« Trop belle » pour trouver l’Amour

Par 19 Avr 2016 15 Commentaires

trop-belle-pour-seduire

Si de nos jours la beauté est une qualité valorisée, être « trop belle » peut être paradoxalement vécu comme un véritable enfer.

Jalousées, enviées et redoutées, ces femmes au visage de poupée se retrouvent finalement esseulées.

Alors comment trouver l’amour quand notre physique fascine les autres et empoisonne nos relations ?

La splendeur fait peur

Suite à la publication de mon article sur les moches, je me devais d’écrire cette fois-ci sur le cas inverse. Aussi surprenant que cela puisse paraître, de nombreuses femmes à la beauté renversante souffrent en silence de ce cadeau à double tranchant.

En effet, les très belles femmes doivent souvent faire face à une grande solitude :

  • La plupart des hommes sont terrorisés à l’idée de les aborder. Ils se dévalorisent et perdent espoir avant même d’essayer : 

    « Pourquoi une aussi belle femme s’intéresserait à moi ? De toute façon, ce genre de filles est toujours en couple. » 

    Déjà peu à l’aise lorsqu’il s’agit d’aborder une femme à la beauté plus classique, un homme préfèrera admirer de loin plutôt que de se frotter à l’échec. Et si certains trouveront le courage de se lancer, leurs intentions ne seront pas toujours nobles. Complètement objetisée, la femme ne sera plus qu’un challenge, voire un prix que l’on exhibe aux copains. Une relation biaisée dès les prémices, et donc vouée à l’échec.

 

  • Quant à la majorité des femmes, elles ne pourront pas s’empêcher de se sentir en rivalité face à elles. Dire que les femmes ne sont pas jalouses entre elles serait le plus gros mensonge du siècle. Même entre amies, il y a convoitises. Et c’est logique : étant en permanence jugées sur le physique et confrontées à l’image « de ce que devrait être une femme », nous voulons être attirantes, et même, la plus attirante. Alors face à une bombe, les autres se comparent, commencent à jalouser, crient à l’injustice. Et entre hypocrisie et discrimination, la jolie fille compte finalement peu d’amies dans sa vie.

Prenez le contre-pied face aux clichés

En plus d’être seule, la bombe doit faire face à de nombreux préjugés associés à sa beauté. Et particulièrement, la froideur.

Pour pallier cette image, il faut redoubler d’efforts pour prouver aux autres que malgré votre beauté, non vous n’êtes pas froide, arrogante ou inaccessible.

Plus que les autres, vous devrez sourire sans relâche. Ne pas attendre que les autres viennent à vous, mais au contraire, faire le premier pas et afficher votre bienveillance.

Il ne faudra pas nourrir cette image péjorative de vous en essayant d’être encore plus parfaite ou d’être à la hauteur de ce que les autres attendent de vous face à votre physique.

La perfection ne séduit pas, et personne ne vous demandera de l’atteindre en réalité. Vos imperfections sont aussi séduisantes.

Par contre, il faudra encourager les garçons à vous aborder si vous ne le faites pas vous-même. Un compliment, une petite attention leur son égard sera peut-être futile pour vous, mais assurément rassurant pour eux.

On est « beau » par rapport à quelqu’un

La beauté est certes relative, mais il existe tout de même certains types de physiques socialement valorisés. Cependant, cette valorisation varie selon le milieu où nous évoluons.

La beauté est associée à la rareté. Dans un endroit donné, plus les jolies femmes seront nombreuses, moins le « mérite » leur sera accordé.

En d’autres termes, si vous souffrez de votre physique trop avantageux, fréquentez des milieux où votre type de beauté est une « norme ».

Sans nommer de lieux pour éviter d’éventuelles polémiques, il existe bel et bien des types de villes, d’écoles, d’entreprises, de lieux en tout genre où la probabilité de croiser de belles femmes s’accentue.

Dans ce genre d’endroits, vous fréquenterez des gens peu impressionnés par votre plastique, car la « concurrence » fait rage.

Acceptez la difficulté

La vie est faite d’injustice. Même en appliquant à la lettre les conseils précédents, vous ne serez jamais complètement immunisée contre ces problématiques.

À l’instar du « moche » qui doit faire face à plus de difficultés pour séduire, vous devrez accepter le fait de devoir redoubler de vigilance.

Oui, il y aura toujours des hommes uniquement intéressés par votre physique. Des imbéciles qui ne chercheront pas à voir plus loin que votre magnifique paire de seins. Des coups de crasse à votre égard sans aucune raison légitime.

Vous pouvez limiter la casse, et même une grosse partie. En vous attachant plus particulièrement à repérer les signes de malhonnêteté. En prenant soin de prouver aux autres que vous n’êtes pas qu’un physique.

Mais il faudra malgré tout accepter la réalité telle qu’elle est.

Et encore mieux, relativiser car nous devons tous faire face à des obstacles en amour : les beaux, les moches, les petits, les grands, les gros, les maigres et j’en passe, nous sommes tous dans de beaux draps !

Le mot de la fin

À vrai dire, cet article ne s’adresse pas uniquement aux très belles femmes.

J’aimerais que les femmes qui n’ont pas cette problématique ainsi que les hommes qui se promènent ici participent à rendre la vie plus facile à ces jolies dames : s’il vous arrivait de croiser une fille magnifique, traitez-la exactement comme une autre.

Parce qu’à leur place, vous en auriez rêvé.

 

Christelle, plus Bisounours qu’une enfant de 3 ans


Comprendre le body language des hommes

Comment savoir à coup sûr si vous plaisez a un homme? Apprenez à décrypter les signaux d'attraction physiques des hommes...

> Découvrez cet Ebook



Commentaires (15)
  • Chieuse | 19 avril 2016

    Euh, la plupart des gens ont vraiment d’autres soucis, même en séduction.

  • Lila | 20 avril 2016

    J’ai le droit de me la péter de dire que je suis très belle et que je suis d’accord ? mdrrr non je rigole mais le fait d’éviter les endroits où il y a relativement des  » moches  » ( enfin, je préfère dire,  » personnes qui ont un gros potentiel mais qui n’ont pas le temps de le développer ou de le  » savoir  » ou l’envie  » ) est totalement véridique ! Perso je m’oblige à ne pas me maquiller et me mettre en jogging dégueu quand je vais en courses à liddl.
    J’ai une amie divine qui n’a que deux amies filles…. Et qui n’a jamais comprit pourquoi les filles la détestait dès le premier regard, jusqu’à ce que sa psy la mette sur la voie ^^

    • Christelle | 20 avril 2016

      N’empêche, je suis sûr que les caissiers des supermarchés doivent voir de ces choses ! On y va tous tellement en mode « Onsenbatlescouilles » que ça doit être assez drôle pour eux. Limite si moi j’irais pas en pantoufles.

      Et du coup, depuis ses rendez-vous chez la psy, elle a pu régler ses problèmes ?

  • Grammar, Typo et d'autres trucs Nazi | 20 avril 2016

    – Si,* de nos jours la beauté est une qualité valorisée
    – être « trop belle » peut être* paradoxalement vécu* => il y a un espace en trop entre « être » et « paradoxalement » + faute d’accord
    – ces femmes au* visage* de poupée* se retrouvent finalement esseulées
    – ce genre de filles est toujours en couple. ».* Déjà peu => il manque le point et l’espace
    – se frotter à l’échec.* Et si => il manque un espace
    – que l’on exhibe aux copains.* Une relation biaisée => il manque un espace
    – sentir en rivalité face à elles.* Dire que => il manque un espace
    – Dire que les femmes ne sont pas jalouses entre elles serait le mensonge le plus gros du siècle => bancal, préférer « le plus gros mensonge du siècle »
    – Même entre amies, il y a convoitises.* Et c’est […] => il manque un espace
    – nous voulons être attirantes, et même, la plusAlors => inutile de te dire ce qui déconne, on m’accusera de radoter
    – Ne pas attendre que les autres viennent à vous mais,* au contraire, faire le premier […]
    – Un compliment, une petite attention à leur* égard sera peut-être futile pour vous, mais assurément rassurant pour eux. => Le sujet est « les garçons » de la phrase précédente
    – il existe bel et bien des types de villes*, d’écoles => singulier ou pluriel après « type de », les grammairiens n’ont pas de réponse affirmée. Toutefois, tâchons de rester à peu près cohérents dans une phrase et de ne pas sauter de l’un à l’autre au gré des mots
    – Même en appliquant à la lettre les conseils auparavant => « auparavant » est un synonyme de « d’abord », « au préalable ». Ça a un sens, mais j’imagine que tu voulais plutôt dire « précédents »
    – vous ne serez jamais complètement immunisée contre* ces problématiques
    – Des coups de crasse dans le dos => je ne comprends même pas ce que tu voulais dire.
    – En vous attachant plus particulièrement à repérer les signes de malhonnêteté*
    – ainsi que les hommes qui se promènent ici* participent à rendre la vie plus […] => pas de virgule
    – vous l’auriez rêvé => je suis certain de l’usage de « vous en* auriez rêvé », mais je ne saurais pas te dire si ton usage est accepté.

    Verdict : visiblement, mon retour t’a troublée plus qu’autre chose. C’est le prestige de l’uniforme et de la casquette, il paraît. Dans ton intérêt, je vais donc planifier une petite disparition, ça a démontré son efficacité.

    • Christelle | 20 avril 2016

      Merci Grammar. Je suis toujours bluffée par ton aptitude à déceler les fautes. J’imagine déjà ta réponse « Suffisait d’être attentif à l’école », mais tout de même, j’aimerais bien pouvoir en dire de même.

      En faite, je suis surtout troublée parce que je travaille sur un « gros » projet pour SUH. Le contrecoup fait que j’ai (malheureusement) moins de temps pour écrire les articles. Mais je tâcherai de mieux me comporter orthographiquement la prochaine fois, hihi

      • Grammar, Typo et d'autres trucs Nazi | 20 avril 2016

        Si être attentif à l’école suffisait, ça se saurait. Personnellement, je pense qu’il existe une sorte de « don », une aptitude à reproduire naturellement la bonne orthographe sans effort. Je ne connais pratiquement aucune règle de grammaire, et c’est sans doute ce qui m’empêche de me perdre dans le maquis de la langue française. J’ai juste énormément lu, depuis tout petit. Pour moi, ça a suffi, et je m’estime privilégié.

        Je sais que tu prends mes conseils en compte et que tu fais au mieux, donc je ne t’en tiens pas rigueur. Par contre, je ne pardonne pas la paresse et les fautes déjà rabâchées 3 milliards de fois (façon « sa va »). Les journalistes ont un devoir d’exemple, et force est de constater qu’ils semblent en avoir de moins en moins conscience. C’était mon petit coup de gueule du moment, rien de personnel hein ! :)

        Et je compte bien sur ton excellent comportement orthographique la prochaine fois, sinon je déterrerai une loi imaginaire autorisant les châtiments corporels pour crime orthographique en série.

        Ha, je me doutais bien qu’il y avait anguille sous roche. De toi à moi, mon uniforme de Grammar Nazi m’aide surtout à me faire refouler en boîte, donc je suis lucide quand à sa capacité réelle à te troubler. Alors, quand en saura-t-on davantage sur ce projet mystère ?
        * Tend son gros micro mou *
        En exclusivité pour GN News, l’info moustachue, pouvez-vous nous éclairer quand à cette rumeur de nouveau projet herculéen qui bruisse dans les hautes sphères ? Répondez Christelle, répondez, les français ont le droit à la vérité ! :p

        • Christelle | 21 avril 2016

          Oui, tu as raison. Je pense aussi avoir ce « feeling » avec la langue, à un niveau moindre bien sûr, et c’est aussi grâce à mon gros penchant pour la lecture quand j’étais petite. Mais maintenant je lis moins (sur papier du moins), alors est-ce peut-être pour cela que mon niveau se dégrade ? Je ne sais pas.

          Et oui je comprends ton coup de gueule. Je t’assure en tout cas qu’en école de journalisme, on nous rabâche sans cesse l’importance de l’orthographe. Mais la réalité des choses est que la plupart des articles sur le web sont écrits par des stagiaires, poussés à écrire toujours plus et plus vite au détriment de la qualité, et qui dit moins de temps, dit moins de relecture. Et pour ne pas arranger les choses, j’ai l’impression que les postes de secrétaires de rédaction tendent à disparaître face à la crise. Bref, c’est la merde orthographique.

          « tend son gros micro mou », heu grammar, suis-je la seule à penser à autre chose ? ahaha

          Sinon pour le projet, je n’en dévoile pas plus. Je n’ai pas envie de faire des déçus à la fin ^^’

          • Grammar, Typo et d'autres trucs Nazi | 21 avril 2016

            Du moment que tu continues à lire, le support n’est pas important vu que les circuits neuronaux utilisés sont exactement les mêmes et que, plus ils seront sollicités, plus ils seront efficaces. Donc non, l’explication n’est pas à chercher par ici.

            Chienlit (quel excellent pseudo, j’adore ces mots délicieusement désuets, ventre-saint-gris !) a certainement mis le doigt sur une bonne partie de la vérité. Beaucoup lire pour savoir bien écrire fonctionnera certainement pour des esprits ayant le don de repérer et d’intérioriser les règles et les schémas. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas la définition d’un esprit… scientifique. Pour les autres, je ne sais pas trop, j’imagine qu’ingérer les règles et tâcher de les comprendre consciemment est la seule chose qu’il reste à faire…

            Ma chère Christelle, vous avez définitivement l’esprit mal placé ! (oui, je vouvoie quand je monte sur mes grands chevaux)
            Vous devriez savoir que le mien, en plus d’être gros, est bien dur, c’est un instrument à l’ancienne ! Je parle bien sûr du micro que je m’entraîne à faire tourner façon Philippe Risoli, à quoi diable pensais-tu, coquinette ? :D

            Allez, j’avoue : je pensais à une scène dans laquelle Rocard (je crois) se battait sur son estrade avec ses micros si mous qu’ils se pétaient piteusement la gueule quoi qu’il fasse. Après l’avoir écrit, j’étais quasi-sûr que tu le relèverais, mais l’occasion était trop belle !

  • Chienlit | 21 avril 2016

    Je ne crois pas qu’on puisse oublier si vite une grammaire et orthographe bien intégrées; pas à ton âge Christelle. Ce n’est pas pour enfoncer le couteau dans la plaie, mais soit les bases n’étaient pas solides soit c’est de la paresse, soit les deux.
    Lire c’est lire, sur papier ou pas. Justement tu devrais remarquer les erreurs chez les autres et les corriger presque automatiquement chez toi, ou au moins te relire correctement.

    • Christelle | 21 avril 2016

      Pas faux. Je reconnais moi même manquer de bases et je le vois bien lorsque j’écris. Alors corriger des fautes dont on ne réalise même pas l’existence, c’est assez difficile. La relecture ne fait pas tout.

  • cpasmwa | 23 avril 2016

    Aaaaah, je comprends mieux !
    Si personne ne m’aime, c’est parce que je suis trop beau sans le savoir… !! ptdr

  • Lila | 24 avril 2016

    Hahahahahaa ça c’est clair ! :)
    Oui ça commence bien pour elle, elle sait que c’est pas vraiment de sa faute c’est important, puis, on s’est trouvé elle & moi et on sait qu’on se quittera jamais, qu’on sera amies pour la vie ( c’est trop trop marrant de dire ça à 23 ans quand les gens disaient ça au collège mdr mais quand on sait, on sait ! )

  • Lem | 30 avril 2016

    il est vrai que certaines personnes pourrait ne pas comprendre le « Je suis trop belle, que c’est difficile! » Mais pourtant, comme tu le dis si bien, c’est aussi un élément qui peut être lourd à gérer dans la vie de tous les jours. Super Article !

  • Superbrunette | 14 mai 2016

    Merci…

  • marc | 11 janvier 2017

    il vaut mieux etre trop belle que trop moche
    ca fait peur a certains mecs mais pas tous, et c’est pas plus mal car les mecs de valeur vont vos considerer a leur niveau
    certaines femmes tres laides par contre c’est vraiment un probleme (ca concerne un petite minorité heureusement) et elle sont souvent celibataires

Commenter