Peut-on aimer « trop » ?

Par 6 Mai 2014 62 Commentaires

peut on aimer trop
Il y a un an ou plus, je me suis pris un râteau (ça n’arrive pas à ceux qui ne drague pas, na !) par un garçon qui me reprochait d’être « trop ». Je suppose qu’il sous-entendait « trop en amour / relation / émotions ».

Je sais que j’attendais (et j’attends encore) d’une relation : beaucoup de choses, tant du côté de la complicité, de la confiance que du sexuel. Il est vrai aussi que j’ai toujours beaucoup offert dans mes relations (la quantité ne dit rien de la qualité) et que je me suis cassée les dents de nombreuses fois sur les pommes d’amour.

Mais est-ce parce que j’ai « trop » aimer ? Fallait-il que je sois « moins » ? Si oui, comment aimer « moins »?

Bref, l’amour a-t-il une juste dose ?
C’est dans l’article.
Enjoy

 

L’amour, un phénomène quantifiable ?

(Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à vous dire que j’écris dans un café, en terrasse profitant des rayons de soleil du mois de mai. C’est un petit bonheur que je n’ai plus pris le temps de savourer depuis longtemps alors je tenais à le partager avec vous. ^^ )

Il serait étrange, a priori, de quantifier l’amour.

 

  • Parce que tout le monde n’a pas la même définition du mot « amour » : pour certains ce sont la force des émotions, pour d’autres la qualité du bien-être et/ou l’appréciation de l’autre. (on en parle dans cet article)

 

 

  • Parce que l’amour n’est pas linéaire. Je pense que je me sens bien plus amoureuse d’un homme après une merveilleuse partie de jambe en l’air ou suite à une dispute réactivant ma peur de la rupture qu’au sortir du travail, épuisée, savourant une tisane camomille devant le dernier épisode de GoT.

 

 

  • Parce que la durée de la relation fait évoluer le sentiment. Je n’éprouve pas exactement la même chose au début d’une relation (quand tremblante, j’ai envie de le connaitre par cœur) qu’après quelques années passées ensemble. Pourtant, je ne saurais dire lequel des sentiments est le plus « fort » ou « vrai »

 

 

  • Parce qu’il faudrait un barème de comparaison. Est-ce que je dois comparer à mes relations précédentes (avec le biais temporel)? Ou aux choses que j’aime (vaisselle < houmous < mon mec < papa ) ? Ou dois-je comparer à l’amour de mon partenaire ? (Mais, je le mesure comment son amour, à lui ?

 

Bref, quantifier et mesurer l’amour, c’est délirant. Ça ne veut rien dire. Ce n’est pas parce qu’on souffre d’insuffisance amoureuse qu’il faut reprocher aux amoureux de « trop » aimer.

OUI, MAIS : on voit (ou on a connu) des amours déséquilibrées. On observe qu’il y a quelque chose qui n’est pas au même niveau dans la relation. Si ce n’est pas l’amour, qu’est-ce ?

Nous allons donc parler des différentes échelles mesurables (ou presque) que nous pouvons utiliser sur une relation, sans parler directement du sentiment « amoureux » (lui, non mesurable. Non l’avons vu.)

 

Les échelles quantifiables de l’amour

Ces échelles sortent de ma tête. Je ne m’appuie pas sur un auteur. Donc, comme tout ce qui sort de ma tête, c’est à discuter, interroger. C’est un matos de base pour réfléchir ensemble dans les commentaires. (La terrasse de café me rend définitivement bavarde.)

Nombre de choses appréciées chez le partenaire

Quand on craque sur quelqu’un, il n’est pas rare de pérorer sur ses qualités.

Je pense que l’on peut calculer de manière très mathématique le nombre de choses que l’on apprécie :

  • chez l’autre : beauté, intelligence, humour, compétences sexuelles…
  • chez l’autre dans son positionnement dans la relation : fiabilité, fidélité, capacité de dialogue…

Bien que ce type de calcul ressemble au remplissage d’une liste au Père Noël (et qu’il ne représente en rien la force de nos sentiments), il nous permet de voir « pourquoi » nous aimons l’autre. Quand on souffre en amour, ce type de liste permet de savoir si nous aimons l’autre ou si nous sommes enclavées dans la relation que nous n’apprécions pas tant que ça.

Même si ça semble trop pragmatique pour correspondre aux idéaux amoureux, c’est peut-être la seule échelle dans laquelle nous parlons de l’autre pour ce qu’il EST. Et pas ce qu’il fait naitre à l’intérieur de nous.
Autrement dit, si une de ces qualités est son humour. Après séparation, l’humour, il l’aura toujours. Alors que les papillons dans notre ventre ils seront morts (ou ce seront transformés en coups de poignards dans le ventre.

Mais la quantité de choses aimées, ne nous dit rien de la qualité de cette appréciation.

Qualité de l’appréciation du partenaire

Note : ici, je parle essentiellement des qualités utiles à la relation. Pas des qualités en elle-même.
On pourrait définir quelques items qui représentent le sentiment amoureux pour nous : attraction physique, confiance, communication (par exemple). Mais, pour noter, il nous faudrait un comparatif.

Par exemple :

 

  • QUALITE DE LA COMMUNICATION : un Ex au hasard < houmous < Micheline (c’est un chien) < Papa < Partenaire Actuel

 

 

  • ATTRACTION PHYSIQUE : Papa = Micheline < Houmous (vous ne savez pas tout ce que l’on peut faire avec de l’houmous, des gants mappa, un mec et un escabeau) < un Ex au hasard < Actuel

 

 

  • CONFIANCE : Un ex au hasard = houmous < Micheline (une chienne, c’est plus fourbe qu’on le croit) < Actuel < Papa (c’est le plus fort)

 

Note : On a ici deux échelles pour quantifier (autant faire ce peut) l’amour. Sur ces deux échelles, je ne vois pas comment on peut « trop » aimer quelqu’un. Je pense qu’en amour plus on apprécie les qualités de quelqu’un, mieux c’est. D’ailleurs, si la relation est stable, un peu d’idéalisation ne fait de mal à personne.

Note : Ce qui est intéressant dans ces échelles, c’est qu’elles permettent de se rappeler « pourquoi » nous aimons l’autre, sans prendre en compte les papillons ou la peur de le perdre. Dans les relations bancales, voir que nous avons une meilleure qualité de communication avec de l’houmous qu’avec le partenaire actuel, permet de relativiser notre envie de le « garder à tout prix ».

Dépendance au partenaire

Il faudrait que je retrouve enfin mes cours sur l’attachement. Il n’y a pas d’attachement sans un minimum de dépendance à l’autre. D’où mon problème avec l’invention de la pathologie de « dépendance affective ».

Dans l’amour, il y a nécessairement dépendance. Qu’elle soit :

 

  • Affective : besoin de voir l’autre, d’être soutenu dans les périodes de creux, d’échanger de la tendresse.

 

 

  • Sexuelle : surtout dans les relations monogames-exclusives où l’autre est notre seul apport sexuel. (Mais, même dans les autres types de relation, passer plus d’un certain temps sans toucher/caresser/mordre/griffer la peau, laisse dans un état de dangereuse frustration qui peut nuire à votre entourage)

 

 

  • Psychique : besoin de complicité / confiance, d’échanger avec l’autre, de le connaitre, de passer du temps avec, de se comprendre, de rire ensemble, de se bourrer la gueule ensemble !

 

 

  • Matérielle : vivre ensemble c’est : partager un loyer. Dans le choix du lieu de vie, on est dépendant du revenu de l’autre (comme l’autre l’est du notre). De même pour les gamins ou un voyage à Nouméa : la situation financière de chacun compte… Bref, qui dit engagement matériel dit une certaine dose de dépendance à l’autre. (Ce qui est d’autant plus marqué quand l’un des partenaires est au foyer)

 

Dans ce cadre, on peut être « trop » dépendant :

 

  • Par rapport à une norme : voyez comme on tape sur les couples « fusionnels » ! Mais, à la limite, j’ai envie de dire, on emm*rde les gens. Si le couple (et chacun des partenaires) trouve un équilibre ; la norme, on s’en tamponne allègrement le coquillage.

 

 

  • Par rapport à l’autre : typiquement nous envoyons plus de messages, nous sommes affectivement plus démonstratives, nous recherchons plus de complicité (et/ou relations sexuelles) que l’autre…

 

C’est dans ce dernier cas que le « trop » peut-être problématique. Plus de dépendance implique souvent plus d’attentes (qui ne sont pas satisfaites). Il y a un déséquilibre dans la relation et ce déséquilibre fait souffrir, s’il est trop important.

Investissement dans la relation

Généralement, le plus dépendant est aussi le plus investi dans la relation. Il fera plus d’efforts que l’autre pour maintenir et solidifier le lien, aura plus d’attentes et s’épuisera (ou souffrira) plus dans la relation.

Pour de nombreuses raisons (éducation, société, patrimoine patriarcale), il n’est pas rare que les femmes soient plus dépendantes et plus investies (on le voit dans les tâches ménagères, l’envie d’engagement…) dans leurs relations amoureuses que les hommes.

L’investissement et/ou la dépendance ne disent rien des sentiments éprouvés.

Je n’éprouve pas particulièrement d’amour pour la cigarette, pourtant je suis investie dans ma consommation (j’ai une blague à tabac, toujours des paquets neufs dans les mois heureux, un porte briquet, etc…) et complètement dépendante.

A l’inverse, j’éprouve des sentiments très forts pour une amie de Lycée mais je suis relativement peu investie dans sa vie et je ne ressens aucune dépendance à son égard (on peut ne pas se voir pendant deux ans, ça ne m’affecte pas particulièrement).

La différence d’investissement et/ou de dépendance souligne l’insatisfaction / la frustration / la tristesse ressentie dans une relation, pas le sentiment éprouvé

 

Que faire si « j’aime trop » ?

Tout dépend. On peut :

 

  • Soit s’investir moins (en s’investissant ailleurs, dans d’autres projets) pour diminuer notre dépendance et donc frustration dans la relation.

 

 

  • Soit changer de partenaire : considérer que nous sommes en accord avec notre investissement/ dépendance, que c’est le minimum que nous attendons et que l’on attend de notre partenaire la même chose.

 

S’investir moins

Cela peut être une option si :

 

  • Nous avons toujours été la plus investie/dépendante dans nos relations.

 

 

  • L’amour prend systématiquement une place prépondérante face aux autres domaines de notre vie (amicaux, professionnels, spirituels, passions).

 

 

  • Nous reprochons souvent à l’autre les efforts que nous faisons seules (et qu’il ne nous a pas nécessairement demandé) : abandonner ses études, perdre de vue des amies, se désinvestir de sa vie professionnelle… (Typiquement, c’est le « avec tout ce que j’ai fait pour toi ! »)

 

 

  • Nous tenons à garder CE mec-là à tout prix.

 

 

  • Nous sentons que CE mec cherche à s’investir plus, à trouver un équilibre, une médiane entre son investissement et le vôtre.

 

Il ne s’agit donc pas de l’aimer moins (je ne vois pas comment c’est possible) mais d’aimer mieux. Autrement dit, de laisser plus de place au « je » de « je t’aime ».

Changer de partenaire

Il arrive que nous restions avec des mecs qui n’ont pas envie de s’investir plus que ça dans la relation. Et, ce qu’ils nous donnent (avec toute la compréhension du monde) nous parait réellement insuffisant. On peut avoir le sentiment que l’autre reste avec nous pour le confort de la relation plus que pour construire quelque chose à deux…

Bref, nous pouvons être douloureusement insatisfaites de l’investissement de l’autre (et l’être encore plus quand nous diminuons le nôtre). Dans ce cas, c’est peut-être que nous ne sommes pas avec quelqu’un qui nous correspond : quelqu’un qui s’engage avec la même envie et motivation que nous dans le couple.

Comme on ne change pas le caractère des gens, il faut changer la personne.

Personnellement, je suis une idéaliste. J’ai besoin d’offrir et recevoir une certaine dose d’investissement. Bien sûr, en couple, je peux faire quelques raccords et concessions selon ce qui se joue dans la vie de l’autre, mais j’attends un minima. Si un homme ne peut pas me l’offrir, je vais en chercher un autre.
Être dépendante OK. Être dépendante toute seule, c’est de l’OI et ça, non merci. (Sauf pour la clope.)

Et vous que conseillez-vous aux lectrices qui « aiment trop » ? Changer le mec ou changer l’investissement ?

,
J’vous ai dit que j’étais à la térasse d’un café ?
Pour me suivre sur Facebook, c’est ici.


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (62)
  • LigeThoughts | 6 mai 2014

    Ah non .. Papa ?? Mais il est partout sans déconner.

    Faudrait faire un truc contre papa, qui se retrouve en permanence en tête de liste. C’est pas facile à vivre pour nous. C’est aimer moins (fourberie !). Quoique si aimer trop c’est comme sur la photo je laisse lui laisse le rôle en fait ^^

    • Anashka | 7 mai 2014

      C’est parce que mon Papa, c’est le plus fort / drôle / intelligent / beau. Personne n’est mieux que Papa, mais après Papa, il est pas jaloux. Si, lors du premier rencard au cinéma, il ne s’installe pas sur le siège de derrière avec un fusil, c’est que ça va ;)

      • Julie | 7 mai 2014

        « Si, lors du premier rencard au cinéma, il ne s’installe pas sur le siège de derrière avec un fusil, c’est que ça va ;) »
        Merci pour le fou rire ! :D

  • Sarah | 6 mai 2014

    Le soleil te reussi, ton article est une merveille et ton comparatif était magique.
    Merci

    • Anashka | 7 mai 2014

      Merci beaucoup ! (Je suis la seule à la voir, mais j’adore ton adresse mail ^^)

  • R.M | 7 mai 2014

    Ahhh comment j’aimerai trop être en terrasse d’un café moi aussi!!

    Pour en revenir à l’article, j’ai été (et je suis encore?) une de ses filles qui « aiment trop ». On me l’a souvent reproché, que se soit aussi bien mes amis que les garçons que je fréquentais. Je pense que les personnes qui aiment trop sont des personnes qui prennent tout trop à coeur. Ces personnes s’investissent dans tout ce qu’elles entreprennent, y compris donc dans les relations. C’est un trait de caractère et c’est très difficile d’y déroger dans le cadre des relations amoureuses. Pour ma part ça a vraiment été difficile de moins prendre les choses à coeur. Je considérais que les personnes qui ne voulaient pas s’investir dans une relation étaient des personnes blasées.

    Pour répondre à ta question, je pense que je conseillerai aux filles qui « aiment trop » de moins s’investir dans la relation, mais à condition que le garçon en vaille vraiment la peine. En effet, j’ai connu des garçons qui avaient de réels sentiments pour une fille mais qui étaient incapable de s’investir plus que nécessaire. Par peur de perdre leur indépendance? Ego masculin? Je ne sais pas.

    Je pense que s’investir moins est la 1ère étape si on tient au garçon. Généralement, c’est le cas chez les personnes qui aiment trop. Mais attention à ne pas confondre « tenir à quelqu’un » avec « peur de se retrouver seule ». En conséquence, je demanderai à la fille concernée si c’est vraiment le garçon qu’elle apprécie ou le fait d’être en couple. Si c’est le garçon qu’elle aime vraiment pour ce qu’il est, alors je lui conseillerai de moins s’investir. Et si elle n’y arrive pas, alors la 2ème étape serait de le quitter pour trouver un homme qui « aime trop » lui aussi. Si c’est le fait d’être en couple qu’elle aime en réalité trop, et bien la situation est un peu plus compliquée … Je pense que les amoureuses de l’amour seront toujours en général insatisfaites.

    Voila voila :)

    • Anashka | 7 mai 2014

      Y’a un truc qui me chagrine : je m’investis beaucoup aussi. Je refuse de me forcer à « moins m’investir ». Trop couteux. Par contre, en multipliant les investissements (amitié, travail, passion), de facto la part attribuée à chaque investissement diminue…

      C’est quoi « plus que nécessaire ? ».

      D’ailleurs, qu’est-ce que tu appelles (factuellement) trop d’investissement ?

      • R.M | 7 mai 2014

        Tu as parfaitement raison. Avoir de multiples investissements permet de « moins s’investir » en quelque sorte dans la relation. Enfin ce que je veux dire c’est que du coup on est beaucoup moins needy, même si on continue à tout faire pour que ça marche.

        Quand je dis « plus que nécessaire », je parle d’une attitude que je qualifierai de passive. Ce n’est d’ailleurs pas réservé aux garçons, j’ai des amies qui fonctionnent comme ça. En gros c’est voir l’autre mais sans rien entreprendre de très concret. Ok ils acceptent les rencards, répondent aux messages et proposent de temps à autre quelque chose à faire, mais ce sont généralement des personnes qui s’investissent passivement, même s’ils se sentent très bien avec la personne avec qui ils sont en couple. Elles disent oui à tout mais sont incapable de prendre des initiatives.

        Personnellement j’ai vraiment du mal à comprendre ce concept puisque pour moi, quand on aime, on s’investit tout naturellement. Mais visiblement chez ces personnes là c’est plus compliqué. Il faudrait que je creuse cette piste avec mon amie, je te ferai un retour si tu veux.

        Ce que j’appelle trop d’investissement c’est ce qu’on m’a reproché. Je te cite quelques exemples :

        – S’inquiéter quand on a pas eu de nouvelles au bout de 24/48h
        – Vouloir voir la personne plusieurs fois dans la semaine
        – Etre souvent disponible
        – Présenter ses amis

        Après j’admets que j’ai souvent tendance à confondre investissement et needisme. Peut-être parce qu’inconsciemment chez moi tout est lié … Je suis quelqu’un de needy de base, donc j’ai toujours eu tendance à m’investir. C’est ce que tu dis dans ton article d’ailleurs, et je me suis totalement reconnue dedans. Je ne sais pas comment tu en viens à analyser de la sorte mais c’est très impressionnant!

  • Lirie | 7 mai 2014

    Pour faire court, je ne pense pas qu’on puisse aimer « trop ». Par contre on peut sûrement aimer « mal » : se perdre dans la relation, abandonner sa vie, se sacrifier pour quelqu’un qui ne le mérite pas….
    (Bien sûr que Papa c’est le meilleur et le plus beau. Toujours. Console-toi Life, vos filles diront la même chose de vous^^)

    • LifeThoughts | 7 mai 2014

      Mes filles diront ça parce que c’est vrai :D Papa quant à lui reste mon ennemi le plus fidèle, comme sa fille d’ailleurs :p

    • Anashka | 11 mai 2014

      Papa gagnant ! (Enfin, le mien.)

  • Hashiko | 7 mai 2014

    Ok.
    je me range dans la catégorie de ceux qui aiment trop … mais j’aime trop tout le monde, les potes, avec ou sans option, les potesses, les gosses (qu’ils soient les miens ou pas) et je deteste tout autant (en même temps pour que je deteste, il faut y mettre la dose, j’aime trop tout le monde et alors pour détester trop ;) ).

    J’ai pas de temoignages, j’ai pas d’arguments, j’ai pas d’astuce contre ça. C’est moi, et c’est tout. Oï-man l’a appris et l’a accepté (il a mis le temps l’air de rien).

  • johndoe | 8 mai 2014

    Changer l’investissement évidemment !

  • Cpamwa | 8 mai 2014

    Depuis que princecharmant a été censuré, je ne cesse de penser à lui…
    Est-ce que ça voudrait dire que… je l’aime trop ?

    (Promis, un jour je ferai des commentaires sérieux… ^^)

    • Anashka | 12 mai 2014

      Un jour … :)

  • Lisa | 9 mai 2014

    Salut Anashka,
    Tout d’abord merci pour ce site je le trouve vraiment tres interessant , et je lis tes articles avec attention .
    Désolée de poster ca ici , car je sais que ce n’est pas trop le thème de l’article mais je ne savais pas ou poster pour que tu le vois , donc j’ai pris l’article le plus recent , ce qui m’a permis de le lire aussi ^^
    Voila je suis en fac de Lettres, et récemment en cours d’anglais ( TD ) un dénommé Antoine est arrivé ( changement de groupe ) . Très bon feeling , je le sens très avenant avec moi , voir parfois presque intimidé . Simplement il est arrivé quand l’année était presque finie , et je n’ai pas eu l’occasion d’avoir son téléphone ou autre car au les premiers cours où il est arrivé on a fait connaissance et les derniers on était en examen toute l’heure ( sans compter que mes potes me rejoignaient dès qu’on était tous les deux …. ). J’ai regardé sur Facebook mais il semble qu’il n’y soit pas . Mes partiels sont finis et l’espoir de le revoir s’envole avec cette fin d’année .Le seul moyen de le contacter serait de lui envoyer un message via l’environnement numérique du travail , où il y a la liste des mails des étudiants . Je voudrais donc ton avis pour savoir si 1) ça fait psychopathe de l’avoir retrouvé sur le site de la fac 2) quoi lui dire pour ne pas paraître trop  » needy » comme vous dites ici et le revoir
    Je te remercie et souhaite longue vie a ton site ! :)

    • Anashka | 12 mai 2014

      1) Non, ça peut passer.
      2) Tu peux plaisanter sur le côté « psychopathe ».

      Un truc du genre :

      – tu prends des nouvelles (notamment des exams)
      – tu dis que tu rigolais bien avec lui et tu n’as pas pensé à lui demander son numéro pour boire un coup à l’occasion, alors tu as pensé à cette boite mail.
      – tu lui proposes le-dit verre.
      – tu laisses ton numéro
      – tu dis que tu n’es pas une psychopathe, tu n’as pas plus de trois mecs découpés dans ta cave par an, pour des raisons écologique (je plaisante, mais un truc dans le genre)

      Ps : On peut poster un peu où on veut. Ici, c’est parfait :)

      • Lisa | 15 mai 2014

        ahahaha tu m’as fait rire avec les mecs découpés , technique de vengeance qui devrait être présentée plus souvent ;)
        merci pour tes conseils je vais envoyer le dit message on verra bien !
        ps : c’est noté :)

        • Anashka | 15 mai 2014

          Je reste à ta dispo. :)

  • omar | 11 mai 2014

    Dixit un copain : « J’ai besoin d’aimer… je ne sais rien faire d’autre… ceux qui m’aiment me suivent….je sais toi tu restes là ! »

    • Anashka | 11 mai 2014

      « Toi, tu restes là » : J’avais remarqué ! ;)

  • Lena | 14 mai 2014

    Coucou
    Je vais essayer de ne pas écrire un roman mais ma question étant celle de l’article « changer le mec ou changer l’investissement ?  » le sujet est vaste!
    Donc je viens de tomber sur ce site j’ai lu « est ce que je peux avoir confiance en lui? » et l’article ici (qui sont très bien écrit d’ailleurs). Enfin en gros je ne sais pas quoi faire de mon mec ahah.
    Bon en résumé déjà je doit etre une fille qui « aime trop » meme si pour moi je ne pense pas que l’on puisse trop aimer..
    Coté confiance il ne repond pas à « une véritable prise en considération des besoins / envies de l’autre ET/OU du couple  » pour des choses peu importante que l exemple du textos allant à des choses peut etre plus importantes. De plus suite à beaucoup d’erreurs de sa part (pas vraiment grave hein mais bon voilà..) j’ai enormement perdu de confiance en lui ce qui en viens parfois à confiance:Houmous=copain …
    J’ai l’impression d’etre sans arret en train de faire des efforts pour notre relation, de faire des concessions, bref j’en viens à m’épuiser car je n’en vois aucun de son coté et qu’en plus il me reproche d’etre « toute seule » dans cette relation et de toujours en demandé plus. Enfin je pense qu’il y a un minimum dans une relation, je veux pas toujours vivre sans aucun projet dans mon couple, j’ai besoin d’avoir une place spéciale et de le sentir et de lui dire que lui il en a une (pas toute les 3secondes non plus hein) enfin des trucs que je pense « normale » dans une relation.
    Mon problème aujourdhui est que je ne peux pas m’investir moins car pour moi si on ne s’investi plus ou peu dans une relation et qu’on se laisse « couler » comme monsieur le fait si bien on avance pas et on se perd. J’ai l’impression de ne pas compter assez, et quand je lui fais part de ce que j’aimerais ce qui me ferais plaisir de sa part, c’est toujours moi le problème (j’en demande trop ect alors que ce sont des choses aussi simple que ton exemple du texto…)
    Je ne « peux pas » changer de partenaire car j’ai le sentiment que c’est quand meme lui que je veux dans ma vie …. et malgré tout cela il me dit que je suis la « femme de sa vie » ect et vu certaines circonstances je lui fais parfois confiance la dessus mais je ne sais plus quoi faire pour lui faire comprendre que j’ai besoin de plus d’investissement « concret » et qu il prenne plus en compte mes besoins malgré lui avoir dit tant de fois …
    Je ne suis pas sure que vous ayez compris quelque chose ahah
    Je vous écoute si vous avez des conseils :)

    • Anashka | 15 mai 2014

      En fait, tu as trois choix et aucun te convient : changer ton investissement, changer de mec, laisser en l’état :)

      Dans ce cas, choisis le plus « tranquille » pour toi : tu changes un temps l’investissement (deadline 1 mois ?)
      – tu peux prendre du recul, te ressourcer et souffler des efforts quotidiens (les 4/5 premiers jours seront difficiles mais après ça ira)
      – tu peux voir comment il y réagit : a-t-il peur de te perdre ? a-t-il envie de retrouver votre proximité ?

      Pour ça, applique le système de punition-récompense : plus d’initiatives, tu ne fais pas plus que ce qu’il fait lui (même pour ammorcer les mots doux et la conversation), voir légèrement moins. Tu te recentres sur toi, toi et toi. Parce que si tu te charges de « lui » et du « nous », y’a plus de place pour « toi ». Prend cette place là, laisse-lui faire ce qu’il veut du nous. Et, on pourra poser un bilan dans un petit mois.

      • Lena | 15 mai 2014

        Merci pour ta réponse.
        Alors en fait j’ai tout le temps pour moi déjà étant donné qu’actuellement et pour un bon moment encore nous sommes en relation longue distance ….
        J’ai déja essayer plus ou moins ce que tu as dit et le truc c’est que soit au bout d’une semaine comme il se passe rien genre j’envoi pas de message j’en ai pas, je ne dit pas de mot gentil donc j’en ai pas et il pourrait parler à X il aurait la même conversation… sa m’enerve et je recommence à faire la gentille et lui parler ect.
        Il me dit qu’il voudrais que tout sois comme avant mais quand je lui demande certains effort il s’enerve et ne les fait pas et quand je lui ai dit qu’il va me perdre …. sa réponse c’est que « j’ai qu’à aller trouver mon mec idéal » …

        • Anashka | 16 mai 2014

          J’ai l’impression que sur l’investissement, ce n’est pas qu’il ne peut pas, c’est qu’il ne veut pas. Il est bien dans la relation telle quelle et n’en attend pas plus. Est-ce que c’est vraiment dans ce déséquilibre d’investissement que tu veux faire ta vie ?

          • garfy05 | 4 juin 2014

            Bonjour Lena,

            D’après mes expériences, qui ne sont que des exemples uniques, je serais plutôt du même avis qu’Anashka. La seule solution pour savoir si cet homme tient profondément à toi et s’il t’aime d’une façon qui te plaise, c’est de le laisser sans nouvelles jusqu’à ce qu’il te recontacte lui-même. Même si ça peut être très long… Mais c’est le prix pour être fixée.
            J’ai eu à faire ça, et résultat le mec a fini par être angoissé de ne pas avoir de mes nouvelles. Il tenait à moi. Mais il n’attendait pas la même chose que moi de la relation et on a du se séparer. Comme dit Anashka, tu ne peux pas être heureuse dans une relation si le déséquilibre est trop important. C’est intenable et toxique au bout d’un moment. Et retarder l’échéance est inutile. Maintenant notre absence peut aussi leur faire réaliser combien on leur manque, donc ce n’est qu’en essayant que tu sauras. Mais il faut tenir jusqu’au bout je pense… Bon courage !
            PS : moi aussi je galère…

  • Lithium | 22 mai 2014

    Je commence à me demander si je n’aime pas « trop ». Je veux dire, si je ne donne pas trop avant d’être dans une relation amoureuse réciproque établie. Quand un mec me plaît vraiment, je n’ai pas peur de le dire (enfin si, j’ai peur, mais je le fais quand même :p). Du coup il le sait et certains en profitent pour rester dans un entre-deux avec moi, pour profiter de la légèreté de notre relation (je ne parle pas de sexe mais plutôt de jeu, séduction et gamineries) sans s’engager dans quoi que ce soit. C’est ce qui m’arrive en ce moment, ça m’attriste et je me rends compte que ce n’est pas la première fois. :(

    • Anashka | 23 mai 2014

      Est-ce que c’est aimer « trop » ou demander « trop » ? ce que je veux dire, c’est que quand on fait une « déclaration » on a souvent l’envie que ça déclenche quelque chose chez l’autre, alors que souvent, ça le rassure suffisamment pour qu’il ne se sente pas obligé de faire la même « déclaration »… Est-ce que tu vois ce que je veux dire ? Ou est-ce que « ce n’est pas ça » ?

      • Lithium | 23 mai 2014

        Je crois que c’est ça … quand je me déclare, j’attends une réponse puisque je le fais pour savoir à quoi m’en tenir (uniquement si je vois qu’il y a un problème de son côté mais que je ne sais pas lequel). Je n’ai pas l’impression d’en demander trop par contre. Je veux une relation amoureuse, pas un jeu de séduction éternel ! Mais du coup si la relation n’est pas possible mais que je lui plais quand même, il a l’avantage de ne pas s’être déclaré, oui.

        • Anashka | 24 mai 2014

          A quel moment cesse le jeu de séduction dans la relation ? Cesse-t’il complètement un jour ?

          • Lithium | 24 mai 2014

            Non il ne cesse pas, enfin sinon c’est triste. Je voulais dire « jeu de séduction éternel en dehors d’une relation amoureuse », parce que d’habitude quand je vois que la relation n’est pas possible, je stoppe la séduction. C’est ce que j’ai fait là aussi, mais on s’est de nouveau beaucoup rapprochés et ça fait mal. Je ne sais vraiment pas quoi faire, ça me rend triste.

          • Anashka | 25 mai 2014

            J’ai pas suivit ton histoire sur le fofo. Donc, j’ai un peu de mal à t’aider là… Tu peux me faire un topo ?

          • Lithium | 25 mai 2014

            Je vois un mec régulièrement depuis 8 mois, ça a commencé par de la séduction et on est devenus très proches mais je voyais qu’il y avait un blocage qui l’empêchait de conclure alors au bout d’un mois je lui ai dit qu’il me plaisait beaucoup et je je lui ai demandé quel était le problème. Il m’a alors annoncé qu’il était en couple (depuis 3 ans). Il m’a dit qu’il s’était posé des questions sur son couple depuis notre rencontre et qu’il m’avait comparée à sa copine. Ensuite on est devenus « amis ». J’ai fait ma vie de mon côté et il le sait. Mais en ce moment on est de plus en plus proches, quand on se voit on est comme des gamins et il y a de petits contacts fortuits (ex : nos mains se touchent à chaque pas quand on marche côte à côte), le genre de trucs que j’évitais absolument quand j’ai appris qu’il n’était pas libre. Il me cherche de plus en plus depuis pas mal de temps, et là il m’a dit que ça n’allait pas du tout avec sa copine (alors qu’il ne m’en avait jamais parlé depuis la « révélation » et que je n’ai posé aucune question).
            Résultat : je ne sais pas ce qu’il veut. Si j’avais le temps, j’attendrais tranquillement de voir ce qu’il en est petit à petit quand on se voit, mais je pars dans un mois et demi (je suis actuellement à l’étranger). Je reviendrai en septembre mais seulement une ou deux semaines. En plus on ne se voit pas beaucoup en ce moment par manque de temps.
            Problèmes : lui en couple, nous en amitié-amoureuse, je ne veux pas lui poser de questions sur ses problèmes de couple, je ne sais pas où on en est, pourquoi il se rapproche alors que je vais partir bientôt.

          • Anashka | 26 mai 2014

            Pour ce un mois et demi qu’il reste, tu veux quoi ? Tu peux maintenir ce lien d’ambiguïté ou tenter d’accélérer la machine pour voir où ça vous mène…

          • Lithium | 26 mai 2014

            Je voudrais autre chose que cet entre-deux frustrant … sur le moment c’est magnifique, mais après coup ça fait mal. Mais je ne vais peut-être pas non plus lui demander de se tenir à distance, ou alors en lui disant que je voudrais savoir ce qu’il ressent pour moi. Le truc c’est que dans cette configuration (lui en couple, moi loin bientôt), on n’a pas trop le choix. Je vais essayer de lui en parler, en essayant de bien formuler les choses (c’est le plus difficile). C’est compliqué !

          • Anashka | 27 mai 2014

            Plus que lui parler, dragues-le. Ce que je veux dire, c’est que si tu veux inverser la balance, y aller franco sera plus efficace qu’une longue conversation sur le sujet (la conversation venant, tout de même, après)

          • Lithium | 27 mai 2014

            Je ne le faisais pas :
            – par éthique,
            – pour lui faire passer le message « je respecte ton couple, même quand il y a des problèmes entre vous »,
            – parce que je me dis que s’il se sépare de sa copine, il viendra naturellement vers moi,
            – parce que je veux être une priorité pour lui et pas une option.
            Il y a à nouveau de la séduction « soft » entre nous : femme-enfant/homme-enfant, sexualisation verbale à gogo (chansons, sous-entendus), etc. Des deux côtés. Pour moi, hausser nettement d’un cran ça serait laisser tomber les raisons du dessus, mais tant pis, j’ai plus le temps d’attendre et puis il faut le dire, j’en ai très envie. On va se voir bientôt, je te dirai ce qu’il en est. Merci beaucoup ! :D

          • Anashka | 28 mai 2014

            Je ne bouge pas…

            (L’éthique, c’est toujours compliquée, elle ne s’accorde pas très bien avec l’excitation. Les trucs les moins éthiques sont les plus excitants ^^)

  • garfy05 | 4 juin 2014

    Waouhhhh ! J’écris rarement sur les forums mais là je suis tellement contente de me sentir comprise ou au moins pas seule, que je suis obligée de commenter ! Je suis aussi une « qui aime trop ». La vraie, celle qui envoie trop de textos alors qu’ils restent sans réponse, qui propose toujours des trucs alors que le mec ne propose rien, celle qui attend qu’il dise « oui moi aussi je t’aime », etc, etc…

    Et aujourd’hui je tombe sur cet article car je suis à nouveau dans un état dépressif à cause d’une rencontre. Dès que je rencontre un mec qui me plait beaucoup, c’est comme si c’était la fin du monde ! Je n’arrive plus à relativiser, je broie du noir quand il ne donne pas signe de vie et je voudrais être lié à lui de suite ! Impossible, je sais, enfin mon cerveau le sait, mon cœur lui s’en fout… Dans ces cas-là, même si avant la rencontre tout va bien dans mon monde, là tout vacille.

    Pour replacer les choses, à part une première histoire assez banale, celles d’après étaient de 2 types. Soit le mec me plait mais je ne tombe pas amoureuse et du coup je souffre pas, soit je surkiffe (avec l’option ça rend aveugle) et je souffre car je n’en ai jamais assez… Ces dernières années j’ai rencontré 2 mecs dont je suis tombée éperdument amoureuse (et j’étaie donc très investie). Le premier on s’est séparés car lui n’attendait pas la même chose d’une relation, le deuxième est parti sans crier gare… Et là, le même problème s’offre à nouveau à moi, sauf que j’ai bien envie de le régler !

    Voici l’histoire… (Vos remarques sont les bienvenues )
    Je rencontre Monsieur sur un site de rencontre, il a tout du mec parfait, sa voix, ses photos, tout est nickel. Mais on met 3 mois avant de se rencontrer car il n’est jamais dispo. Et là, bien entendu, ce qui devait arriver arriva… La rencontre a été MAGIQUE ! Et moi je suis piqué au cœur ça y est… En mode dépendante 100%, le monde sans nouvelles de lui est nul, etc… Je lui ai plu, c’est clair, et ce n’est pas qu’une histoire de sexe. Problème : il y a 10 jours, après notre 1ère rencontre, il a dit « promis, on se revoit bientôt ! » En langage « fille qui aime trop » = demain, en langage « mec parfait » = pas encore eu de propositions…
    2 solutions :
    – m’investir moins car ce mec à toutes les qualités que je cherche (sauf celle d’aimer trop, lol !)
    – laisser tomber car si ça commence comme ça c’est pas bon signe…
    Et le problème dans ces cas-là, c’est qu’il est quasiment impossible pour moi d’y voir clair… C’est comme si mon cœur embuait ma raison…

    Désolée pour ce roman, mais j’espère qu’il rassura les filles qui se reconnaitront dans mon histoire comme je me suis reconnue dans les autres !

    • Anashka | 5 juin 2014

      Salut,

      est-ce que tu l’as relancé depuis ?

      (Rencontre internet : méfiance, méfiance, méfiance ….)

      Pour toi, qu’est-ce qui provoque cet emballement ? Comment tu te projette avec l’autre ?

      • Garfy05 | 5 juin 2014

        Bonsoir anashka et merci pour ton site!
        Je l’ai relancée qq jours apres, avant le we de 4 jours ou on était en vacances chacun ds une autre ville. Il m’a répondu qu’on se tiendrait aux news de la-bas ms bien sûre pas de news du we… Alors lundi soir j’ai craqué. (Ms avoir tenu 5j est déjà un exploit dont je suis fière!! ;) il répond très gentiment disant qu’il est content que j’ai passé un bon we, me souhaitant bon courage au taf. J’ai à nouveau attendu, et là je viens de recevoir un msg :) me demndant si je passe une bonne semaine.
        Je projette très certainement bcp de choses sur une éventuelle relation car j’en ai marre de chercher un homme, j’aimerais avoir trouvé! Côté héritage parental ou de l’enfance, mes parents s’aimaient mais mal, ma mère souffrait de la façon d’être de mon père ms a mis 20 ans à le quitter! Et j’ai souffert de rejet, moqueries, trahison… Je pense que mon bagage affectif est un peu lourd, mais j’aimerais qu’il ne m’empêche pas d’être avec un homme que je trouve « bien » selon des critères rationnels. D’où ma difficulté à choisir entre les 2 options que tu proposes… Mes explications t’éclairent sur mon cas??? J’ai lu ton article sur l’OI après, je peux mettre un mot sur cette émotion bien particulière maintenant!! Je souhaite une bonne soirée à toi et aux visiteurs du site!

        • Anashka | 9 juin 2014

          Je ne sais pas si je peux déjà me saisir de ce que tu me dis. Mais, ce que j’entends, c’est qu’il y a une peur de « se faire avoir », de « rester enfermée » dans une relation qui te rend malheureuse.
          Cette peur entraine peut-être une suspicion et une précipitation des choses. Quel âge as-tu ? Avez-vous un rencard de prévu pour bientôt ?

          • Garfy05 | 9 juin 2014

            Bonsoir anashka,
            Oui j’ai peur, c’est évident. Très certainement une peur bleue même… Mais pourtant je me jette ds la gueule du loup. Quel paradoxe.
            J’ai 31 ans (lui 30). Et non pas de rencard de prévu…
            Je commence à perdre patience…
            Je lis « mars et vénus se recontrent » qui est ma foi très instructif. Mais j’ai du mal à appliquer…
            Bonne soirée

          • Anashka | 10 juin 2014

            Ce n’est pas forcément le livre que je te conseillerai, mais soit. :)

            Mais, pourquoi tu as peur ? Au pire, quoi ?

          • Garfy05 | 10 juin 2014

            Peur que ce ne soit pas le bon, et que je doive encore chercher? Peur d’êre malheureuse une fois de plus? Je ne sais pas vraiment. La seule chose que je sais c’est que je perds tt mes moyens dès qu’un homme me plait vraiment. J’etais en ville vendredi en fin de journée (j’habite en banlieue) alors je lui ai tél pr savoir s’il était dispo pr qu’on se voit. il était occupé, répond « on se voit très vite ». On a échangé des textos samedi a son initiative. Lundi je lui ai souhaité son anniv, espérant qu’il a une bonne soirée en perspective. Non rien ms ne propose rien. Et là je me dis que j’ai fait une erreur, j’lui ai dit que j’étais en ville, qu’on pouvait se retrouver pr continuer à faire connaissance s’il voulait. Pas eu de réponse depuis… Je m’en veux! J’ai l’impression que j’ai tué l’histoire, que c’est fichu… Est-ce que le livre que tu conseilles pr séduire un homme m’aiderait?
            Ps: ds ces cas de déceptions ou j’ai peur d’avoir fait la connerie qui gache tt, la vie n’a plus de sens pr moi…
            Merci de tacher de m’aider!
            J’ai pas trouver cmt t’écrire en mp. Possible?

          • Anashka | 11 juin 2014

            Peur que ce ne soit pas le bon, et que je doive encore chercher?

            Dans ce cas, si ce n’est pas « le bon », ce sera une bonne chose si s’arrête, ça te permettra de continuer ta route.

            Peur d’êre malheureuse une fois de plus?

            « Une fois de plus », ça veut dire que tu sais t’en remettre.

            Donc au pire, ce n’est pas le bon, tu t’en remets et ça continue.

            J’ai l’impression que j’ai tué l’histoire, que c’est fichu…

            Tu lui as fait une proposition à laquelle il n’a pas donné suite (pour le moment) ET ce serait TOI qui aurait gaché un truc ? C’est le monde à l’envers :)
            Toi, tu proposes. S’il ne donne pas suite, c’est lui qui gâche ses chances…

            Il y a des EBOOKS sur le site, mais ils ne sont pas de moi. Un Podcast va bientôt sortir, de moi. (Sinon, tu trouveras mes meilleurs articles dans le BEST OF : http://www.seduireunhomme.fr/best-of/)
            Sinon, jette un oeil à cet article : http://www.seduireunhomme.fr/2014/06/le-regard-dans-la-seduction-le-comprendre-et-lutiliser/ J’aimerai bien avoir ton retour. :)

            Pour tout ce qui est conseils, je passe soit par les commentaires, soit par le coaching : http://www.seduireunhomme.fr/coaching-telephonique/

            (Sinon, question « prétendant », tu en es où ?)

          • Garfy05 | 11 juin 2014

            Bonjour anashka,
            Et oui, parfois les choses sont à l’envers ms on ne choisit pas forcément sa façon de réfléchir…
            J’ai reçu un msg hier me demandait comment ça allait et de fil en aiguille il m’a proposé qu’on se voit le soir. J’étais pas dispo, dc on se voit peut-être ce soir.
            Dès que je peux je jette un coup d’oeil à tes articles! Je te ferais un retour. D’ici là je vais essayer de me débrouiller avec mon instinct. Merci pr tes conseils.
            Bonne journée!

          • Anashka | 13 juin 2014

            Tu me tiens au jus ?

  • Garfy05 | 13 juin 2014

    Oui je vais faire mon possible pr te tenir au courant.
    On s’est effectivement vu. Très bonne soirée comme la première fois. On prend notre temps… Je fais ce que je peux pour qu’il soit intéressé par moi tout en lui laissant le temps de se faire à l’idée d’une nouvelle relation…
    Bonne journée!

    • Anashka | 13 juin 2014

      Comment tu t’y prends pour qu’il soit intéressé par toi et par une probable relation future ?

      Bonne journée aussi !

      • Garfy05 | 13 juin 2014

        Heu, et bien j’essaie d’appliquer 2,3 choses précises. (C’est la première fois que j’essaie comme ça alors on verra bien :) )
        – je m’habille de façon féminine sans être provoc
        – je ne lui mets aucune pression: on se voit je suis contente, on se voit pas je fais pas la tête ni ne me montre triste
        – je l’écoute pr savoir ce qui le motive ds la vie et le féliciter l’encourager ds ses choix qd ça se présente, ms je prends aussi ma place pr parler de moi et lui montrer pourquoi il serait gréable d’être avec moi et que je ne suis pas difficile à contenter
        – et je suis de bonne humeur et positive!!
        – je ne parle pas d’après ou de ce que j’attends d’une éventuelle relation avec lui
        – je le remercie et lui dit que j’ai passé un bon moment ou qu’il m’a aidé
        En gros c’est ça!
        Quel est le but de ta question?

        • Anashka | 14 juin 2014

          1/ pour savoir si on peut revoir quelque chose sur la méthode (en fait, non ^^)
          2/ pour apprendre de ta manière de faire :)

          J’aime beaucoup : une application et plus tard, un bilan. Je trouve que c’est vraiment prendre en considération la part de travail qu’il y a dans la mise en relation. Est-ce qu’il joue le jeu ? Est-ce que tu t’y retrouves ?

  • Garfy05 | 13 juin 2014

    Et je ne fais pas ma vie en fonction de lui!
    Je continue de vivre pour moi.

  • Garfy05 | 14 juin 2014

    +1? J’ai pas bien saisi ton histoire de mise en relation par contre…
    Difficile de dire s’il joue le jeu ou pas… Qd on s’est revu il était aux petits soins et on s’est pris la main vite fait ds la rue pr tout te dire! Ms on ne prévoit jamais de futur rdv… Ça c’est un peu dur à gérer… Je sens que je prends le bon chemin, ms je ne pourrais pas supporter cette situation pendant des mois…!
    Le plus difficile ds ce nouveau comportement c’est que je trouve que c’est assez passif de mon côté, je me contente de voir ce qu’il peut m’offrir et d’être agréable et je tente d’être attirante. C’est pas comme le comportement d’avant, où qd on en fait trop, on est justement ds le « faire » et pas ds l’attente. C’est assez déstabilisant! D’où l’importance d’avoir confiance en soi et de savoir qu’on obtiendra ce dont on a besoin (ce mec peut-être, ou peut-être un autre…)

    • Anashka | 15 juin 2014

      « +1 » veut dire que je suis d’accord :) « mise en relation » : je sous-entend que la relation se construit et qu’il y a un temps pour y entrer. Ce temps est la « mise en relation ».

      Est-ce que tu lui as demandé pourquoi il ne proposait pas de RDV ? Est-ce que tu te sens de lui demander ?

  • Garfy05 | 15 juin 2014

    Ok, merci pr les explications ;)
    Je dois te dire que sans que ce soit conscient, je m’étais interdit de lui poser cette question par peur de rendre la relation trop vite contraignante alors qu’elle commence tt juste. Peur de le faire fuir par l’implication que cela lui demanderait alors qu’on se connait à peine… Pas évident à gérer… Je pourrais peut-être en discuter avec lui…

    • Anashka | 15 juin 2014

      Tu peux simplement lui poser la question : peut-être qu’il n’ose pas, peut-être qu’il n’est pas là-dedans. Mais, ça t’aidera à te situer :)

  • Garfy05 | 15 juin 2014

    J’ai peur de lui demander. Peur de la réponse. Peur de me sentir rejeter. Peur de lui faire peur. Comment lui demander? Et comment réagir s’il dit que non il n’aime pas prévoir? Est-ce que ça peut ètre un motif suffisant pr me dire qu’il n’est pas fait pr moi puisque moi c’est un truc que j’ai du mal à vivre? Ou est-ce que cela peut signifie qu’il faut que je sois moins exigeante, car pr tt le reste, pr l’instant il est super? Tjs la même chose… Trop peur de me tromper de cible et de devoir recommencer à chercher… Ms en même tps vaut mieux s’en apercevoir au début. Ms faut aussi se laisser le tps pr se connaitre. Bref, voici comment une simple question soulève bien des problèmes!!
    PS: cela ne t’embête pas qu’on écrive autant de post sur ce sujet ici???

    • Anashka | 15 juin 2014

      Tu peux simplement lui demander pourquoi il ne prend pas l’initiative des rendez-vous ? En mode léger : « tiens, j’ai remarqué que souvent c’est moi qui proposait les rencards, je me demandais pourquoi tu ne proposais pas… C’est pas un reproche, hein, tant que tu es OK, ça me va, c’est de la curiosité  »

      Est-ce que ça peut ètre un motif suffisant pr me dire qu’il n’est pas fait pr moi puisque moi c’est un truc que j’ai du mal à vivre? Ou est-ce que cela peut signifie qu’il faut que je sois moins exigeante, car pr tt le reste, pr l’instant il est super? Tjs la même chose…

      Tout ça, ce sera dans un second temps :)

      Non, ça ne m’embête pas, au contraire, c’est cool pour le site, ça lui donne de la vie :)

  • garfy05 | 15 juin 2014

    Ok, bon ben c’est cool pr tt le monde alors :)

    Si je m’écoutais je proposerais bcp plus souvent. Lui ce n’est pas tant qu’il ne propose pas, ça lui arrive. Mais c’est tjs au dernier moment ou sous forme d’hypothèse. La dernière fois, c’est lui qui a proposé, j’étais pas dispo, alors j’ai proposé le lendemain ou surlendemain, et il a répondu « on essaie ». C’est tjs au dernier moment que je sais si on va se voir ou pas. Dc le lendemain, pas de news ds la journée alors vers 17h j’envoie un texto pr savoir s’il est dispo ou pas, il me dit oui dc on finit par se voir dans la soirée.
    Et le plus étrange c’est que qd on s’est retrouvé, il m’a dit qu’il s’attendait à recevoir un texto de ma part le matin pr savoir si on se verrait! J’ai pas eu la répartie de dire qu’il pouvait en écrire un pr savoir :) J’étais étonnée de cette réflexion.
    Dc l’état des lieux du jour, c’est que jeudi et vendredi on s’est échangé des textos. Je l’ai même appelé vendredi soir pr lui faire un petit coucou et lui proposer de se retrouver dimanche soir ou un soir de semaine pr pique-niquer dans un parc du côté de chez moi en banlieue (jusqu’à présent on s’est tjs retrouvé en ville, càd près de chez lui). Manque de pot il a un ami en visite chez lui tte la semaine et bcp de taf en vue, dc il a dit oui que ma proposition lui plaisait ms qu’il pouvait pas me dire s’il serait dispo… Je lui ai dit de me tél s’il se voyait dispo et qu’on verrait si moi aussi…
    C’est ça qui est dur pr moi, je ne sais jamais ce qu’il va se passer, même l’heure précédente!!
    PS: Si j’étais une lectrice de l’article, j’attendrais de savoir la suite comme quand on lit un bouquin ou regarde une série!!

    • Anashka | 15 juin 2014

      Peut-être que c’est de la désorganisation …?

Commenter