Seduire Un Homme.fr

Comment séduire un homme… et garder un homme !

#51 31-01-2016 19:54:27

Cilly
Séduizeuse
Inscription : 20-01-2016
Messages : 136

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui t'imposent leur stagiaire (oui, ça a un nom en médecine, mais là, j'sais plus) pendant la consultation sans te demander ton avis.
En même temps il faut bien les former.
- Des médecins qui foirent leur diagnostic parce qu'illes refusent de chercher plus loin, parce que la seule réponse qu'illes apporteront à tes maux, c'est : "perdez du poids, ça ira mieux". Et parfois, ça a des conséquences très graves, parce qu'illes n'ont pas pris la peine de te prescrire les examens nécessaires.
- Des médecins que tu vas voir pour tout autre chose et qui te parlent quand même de ton poids.
- Des médecins qui te demandent pourquoi tu viens voir un gynéco puisque tu es lesbienne.
- Des médecins qui te demandent de te déshabiller devant elleux.
- Des médecins qui te laissent nue avec les jambes écartées sur la table d'examens pendant qu'illes discutent avec un confrère la porte grande ouverte.
- Des médecins qui te hurlent littéralement dessus parce que tu n'as pas fait quelque chose avant de venir au rendez-vous (alors tu n'avez absolument aucune idée de ce qu'il fallait faire, accessoirement).
- Des médecins qui refusent de te poser un DIU selon leurs croyances (et sans arguments autres que ton âge ou le nombre d'enfants que tu as eu).
- Des médecins que tu as tout le temps l'impression de déranger, et qui te parlent toujours en étant agacés.
- Des médecins qui refusent de te prescrire des antidouleurs pour que tu comprennes bien qu'un avortement, ça ne se fait pas à la légère.
- Des médecins qui refusent de t'expliquer les raisons de leur prescription, parce que "si vous ne me faites pas confiance, c'est inutile de venir me voir".
- Des médecins qui n'écoutent pas et qui bâclent la consultation.
- Des médecins qui donnent priorité à l'examen plutôt que l'entretien.
- Des médecins qui ne te demandent pas ton consentement avant de t'insérer des trucs dans le corps.
- Des médecins qui ne t'expliquent rien de leurs gestes.
- Des médecins qui refusent de te prendre en consultation parce que tu bénéficies de la CMU.
- Et je ne continue pas cette liste parce que ça me prendrait trop de temps de tout répertorier.

Franchement, je ne sais pas si tu as vécu tout ça, mais je trouve ça aberrant. L'an dernier, suite à d'énormes conneries de ma part, j'ai dû suivre un traitement lourd et coûteux, entièrement aux frais de la sécu. Je me sentais tellement coupable que si j'avais eu les moyens à ce moment, je crois que j'aurais planqué ma carte vitale et que je l'aurais payé jusqu'au dernier centime. Je tiens à préciser que j'étais l'entière responsable de ce qui m'arrivait (c'est dur de situer le contexte sans l'expliquer, mais je n'ai pas envie de mettre ça sur un forum). Alors oui, sur la ribambelle de médecins et d'internes que j'ai vu pendant ces quelques mois, il y en a eu deux dans le lot qui se sont permis des remarques blessantes, ou qui ont failli refuser de me soigner ("parce que vous comprenez, on peut pas se permettre de vous donner ce traitement à chaque fois que vous prenez un risque"). Mais dans la majorité des cas, je suis tombée sur des personnes très humaines qui, si elles n'avaient pas l'habitude de rencontrer régulièrement un cas comme le mien tous les jours, ont fait de leur mieux pour m'aider.

Et quant à la pratique de l'avortement, les médecins ne sont pas tenus de le faire eux-mêmes. Le cas échéant, ils doivent rediriger la patiente vers un confrère à qui ça ne pose pas de problème. D'ailleurs c'est pas toujours une histoire de croyance, on peut très bien être athée et être contre l'avortement.

Plus généralement, il ne faut pas oublier que les médecins sont des humains comme les autres. Avec des bons, des mauvais jours, des jours avec, des jours sans.
Qu'avec le vieillissement de la population, le nombre de patients augmente, mais que le numérus clausus de la PAES1 n'a pas bougé depuis des plombes.

Bref, il y a de bons, et de mauvais médecins, des médecins humains et d'autres qui ne le sont pas (en sachant que "bon médecin" et "médecin humain" n'est pas toujours synonyme).

Dernière modification par Cilly (31-01-2016 19:55:35)

Hors ligne

#52 31-01-2016 20:17:42

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 510

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Oui, c'est comme si on disait qu'il n'y avait pas de dérives policières sous prétexte qu'il y a des policiers qui font très bien leur boulot (ou que c'était marginal es contrôles au faciès, les voitures de police qui ne respectent pas 1/4 du code de la route sans aucune raison "urgente", euh, ouais non, ça c'est pas vrai, quoi). Y'a plein de policiers qui font leur travail très bien, avec conscience, oui, et c'est injuste de généraliser la fonction "policier" sauf que dire avec un regard angélique et la bouche en coeur "C'est un policier, il est forcément gentil - de par  sa fonction - et là pour te protéger, comme ceux de la TV", bah triplement non...

Comme "une maman", "un médecin", "un professeur", suffit pas d'avoir la fonction pour en avoir les qualités présumées et tout ce qui est à responsabilité avec de gros ascendants potentiels sur les autres est soumis à des dérives incroyables, et c'est absolument pas marginal. Souvent, le pouvoir monte au nez. Y'a les partisans du moindre effort, y'a ceux qui ont la sécurité de leur fauteuil et à qui le reste n'importe pas (ou moins). Et y'a SURTOUT tous ceux qui se font tyranniser par leur "chef de service" et qui font exactement comme ille dit, oui j'ai aussi fait un stage en clinique hospitalière j'ai pas juste inventé tout ça de ma simple expérience de "patiente".

Sur un petit pouvoir ça s'observe déjà, sur un gros pouvoir c'est généralement encore pire. La "médecine occidentale" dans son intimité TEND à nier la capacité d'auto-guérison du corps, et la capacité d'auto-analyse des "patients" qui viennent CONSULTER pour obtenir un DIAGNOSTIC et une PROCEDURE DE SOIN (qui passe souvent par une PRESCRIPTION et/ou une INTERVENTION) dans le but d'être GUéRI/SOIGNé. - Donc le "médecin" a bien un rôle de "guérisseur" et de "savant" face au patient passif qui attend sa sentence et n'a qu'un modeste rôle de suspect soumis à un interrogatoire plus ou moins bien mené par le praticien. Y'a d'autres approches, qui existent, qui sont à la fois plus "globales" dans le corps, et à la fois plus centré sur une réelle connaissance de son propre corps, etc.

Pouvoir choisir son praticien est totalement utopique ! Où est l'annuaire du choix ??? Comment fait-on, sur quels critères ? Croyez vous qu'on est réadressé à l'infini à des "spécialistes" ? A des consultations adaptées au problème décrit dans des services hospitaliers ? Non mais sincèrement ?? Même en allant dans le privé... quand on ne rencontre aucun médecin qui veut prendre "au sérieux" ce qu'on lui dit, bah on n'en rencontre pas, personne n'en connaît, ceux qu'on nous conseille ont la même réaction... et c'est comme ça. C'est pas le patient qui est trop bête pour trouver "the one" : le médecin qui le prend pas (rayer les mentions inutuiles) pour un dépressif hypocondriaque/un anorexique mental/une mythomane en quête d'attention/une lesbienne refoulée/un dépendant affective qui veut pas couper le cordon avec sa mère/une nymphomane repentie, etc. c'est que ce sont des gens issus de notre société et qu'ils ont les mêmes préjugés que ceux qu'on voit sur ADS/SUH, et ça calme, quand on capte, moi ça m'a calmée en tous cas !

Moi, je.

Mary Read a écrit :

Au hasard :

- Des médecins qui t'imposent leur stagiaire (oui, ça a un nom en médecine, mais là, j'sais plus) pendant la consultation sans te demander ton avis.

Moi non, mais j'ai eu droit à mon dernier rdv chez mon généraliste à une leçon de morale du stagiaire de mon médecin sur... hahaha : ma contraception et le fait que j'ai décidé de faire le choix de ne pas en utiliser (j'adoorrrrrrre, tu dis que tu peux te passer de "la pénétration" et là on dirait que t'as déclenché un tsunami de remarques/réflexions/mélodrames, ouais bah si y'a des pratiques qui nécessitent aucune contraception, plein... être content par exemple ! big_smile ). J'ai un dossier de X pages de tous les problèmes que j'ai eu avec les différents contraceptifs que j'ai pu avoir et le mec me sort les yeux dans les yeux : il est devant l'ordi où y'a normalement tout hein, que "de nos jours la médecine maintenant est fiable au niveau de la contraception" = je n'ai pas 1 siècle, si je lui dis que les contraceptifs hormonal je ne les tolérait pas y'a quelques mois, il acte que "ok", et il n'essaye pas de me reprendre en disant que la médecine a fait des progrès depuis - depuis quoi ?? franchement ?? - bref, non, autoriser un stagiaire à apprendre son futur métier ce n'est pas l'autoriser à me donner SON AVIS. Merde.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui foirent leur diagnostic parce qu'illes refusent de chercher plus loin, parce que la seule réponse qu'illes apporteront à tes maux, c'est : "perdez du poids, ça ira mieux". Et parfois, ça a des conséquences très graves, parce qu'illes n'ont pas pris la peine de te prescrire les examens nécessaires.

Oui, exactement, dans cet unique sens. Parce qu'à côté faut faire des pieds et des mains quand on a une perte de poids ANORMALE (pour nous-même, pour une mannequin de podium j'en sais rien, et je m'en tamponne) et qu'on se sent vraiment très mal. C'est totalement annexe. L'esthétisme veut qu'on soit content d'en perdre, du poids, donc pourquoi se plaindre... ?! avant de trouver quelqu'un qui veut bien prendre en compte le problème, bah 43 kgs et arythmie cardiaque. Quand on voit les côtes c'est pas bien, c'est pas content du tout, moi je trouve ça Aïe, mais ça tout le monde s'en branle, c'est psychologique... avec 10 kgs de plus, putain que je me sens mieux. Quand t'es en dessous de l'IMC c'est  "vous plaignez pas" et "faut manger à table, 3 repas par jour" (j'en faisais 10 au moins des "repas par jour", je perdais du poids...)

Mary Read a écrit :

- Des médecins que tu vas voir pour tout autre chose et qui te parlent quand même de ton poids.

Non, ça m'est jamais arrivé, ça.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui te demandent pourquoi tu viens voir un gynéco puisque tu es lesbienne.

Ah ça m'est arrivé ça ! J'étais accompagnée de ma copine (de l'époque) et j'ai dû passer X temps à expliquer que j'avais pas besoin de répondre à la question de si je couchais avec elle ou pas pour me faire soigner, que j'avais mal au ventre, déjà, et des saignements "hors cycle" réguliers (aussi des vomissements et des nausées). Le reste ne regarde personne, ça change rien que je couche ou non avec une fille... et si en plus je suis lesbienne parce que je suis accompagnée d'une copine, putain, où va le jugement hâtif ? J'ai toute confiance dans les qualités de "diagnostic éclairé et réfléchi" de ce praticien... horrible.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui te demandent de te déshabiller devant elleux.

Oui.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui te laissent nue avec les jambes écartées sur la table d'examens pendant qu'illes discutent avec un confrère la porte grande ouverte.

Moi non, par chance, jamais.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui te hurlent littéralement dessus parce que tu n'as pas fait quelque chose avant de venir au rendez-vous (alors tu n'avez absolument aucune idée de ce qu'il fallait faire, accessoirement).

Oui, pas qu'une fois, c'est un grand classique ça ! (et de me barrer avant la fin d'un rdv et de le payer quand même, of course; classiiiiiiiiiique aussi = je regrette, je suis pas là pour me faire engueuler dixit Boris Vian ou pas).

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui refusent de te poser un DIU selon leurs croyances (et sans arguments autres que ton âge ou le nombre d'enfants que tu as eu).

Haha. Sans refuser (puisque je demandais rien sauf des informations sur des praticiens posant le DIU aux nullipares), mon médecin généraliste après m'avoir dit qu'il fallait absolument (impérieusement) que je pose le DIU en faisant fi de me réticences sur l'abondances des menstruations avec et sans, m'a fait une leçon de sciences pour me dire que non, si j'avais pas eu d'enfants alors j'avais l'utérus trop petit, car pas agrandi encore. OUI OUI, et la marmotte, comme on dit... si ça peut faire rentrer un bébé ça doit bien pouvoir faire rentrer un bâtonnet... pff.

Mary Read a écrit :

- Des médecins que tu as tout le temps l'impression de déranger, et qui te parlent toujours en étant agacés.

Oui. Oui...

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui refusent de te prescrire des antidouleurs pour que tu comprennes bien qu'un avortement, ça ne se fait pas à la légère.

Non. (j'ai jamais avorté).

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui refusent de t'expliquer les raisons de leur prescription, parce que "si vous ne me faites pas confiance, c'est inutile de venir me voir".

Oui. OUI. OUIIIIIIIIIIII. (genre c'est une secte quoi).

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui n'écoutent pas et qui bâclent la consultation.

Classique. Attendre 3 mois un rdv super important pour 10 minutes de rdv et... un rdv chez un psy. big_smile

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui donnent priorité à l'examen plutôt que l'entretien.

Ah ouais, je me suis déjà fait tripoter je ne sais combien de temps par un... spécialiste des "maladies tropicales infecteuses" (je l'ai vu sur la lettre de recommandation, c'était une consultation gynéco normalement), qui a vérifié mes articulations en étant moi à poil sur la table d'examen (non mais je ne sais combien de fois il faut plier-déplier coudes et genoux en tapant dessus avec le marteau exprès pour que ça soit concluant ?) pour écrire que j'étais anorexique mentale et qu'il me prescrivait une chimiothérapie ainsi qu'un accompagnement psychologique.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui ne te demandent pas ton consentement avant de t'insérer des trucs dans le corps.

Yep, leurs gros doigs par exemple. ET aussi qui te disent qu'ils vont te donner un tampon hygiénique après avoir fait l'examen (que tu veux pas faire car tu es indisposée) alors qu'en vrai, non haha, surpriiiiiiiiiise, démerde toi. Ah, trop drôle.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui ne t'expliquent rien de leurs gestes.

Classique.

Mary Read a écrit :

- Des médecins qui refusent de te prendre en consultation parce que tu bénéficies de la CMU.

Jamais eu la CMU.

Mary Read a écrit :

- Et je ne continue pas cette liste parce que ça me prendrait trop de temps de tout répertorier.

Ouais, mais le hasard est édifiant, ce sont des expériences que beaucoup de gens ont faites, faut arrêter de croire qu'on est unique dans notre malchance, j'ai pas le maudit sur moi...

Pour rien à voir ma meilleure amie est allée à l'hôpital pour faire contrôler un truc, le spécialiste s'est trompé dans son examen (en fait elle avait toujours le problème, il s'aggravait), bah rien... il lui a juste dit "oh c'est rien j'ai vu mille fois pire chez d'autres patients", genre c'est pas assez grave/spectaculaire pour que ça intéresse le gars, elle est insignifiante avec son problème de moindre importance (c'est pas de la gynéco). Je la cite elle parce qu'en général elle a de très bonnes expériences médicales à raconter, tout se passe généralement bien (opérations bégnines de la peau, des dents de sagesse, etc.), sauf depuis qu'elle a sa maladie dont nul ne connait la cause et qu'on ne lui trouve pas de traitement adapté depuis x mois, là elle fait les mêmes expériences pourries que moi...c'est pas un maudit sur certaines personnalités inadaptées au système, c'est seulement que certains problèmes n'entrent pas dans des cases prédéfinies, et ce que la médecine "traditionnelle" ne sait pas " " "guérir" " "  par le protocole "usuel" bah... ça transfère la faute au patient de pas s'occuper de sa maladie comme il le devrait. (quand c'est gynéco, c'est la faute à ce que tu fais de tes fesses, c'est encore plus dur à entendre - sûrement - que ça touche à l'intime, à l'identitaire, au psychologique, aux constellations familiales). Idem pour "le poids", c'est ARCHI-lié.

Troubles hormonaux ET poids "anormaux", c'est quasiment corrélé à chaque fois. D'ailleurs "si vous ne mangez pas de viande ne vous étonnez pas que" combien de fois je l'ai entendu celle-là. Et combien de fois j'avais envie de répondre "Vous, vous devriez manger plus de carottes, il paraît que ça rend aimable". Bref. Ouais y'a aussi des "personnalités" et des "choix de vie/modes de vie" qui ne sont pas très acceptés (car beaucoup trop différents sans doute, j'hypothétise) par le personnel soignant - surtout quand il a un cabinet/un service à faire tourner, travaille x jours par semaine x heures par jour depuis son adolescence... l'envie de penser à autre chose qu'aux maladies/pathologies/problèmes sociaux des patients après le boulot doit jouer aussi... du coup, l'envie de "mettre à distance" des trucs qui évoqueraient une esquisse de remise en question de choix personnels, ce genre de trucs.

A mon avis y'a plein de raisons, de circonstances et de causes systémiques prises à part et ensemble. Mais merde alors, qu'on ne dise pas que c'est quand on le dit que "ça pique", plein de trucs piquent à l'idéal, c'est pas pour autant que ça n'existe pas, et que ça n'est pas une réalité ! Alyna, on t'encourage à faire ce métier bien, avec bienveillance et on est content que tu rencontres des gens bien, mais tu peux pas balayer d'un revers de main ce que NOUS on vit depuis qu'on a commencé notre cheminement dans le système de soin français. Moi non plus j'avais pas une image dégueulasse de "la médecine", j'allais même jamais chez le médecin en général je me portais bien, avant d'avoir posé un implant contraceptif, j'avais rien à dire des médecins, j'avais plutôt confiance, sans plus sans moins. Mais, j'ai vécu des trucs, je te dis, voilà, je les ai vécus...

Ma mère m'a fait subir des trucs, bah elle a fait de son mieux (ou pas j'en ai rien à carrer) mais elle l'a fait. Qu'elle ait été ma mère et qu'elle l'ait fait quand même c'est juste "pire", c'est de l'abus de pouvoir/confiance. Je suis pas en colère contre toutes les mères du monde, mais quand même, le lien maternel tel qu'il est envisagé permet des gros abus (car elles ont le bon dieu sans confession dans la mentalité collective, trop souvent), le dire c'est simplement permettre à ceux qui les ont subi de se libérer de la culpabilité qu'ils peuvent encore ressentir. Et ça donne encore plus de mérite à ceux qui font réellement les choses en conscience et respectueusement, qu'ils fassent de façon bienveillante parce que cela est leur choix, et pas qu'une simple "minorité de malveillants" casse l'image positive de TOUS les gentils qui ne font "que leur travail" (bouche en coeur).

Non, ça stop. Vraiment, en nombre c'est pas marginal du tout les dérives et les abus. Profs abusifs, parents abusifs, surveillants abusifs, médecins abusifs, etc. qu'on soit pas focalisés sur la méchanceté parce que c'est pas le plus intéressant, certes, mais ça ne "pique" pas de le dire.

Hors ligne

#53 31-01-2016 21:21:48

Alyna
Séduizeuse
Lieu : Improbable
Inscription : 03-09-2013
Messages : 3 780

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Canelle, tu as très mal compris ce que j'ai dit.
Ce qui "pique" c'est pas de toucher à l'idéal ou de dire, d'ailleurs j'ai bien conscience de toutes ces dérives et je trouve ça intolérable moi aussi. Vos exemples ne m'ont rien appris que je n'avais pas déjà entendu ailleurs.
Ce qui "pique" c'est d'entendre que tous les médecins de France fonctionnent comme ça. Ce qui pique c'est d'entendre des généralités. Qu'on dénonce, oui complètement d'accord, qu'on généralise non et cent fois non, quelque soit le domaine, médecine comprise.

Bbk avait des problèmes qui n'entraient pas dans les cases prédéfinies, et la médecine traditionnelle n'arrivait pas à le guérir (ni même à comprendre le problème) par les protocoles usuels, comme tu dis. Et pourtant on ne nous a JAMAIS fait sentir que c'était nous les fautifs, ni BBK.
Là encore, je ne donne pas cet exemple pour nier que ça arrive, mais pour montrer qu'on ne peut pas généraliser.

Dernière modification par Alyna (31-01-2016 21:23:38)


"I wish to live a life that causes my soul to dance inside my body."

Hors ligne

#54 31-01-2016 21:50:47

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 510

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Tant mieux pour toi Alyna !

Hors ligne

#55 26-06-2016 11:23:49

Oxymore
Séduizeuse
Lieu : partout, entre chien et loup
Inscription : 23-03-2014
Messages : 1 806

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

On n'en sortira jamais !

La suppression du délai de réflexion, le 17 décembre  2015, fut une bonne chose.

Mais ça ! !!! : http://www.slate.fr/story/119781/arret- … necologues

Bon je ne suis pas allée le chercher ailleurs que sur ce site, mais je l'ai aussi entendu à la radio vendredi.

Je me suis débrouillée, en accord avec mon médecin, mais aussi parce que j'étais à la limite des délais, pour faire mon IVG un samedi. Mais j'aurai eu un ou deux jours de repos, en début de semaine suivante, ça n'aurait pas été du luxe, et m'aurait peut être évité autant de fatigue, et donc mon accident de voiture, ou bien de me retrouver à saigner comme un(e) goret(te) qu'on égorge et devoir me changer au taf, avec la baisse des hormones à maîtriser pour faire bonne figure...

Un arrêt de deux ou trois jours devrait SYSTEMATIQUEMENT être PROPOSE (mais pas forcément prescrit, laissons aux femmes le droit de choisir ce qui leur semble le mieux pour elles...) en cs d'IVG médicamenteuse, à domicile ou en hôpital...


John Lennon : Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serai grand. J'ai répondu : "Heureux". Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.

Hors ligne

#56 26-06-2016 11:51:21

Rosalyn
Séduizeuse
Lieu : Dans l'atrium gauche
Inscription : 10-04-2016
Messages : 4 175

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Oxymore a écrit :

Un arrêt de deux ou trois jours devrait SYSTEMATIQUEMENT être PROPOSE

Absolument d'accord !


« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible » Antoine de Saint-Exupéry

Hors ligne

#57 22-06-2017 10:33:22

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 986

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Peut-on épingler ce post en haut de la rubrique ? Il est d'utilité publique ! Merci Oxymore

Hors ligne

#58 22-06-2017 13:17:30

Canelle
Séduizeuse (admin)
Inscription : 15-09-2013
Messages : 11 510

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Vassilia a écrit :

Peut-on épingler ce post en haut de la rubrique ? Il est d'utilité publique ! Merci Oxymore

oui, on peut...

Hors ligne

#59 22-06-2017 13:20:37

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 986

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

super ! merci ! je ne savais pas si c'était possible !

Dernière modification par Vassilia (22-06-2017 13:20:52)

Hors ligne

#60 30-06-2017 14:15:45

Alis
Séduizeuse
Inscription : 11-06-2014
Messages : 6 315

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Mort de Simone Veil, quand je lis les commentaires haineux, pour la plupart des hommes, envers les salopes qui pratiquent un IVG de confort, je me dis qu'il y a encore du boulot pour faire comprendre certaines choses.

Hors ligne

#61 30-06-2017 16:40:36

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 986

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Oui...

Baptiste Beaulieu (un jeune médecin assez engagé) a publié ça ce matin :

"Aujourd'hui, Simone Veil est morte.
Des charognes s'agitent sur son cadavre.
Je lis ce genre de tweets :

"Qu'elle repose en paix et qu'elle contemple les millions de victimes que sa loi a généré"

Je voudrais donc rappeler quelques données médicales sur l'IVG, et le nombre de vies qu'elle a sauvé :

1/ Il y a la même quantité d'IVG pratiquée dans les pays où celle-ci est légalisée que dans les pays où celle-ci est illégale.

2/Quoi que vous pensiez de l'IVG, une femme qui ne veut pas avoir d'enfant TROUVERA un moyen de ne pas avoir d'enfant.

3/Dans les pays où elle est illégale, le taux de morbi-mortalité féminin est 35 fois plus élevé.
(Pensons-y chaque fois que les opposants à l'IVG se font appeler les "pro-vie").

4/ Si l'avortement légal n'a JAMAIS fait augmenter le nombre des IVG pratiquées, il est certain que la légalisation de l'IVG a fait diminuer le taux de mortalité par rapport à l'IVG clandestin.

Voilà. Merci Madame Veil d'avoir SAUVÉ toutes ces vies."

Hors ligne

#62 30-06-2017 17:01:04

Joy
Séduizeuse
Inscription : 30-04-2015
Messages : 2 391

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Oui merci Simone Weil.

J'ai une immense admiration pour cette femme forte. Les femmes fortes dérangent toujours les hommes faibles (et ils sont nombreux).


Spread your wings before they fall apart

Hors ligne

#63 03-07-2017 17:21:11

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 986

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Hors ligne

#64 03-07-2017 17:23:20

Joy
Séduizeuse
Inscription : 30-04-2015
Messages : 2 391

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

Vassilia, la pro des références littéraires... smile


Spread your wings before they fall apart

Hors ligne

#65 03-07-2017 18:34:14

Vassilia
Séduizeuse
Lieu : Bibliothèque de Sunnydale
Inscription : 26-06-2013
Messages : 11 986

Re : Et si la contraception échoue... (IVG)

smile c'est une bd très courte, entièrement en ligne et vraiment bien fichue smile

Hors ligne

Pied de page des forums