Devenir Gameuse, une Bonne Tactique de Séduction ?

Par 5 Avr 2016 12 Commentaires

gameuse

Entre préjugés et glorification, le statut des femmes semble bénéficier d’un statut différent dans le monde des amateurs de jeux vidéo.

Plus d’une joueuse de jeux vidéo sur deux est en couple !

Mais quel est leur secret ? Comment séduire les hommes grâce aux jeux vidéo ?

Start here.

*Cet article a été rédigé en évitant au mieux les clichés. Si vous êtes un passionné de jeu vidéo, n’hésitez pas à me dire lorsque vous n’êtes pas d’accord avec certaines idées !*

Les hommes sont souvent un peu Gamers

Gamer occasionnel ou véritable acharné, l’amateur de jeux vidéo n’est pas celui qu’on croit : un adolescent prépubère à lunettes, en surpoids et sans vie sociale.

Il est partout : sur votre lieu de travail, dans votre salle de sport, derrière le dernier profil Tinder que vous avez « matché », au mariage de votre cousine par alliance et même peut-être dans votre maison !

Les jeux vidéo se sont démocratisés à tel point qu’un important pourcentage d’hommes se divertit après une journée de boulot, une session de sport ou le lendemain d’une cuite, en s’évadant dans des parties numériques. Ils y retrouvent leurs potes ou en profitent simplement pour se retrouver peinards !

Sur PC ou sur console, en ligne ou seul, les formats sont aussi nombreux que divers : jeux de sport comme FIFA ou Nba 2K, jeux de rôle comme Wow ou Skyrim, jeux de tir à la première personne comme Call of Duty ou Counter Strike, jeux de combat comme Tekken ou Street Fighter, jeux de course comme Need for Speed, jeux d’aventure comme GTA ou Final Fantasy ou encore les jeux cultes comme Pokemon, Mario ou Snake….

Une variété tellement étendue qu’en découle un fait : l’immense MAJORITÉ des hommes joue ou a joué à AU MOINS l’un de ces jeux. D’où l’intérêt de savoir comment en tirer profit en tant que future séductrice !

On ne peut pas nier le statut particulier qu’a la Gameuse

Avoir une copine qui joue aux jeux vidéo est pour les hommes quelque chose de très plaisant –ou du moins, l’idée qu’ils s’en font-.

C’est un peu comme si votre copain actuel adorait faire du shopping ou mater les épisodes du Bachelor, le gentleman célibataire avec vous (Moi, abuser des clichés ? Jamais.) : il aime partager un de ses centres d’intérêt avec vous.

Mais en plus de potentiellement remplir les critères de la petite-copine idéale, la Gameuse fait doucement rêver les garçons. Et lorsqu’on y réfléchit, c’est totalement logique.

Lorsque les premiers jeux vidéo sont sortis, le public était majoritairement composé d’hommes. Et si la donne a évolué entre temps, l’image associée à ce passe-temps est restée très masculine.

Dans ce contexte où le ratio homme/femme n’est pas –en apparence- proportionnel, la présence féminine ne laisse pas indifférent.

La phrase sortie par l’un de mes amis gameurs en est révélatrice, « Elles ont du succès non pas parce qu’elles sont gameuses, mais simplement parce que ce sont des filles ».

À l’instar des facultés d’ingénieurs, les filles sont considérées comme des Pokémons rares dans le milieu du gaming. Et s’il ne fait pas forcément partie du podium (le plan à trois et Rihanna sont indétrônables), une sorte de fantasme s’est même développé autour.

Et il suffit de surfer sur les réseaux sociaux pour le constater.

gameuse-1_164282_w620

gameuse-8_164291_w620

Oh ! Elles ont de beaux cheveux dis donc !

Mais ce fantasme reflète-t-il la réalité ?

Qui sont vraiment les Gameuses ?

Certaines Gameuses ont conscience de la réalité du « marché » et savent le tourner à leur avantage. Dans un univers où elles savent qu’elles sont valorisées, elles en jouent. Parmi celles-ci, nous trouvons :aG9YR7Z_700b_v1 (1)

  • La fille sexy qui streame (elle se filme en direct en train de jouer). Si ce n’est pas forcément une catégorie très répandue, c’est un système qui marche.
    Elle sait qu’elle n’a pas forcément besoin d’être une excellente joueuse pour développer un public conséquent, très généreux.
  • La fille qui revendique (un peu trop) son statut de Gameuse dans la vraie vie pour être valorisée auprès des garçons. Mais petit problème, marquer « gameuse » dans le descriptif de sa bio Twitter et mettre une photo de manette sur son profil ne suffit pas pour être considérée comme gameuse.
    Grillées au bout de cinq minutes et moqués par les « vrais » amateurs de jeux vidéo, les « Gaming girls » ne sont pas les bienvenues…
  • Et derrière ces « vraies » amatrices de jeux vidéo se cachent… des filles comme vous et moi. Provenant de milieux divers et variés mais réunies par une seule passion, le jeu.

Ces filles savent qu’il n’est pas obligatoire de jouer de son statut pour bénéficier des bons côtés d’être une fille derrière son PC.

En effet, les Gameuses reçoivent plus facilement des cadeaux ou de l’aide de la part des autres joueurs.

Elles ont aussi moins de difficultés que les autres à trouver un copain (souvent gamer). Dans une étude d’Harris Interactive datant de 2011, 64 % d’entre elles seraient en couple.

Mais ce statut a aussi son revers de médaille. Entre préjugés, insultes, drague trop insistante et harcèlement, le quotidien de la gameuse n’est pas toujours très rose (mais heureusement, la plupart des gamers restent respectueux).

Un statut de privilégiée qui tend aussi à disparaître. En effet, les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’intéresser aux jeux vidéo. À tel point que l’on estime qu’à présent, un joueur sur deux serait une fille (une statistique à nuancer par le fait que les jeux mobiles sont pris en compte).

a9PvByD_700b

Entre les femmes qui jouent occasionnellement –les « casual »-, celles qui sont passionnées –les « hard »-, celles aux boobs à l’air et les petites amies de gamer qui essaient de s’initier pour eux, la balance de l’offre et de la demande risque de ne plus forcément être en leur faveur.

Dire aux garçons qu’on est Gameuse ? Attention au shit-test !

Lorsque nous jouons occasionnellement à des jeux vidéo, il est très tentant d’annoncer fièrement aux garçons au cours d’une discussion sur le sujet que « nous aussi, on est gameuse ! ».

Petit sourire en coin, intérêt soudain plus prononcé, plus l’homme sera un passionné, plus cette nouvelle information lui fera plaisir. Surtout s’il ne s’y attendait pas du tout par rapport à l’image qu’il s’était faite de vous.

Enfin… Si vous avez réussi à réellement le convaincre.

En effet, beaucoup d’entre eux s’imagineront tout d’abord que vous n’êtes pas vraiment gameuse. (Vous remarquerez l’importance dans cet univers de distinguer les « vrais » des « faux »)

Dire que vous êtes une accro à Candy Crush, aux Sims ou au Docteur Kawashima n’est PAS une très bonne idée. Aussi injuste que cela puisse paraître, votre target rira intérieurement et passera à autre chose.

À l’inverse, si vous réussissez à le surprendre lorsqu’il vous pose la fameuse question « Tu joues à quels jeux ? », vous gagnerez des points en répondant des noms de jeux qu’il estime.

Mais attention ! Le test ne s’arrête pas là. Vous vous doutez bien que votre target vous attendra au tournant dès que l’occasion se présentera.

« Est-ce qu’elle joue bien ? Est-ce qu’elle est meilleure que moi ? »

Si certains n’en tiendront pas rigueur, je peux vous assurer que d’autres avaleront mal la pilule de perdre contre vous. Donc attention lorsque vous prenez les manettes. Évitez le combo fatal, au risque de faire un head shot dans son estime.

Vous n’êtes pas gameuse ? Cet article est AUSSI pour vous

Vous ne vous sentez pas concernée par l’article ? Vous n’êtes même pas une joueuse du dimanche et les jeux vidéo sont pour vous ce qu’est un sèche-cheveux pour un chauve ? Mais vous voudriez quand même gagner des points auprès des gameurs ?

C’est simple ! Intéressez-vous aux jeux auxquels ils jouent et pourquoi pas, au monde du gaming. Mais si toutes ces choses ne vous intéressent pas, vous n’avez pas besoin de tout connaître bien évidemment. Apprenez juste les bases.

Pourquoi ? Cela va le séduire parce que :

  • Cela vous fera des points communs. La réalité est telle que les opposés ne s’attirent pas (souvent), mais qui ressemble s’assemble ! Plus vous vous rapprochez de son monde, plus il se sentira à l’aise et prêt à construire quelque chose avec vous.
  • Vous serez parfois la seule avec qui il pourra en discuter. Certains gamers jouent à des jeux où les filles sont quasi inexistantes, parfois même, ils jouent à des jeux dont personne ne connaît l’existence. Ils ont donc l’habitude de ne pas pouvoir s’attarder sur le sujet afin de ne pas ennuyer l’autre.
    Donnez-lui l’occasion de parler de sa passion ! Vous allez clairement vous démarquer et monter dans son estime.
  • Vous comprendrez ce que les non-initiés ne comprennent pas. Vous serez le genre de copine à savoir qu’il ne peut parfois pas mettre pause. Vous saurez quel cadeau lui fera réellement plaisir.
    Vous éviterez soigneusement de faire l’amalgame entre geek et gamer.
    Bref, vous le surprendrez par votre ouverture d’esprit et votre compréhension.
  • Vous lui donnez l’occasion d’être le BOSS. Si vous voulez vous initier pour le séduire, la meilleure façon est de lui demander s’il peut être votre professeur. Il se sentira alors fort et valorisé. Il pourra fièrement mettre en avant son savoir-faire.
    Attention toutefois aux gamers qui perdent patience lorsqu’ils essayent d’apprendre aux débutants comment jouer. La dispute et le « mais tu comprends rieeeen ! » sont vite arrivés !

Le Petit Robert du Gamer

Pour vous aider dans votre quête, voici un petit dictionnaire des mots qu’utilisent les gamers. Les utiliser devant lui alors qu’il ne s’y attend pas est une technique de charme assurée ;)

GG = (Good Game) Bien joué ! À utiliser en toute occasion, il a eu une promotion ? GG !

Noob/Newbie/Kevin = Un débutant ou un nul. Rolala, t’es vraiment un noob en cuisine toi ! ;)

MMORPG = Massively Multiplayer Online Role-Playing Game. Celui-là, vous ne pourrez pas le placer dans n’importe quelle discussion. Par contre, si vous lui montrez que vous savez ce que veut dire MMORPG, il en sera bouche bée !

Lag = Ralentissement du jeu à cause d’une mauvaise connexion internet. « Ah, internet lag, je n’en peux plus ! »

IRL = In Real Life. Envoyez-lui par exemple par message, « Tu as fini de jouer ? C’est l’heure d’une toute autre partie… IRL ;) »

Cheat code = Code de triche. « Rah, mais tu sais trop bien faire les (à remplir), t’as un cheat code ou quoi ? »

En conclusion !

Pour conclure cet article (très long !), si vous deviez retenir UNE chose, c’est que les mecs n’attendent pas d’une femme qu’elle joue aux jeux vidéo.

Par contre, si vous êtes joueuse, il en sera ravi. Vous l’aurez donc compris, ce n’est que du bonus !

 

Et vous ? Vous aimez les jeux vidéo ?

Christelle, qui vote pour que les Sims soient considérés à leur juste valeur. #niveau332àCandyCrush


Comprendre le body language des hommes

Comment savoir à coup sûr si vous plaisez a un homme? Apprenez à décrypter les signaux d'attraction physiques des hommes...

> Découvrez cet Ebook



Commentaires (12)
  • Grammar Nazi | 5 avril 2016

    – un adolescent prépubère à lunettes*
    – en profitent simplement pour se retrouver peinards* (pénard = vieillard libertin et rusé. Bon, il doit y en avoir à qui ça correspond hein)
    – jeux de sport comme FIFA ou NBA2K* => en fait, il y a pas mal de jeux en 2K : NBA2K, WWE 2K, NHL 2K, tous produits par 2K Sports, filiale de 2K
    – jeux de combat comme Tekken*
    – l’immense MAJORITÉ des hommes joue ou a* joué
    – quelque chose de très plaisant – ou du moins c’est* l’idée qu’ils s’en font –*
    – une sorte de fantasme s’est* même développé autour
    – La fille sexy qui streame* => bon, « streamer » n’existe pas, mais « elle streame » est l’usage courant, en attendant une décision officielle
    – Grillées au bout de cinq minutes et encensées par les « vrais » amateurs de jeux vidéo => « encensées » signifie « louées, flattées », ce qui me semble tout à fait le contraire de ce que tu veux dire. Sauf si j’ai mal compris…
    – le quotidien de la gameuse n’est pas toujours très rose (mais heureusement, la plupart des gamers restent respectueux).* => le point est en fin de phrase
    – Un statut de privilégiée* qui tend
    – un joueur sur deux serait une fille (une* statistique à nuancer par le fait que les jeux mobiles sont pris en compte).* => le point est en fin de phrase
    – beaucoup d’entre eux s’imagineront tout* d’abord
    – Dire que vous êtes une accro à* Candy Crush, aux* Sims ou au* Docteur Kawashima
    – si vous réussissez à le surprendre lorsqu’il vous demande le fameux* « Tu joues à quels jeux ? » => pas de virgule, et formulation un peu bancale. Préférer : […] lorsqu’il vous pose la fameuse question « Tu joues à quels jeux ? ».
    – les jeux vidéo sont pour vous ce qu’est un sèche-cheveux* pour un chauve
    – La dispute et le « mais tu comprends rieeeen ! » sont* vite arrivés* !
    – « Ah, mon ordinateur lag, je n’en peux plus ! » => loupé. Tu as du lag dans ta partie, mais ton ordinateur rame.
    – C’est l’heure d’une toute* autre partie
    – Par contre, si* vous êtes joueuse

    Verdict : j’hésite entre afficher un énorme « Wasted »ou te proposer d’insérer une pièce pour une nouvelle partie. Mais vu que c’est toi l’auteur, c’est plus du « Same player shoot again ».
    [AMIS DE LA FINESSE : FOUTEZ LE CAMP !]
    Soit dit en passant, ton article tombe très bien, la séduction est au coeur du jeu vidéo depuis ses préludes sur borne d’arcade. Car sur une borne ou face à une femme, il est toujours question de doigts sur une fente et de jouer avec son stick.
    C’est tout pour moi, merci beaucoup !
    [/AMIS DE LA FINESSE : JE VOUS AVAIS PREVENUS !]

    • Christelle | 6 avril 2016

      Bon, cette semaine, je me doutais bien du verdict. Disons que… je me suis concentrée plus sur le fond ^^’

      Pour le doc d’Ovidie, je l’avais déjà visionné. D’ailleurs, j’aime beaucoup les articles qu’elle écrit. Dommage qu’elle ne nourrit pas très régulièrement son blog. (Je vois que Grammar Nazi est sur tout les fronts aha)

  • Grammar Nazi | 5 avril 2016

    Ton article me rappelle un excellent documentaire d’Infrarouges réalisé par Ovidie (qu’on aurait bien tort de réduire à son ancien métier) dans lequel une gameuse parlait de son quotidien et de sa relation au masculin. Il vaut vraiment le coup d’oeil : https://www.youtube.com/watch?v=kZQ8GUDscOw

  • Mathilde | 5 avril 2016

    Salut !

    Bon alors je suis triste, je voulais te reprendre sur le Tekken mais Grammaire Nazi s’en est chargé avant.

    Ensuite, concernant le fond de l’article, c’est un sujet très vaste, que tu as un peu survolé (parce qu’en un article c’est pas possible de traiter ce sujet en profondeur, notamment du sexisme présent dans ce milieu que l’on voit dans les représentations de gameuses que tu as montrées, et qui pose pas mal de problèmes quand on est une fille dans ce milieu, quelques liens auraient pu enrichir l’article mais bon c’est un autre débat, ici c’est un sitee de séduction et encore pardon pour cette parenthèse indigeste).

    En tant que gameuse, je te dirai que pour séduire un gameur, c’est effectivement plus facile, à cause de l’écart entre l’offre et la demande. Tandis que si z’es sportive pour séduire un sportif, t’auras plis de concurrence. Après pour séduire les hommes en général, je suis moins convaincue de l’utilité. Déjà parce qu’un certain nombre voient le jeu comme un truc de gamin, et aussi parce que se forcer à s’intéresser à quelque chose pour séduire, je trouve ça un peu moyen comme technique. Bien sûr que si je sors avec un gameur, je vais m’intéresser à son hobby, peut être jouer avec lui (enfin pas mon cas parce que je joue de toute façon , mais on peut remplacer par n’importe quelle autre activité) pour le comprendre, partager plis de choses avec lui. De même si j’ai une target passionnée de voile, je vais l’écouter , et qui sait, peut être apprendre quelque chose ? Mais me mettre à faire une activité UNIQUEMENT pour plaire à un hypothétique mâle, ça non.

    Voilà, j’espère que j’ai exprimé clairement mon point de vue (je suis sur mon natel, j’écris un peu à la va vite) et je te souhaite une bonne continuation !

    Mathilde

    • Christelle | 6 avril 2016

      Hello Mathilde :)

      Si ça peut te consoler, un de mes amis gamers s’en est chargé encore avant et m’a signalé le premier cette erreur. ^^

      Je suis d’accord avec toi, au final, je survole beaucoup. (D’ailleurs mon article initial est encore plus long mais je l’ai coupé pour ne pas qu’il soit trop indigeste…). J’aurais vraiment aimé faire une analyse encore plus en profondeur, mais comme tu le dis toi-même, j’ai une ligne éditoriale à respecter !

      Sinon, je trouve ça un peu dommage que les jeux vidéo soient vus comme « un truc de gamin ». Comme sur tout, il y a pas mal de préjugés et j’avais envie, au moins un peu, de casser cette image avec mon article.
      Après en ce qui concerne l’utilité de tout ça, je pense que ça dépend de la tranche d’âge d’hommes qu’on vise. Mais je reste persuadée que beaucoup d’hommes jouent aux jeux vidéo. Alors, se forcer si on n’aime vraiment pas, bien sûr, je ne suis pas pour. Mais si mon article peut donner l’idée à des filles qui n’y connaissaient rien de s’y intéresser un tout petit peu, alors mon pari est gagné.
      Tu vois, même si c’est juste apprendre quelques mots de vocabulaires « un peu gamer » juste pour surprendre l’autre, c’est déjà marrant. (Je dis ça parce que j’ai testé et approuvé :p).

      En tout cas, merci d’avoir partagé ton point de vue :)

  • Edmond-Dantès | 7 avril 2016

    Ce qui est intéressant et que je note, c’est que ton article témoigne d’un fait important : être un gamer/geek tend à ne plus être un critère discriminant per se. Cependant être un petit gros à lunettes suintant habillé avec des T-shirts de superhéros en reste un.

    En d’autres termes, l’esthétique du geek reste problématique (mais c’est à eux de travailler sur cette problématique).

    Je me permets de soulever un point important que tu effleures : peu de mecs (hormis les gosses de seize ans et demi) ont envie de se faire battre à FIFA par leur meuf.

    Pas forcément parce qu’ils ont honte de se faire mettre en PLS par une meuf (quoique), mais également parce qu’une fille qui nous ressemble trop perd de son attractivité. Je me vois mal sortir avec une meuf qui se balade en T-shirt toute la journée, qui bouffe des nouilles devant des dessins animés japonais et qui insulte des mecs en anglais à counter strike.

    Bref, il faut doser.

    : )

    • Christelle | 7 avril 2016

      Je pense surtout que le fait de ne pas correspondre aux critères de beauté de manière général est discriminé. Et en effet, gros à lunette qui suinte, c’est pas encore à la mode…

      Sinon, je crois que tu n’es pas le premier à me dire ça, que les mecs ne veulent pas trop d’une fille « comme eux ». Je pense que je devrais développer ce point un jour ou l’autre.
      (En passant, c’est très sexy la pause nouille-manga! Où est le problème, ha ha)

  • Edmond-Dantès | 7 avril 2016

    Christelle,

    Ce que je voulais sous-entendre c’est qu’être un « gamer » c’est aussi une esthétique et un mode de vie (pas ouf). En vérité, tu me diras si je me trompe, mais ce qui est devenu acceptable, c’est le casual player (càd le mec qui joue à CoD le dimanche aprèm avec ses potes).

    Je pense que je dois nuancer mon propos. Il y a des mecs qui recherchent des meufs qui leurs correspondent parfaitement. Qui partagent les mêmes passions, goût vestimentaires etc. J’aurais tendance à dire que ce sont des personnes plutôt jeunes, et avec peu d’expérience. C’était mon cas quand j’étais ado, et je pense que c’est le cas de beaucoup de « gamer », raison pour laquelle tu n’as pas tort dans l’article.

    Mais généralement avec l’âge et l’expérience, on recherche chez autre quelque chose de radicalement différent. On ne cherche plus la ressemblance, mais la complémentarité, ou la surprise.

    (Pour le nouilles-mangas, j’exige une photo pour juger du caractère sexy ou non de cette activité.)

    • Christelle | 8 avril 2016

      C’est là où j’ai une opinion un peu différente. J’ai pu rencontrer pas mal de gamers qui jouaient bien plus que comme des casuals et pourtant, avaient loin d’avoir le physique du gamer que tu décris. Des mecs qui aiment sortir, parfois aussi faire du sport, bref, comme les autres quoi. Et c’est justement ce que je voulais expliquer dans l’article, le gamer (pas que casual) n’est pas celui qu’on croit.
      Le gamer que tu décris (et donc parfois discriminé), je le mettrais plutôt dans la catégorie des « No Life », mais c’est peut-être un peu extrême.

      Sinon, je suis presque d’accord avec toi. Je pense aussi qu’avec l’âge, les gens cherchent la complémentarité et/ ou la surprise. Il n’empêche que cette différence ne doit pas dépasser un certain cadre. Dans mes articles, je reviens souvent sur la notion d’homogamie, parce que c’est une réalité. La belle avec le clochard, ce n’est qu’un Disney. En vrai, on cherche quelqu’un qui a plus ou moins le même style/niveau de vie et valeurs que nous.

      (http://ow.ly/10qVsA)

  • Lola | 17 avril 2016

    Je pense pas que ce soit une bonne tactique avec tous les mecs.
    Par exemple moi j’aime bien le foot, et certains de mes amis mecs trouvent ça super cool que je m’y intéresse vraiment et que je fasse pas semblant, d’autres sont plus sceptiques et me traitent de mecs.
    Pour moi tout est question de mesure : je m’interesse à pleins de choses mais je m’adapte à la personne en face de moi.
    Après si on est en déjà en couple avec la personne c’est différent, puisque c’est le moment de se dévoiler. Mais vraiment, ne pas se forcer pour « passer du temps avec son mec ». Je pense que les hommes apprécient avoir leur moments à eux aussi. Perso ça m’embêterait que mon mec se mette à s’interesser au maquillage si c’est pas un truc qui le passionne de nature (genre un maquilleur ou truc du genre).
    Donc restons naturelles :)

    • Christelle | 19 avril 2016

      Tu l’as dis toi même : « je m’adapte à la personne en face de moi. »

      C’est exactement ça, l’idée de mon article, s’adapter sans pour autant se forcer.

      Je suis totalement d’accord sur le fait qu’il ne faut en aucun cas se forcer. Le naturel n’a rien de plus charmant ! :)

  • la gameuse anonyme | 25 avril 2016

    hey je suis une gameuse et je n’ai pas trop apprécié que les gameuses soient aussi invisibilisées. si autant de mecs sont gamers c’est tout simplement parce qu’autant de gens sont gameuses/eurs.
    «C’est un peu comme si votre copain actuel adorait faire du shopping ou mater les épisodes du Bachelor, le gentleman célibataire avec vous»
    Je pense ne pas être la seule femme à ne pas du tout me reconnaître du tout dans ce genre de phrases… perso pour moi c’est plutôt comme si mon copain actuel jouait à WoW ou pokémon avec moi, tout simplement…
    «Elles ont aussi moins de difficultés que les autres à trouver un copain (souvent gamer). Dans une étude d’Harris Interactive datant de 2011, 64 % d’entre elles seraient en couple.»
    Il ne faut pas confondre cause et conséquence… Le fait que 2/3 des gameuses soient en couple ne prouve aucunement qu’elles ont des facilités à être en couple, cela peut tout aussi bien vouloir dire qu’elles sont devenues gameuses parce qu’elles étaient en couple, avec un gamer notamment, ou les deux peuvent n’avoir aucun rapport…
    «mais heureusement, la plupart des gamers restent respectueux»
    ça c’est faux, il suffit d’aller s’en convaincre en allant sur n’importe quel site web parlant de jeux vidéos…
    «À tel point que l’on estime qu’à présent, un joueur sur deux serait une fille (une statistique à nuancer par le fait que les jeux mobiles sont pris en compte).»
    pourquoi vouloir absolument nuancer ces statistiques, comme pour montrer qu’il n’y a pas autant de gameuses qu’on le croit ? de plus il est tout à fait possible de jouer à la fois à des jeux mobiles et à des jeux pc/console/mmorpg/etc.
    Les conseils d’utilisation du vocabulaire donnés à la fin de l’article sont complètement méprisants pour les gameuses, c’est abaisser le vocabulaire technique à n’être que des jolis mots que l’on sort pour draguer des mecs. bravo pour la crédibilité des gameuses maintenant. je suis d’autant plus déçue qu’il y a aussi des trucs bien sur ce site mais là…

Commenter