Comment écrire une lettre d’Amour ?

Par 30 Mai 2014 37 Commentaires

écrire une lettre d'amour
La lettre d’amour n’est pas (encore) passée de mode. Je dirais même qu’elle revenue au goût du jour avec le mail.

Il existe trois types de lettres que l’on peut envoyer à son partenaire :

  • celles rédigées autour d’un conflit : pour exprimer un ressentie ou provoquer une réconciliation
  • celles qui tournent autour de votre recherche sexuelle : les récits coquins, fantasmes, écrits sur vos coïts… Bref, la lettre érotique
  • celles pour offrir une trace écrite de nos sentiments : la déclaration d’amour. C’est de cette dernière dont je parlerais dans l’article.

Tous mes conseils pour une lettre d’amour réussie, c’est ici.
Enjoy

Note : dites-moi si vous voulez que je fasse un article sur les autres types de lettres.

Dans quel contexte écrire une lettre d’amour ?

Certaines d’entre nous se saisiront du stylo pour les grandes occasions : Saint Valentin, anniversaire de rencontre, etc. D’autres, laissent les lettres d’amour voler au grè de leurs envies. Pour ma part, c’est le genre d’attention que j’aime : « sans raison ».

Il n’y a pas réellement un « contexte idéal » pour la lettre. Il y a plutôt des contextes à éviter.

On n’envoie JAMAIS de lettre d’amour
:

 

  • à un ex : une lettre d’amour éplorée n’a jamais permit de récupérer son ex Paradoxalement, c’est quand on est le plus vulnérable (post-rupture) qu’il faut être la plus discrète sur ses blessures. (Ouaip, c’est triste).

 

 

  • à un Fuck Friend ou une relation sentimentalement ambigue : une lettre d’amour ne fait JAMAIS office de première déclaration. Si vous voulez révéler vos sentiments, c’est en face à face, dans un moment de tendresse (de bienveillance de l’autre).

 

 

  • En instabilité émotionnelle : une lettre d’amour n’attend pas de réponse. Elle est un cadeau, pas une pression que l’on exerce sur l’autre. Si vous doutez des sentiments de l’autre, protégez-vous, n’écrivez rien. Pourquoi ? Parce que vous pourriez être déçue ou blessée par un silence / refus / râteau

 

 

  • En relation virtuelle : dans ce cadre l’emballement sentimental est monnaie courante. On projette beaucoup sur l’autre. Dans le virtuel, il y a une part de l’autre qui nous échappe (notamment ce que donnerait une relation avec lui). Dans les commentaires, je lis souvent que les relations virtuelles sont le lieu de grosses déceptions. Donc un conseil : pas de sentiment AVANT la rencontre IRL.

 

Les déclarations d’amour (même kitschissimes) sont agréables quand on s’aime. Elles sont effrayantes quand les sentiments ne sont pas installés. « Je ne peux pas vivre sans toi. Je te regarde dormir, parfois, quand tu dors », marche avec votre amoureux, pas avec le beau mec du restau U.

En résumé, on écrit des lettres / mails d’amour quand on connaît déjà les sentiments de l’autre et qu’ils correspondent aux nôtres. Autrement dit, quand vous êtes amoureux et que c’est explicite entre vous. Sinon, c’est de séduction qu’il faudra user.

(J’vous invite à jeter un œil au BEST OF )

Qu’est-ce que j’écris dans ma lettre ?

Ensemble, enfonçons quelques portes ouvertes.

 

 

 

  • On évite les phrases qui commencent par :

 

 

  • « Si t’aimer c’est… » : … une pathologie névrotique, alors je veux bien passer ma vie à souffrir d’hystérie à tendance paranoïaque

 

 

  • « L’amour c’est… » : … la drogue / la mort / la folie / une larme sur ta joue qui meurt sur tes lèvres en criant maman j’ai peur

 

 

  • « Si tu me quittes, je… : sombre dans la drogue / la mort / la folie / l’ombre de ton chien / une larme sur ta joue qui meurt sur tes lèvres en criant maman j’ai peur
    (S’il nous quitte, on s’en remettra et on passera au suivant , comme avec les précédents.)

 

 

  • « Ton père, c’est le voleur » : Ta mère, c’est la tueuse. Ton oncle a tué le capitaine moustache avec le chandelier dans la cuisine…

 

 

  • On personnalise: votre copain doit éviter de penser que vous avez photocopié la lettre écrite à votre ex il y a 5 ans (si c’est le cas, pensez au blanco sur le prénom)

 

Et, on abuse du brouillon : parce qu’il permet de se laisser aller à l’écriture automatique.

Récemment, un copain me disait « le plus difficile dans l’art, tel qu’il soit, c’est la sincérité. Elle demande de voir et de ne pas se mentir ». A mon sens, l’écriture automatique permet d’aller chercher SA sincérité.

Ci-dessous quelques pistes de thème / sujet que vous pouvez aborder.

Parler de lui

Évoquez un détail (physique ou non) chez lui que vous aimez et dont il n’a pas conscience

« Quand tu as bu, tu as les dents légèrement plus écartées qu’à l’habitude. Je ne sais pas pourquoi, mais ça m’émeut, tu as l’air d’un môme ».

« C’est marrant, quand tu commences une phrase par « la vie », je sais que tu vas me faire une grande déclaration qui ne veut rien dire. Mais, tu as l’air tellement heureux, que je préfère te laisser faire »

( Utiliser le Push and Pull ne nuira pas à votre santé, ni celle de votre entourage.)

Décrivez les différents de traits de personnalités que vous aimez chez lui

  • le gamin qu’il peut être quand il reçoit un cadeau
  • l’adulte un brin séducteur dans un contexte social
  • le parent qui vous dorlote quand vous êtes triste.

(Le découpage gamin / adulte / parent, c’est un classique qui marche bien)

Expliquez-lui pourquoi : « c’est lui et pas un autre »

Ce qu’il a / fait / est… de particulier. Ce qu’il fait qu’il est irremplaçable pour vous.

Note : « l’autre » ne doit pas être personnifié. Ne dites pas « comparé à mon ex Gontrand». C’est un « autre » flou, dissout, qui représente tous les hommes qui ne sont pas lui.

Évoquez un geste qu’il a fait pour vous qui vous a beaucoup touché

  • Venir à un repas de famille après une dispute et gérer le-dit repas.
  • Vous préparer le petit déjeuner après une nuit difficile pour vous.
  • Dire « elle est trop cool, ma femme ! » devant vous et ses potes.
  • Vous laisser accrocher un poster géant de Ragnar au-dessus du lit conjugal.

Évoquez ce qu’il représente pour vous

Est-il votre pilier ? Quelqu’un que vous avez attendu ? Votre souffle de liberté ? Votre meilleur ami, aussi ? Votre Morphée ?

Parler de vous

Racontez quelque chose que votre pudeur empêche de dire habituellement :

« Je m’endors souvent après toi. Tant que tu es éveillé, je n’arrive pas à dormir. J’aurai trop peur de perdre une miette de « nous ». » « Je dois avouer que je t’ai volé un tee-shirt, que je garde pour dormir, ça me console de tout »

(bon, vous sentez mon envie de sieste ?)

Tentez de lui expliquer à quoi ressemble ce drôle de sentiment que les gueux et les sots appellent simplement « amour »…

Et, expliquer pourquoi ce mot est totalement insuffisant à décrire les papillons qui dansent la tecktonik dans votre ventre dès que vous le voyez.

Parlez de ce(s) instant(s) où vous êtes tombée amoureuse.

Je me permets le pluriel. Je tombe souvent plusieurs fois amoureuse du même homme.
(Exemple : à chaque fois que j’ouvre la porte et que c’est lui. )

Parlez de ce qui a changé chez vous depuis que vous le connaissez :

Vous sentez-vous plus confiante ? Affirmé ? Patiente ? Heureuse ? Adulte ? Femme ?

Dans le même genre, parlez de ce qui a changé de votre regard sur le monde.

Genre vous voyez la vie en rose avec des paillettes et des licornes.

Parler de votre histoire

Parlez des engagements que vous prenez auprès de lui

  • Cassez la figure au premier qui l’agresse (sauf si l’agresseur est musclé)
  • Ne JAMAIS piquer dans son assiette de frites quand vous avez commandé une salade.
  • Lui offrir un lever de soleil (parce que le coucher de soleil, c’est kitsch, et que le kitsch, c’est la mort/la drogue/ la folie / la larme du père voleur et de tonton-chandelier)

Imaginez une scène future

  • moyen-terme : hâte de le voir avec le bronzage de l’été, il sera indéniablement beau
  • long terme : quand nos petits-enfants voleront ton dentier et qu’on les enfermera dans la cave pour se venger.

Évoquez un souvenir commun

  • soit un souvenir symbolique de votre relation : la rencontre, le premier baiser, le premier « je t’aime », le premier orgasme avec lui
  • soit un souvenir que vous avez beaucoup plus investi que lui : quand silencieux, vous avez pris la voiture pour la première fois et que la rue Kétanou est passé sur l’auto-radio et que vous étiez bien.

Expliquez-lui en quoi cette histoire que vous vivez avec lui est la plus jolie d’entre toutes.

Dans l’idée de la chanson de Barbara « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ».

Parlez de la force de votre histoire…

…de vos beaux combats, de vos belles réussites, de vos éclats de colère… bref, parlez de ce que vous avez déjà traversé ensemble et qui vous cimente bien plus que tous les coups de foudre du monde réunis. Et parlez des orages qui viendront et que vous voulez traverser avec lui pour en sortir en renouvelant encore et encore votre amour.

Note : Heu, ne parlez pas de tout dans la même lettre. C’est une liste d’inspiration, hein. ;)

Les plus-plus !

Blablabla, soigner l’orthographe, blablabla…

Une lettre, c’est bien. Mais c’est mieux avec :

  • Un petit dej’ au lit !
  • Ou par la poste : ça fait toujours une bonne surprise.
  • « 100 baisers » : si vous vous éloignez quelque temp, vous pouvez glisser autant de baisers (rouge à lèvres sur papier) que de jours qui vous séparent
  • Fleur séchée : c’est kitsch. Sauf, si vous connaissez la symbolique de la fleur (genre le myosotis) que vous envoyez. Flower Power, les hippies vaincront !
  • Un extrait de chanson qui vous parle…
  • Un papier de qualité
  • Ou version parchemin : on trempe une nuit dans du café, on brule les bords
  • Une photo de vous : notamment si vous êtes nue dessus.
  • Les touches d’humour et les Privates Jokes sont toujours bienvenues !

Pour vous, quelle est la plus belle lettre d’amour que vous avez reçut ou envoyé ?


Ragnar, mon amour, pour toi, je tuerai la larme sur la joue du tonton Gontrand avec le chandelier dans la cuisine!
Sur Facebook
et sur Twitter


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (37)
  • Noxp40 | 31 mai 2014

    Je crois n’avoir écrit que 2 lettres d’amour.
    La première, ça devait être à l’école primaire … un lettre anonyme glissée dans le casier de la jeune demoiselle !
    La seconde, c’était une lettre post rupture, magnifique … mais j’ai eu la présence d’esprit de ne pas envoyer à mon Ex. Au moins, elle aura eu le mérite de me faire avancer dans mon deuil de la relation.

    • Anashka | 31 mai 2014

      Le nombre de lettres d’amour que l’on n’envoie pas. Je pense que je dois en avoir dans la centaine :)

      • Noxp40 | 31 mai 2014

        C’est que je ne suis pas tombé amoureux si souvent !

        • Anashka | 2 juin 2014

          Ca doit jouer aussi :)

      • pasquier | 12 mai 2015

        j’aime un homme mais j’ai très peur de m’engagé après un divorce et une rupturesa me fatigue

    • sariou | 10 mars 2016

      pauvre de toi

  • lapetitefée | 31 mai 2014

    J’aime l’idée de sincérité dans la lettre, par contre, au moment de relecture, je me rappelle toujours que : « Les paroles s’envolent, les écrits restent ». Donc même si je suis pour ouvrir son soi profond à l’autre, j’essaye d’imaginer si j’assumerai vraiment tous mes propos à l’avenir, en général oui, parfois il y’a un ou deux mini trucs à rectifier.

    J’ai souvent écrit dans le cadre de ma relation instable (avec le géniteur)/FF et c’était une véritable catastrophe. Si je pouvais reprendre tous mes emails où je m’épanche comme une veuve éplorée, j’hésiterais pas.

    J’ai écrit une lettre à mon amoureux actuel et lui ai laissé quelques petits mots. Lui ne l’a jamais fait mais ça ne me gène pas, il est romantique et attentionné par d’autres façons. Je sais qu’il a été hyper touchée par celle que je lui ai donnée et qu’il l’a garde bien précieusement. L’idée me plaît de laisser une trace de notre amour. J’en écrirais pas souvent par contre, j’aime bien que ce soit rare. :)

    • Anashka | 31 mai 2014

      Je comprend, « ce qui est rare est précieux », me dit ma mère. (Je ne pense pas ça valable pour tout, mais sur certains cadeaux et attention, oui ^^)

  • Paulo-Chon | 31 mai 2014

    J’ai toujours eu du mal avec le brouillon.
    Bon, depuis que je peux utiliser word (donc autres que pour les lointains devoirs de français/philo), je l’utilise pour corriger les fautes, la mise en forme, la structure et les quelques trucs que j’ai écris mais qu’en fait c’était une méga-connerie, et pas pour des lettres d’amour (comme je n’en ai jamais fait, ou une seule fille, et c’en était risible tellement c’était tout ce qu’il ne fallait pas faire), mais pour tout le reste ( coup de gueule, coup de déprime, remerciements à des amis, etc.), je suis du genre à trouver le plan, intro, conclu, et dès que j’ai la phrase d’accroche, j’écris tout d’une traite… Et c’est là, justement, que l’écriture est sincère.

    Enfin pour moi c’est comme ça que ça se passe : Je suis plus « j’ai besoin d’écrire un texte, sinon je ne dormirais pas de la nuit », et les premiers mots servent à ouvrir les vannes en grand, que quelqu’un qui a besoin de ré-écrire encore et encore jusqu’à atteindre une écriture automatique sincère.

    Et sinon, personnellement ça intéresserais de voir ce que tu penses des deux autres types de lettres, dans des articles à part.

    • Anashka | 2 juin 2014

      Ok ! Merci de te manifester pour les deux autres types de lettres. Je les note sur ma TO DO :)

  • Anaé | 31 mai 2014

    Pour les plus-plus, tu as, semble-t-il, oublié le grand classique : asperger le papier à lettre de son parfum !

    Les lettres d’amour, ça n’a jamais été trop mon truc. Je suis plutôt portée sur les petits mots. J’aime en laisser de temps à autres sous un oreiller, sous une assiette pendant qu’on dîne ou en glisser dans la poche de mon chéri pendant que je l’embrasse. Il ne s’agit donc que de quelques lignes, quelques mots. Jamais plus.

    J’ai beaucoup de mal lorsqu’il s’agit de faire de longues déclarations, et à cet égard, j’adorerais un article sur comment écrire une lettre érotique.
    Toutes ces choses, que ce soit l’affection et à plus forte raison encore le désir, je les exprime davantage par des gestes, par des attitudes, des regards, des murmures ou des cadeaux symboliques. Je suis mortellement tendre et passionnée, mais définitivement pas prolixe.

    Même ici, ou sur le forum, je sens souvent que je n’arrive pas à tout dire, à aller au bout de mon idée, alors que si on était l’une face à l’autre, en 3 mots, 2 regards et 1 demi-sourire, tu aurais tout compris.

    D’ailleurs, dans mes histoires amoureuses, j’aime que l’autre arrive à me comprendre sans que j’aie besoin de trop en dire, c’est un idéal vers lequel je tends. Et je ne peux m’empêcher d’être déçue quand on n’arrive pas à me comprendre ou juste à me sentir….c’est bête ce rêve de complicité totale, mais je n’arrive pas à m’en défaire, comme si c’était ça pour moi le plus important.

    • Anashka | 2 juin 2014

      Et je ne peux m’empêcher d’être déçue quand on n’arrive pas à me comprendre ou juste à me sentir….c’est bête ce rêve de complicité totale, mais je n’arrive pas à m’en défaire, comme si c’était ça pour moi le plus important.

      Etrangement, plus je communique verbalement avec l’autre, plus il est simple pour moi de ne pas communiquer. C’est parce qu’on a trippé sur tel ou tel truc, que d’un regard, on peut se marrer sur tel autre truc. C’est parce qu’on a parlé en long et large d’une situation qu’on a vécue différemment, que je connais mieux ses ressenties sur la suivante (et vice versa) et qu’on peut se positionner avec plus de bienveillance encore.

      Je crois au regard qui dit quatre pavés et je le vise aussi. Mais, pour le viser, j’ai besoin d’un dialogue, de savoir, d’entendre ses mots, son vocabulaire pour me saisir de sa perception du monde et des choses (et comprendre les regards que l’on partagent, ceux qui diffèrent et les prendre en compte).

      Ce que j’essaie de dire, c’est que je comprend ton fantasme. Mais, concrètement, qu’est-ce que tu peux mettre en place (à ta manière) pour le réaliser ?

      • Anaé | 3 juin 2014

        Ahh…j’ai bien peur de ne rien mettre en place du tout :

        – il y en a avec qui ça roule tout seul. Pas besoin de beaucoup parler. L’entente s’installe naturellement. Elle passe souvent en premier par la complicité physique, ça rapproche énormément mine de rien ! Ce sont généralement des personnes aussi discrètes et réservées que moi.

        – il y en avec qui ça créer des froids, des blancs et de l’ennui. Dans ces cas-là, je me force un peu, j’essaie de briser la glace, de me montrer plus prolixe, car non, je ne vis pas dans le monde des muets ^^

        Concrètement, les gens qui parlent trop, ça m’épuise rapidement et s’il y a bien une chose rédhibitoire pour moi : ceux qui parlent tellement qui ne vous en laissent même pas en placer une. Uff…l’horreur !

        Sinon, les plus belles lettres d’amour que j’ai écrites étaient des lettres de rupture. C’est grave docteur ?
        :)

        • Anashka | 4 juin 2014

          Généralement, les lettres de ruptures ont une portée dramatique qui en font de véritable chef d’oeuvre :)

          C’est comme si tu me parlais de deux dialogues :
          – le « blabla » : parler pour le plaisir de parler (dans lequel tu ne te reconnais pas, et tu me trouveras volontiers) : ce « blabla » ne me semble pas nécessaire.
          – la « verbalisation » : mettre les mots sur un désagrément, un questionnement, une envie ou attente pour permettre à l’autre de s’en saisir (ou non), mais ne pas attendre d’être deviné : même les fins psychologues ont du mal. (Celui-là me semble complexe même pour les amoureux du « blabla », mais tellement essentiel.

          La communication me semble être dans le second. Dans le premier, ce peut-être remplacé par des activités autres, par des regards, par tout le reste :)

  • mamissa | 31 mai 2014

    anashka au secours

  • mamissa | 31 mai 2014

    je suis amoureuse d’un homme qui vit loin de Chez moi a Paris pour etre precise et moi je t’ecris depuis l’afrique pr etre precise il a voyagé en 2007 et depuis il m’a appeler une fois pr me dire qu’il est bien arrivé et depuis on a garder le contact sur fbook mais depuis 2012 il ne me parle plus et ne m’ecris mm plus

    • Anashka | 2 juin 2014

      Je t’ai répondu sur un autre message :)

  • Complexe | 1 juin 2014

    Bonjour Anashka, navrée si je ne répond pas à la thématique de l’article ici présent

    J’aimerai savoir comment faire pour vaincre sa peur du regard des autres et oser sortir en jupe, robe, talons ou simplement décoletté.

    Je suis une jeune femme de vingt ans, et je n’ai jamais réussi à supporter le regard des hommes sur mon corps dans la rue, et ce d’autant plus après les viols que j’ai subi (pas dans la rue, mais ça m’a traumatisée…). Je porte tout le temps des pulls et des jeans pour me cacher, je ne fais plus l’effort de me maquiller, et je me sens très malheureuse comme ça alors que quand je met une robe chez moi devant le miroir je me sens magnifique. Comment surmonter ça..? J’aimerai vraiment pouvoir m’épanouir dans ma vie et reprendre confiance en moi, ma vie de séductrice en a énormément pâti. :/

    • Anashka | 2 juin 2014

      Je ne sais pas si tu as lu les derniers articles en vogue sur le harcèlement de rue ? (Je pourrais te passer quelques liens si tu veux ^^)
      Dedans, tu trouves des femmes qui témoigne de harcèlement de rue (« oh t’es bonne, tu baises ? ») qu’on reçoit toute quand on se ballade. Elles repositionnent les choses : on n’a PAS à culpabilisé de se sentir agressée. J’ai l’impression qu’il y a une peur du regard des hommes (comme objet ?) et donc une peur à se rendre désirante (pour toi)… Comme si tu étais coincée entre « je veux faire ce que je veux, mais ça a des conséquences »…

      Est-ce que tu as des copines à qui tu pourrais parler de ta peur et qui pourrait sortir avec toi, habillée toute mimi ?

      • Complexe | 2 juin 2014

        Oui, je les ai lus, mais je ne me sens absolument pas concernée car je n’en ai jamais vécu. Dans la rue, on ne me parle pas, on ne me drague pas, on ne me touche pas, on ne me regarde pas. Et pourtant, j’ai la tête haute, je regarde les gens dans les yeux, ce n’est pas comme si je regardais par terre et que je ne le voyais pas.

        Je pense que j’ai peur du regard des hommes oui, je n’assume pas du tout mon statut de femme. Ce n’est pas le shaming d’être attirante, je suis cosplayeuse (je fabrique moi même des costumes de personnages de jeux, films, etc, et très souvent, c’est très très sexy, décolletés hallucinants, strings…) donc habituée à l’équivalent du harcèlement de rue, mais sur Internet. Je ne sais pas pourquoi dans la rue, ça bloque alors qu’en soirée avec des amis, aucun souci.

        Même avec des amies je n’en porte pas, je sors très rarement. Quand je vais en boite, c’est de la torture pour moi de quitter mes baskets pour des talons, alors que crois moi je me sens sexy avec. :(

        Je me suis forcée à mettre une jupe aujourd’hui au boulot, je me sens horriblement mal à l’aise, et pourtant je suis calfeutrée dans mon bureau à l’abri des regards. Je ne me sens pas du tout sexy, alors que hier soir devant mon miroir, je me trouvais top. :/

        • Anashka | 2 juin 2014

          Il y a peut-être une part d’habitude. Peut-être que tu derais y aller en douceur : jean + basket + veste cintré avant de la robe sexy-moulante ?

          • Complexe | 2 juin 2014

            Je porte ça en général, mais j’ai tout le temps froid donc j’ai tendance à préférer mettre un manteau large plutôt qu’une veste cintrée. (Au printemps, oui…)

          • Anashka | 3 juin 2014

            Je ne suis pas une grande pro du look : j’ai les miens. Entre garçonne, punk, hippie, femme d’affaire, gentille fille (fleurs dans les cheveux et tout le bordel). Le « sexy », je le porte toujours « grunge » (mini-short et collant déchiré)… Je ne sais pas vraiment comment je peux t’aider. Si tu viens faire un tour sur le forum, tu auras d’autres avis, d’autres regards qui pourront peut-être t’apporter plus que je ne le fais. (Ma relation à mon look est très amusée ^^)

          • Complexe | 3 juin 2014

            Bon, impossible de répondre à la suite des messages suivants, mais ça vient après ta réponse du 3 Juin.

            Merci d’avoir pris le temps de me répondre, je vais en discuter sur le forum, il y a peut être des filles ayant vécu ça qui auront des solutions.

            Et je n’ai pas besoin d’une pro du look Anashka, juste de quelqu’un qui s’assume et qui a confiance en elle, et tu es une de mes référence dans le domaine :)

          • Anashka | 4 juin 2014

            Quand il y a trop de messages, ça fait ça :)

            Je ne suis pas une « référence », j’ai mes complexes et je galère avec. Mais, c’est très gentil :)
            J’attends de te lire sur le forum, je pense qu’à plusieurs regards et point de vus, on pourra avancer sur la réflexion mieux que j’y arrive toute seule :)

  • Liz | 3 juin 2014

    Bonjour Anashka

    J’aimerai te demander conseil par rapport à un ex. J’ai du mal à tourner la page même après un an et demi (notre relation a duré deux ans). Il y a quelque mois il est parti à l’étranger, je ne sais pas si c’est définitif ou pas. Il m’avait écrit sur un ton très amical presque dragueur pour me donner quelques nouvelles de son arrivée, j’ai répondu un mois après et il ne m’a plus jamais répondu. Entre temps je lui ai souhaité son anniversaire (avec un peu de retard pour marquer le coup ^^) et là non plus pas de réponse. Je pensais vraiment être passé à autre chose mais je me rends compte qu’il me manque. Je ne sais pas si c’est lui ou la relation que j’avais avec lui mais j’aimerai au mons que l’on puisse garder contact ou avoir des explications de sa part sur son absence de réponse. Bref j’ai besoin de ta lumière :)
    Merci beaucoup pour ton temps

    • Anashka | 4 juin 2014

      Salut, je crois qu’en cherchant des réponses, tu risques de te confronter de nouveau à son silence. Ce qui va encore plu ré-activité les sentiments qui semblent être un peu remonté à la surface en ce moment. Voilà plus d’un an que c’est finit et il ne te relance pas spécialement, il faut continuer à digérer (c’est la dernière ligne droite !) et regarder en arrière UNIQUEMENT pour voir le chemin que tu as pu faire dans ton deuil…

      Aujourd’hui, toi et les garçons, ça en est où ? Tu me fais un topo ?

      • Liz | 4 juin 2014

        Comme tu l’as deviné avec les garçons depuis c’est plutôt le désert. Je ne vais pas dire que ce sont les prétendants qui manquent mais c’est plutôt moi qui suis difficile. J’ai du mal à trouver quelqu’un avec une personnalité qui me plait. J’imagine que c’est surement parce que je ne suis pas vraiment remise de cette histoire et que je ne peux pas m’empêcher de comparer pour essayer de trouver quelqu’un qui soit à la hauteur. Mais je n’ai pas envie de me forcer non plus. En fait je me rends compte que ce qui me bloque aussi c’est de l’avoir cru quand il m’a dit qu’on pourrait rester ami et donc de continuer de penser à lui.

        • Anashka | 5 juin 2014

          Un deuil peut-être un peu long. Souvent on entend le conseil « drague », alors qu’il faut parfois un peu de temps en mode « célibataire ON » pour passer à autre chose. (Tiens un ancien article sur l’abstinence : http://www.seduireunhomme.fr/2013/05/5-bonnes-raisons-de-vivre-une-periode-dabstinence/, n’hésite pas à me dire ce que tu en penses ^^).

          Bon, hormis les garçons (puisqu avec lui, c’est pas possible et avec les autres c’est encore trop tôt), tu es sur quel projet en ce moment ?

          • Liz | 5 juin 2014

            Oui j’avais déjà lu cet article et c’est vrai que pendant toute cette période j’en ai profité pour m’occuper de moi et accomplir beaucoup de projets perso. J’ai fait un voyage humanitaire au fin fond de l’Afrique, je me suis faite tatouée, je me suis remise au sport, j’ai trouvé un super boulot, déménagé dans un nouvel appart dans une nouvelle ville et malgré tout son absence continue à me prendre la tête. Peut-être qu’il me faut encore un nouveau projet, c’est vrai que j’ai l’impression d’être plutôt posée maintenant et de ne plus avoir de réel but que celui de rencontrer quelqu’un (ce qui jusqu’ici ne fonctionne pas vraiment ^^)
            Et pour en revenir à l’article je crois que je n’ai pas dépassé le point n°5. Je suis toujours dans cet optique de séduction et du regard des autres, j’ai envie que les gens se disent « mais pourquoi il l’a quittée? » (C’est un poil prétentieux c’est vrai^^) et que si mon ex me recroise que lui aussi pense que j’ai changé et qu’il a fait une erreur. Bon je me fais surement trop de films mais c’est surement parce que j’ai du mal avec le célibat.

          • Anashka | 9 juin 2014

            Alors peut-être qu’il est temps d’orienté ton énergie sur la séduction, les rencontres, la connaissance des hommes… Puisque pour les projets, tu as l’air de savoir te les créer et avancer :)

            Aujourd’hui, du côté séduction, qu’est-ce que tu mets en place ? ( Je dis séduction, parce « rencontrer quelqu’un », c’est souvent une histoire de hasard, alors qu’apprendre à séduire aide à faire passer le temps du célibat )

  • shenaz | 3 juin 2014

    Moi j’ai déjà écrit uen déclaration de « non-amour » MDR

    4 ans après une histoire qui m’avait laissé sur les rotules. Je pensais aimer sincèrement ce mec… Mais ce n’était qu’un one-itis . Et je l’ai compris. cette année.

    Et j’ai écris cette lettre en éxpliquant grossomodo que je ne l’avais en fait jamais vraiment aimé et que c’est mon immaturité de l’époque qui m’a tout fait voir en amplifié ( et la solitude aussi). Que depuis merci, je vais bien, et j’espère qu’il est aussi hereux.

    Mais je l’ai tapé sur mon ordi, et comme un fusible a sauté …CHTCHOUM !! lol , du coup cette lettre n’a jamais été envoyée.

    Et je ne comptais pas le faire :)

    • Anashka | 4 juin 2014

      Il faudrait un espace pour laisser ces lettres qu’on n’envoie pas…

  • Coline | 6 juin 2014

    Je me souviens en avoir écrit une à mon premier copain (première relation sérieuse), pour son anniversaire. J’avais trouvé l’exercice vraiment difficile. Mais le fait que je l’écrive en me disant que je devais faire attention à pas écrire des mensonges (en gros parce que je savais très bien que je n’étais pas amoureuse) avait pas du faciliter la tache.
    Ça m’a donné envie d’en écrire une au garçon avec qui je vis. Il trouverait surement ça un peu étrange (genre « quelle mouche t’a piquée?! ») mais si je trouve le bon moment ça pourrait être sympa :) Par contre si il répond je vais sans doute bien rire. Ça doit pas être son point fort (vu les textos). Mais c’est mignon!

    • Anashka | 9 juin 2014

      Tu sais de quoi tu veux lui parler ?

  • Liz | 13 juin 2014

    Niveau séduction on peut pas dire que j’ai mis en place quelque chose de très concret. Je suis plutôt réservée comme fille et rencontrer des hommes que j’ai envie de séduire dans un bar ou en soirée ça m’arrive vraiment peu. En fait je suis du genre à faire des efforts seulement quand la personne me plait vraiment. Je n’ai jamais eu de relation disons pas vraiment sérieuse. Mais j’aimerais que ça change parce que c’est vrai que ça m’aiderait à avancer et à penser à autre chose. J’ai entendu dire qu’il fallait le double de temps que la relation a duré pour pouvoir penser à son ex comme à une personne quelconque, qu’est ce que tu en penses ? Si c’est vrai il me reste encore un petit moment ^^

    • Anashka | 13 juin 2014

      Je pense que ça dépend de l’ex. Il m’est arrivé de passer à autre chose après des relations d’un an, en .. 3 jours. Et, une fois, j’ai mis un an pour oublier une relation… d’un mois.

      Est-ce que tu as un groupe de potes / copines avec qui tu pourrais sortir ?

Commenter