Sexto : Apprenez à Exciter un Homme par SMS

Par 18 Mar 2016 7 Commentaires

maitriser-les-sexto

Le sexto unit deux corps à distance. Il réveille et joue avec le désir de l’autre. Il prend plaisir avec l’interdit et divertit.

Préliminaire ou véritable acte sexuel, il est complexe par la complicité qu’il requiert.

Mais savoir s’y abandonner est une porte entrebâillée à de nouvelles voluptés.

Le sexto, de A à Z, c’est ici.

 

On parle du sexto comme une tendance récente, mais je suis d’avis qu’il n’a jamais cessé d’exister. Seul le format se remanie d’année en année. 

De lettres enflammées sur papier, les messages érotiques sont désormais couchés sur nos écrans numériques.

Il ne faut pas croire que les Hommes aient attendu l’ère du téléphone pour s’émoustiller à distance. Les plus grands littéraires se sont prêtés au jeu, et même parfois sans retenue.

Je vous laisse d’ailleurs (re)découvrir les lettres coquines que les grands écrivains s’envoyaient entre eux.

Bien évidemment, la tendance n’est plus aux pages entières de phrases salaces. Plus de place pour s’épancher, à l’instar d’un tweet au nombre de caractères limité, le sexto est concis et va droit au culbut.

>> Accès IMMÉDIAT aux 20 CITATIONS pour le SÉDUIRE par SMS <<

Émotions ascensionnelles

Direct oui, mais pas sans quelques ascensions. Il n’est pas impossible de mettre les pieds dans le plat tout de suite, mais pour amplifier le désir et amener la tension sexuelle à son comble, préférez commencer à petits pas.

À l’instar d’un corps que l’on effleure à l’heure des préliminaires, on envoie des mots qui suggèrent. De cette manière, on vérifie que l’autre est bien de la même humeur passagère. Ou du moins, prêt à s’y engouffrer.

« J’étais seule dans mon lit tout à l’heure, j’avais envie de… réconfort. »

« Il fait tellement chaud chez moi. Je dois être la seule à mettre le chauffage aussi fort. Tu penses que les voisins vont se plaindre s’ils me voient complètement déshabillée ? » 

Comme vous le voyez, c’est très soft. Plus les messages se multiplient, plus l’offre est directe. Le but est d’attiser sa curiosité et de l’inviter à jouer. S’il rentre dans votre jeu, vous devez jouer sans pitié avec son désir.

Comment jouer avec son désir ?

  • En nourrissant son imagination par des descriptions détaillées et non censurées.

 « J’ai les lèvres gonflées. Je crois qu’elles t’aiment un peu trop… »

« J’ai ma (…) qui coule entre mes jambes tellement tu m’excites. »

  • Mais aussi des scénarios enjolivés de ce que vous feriez si vous étiez côte à côte ou des promesses sur vos futures retrouvailles.

« Je serai là, jambes complètement écartées et je passerai mes mains, ma bouche, mon sexe partout où tu me le demanderas et de la manière dont tu le voudras. »

« Je sens quelque chose de bizarre dans ma poitrine. Est-ce que tu ne voudrais pas être mon infirmier pour ce soir et me dire si tout va bien ? »

« J’aurais aimé te dire que je souhaite que tu me prennes tendrement en me disant que tu m’aimes, mais en réalité, je veux que quand tu rentres, tu me prennes contre le mur et que tu me fasses gémir jusqu’à réveiller l’immeuble entier. »

  • En défiant son côté joueur.

« Je sais que t’es au boulot, mais est-ce que tu es capable de me faire jouir à distance ? »

« Tu as deux heures pour venir me rejoindre et éteindre l’incendie entre mes cuisses. Sinon, je m’en occupe toute seule. »

  • En jouant avec son impatience.

« Je ne vais plus tenir si tu ne viens pas me prendre m-a-i-n-t-e-n-a-n-t. »

  • En lui faisant comprendre que c’est de lui que vous avez envie, et pas un autre.

« Tu sais qu’en ce moment même, je suis en train de me (…), en pensant à toi ? »

  • En l’invitant à participer à cette débauche.

« J’adorerais te voir faire (…) »

  • En le mettant en confiance parce que lui aussi peut avoir peur de se sentir ridicule.

« Tu sais y faire. T’es tellement bon à ça. Tu m’excites vraiment. »

  • En vous mettant en confiance. Évitez d’être trop classique et sans émotion. Osez utiliser un vocabulaire déplacé si cela vous parle et si vous sentez qu’il peut être réceptif :

Lécher – Sucer – Baiser – Pénétrer – Défoncer – Croquer – Enculer – Éclater – Transpirer – Biffler – Cambrer – Posséder – Gémir …

Ne vous limitez pas aux simples SMS

Impatients et toujours en quête d’une overdose de stimulations, nos sens sont servis avec la multitude d’outils à notre service.

Si le sexto de manière sémantique ne se réfère qu’au « texte », à vous d’explorer hors des sentiers battus pour contenter l’ensemble des sens de votre homme :

Visuels : Si Snapchat est une application pour communiquer des messages éphémères à ses amis, c’est aussi un outil parfait pour correspondre malicieusement à public très réduit.

Un outil pour ceux qui préfèrent visualiser plutôt qu’imaginer. Ou ceux qui ne sont simplement pas à l’aise avec les mots.
Et surtout, pour ceux qui n’ont pas peur d’avoir dans les archives de l’entreprise des vidéos compromettantes (car je les soupçonne fortement de tout garder au chaud quelque part).

Sonores : Le bruit est aussi un grand facteur de plaisir. Un appel, un enregistrement audio… Faites vibrer vos cordes vocales sur toutes les gammes.

Le sexto, une façon de faire du sexe comme une autre

Le sexto n’est pas là pour « pimenter » une relation de couple. Ce n’est pas quelque chose que l’on prévoit. C’est quelque chose que l’on fait sur le coup, parce que l’on ressent l’envie.

Le sexto, c’est comme du sexe ou des préliminaires classiques. C’est une façon comme une autre de prendre du plaisir… mais par téléphones interposés. Ce qui amène à ceci :

Si vous vous forcez, si vous faites semblant d’aimer ça, si vous n’êtes pas à l’aise : cela va se voir.

Alors ne vous forcez pas si vous n’êtes pas à l’aise. C’est normal de se sentir ridicule face à son téléphone. Un peu comme un premier striptease devant son copain, notre gêne inhibe notre désir.
Mais avec la bonne personne et dans un contexte qui favorise l’excitation, vous vous surprendrez toute seule à rentrer naturellement dans ce petit jeu.

En parlant d’ailleurs du partenaire, j’ai lu sur plusieurs sites qu’il ne fallait pas être « vulgaire », mais mon discours va être différent : vous devez faire comme bon vous semble.
Si dans votre vie sexuelle vous l’êtes, alors soyez-le aussi par message. Si vous ne l’êtes pas, ne le soyez pas.
Votre comportement via message s’adapte à l’interlocuteur en face de vous et à la complicité que vous entretenez avec lui.

Vous êtes la meilleure personne pour juger de ce que votre partenaire/plan cul/target, est prêt à entendre (lire) ou pas.

S’il est timide, vous savez que vous serez plus poétique. S’il est plus direct, les messages se feront à base de « Baise.Bite.Trou ».

Et dans le cas où vous ne connaissez pas votre interlocuteur quelle qu’en soit la raison, alors c’est un risque que vous prenez et que vous devez assumer.

Il peut avoir une sensibilité différente de vous et notamment s’il est jeune, se moquer.

Il peut aussi être mal intentionné et garder les messages/images/vidéos/enregistrements vous concernant pour les ressortir plus tard.

À vous de trouver le partenaire en qui vous aurez entièrement confiance. Un homme qui n’inclura pas vos messages dans son top des pires sexto reçus.

 

>> Accès IMMÉDIAT aux 20 CITATIONS pour le SÉDUIRE par SMS <<

Et en parlant d’horribles sexto, voici les perles du net qui m’ont fait bien rire :

 « Passe me voir, comme ça y’a pas que la dinde qui va se faire fourrer à Noël. »

« Sois prête jeudi pour mon retour : c’est à prendre ou à lécher. »

« Coucou ma tigresse, ça te dit qu’on se voit et j’te désosse ? »

« Lave-toi le cul, j’arrive ! »

« Je sors ma chatte, tu m’accompagnes ? »

« Tape dans le lard mon cochon. »

 

À votre tour ! Dites-nous en commentaires vos pires sexto reçus ! 

Christelle, auteur de nouvelles érotiques dans une autre vie


258 Conseils pour Garder un Homme grâce au Sexe

258 techniques simples et efficaces pour devenir un vrai 'bon coup'. Une coach en sexualité vous fait découvrir comment rendre votre copain accro au sexe avec vous !

> Découvrez 258 Conseils pour Garder un Homme grâce au Sexe



Commentaires (7)
  • Shanna | 18 mars 2016

    J’adore le début de ton article ! C’est super bien écrit…

    Par contre, je déteste les sextos. Je n’ai jamais compris l’intérêt, préférant l’action au lieu de discuter. Lire des messages sur l’écran de son téléphone ne me semble pas suffisant pour prendre son plaisir seul(e). Par contre, à la différence de ce que tu énonces, cela peut être un bon moyen de pimenter le couple ou de séduire l’autre (quand c’est envoyé spontanément) : mettre l’eau à la bouche, donner rdv quelque part, envoyer une photo coquine, attiser le désir, rester son fantasme…
    Par contre, j’ai déjà eu, avec mes ex-copains à distance, des correspondances érotiques -c’était le seul moyen pour partager un moment « sexuel » ou nous confier nos fantasmes, se découvrir…

    • Christelle | 21 mars 2016

      Merci :)

      Oui en effet, tu as raison. On peut pimenter un couple avec le sexto. Mais en faite, cette expression me gênait car en lisant d’autres articles sur le sujet, j’avais l’impression que les rédacteurs poussaient à utiliser le sexto pour briser un certain ennui, sortir d’une sexualité peu épanouissante. Comme si c’était LA solution à tous les problèmes. Alors que moi je le vois plutôt comme quelque chose de spontané, juste là pour se faire plaisir et faire plaisir à l’autre à un moment X, sans forcément d’autre but derrière.
      M’enfin… Au final, j’imagine qu’il n’y a pas de bonnes ou mauvais raisons d’utiliser les sexto. Chacun fait ce qu’il veut ^^

  • Grammar Nazi | 18 mars 2016

    – participer à cette débandade : débandade signifie « action de s’enfuir en désordre, déroute ». Sauf si la demoiselle a prévu de filer à l’anglaise en se cognant de partout, pas dit que ce soit exactement le but recherché.

    – Tu sais y* faire

    – Un outil pour ceux qui préfèrent visualiser plutôt* qu’imaginer

    – Faites vibrer vos cordes vocales sur* toutes les gammes.

    – C’est une façon comme une autre de prendre du plaisir… à la différence d’avoir un téléphone interposé => bancal, préférer « prendre du plaisir… mais par téléphones interposés »

    – vous vous étonnerez toute seule à rentrer => bancal, préférer « vous vous surprendrez* toute seule à […] »

    – Votre comportement via message* s’adapte à l’interlocuteur

    – Et dans le cas où vous ne connaissez pas votre interlocuteur, quelle qu’en soit la raison*

    – dans son top des pires sextos* reçus

    – Et en parlant d’horribles sextos*

    – Auteure => il paraît que ce néologisme est à la mode, aussi faux soit-il : http://www.academie-francaise.fr/actualites/la-feminisation-des-noms-de-metiers-fonctions-grades-ou-titres-mise-au-point-de-lacademie

    Ma chère Christelle, prenons les paris : si tu parviens à bannir toute faute de tes textes, je m’engage à revenir commenter leur fond et leur contenu. Deal ? :)

    • Christelle | 21 mars 2016

      C’est d’accord. Malgré mon scepticisme quant à mes chances de gagner, je suis vraiment très (trèees) curieuse de connaître ton avis. Mais si j’y arrive, c’est un paragraphe argumenté avec thèse et anti thèse que tu devras me pondre !

      Ps: tu remarqueras ma progression orthographique.
      Pss: apparemment, Sexto ne s’écrit jamais avec un S. Mais officieusement, les deux s’utilisent à ce que je vois.

      • Grammar Nazi | 21 mars 2016

        Hé, c’est qu’elle en profite pour négocier ! Je n’ai jamais affectionné les dissertes en mode thèse/antithèse, ça me donne l’impression de dire tout puis son contraire. A la place, je te propose une analyse avec ouverture et citation(s) philosophique(s) ou littéraire(s).

        PS : c’est bien pour ça que je te propose ce défi, une part de moi se dit que tu as ce qu’il faut pour y arriver.
        PPS: D’où sors-tu ça ? Sexto dérive de texto, qui est juste le mot « texte » suffixé de -o, donc rien de latin ou d’emprunté à une langue étrangère. Bref, un nom tout ce qu’il y a de plus classique qui s’accorde normalement. Sauf si j’ai raté quelque chose…

  • cpasmwa | 19 mars 2016

    Puisqu’on est à l’aise avec la vulgarité, je me permet d’exprimer ma citation :

    « Vouloir sucer une bite après la bière, c’est un peu comme vouloir manger une glace fondu. »

    Après j’arrête là, parce que je suis un sentimental.

    • Christelle | 21 mars 2016

      Cpasmwa, poète à ses heures perdues.

      Un jour, une de tes citations finira dans un de mes articles !

Commenter