :

Tes demons ont surtout un seul et meme point commun: la peur
et la reponsequi la ferait reculer et partir plus loin l'affirmation de soi ou plus simplement l'affirmation que j'existe en tant qu'individu avec mes pensees mes croyances et mes avis .
en faisant de la psychologie de comptoir je dirai que tu prefére etre engonce dans le silence plutot que l'on decouvre qui tu es ou les erreurs que tu aurait pu faire . culpabilité ou honte ou peut etre un peu des deux.
donner son avis 'est aussi offrir sa singularité a l'autre si on est pas du meme avis. comme si on se devoilait ne serait ce qu'un peu smile c'est aussi prendre le risque que l'autre ne soit pas d'accord et eventuellement se battre? big_smile

Ce qui m'a tiler dans ton premier post comme Canelle d'ailleurs c'est le fait de vouloir se battre a tout prix comme pour mieux montrer sa valeur. Alors que la valeur d'un homme ou d'une femme pour moi elle est pas seulement dans ses pensees et ses croyances elle se trouve aussi dans se s valeurs desirs beoins envies. ya pas a la montrer ni a la faire reconnaitre par autrui genre t'as vu comment j'ai change? ben nan des fois tu verras des gens qui verront rien et d'autres pour lesquels le changement leur conviendra pas alors qu'a toi il te convient tres bien. et pour se battre faut etr deux s'il n'y a qu'un combattant sur le ring ca le fait moyen.
Apprends a t'aimer toi et continue sur ta lancee je trouve que tu es bien parti.
Derniere chose pour qui tu seras d'accord ou non
le but du couple pour moi c'est d'associer deux personne et leur bonheur pour qu'il puisse en faire quelque chose ensemble. qu'en pense tu?

Yep, pour ca que je dis qu'ils sont interdépendant.
Et oui, en m'affirmant davantage j'ai pu voir du changement : plus cool en clinique, plus naturel, moins stressé en présence des profs, plus fluide dans mes paroles.... que du bon.

C'est vrai, je me terrais dans le silence plutôt que dire ce que je voulais dire. Peut-être la peur du ridicule, de la honte.

Mais je me suis fait à l'idée qu'on ne peut pas plaire à tout le monde (tout le monde serait copain copine sinon). On peut ne pas être d'accord avec quelqu'un mais comprendre sa façon de penser.
Ca n'a pas de sens de se battre pour dire "j'ai raison" (à moins que ça soit un fait indéniable), autrement c'est forcer les autres à croire à notre façon de penser et à s'y plier.
Bon , après tout le monde n'est pas gentil ou autre, y'a forcément des gens qui chercheront la bagarre pour X raison, c'est pas pour autant une raison de se laisser castagner.

Je disais me battre dans le sens me donner tout les moyens dont je suis capable pour atteindre mon but dans les règles de l'art, qui est de devenir meilleur en corrigeant certain aspect que je considère comme des défauts chez moi.

Ca rejoins ce que je disais : dans un couple pour moi le but est de grandir ensemble, faire grandir sa partenaire pour atteindre un niveau de bonheur qu'on aurait pas atteint tout seul. Deux individus qui associent leur bonheur créera quelque chose de meilleur encore : ils découvriront des éléments qu'ils probablement pas vu seul, vivront des expérience plus enrichissantes et intensément car partager.

Je pense que y'a beaucoup de chose à dire sur la notion de couple. C'est ô combien intéressant et compliquer comme sujet.

Dernière modification par Cyclamen (30-07-2019 19:06:22)

Hors ligne

#47 30-07-2019 19:11:08

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Nan, on habite chacun chez nos parents.
Que des mots certes, mais on commence à voir le bout du tunnel dans nos études.

D'un certain sens c'est un lien brisé d'autant plus facilement réparable qu'il n'y a pas eu de déménagement, rupture de bail etc. au moment de la séparation. Vous n'avez <<même pas>> vécu ensemble, ça peut passer pour un faux départ.

Parce qu'après la vie commune, quelque part "on sait". L'incompatibilité après avoir passé plusieurs mois sous le même toit que quelqu'un c'est plus sérieux comme griefs. Sans expliquer tes arguments pour reprendre une relation, tu arriveras peut-être à la rassurer comme tu l'avais fait pour que vous "sortiez ensemble". Ses <<sentiments>> elle devait déjà les avoir même quand elle t'avait dit ça (qu'elle ne serait jamais ta copine), ce n'est pas sur les sentiments amoureux que ça joue mais plutôt sur la confiance qu'on accorde à la relation.

Dans tous les cas toi tu seras sincère avec ce que tu éprouves comme désir vis-à-vis d'elle, et c'est là l'essentiel. La confiance c'est assez communicatif en fin de compte. Je hasarderais comme hypothèse qu'à mon avis la timidité elle s'en fout et que (si) elle a fini par avoir du mal à se projeter avec toi malgré vos projets sur du long terme, (alors) c'est qu'à court et moyen terme il n'y a pas eu d'actes significatifs de ta part pour manifester ton "engagement".

Oui, c'est cliché, mais tu donnes tellement d'éléments en ce sens que... !

Hors ligne

#48 30-07-2019 19:21:16

Cyclamen
Séduizeur
Inscription : 28-07-2019
Messages : 105

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Canelle a écrit :
Cyclamen a écrit :

Nan, on habite chacun chez nos parents.
Que des mots certes, mais on commence à voir le bout du tunnel dans nos études.

D'un certain sens c'est un lien brisé d'autant plus facilement réparable qu'il n'y a pas eu de déménagement, rupture de bail etc. au moment de la séparation. Vous n'avez <<même pas>> vécu ensemble, ça peut passer pour un faux départ.

Parce qu'après la vie commune, quelque part "on sait". L'incompatibilité après avoir passé plusieurs mois sous le même toit que quelqu'un c'est plus sérieux comme griefs. Sans expliquer tes arguments pour reprendre une relation, tu arriveras peut-être à la rassurer comme tu l'avais fait pour que vous "sortiez ensemble". Ses <<sentiments>> elle devait déjà les avoir même quand elle t'avait dit ça (qu'elle ne serait jamais ta copine), ce n'est pas sur les sentiments amoureux que ça joue mais plutôt sur la confiance qu'on accorde à la relation.

Dans tous les cas toi tu seras sincère avec ce que tu éprouves comme désir vis-à-vis d'elle, et c'est là l'essentiel. La confiance c'est assez communicatif en fin de compte. Je hasarderais comme hypothèse qu'à mon avis la timidité elle s'en fout et que (si) elle a fini par avoir du mal à se projeter avec toi malgré vos projets sur du long terme, (alors) c'est qu'à court et moyen terme il n'y a pas eu d'actes significatifs de ta part pour manifester ton "engagement".

Oui, c'est cliché, mais tu donnes tellement d'éléments en ce sens que... !

En gras, c'est ce qui m'est venu en tête en 1er, car oui, on commençais à faire moins de chose au 2e semestre.
Quand bien même c'était un semestre très chargé pour nous, je me suis reprochais qu'on fesais moins de sorti.

C'est confirmer par elle ,(la routine a repris le dessus), mais elle avait l'air de chercher à se convaincre que c'était pas la cause, que c'était pas ma faute (quand bien même je considére que c'est le cas). Elle a même fondu en larme avec moi à la fin.
C'était plutôt étrange , mais je ne veux pas faire d'interprétation , ça serait me torturer l'esprit pour pas grand chose.
J'ai bien conscience que j'ai perdu sa confiance en tout cas.

Dernière modification par Cyclamen (30-07-2019 19:24:17)

Hors ligne

#49 30-07-2019 19:36:06

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

Pour mes démons, y'a beaucoup de chose qui m'hante
-Le manque de confiance en moi : j'ai très souvent eu peur de m'affirmer en face des autres.
-La timidité : j'exprime peu mes sentiments, mes avis. J'allais rarement vers les autres.
-l'angoisse : sortir de la zone de confort a souvent était un très grand challenge, voir parfois insurmontable.
-La communication : étant naturellement quelqu'un de solitaire, je ne communique pas beaucoup (il parait que j'ai dis mon 1er mot à l'âge de 3 ans). C'est pareil chez moi, je ne fut pas très bavard.

Bah j'avoue que même si tu t'exprimes t'en dis peu sur ton vécu réel. On a du mal à t'imaginer vivre. C'est comme si tu te retranchais vers des phrases un peu "générales", je ne sais pas si tu as cette impression ? Tu pourrais être un étudiant en chirurgie dentaire type, alors qu'on discute de ta situation intime avec déballage de grands sentiments et compagnie, on pourrait découvrir une sorte de grain de folie, de monomanie, d'attirance étrange pour quelque truc particulier, un fantasme, une idée fixe. Mais non, on a un type maladroit avec des bonnes intentions (hum hum roll ).

On l'imagine quand même un peu sérieux, avec une bonne force de travail, des ambitions professionnelles, etc. Il n'y pas trop de choses qui vont te rendre "singulier" (cf. l'intervention de soline) dans ton discours. Faut vraiment lire entre les lignes, la signature de la typographie, le rythme de ton écriture pour déceler ta "personnalité". On ne sait pas grand chose si ce n'est que tu te contiens. Par peur de montrer quelque chose qu'il ne faudrait pas ? T'sais ici on s'en fout c'est le grand déballage et si t'assumes pas demain tu peux supprimer tes posts, hein.

Tu dis que tes amis sont "bons" grâce à la qualité du milieu social dans lequel tu fais tes études. OK.

Moi je ne te cherche pas de problème et c'est tant mieux que tu le penses, c'est important d'avoir des amis qu'on apprécie dans un milieu social qu'on estime, mais ça en dit peu.

Genre, tu ne vas pas dire "OUAIS, justement, Marcel, il me faisait la gueule à cause de mon retrait social ces derniers mois ; mais depuis qu'on s'est recapté - après la rupture je l'ai rappelé en pleurant - y'a 1 semaine on a pu crever l'abcès et en discuter, il a compris que ça avait été difficile pour moi. Surtout avec le prof, Mr Truc qui avait un comportement dévalorisant à mon égard, ah je suis soulagé que Marcel ait compris la situation, je sais que je pourrai me reposer un peu plus sur lui maintenant !"

Ou encore "Zora, qui était censée être ma meilleure amie depuis le début de l'année m'a totalement ignorée quand je lui ai demandé du soutien après ma rupture, je suis dég, mais bon, je peux comprendre sa réaction je n'ai pas été très présent pour elle ces derniers temps".

Tu dis juste ce jugement que tes amis sont de bonnes fréquentations et qu'ils acceptent ton caractère - ce qui te dévalorise toi soit dit au passage - et t'encouragent à être spontané (oui, OK : comment ? Ils te prennent par la main et te font jouer à action ou vérité dans le métro ? vous sortez faire du parachute le samedi aprem ? tongue ).

Ne te sens surtout pas obligé de répondre à mes situations fictives, mais à répéter que tu ne communiques pas trop et que t'es timide tu t'auto-entretiens dans cette attitude-là. Elle est très impersonnelle ta liste de démons. T'as le droit de les personnifier, d'en vouloir à quelqu'un, d'être meurtri, etc. Le truc le plus personnel que tu "livres" c'est que tu n'es pas comme tes frangins et qu'on t'a étiqueté comme ça (taciturne, etc.) depuis l'enfance donc que tu as pris ton rôle sans trop broncher et sans te demander si tu ne t'y sentais pas trop à l'étroit.

Et pourquoi c'était toi qui avait le mauvais rôle de la famille ? C'est pas sympa ! tongue (je plaisante, bien sûr, mais y'a un peu de ça à te lire).

Hors ligne

#50 30-07-2019 19:43:10

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 494

Re : L'histoire d'un timide qui veut se battre

Cyclamen a écrit :

J'ai bien conscience que j'ai perdu sa confiance en tout cas.

Reformuation. Constat : elle a perdu sa confiance dans votre relation.
Pas EN TOI. Manifestement elle te fait toujours confiance !!

Hors ligne

Pied de page des forums