Quelles différences entre la séduction masculine et la séduction féminine ?

Par 14 Jan 2014 80 Commentaires

différences séduction masculine et feminine

Il est admis comme lieu commun l’existence d’une séduction différente pour les hommes et les femmes. De nombreux sites masculins expliquent l’art de prouver son incontournable virilité aux femmes convoitées et de nombreux magazines féminins décrivent comment s’y soumettre. Voilà, les clichés qui règnent (en roi) sur la séduction.

Heureusement, il y a seduireunhomme.fr et nous allons nous arrêter deux secondes pour réfléchir (Tels des miroir. Oh mon beau miroir ! Dis moi qui est la plus belle ?) sur la séduction genré.

Bonne année, bonne santé et enjoy !

 

Les avantages d’une séduction de genre

Depuis la nuit des temps (et l’invention du patriarcat), la séduction est « genré ». Alors que les femmes montrent discrètement quelques vagues signes d’intérêts par un langage non verbal, les hommes proposent une véritable et complète parade. (Des coqs et des poules, en somme)

Séduction traditionnelle

Du bouquet de fleurs (à la belle époque) au « T’es bonne, sale p*te… » (moderne), on peut dire que les premiers pas appartiennent aux hommes. Dans la maladresse d’un poke Facebook ou la classe d’un verre de champagne serti de vouvoiement, ce sont bien eux qui s’approchent.

La femme s’occupera en amont de ses ongles et en aval (e) d’offrir un refus suffisamment poli. Il s’agit de laisser la porte ouverte à l’insistance du-dit séducteur tout en se positionnent en fille « sérieuse ».

L’exemple type est cet espèce de frustrant chantage sexuel où la femme ne couche qu’au troisième rendez-vous.

Mais… pourquoi ?!

Parce que c’est pratique.

Chacun connaît son rôle et n’a plus qu’à l’interpréter. Ainsi, nous pouvons rejouer inlassablement la même histoire (usée jusqu’à la moelle) où l’homme sauveur tombe sur sa muse qu’il arrache à sa vie morose. Et où la femme aimante et dévouée… heu… ben… sera aimante et dévouée.

Bref, vous connaissez le Titanic, vous connaissez Hollywood et, peut-être, comme moi, vous avez déjà tenté l’expérience de la tradition.

(Et peut-être, comme moi, vous vous êtes levée un jour avec une bonne grosse gueule de bois et une envie de vomir. Vous avez dit au revoir au Prince Charmant pour vous blottir dans des bras fripons).

 

Séduction féminine et séduction masculine : réalité

Non, il n’y a pas de gène/ hormone /espace cortical associé à une démarche chaloupée, des cils qui virevoltent et un sourire gêné chez la femme.

Non, il n’y a pas de gène/hormone/ espace cortical de la phrase d’abordage, du paiement du restaurant et de l’ouverture de portière (et de braguette) chez l’homme.

Ce sont des comportements appris. Une sombre histoire d’éducation patriarcale.

Séduction passive VS séduction active

Il existe, en revanche, une séduction active (faire les premiers pas / donner) et une séduction passive (recevoir / refuser). Traditionnellement, la passivité a été associée à la femme et l’activité à l’homme.

(Je ferais d’autres articles pour expliquer ce phénomène, mais pas ce soir. Ce soir, j’ai whisky piscine.)

Séduction passive

La séduction passive, c’est la réception.

  • Quand l’homme drague, on acquiesce ou refuse.
  • Quand il propose le sacré saint coït, on jouit ou simule.
  • Quand on veut lui faire savoir qu’il nous plaît, on se fait belle, on rit à ses blagues, on se touche les cheveux et on bas des cils couverts de L’Oréal

Bref, en écoutant nos mères (pas toutes, heureusement) et les magazines féminins, on subit la séduction de l’autre qui reste au centre de l’attention.

Que faire avec un homme timide ? Rien. On attend. Point.

Youpi ! La passivité, notre bonheur.

Séduction active

La séduction active, c’est se prendre beaucoup de râteaux pour emballer.

  • Il drague et passe pour un lourd tant qu’il n’a pas trois poils au menton.
  • Il montre sa performance et dominance au lit, priant tous les Dieux que le petit soupir que nous venons de pousser ne soit pas de l’ennui.
  • Il nous fait des compliments maladroits et trop nombreux.
  • Il devient notre meilleur ami alors qu’il attend autre chose.
  • Et, parfois, il se fait salement rembarrer.

Bref, en écoutant leurs pères (heureusement pas tous) et les sites masculins, ils subissent les clichés ridicules de l’Alpha, qui les poussent au complexe, à la frustration et au terrible, abominable râteau.

Et, avec une femme qui se lance ? Il a peur, il ne comprend plus, alors, il pense que c’est une sal*pe.

Youpi ! L’activité, leur bonheur !

 

Sauf que …

Sauf que ça ne marche pas. Ça ne marche plus. Homme comme femme, nous en avons notre claque de vivre des histoires préfabriquées, nous avons envie de rencontres et de belles.

Alors, quelques mecs épousent des techniques de séduction passives : ils laissent les femmes faire les premiers pas, se laissent désirer, jouent de l’humour, refusent avec ambiguïté. Et, généralement, ce sont des mecs au centre de notre attention. Ils ont l’air inaccessible. C’est pour cela que ce sont eux, les séducteurs, les vrais.

Et quelques femmes épousent des techniques de séduction actives : elles abordent, elles mènent la danse, elle provoque, elle sexualise… Et, généralement, ce sont des femmes au centre de l’attention. Les femmes fatales, comme on dit.

Et si le secret c’était l’échange ?

Finalement, la séduction active et passive se complète. Quand tu danses du Tango, il faut que l’autre recule pour que t’avances (et vice versa). Parfois, c’est la femme. Parfois, c’est l’homme.

Alors, pour la nouvelle année, je vous propose, chez Mesdames, Mesdemoiselles, lectrices et amies de fouiller la séduction masculine et d’emprunter de leurs ancestraux savoir-faire.

(Idem pour messieurs qui me lisent.)
Et vous, quelles techniques actives aimez-vous ?

Anashka,
« Salut Moustachu, tu vis chez tes parents ? »
Facebook, Twitter


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (80)
  • Boris | 14 janvier 2014

    Ma principale démarche en séduction consiste à transformer les femmes à séduction passive en femme à séduction active. Tant qu’elles n’y parviennent pas, elles ne m’ont pas ! :D

    • Anashka | 15 janvier 2014

      Tu dis ça en plaisantant, mais depuis qu’on se parle, tu as effectivement plutôt une séduction passive (rien de mal à ça). Mais peug-être gagnerais-tu à jouer sur l’autre registre AUSSI.

      • Boris | 15 janvier 2014

        Je vais essayer de me forcer à mettre ça dans mes nouvelles résolutions…
        Mais c’est tellement bien les femmes entreprenantes !!! :D

        Allez je t’offre deux beau stéréotypes qui traîne dans ma tête :

        La femme active VS la femme passive.

        La femme passive c’est quoi ?

        Une femme ennuyeuse, banale, inintéressante, fade, manipulable, mouton, niaise, soumise, conformiste. C’est la femme qui attends : un prince hypothétique, son mari, l’homme qu’elle aime en secret et qui ne le sait même pas… Celle qui doit rester sage dans son coin pendant que l’homme fait ce qui doit-être fait et qu’elle n’est pas capable de faire elle-même.

        C’est l’image à mon sens sexiste qui est encore parfois véhiculée dans des films et séries… On en trouve encore dans des séries actuelles comme The Walking Dead. Bref, quand le scénariste la fait mourir, je m’en fous.

        La femme active, c’est quoi ?

        Déterminé, intelligente, passionné, entreprenante, aventurière, révolté contre les injustices, battante, intelligemment désobéissante, qui ose s’affirmer et contredire les hommes intelligemment, qui sait combattre le masque d’insensible des hommes lorsqu’il refuse de montrer ce qu’ils ressentent, etc.

        C’est les femmes auxquelles je peux m’attacher dans les films et séries et l’image que j’aime voir être véhiculée. Je suis en train de regarder une série : Révolution (2012), dans laquelle les femmes sont beaucoup plus proche de se modèle là et ça fait vraiment plaisir.

        (Désolé si c’est extrêmement caricaturale et si mon opposition dépasse celle d’une séduction passive et séduction active ^^)

        • Anashka | 16 janvier 2014

          Ce qui me gène, forcément, c’est que tu décris deux femmes, alors qu’elles sont 3 milliards.

          Dans la femme passive (pure) : quel contexte ? quelle place des hommes ? Quelles forces ? Quels atouts ? Pourquoi associer la passivité à la bétise ? Observer, écouter, apprendre, laisser de la place aux autres,… demande de la passivité. La pssivité, c’est simplement s’adapter soi au reste plus que d’adapter le reste à soi. Piaget décrit l’intelligence comme l’adaptation…

          Dans l’activité pure : bien sûr que ce schéma est séduisant, tel que tu le décris. Mais l’activité pure, c’est surtout du contrôle. Il peut y avoir de la bêtise (manque d’écoute), de l’égoisme (se penser au centre), de l’agressivité (ne pas prendre en compte l’aut

          Actif et passif sont deux comportements qui ne sont pas liées à :
          – l’indépendance (on peut être « passif » : c’est à dire attraper ce qu’on nous propose sans en être promoteur ET indépendant)
          – l’intelligence
          – l implication militante (des assos confient leurs fonds majoritairement aux femmes dans les sociétés patriarcales… donc des femmes que l’on pourraient imaginer « passive »…)

          Les deux visages, me font penser à une opposition fantasmée plus qu’observable. Pour preuve on a TOUS des espaces où on est actif et d’autres passifs… ^^

          • Boris | 16 janvier 2014

            Ah ba j’ai prévenu que c’était des stéréotypes hein ! ^^

            Si on cherche dans ce qui existe réellement, le problème c’est surtout quand deux personnes à séduction passive sont attirées l’une par l’autre, ça fait des OIs chacuns dans son coin plutôt qu’une belle histoire d’amour… :(

          • Anashka | 19 janvier 2014

            Ajoute à cela si elles ont peur d’être blessées…

          • Gaylord | 17 janvier 2014

            Il y a quelques années j’aurais écris la même chose que Boris, sans aucun remord. Nous les mâles, qui avons aujourd’hui le droit d’être sensibles, pouvons être tellement angoissés de devoir jouer notre rôle de mâles alpha qu’on préfère fantasmer sur des femmes alpha plutôt que de passer à l’action.

            Mais tout être humain est une affaire complexe. Et probablement aucune femme ni aucun homme ne peut faire abstraction d’une identité et d’une sensibilité qu’il n’a pas choisie (féminine ou masculine), construite depuis des siècles, qui peut finalement resurgir et prendre le dessus à tout moment de notre existence. Quand on réalise bénéficier d’une reconnaissance accordée au pouvoir d’être un homme ou une femme, la preuve du privilège qui nous est accordé d’exister parmi ceux qui jouissent de cette identité nous réconcilie avec notre apparence. Confiant en notre pouvoir, enfin désirés, regardés, présents dans le regard des autres, nous restons critiques mais ne rechignons plus à jouer un peu notre rôle. Et ce rôle surgit tôt ou tard avec nécessité parce que nous avons besoin de lui pour nous soigner.

            Tout homme qui croie aimer une femme alpha, réalisera tôt ou tard que cette femme n’est pas alpha. Elle est femme, point. Comme la femme réalisera peut être que son homme est l’homme. Etre aimé et désiré peut nous mettre en confiance et nous faire basculer dans cette identité stéréotypée qu’on ne croyait pas avoir le privilège d’avoir pour soi un jour. L’homme se sentira enfin plus puissant et dominant auprès d’une femme qu’il ne croyait pouvoir l’être un jour ; et la femme qui s’est toujours évertuée à paraître aussi forte qu’un homme pour se battre acceptera sa fragilité et sa délicatesse. J’ai lu le témoignage d’une femme se pensant comme féministe, et opposée aux règles traditionnelles de la galanterie qui lui semblaient ridicules et honteuses pour une femme. Elle racontait un jour avoir pleuré parce que l’homme qu’elle aimait ne lui avait pas offert le bouquet de fleur qu’elle attendait malgré elle. Elle a réalisé avoir toujours rêvé qu’un jour un homme lui offre des fleurs. La blessure produite dans le passé par le chagrin de ne pouvoir être aussi belle et désirable que d’autres femmes plus belles et plus élégantes qu’elles à qui les hommes offrent de belles fleurs y est certainement pour quelque chose. Elle ne peut guérir autrement d’une telle blessure qu’en devenant la femme qu’elle ne croyait jamais pouvoir être un jour, celle à qui des fleurs sont offertes par un homme.

            Je pense que ce processus se poursuivra tant que la société fera pression sur les uns et les autres pour leur imposer un rôle. Jeune, on identifie des règles et des modèles qui nous orientent et que nous adulons. Mais la compétition est rude pour égaler ces modèles, certains ne s’en sortent pas sans une image culpabilisante d’eux-mêmes. Ils, elles, seront toujours marqués par cette blessure. Une belle blessure, car à défaut d’être l’homme ou la femme, il est possible pour quiconque de devenir une belle personne, et d’avoir ce désir bien plus tôt que beaucoup d’autres. Et cette découverte atténue quand même aujourd’hui l’emprise des stéréotypes; même s’ils finissent par resurgir, notre cher démocratie éprise d’égalité a rendu prégnant dans les esprits une conception universelle de l’être humain, englobant hommes et femmes .

            J’ai réussi à assumer mon rôle d’homme mais jamais je ne me comporterais comme un alpha. Je croie en l’amour, en la simplicité et la transparence des cœurs authentiques. Ils sont rares. Il ne faut surtout pas faire dépendre notre bonheur uniquement de leur existence. Toujours est-il, avec ces personnes, la séduction est naturelle, si un rôle est joué, il l’est sans beaucoup d’efforts. Il suffit de croire en l’amour. Ceux qui croient en lui se reconnaîtrons. Ils pourrons s’unir.

          • Anashka | 19 janvier 2014

            Te lire est réellement un plaisir sans cesse renouvelés. Vraiment. Merci.

            Je découvre comme ton amie, les limites de mon féminisme, de cette envie de rencontre sans rôle à jouer. Pourtant, et j’en parlais autour de la cuisine, ça m’apaise de « jouer le rôle » de ma mère, sa mère avant etc. Parce que les codes sont simples, ils marchent et ils inscrivent les femmes avant moi dans mes gestes. Je ne cuisine pas pour moi seule, par exemple. Mais, amoureuse, je deviens un cordon bleu. Pour aller dans le cliché, il faut « nourrir son homme ». Les femmes de ma famille aiment comme ça, se retrouvent entre femmes aimantes comme ça, ont des secrets culinaires, une complicité lors de l’organisation de grand repas qui appartient à une tradition patriarcale, mais aussi une connaissance ancestrale.

            Pourtant, je serais la première à montrer les dents si l’on me colle à la cuisine. J’ai ce besoin de CHOISIR de garder ça. Parce que ça me parle de ma mère, parce que ça me parle tout court. Et que j’ai un petit bonheur de mama-magicienne quand je vois que mon copain se régale.

            Je pense qu’il y a un temps de déconstruction, mais on peut choisir de garder certaines choses. Parce qu’on en connait les règles et qu’il est difficile d’être un coeur transparent parfois, si l’on ne reste pas parfois dans la simplicité du connu.

            Mais, merci de tes messages. (Dis, un jours, rends-moi heureuse, fais moi un bel article sur ton regard sur l’amour. Je l’aime beaucoup)

          • Gaylord | 19 janvier 2014

            Te faire part de mon regard sur l’amour sera un plaisir. Ce regard te doit beaucoup. Tes articles et certains commentaires de tes lecteurs m’ont donnés l’occasion de clarifier mes pensées. Je serais heureux de pouvoir t’en faire part.

            Comment souhaites-tu que je te l’envoie? J’imagine qu’avec SUH, tu as un mail pro.

          • Anashka | 20 janvier 2014

            Cool ! Vraiment ! anashka.durden@gmail.com

  • Tigryter | 14 janvier 2014

    Bonjour à tous,

    Pour une fois, je m’autorise à un commentaire plus polémique et critique sur un article de SUH.

    Je trouve que cet article est assez utopique et déconnecté de la vie réelle. Plusieurs exemples concernant la séduction masculine, puisque c’est celle que je suis sensé maîtriser le mieux :

    Concernant la séduction « traditionnelle » :
    « Chacun connaît son rôle et n’a plus qu’à l’interpréter. Ainsi, nous pouvons rejouer inlassablement la même histoire (usée jusqu’à la moelle) où l’homme sauveur tombe sur sa muse qu’il arrache à sa vie morose. Et où la femme aimante et dévouée… heu… ben… sera aimante et dévouée.  »

    Je suis personnellement un grand fan de la séduction traditionnelle. Elle a le mérite de montrer, surtout aux jeunes hommes qui débutent dans la séduction et qui doivent s’affranchir de tous les préjugés « maman pure » et « porn n’est pas la vie réelle », qu’il y a un cadre général, afin qu’ils sachent où ils en sont dans leur progression. On sait que si on se fait rembarrer dès l’approche, c’est qu’il y a un truc qui ne va pas là-dedans. Si on a réussi avec succès « l’épreuve » du premier baiser, c’est que l’on sait que la demoiselle en face est intéressée et qu’on est sur la bonne voie.
    Seconde remarque : j’ai toujours suivi dans ma séduction le schéma « approche-NC-KC-FC ». Pourtant, aucune de mes histoires ne se ressemble, malgré le cheminement qui est le même. C’est comme un bon roman : situation initiale, élément perturbateur, péripéties, dénouement, situation finale. Le schéma est usé jusqu’à la moëlle, mais les romans sont toujours aussi bons.

    Bref, pour moi, ce qui fait l’intérêt d’une belle histoire, c’est son contenu, pas son schéma, contrairement à ce qui est dit dans l’article. Même pire, changer ce schéma, c’est changer mes repères, avec les risques de me prendre la tête pour rien. Par exemple, une fille qui accorderait plus d’importance à donner son numéro qu’à m’embrasser pourrait me perturber complètement : elle m’embrasse, mais ne veut pas me donner son numéro. Je lui plais ou je ne lui plais pas ? Pourquoi agit-elle comme ça ? Bref, des prises de tête pour rien, et ce des deux côtés (ami(e)s de l’OI, bonjour !)

    « Traditionnellement, la passivité a été associée à la femme et l’activité à l’homme.  »

    Je pense que mon désaccord principal avec cet article tient en cette phrase. Pour moi, séparer la séduction genrée en séduction bipôlaire est une erreur.

    Pour moi, la séduction féminine est un mix de séduction active et passive, comme la séduction masculine est un mix des deux.

    Certes, il s’agit d’un mix différent. Mais d’un mix quand même.

    Une fille qui ne pratiquerait que de la séduction passive entraîne mécaniquement une séduction active exclusivement du côté masculin. Et lorsque je ne pratique que de la séduction active en faisant toujours le premier pas vers l’autre : j’ai l’impression de ramer, que c’est moi qui porte la relation. Résultat, cette relation n’avance pas, et soit j’abandonne, soit ça part en eau de boudin.

    Pour moi, toute séduction est une alternance entre séduction active et séduction passive : le mec aborde, la fille s’intéresse au mec (et éventuellement demande son numéro), le mec propose un rdv, la fille propose le second rdv etc… L’un apporte quelque chose, l’autre prend le relais, pour signifier au partenaire qu’il va dans la bonne direction.

     » Et si le secret c’était l’échange ?

    Finalement, la séduction active et passive se complète. Quand tu danses du Tango, il faut que l’autre recule pour que t’avances (et vice versa). Parfois, c’est la femme. Parfois, c’est l’homme.  »

    Exactement ce que je dis. Mon conseil ne serait donc pas d’échanger les rôles, mais de rechercher un meilleur mix pour séduire : Pour les femmes timides (donc « passives »), de mettre un peu plus d’activité dans leur séduction (par exemple aborder un homme, ou de lui proposer des rencards), tandis que pour les femmes extraverties (donc très « actives), de se faire un peu plus désirer et de laisser l’homme en face prendre les commandes de temps à autre…

    • Anashka | 15 janvier 2014

      Je suis personnellement un grand fan de la séduction traditionnelle.

      J’ai du mal à comprendre ce que tu entends par séduction traditionnelle :
      – le rythme NC-KC-FC (dans les deux sens : passif et actif, il est effectivement logique, bien que parfois le KC apparaisse avant le NC… Mais, ça reste un déroulement qui marche)
      – la galanterie masculine ? (Je suis divisée dessus, à la fois j’aime beaucoup la galanterie vieux jeu comme ouvrir une portière, proposer son bras… A la fois, quand elle est trop prise au sérieux elle me gène. Autrement dit, mon mec va pas porter tout seul une valise méga lourde sous prétexte que c’est mon mec alors qu’on peut porter à deux. Je peux offrir le premier verre ou payer un restau et ça me fait plaisir de le faire… Mais, jouer sur ce fil, de temps en temps pimente la séduction, du temps qu’on peut jongler sur d’autres domaines aussi.)

      Ce qui me gène dans le schèma, ce n’est pas les phases :
      – rencontre
      – confort
      – séduction
      – KC/ FC
      – composition en fonction de ce que l’on désir.
      On va dire que ces étapes peuvent être accélérées ou allongées dans le temps, mais qu’elles sont un cheminement quasiment obligatoire. Ce qui gène c’est que les rôles/ attitudes de chacun dans ces étapes soient pré-inscrit. Pourquoi cette fille qui te plait ne serait pas celle qui prend en charge le KC par exemple ? Pourquoi, ne pourrais-tu pas juste profiter de la danse que te propose une femme qui sexualise ?

      Pour moi, la séduction féminine est un mix de séduction active et passive, comme la séduction masculine est un mix des deux

      Ce mix, comme tu dis, est très récent. Avant il y avait des règles pour chacun et tu devais te tenir à ces règles.
      Et, je suis d’accord que chacun a choisis des choses différentes dans le mix.

      Et lorsque je ne pratique que de la séduction active en faisant toujours le premier pas vers l’autre : j’ai l’impression de ramer, que c’est moi qui porte la relation. Résultat, cette relation n’avance pas, et soit j’abandonne, soit ça part en eau de boudin.

      On est d’accord.

      Pour moi, toute séduction est une alternance entre séduction active et séduction passive

      Encore une fois d’accord et c’est bien ce que je défends ici.
      Par contre, je pense qu’une femme peut aborder, prendre le numéro, proposer un rencard…
      Je pense aussi qu’un homme peut jouer sur les signes d’intérêts et le jeu de refus/ accord.
      Même si l’idéal est que chacun jongle avec les ces deux types de séduction. Mais que chacun jongle comme il le désire !

      Pour les femmes timides (donc « passives »), de mettre un peu plus d’activité dans leur séduction (par exemple aborder un homme, ou de lui proposer des rencards), tandis que pour les femmes extraverties (donc très « actives), de se faire un peu plus désirer et de laisser l’homme en face prendre les commandes de temps à autre…

      Echanger complètement les rôles seraient idiots. Les hommes uniquement dans la passivité et les femmes uniquement dans l’activité, pourquoi ?

      En revanche, on peut se permettre d’aller chercher des choses dans la séduction dite masculine (ex : mes points forts en actifs sont la sexualisation et l’abordage et j’aime mener la danse dans ces moments là) et de garder les choses de la séduction dite féminine (ex : le premier baiser, je laisse faire, parce que je ne suis pas à l’aise). Mais, ce sont des choix qui sont les miens, selon mon aisance.

      Comme un homme peut être passif dans l’abordage (jouer du regard, du physique) mais actif dans le confort (instaurer une complicité…).

      Finalement, je crois que l’on dit la même chose.
      1. Echanger complètement n’a pas d’intérêt.
      2. Il y a un ordre dans la séduction nécessaire (qui ne se bouscule pas, sinon, ça ne marche pas…ou se bouscule très peu)
      3. Se nourrir du type de séduction attribué pendant longtemps à l’autre genre peut enrichir notre approche aux autres, trouver d’autres manières d’entrer en relation.

      Note : Il y a dans cet article (comme dans tout le site) une invitation à se saisir d’approche active, pas une nécessité. La passivité à de nombreux avantages et une complexité intéressante. D’ailleurs, j’invite aussi les hommes à voir ce que ça donne.

      • Tigryter | 15 janvier 2014

        En effet, à la relecture de ta réponse, on dit la même chose. J’ai réagi au départ parce que, avec ta conclusion, j’avais l’impression que tu disais : les filles, draguez comme des mecs, les mecs, draguez comme des filles, et tout ira mieux.

        En fin de compte, on se rejoint parfaitement sur les conclusions : chacun fait comme il veut, à sa sauce, là où il se sent bien, sans s’auto-censurer. Mais la séduction reste un échange, donc échange il doit y avoir ; c’est à dire que les deux parties, pour que la mayonnaise prenne, doivent arriver à un bon mix entre séduction active et séduction passive.

        Sinon, pour répondre à ta question, ce que j’entends pas séduction « traditionnelle », c’est un peu un mix des deux : c’est tout d’abord le schéma approche-NC-KC, mais aussi la galanterie pour l’homme, et se faire belle pour la fille. Il y a des couples qui vivent très bien hors de ces cases, et c’est tant mieux pour eux. Pour d’autres, comme lapetitefée ou moi-même, on est plus à l’aise dans un rôle prédéfini « mec protecteur » et « femme fragile », c’est dans cette situation que l’on a l’impression de donner le meilleur de nous-même. Je réclamais donc la liberté de rester dans ces cases ! :)

        Bref en fin de compte, il reste un seul détail qui me froisse dans cet article et dans ta réponse :
        Croyez-vous réellement que le schéma femme-passive vous est imposé par le patriarcat, ou est-ce un manque de courage pour sortir de sa zone de confort pour aller aborder par exemple ? A moins que ce soit un manque de… comment dire… maturité/rebellion/déconstruction personnelle des mythes d’enfants, dans sa vision de l’amour ?
        Je ne dis pas ça pour vous dénigrer. Je dis cela parce que, d’un regard de mec, je n’ai pas l’impression que l’on vous juge tant que cela quand vous prenez les devants. J’ai même l’impression que c’est l’inverse. Bon, après évidemment, chacun voit midi à sa porte et a ses propres envies et se sent plus à l’aise dans telle ou telle phase de la séduction. Mais je n’ai pas l’impression qu’une fille qui embrasse en premier va être traitée comme un p**te. Une fille qui embrasse 10 mecs différents dans la soirée, oui, je peux comprendre la réaction des mecs, même si je ne la cautionne pas. Mais dans une phase de séduction « one-to-one », ça ne me choquerait pas qu’une femme soit plus active dans la séduction.
        Bref, j’ai plus l’impression qu’il s’agit d’une auto-censure provoquée par une peur infondée d’être jugée. Et si c’est le cas, ce n’est pas une affaire de patriarcat, mais une affaire de pensée limitante personnelle…

        Enfin dernière remarque, mais je ne m’y étendrai pas trop, car :
        1. Ca n’apporte pas grand chose
        2. Je suis sûrement moins informé qu’Anashka :
        Pensez-vous vraiment que, avant l’émancipation de la femme, les hommes et les femmes étaient cantonnés à des règles et qu’ils devaient s’y tenir ? Si c’était le cas avant, les histoires d’amour devaient être bien fades, ce que je ne crois pas du tout. Et quand je questionne « les anciens » sur le sujet, ils étaient plutôt encadrés par la tradition (demander la main de la fille au père) et la morale (on ne couche pas avant le mariage) sur des faits APRES la séduction (une fois que les carottes sont cuites), et non pas avant ou pendant… Bref, je ne suis pas convaincu que l’émancipation des femmes aie profondément changé la séduction. Les femmes sont devenues plus indépendantes, certes, peut-être plus individualistes, mais je ne pense pas que ça aurait pu changer l’activité et la passivité des protagonistes…
        Je me trompe peut-être/sûrement.

        • Anashka | 19 janvier 2014

          Je réclamais donc la liberté de rester dans ces cases !

          Accordée :D

          Plus sérieusement, je préfère parler du contre-pied extrème quand je parle de faire ce que l’on veut (ex : j’ai le droit de draguez comme un mec), mais la liberté de choisir son rôle peut amener à garder des trucs « tradi ». Tu me verrais, avec un amoureux, dans MA cuisine. Je suis Italienne, je pense mon temps à tenter de remplumer les garçons, une vraie mama. Mais, pas parce que je suis une femme, mais parce que c’est ma manière d’aimer, (manière traditionnellement féminine) qui me va très BIEN.

          Quand on parle de patriarcat, on parle de 2000 ans d’histoire. Il y a des choses intégrées. Surtout, ne pas « passer pour une fille facile », par exemple. Ca devient difficile de s’entrainer à aborder 20/30 garçons pour sortir de sa zone de confort avec ce type d’idées. Il y a aussi l’idée que la timidité et discrétion plait, on le retrouve dans les films américain, mais aussi dans les livres de bonnes conduites des jeunes filles.

          Donc, certes, il y a la part de zone de confort (partagé par les hommes et les femmes) mais il y a d’autres choses. Regarde les conseils de séduction présents dans les magazines féminins par exemple. Y’en a deux types :
          – être belle (oui, bon… un mec aussi doit être beau, mais une fois cette base de l’attraction physique posé, plus la peine d’en faire un patakès)
          – réagir (il fait une blague, tu souris. Il te fait un compliment, tu joues avec tes cheveux… Bref, tu passif qui doit s’adapter aux mecs).

          Combien rentre dans le lard en disant que l’on PEUT prendre toute la séduction en charge, prendre le numéro, le faire rire, le faire rêver… Bref, être acteur de sa séduction ? (Je dis on PEUT, pas on DOIT…. même si une part de moi pense que c’est cool d’essayer une fois complètement, voir si ça nous convient). Bah aucun. Les sites masculins pour hommes le font un peu.

          Toujours dans les films et dans les livres, qui fait la conquête de l’autre ? Combien as-ton de film où la femme est personnage principal qui fait une conquête active ds hommes ? Peu. Donc, en terme de modèle, ça limite…

          Je pourrais t’écrire un bon pavé sur tout ça, mais tu m’accorderas le droit d’être flemmarde :)

          Si tu n’as pas de mérite à embrasser 10 mecs (moi, si j’arrive à taper ce type de record, j’suis plutôt fière) quel mérite tu as à être active ? Quelle reconnaissance ?

          Et, je suis d’accord sur le fait que la séduction (en France, en Allemagne, c’est différent par exemple) n’a pas beaucoup bougé. Si ce n’est que tout le monde est un peu paumé et que l’amour plus que la construction d’une famille fait centre du couple (ce qui complique encore les choses)

  • Louis | 14 janvier 2014

    Je pense que les relations de couples ne sont pas seulement définies par les rôles que l’éducation a confiés à chaque sexe, mais aussi de la situation économique, des tensions sociales, de la propagande politique. Car si on revient à ces rôles traditionnels cités dans l’article : sont-ils toujours d’actualité sur le terrain ? Ce que je vois, c’est que les hommes doivent en faire toujours plus, et qu’ils doivent espérer toujours moins. L’incroyable publicité qui entoure l’évolution de la situation féminine n’a fait que rendre les femmes plus exigeantes, plus inaccessibles, et donc : plus solitaires, avec des vies amoureuses désastreuses.
    Bon, c’est mon point de vue, ça n’engage que moi, mais voilà ce que je ressens : une grande fatigue. Je suis célibataire depuis très longtemps, j’atteins ma trentaine, et pour la première fois de ma vie : je me sens satisfait d’être seul. Satisfait, mais pas heureux. Je veux quelque chose de très simple : une main à tenir, un être à aimer, une personne à vos côté qui n’exige rien de vous. Et pour avoir ça… allez vaincre les peurs de cette femme, éviter de la regarder de telle façon, faire attention à sa gestuelle, ne pas aller trop vite – ni trop lentement, faire ceci, faire cela, montrer qu’on est un homme, mais pas trop, mais pas beaucoup peu assez non plus, juste un petit peu beaucoup trop, et surtout – le comble -traverser la centaine de tests qu’elle nous mettent en travers, comme des bâtons dans les roues… comme si je devais faire mes preuves, que j’étais le seul à vouloir aimer, et que cette femme joue le seul rôle de trophée. Bon ok, on peut être prétentieux, mais à ce point !!!!
    Ce que je sais, c’est que je suis fatigué de jouer à ce jeu, tel que le décrit Tigryter. Je suis las, dégoûté comme jamais. J’ai ma carrière, mes problèmes à régler, je ne veux pas dépenser mon énergie à traverser les obstacles que me met une femme – quand je veux juste la connaître – pour qu’à la fin je me demande : mais elle, qu’est-ce qu’elle m’apporte en retour ? et que la réponse soit : « rien du tout ».
    Du coup, adieu la drague, je ne regarde même plus les filles dans la rue. Ma carrière avance, Dieu merci, je ne veux plus rien d’autre…

    • Anashka | 15 janvier 2014

      Non partageons un point d’accord : la séduction est compliqué. Les rôles pré-établis sont chamboulés depuis (l’heureuse) émancipation. Ce n’est pas les droits qu’il faut interroger, ni le fait qu’ils aient chamboulés des codes… Mais, comment se retrouver. Le célibat de la trentaine est récurrent et problématique pour les hommes et les femmes, car il s’agit de composer avec des choses qui ne sont pas pré-machés.

      C’est compliqué, mais c’est riche. En cela, il est parfois agréable de se blottir dans des recettes qui marchent (la séduction traditionnelle sur le passif / actif). Que l’on s’y blottisse par simplicité, soit (pourquoi pas. Je pense notamment à ma relation à la galanterie, très traditionnelle). Que l’on s’y blottisse parce que l’on pense que c’est inné chez chacun me gène.

      Cette idée de trophée, d’effort et de preuve… tiens d’une séduction passive. Donc, finalement, mon invitation à aller chercher de l’actif quand on est femme avec les hommes seraient plus pratique pour toi, pour d’autres hommes.

      Reste qu’on se met en couple par amour, qu’on se quitte par désamour, que ça dure moins longtemps, que les ruptures sont plus nombreuses et qu’il y a donc plus de méfiance entre les sexes. J’espère que ça tient de cette époque d’entre-deux où il faut composer avec de nouvelles conditions. Car de jolies choses en ressorte aussi : le centre n’est plus la construction, mais les sentiments. Et, ça c’est une chance (et le risque de souffrir)

      La drague, telle que tu la vis ne te convient pas. Tu as le sentiment de faire tes preuves sans cesse, sans trouver de formule qui permettrait simplement de se rencontrer. S’tu veux, on peut voir ensemble comment trouver d’autres pistes. Par exemple, comment sans fermer les portes, tu pourrais ne pas êyre dans cette preuve constante…

      • Louis | 15 janvier 2014

        Oui, c’est vrai que ton entreprise qui consiste à encourager l’initiative féminine est très pertinente. C’est un peu étrange pour moi, parce que – personnellement – me séduire n’est pas du tout difficile. Aller vers l’autre ne me convient pas parce que je ne suis plus enthousiasmé par ce qu’on peut appeler « la conquête ». Je ne suis pas à la recherche d’un pic d’adrénaline, et je ne comprends pas ce besoin. Un café ensemble, une promenade, s’asseoir au soleil sur un banc, ou marcher sous la pluie en partageant le même parapluie, du temps partagé voilà… pourquoi est-ce que je n’ai jamais vécu ces choses si simples qui ne coûtent pas le moindre centime ? Est-ce si difficile ? Au lieu de ça, quand je veux connaître telle jeune femme, j’ai l’impression de marcher sur un champ de mines, où le moindre faux pas risque de tout gâcher. J’ai l’impression désagréable de devoir tout faire pour lui convenir, et de ne pas avoir de réciprocité. C’est un effort que je trouve considérable, et je pense que c’est une situation illogique !
        Oui, j’ai besoin d’aide ! Que voulez-vous que je vous dise ? Maintenant, si le problème c’est moi – et Dieu sait que j’ai cherché et fouillé partout dans ma petite tête – alors qu’on me le dise, j’irai me soigner, pas de problème. Mais autrement, pourquoi est-ce que j’ai l’impression de voir des personnes solitaires – et tristes d’être seules – mais qui continuent à mettre toutes les barrières imaginables pour empêcher quelqu’un de les connaître ?
        Si tu as une idée alternative, bien sûr que je suis preneur. C’est juste que je suis triste de vivre comme ça, ce n’est pas comme cela que j’aurais aimé passer ma vie. Un jour je mourrai, à coup sûr, je ne suis pas éternel… Et je ne veux pas devenir amer, cynique, désabusé, comme ces gens qui ne croient plus en rien et qui se sont arrêté d’espérer à cause de leurs souffrances passées. Je sens que je bascule vers ça, et je n’en veux pas

        • Albert | 17 janvier 2014

          Ton histoire me parle, sur plus d’un point. Peux-tu m’en dire plus ? Depuis quand traverses-tu le désert ?

        • Anashka | 19 janvier 2014

          J’ai un positionnement délicat fasse à la séduction. Ici, c’est le thème du site. Tu y répond « Ca m’emmerde, je tiens juste à rencontrer l’autre, moi ! » Ce qui est à mon sens très sain. La séduction peut-être ce constat, la rencontre avant le jeu de drague, la conquête comme tu dis. Pour avoir vécue des rencontres simples sans « séduction-conquêtes » et les avoir vu se transformer en très jolies histoires, non, je ne pense pas que tu marches à côté de tes pompes. Pourtant, connaitre les codes de ce jeu sociaux te permet de t’approprier ce qui te correspond (humour ? Sens de la répartie ? …) et de laisser le reste. Ca te permet aussi de repérer quand l’autre est dans une attente de quelque chose d’autre que la simple rencontre. Et, ça te permet de calibrer ton authenticité, de te protéger dans des débuts où l’autre est pétrie de peurs et de masques….

          Est-ce que tu as une situation en tête. Ca nous permettrait de voir ce qui « potentiellement » cloche..

  • lapetitefée | 15 janvier 2014

    Je suis assez d’accord avec Tigryter.

    Mon commentaire risque de ne pas paraître fort sympathique mais en tant que lectrice, plutôt assidue, de tes articles, je trouve que ça vire trop à une opposition systématique hommes/femmes en voulant les « désopposer ». Et au fond, ça remet encore et toujours les gens dans une case.

    Ce que je ressens, à la fin de l’article c’est qu’il faut changer, évoluer, faire différemment. C’est dommage parce que moi, je l’aime cette séduction que tu appelles « traditionnelle » et je trouve qu’elle se réinvente, se modifie, se nuance au fil du temps, d’elle-même. Je ressens aussi (peut-être à tort hein) que séduireunhomme propose une façon « plus juste » de séduire et qu’il a pour but d’ouvrir les yeux à des pauvres petites choses, incapables de se rendre compte par elles-mêmes de ces constructions sociales.

    Je ne nie pas les constructions sociales, parfois inconscientes mais pas tant que ça. Quand un professeur nous explique les théories de genre, on est pas surpris ou en tout cas, je n’ai jamais entendu une élève me dire « Ho grave, je l’avais pas remarqué ». Après, chacun(e) est libre d’appréhender la séduction à sa guise, d’une façon que tu appelles « traditionnelle » ou par une néoséduction.

    Je considère que les hommes sont différents de moi, en tant que personne, mais aussi en tant que « c’est un homme », « je suis une femme ». Ca ne me dérange pas, je ne me sens pas diminuée d’être une femme, je ne me sens pas moins moderne lorsque j’apprécie qu’un homme m’ouvre la porte, m’offre des fleurs. Moi, j’ai pas envie d’offrir des fleurs à un homme, je trouve que la démarche n’est pas séduisante (dans ma vision des choses, je trouve très chou que d’autres le fassent). Je suis contente de me sentir protégée physiquement par mon homme que je trouve fort, ça ne sous-entend pas que je n’apprécie pas ses côtés très sensibles, émotionnels.

    « Chacun connaît son rôle et n’a plus qu’à l’interpréter. Ainsi, nous pouvons rejouer inlassablement la même histoire (usée jusqu’à la moelle) où l’homme sauveur tombe sur sa muse qu’il arrache à sa vie morose. Et où la femme aimante et dévouée… heu… ben… sera aimante et dévouée. »

    Je trouve ce passage un peu insultant pour celles/ceux qui ne trouvent pas que c’est usé jusqu’à la moelle et pour qui, c’est un idéal. Moi, je trouve ça beau, exitant et plein de surprises.

    « Traditionnellement, la passivité a été associée à la femme et l’activité à l’homme. »

    J’aimerais savoir ce que tu entends finalement par ce « traditionnellement ». Lenclud dans un article explique que la tradition, c’est ce qui traverse le temps, qui reste pas parce que c’est ancien mais parce qu’on croit encore que c’est une valeur/la bonne chose à faire. Et je pense que les choses traditionnelles ne sont pas toutes bonnes à jeter, qu’on y trouve de la beauté, des belles valeurs.

    Je pense comme Tygriter : chacun joue avec une séduction de type active/passive. J’ai jamais eu la sensation que dans cette séduction « traditionnelle » les femmes sont reléguées à la dimension passive. En tout cas, pas dans mon cas. Chacun apporte sa pierre à l’édifice, sous différentes formes.

    J’espère que tu ne le prendras pas mal Anashka, je ne souhaite pas dénigrer ton travail et peut-être que j’ai mal interprété le sens de cet article. Néanmoins, tu connais ma franchise et actuellement, j’ai l’impression que c’est moins bon enfant qu’avant, que ça tourne beaucoup autour des théories de genre et ça me parle moins. Après tout, tu n’écris pas que pour moi hein donc ce n’est que ma petite opinion. ;)

    Des bises et une belle nouvelle année à toi!

    • Anashka | 15 janvier 2014

      Ah ! Ah ! PetiteFée, on se rencontre souvent sur ce type d’articles, ce sont nos points de discussions. Donc, je sais bien que tu ne dénigres pas mon travail, tu prends toujours le temps de me donner une réponse construite.

      C’est dommage parce que moi, je l’aime cette séduction que tu appelles « traditionnelle » et je trouve qu’elle se réinvente, se modifie, se nuance au fil du temps, d’elle-même.

      En soi, je n’ai rien contre la séduction traditionnelle. (Faudrait vraiment que je fasse mon article sur la galanterie, qui confronte certains de mes propos à mes limites ^^). Si elle te convient et convient à ton partenaire, pourquoi changer ?
      En revanche, je refuse qu’on me l’impose ou qu’on l’impose à d’autre. Comme tu ne désires pas que l’on t’impose son abandon.

      Autrement dit, je pense qu’il peut être riche pour ceux qui ne s’y retrouve pas d’aller chercher d’autres choses.

      Sur le souvenir que j’ai de tes histoires, tu as une relation plus tradi à la relation et ça marche (et ça te convient). Alors, effectivement, pourquoi aller chercher ailleurs ? ^^

      Je ressens aussi (peut-être à tort hein) que séduireunhomme propose une façon « plus juste » de séduire et qu’il a pour but d’ouvrir les yeux à des pauvres petites choses, incapables de se rendre compte par elles-mêmes de ces constructions sociales.

      Hum… Bien vu. Ca tient de la formulation, surement. Je lis des constructions qui nuisent à certaine relations (parce qu’on ne vient pas ici pour dire que tout va bien), mon message est plus : on peut déconstruire, on peut composer autrement, on peut aller chercher autre chose (à titre individuelle) plus que tout le monde doit s’absoudre des constructions de genre ( à titre global). Il est vrai que soit je glisse, soit je m’exprime mal sur ce point. Tu fais bien de me le souligner.

      Parce qu’effectivement, si je pense que la passivité dans la séduction peut être problématique dans d nombreuses relations (soit qu’elle ne convient pas, soit qu’elle empêche certaines choses), elle n’est pas à jeter à celles pour qui ça convient.

      J’en revient sur la galanterie, je pense qu’écrire un article là dessus, me permettra de faire un gros point sur la tradition dans la construction de la relation. Parce que c’est mon côté traditionnel.

      En bref, si cette « néoséduction » te convient, ça n’a pas d’intérêt de chercher autre chose. En revanche pour les personnes insatisfaites, on a la chance de pouvoir tenter d’autres choses et je trouverais dommage de s’en priver pour des « on doit ». Tout simplement.

      • lapetitefée | 15 janvier 2014

        Merci pour tes précisions. :)

        Alors pourquoi pas un article sur la séduction traditionnelle et ce qu’elle a de bon?

        • Anashka | 16 janvier 2014

          Parce qu’à titre personnel, il y a beaucoup de choses avec lesquels je ne suis pas à l’aise (ou que je ne connais mal). D’où l’exercice d’un article sur la galanterie. Mais, tu sais que cet espace est ouvert et si tu as quelque chose à me proposer sur le sujet, je suis plus que preneuse ;)

          • lapetitefée | 17 janvier 2014

            J’ai hâte de lire ton article sur la galanterie. :)

            A ce sujet, je parlais du fait qu’un homme m’ouvre la porte. Je le fais aussi mais par réflexe, c’est-à-dire que c’est plus un geste de politesse de ma part si mon homme marche derrière moi mais je n’y mets aucune dimension de séduction. Par contre, quand lui m’ouvre la porte avec un sourire et me dévisage pendant que je passe, ça me touche. C’est tout bête hein mais ces petites choses comptent pour moi. Tout comme lorsqu’il m’aide à porter des trucs. Aussi parce que j’ai longtemps porté toute seule. :)

          • Anashka | 19 janvier 2014

            J’aime la galanterie. La porte en est un bon exemple. Mais, il m’arrive aussi de l’ouvrir, de jeter un oeil et de sourire. Je pense qu’elle peut devenir lieu de jeu à deux. Bref, tu commences à me donner des pistes. Merci :)

  • FairyBerry | 15 janvier 2014

    Tout à fait d’accord avec ton article !
    Je suis assez extravertie donc je n’ai pas peur de prendre le taureau par les cornes : quand un mec me plaît, c’est moi qui vais et qui le séduis.
    C’est ça passé comme ça avec mon homme actuel. Il était timide, bcp de mauvaises expériences l’ont rendu assez échaudé avec les filles. Donc, même s’il voyait mes perches, il ne les prenais pas ou au second degré. Mais avec bcp de patience et surtout de culot, j’ai réussi ^^ et notre amour dure depuis 6 mois maintenant.

    • Anashka | 15 janvier 2014

      Ca est cool ! Comme quoi, c’est bel et bien une compo qui se fait à deux. :)

  • Sugar | 15 janvier 2014

    Bonjour à tous ,je suis nouvelle et j aurais besoin de quelques conseils. Voilà j’ai 19ans,je suis en bts et je n ai jamais vraiment eu de relation,je suis donc plus du genre passive. Dans ma classe,fin d année, un mec commençai à faire des jeux de regard. Mais il parlait beaucoup de la situation aux personnes autour de lui et assez fort pour que je puise tout de même entendre. Un jour j’ai quand même voulu lui faire comprendront que j avais vu son petit jeu alors je m étais assise au fond seule, voyant s’il allait venir ou non. Il n était alors pas venu car un de ses potes était seul aussi mais le message était tout de même passé et son pote regrettair limite de s être mis seul. Bref, la dernière semaine avant les vacances, on s était parlé vite fais pendant des pose mais ça commençais à avancer. Début d année après les vacances, il n y avais plus rien, il ne montrait aucun signe d intérêt particulier. Je me suis donc dit que c était peut être vite fais un pari ou je ne sais quoi et je me suis mise à passer à autre chose. Hier, dans une matière, une de ses amie, comme il n avais plus de pote seul,lui a dit de venir à côté, soit à côté de moi. Et au final je sentais qu’il attendait qu’il se passe un truc mais perso j avais déjà tourné la page et je n ai pas trop compris ce changement de situation. Je ne suis pas non plus très forte en séduction si c est ça qu’il attendait. Enfin bref j avoue que je suis un peu perdu.
    Merci à ceux qui me répondront :).

    • Anashka | 16 janvier 2014

      Tu dis que tu as tourné la page, mais tu posts. En fait, quelle est ta demande ? Comment le séduire ? Comment l’aborder ? Comment le zapper et passer à autre chose ?

      • Sugar | 22 janvier 2014

        Désolé de te répondre un peu tard. En fait ce serais plus savoir comment le séduire. J’ai lu quelques commentaires en haut et je me reconnais à travers la fille que décrit louis. Je penses que le problème viens de moi à cause de ma timidité peut être. Je me demande alors comment réellement passer de fille passive en cette fille active.

        • Anashka | 23 janvier 2014

          Commence par reprendre les jeux de regards, vois comment il y réagit. Et tiens moi au jus ^^

          • Sugar | 23 janvier 2014

            Ok ça marche, merci :D

  • Aglaé | 15 janvier 2014

    Article intéressant, et qui fait réagir ^^ Merci Anashka, et très belle année pour toi, et toutes les lectrices et tous les lecteurs de SUH !

    Je vois bien l’idée, que la séduction se joue à deux, avec des alternances actif / passif de chaque côté. En même temps, c’est clair que pour moi la passivité est bien confortable (éducation patriarcale ou peur du râteau ??). Mais je suis convaincue également que je suis passée à côté de belles histoires à ne pas oser me lancer, le garçon en face étant plutôt timide… Ou à être tellement passive que le garçon se décourage (oui j’avoue). Et a contrario je ne connais pas de mec qui n’apprécie pas se faire draguer, ce qui devrait me motiver à me lancer ;-) Bref j’approuve en théorie sur le « partage des tâches » y compris en séduction, mais en pratique c’est pas gagné !

    Sinon petit détail, en parlant de « sombre histoire d’éducation patriarcale ». Le « Mesdemoiselles » de la toute fin de l’article m’a interpellée ! Pour moi c’est un terme qui reste une marque assez forte de ce système patriarcal, le « mademoiselle » étant utilisé pour une fille encore sous l’autorité de son père, en attendant de devenir une « madame » sous l’autorité de son mari… OK dans les faits une fille de 15 ans n’apprécie généralement pas d’être appelée « madame », de même qu’une fille non mariée ayant dépassé les 25/30/35/40/… ans (j’imagine que ça dépend des filles ?) n’apprécie plus trop d’être appelée « mademoiselle », et que dans les faits on l’interprète plus comme un signe extérieur de jeune / moins jeune, mais n’empêche :-p

    • Anashka | 19 janvier 2014

      Je n’ai rien contre la séduction passive. J’y retourne en ce moment et je lui trouve des subtilités que n’a pas la séduction active. Mais pour s’exprimer dans toute sa richesse, il faut la choisir et pour choisir, il faut avoir testée l’autre ;)

      J’ai écris « Madmoiselle » ? Bon. Normalement, je dis Madame, Mesdames… Je partage en plus complètement ton regard sur le Madmoiselle. Mais, ce qui me questionne, c’est qu’il est attribué à l’autorité du père dans le cadre d’administratif. Dans la vie, ça sous-entend « séduisable », surtout.. Et dans ce cadre, je pense m’adresser à des personnes qui cherchent à séduire. Comme un mec qui te drague, c’est plus commun/ plus simple pour lui de dire « Madmoiselle » (<= Ceci n'est pas une justification, mais un questionnement perso sur ce 'madmoiselle'...)

  • Lola | 18 janvier 2014

    J’ai lu un livre y a pas longtemps qui disait a peu près la meme chose cliché genre laissez les hommes aller vers vous madame, si vous y aller en premier ça peut pas marcher blabla… moi je dis ça dépend du garçon, y en a des vraiment timides et qui n’osent pas donc si la fille a plus de culot, il vaut mieux qu’elle y aille au risque de passer a coté d’une belle histoire. Après je pense qu’il faut quand meme se laisser draguer par le mec, qu’il ait l’impression de nous « conquérir »

    • Anashka | 19 janvier 2014

      Pourquoi lui donner l’impression de conquérir ?

      • Lola | 19 janvier 2014

        Je pense que si on donne trop de sa personne sans recevoir, le mec va croire que tout est gagné et ne pas faire d’efforts. Il faut qu’y ait des avances des deux cotés. Et pis ça doit flatter leur ego tout de meme non? ^^

        • Anashka | 20 janvier 2014

          Offrir cette flatterie de l’égo, c’est trop donner à mon sens. Vouloir offrir à l’autre la conquête (tous les mecs n’aiment pas) c’est non seulement prendre le risque de malentendu, mais aussi se positionner comme « quelque chose » à « posséder ». ca me gène un peu dans la démarche. Je ne suis pas pour se « donner corps et âme » sans retour. Mas, des équilibres (ou d’autres fonctionnements se trouvent)

  • Ina | 19 janvier 2014

    J’aime cet article !

    J’ai débattu il y a peu avec des amis (majoritairement masculins) qui ne partageaient absolument pas ce point de vue. Ca m’a tellement troublée que j’en suis restée choquée pendant quelques jours.

    Selon eux, une femme doit savoir « rester femme » quand jeu de séduction il y a : se laisser porter par l’homme, ne pas se montrer trop entreprenante sous peine de la castrer, tout faire pour que la fameuse image de putain ne lui colle pas à la peau et j’en passe.

    C’est quand même fou qu’après les bouleversements que la Société a vécus, je rencontre encore trop peu de gens « progressiste » en matière de séduction. Vraiment, ça me dépasse.

    • Anashka | 20 janvier 2014

      Si tu savais comme je te comprend.
      J’ai arrêter de parler avec les gens pétris de « il faut »…

      • Ina | 20 janvier 2014

        C’est le mieux à faire !

    • Fermier_breton | 22 janvier 2014

      Peut être que contrairement à ce que prétendent les fascistes de la théorie du genre, il y aussi une part biologique dans la séduction, allié à une part sociale? le monde n’est ni blanc ni noir, il y a du social ET du biologique (ou plutôt l’inverse, le social découlant souvent du biologique, y étant une caricature de ce dernier).

      • Anashka | 22 janvier 2014

        Heu… Le « genre » est un outil d’analyse sociologique, pas une théorie. Mais, tu as ouvert un livre de sociologie sur le sujet ?
        (Et pour la biologie, le désir agit plus ou moins de la même façon sur le cerveau (voir exactement de la même). Les écarts que nous pouvons apercevoir sont profondément corrélé à des écarts sociétaux et la plasticité neuronale n’est plus un secret pour personne.)

        Bref, merci de ta participation, jeune troll.

  • Fermier_breton | 22 janvier 2014

    L’homme pénètre sexuellement la femme, la femme elle, reçoit le pénis, d’où le rôle actif de l’homme, et passif de la femme. CQFD

    Rien à voir avec le patriarcat donc.

    • Anashka | 22 janvier 2014

      looooool !

      « La femme avale le pénis de l’homme. C’est de la dévoration primaire. Il disparait en elle. Pour ça, que les amazones soumettaient les hommes. Rien à voir avec le matriarcat ».

    • Lola | 22 janvier 2014

      c’est des mecs comme Alain Soral qui disent des choses comme ça… j’aime pas beaucoup ses arguments, trop réducteurs pour la femme

      • Anashka | 23 janvier 2014

        Pas mieux.

  • Jeff | 27 janvier 2014

    Pour moi, chaque personne peut choisir sa voie, femme ou homme d’un soir ou pour la vie, passif ou actif. Chaque personne doit choisir ce qui lui correspond le mieux. Toute opportunité qu’elle se présente sous notre nez ou pas,est bonne à prendre, le truc, c’est ne jamais regretter ses choix. C’est ceci qui permet d’avancer. C’est ce qui donne le sens au mot individu, le fait de ne pas avoir la même histoire. Donc chaque personne aurait son point de vue sur la séduction et la séduction elle- même change ces personnes. Ceci est un débat sans fin, un cercle infini qui ne fait que se répéter dont on ne peut y échapper. Les avis divergent et continueront à diverger.

    • Anashka | 28 janvier 2014

      Pas mieux.

      Je suis pour une liberté de jouer avec toutes les possibilités (avec la même ou différentes personnes).
      Bref, pas mieux.

  • Diem ~ Le Chat Noir | 10 février 2014

    Bonsoir..

    Je passe souvent le lien de ce site à des amies en leurs disant « c’est pas encore ça, si tu veux me mettre dans ton lit faudra encore t’entraîner. ;) »

    Mais au final c’est que ce soir que je prend de lire 2, 3 articles de notre chères Anashka, et franchement ? J’aime.

    Je ne vais pas m’attarder dessus mais ton travail semble vraiment instructif et abordable à la fois. (Pis ya une petite pointe d’humour personnel qui est tout sauf agréable haha !)

    Bref, je vais vadrouiller un peu par ici histoire de me dégourdir les pattes niveau psycho féminine…

    A+

    • Diem ~ Le Chat Noir | 10 février 2014

      Tout sauf désagréable.*

      Autant pour moi.

    • Anashka | 10 février 2014

      Merci beaucoup ! N’hésites pas à donner ton point de vu / regard ^^

  • Jade | 12 février 2014

    Anashka ! Tout d’abord ton site est super ! Mais nous avons tous une situation bien personnelle et, si tu le veux bien, j’aimerais ton avis.
    J’ai rencontré un homme lors d’une soirée, de 10 ans mon aîné (22-32), à qui j’ai donné mon numéro de téléphone. Il a été très gentleman, je veux dire par la agréable, poli et respectueux.

    4 ou 5 jours plus tard (malgré des relances un peu tous les jours de sa part), j’ai accepté de le revoir et d’aller dîner avec lui. J’ai alors d’abord pris un café avec lui et ses deux sœurs et ensuite nous avons d’une tous les deux. Ça d’est super bien passé, toujours aussi agréable et attentionné…

    Sur la fin nous avons passé une petite heure l’un dans les bras de l’autre (nous avons été à son hôtel.. En fait nous nous sommes rencontré en vacances, et j’avais assez peu envie de le quitter trop tôt..) sur le coup j’ai trouve ça innocentais c’est vrai que je regrette d’être allé jusque l’hôtel… Mais sachant qu’il paraît le lendemain, j’ai préféré passer un peu de temps avec lui tant nous étions bien tous les deux.
    Évidement, à force de rapprochement le désir l’un envers l’autre a pris jour, mais nous n’avons pas couché ensemble…
    Il ma invité à rester la nuit, chose que je n’ai pas faite…il ma raccompagné à mon hôtel.
    Plus tard il ma envoyé un message pour me dire qu’il avait beaucoup aimé être avec moi. Je lui ai répondu le lendemain que moi également, en lui souhaitant un bon retour… Message auquel il a simplement répondu « thank you honey » sans sous entendre que l’on se reverrait bientôt, donc.

    Maintenant, cela fait 3 jours que je n’ai pas de ses nouvelles et je me mets à cogiter énormément. Durant notre dîner il n’a cessé de me dire qu’il était vraiment intéressé par moi, nous faisions des projets un peu fou pour rigoler… Que nous allions nous revoir, il m’a invité dans son pays d’origine, etc…
    Et a ajouté qu’il était sérieux à propos de tout ce qu’il m’avait dit au cours de la soirée…
    Et finalement… Il ne me rappelle pas ?
    Je tiens à dire que nous avons tous les deux une nationalité différente, culture différente, langue différente (notre langue commune est l’anglais), etc… Cela fait donc beaucoup de différences…
    Voulait il simplement jouer avec moi ?
    Je suis assez désespérée et je me sens vraiment stupide d’avoir pensé qu’il ai pu s’intéresser à moi véritablement !

    • Anashka | 13 février 2014

      Je ne pense pas qu’il a joué. Tu n’aurais pas eu le SMS en rentrant. Mais peut-être que la réalité l’a un peu rattrapé ? Quel est l’état de la situation (distance entre vous, moyen de communcation laissé ?)

    • Jade | 13 février 2014

      En fait je suis française d’origine ukrainienne et il est de nationalité Turque.
      Du fait de sa nationalité je me dis qu’il ne peut absolument pas s’intéresser à moi car je n’ai pas la même origine, pas la même culture. Je me dis qu’il a du bloquer sur mais simplement pour le physique.
      On s’est écrit hier rapidement, je lui ai demandé si ça allait et il ma demandé si j’étais en route pour Istanbul (en rigolant), il m’a dit que je le devais, et après il ma demandé de l’ajouter sur Facebook (je n’ai pas) et n’ai plus répondu…
      Je me dis qu’il n’est intéressé par moi que pour le physique… J’ai du mal à imaginer qu’il puisse être véritablement intéressé par moi du fait de nos différences..

      • Anashka | 18 février 2014

        Est-ce qu’il te pose des questions sur toi ? Est-ce qu’il est curieux ? (Les différences peuvent être un atout, un lieu de partage, aussi ^^)

  • Fabien | 12 février 2014

    La seule séduction pour moi qui est agréable c’est une séduction ni active ni passive.

    Ce sont juste deux personnes qui ont « envie » de se séduire mutuellement. L’énergie est partagée, équilibrée.

    Pour reprendre l’analogie, quand tu danses le tango, avant d’effectuer des pas en avant ou en arrière, tu regardes ta partenaire d’abord, tu écoutes la musique ensuite, enfin tu avance ou recule selon l’envie, selon le mouvement.

    • Anashka | 13 février 2014

      Il y a des dizaine d’articles qui abordent ça. L’écoute est essentiel, je te l’accorde, mais ça ne suffit pas à bien danser le Tango ! Et, pour aller a bout de la métaphore, ce sont souvent les bons danseurs (ou les personnes qui sont bien guidées par leur coéquipier) qui parleront d’écoute.

      Et, cette écoute : c’est quoi ? C’est entendre quoi ? Comment on se a révèle ? ^^

  • Megane | 7 mars 2014

    Bonjour, Avril 2014 j’allais fêter mes 2 ans de relation avec mon petit ami. Il a rompu fin janvier depuis je l’appelle, lui envoie des SMS mais rien y fait. Je lui ai écrit un courrier, il m’a fait savoir qu’il n’est pas encore prêt pour se donner un nouveau départ. Il a rompu à cause de mon caractère. Depuis la rupture, je lui ai avoué un passé que j’avais refoulé durant des années. C’est d’où venait le comportement que j’ai eu durant notre relation. Actuellement, je suis une thérapie qui m’a libéré de ce lourd passé. Il me dit que j’aurai dû lui en parler avant que c’est fini, il est trop tard pour les confidences. Je ne sais plus quoi lui dire ou que faire afin qu’il revienne sur sa décision. Que me conseilles tu?

    • Anashka | 8 mars 2014

      On peut aider l’amour à naitre ou à renaitre, mais on ne peut pas forcer quelqu’un à revenir avec nous. Est-ce qu’il te dit qu’il a encore des sentiments ? Quand vous avez rompu comment était votre relation…?

      La meilleure chose à faire, à mon sens, c’est de tenter de passer à autre chose.

  • Megane | 8 mars 2014

    Bonjour Anashka, il m’a dit qu’il a toujours toujours des sentiments à mon égard. Mais pour le moment il n’est pas encore prêt à revenir sur sa decision. La semaine semaine dernière je l’avais appelé car ça n’allais pas du tout. En début de soirée il m’a appelé afin de savoir si ça j’allais mieux

    • Anashka | 9 mars 2014

      Je t’ai mis la seule méthode que je connaisse en lien : en gros :
      1. couper les ponts,
      2. changer, avoir de nouveaux projets
      3. Recontacter.

      Comment s’est passé votre dernière conversation ?

      ( Comment récupérer son EX ?)

  • Megane | 9 mars 2014

    Cela c’est bien passé, il m’a dit qu’il sent que j’évolue depuis ma thérapie mais pour le moment il n’a confiance. Donc de me refaire et on verra avec le temps. J’ai mis en pratique tes recommandations silence radio de mon côté.

    • Anashka | 10 mars 2014

      Comment il réagit au silence radio ?

      • Megane | 12 mars 2014

        Bonjour, mon silence radio a commencé lundi 10 Mars. Pour le moment je n’ai eu aucune réaction de sa part.

        • Megane | 12 mars 2014

          Anashka, j’suis trop contente il m’a envoyé 1 sms aujourd’hui me disant (1 petit coucou pour prendre de tes nouvelles… Ça va?

          Je ne savais pas quoi lui envoyer pour ne pas faire d’erreur. Au bout d’une heure je lui ai répondu: Bonjour X ça va de mon côté sinon et toi?
          Au bout de 4 heures il m’a répondu: Desolé de te repondre maintenant moi aussi ça va… bisous a toi.
          Le bisou dans son sms m’a étonné. D’un côté j’suis contente mais d’un autre j’ai peur.

        • Anashka | 13 mars 2014

          Comment tu gères ? Comment tu vas ?

          • Anashka | 13 mars 2014

            Dans tous les cas, tu n’es pas zappé. Mais, ça ne veut pas dire qu’il veut reconstruire avec toi. Simplement qu’il prend des nouvelles.

            Au niveau des nouveaux projets, tu en es où ? Qu’est-ce que tu as mis en place pour toi ?

  • Flo | 12 mars 2014

    Hello Anashka! J’aurais besoin de petits conseils pour aborder un homme qui me semble assez timide avec les femmes. Tout d’abord nous habitons à quelques heures et je ne suis pas chez moi pour l’instant. Mais je suis raide dingue de lui depuis que je le connais. Le problème c’est que lui je ne sais pas trop. J’ai l’impression qu’il m’aime plutôt bien mais en même temps quand on se retrouvait qu’à 2, il n’a jamais rien tenté. Je l’ai juste pris ds mes bras une fois. Apparemment il parle beaucoup de moi depuis que je ne suis pas là. Mais je ne sais pas quoi faire maintenant. On se parle de temps en temps par message mais sans plus. Dois-je lui dire que j’ai des sentiments pour lui? Et comment? Maintenant ou quand je rentre dans 2mois? Merci pour tes conseils.

    • Anashka | 13 mars 2014

      Dire ses sentiments hors relation, c’est casse-gueule.

      Quelle est votre relation (factuellement) ? Quels signes d’intérêts ou désintérêts te montrent-ils…? Est-ce que vous avez des échanges textos ?

      • Flo | 13 mars 2014

        Merci pour ta reponse. On a une relation amicale, on faisait toujours des activités avec d’autres amis. On était quasi jamais rien qu’à 2. Pour les signes d’intérêts je dirais qu’il est assez prévenant et prend soin de moi. Je sais que parfois il me regardait. Il a aussi dit à mes amis qu’il aimait parler avec moi. Quand je suis partie à l’étranger il m’a dit que c’était long mais qu’il me souhaitait tout le meilleur et que j’allais lui manquer. Il m’a pris dans ses bras. Puis de temps en temps on échange des textos où il fait des petites blagues. Pour les signes de désintérèt c’est qu’il n’a jamais rien tenté dans les rares moments de 5-10minutes où on était rien que tous les 2. Jamais! Donc tout ça est assez contractoire.

        • Anashka | 15 mars 2014

          En gros, il est attaché à toi, mais tu n’es pas sûre qu’il est envie de plus (tu me parles de beaucoup de signes d’affections, peu de désir). Toi, qu’est-ce que tu as déjà mis en place pour faire bouger la balance.

          • Flo | 15 mars 2014

            Tu entends quoi par signe de désir? Qd je lui donnai quelque chose ou vice versa, j’avais l’impression qu’il me « caressait » la main si tu vois ce que je veux dire. Sinon qd on était assis l’un à coté de l’autre souvent on était assez serré. Par contre j’ai jamais rien osé tenter. Je le regardais dans les yeux ou parfois je lui faisais des sourires qu’on fait juste à un homme qui nous plait. Mais en soit c’est tout parce que je suis un peu timide. Ça craint je sais!!

          • Anashka | 18 mars 2014

            Peut-être qu’il faudrait passer au rencard à deux ? Qu’en dis-tu ? Jouable ?

            (Caresser la main, oui, c’est un signe d’intérêt ^^)

          • Flo | 18 mars 2014

            Jouable mais seulement ds 1 mois et demi quand je suis rentrée chez moi. Ça craint? Qu’est-ce que je dois faire en attendant?

          • Anashka | 19 mars 2014

            Ah… Heu.
            Tu as son numéro ? Tu peux entamer une relation textos (même si généralement c’est assez foireux). Tu peux passer à autre chose et voir quand tu reviens pour recommencer la séduction à zéro.. Qu’est-ce qui te parait le plus approprié ?

          • Flo | 19 mars 2014

            Oui j’ai son numéro ;-) Je veux pas commencé une vraie relation par texto. Ms je peux pas le mettre dans un coin pour l’oublier et puis le reséduire. Il m’aura oublié d’ici là, non? Je trouve déjà que nos échanges par messages ont diminué.

          • Anashka | 20 mars 2014

            Disons que là tu es un peu coincée :
            – soit tu tentes de maintenir / augmenter son intérêt par texto (tu ne peux pas démarrer une relation comme ça) (ça demande pas mal de subtilité, c’est pas toujours évident)
            – soit tu le laisses t’oublier, tu tentes de l’oublier aussi et tu le re-séduis plus directement quand tu reviens (paradoxalement, ça me parait la meileure solution, quitte à faire du multi-targetting en attendant)

          • Flo | 21 mars 2014

            Oui je pense que tu as raison. Et donc là je ne lui envoie plus aucun message? Genre silence radio? Et quand je rentre, je me lance. Mais comment? ;-) Merci pour tous tes conseils.

          • Anashka | 21 mars 2014

            Je dirais plus de messages, sauf s’il t’en envoie. Et, quand tu rentres, un simple « Hey ! suis de retour, ça te dit un verre pour fêter ça », quelque chose dans le genre… Mais, ce qui sera essentiel, c’est que TOI, tu tentes au maximum de passer à autre chose :)

Commenter