Seduire Un Homme.fr

Comment séduire un homme… et garder un homme !

#1 03-08-2017 14:49:27

Alis
Séduizeuse
Inscription : 11-06-2014
Messages : 6 354

Les handicapés du sentiment

http://www.lesnouvellesconquerantes.fr/ … sentiment/

Tout d’abord, il est essentiel de définir ce terme : être une handicapée du sentiment ne signifie pas ne pas ressentir des émotions ou encore être incapable d’aimer, non c’est plutôt être incapable de se laisser aimer. Toute la nuance est là. Les handicapées du sentiment sont des personnes qui ont des relations comme tout le monde. Souvent célibataires mais jamais pour bien longtemps, elles errent d’amourettes merdiques en amourettes merdiques. L’emploi du mot merdique prend tout son sens ici car les handicapées du sentiment raffolent des relations impossibles, dangereuses pour leur santé mentale et surtout vouées à l’échec !  Vous pensez qu’elles sont folles et qu’on ne peut pas sciemment se foutre dans le pétrin sentimentalement ? Et bien si justement ! Alors même si ce n’est pas toujours très clair et qu’elles ne sont pas toujours conscientes de s’impliquer dans des histoires merdiques, elles y vont quand même de leur plein grès ! Comprendre la logique des handicapées du sentiment n’est pas un casse tête et je dirais même que nous pouvons sans problème nous mettre à leur place car nous l’avons toutes été au moins une fois dans notre vie, sur une période plus ou moins longue. Suite à une rupture ou une relation un peu trop dure à avaler, dans laquelle on s’est un peu trop investie voire même un peu trop oubliée et dans laquelle on aurait laissé plus d’une plume ! Telle une huître, l’handicapée du sentiment referme son petit cœur tout écorché et par la même, ferme la porte à tout autre individu pouvant potentiellement lui apporter du bonheur à durée indéterminée…


Le processus d’une handicapée du sentiment

On vient de le voir, si une handicapée du sentiment aime les histoires merdiques c’est qu’elle en connait déjà l’issue avant même que celle-ci ait commencé. Donc si on connait déjà la fin, c’est plus pratique. C’est vrai, si vous allez au ciné voir un film et que vous savez déjà que la fin sera nulle, vous ne serez pas déçues. Et bien pour les handicapées du sentiment, c’est pareil. Elles jaugent l’histoire d’entrée de jeu et si celle-ci s’annonce pourrie, elles foncent car elles savent ce que ca va leur couter, sont d’accord avec ça et surtout, elles savent qu’elles ne seront pas déçues puisque de toute façon, elles ne s’attendent à rien de bon. Pratique n’est-ce pas ? Pas besoin de trop s’engager ou de trop s’impliquer dans une histoire qui pourrait marcher ou avec un homme qui pourrait les chouchouter. Non celui qu’elles choisissent est loin d’être à la hauteur de ce qu’elles espèrent secrètement mais au moins, il ne pourra pas les décevoir : « J’ai dégoté un infidèle, j’ai trouvé un égoïste qui ne m’appelle jamais,  je me suis mise avec un bourreau de travail qui fait passer sa carrière avant tout, au moins c’est plus pratique, celui là ne pourra pas me faire de mauvaises surprises, je sais déjà qu’il est comme ça ! ».

Ah oui, pratique effectivement, surtout quand il n’y a aucune prise de risque que le petit cœur écorché souffre de nouveau. Car c’est de ça qu’on peur les handicapées du sentiment, c’est de souffrir à nouveau, de donner trop et d’en attendre trop. Elles veulent bien aimer de nouveau (dans une certaine mesure) mais ne veulent surtout pas attendre un amour en retour de peur de le perdre. L’histoire merdique a du bon pour elles : garder le contrôle du niveau de souffrance quelles vont connaître. Elles savent d’entrée de jeu qu’elles vont souffrir et d’ailleurs n’en attendent pas moins. Et comme elles le savent, elles sont préparées, ne s’attachent pas plus qu’il ne faut pour ne pas trop souffrir. Bien sûr, tout ce schéma est totalement inconscient. Le cerveau nie toute forme de masochisme à se lancer encore et encore dans des histoires merdiques. Et bien souvent, lorsqu’un « mec bien » se profile à l’horizon, lorsqu’une amourette pourrait devenir une chose heureuse et qu’elle pourrait avoir enfin une relation avec quelqu’un qui lui correspondrait parfaitement, une handicapée du sentiment détale à vive allure par peur de vivre quelque chose de beau et d’heureux, sans certitude sur la date de péremption de la relation !

En ligne

Pied de page des forums