Pourquoi votre Introversion est un Atout de Séduction

Par 12 Fév 2016 14 Commentaires

introversion-atout

Récemment, je suis tombée sur un article incriminant les sites de conseils en séduction. « Je n’aime pas ce genre de site, ils nous poussent à être ce que nous ne sommes pas. À nous faire croire que d’être extraverti, fun et toujours prêt à faire la fête est ce qu’il faut pour réussir à séduire ».

Je souhaiterais en conséquence, souligner une nuance importante : oui, je vous pousse à dépasser votre timidité, à être bien dans vos baskets ou sortir de votre zone de confort.

Cependant, je ne vous demande pas d’être une femme extravertie, toujours entourée d’amis et de bières (de la même manière que je ne vous reprocherais pas de l’être).

Aimer la solitude, le confort de son chez soi plutôt qu’un club n’est PAS un obstacle à votre vie amoureuse. Au contraire, et vous allez comprendre pourquoi.

Bonne lecture.

Introversion ou timidité ?

Avant toute chose, il est nécessaire de définir ce qu’est l’introversion car bien souvent, nous confondons et/ou associons cette tendance avec la timidité. (Et ce n’est pas non plus totalement à tort car les deux font fréquemment la paire.)

Et pourtant, un introverti peut être complètement à l’aise en société au même titre qu’un extraverti peut s’avérer timide.

Comment ça ? À l’inverse de la timidité, qui n’est qu’une arme de défense que nous développons de manière plus ou moins forte à certains moments de notre vie et selon la situation, l’introversion est quant à elle un véritable trait de caractère. Si nous sommes de nature introvertie, il y a peu de chance pour que la tendance s’inverse.

La différence entre un introverti et un extraverti est même notable physiologiquement parlant : notre corps ne réagit pas de la même manière aux stimulations.  Lorsque vous êtes une personne introvertie, l’une des parties de votre cerveau appelée « Reticular Activating System » (mieux vaut ne pas risquer de traduction) s’emballe plus lorsqu’il est soumis à une stimulation, qu’un extraverti.

Un exemple simple avec du citron. Des chercheurs ont en déposé plusieurs gouttes sur la langue d’introvertis et d’extravertis. Résultats, les introvertis ont généralement beaucoup plus salivé que les autres.

 

Il en est de même pour les relations sociales. Les introvertis s’investissent beaucoup plus émotionnellement que les autres lorsqu’ils interagissent avec les autres. Ce qui, forcément, épuise plus vite. Ils ont donc besoin de « se recharger » régulièrement dans un environnement plus calme et surtout, de se retrouver avec eux-mêmes. En d’autres termes, avec un livre ou une bonne série, au chaud sous la couette !

L’extraverti lui, ne « s’épuise » pas au contact des autres. Et au contraire, après une mauvaise journée, fera tout pour ne pas se retrouver seul et se rechargera en étant entouré de ses proches, multipliant le plus possible les interactions.

 

Voilà pourquoi, vous pouvez aimer vos moments à vous, et apprécier malgré tout la compagnie –certes dosée- des gens. Et donc ne pas avoir de problèmes à les aborder.

Voilà aussi pourquoi vous ne devez pas culpabiliser d’être un introverti. C’est simplement un trait de caractère, au même titre que vous aimez les bananes et votre voisine les pois chiches.

Dans cet article, je ferais référence aux deux types d’introvertis, timides ou pas. Je pense en effet que même timide, un introverti a des qualités qu’un extraverti n’a (généralement) pas en terme de séduction (si si).

Plus de profondeur, moins de futilités

Chacun ses qualités. Un extraverti arrivera sûrement mieux que vous à faire une bonne première impression, attirer plus facilement l’attention ou encore faire connaissance avec un maximum de monde.

Mais là où un introverti a l’avantage, c’est dans les conversations « à guichets fermés ». En d’autres termes, avec un interlocuteur à la fois. Vous savez mieux que quiconque,

  • Entamer des discussions profondes. Parler du temps qu’il fait ne vous intéresse pas. Vous voulez partager les réflexions qui vous traversent l’esprit. Débattre des sujets qui vous animent et comprendre les opinions des autres.
  • Briller par votre authenticité. Vous ne savez pas vraiment faire semblant et vous parlez/vivez avec vos émotions.
  • Comprendre ce que les autres peuvent ressentir. Ok, vous n’êtes pas surhumain et vous avez parfois besoin de vivre les choses pour les comprendre. Mais globalement, vous savez plutôt bien vous mettre à la place des autres.
  • Vraiment écouter quand on vous parle. Lorsqu’une personne vous parle de sa vie, vous ne sortez pas les banalités habituelles. Vous prêtez réellement attention à ce qu’elle a à dire et cherchez à répondre de la manière la plus pertinente possible.
  • Analyser la vie en général. Si cela peut être épuisant à certains moments, c’est une bonne façon de repérer ses erreurs et de progresser.

Adaptez votre méthode de séduction à votre caractère

Vous l’avez donc compris, vous êtes beaucoup plus à l’aise lorsqu’il s’agit d’interactions intimes, et dans des endroits propices aux échanges profonds.

Pourquoi alors vouloir à tout prix séduire en boîte de nuit ?

Ce n’est pas parce que votre copine Alexia a un succès fou avec les garçons en allant se déchaîner sur le dancefloor tous les vendredis soir et que secrètement, vous aimeriez vous aussi, rencontrer autant de garçons, qu’il faut en faire de même.

Si ce n’est vraiment pas un milieu que vous aimez, privilégiez les bars aux ambiances cosy ou encore les apéros dinatoires chez l’ami d’untel. Ce sont aussi de très bonnes situations pour séduire.

Essayez au maximum d’isoler l’homme de la soirée qui vous plaît pour faire plus ample connaissance. Montrez-lui que vous en avez dans la tête, que vous savez tenir des discussions passionnantes, que vous êtes sincère et qu’il peut avoir confiance en vous ! Ce sera ça, votre atout de séduction.

 

Alors, vous tomberez peut-être sur des hommes à qui ça ne fera ni chaud ni froid. Certaines personnes préfèrent avoir des partenaires extraverties : plus de spontanéité, de déconnades, de répartie ou encore d’imprévu. Cependant, d’autres seront touchés par ce côté réservé, calme et sensible et même le valoriseront.

Ce que les hommes n’aiment pas, et les humains en général, ce sont la froideur, l’absence de communication ou encore le manque de joie de vivre. Et c’est là où il ne faut pas faire l’amalgame.

 

Avant de terminer, je souhaite relever un dernier point. Si vous souhaitez réellement savoir draguer en boîte ou dans des contextes du même genre, mais que vous n’arrivez pas à être à l’aise, je ne vous déconseille pas d’essayer.

Si vous souhaitez sincèrement devenir extraverti, pourquoi pas ?

Je peux le comprendre, car je suis moi-même partiellement dans ce cas. J’admire réellement le charisme et la présence qu’imposent les extravertis, leur facilité à s’adapter à un nouvel environnement et leur courage à se lancer.

Au jour d’aujourd’hui, je ne sais pas si l’on peut vraiment passer d’extraverti à introverti, une fois la phase de l’enfance/adolescence passée. Je sais que nous avons en tout cas, une part des deux en nous, mais avec un côté malgré tout plus prononcé.

Ce que je sais par contre, c’est qu’il faut être fière, quel que soit le côté où nous nous trouvons sur la balance.

 

Et vous, de quel côté vous situez-vous ?

Christelle, #introvertie-timide-mais-pas-trop-non-plus

Pour me suivre sur Twitter, @PugaChristelle


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (14)
  • Hayani | 13 février 2016

    Je veux séduire un homme difficile

    • Christelle | 15 février 2016

      Qu’entends-tu par « homme difficile » ? Tu peux expliciter ta situation ?

    • cpamwa | 6 mars 2016

      C’est quoi un homme difficile, Hayani ?
      Un homme qui a besoin que tu exprimes verbalement tes attentes pour te comprendre ?
      Je dis ça parce qu’il y a tellement de femme qui s’attendent à ce qu’on lise dans leurs pensées, c’est super chiant.

  • Louis | 14 février 2016

    Bonjour Christelle,

    Je souhaiterais aborder un thème différent de celui dont tu parles, simplement parce que je n’ai pas à qui parler et que j’ai besoin de conseils.

    Depuis quelques temps, je souffre dans mon couple d’un malaise intense qui nous a conduits elle et moi au bord de la rupture. Extérieurement, ça ressemble à de la jalousie ressentie (que de ma part), mais intérieurement je sens qu’il y a un sentiment d’insécurité grandissant. C’est simple : jamais je n’aurais songé être jaloux à ce point là ! J’en deviens paranoïaque, j’ai peur pour ma tête…

    Tout a commencé au début de notre relation. Elle m’a invité à une soirée où il y avait des copains de sa fac que je n’avais jamais rencontrés auparavant. J’ai eu du mal à la reconnaître dans cet environnement-là. Elle m’a parlé d’un garçon, dont « toutes les filles étaient folles ». Elle a passé la soirée accrochée à ses pattes ! Durant cinq ou six heures, je n’ai parlé avec elle que cinq ou six minutes, le reste du temps elle était avec ce garçon là, assise cuisse contre cuisse avec lui sur le canapé, dansant avec lui, penchée sur lui et lui caressant la jambe du bout du pied (devant moi !!). Après cette soirée, je lui en ai parlé : elle s’est montrée profondément étonnée, et m’a dit qu’avec ce garçon tout était profondément fraternel, c’est juste « qu’il a un certain charisme »… Mouais.

    Durant la même soirée, un garçon dont elle était amoureuse et qui l’a rejetée nous a invités tous les deux à une conférence. Elle y est allée seule et a pris un verre avec lui ! « Normal », disait-elle ! Tout cela s’est passé en un seul coup.

    Je peux citer des exemples pareils en masse ! A chaque fois, je me suis crée une excuse, un argument convainquant qui justifiait ce qu’elle faisait. Même lorsqu’elle se montrait effroyablement irrespectueuse pour nous deux. Après plusieurs crises, notre relation s’est stabilisée en quelque sorte, au prix d’une progression personnelle de sa part (elle se pose plus devant les gens comme un femme en couple), et d’une régression de ma part : je ne regarde plus les gens dans les yeux, je me tiens à carreau durant les soirées, j’évite de regarder de son côté et essaie de me mettre en mode « célibataire » pour ne pas être dérangé par ce qu’elle fait…

    Je n’en peux plus… pensez-vous que j’exagère ou que je sombre dans un délire parano ?

    • Christelle | 15 février 2016

      Bonjour Louis. De ce que tu m’exposes, je n’ai vraiment pas l’impression que ce soit de la paranoïa. Caresser la jambe d’un autre homme devant toi, vouloir voir seule l’homme dont elle était amoureuse, je suis désolée mais non ce n’est pas normal. Et tu n’as pas à l’accepter.

      Le problème selon moi est le manque d’équilibre dans le couple. Elle est de toute évidence en « position de force » et donc, se permet certaines choses puisqu’elle sait que dans tous les cas, tu lui pardonneras. Et à force d’accepter des choses qui ne te vont pas, c’est ton estime de toi-même qui en prend un coup.

      Je pense que dans ce cas, il faut que tu aies une sérieuse discussion avec elle. Il faut que tu saches pourquoi elle a ce besoin de séduire d’autres hommes, si elle t’aime vraiment et si elle est prête à tout pour que votre couple fonctionne.

      Et si malgré les discussions, la situation ne change pas. Il faut que tu rééquilibres votre relation. La quitter pour lui montrer que non, tu n’es pas acquis et que cette situation ne te va vraiment pas. Et dans ce cas, soit elle tient vraiment à toi et elle reviendra d’elle-même, soit c’est qu’elle n’était pas faite pour toi et que ses sentiments n’étaient pas à la hauteur de ce que tu espérais.

      • Louis | 16 février 2016

        Bonjour Christelle,

        Pour être sincère, cette situation dure depuis très longtemps (plus d’une année), avec des hauts et des bas. Je ne dis pas que je n’ai pas été heureux avec elle, et que je n’ai pas passé de bons moments (avec des amis, ou sa famille). C’est paradoxal : elle a un côté pudique et sérieux, qui se voit dans sa décision de construire une relation avec moi, et un côté « coquet », séducteur, léger, où j’ai beaucoup de mal à la reconnaître. Je la regarde parfois durant ces moments, et je me demande qui elle est vraiment ? Et à quoi ma vie ressemblera si je reste avec elle ?

        Une de mes amies, femme mariée qui a quatre enfants, m’a dit qu’elle n’a eu qu’une seule crise de jalousie envers son mari, et c’était quand il discutait avec ma copine. Elle avait aperçu quelque chose d’anormal dans sa façon de lui parler, de le regarder, et à l’époque, elle m’avait conseillé de la quitter, et m’avait même proposé de me présenter quelqu’un d’autre. Mais je n’ai pas eu le courage de le faire. Tu as donc raison : elle sait très bien, consciemment ou pas, que je suis « acquis » et donc, il y a effectivement déséquilibre dans le couple.

        On a eu plusieurs disputes à ce sujet. Je ne dis pas que les choses ne se sont pas améliorées depuis le début (quand j’y repense, je me demande comment j’ai fait pour tenir…). A la dernière dispute, elle a éclaté en larmes, m’a lancé un bol de cacahuètes au visage et m’a dit : « ce que tu dis est blessant… si je suis vraiment comme tu dis, tu devrais partir loin, très loin de moi, et très vite, parce que sinon je te rendrai malheureux ». Ça a creusé un fossé entre nous, qui s’est vite comblé par d’autres moments de joie, mais je sens qu’elle ne se voit pas comme coupable de quoi que ce soit, et que le problème est toujours là, endormi, et qu’à la prochaine occasion elle se conduira de la même manière, mais en faisant attention à ce que je ne la remarque pas. Je sens qu’elle fait plus attention non pas à ce qu’elle fait, mais à ce que je ne le vois pas, et je n’ai pas envie d’une relation où je serai tout le temps sur mes gardes. Parfois je suis mal à l’aise à l’idée même de sortir avec elle dehors : elle fixe des yeux les autres hommes sans gêne, certains lui sourient en retour, d’autres sa saluent…

        Mon raisonnement est totalement perturbé par mes émotions, et j’ai du mal à tenir le cap et à voir les choses clairement. Il y a un sentiment constant pourtant : même quand les choses se passent parfaitement bien entre nous, je sens que quelque chose est cassé en moi. Je ne suis plus le garçon fier et confiant que j’étais avant. C’est comme si j’avais tout le temps peur. Je sens qu’il me faut faire un truc radical pour casser la chaîne qui me retient : un voyage, ou autre chose. J’ai peur d’avoir déjà perdu l’énergie de décider des choses… Est-ce que je tiens vraiment à elle ? Ou bien je tiens à ne pas rester seul ? Comment faire pour sortir de ce cercle vicieux ?

        • Christelle | 17 février 2016

          Cette relation te fait clairement du mal, ou du moins, plus de mal que de bien. Et ce n’est pas le but d’une relation. Alors oui, les relations ne sont pas toujours roses, il faut faire des compromis. Mais il faut savoir aussi se préserver et savoir dire stop quand les choses ne mènent plus à rien. Je ne doute pas que tu passes de très bons moments avec elle et heureusement, mais cela ne doit pas te voiler la face quant à la situation.

          Le changement ne peut venir que d’elle, mais le problème est que cette situation lui convient au fond. Elle n’est pas prête à changer et ne voit peut-être même pas en quoi cela est vraiment nécessaire. Alors à toi de prendre les choses en mains et de mettre un terme à tout ça.
          Oui, ça fait peur de quitter quelqu’un qu’on aime, surtout après tous les efforts qu’on lui a consacrés, et oui ça fait peur de devoir se retrouver seul, mais tu vois bien que tout ça ne te rend pas (ou plus) heureux.

          Peut-être que ce ne sera pas la fin de votre histoire et que la rupture sera une révélation pour elle, peut-être pas. Dans tous les cas, tu dois penser à toi et prendre tes distances pour le moment. Ne lui trouve plus d’excuses, ne lui laisse pas entièrement les rênes de la relation et surtout pense aux bénéfices de tes futures décisions sur le long terme.

  • Louis | 19 février 2016

    Merci pour tes conseils Christelle. Un point de vue extérieur est un bon point de repère, au moment où je suis submergé par les émotions.

    Hier, pour la première fois, nous avons eu une discussion calme et assez exhaustive sur les choses qui ne me vont pas dans notre couple. J’ai encore la désagréable sensation d’être le seul qui doute, le seul auquel certaines choses ne vont pas, et très vite je me retrouve dans la situation d’un inquisiteur face à une victime qui pleure. Tu as raison sur ce point : l’état actuel des choses lui convient. Quant à moi je n’en serais jamais arrivé là si je n’avais pas vécu une succession d’événements qui ont ébranlé ma croyance en nous deux…

    Je lui ai parlé aussi de mon besoin de m’éloigner. On s’est quitté ce matin presque en silence. Il n’y avait pas de rancune entre nous, juste beaucoup de tristesse. Malgré tous mes raisonnements, j’ai le cœur déchiré en ce moment, et je me dis : ça ne peut pas finir comme ça, c’est nul, c’est triste… y a encore de l’espoir, on peut encore faire quelque chose. Mais je me rends compte que ce sont mes sentiments qui parlent et me submergent, et j’ai les plus grandes difficultés à retrouver mon raisonnement d’avant et mon sang froid. C’est comme si tout mon être me tirait vers une direction donnée, et il ne reste plus qu’une petite part de moi qui lance un signal d’alerte : « non, ça ne te convient pas ».

    C’est très dur. Et je suis désolé de t’embêter par ces histoires intérieures qui n’ont pas grand intérêt….

    • Christelle | 19 février 2016

      Tu ne m’embêtes absolument pas, et c’est avec plaisir que je tente de t’aider. C’est normal d’être autant ébranlé. Lorsque les choses ne vont plus dans une relation qui a été très forte, c’est un véritable questionnement intérieur qui s’opère.
      J’ai cette impression qu’au fond, tu sais déjà ce qu’il faut faire. Il te manque simplement cette petite chose, ce déclic, qui te donnera le courage de te lancer.
      L’éloignement t’aidera sûrement à te reposer et y voir plus clair. N’hésites pas à me tenir au courant de l’évolution de la situation !

  • Louis | 4 mars 2016

    Bonsoir Christelle,

    Je ne sais pas si je fais bien de continuer la discussion commencée ici, ou si je devrais au contraire l’entamer dans une de tes nouvelles pages.

    Bref. Voici où j’en suis :
    Nous avons passé le weekend dernier chez un couple d’amis. Cela fait partie de ces moments de joie dont je t’ai parlé, les retrouvailles, les balades, la convivialité. Tout était bien si ce n’est que je ne peux lui faire confiance face à un autre garçon… Même si je le voulais, il y a quelque chose qui ne va pas dans les signaux qu’elle envoie envers quelqu’un qui lui plait. Je ne lui reproche pas de trouver quelqu’un élégant, ou beau, mais je lui reproche de jouer avec cela et de le montrer sans gêne.
    C’en est au point que le garçon chez qui nous avons été, en couple lui aussi, lui a dit à ce propos : « C’est vrai que tu es bizarre… ». Quand il est parti se changer et qu’elle est restée debout devant la porte de sa chambre à le regarder se mettre en T-shirt, je ne savais plus où me mettre tellement j’étais gêné…

    Le problème est que tous nos voyages sont entachés par ce stress fatigant que je ressens. Je ne peux profiter ni des paysages, ni me dire que je peux aller tranquillement profiter d’un peu de solitude : je suis quasiment sûr de la retrouver avec un autre garçon à mon retour. Son ouverture sociale fait qu’on se retrouve déjà difficilement en couple, même si on le voulait. J’aime voyager dans l’intimité, apprécier les choses par moi-même, et pour moi-même, et j’ai remarqué qu’elle n’est heureuse que lorsqu’elle parle aux autres (hommes), et que nous avons très peu d’intimité au final, et que notre voyage de couple finit par être une sortie de groupe. D’ailleurs, tous nos voyages jusqu’à présent ont été faits pour aller rejoindre de la famille, ou des amis. Jamais je ne l’ai sentie stimulée par la seule idée de nous retrouver tous seuls. J’ai parfois l’impression de mendier son attention, comme un enfant… Lorsqu’il y a autour de nous dans une soirée ceux qu’elle appelle « les beaux garçons » ou « les hommes charismatiques », je suis sûr de la perdre. C’est simple : elle ne me connait plus ! C’est à peine si elle vient danser un moment avec moi, avant de repartir voir son Marc ou son Fred…

    Mais si jamais elle n’était que cela : une enfant, un peu en quête d’attention, et qui a besoin d’être rassurée. Peut-être qu’elle cherche l’attention des autres hommes parce que je ne la rassure pas suffisamment ? Voilà que je rationalise des problèmes évidents… c’est ce que je fais depuis deux ans.

    Il y a deux jours, au soir, j’avais un très mauvais pressentiments. Je ne la sentais pas avec moi. Je me posais un tas de questions : « pourquoi s’est-elle maquillée ainsi aujourd’hui ? Pourquoi ne me regarde-t-elle pas dans les yeux quand elle me parle ? Pourquoi ne m’a-t-elle pas raconté sa journée ? », etc. Tout à coup, son téléphone professionnel sonna – elle venait de recevoir un message vocal – et il était près de 23H. Elle me dit d’un air qui me sembla faux « Nooon ! je ne vais pas répondre à cette heure »… Une étrange réflexion me traversa la tête : c’était la première fois qu’elle mettait son portable professionnel en bas volume, ce qui renvoya le correspondant sur la boîte vocale. Elle me dit quelques minutes plus tard : « Je m’endors… désolée ». Nous n’avions même pas parlé ! Et à peine nous étions-nous regardés dans les yeux !

    J’ai bondi hors du lit. Je me suis dit « Sois j’ai raison, auquel cas il faut que je me barre. Soit cette fille me rend parano, auquel cas il faut que je me barre ». Je me suis mis tout de suite à faire mes valises. Je lui ai dit que je devais voyager, que quelque chose en moi me tenaillait. Elle avait un air tout à fait sûr d’elle-même et indifférent, en me répondant tranquillement « qu’il est bon de voyager ». Mais j’ai dû être honnête et lui expliquer à quel point mon couple me questionnait. Là dessus, la discussion s’engage, il s’en suit des larmes, des explications, des regrets… Bref, nous nous endormîmes en bonne entente, tandis que je gardais ma résolution de partir le lendemain matin, dans ce qu’elle appelait « voyage initiatique », et que j’appelais « évasion d’Alcatraz ».

    Bref, me voilà seul sur les routes, vers je ne sais où. Intérieurement, il s’agit pour moi au pire de tester notre relation. A distance, on voit mieux l’authenticité et la sincérité. Mais surtout, il s’agit de prendre mes distances (comme tu me l’as conseillé d’ailleurs) et de récupérer un peu l’estime de moi-même, en basant ma vie sur d’autres choses que ma relation, qui décidément a pris trop de place.

    Je me sens perdu, déchiré, comme quelqu’un a qui on arrache littéralement le cœur. Je revois nos sourires partagés, nos moments de douceur, nos petites joies quotidiennes, et j’ai du mal à comprendre pourquoi tout cela ne lui suffit pas. Je ne sais pas ce que je vais devenir, ni ce que je vais faire. Il me suffit de l’appeler et de lui dire : je ne reviendrai pas, et tout disparaîtra : cet appart qu’on a loué ensemble avec tellement de joie, nos petites plantes auxquelles on a donné des noms communs, ses amis, nos carnets de photos, les petits cadeaux, tout cela ne tient qu’à un fil, entre mes mains… et ça me fait très peur, et très mal de le tenir

    • Christelle | 7 mars 2016

       » S’accrocher fait plus de mal que de laisser partir. » Il faut que tu te poses cette question : à ce stade, pourquoi s’accrocher ? est-ce que la situation évolue ?

      En restant avec elle, tu entaches vos bons souvenirs. Car les mauvais moments seront tellement plus nombreux que tu ne verras qu’eux.

      Mettre un terme à tout ça, c’est éviter de « gratter du temps ». C’est éviter de dégrader la relation plus qu’elle ne l’est déjà. C’est rester en bons termes.

      N’aies pas peur. Une rupture est la fin d’un voyage mais le début d’une nouvelle vie, qui si tu t’en donnes les moyens, sera encore plus heureuse.

      Libère toi de tout ça, redeviens le maître de ta vie. Sois égoïste et mets toi en priorité. La vie est faites d’opportunités et de rebondissements. Tu as encore de belles choses devant toi ! Laisse toi simplement la chance de redevenir l’homme que tu étais avant. Tu peux y arriver. Le bonheur est juste devant toi, mais pour ça il faut avancer.

  • Lila | 5 mars 2016

    Avec cet article j’ai compris que je suis une introvertie ^^ pas facile de s’en rendre compte quand on a été une extravertie pendant un moment mais les choses changent ! et ça me va très bien comme ça, je rencontre des hommes qui me correspondent vraiment désormais
    Super article et super site qui m’aide beaucoup depuis que je suis tombée dessus par hasard il y a 3 ans :)

  • JuDe | 13 mars 2016

    Bonjour Christelle!
    Un grand merci pour avoir rédigé cet article. Je suis introvertie ou solitaire ( je préfère ce terme) et il est vrai que je ne me reconnaissais pas forcément dans tous les « conseils » de séduction. Car oui, j’avais l’impression de devoir devenir quelqu’un d’autre pour pouvoir draguer.

    Tu exprimes parfaitement bien ce qu’est une personne introvertie. On peut être sociable mais ne pas être très endurante dans la socialisation.

    Je suis ravie de savoir que je peux tirer profit de ce trait de caractère. J’ai toujours pensé que cela m’handicapait plus qu’autre chose.

    Je vais songer à aborder la séduction autrement. En étant moi-même.

    Merci encore

    • Christelle | 14 mars 2016

      Merci beaucoup ! Mon but est de montrer que la séduction n’est pas réservée à un type de personne en particulier. Nous avons tous du potentiel et les seules barrières que nous avons sont finalement, celles que nous nous imposons. Contente que cet article t’aide ! :)

Commenter