Comment surmonter un amour impossible ?

Par 31 Oct 2013 228 Commentaires

surmonter un amour impossible
Surmonter un amour impossible apparaît comme son nom l’indique : impossible. Pourtant, il existe des histoires qui traversent les épreuves et nous étonnent par la force (et l’amour) déployée.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

Mark Twain

Et, nous peut-on transcender un amour interdit ? Peut-on rendre l’impensable possible ?

Tous nos conseils ici.

Enjoy.

 

Amour impossible : qu’est-ce que c’est ?

On pourrait définir deux sortes d’amour impossible :

  • celui qui se voit contrarié pour des raisons externes au couple
  • celui qui est mis à mal pour des raisons internes

Raisons internes

Je passerais rapidement sur les raisons internes. Il s’agit généralement d’un amour à sens unique (ou d’un désir de relation à sens unique). (Comme on le retrouve parfois dans l’OI)

Il y a cet homme qui nous prend la tête et le cœur et qu’on ne parvient pas à oublier. Alors, on s’accroche, en se faisant de plus en plus mal. Pour des raisons multiples, cet homme ne veut pas de la relation que nous lui proposons. Parfois, il nous repousse alors même qu’il éprouve quelque chose.

Quand « l’impossibilité » vient de l’un, elle n’est pas réellement surmontable. Il nous faudra passer notre chemin .

Raisons externes

C’est quelque chose d’extérieur à la relation qui vient la mettre à mal (voir la faire cesser).

Ce peut être une différence d’âge, de religion, de conviction politique, de milieu social, ou une trop grande distance géographique, un engagement ailleurs…

Les sentiments sont là, forts. Pourtant la relation est sans cesse bousculée par le monde extérieur qui refuse aux exigences du cœur. (Le salaud!)

C’est ce type d’Amour impossible que nous aborderons ici.

 

Amour impossible : pourquoi est-ce difficile ?

À trop regarder les films Américains [avec Jack qui se tape Rose (et qui meurt), Juliette qui se tape Roméo (et qui meurt), l’ado qui se tape un vampire-boule-à-facette-quand-il-va-au-soleil et qui… (je n’ai pas vu le dernier, elle meurt ?)] on a tendance à oublier que dans la vraie vie nous sommes réellement impliquées dans nos amours (impossibles).

Qu’il s’agit d’humains et non plus de personnages photoshopés qu’on ressuscitera en cliquant sur replay.

Le poids du regard des autres

Un amour impossible, c’est aussi une relation qui défie les normes amoureuses. Elle vient heurter les croyances sociales sur ce que doit être l’amour, le couple, la construction à deux. Autrement dit, cette relation dérange les braves gens qui seront (toujours) prompts à juger ce qu’ils ne comprennent pas.

  • Vingt ans d’écart ? Elle est avec lui pour son argent.
  • Musulmane, pas lui ? Oh, sacro-saint athéisme, il devra se convertir.
  • Il s’appelle Zemmour, elle est féministe ? Elle va les lui couper.
    (Elle aurait raison)

Alors, bien sûr, on s’en moque des braves gens quand on s’aime.

Mais, il y a ce regard, là, qui fait mal. Et ce regard devient réellement acide quand il est porté par les amis, la famille et tous ceux qui veulent… notre bien.

La vulnérabilité du couple

Pendant la phase de passion, le mot « impossible » tatoué sur la relation vient la colorer d’une intensité nouvelle, renforçant l’amour, la complicité, l’« ensemble coûte que coûte ».

Après la phase de passion, vient un creux de vague. Le quotidien débarque sans subtilités imposant ses gros sabots d’ennui.

Les contraintes extérieures n’hésiteront pas à s’engouffrer dans chaque faille, prenant de plus en plus de place au sein du couple. Elles viennent renforcer les manques de dialogues, les doutes, les peurs d’engagement de chacun.

Se pose les questions du futur. Le couple est sérieusement mis à mal. Et, il faudra beaucoup d’amour et de dialogue pour le surmonter (ou décider, en paix avec soi, d’arrêter).

Soi et soi

Enfin (et on l’oublie souvent vite), l’amour impossible nous déséquilibre.

Il interroge notre regard sur l’amour, de ce que l’on est prêt à faire pour un autre, de ce que l’on imaginait pour soi dans le futur, etc.

Pour certaines il faudra choisir entre sa famille et l’homme aimé. Ce n’est pas seulement perdre de vue des gens incapables d’accepter notre choix. C’est aussi se couper d’une part de son identité. De refuser un chemin que nous aurions pu emprunter (et que l’on attendait de nous) pour prendre une direction floue, sans certitudes.

On ne peut pas balayer ces problématiques d’un revers de main. Bien avant l’homme aimé, nous sommes le centre de notre vie. C’est nous que nous devons préserver.

Parfois, cela passera par quitter cet homme. Parfois, par s’amputer d’une part de notre vie passée.

 

Comment surmonter un amour impossible ?

  • Est-ce que ça se surmonte ? Parfois, oui.
  • Est-ce que c’est facile ? Non.
  • Est-ce que l’on va souffrir ? Très probablement.

Nous quittons le domaine des concessions pour celui des sacrifices.

Prendre le temps des décisions

Comme je le disais plus haut, l’impossible dans la période de passion apparaît comme complètement surmontable. Pourtant, au creux de la vague, il nous revient comme un boomerang.

Pour toutes les décisions (très) long terme (emménager ensemble, se marier, avoir des enfants, couper avec sa famille, partir vivre dans un autre pays…), je conseillerai la plus grande prudence.

Prenons le temps de voir la relation évoluer, de se confronter à ce creux de vague.

Dans un amour impossible, tous les codes sont déplacés. Le temps est votre meilleur allié pour savoir ce que vous désirez vraiment.

En bref : pendant la passion, pas de prise de décisions.

Communiquez

Se poser la question « Est-ce qu’on doit poursuivre ou non ? » est extrêmement difficile, car la réponse peut-être « Non ».

C’est pourtant nécessaire. Il vous faudra dialoguer autour des sacrifices que demandera la poursuite de votre histoire. Il vous faudra réfléchir à votre vision du futur et aux solutions envisageables.

Si vous décidez de poursuivre, vous le décidez ensemble. Vous vous engagez à vous soutenir.

Un désir commun

On ne peut pas demander à l’autre de tout sacrifier pour nous, même par amour. Peut-être n’a-t-il pas le courage d’affronter les épreuves qui viendront ? Peut-être ne s’en sent-il pas la force ?

La dernière chose à faire est de mettre la pression à l’autre. S’il accepte sous pression, il y a fort à parier qu’il ne vous pardonnera jamais de lui avoir « forcé la main ».

Ce choix (rester avec vous ou non) lui appartient. Quoi qu’il décide, respectez-le.

Un temps pour le choix

Tout sacrifier par amour, c’est romantique… dans les films.

Dans la réalité, c’est bien plus complexe. Il ne s’agit pas seulement de votre amour pour cet homme, ni votre couple, mais aussi de VOUS en tant qu’individu.

Vous êtes la première personne dont vous devez prendre soin, bien avant ledit garçon. Prenez du temps pour vous, peut-être même sous forme de break .

Prenez ce temps de peser les pour et les contre, de visualiser ce que sera votre futur avec cet homme. Tentez d’être le plus honnête avec vous.

« D’accord, je l’aime. Mais est-ce que je désire vraiment la vie que cette relation me propose ? »

 

Comment oublier un amour impossible

Je ferais un article plus complet sur le sujet. Il faut que je laisse un peu maturer mes idées.

Je me demande si les amours impossibles n’entraînaient pas (souvent) des deuils impossibles. Suite à un amour de ce type, le goût d’inachevé, de gâchis doit persister… Si l’on a décidé d’arrêter, il y a probablement une culpabilité qui se traîne (même si l’on sait que c’est la meilleure décision).

Qui dit deuil impossible, dit probablement résilience : l’art de se réinventer, de créer à partir d’une plaie qui ne se referme pas complètement. Comment se met-elle en place ?

Bref, le temps que tout ça prenne forme dans ma tête (et vos réflexions sont les bienvenues), je vous recommande les articles qui aident à dépasser une période difficile dont :

 

Et vous, avez-vous déjà connu des amours impossibles ? Quelle décision avez-vous prise ?

Anashka,
Fruit d’un amour impossible
Pour me suivre sur FB, c’est ici


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (228)
  • Mary Read | 1 novembre 2013

    Pour continuer encore aujourd’hui à vivre un amour impossible avec un ex, avec qui je suis restée 10 ans (en gros, être ensemble réveille nos instincts de joueurs manipulateurs un peu trashs et malsains), finalement la meilleure décision qu’on a prise, c’est de l’accepter.

    D’accord, on s’aime à la folie. Très très fort, mais aussi très très mal. Du coup, une LTR, ce n’est pas du tout le genre de relation dans laquelle on s’épanouit. Et en même temps, on n’a pas du tout envie de s’éloigner l’un de l’autre. Alors on s’adapte. On trouve des compromis, à mi-chemin entre être amis, amants, confidents, flirt, relation platonique (oui, ça fait beaucoup de moitiés).
    Et en parallèle, on continue à vivre une vie amoureuse « plus classique ». Je n’ai jamais pu ni souhaité l’oublier, je n’ai jamais cessé de l’aimer, mais aujourd’hui, ça ne m’empêche pas de tomber amoureuse d’autres personnes, de vivre de jolies histoires. J’ai juste accepté qu’il aurait toujours une place importante dans ma vie, quoiqu’il arrive, mais que ça ne devait pas m’empêcher de construire d’autres choses, ailleurs.

    Enfin, pour en arriver à cet équilibre, qui reste néanmoins fragile, mais qui nous convient à tous les deux, il a quand même fallu pas mal d’années de gros plantages, à foncer dans des murs, à se faire mal, à se poser des ultimatums, à se fuir, à se tenir à distance, à tenter pas mal de choses.

    • Anashka | 1 novembre 2013

      Cette histoire (que je suis de loin), m’a toujours beaucoup touchée. Elle s’inscrit (tu me diras si je me trompe) dans un questionnement de ce qui fait relation, amour. Elle interroge en profondeur les notions de monogamie et d’exclusivité. Ce qui en ressort, c’est une tendresse, une obligation de composer autrement avec cet autre.

      Tu sais qu’un de mes proverbes favoris est « l’Amour est à réinventer » de Rimbaud. Créer un équilibre (même fragile) pour faire malgré tout subsister la tendresse, c’est ça, aussi, réinventer l’amour. La douceur avec laquelle tu fais face à tout ça, je l’admire, vraiment.

      *licorne* *coeur* *coeur* *paillettes*

      • Mary Read | 3 novembre 2013

        En effet, cette histoire n’a pas commencé sur une relation de couple monogame classique. On n’a d’ailleurs jamais vraiment été officiellement en couple, en fait. Alors forcément, comme dès le départ, comme on n’a pas été livrés avec le « kit LTR, clés en main », on a été forcés de construire entièrement notre relation, de réinterroger les questions d’exclusivité et d’amour. Finalement, j’ai l’impression que ce qu’on en a fait aujourd’hui s’inscrit dans le continuum de tout ce qu’on vécu ensemble depuis notre rencontre.

        J’crois qu’il est nécessaire d’aimer profondément et inconditionnellement l’autre pour accepter de réinventer une relation. Pour accepter de renoncer à ce qu’on a vécu, sans craindre de construire quelque chose de nouveau, d’aller vers l’inconnu.
        C’est un amour qui devient inébranlable. Presque comme l’amour que l’on peut porter à quelqu’un de sa famille (sans idée incestueuse derrière, hein), qui fait que cette personne fait partie de ta vie et que tu l’aimeras toujours, quoiqu’elle fasse, que tu seras toujours là pour elle. Finalement, en dehors de l’attirance sexuelle, je crois qu’il y a quelque chose de cet ordre là.

        *paillettes* *fleurs* *papillons* *cœur*

        • Anashka | 3 novembre 2013

          Tu sais que je suis très proche de cette façon de voir l’amour. L’amour en lui-même, pour lui-même. L’amour qui réinvente la relation. Ou la relation (non-projetée, surprenante) qui crée l’amour. Dans cette dernière idée, je pense à l’un de mes meilleurs amis. On se détestait mutuellement, on ébranlait profondément les convictions de chacun. Mais, ayant de l’affection pour la même personne, on a appris à s’aimer. Et aujourd’hui, on a une relation vraiment particulière qui sort des chemins battus de l’amitié pour moi et lui.

          Le lien que tu fais à la famille me parait très sein. Je ne pense pas que l’amour soit perméable, enfermé dans des étiquettes : couple, plan cul, famille, ami. Le désir vient poser des limites. Mais, ce sentiment profond, considérable, pfff… il n’a pas besoin que la relation soit nommé. D’ailleurs, ne dis-ton pas des meilleurs amis qu’ils sont la seconde famille. Ne crée t on parfois pas une famille avec l’homme aimé ?

  • Bulle | 1 novembre 2013

    Aaaaaahhhhh Parce que c’est exactement ce que je vis depuis février… Des décisions à prendre, des plantages, des on se remet ensemble… et un ultimatum… pas de lui ni de moi mais de ma famille… Soit lui soit eux… C’est dur… Très dur… Quand tu parles d’oublier, honnêtement je pense que ca ne sera pas possible… On ne peut pas oublier quelqu’un que l’on a dans la peau, qui fait parti de nous, à qui on pense h24 J7… Cette impression de gâchis est énorme… je lui en veux autant que je m’en veux… Je lui en veux parce qu’il n’a pas su faire les efforts nécessaires au bon déroulement de notre relation au moment voulu, il avait peur dès le départ que je parte mais n’a absolument rien fait pour que je reste… Et moi je m’en veux énormément parce que je l’aime et que j’étais prête à tout!!!! J’ai fait trop de concession pour lui, il ne s’en est tout simplement pas rendu compte….
    On a parlé beaucoup et notre dernière discussion réelle qui s’est terminé sur nos « au revoir » a prouvé qu’en fait on avait peur tous les deux et c’est ca qui nous a planté… On va mal, lui comme moi… mais il ne me parle pas… il m’en veut aussi d’être partie… Je peux le comprendre… Bref c’est le moment où l’on va devoir se réinventer et honnêtement je n’en ai pas le courage ni la force… Je suis fatiguée de vivre cet ascenseur émotionnel qui me rend dingue… J’aimerai commencer quelque chose de nouveau, me réinventer, réinventer l’amour… mais je sais qu’il sera TOUJOURS dans ma tête et dans mon coeur… Et c’est ca qui est le plus dure… je n’ai juste pas envie de faire du mal à quelqu’un qui n’aura rien avoir dans tout ca, uniquement parce que je ne peux pas passer a autre chose…
    BREF l’amour impossible It’s sucks!!!!!

    • Anashka | 1 novembre 2013

      Quel vergue ! Wouah !

      Parfois, il y a des gens qu’on « ne cesse pas d’aimer ». On compose avec ce qu’il reste d’hier, on avance. Ce sont peut-être des deuils impossibles (peut-être faut-il encore laisser du temps…?), mais tu te dois pour toi d’avancer, si la décision est irrévocable.

      Mais, que s’est-il passé ?

      • Bulle | 1 novembre 2013

        Arg je devrais faire un journal… mais je ne suis pas assez assidue pour cela…
        Malheureusement et ce doit être là ou il existe un problème c’est que cette décision ne peut actuellement certainement pas être irrévocable… Je suis amoureuse de lui, je l’ai toujours été… J’avoue que je lutte pour garder ma position parce que je sais que celle a qui ca ferait le plus de mal c’est à moi, au final que l’on soit ensemble ou non c’est moi qui souffre… Parce que du coup je donne trop sans m’en apercevoir et je m’essouffle toute seule.
        Il s’est juste passé une suite de mauvais concours de circonstances… Je n’aurais jamais vraiment les réponses, puisqu’il n’est pas capable de me dire la seule vérité qui existe sur sa fidélite ou non fidélité… Le pire je crois c’est que je serais capable d’accepter son infidélité par amour…
        Le temps, j’ai l’impression que j’en manque… mais c’est de la patience dont je manque… Et lui me manque… La décision sera irrévocable le jour où il m’apprendra qu’il est en couple… Même si mon amour pour lui ne s’en ira pas je sais qu’à ce moment là je ne me ferais plus aucun espoir…
        Bref tout ca est un peu brouillon…

        (il va vraiment falloir que je m’y mette au journal… ;-) )

        • Anashka | 3 novembre 2013

          Le journal est un libre espace. Je crois que j’écris une fois tous les 10 jours sur le mien. Mais, il n’a rien d’obligatoire, je reste présente ici. :)

          Qu’est-ce que tu entends par « pas irrévocable » ? Tu penses qu’l t’a trompé ? Tu penses qu’il est amoureux ?

          Pourquoi attendre que SA vie à LUI est avancé pour te permettre d’avancer, toi ?

          • Bulle | 3 novembre 2013

            Ma décision n’est pas irrévocable car il se peut que je trouve un poste dans sa région. Deuxièmement, je l’aime et je sais que je suis capable s’il me le demande d’aller le retrouver…
            Honnêtement sur sa fidélité je ne sais pas je suis perdue… Je veux le croire, il me l’a tellement répété… mais je ne saurais jamais réellement la vérité.
            C’est pas que je m’empêche d’avancer… loin de là, je sors, je cherche un job, je revois des amies, je rencontre de nouvelles têtes… C’est juste que le jour où il me dira qu’il est en couple, je n’aurais plus aucun espoir sur un possible retour à notre couple. Oui je l’aimerais toute ma vie, et je serais même heureuse pour lui…

            (le journal done! =D )

          • Anashka | 4 novembre 2013

            Ça fait beaucoup de sacrifices et abnégations pour un homme dont tu doutes. Sans tomber dans la méritocratie amoureuse, est-ce que ce n’est pas trop ? Est-ce que tout ça ne mérite pas d’être donné à toi-même (ou un autre histoire) ?

            Ce que tu m’en dis est très flou, j’ai du mal à positionner votre histoire..

  • Maelle | 1 novembre 2013

    Ah, j’ai l’impression que tu écris tes articles pour moi :D

    Bref,

    Lui ne pense pas à un truc sérieux avec moi (Depuis le début de l’histoire on a pensé à ça, juste amant-amante mais au fil du temps je me suis attaché, encore aujourd’hui). J’arrive pas à tirer un trait sur lui, il m’obsède jour et nuit, et le fait qu’on ne pense pas couper contact (surtout lui) ne m’aide pas. Le problème c’est que je garde toujours un tout petit bout d’espoir qu’un jour peut être il changera d’avis (même s’il a été clair là dessus,toute mon histoire sur ton autre article:Comment faire craquer un homme ).
    En gros, « Difficile de faire oublier à son coeur ce que sa tête ne cesse de répéter tout le temps ».

    • Anashka | 3 novembre 2013

      Tu as une part de ta réponse dans ce post : couper contact. Pourquoi pas ?

      • Maelle | 3 novembre 2013

        je me suis attachée :/

        • Anashka | 3 novembre 2013

          Oui, c’est vrai. Mais, visiblement ça ne te rend pas heureuse.
          On est dimanche matin, je vais peut-être évité la comparaison avec une infection et l’amputation, mais tu comprends l’idée.
          En être attachée, visiblement, ne le rend pas plus proche de toi. Vouloir plus avec lui, non plus.
          Et, ça te rend malheureuse. Donc, il faut se détacher, et pour cela, couper. Au moins quelques semaines, sans nouvelles. sans répondre à ses messages.

          • Maelle | 3 novembre 2013

            D’accord :)
            merci

  • Alexe | 1 novembre 2013

    Je ne sais pas trop où mettre mon commentaire puisqu’il va dans plusieurs catégories, mais je vais tenter ici.

    Voici donc ma petite histoire. En avril de cette année, j’ai rencontré un garçon à une convention et grâce à une amie, j’ai pu avoir son adresse msn. On s’est parlés pendant 6 mois, nous étions tous les deux en couple. On a commencé à flirter, faire des sous-entendus et il m’a dit qu’il voulait qu’on se voit mais je ne savais pas quand, surtout qu’étant un peu jeune, je n’ai pas vraiment le droit de sortir en ville toute seule surtout si c’est pour rejoindre un garçon qui a 6ans de plus que moi (ma mère aurait fait une attaque).
    Et puis le mois dernier, il m’a avoué qu’il m’aimait, que ça faisait 1 mois qu’il avait quitté sa copine car ça n’allait plus. J’avais moi aussi des sentiments pour lui et ça m’a permis de me rendre compte que je n’aimais plus mon copain, je l’ai donc quitté. Je lui ai dit mais je ne voulais pas me considérer comme sa petite amie tant que nous ne nous étions pas vus, il me disait je t’aime et me j’étais sur un petit nuage.
    Lundi 21 octobre, nous avons donc passé l’après-midi ensemble, a parler, main dans la main, s’embrasser. Il m’a dit je t’aime pour la première fois en vrai et nous avons décidé de nous revoir dans la semaine. Le jeudi nous avons encore passé l’après-midi ensemble. il n’a cessé de me câliner, de me dire que j’étais parfaite et que j’étais son amour
    C’est le lendemain qu’il s’est passé certaines choses. L’après-midi, par sms, il m’a avoué vouloir faire une pause, qu’il avait découvert des choses sur son ancien meilleur ami et sur son ex, qu’il l’avait choqué, que ça n’allait pas du tout. J’ai été totalement abasourdi de voir la différence entre le jeune homme que j’avais côtoyé la veille, tendre et doux et celui à cet instant précis, froid. J’ai eu l’impression de mourir intérieurement car pour moi PAUSE signifiait tout simplement RUPTURE.
    Heureusement pour moi, tout s’est arrangé le lendemain, il m’a dit qu’il voulait absolument me voir, qu’il s’en foutait des autres et que ça n’allait pas être eux qui allait dicter sa vie.
    Malheureusement on ne s’est pas vus cette semaine, il n’a pas donné de nouvelles jusqu’à hier où il m’a dit par sms « Désolé mais on ne peut plus continuer .. J’ai déjà assez d’ennui comme ça mais là en plus c’est mon ex .. »
    J’ai cru mourir. J’ai demandé s’il ne m’aimait plus – « Non c’est pas ça… » mais je n’ai pas reussi a avoir + d’informations, je ne sais donc pas pourquoi il m’a quitté car il ne répond pas. Notre relation amoureuse n’aura duré qu’1 semaine et je le vis très mal, étant assez jeune et vivant pour la première fois une rupture.
    Tout à l’heure, je lui envoyé si il voulait m’accompagner à un concert mardi soir, il m’a répondu qu’il aimait bien mais que ce n’était peut-être pas possible. j’ai demandé pourquoi et j’attend encore sa réponse, qui je pense n’arrivera pas..
    Ca m’énerve, il ne répond que quand ça l’arrange et maintenant j’ai l’impression que tout ce qu’il m’a dit avant, les choses jolies et les « je t’aime » n’étaient que mensonge, ainsi que les « Je t’aime + que toi tu ne m’aimes » …
    Bref, je ne sais pas quoi faire, quelle attitude adoptée , je me sens très mal..

    Merci d’avance !

    • Bulle | 2 novembre 2013

      Ne connaissant pas tous les tenants et les aboutissants de ton histoire ca me semble quand même un peu gros qu’il te dise aussi vite ses sentiments…
      Il a une attitude ambigüe, es-tu sure qu’il n’était plus avec son ex??
      Tu ne dois pas te sentir mal, soit il a de réels sentiments et il reviendra soit il ne te mérite pas…
      Dis toi que c’est une expérience de plus, je sais ca ne console pas bien lors d’une rupture. Mais quels sont tes sentiments à son égard?
      Ce que je peux te dire c’est qu’il faut t’occuper avoir une vie sociale et professionnelle à côté qui soit très épanouissante pour que tu le laisses un peu derrière toi…
      Bonne chance!!
      Et si tu as besoin tu sais où nous trouver…

      • Alexe | 3 novembre 2013

        Je n’avais et n’ai aucune preuve pour savoir s’il était toujours avec sa copine ou pas à ce moment là.
        Mes amis me soutiennent, me disant que j’étais trop bien pour lui et que dans l’histoire c’est lui qui perd le plus!
        Encore maintenant, je n’arrive pas à déterminer si je l’aime toujours ou bien si c’est juste de l’attirance.. Dans tout les cas je vais un peu mieux
        Merci !

        • Anashka | 3 novembre 2013

          Bon, c’est déjà une bonne nouvelle. Tant mieux si tes amis t’entourent !

    • Anashka | 3 novembre 2013

      Salut Alexe et bienvenue.
      Tu n’es pas obligée de me répondre sur cette question, mais ça pourra peut-être m’éclairer : quel âge as-tu ?

      Donc, tu as rencontré ce garçon avec qui tu as eu une histoire virtuelle, avant qu’elle ne se concrétise par le réel. Mais, voilà après deux rendez-vous, il reste dans son histoire passé et ses belles déclarations n’ont plus de sens. Tu te sens perdue et c’est normal.

      Le mieux, pour le moment, c’est de prendre du temps pour toi. Cesses les messages, qui font comprendre que tu es accro et le détache encore plus. Ne donnes plus de nouvelles pendant les deux semaines qui viennent et concentre-toi sur toi. Tu as lu les différents articles pour se remettre d’une rupture ?

      Je sais que c’est difficile, mais il y a tout un site de solidarité pour t’aider à tenir le coup :)

      • Alexe | 3 novembre 2013

        J’ai 15 ans, c’est pour ça, je débute dans les histoires d’amour ! Et lui va en avoir 21, j’ai une préférence pour les garçons un peu plus âgés.

        Le soucis c’est que j’ai l’impression que je suis la seule dans cette relation à souffrir, il ne donne pas non plus de nouvelles.
        C’est ce que je ferais en tout cas, pour l’instant j’ai supprimé notre conversation par SMS, ainsi que ses photos et les musiques qui me font penser à lui pour ne pas ressasser encore et encore. En ce moment, j’ai plus l’impression d’avoir été trahie qu’autre chose, comme s’il s’était foutu de moi. Il disait qu’il s’en foutait du regard des autres mais finalement, pas tant que ça; bon après je ne connais pas toutes les circonstances du problème (A ce que j’ai remarqué, les garçons racontent leurs soucis une fois qu’ils sont résolus !) donc je ne peux pas juger..

        Oui je les ai lu (Malheureusement je n’ai pas de thé à la camomille chez moi mais je demanderais à ma mère d’en acheter !) et j’essaye de les mettre en pratique, ça m’aide beaucoup !
        Merci encore !

        • Anashka | 4 novembre 2013

          Il est possible que tu sois la seule à en souffrir autant. A 21 ans, on a vécu quelques relations en plus et une histoire d’une semaine (même si elle a été jolie) nous atteints moins. Il est possible qu’il est fait des promesses qu’il ne pouvait pas tenir ou qu’il ait finit par bloquer sur lâge.

          L’important pour le moment, c’est de prendre soin de toi et d’avancer. C’est quoi tes projets cette année ?

          • Alexe | 4 novembre 2013

            Des projets ? .. Aucun pour l’instant. Passer dans une filière littéraire, si possible mais c’est tout, je n’ai aucune idée.

          • Anashka | 5 novembre 2013

            Est-ce qu’il y a d’autres choses qui te font vibrer ? Qui pourraient te changer les idées ?

  • Magdalune | 3 novembre 2013

    Bonsoir Anashka,

    Je n’arrive pas a accéder au forum, pourquoi ?

    Merci

    • Anashka | 4 novembre 2013

      Qu’est-ce qui se passe quand tu tentes de te connecter ?

      • Magdalune | 4 novembre 2013

        C’était un problème qui avait persisté hier, en affichant a chaque fois un message d’erreur en anglais, mais aujourd’hui c’est réglé ^^ Merci ;)

        Je reviendrai pour commenter cet article qui me parle beaucoup ! Bien fait comme toujours :) Et j’ai pas mal a dire pour répondre a tes questions ^^

        A plus tard :)

        • Anashka | 5 novembre 2013

          Je ne bouge pas :)

  • baghera | 3 novembre 2013

    Pourrais tu faire un sujet sur les râleurs? Comment gérer la chose merci!

    • Anashka | 4 novembre 2013

      haha ! Les raleurs ! Il râle sur quoi ton compagnon ? :)

  • Alexe | 6 novembre 2013

    Eh bien hier soir je suis allée à un concert mais il a fallu que je me retrouve à coté d’un couple.. Mais j’aime beaucoup ce qui est concerts/conventions.
    Là avec le temps, j’y pense toujours un peu mais je suis moins sensible puis les cours m’occupent donc ça va ^^

    • Anashka | 9 novembre 2013

      Je continue à penser qu’un nouveau projet qui prend un peu la tête est le meilleur moyen d’oublier un garçon. Mais, c’est vrai que les sorties, les copines, les potes, c’est un bon moyen aussi.

  • Stella | 6 novembre 2013

    Bon ça n’a pas de rapport avec l’article mais je ne sais pas trop quoi faire.
    Je suis en prépa et une semaine avant les vacances de la Toussaint, j’ai mangé avec un ami à moi qui est dans une autre section de prépa et d’autres personnes que je ne connaissais pas, dont un garçon, qui sur le moment ne m’a pas tapé dans l’œil. Il était sympa, on a discuté, il y a eu beaucoup de taquineries, etc, et je suis restée avec mon ami, ce garçon et un autre garçon pendant une heure jusqu’à la reprise des cours.

    Sur le moment, je le trouvait mignon mais sans plus, je sais pas il ne m’intéressait pas vraiment. Ce qui fait que je n’ai pas trop géré : un autre jour, à la cantine, il était à une table un peu plus loin, et je me suis rendue compte qu’il me regardait beaucoup (bon ça veut peut-être rien dire), mais vu que je m’en fichait un peu, je n’ai pas relevé et je n’ai pas jugé bon d’aller lui dire bonjour. Et je l’ai zappé les jours suivants aussi.

    Mais en le recroisant et en y repensant, je ne sais pas, je me rend compte qu’il me plait. J’y pense tout le temps. Je pense avoir mes chances mais je n’ai aucune idée de la façon d’aller le voir. Je n’ai jamais abordé de garçons et j’ai peur de mal le faire (bon la ce sera le ré-aborder). J’en ai parlé à mes amis qui m’ont dit le l’ajouter sur facebook mais je trouve ça un peu lâche et je préférerais éviter le virtuel. Je pensais aussi en parler à mon ami avec qui j’avais mangé quand je l’ai rencontré, mais il va casser toutes mes chances avec lui car il est très jaloux quand un autre garçon s’approche de moi.

    Bref je suis prête à ma lancer (pour la première fois), mais je ne sais vraiment vraiment pas comment faire, ce que je dois lui dire,… Surtout que ça fait bizarre de l’avoir zappé puis d’arriver d’un coup comme une fleur.

    • Anashka | 9 novembre 2013

      Pas de soucis si ça n’a pas de rapport, on post où on peut. :)

      La prochain fois que vous vous croisez, regarde-le, souris-lui, et fais un coucou de la main. C’est THE signal pour dire qu’il peut t’aborder. S’il ne le fait pas, on trouvera une « excuse ». :)

      • Stella | 9 novembre 2013

        Merci beaucoup pour ta réponse ! La prochaine fois je me lance alors :)

  • sidonie | 7 novembre 2013

    Je confirme: impossible de faire le deuil d’un amour impossible. En ce qui me concerne, mariés chacun de notre côté avec enfants. Je lui en veux de m’avoir séduite car il ne m’intéressait pas au début, mais il n’a pas lésiné sur les moyens, et au moment ou j’ai enfin répondu a ses attentes : tout a éclaté au grand jour ! Foudroyée en plein vol ! La réaction depuis est le total repli sur nous mêmes, (enfin surtout lui, moi , j’ai essayé de sauver ce qui me restait de dignité en minimisant les choses). Reste la douleur de s’ être avoués ce qui nous liait et de ne rien faire. C’est comme mourir de faim dans une boulangerie et le plus dur est que je suis consciente à présent que quelque chose en moi refuse de faire ce deuil. Quelque chose résiste, comme un instinct de survie qui me dit que cette voie déraisonnable et irréaliste est pourtant celle qui m’ a fait me sentir le plus vivante depuis longtemps.

    • Anashka | 9 novembre 2013

      C’est une histoire dure, que tu racontes. Pourquoi s’est-il replié ? En as-tu une idée ? Est-il possible que ce soit parce que la séduction était de l’ordre du jeu et que le passage à la réalité n’était pas envisageable ?

      Depuis combien de temps traverses-tu ce deuil ? Les déceptions prennent parfois beaucoup de temps à s’oublier, parce qu’elles ont gout d’inaboutis, d’impuissance. Ca ne veut pas dire que le deuil est impossible, encore faut-il avoir envie de le faire…

      • sidonie | 10 novembre 2013

        Le simple fait que tu me dises que ce que j’ai vécu est un truc dur me fait déjà du bien car je ne peut pas en parler à cœur ouvert et que quelqu’un de neutre reconnaisse cela ça aide. Mais oui, c’est un choc qui perdure, car au moment même de nous avouer nos sentiments, il a fallu les nier devant tout le monde. Je peux pas rentrer dans les détails, mais on s’y est vraiment pris comme des manches, et maintenant, plus personne n’est sur de rien, tout le monde a menti (mon mari, sa femme, lui et moi) tout le monde croit avoir été manipulé ou trompé. Moi même, je passe de la certitude qu’il avait qque chose pour moi (affection, attirance, amour ?) au doute le plus total… Je crois que c’est cela le plus dur : ne pas savoir, ne pas avoir pu se dire les choses simplement même si c’était impossible à vivre en réalité. Je voudrais pouvoir refaire marche arrière et ne pas tout gâcher, car c’était aussi un bon ami de mon mari.

        Mais peut être as tu raison et peut être était ce seulement un jeu, c ce que je me dis parfois pour prendre du recul… Mais je ne l’ai pas ressenti comme ça, je sait que 90 % de la communication émotionnelle est non verbale. Et je répète qu’il y a eu des signaux très clairs de son intérêt pour moi. Je ne sais pas, je fait confiance à mon intuition. De plus, son repli me semble confirmer sa sincérité, car la dernière fois qu’un homme m’a fui, il m’a ensuite demandé de l’épouser. Seulement voilà, maintenant cela fait bientôt 6 mois que je ne lai pas vu ni entendu et il faut bien que je me fasse une raison…Mais comme je te le dis, j’ai bien du mal. C’est comme être en suspens dans sa vie. Et les dégâts sur la vie de couple sont bien présents. Une désillusion qui vous laisse vide et totalement incertain de tout.

        Je pense en tout cas que faire le deuil est impossible quand il y a trop d’incertitude. J’ai l’impression que le seul moyen pour moi serait de l’appeler et de lui demander. Mais je suis complètement traumatisée par la dernière fois où il a nié de façon catégorique, même si je pense qu’il n’avait pas d’autre choix car son épouse était à côté.
        Mais, pourquoi ne m’as t’il pas appelé ensuite ? Pourquoi n’as t’il pas cherché a s’expliquer ? Pourquoi une telle dramatisation de nos rapports s’il n’avait vraiment rien fait ni rien a se reprocher ? Parce qu’il a estimé que c’était vraiment impossible ? Alors pourquoi m’as t’il cherché ainsi pendant presque 1 an et demi ?
        Dans mes moments les plus sombres je me dis que je me prends la tête pour un naze qui bougera jamais ses fesses et qui se donnait juste un coup de chaud pour s’amuser. Que tout ça , c’est du temps perdu pour un mec bidon, des perles aux cochons.
        Tout ça me tourne dans la tête et je ne m’en sors pas !
        Merci de m’avoir lu et de donner un lieu pour vider son sac.

        • Anashka | 11 novembre 2013

          L’histoire que tu as vécu est une histoire à question. Elle te laissera sur des doutes, des contradictions, des interrogations. Chercher des réponses, c’est se confronter à plus de doutes, c’est former de nouvelles hypothèses. Il n’y a pas beaucoup d’autres solutions que « lâcher prise ». Oui, simple à dire. Mais, ta vie n’a pas commencé avec cet homme et ne finira pas par cette douleur.

          Il est possible qu’il est nourrit une attirance forte, voir des sentiments. Puis qu’il ait été lâche au point de se convaincre qu’il ne s’agissait que de désir et non pas d’amour. Ce peut^être ça, ce peut être autre chose.

          Aujourd’hui, tout ce qu’il y a c’est une femme qui souffre pour une histoire baclée, passée et qui probablement seule à souffrir. Finalement, tu peux agir sur ce levier là. Si le deuil n’est pas possible, ok. Il y a des expériences de vie qui laisse des cicatrices, qui parfois se réouvrent, mais elles ne prennent pas la place sur tout le reste.

          Aujourd’hui, quelles sont les choses importantes pour toi ? De quoi tu peux prendre soin ? Dans quels espaces tu peux retrouver un peu d’estime ?

          • sidonie | 12 novembre 2013

            Tu as tout à fait raison de parler d’estime, car je sais qu’une des raisons qui m’empêche de passer à autre chose est la très forte blessure narcissique que m’as infliger ce râteau public. Je pense parfois, comme n’importe quel victime dans les tribunaux, que le seul fait qu’il reconnaisse qu’il m’a dragué, même si c’était un jeu pour lui, et qu’il s’excuse de m’avoir rejeté ensuite, suffirait pour que je passe à autre chose. De plus, j’ai lu dans le dernier ELLE qu’une rupture intervenant même seulement dans les 15 premiers jours d’une relation , soit dans la phase d’amour-passion, pouvait être très dure à digérer. Je peut rajouter que c’est aussi le cas dans une relation platonique puisqu’il ne s’est jamais rien passé entre lui et moi.
            Mais écrire ces quelques lignes ici et lire les réponses et les pistes que tu donnes est très bénéfique et je me sens déjà mieux.
            Merci.

          • Anashka | 12 novembre 2013

            Ce qui me gène avec « ELLE », c’est le chiffre. Des ruptures après des relations très courtes peuvent être difficiles (ou pas), idem pour les relations longues et/ou platonique. On n’a PAS besoin de prouver qu’on est malheureuse (par des faits) pour ressentir un mal-être face à une situation. C’est peut-être le premier de nos droits, de ressentir ce que l’on veut.

            J’entends l’humiliation par la non-reconnaissance, j’entends l’impossible de ce deuil, parce que rien n’est admis. Mais, y rester bloqué n’entrainera pas de changement. TOI, tu sais. C’est le plus important. Il veut être dans le déni, c’est SON problème avec lui. Toi, tu SAIS.

            Maintenant, c’est comment tu veux te reconstruire ? Quelle femme tu veux être à partir de maintenant et demain ?

    • Fifi | 24 septembre 2015

      Amour impossible.
      Âgée de 41 ans, je suis mariée depuis 20 ans et maman de deux enfants, jusque là je n’avais jamais trompé mon mari.
      Il y a 4 ans, ma fille a rencontré un garçon 11 ans plus âgé qu’elle. De part les problèmes d’alcoolisme de ce garçon, ils ont vécu une relation très tumultueuse, qui s’est réellement terminée il y a un peu plus d’un an et demi. Ma fille actuellement âgée de 19 ans a refait sa vie de son coté, mais elle garde énormément de colère et de rancœur envers lui.
      Durant leur relation je me suis beaucoup rapproché et attaché à son compagnon qui part ses problèmes, avait besoin de soutien. Au fil du temps, nous nous sommes énormément rapprochés, confiés. On avait besoin l’un de l’autre, je ne sais pas encore quels étaient mes sentiments réels pour lui à ce moment là. Puis 6/8 mois après sa rupture avec ma fille, il a rencontré une autre personne, au départ j’ai considéré ça comme un abandon, j’ai été anéanti pendant quelques mois. Il y a eu beaucoup de disputes, j’ai, en quelque sorte perdu pied de le voir partir. Et malgré ma colère et ma méchanceté, il ne m’a jamais lâché.
      Au mois d’août, il s’est séparé de sa compagne, du coup nous nous sommes à nouveau énormément rapproché. Jusqu’à ce qu’on couche ensemble. Je sais que mon histoire est affreuse par rapport à mon mari, ma fille, mais quand on est ensemble je n’arrive pas à le considéré comme mon ancien gendre, tout comme il n’arrive pas à me considéré comme son ancienne belle mère. On a énormément de sentiment l’un pour l’autre. Mais voilà, il a 30 ans, il a envie de construire sa vie, d’avoir une famille, ce qui est entièrement normal… Il a d’ailleurs rencontré une fille, de nouveau bien plus jeune que lui, auprès de qui il met de l’espoir, mais je me doute que cette histoire sera également compliqué car je sais qu’il se met avec pas forcément par amour, mais pour essayer d’avancer…
      Du coup depuis quelques temps, les rapports deviennent assez compliqués entre nous, il veut pas me perdre ou du moins mon amitié ça c’est certain. Un jour il me dit qu’il m’aime et veut me revoir, le lendemain il me dit qu’il doit être respectueux envers sa nouvelle compagne et prend des distances.
      Et aujourd’hui, je suis perdue, complètement obsédée par lui, avec qui je sais tout avenir est impossible de part mes enfants, ma famille et de part ses souhaits de vie de fonder une famille.
      Je n’arrive pas à avancer, à savoir quoi faire, j’aimerai tellement avoir une touche « reset » pour mon cerveau et mon coeur….
      Je sais que mon histoire tient presque de la folie et je ne sais pas si elle peut être comprise. Je ne l’ai pas écrite pour être jugée mais pour être aidée, car je n’ai personne à qui en parler et j’ai vraiment besoin d’aide….

  • boris | 9 novembre 2013

    OMG Anashka ! C’est toi sur la photo ?

    Toutes ces années à commenter tes articles sans voir ton visage… le choc !
    (Oui, bon ok « toutes ces années » c’est un peu exagéré !! ^^)

    Moi qui te voyais brune et comme sur la peinture de ton profil…

    Je crois que je vais être traumatisé pendant aux moins deux semaines !!!

    • Anashka | 10 novembre 2013

      J’ai eu un problème de gravatar, total ça a envoyé cette photo, ancienne, de moi, un peu partout.
      Mais oui, c’est ma bouille. (même si aujourd’hui, j’ai les cheveux long et rouge).

      Pourquoi traumatisé ?

      *vexée*

      • boris | 10 novembre 2013

        Rooo… mais ne te vexe pas, c’était juste un petit shit-test pour voir si tu es trop sûre de toi ! ^^

        Mais c’est vrai que ça fait bizarre de voir d’un coup le visage de quelqu’un à qui l’on parle, aussi beau soit-il, lorsqu’on ne l’a jamais vu auparavant.

        • Anashka | 11 novembre 2013

          Clairement. Mais, le gravatar a disparut, là, non ?

          • boris | 11 novembre 2013

            Sur tes nouveaux messages la photo n’apparaît plus mais sur les premiers commentaires ici elle est restée.

            A part ça, j’ai une petite question par rapport à une soirée d’hier… Si une fille m’embrasse, qu’ensuite dans la soirée je la vois s’enfermer 10 minutes dans les chiottes avec un mec, que plus tard elle reviens vers moi pour réessayer de m’embrasser et que je la dégage, est-ce que c’est du slut-shaming ??

            (et je veux la photo avec les cheveux rouges ^^)

          • Anashka | 12 novembre 2013

            Je n’en ai pas avec les cheveux rouges.

            Non, ce n’est pas nécessairement du slut-shaming. C’est du slut-shaming si tu considères que c’est une « salope » et qu’elle ne te mérite pas. Ca n’est pas, si tu considère simplement que cette action n’est pas en adéquation avec les attentes que tu as.

          • boris | 12 novembre 2013

            « Je n’en ai pas avec les cheveux rouges. »
            Mouais mouais, tu as peur de me traumatiser à nouveau c’est ça ! ^^

            Non ça va, je n’insulte personne, je suis juste déçu de ne pas trouver ce que je veux, donc ce n’est pas du slut-shaming ! :D

          • Anashka | 12 novembre 2013

            Vraiment, je n’ai pas de photo de moi. :)

          • boris | 13 novembre 2013

            Pfff…
            Promis, la prochaine fois que je passe par Lyon je viens te prendre en photo !! :P

          • Anashka | 14 novembre 2013

            Avec ma tête de porte bonheur, on rira. Beaucoup.

  • Marie | 10 novembre 2013

    Je suis en train d’oublier un amour impossible à ce propre moment: J’ai rencontré un mec qui m’attire vraiement, mais tout de suite, j’ai appris qu’il était marié; donc pas plus d’effort pour l’attirer. Mais tout devient de plus en plus compliqué car il s’intéresse à moi: je peux bien remarquer les symptoms d’une passion forte à lui, ce qu’il veut cacher mais il ne peut pas. Il est sérieux et conservateur, pas de tout de type séducteur.
    Maintenant je sais bien que je l’ai trouvé tardivement, et qu’une telle relation ne va rien m’apporter que souffrir.

    • Anashka | 11 novembre 2013

      Et tu veux l’oublier ? Succomber ?

      • Marie | 11 novembre 2013

        Oui. Je suis fragile en amour, et l’idée que cet homme a une femme et ne peut pas etre à moi me dérange: d’une part la jalousie; d’autre part le sentiment de suspension. Mais j’éprouve aussi de la sympathie pour sa femme: une jeune fille comme moi.

        • Anashka | 12 novembre 2013

          Si tu veux l’oublier, est-ce qu’il est possible de ne plus se voir dans le cadre du travail ? De s’éviter ?

  • MaRy | 10 novembre 2013

    Encore un article proposant un véritable regard sur les relations à l’autre. J’aime vraiment te lire, merci encore pour ces invitations à la réflexion.

    Une chose difficile pour moi, quand je réalise qu’il est mieux d’arrêter la relation, c’est cette impression d’abandonner. Je n’ai jamais vraiment été doué pour faire des choix. Et au moment d’en assumer les conséquences, j’ai souvent des regrets.

    Ce qu’il y a de géniale avec l’amour (impossible ou non), c’est qu’il nous force à nous interroger sur nous, sur ce qui nous convient ou non, en résulte une vraie richesse. Qu’on est fait le choix d’aller vers une relation dite « impossible » ou non.

    • Anashka | 11 novembre 2013

      On peut en toute logique se dire qu’il vaut mieux arrêter, trouver le courage pour les mots. Et, trois secondes après quand tout l’inconfort arrive (et la douleur et que l’on sait qu’on va en chier pendant un moment dans ce deuil) changer d’avis. C’est très dur, d’assumer une rupture. Il faut être un peu à bout. Il faut que la situation soit plus déplaisante que le deuil. Et, dans l’amour impossible, il y a de l’amour, ce qui complique encore les choses.

  • pixelline | 10 novembre 2013

    Mais comment savoir si c’est de l’amour et non pas une sorte de fixette ? ou une passion amoureuse ? du désir ?

    • Anashka | 11 novembre 2013

      On ne peut pas. Disons que ça se mélange, les limites ne sont pas claires. Dans la fixette, je soulignerai le sens unique (même si ça peut être de l’amour, mais appeler ça fixette, permet de se sortir la tête du guidon, de souligner qu’on est toute seule dans cette histoire-là). Dans la passion/désir, c’est déjà une forme d’amour. Mais, ce sont mes définitions. Si tu définis autrement, c’est toi qui posera les limites de « ça c’est de l’amour » et « pas ça ».

  • sidonie | 12 novembre 2013

    Quelle femme je veux être ? Bon sang , c’est bien là qu’il est le problème, je suis en pleine crise de la quarantaine, « crise de transition de vie  » je crois qu’on dit, et j’ai accompli à peu près tout ce que j’avais l’ambition de faire et maintenant je suis comme une sale gosse gâtée qui s’ennuie et n’a pas d’idées pour s’amuser. C’est là qu’intervient Mr Ducon. Une parfaite occupation pour desperate housewife.
    Non j’exagère, j’avais vraiment un béguin sérieux pour lui; et c’est justement ce renouveau amoureux au bout de tant d’années de tranquillité conjugale , car j’insiste, j’étais très heureuse avec mon mari (un roi parmi les hommes ) enfin aussi heureuse qu’on peut l’être au bout de presque 20 ans de relation. Enfin bref, j’étais bien et je ne cherchais rien ni personne. Voilà pourquoi j’ai encore plus l’impression de m’ être faite avoir, manipulée. J’ai l’impression d’avoir été une souris qu’on a fait sortir de son trou avec de beaux morceaux de gruyère et qu ‘enfin au moment de sortir, après beaucoup d’hésitation, de méfiance et de rêves torrides sur ce gruyère, je me suis prise un grand coup de clapette en fer sur la gueule ! (mon dieu, en fait je me dis que j’aimerais qu’il tombe sur ce post !). Maintenant, j’en ai tellement eu envie que j’arrive pas à y renoncer !
    Et pourtant je crois que c’est encore plus au rêve que je suis accro qu’a lui, car quand je le croise de temps en temps, c’est toujours un peu décevant. L’amour est vraiment une drogue dure et c’est ce que je veux dire quand je ne souhaite pas y renoncer: ça fait du bien !!!
    J’ai une question pourtant : est ce qu’on peut être dans le déni pour toujours? Est ce que tu penses, en admettant qu’il ressentait vraiment qque chose pour moi et qu’il en ait eu conscience (car les signes envoyés étaient volontaires et parfois des sous entendus très lourds) que son mariage est bof bof comme il le laissait entendre parfois (toujours sur le mode on rigole), est ce qu’il peut refouler ça totalement ou bien est ce que les vrais sentiments resurgissent toujours d’une manière ou d’une autre ?

    • Anashka | 12 novembre 2013

      Je n’ai pas de réponse à ta dernière question. D’un point de vu psychologique on sépare le refoulement (qui peut revenir sous forme de rêve, mais ça ne veut pas dire qu’il exprimera ça avec toi) et le déni (il s’est coupé). Le déni a répétition peut créer des pathos (je caricature grossièrement) mais revenir sous sa forme initiale… Je ne sais pas.

      Et, là, ne le connaissant pas, je ne pourrais te dire si c’est du refoulement ou du déni. Face à toi, il dit que rien n’a eu lieu. S’il y croit, c’est du déni, sinon, c’est du refoulement. Mais savoir tout ça, n’a pas vraiment d’intérêt.

      Si j’entends ce que tu me dis, il a pris une place de fantasme/OI (tu as lu les articles sur le sujet?) et c’est ce qui te fait vibrer. Et, c’est peut-être le « caprice » (je n’aime pas ce mot) que tu attendais. La souffrance qui accompagne la déception, elle est peut-être dure à zapper, à mettre en deuil, parce qu’elle t’offre le bénéfice secondaire de te sentir vivante. Est-ce que tu penses qu’il peut y avoir de ça ?

      Si oui, à toi de choisir si ce bénéfice te va ou non. Si vraiment non, y’a le deuil et le sentiment de platitude qui l’accompagne à traverser…

      • Sidonie | 14 novembre 2013

        Je tiens d’abord à te dire merci pour ton écoute et tes réponses car , c’est un fait : ça va mieux. Comme si la douleur était partie et qu’il me reste juste les questions sur cette histoire pleine de contradictions et la curiosité de voir si tout cela mourra tout seul ou ressurgira. J’ai bien compris et admis que quoi qu’il ait ressenti, en tout cas, il n’as pas souhaité poursuivre. Je lui cherchais des excuses jusqu’à présent car mon mari lui avait dit que mon coup de cœur n’était pas réel, qu’il aurait pu se porter sur n’importe qui d’autre, que j’avais éclaté de rire à la simple pensée de me retrouver au lit avec lui …Tout cela était faux, mais l’avait il compris ?Mais j’ai une question encore : Comment peux se sentir un homme qui, contraint par la situation, se trouve obligé d’abord de trahir et de dénoncer la femme qu’il aime et qui vient de lui avouer ses sentiments et puis de lui flanquer un râteau devant tout le monde ?
        Est ce que c’est cela qui l’a fait se replier totalement et qui fait qu’il m’évite, voir me fuis ? Bref, peu importe à présent, il n’a pas eu en tout cas le courage suffisant pour faire vivre cette histoire et moi, je pense avoir fait tout ce que je pouvais faire étant donnée la situation.
        Je pense aussi que je voulais considérer ce deuil comme impossible dans une sorte de ferveur fidèle aux quelques moments émouvants et magiques qu’il y a eu entre nous, quand j’ai compris que je lui plaisais pour de bon et que c’était réciproque. Je comprenais qu’il mette du temps a admettre que c’était sérieux et je voulais maintenir la flamme en moi pour m’aider à l’attendre, à attendre qu’il se décide à faire un pas. Cette attente était d’abord confiante et m’a procuré de doux rêves, puis elle m’a usé et enfin elle est devenue angoissante car j’ai eu peur de l’oublier. Mais on ne peut maintenir une relation, fût elle platonique, de manière unilatérale.
        Je crois que ce qui m’a le plus fait m’accrocher c’est de ressentir comme insupportable le fait de passer à côté d’une histoire d’amour.

        • Anashka | 15 novembre 2013

          Je n’ai pas bien compris : comment s’est-il trouvé contraint ? Comment ton mari en est arrivé à lui dire ça ?

          Je pense aussi que je voulais considérer ce deuil comme impossible dans une sorte de ferveur fidèle aux quelques moments émouvants et magiques qu’il y a eu entre nous, quand j’ai compris que je lui plaisais pour de bon et que c’était réciproque

          On le fait TOUS et TOUTES ! Quand on vit quelque chose de fort, on aimerait, comme dans les films être inconsolable (comme une preuve de l’amour éprouvé supplémentaire). Et, après on réalise, que c’est quand même mieux d’être consolable, même si ça prend du temps. :)

          Je crois que ce qui m’a le plus fait m’accrocher c’est de ressentir comme insupportable le fait de passer à côté d’une histoire d’amour.

          C’est peut-être ce que t’a appris cette histoire, ton envie d’une nouvelle histoire d’amour. Est-ce que ça a pu faire lieu de dialogue avec ton mari ?
          (Est-ce que tu as déjà fait des lectures sur le poly-amour ? )

          (Tant mieux, si ça s’apaise chez toi. Je ne bouge pas. Surtout que pour moi, on est maintenant dans la partie la plus intéressante : qu’est-ce que tu vas faire de cette histoire pour TOI, pour TA vie ? )

          • Sidonie | 15 novembre 2013

            Il a été contraint car je lui ai avoué mes sentiments par sms le dimanche a 12 h (un bon acte manqué n’est ce pas ?) et que, je suppose que sa femme l’a vu car elle était là. Je pense qu’il a paniqué à cause d’elle et a appelé mon mari en faisant mine de rien comprendre. J’avais effacé le sms entre temps dans un état second. Il a quand même répondu par un autre sms 5 mn après en me disant que je lui manquais aussi … Je sais pas si tu imagines mon état … Mon mari m’a cuisiné tte la journée et comme je suis incapable de mentir et encore moins à lui, j’ai fini par craché le morceau. Mon mari devant partir le soir a paris pour le boulot, j’ai continué mes conneries en tél dés son départ à l’autre pour lui parler : sa femme a répondu sur son tél; son manège avait apparemment marché car elle était charmante avec moi, m’expliquant qu’il était aller acheter le pain… Il m’a ensuite rappelé : je me suis excusée pour ce sms, me suis étonnée de sa réaction d’incompréhension vu son manège depuis 18 mois, et là bien sûr (sa femme était présente ) il a tt nié mollement. J’ai raccroché, complètement sonnée et prête à aller me faire interner, me prenant pour une parfaite mytho, voire érotomane.
            Il a ensuite appelé mon mari pour lui certifier qu’il n’avait rien fait. J’ai attendu le lendemain un appel, une explication, il n’y en aura plus jamais eu depuis cette fois là. Notre seule explication aura donc eu lieu en présence de sa femme ! Tu comprends peut être ma frustration.
            Mon époux, le lendemain, rentré de Paris s’est pointé a son bureau et lui a fait le discours que je t’ai expliqué plus haut. L’autre a persisté dans son mensonge. Alors, folle de colère, j’ai tél à sa femme (car c’était une amie aussi …) pour expliquer que mon geste avait été largement provoqué et que je me sentais très humiliée et manipulée.
            Deux jours plus tard, essayant de me persuader de mon erreur et me sentant très coupable devant tout le monde, j’ai fait un courrier expliquant que je prenais tout a ma charge et que j’avais rêvé éveillée. Je me suis excusée platement.
            Depuis c’est le black out. Lui et sa femme m’évitent. Mais une chose est sure, il a menti. Il n’a pas RIEN fait. Il m’a cherché activement, explicitement, et je ne pense pas que ce n’était qu’une pulsion sexuelle. Sa gène, son embarras, seul avec moi, ses regards, ses gestes… Il m’a parlé d’amour une fois. Bon, à sa décharge, je me suis emballée trop vite.
            Mais jouer ce jeu de séduction devant sa femme et mon mari en faisant comme si on ne faisait que plaisanter, c’était trop pour moi. Je n’ai pas eu les nerfs. Voilà, tu sais tout. Pfff, rien que de le raconter, j’en suis éprouvée.

          • Anashka | 15 novembre 2013

            Quelle histoire ! C’est normal que tu sois en état de choc, tout s’est mélangé : amour, relation maritale, amicale. et pour rétablir la situation, pour faire au mieux pour tout le monde, tu t’es auto-accusée. Et, ce gars-là n’a pas été là. Je ne peux qu’imaginer ce que tu as du ressentir.

            J’espère au moins que tu es fière d’avoir « sauvé les meubles » pour tout le monde. Parce que tu peux ! Tu n’as pas le droit de t’amputer de ton geste. Tu as préservé ce type. On parlait d’amour, en voilà, bien plus que les mots. Vraiment, tu peux sortir de tout ça la tête haute, même si tu es seule à pouvoir comprendre la signification de ce que tu as fait.

            Tu ne m’as pas répondu sur les autres questions, oublie ?

  • Chipie | 15 novembre 2013

    Après beaucoup d’hésitations (et après avoir embêté Anashka en lui demandant de supprimer mon post la 1ère fois… encore désolée…), je me lance quand même…
    Il y a 8 ans, sur mon lieu de vacances, j’ai rencontré un jeune homme (Olivier, 4 ans plus jeune que moi). Il a été mon 1er bisou mais, quand il a su cela, il n’a pas voulu aller plus loin car il ne voulait pas que ma 1ère fois soit une aventure sans lendemain (je repartais 2 semaines après). Nous sommes restés en contact. Son souvenir m’a toujours permis de rester forte dans les moments difficiles (nous sommes pourtant à 800km l’un de l’autre). Il a toujours énormément compté pour moi. Je l’ai revu l’année suivante mais, même si je sentais une attirance réciproque, je n’ai rien voulu tenter car il était en couple et que je ne voulais pas qu’il fasse de bêtise (il m’a avoué cette année qu’il aurait été prêt à faire une bêtise avec moi…). Ensuite, j’ai rencontré l’homme qui est maintenant mon mari et le papa de mon enfant. J’ai quasiment arrêté les contacts avec Olivier, ne voulant pas compromettre mon couple… mais, je ne saurais dire pourquoi, j’ai eu envie de le recontacter cet été. Je lui ai envoyé un message. Il m’a dit que ça lui ferait plaisir de me revoir. Quand je l’ai revu, je l’ai reconnu tout de suite : en fait, mes yeux l’ont reconnu mais aussi tout mon être… je me suis rendu compte que j’avais enfoui mon désir et mes sentiments pour lui pendant 7 ans et que tout resurgissait rien qu’en le voyant. On a passé la soirée ensemble. Il ne s’est rien passé mais je sentais une grande tension entre nous. Au moment où il allait partir, je lui ai dit que je n’avais qu’un regret, c’est qu’il ne se soit rien passé de plus entre nous. Il m’a répondu « c’est à la fin que tu le dis », il m’a prise dans ses bras mais nous n’avons rien fait d’autre qu’un « câlin » soft… il ne voulait pas m’amener à faire une bêtise sachant que je suis mariée et maman (pour info, il est également en couple depuis presque 3 ans). Quelques minutes après son départ, il m’a envoyé un sms pour me dire qu’il avait également ce regret… je n’ai été que frustration et désir tout le restant de la soirée et j’ai très mal dormi (et, en même temps, j’avais mauvaise conscience de ressentir cela). Les jours qui ont suivi, nous nous sommes envoyé beaucoup de messages. Petit à petit, je me suis rendu compte que j’avais besoin de l’embrasser. Je l’ai donc titillé pour savoir si lui aussi me désirait… ses messages (implicites) me laissaient penser que oui. Je lui ai donc dit que j’aimerais le revoir avant de partir. Nous nous sommes revus la veille de mon départ. Après avoir bu un verre, il m’a laissée l’emmener dans un coin discret (je ne voulais pas prendre le risque d’être vue). Je me suis blottie dans ses bras et, ensuite, je lui ai avoué que je n’avais qu’une envie, c’était de l’embrasser… et nous nous sommes embrassés. C’était délicieux et j’aurais voulu que le temps s’arrête. Depuis, nous nous envoyons des messages… comme des amis (des fois, ça va un peu plus loin…)… sauf que moi, j’attends toujours ses messages avec impatience… et je ressens un grand vide quand je n’en reçois pas. Il m’obsède et je pense tout le temps à lui. (Là, par exemple, 2 jours sans nouvelles de lui… je n’étais pas bien, j’étais triste… et hier soir, on a discuté sur FB de choses banales et je me sens beaucoup mieux…).
    Pendant les vacances de la Toussaint, je l’ai revu une fois. Nous avons passé une matinée ensemble et il m’a emmenée au restaurant. Il ne sait rien passé de particulier… enfin… si… j’adore faire des massages et je lui ai massé le dos… mais il n’y a rien eu de plus. Nous nous sommes retenus et nous avons évité toute allusion. Nous n’osons pas aborder notre attirance commune quand nous nous trouvons ensemble. Nous le faisons par messages. Je sais par ce qu’il m’écrit qu’il a besoin, autant que moi, d’utiliser toute sa volonté pour ne pas passer à l’acte.
    Je souffre vraiment de cette situation car je ne sais pas pourquoi je ressens ça et que je m’en veux terriblement vis-à-vis de mon mari. J’aime vraiment mon mari (mais vraiment !! Je n’essaie pas de me convaincre en disant cela, je ressens vraiment de l’amour pour lui !)… je sais que ce que j’ai fait n’est pas bien mais, en même temps, je n’arrive pas à le regretter. Je sais que je ne peux pas me résoudre à ne plus voir Olivier mais je ne veux pas non plus perdre mon mari. J’ai l’impression en fait d’aimer 2 hommes en même temps…

    • Anashka | 16 novembre 2013

      Savoir si tu dois ou non avoir une liaison, c’est une décision que tu es la seule à pouvoir prendre. Les pour et contre, tu les connais déjà.
      C’est assez dur de t’aider, parce que tu as un choix : arrêter avec Olivier ou vivre cette aventure.

      • Chipie | 16 novembre 2013

        Ok. Je me débrouille alors.
        Merci

        • Anashka | 17 novembre 2013

          Disons que les décisions, je n’ai pas à les prendre à la place des gens. Ce serait me prendre pour un gourou. Je reste présente, mais je ne peux pas choisir pour toi.

          • Chipie | 17 novembre 2013

            En fait, je ne cherche pas à ce que l’on prenne les décisions pour moi. J’ai toujours fait mes choix moi-même, ce n’est pas à un peu plus de 30 ans que je vais changer !^^ J’ai plus besoin « d’aide » concernant ce que je ressens. Pour moi, l’amour a toujours été exclusif. A chaque fois que j’ai eu une relation avec un homme, j’occultais (sans en avoir forcément conscience) les autres hommes autour de moi. Depuis que je suis avec mon mari, ça a toujours été comme ça aussi. Je n’ai jamais eu de pensées, de sentiments,etc. envers un autre homme… jusqu’à ce que je revois Olivier.
            Ce qui me perturbe, c’est que, sérieusement, je me rends compte que j’aime sincèrement deux hommes en même temps. Je suis heureuse avec mon mari et, en même temps, malheureuse d’être loin d’Olivier (et je sais très bien que je ne peux pas ne plus le revoir)… je trouve ça fou… après, le fait d’avoir une liaison ou non avec Olivier est secondaire pour moi… mes actes, je sais les maîtriser contrairement à mes sentiments.
            Je ne sais pas si tu as lu « La Princesse de Clèves ». En fait, je me retrouve un peu dans ce personnage (à la différence près que contrairement à elle j’aime mon mari)… en revanche, j’espère ne pas finir comme ce personnage !!!^^
            Pour le polyamour dont je parlais plus bas, je disais que ça ne me correspondait pas car je ne me vois pas vivre avec 2 hommes (ou plus) à la fois…

          • Anashka | 18 novembre 2013

            Le polyamour, ce n’est as exactement deux relations monogames vécues en même temps.

            La notion même de relation amoureuse est repensée autrement.Tu peux vivre avec l’un, pas avec l’autre. Tu peux vivre seule. Tu peux voir qu’une personne, deux, plus ou personnes. Simplement, le poly-amour est basé sur le postulat que notre coeur peut aimer plusieurs personnes à la fois, parce que ce que l’on ressent pour l’un n’a rien à voir avec ce que l’on ressent pour l’autre. Il interroge la notion d’exclusivité sentimentale, puisque le coeur ne fonctionne pas systématiquement comme ça. Il vise aussi à une transparence entre les différents partenaires.

            En cela, je trouvais le sujet intéressant pour toi, que tu le mettes en acte ou non. Cette théorie selon laquelle le coeur n’est pas monogame (la monogamie es une construction sociale intégrée, elle facilite la société telle que nous la vivons). Je trouve cette perception déculpabilisante.

            Oui, aimer deux personnes est possible.

            Dans ton histoire, il me semble qu’il y a la particularité, que l’un s’approche de la renaissance d’un amour passion/ amour inachevé ; alors que l’autre est un amour tendresse / construction. Finalement, chacun t’apporte des choses extrèmement différentes.

          • Chipie | 18 novembre 2013

            Merci Anashka.
            Tes explications m’apportent beaucoup. Je ne vais pas dire que tout est réglé (ce serait miraculeux ! ;) ) mais cela me permet de (peut-être) moins culpabiliser. Ce que j’aimerais que tout soit simple !!!! ;)
            En ce qui concerne le polyamour, vu sous cet angle : pourquoi pas. Ce que je vis s’en rapproche. En revanche, tu dis que cela vise à une transparence entre les partenaires… je ne me vois pas du tout dire à mon mari ce que je t’ai exposé. Il le vivrait mal, je le sais.
            Et je pense que tu as bien cerné mon histoire (cf ton dernier paragraphe).
            Merci encore une fois de ton aide !

          • Anashka | 19 novembre 2013

            C’est le type de relation qui implique ça. Mais, tu peux ressentir des choses pour deux hommes sans désirer une relation polyamoureuse. (D’ailleurs, tu m’en as fait part, tu n’en as pas envie.) Alors, mieux vaut ne pas le blesser.

            Est-ce que tu reverras Olivier ?

          • Chipie | 19 novembre 2013

            Pour l’instant, je n’ai aucun doute là-dessus : oui, je le reverrai. Je sais que la voix (et la voie) de la raison serait de couper les ponts et ne plus le revoir mais je ne peux pas.

          • Chipie | 20 novembre 2013

            J’ai envoyé un (très) long message à Olivier pour lui expliquer ce que je ressentais vraiment (au moins, je suis honnête avec l’un des deux…). Je verrai bien ce que ça donne. S’il ne veut plus me voir, ça « règlera » le « problème ».
            Dans le cas contraire, je sais bien que ça ne changera pas les choses : il vit à 800 km de moi, il a sa copine, j’ai mon mari… donc bon… mais, au moins, c’est dit…

          • Anashka | 20 novembre 2013

            Oui, au moins c’est dit. Tu me fais part du retour ?

          • Chipie | 20 novembre 2013

            Ok. Je te dirai. Je ne pense pas qu’il ait encore lu… il bosse.

          • Anashka | 21 novembre 2013

            D’accord, je ne bouge pas.

          • Chipie | 20 novembre 2013

            Alors, j’ai eu sa réponse : là voici…
            « C’est un beau texte, je trouve que c’est bien écrit! J’ai l’impression d’écouter penser qqun qui était avec nous à chaque moment! »
            Tu as un avis sur la façon dont je dois interpréter cela… Bon, déjà, il ne m’envoie pas balader (ce qui me fait plaisir, mine de rien ;) )… mais sinon, je ne sais pas trop quoi penser…

          • Chipie | 8 décembre 2013

            Bonsoir Anashka.
            J’attendais d’avoir une réponse digne de ce nom mais je n’ai que des bribes de réponses.
            Je lui avais raconté toute notre « histoire » comme un roman, sans inventer quoi que ce soit. Voici les différents messages que j’ai eus :
            « C’est un beau texte, je trouve que c’est bien écrit! J’ai l’impression d’écouter penser qqun qui était avec nous à chaque moment! »
            « Narré comme ça je trouve ça joliment écrit. Ça m’a fait souvenir de plein de bonnes choses! »
            « Oui c’est vrai que ça fait bizarre de savoir tout ça! Et de se rendre compte que des fois on se trompe sur certaines déductions! »
            Puis je lui ai demandé quelles déductions mais aucune réponse de sa part pendant plusieurs jours (alors qu’avant on discutait tous les jours) donc je lui ai envoyé un message pour lui dire que je pensais qu’il ne souhaitait plus me parler, que notre « amitié » touchait à sa fin, que j’étais contente de l’avoir connu et que je lui disais au revoir… il m’a répondu qu’il était débordé au boulot, qu’il s’en voulait de ne pas m’avoir répondu, qu’il ne voulait pas que notre amitié touche à sa fin et que, même si une grande distance nous séparait, il espérait qu’il n’y aurait jamais d’adieux entre nous. Pour ses déductions, il m’a dit qu’il me dirait ça quand il aurait relu mon texte, qu’il voulait décortiquer et approfondir tout ça.
            Depuis, on a un tout petit peu discuté (beaucoup moins qu’avant… il se fait de plus en plus rare sur FB et je ne veux pas l’embêter par sms… je ne veux pas le « harceler »… je le respecte…)… mais rien sur ses déductions…
            Voilà… rien de plus pour l’instant… qu’en penses-tu ?
            Pour ma part, je pense que ma sincérité a tout gâché… mais je savais que ce serait un risque…

          • Anashka | 10 décembre 2013

            Ca fait combien de temps ?

          • Chipie | 10 décembre 2013

            Qu’il est moins présent sur FB et qu’on discute moins ? 10 jours environ.

          • Chipie | 10 décembre 2013

            Avant-hier, je lui avais envoyé un message pour lui dire que j’avais sûrement eu tort de tout lui dire et il m’a répondu ce matin : « Tu n’as pas eu tort de dire tout ce que tu ressens, c’est tout simplement moi qui ne me livre absolument pas. Je sais écouter les autres mais je ne sais pas parler de moi! Bon courage pour ton boulot. Passe une bonne journée. Gros bisous »

            Ce sont les dernières nouvelles du front ! ;-)

          • Anashka | 10 décembre 2013

            C’est vrai que la déclaration d’amour alors qu’aucune histoire n’est présente… Bah, ça a du lui faire bizarre.
            Tu attendais quelle réaction ? S’il n’est pas passionnément amoureux, il trouve ça courageux et trouvera cruel de poursuivre un jeu de séduction avec toi (s’il n’est pas certain de ses sentiments). Donc, il prend de la distance.

          • Chipie | 10 décembre 2013

            Je m’attendais à me faire envoyer balader…
            A vrai dire, je n’attends pas qu’il me dise qu’il claque tout pour moi ou un truc dans le genre… je suis réaliste (et puis, j’ai mon mari et mon fils).
            En revanche, c’est vrai que j’aimerais qu’il m’explique ses propos. J’aimerais savoir ce qu’étaient ses « déductions à côté de la plaque ». Mais je ne peux pas et je ne vais pas le forcer à le faire ! Ca me « torture » un peu car je voudrais bien savoir ce qu’il y a derrière son « c’est tout simplement moi qui ne me livre absolument pas. » et « je ne sais pas parler de moi! »… Mme de La Fayette a écrit « Les paroles les plus obscures d’un hommes qui plaît donnent plus d’agitation que des déclarations ouvertes d’un homme qui ne plaît pas. » et c’est vrai. En même temps, je sais que je suis forte pour me faire des films donc je me raisonne !!^^
            Il prend de la distance, j’en suis bien consciente… mais, quand je lui ai dit que le plus simple serait de couper les ponts, de ne plus se voir, il m’a écrit qu’il ne voulait pas que notre amitié touche à sa fin, qu’il ne voulait pas d’adieux entre nous… alors ça me donne l’impression d’un « je ne te parle plus, mais je ne veux pas te perdre »…

          • Anashka | 10 décembre 2013

            Je ne t’envoie pas balader. Suis un peu direct, voilà tout. :)

            C’est toujours le même problème, tu lui demandes déclarer ses sentiments, tu éclaires les tiens… Mais pour en faire quoi ? Qu’est-ce que ça lui apportera ? pas d’être avec toi (s’il en a envie), pas de se sentir mieux (il se sera mis à poil)…

          • Chipie | 10 décembre 2013

            Je ne parlais pas de toi quand je disais que je pensais me faire envoyer balader mais de lui ^^

          • Anashka | 11 décembre 2013

            Aaaah, d’accord. :)
            Comment tu vas ?

          • Chipie | 12 décembre 2013

            J’ai des hauts et des bas (en plus, c’est le bordel au boulot donc ça n’aide pas à redevenir sereine !)… Je ne vais plus (ou presque plus sur FB)… je fais le mort et je verrai bien après. S’il revient vers moi à un moment tant mieux… sinon, j’essaierai de m’en remettre ! Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, il paraît… Je ne sais pas si ça me rendra plus forte mais je suis sûre que ça ne me tuera pas !

          • Anashka | 13 décembre 2013

            Prends du temps pour toi. C’est un amour d’adolescent qui t’es revenue avec violence récemment. Ca mélange beaucoup de chose : l’envie de neuf, l’avancée sur ton chemin en tant que femme, ton rapport à l’amour. Bref, plein de questionnements super riche. Mais avant d’aller vers eux, prend soin de toi :)

          • Chipie | 15 décembre 2013

            Merci Anashka :)

  • Sidonie | 15 novembre 2013

    Mon dieu, je me sens tellement mal d’avoir tout déballé sur le net…En écrivant cette histoire, je me rends compte à quel point son comportement a été décevant.
    Tu as raison, pour la lettre, c’est pas que je me sens fière mais, je voulais remettre un peu de panache et de dignité dans la médiocrité ambiante. J’ai fait la lettre pour pouvoir marcher la tête haute et aussi un peu pour le sauver de la fureur de sa femme et pour m’excuser de l’avoir balancé.

    En fait, je ne cherchais pas spécialement de nouvelle histoire car comme je te l’ai dis mon mariage se porte bien, mise a part l’usure normale de 17 ans de vie commune et de la routine. A dire vrai, j’avais carrément oublié ce que cela faisait d’être amoureux. Mais la conjoncture de la quarantaine approchant et de cette drague audacieuse dont j’ai été l’objet et qui n’a débouché sur rien, fait que j’ai beaucoup de mal a revenir en arrière. Je me sent un peu comme ayant accouché d’un enfant mort né (toute proportion gardée): j’étais prête a vivre qque chose qu’on est venu m’agiter sous le nez et quand j’ai voulu m’en saisir on me l’a enlevé . Cette épisode a commencé comme qque chose de très bénéfique pour mon égo et m’a ensuite renvoyé aux heures les plus sombres de mes premiers déboires amoureux.
    Alors maintenant, j’ai l’impression qu’il FAUT que je vive une nouvelle histoire pour m’apaiser. Ceci dit j’ai déjà ressenti ça en allant voir le film DRIVE (tu l’as vu?), superbe romance tragique qui m’a jeté au visage l’état plan-plan de mon mariage et qui m’a rappelé l’intensité des premières années avec mon mari.

    Le poly amour, j’en ai lu et je pense qu’il y a un peu de ça car je n’ai objectivement rien à reprocher à mon mari et que je n’envisage pas qu’il disparaisse de ma vie, c’est en fait un pilier indispensable et mon meilleur ami, mais ou est passé l’amour ? Je ne sais pas.
    Enfin, pour ma vie à moi perso, je pense qu’il est temps que je reprenne une activité professionnelle (j’ai arrêté 2 ans et je suis en train de reprendre mais tout est dramatiquement long et fastidieux. Mais je lis tellement d’histoires d’amour qui commence au boulot que je ne sais pas vraiment si cela aurait pu empêcher que tout cela arrive.

    Alors maintenant que tu sais tout, comment penses tu qu’il se sent par rapport à moi ?

    • Anashka | 16 novembre 2013

      De manière très frustrante, je suis absolument incapable de répondre à ta question. Je n’en sais rien :)
      Alors, je peux imaginer/penser qu’il est possible qu’il se sente coupable, mais, pour dire vrai, je n’ai rien pour étayer ça. Non seulement je ne connais pas ce garçon, mais le peu que j’en sais, c’est à travers tes mots. Donc, je risque de répondre ce que tu as envie d’entendre. Sans même le faire exprès. :)

      Toi, tu penses qu’il se sent comment ?

       » En écrivant cette histoire, je me rends compte à quel point son comportement a été décevant. »

      Parler « factuel » et uniquement « factuel », c’est peut-être louper des éléments, mais ça permet de faire un état neutre de la situation. Tu me dis que tu rends compte qu’il a été décevant. La tête dans le guidon, ce n’est pas toujours facile d’en prendre conscience.

      Non, je n’ai pas vu « Drive ». ça parle de quoi ?

      San aller chercher l’aventure, voilà un projet qui peut te permettre de vivre des choses un peu neuves : trouver un emploi. Tant en terme de rencontre, que de préoccupations. Tu cherches dans quoi ?

      • Sidonie | 21 novembre 2013

        Salut Anashka,

        Tu n’as pas vu Drive ? Grosse erreur ! Très grande histoire d’amour…
        Moi je ne sais pas comment il se sent, je ne sais plus rien, je ne vois que sa fuite et son évitement de moi et des gens que je connais… Je ressent de la colère quand je le croise parceque je ne maîtrise rien de ce qui s’est passé (et se passe encore …) et que ses réactions me sont totalement hermétiques, incompréhensibles. Des fois je suis très en colère et je lui en veux d’être si lâche et des fois il me manque… Je suis perdue.
        J’ai commencé un boulot agréable avec des gens très sympas et j’espère que cela aura au moins la vertu de me distraire de mes tourments. Mais Il me manque. Si tu pouvais tomber sur ce post, ce soir, je voudrais que tu ne saches qu’une chose : tu me manques, mais ça je te l’ai déjà dit.

        • Anashka | 23 novembre 2013

          Tant mieux pour le boulot, c’est une bonne nouvelle.
          Et avec ton compagnon officiel ? Comment ça se passe ?

          Qu’est-ce que tu entends par « ses réactions » ?

          • Sidonie | 25 novembre 2013

            Mon mari est gentil, attentionné et fait tout pour me combler mais cette histoire a comme sonné la fin de nos illusions d’amour éternel, absolu. Nous étions très fusionnels et la « distance  » qu’il y a entre nous à présent est d’autant plus dure à vivre. Moi je m’en veux de ne plus l’aimer comme avant, comme il le mérite, car c’est un homme extraordinaire. Je me sens coupable de qque chose que je ne maîtrise pas du tout.
            Quand je parle des réactions de l’autre, je parle surtout de sa fuite , de son attitude pour m’éviter moi et les gens qu’il suppose au courant de cette histoire. Je parle du fait qu’il ne semble avoir jamais ressenti le besoin de m’expliquer quoi que ce soit. Pas un coup de fil, même amical, rien. C’est très frustrant , mais je crois que c’est très masculin de rester dans le vague comme ça, de ne jamais s’expliquer. Je pense qu’il est complètement paumé lui aussi. Et je pense que je commence a en avoir marre de cette attitude de gars qui assume pas ses actes.

          • Anashka | 25 novembre 2013

            Pas de généralités, certains hommes sont fuyants, pas tous.

  • Chipie | 15 novembre 2013

    Anashka, tu peux me donner des liens sérieux sur le poly amour, s’il te plaît ?

    • Anashka | 16 novembre 2013

      A part ce site, je ne vois pas trop. C’est encore très marginal.

      • Chipie | 16 novembre 2013

        Merci. J’ai regardé mais ça ne correspond ni à ce que je vis, ni à ce que je ressens, ni à ce que je voudrais vivre !
        J’ai au moins appris ce qu’était le polyamour.

        • Anashka | 17 novembre 2013

          Qu’est-ce que tu aimerais vivre ?

  • kanele | 30 novembre 2013

    Bonjour , je viens de tomber sur votre article et je m’y retrouve tout à fait..Amoureuse dingue d’un homme qui dit que notre relation est impossible à cause de sa religion..Il a déja vécu ce genre d’amour , qui s’est très mal fini , et depuis il a promis à sa famille que cela n’arriverait plus jamais..Malgré tout nous sommes amis, malgré nos disputes régulières et ce « je t’aime moi non plus » qui me fatigue et me passionne ! J’ai essayé de décrocher mais il revient toujours,il ne se passe rien entre nous, nous parlons beaucoup,nous partageons des échappées de nuit,loin de sa famille et de mes fils, seuls,en voiture,parler et rire..Jusqu’au moment ou il faut se séparer, et la le sérieux reprend,lui devient grave et gené, moi je tente de sourire et dire juste a bientôt sans trembler.je ne comprends pas, je ne supporte plus..

    • Anashka | 1 décembre 2013

      Il ne peut pas vivre cette histoire, mais il ne peut pas NE PAS la vivre. Donc, vous restez dans cet entre-deux aux sentiments palpables mais jamais complètement exprimé. Qu’est-ce qui pose soucis entre votre relation et la religion ? Est-ce que ça te semble réellement impossible ? Depuis combien de temps ça dure ? Est-ce que tu as pensé / envie de couper, si ça ne doit jamais aboutir ?

  • Sido | 3 décembre 2013

    Bonsoir Anashka,
    Je suis moi aussi tombée sur ton blog par hasard, et me suis reconnue dans ton article.
    Je t’explique: j’ai travaillé à Moscou quelques mois et 10 jours avant mon retour définitif en France j’ai rencontré un mec russe avec qui ca a été le coup de foudre. Le problème est qu’il partait 3 jours plus tard pour Barcelone. Nous avons vécu les trois jours que nous avions à Moscou ensemble. Trois jours merveilleux, j’avais la sensation de déjà bien le connaître, de pouvoir me mettre à nu et être à l’aise tout en apprenant à le connaître. Après deux jours, il me demandait pour partir avec lui, passer quelques jours à Barcelone avant de rentrer en France. J’ai accepté, puis refusé, puis sur un coup de tête je suis partie le rejoindre. Une fois de plus, journées magiques à ses côtés. Passion, fusion. Seulement voilà, aujourd’hui je suis rentrée en France, lui en Russie et il s’apprête à partir quelques mois à Malte pour apprendre l’anglais. Nous avons rompu lors de mon retour (enfin, c’est surtout lui qui a rompu) car il m’a dit qu’il ne savait pas si j’étais capable de vivre toute ma vie en Russie et lui toute sa vie en Europe, que ca nous poserait un problème tôt ou tard et que plus on reportait l’échéance, plus je souffrirais. (Oui, il est russe, pour lui, sa souffrance ne compte pas, il ne se préoccupe que de moi…) Je l’ai accepté en sachant que c’était là la décision la plus sage (Mais suis-je sage?)
    Aujourd’hui, cela fait un mois que nous nous sommes séparés, et j’ai toujours aussi mal. Notre relation a démarré sur les chapeaux de roue, passion puissance 10, et soudainement arrêtée… Il a mal lui aussi mais a l’air de s’en tenir à sa décision. Nous nous parlons encore très régulièrement sur internet, quand j’arrive à ne pas lui envoyer de message, c’est lui qui craque. Je n’arrive pas à me dire qu’il faut tourner la page et que je dois l’oublier… j’ai envie de pleurer toute la journée, je pense à lui en permanence. Je ne sais pas quoi faire… Me battre, ou renoncer?

    • Anashka | 4 décembre 2013

      Certaines belles histoires ne sont pas faites pour durer, c’est ce qui les rend belles (et fortes) d’ailleurs. Votre histoire ne sera jamais rongé par le quotidien ou le « plus rien à se dire »…

      Après, tu me demandes si tu dois te battre ou continuer, mais quelles solutions concrêtes y a t’il pour que vous viviez encore quelque chose ensemble ?

      • Sido | 6 décembre 2013

        A long terme, que je retourne en Russie, le rejoindre, ou que lui vienne en France… Mais disons que je ne pourrai de toute façon pas prendre une décision aussi importante maintenant…

        • Anashka | 10 décembre 2013

          Tu as ta réponse, en fait. Passe à autre chose pour le moment. Et la vie te dira bien s’il était fait pour ton chemin ou non.

          • Sido | 11 décembre 2013

            Merci Anashka. Je pense que j’avais besoin de l’écrire pour mieux prendre du recul et analyser tout ça…

  • sidonie | 10 décembre 2013

    Mais qu’est ce que c’est que ces mecs ? Des anguilles, des pucelles effarouchées qui te tournent autour jusqu’à que tu craques pour rentrer dans leur coquille au moindre petit aveu de tendresse ?!! Je veux pas être grossière ou réactionnaire mais ils se comportent comme des petites allumeuses ! Anashka, tu dis que c normal qu’il prenne de la distance s’il n’est pas passionnément amoureux, mais j’ai lu l’histoire de chipie et le gars avait l’air tout aussi emballé qu’elle ,je dis pas fou d’elle mais est-ce que chipie a dit qu’elle était folle de lui ? Elle a des sentiments, et elle le dit parce que passé un certain cap, peu importe la situation, la morale, il faut que ça sorte. Franchement, son seul tort c’est sa sincérité (tout comme moi) et je suis sidérée de voir à quel point les hommes sont prudents et peureux en amour. Chipie, les histoires comme la tienne y en a des tas et c’est toujours le même déroulement : le mec branche, la fille mord à l’hameçon, elle avoue ses sentiments et le mec prend ses jambes à son coup pour x raisons : sa femme, sa copine, ses gosses, sa liberté, sa peur … Y en a marre de ces mauviettes !!!! Excusez-moi, mais c’est du vécu et il fallait que ça sorte ….

    • pixelline | 10 décembre 2013

      en même temps, Sidonie, peux t’on parler de sentiment quand il n’y qu’OI ? par conséquent qu’y as t’il à avouer ?
      et est ce que la situation aurait forcément tourné aussi court si la fille avait « mordu » à l’hameçon mais sans aller trop vite dans les sentiments ? (je ne sais pas si tu me suis ^^)

      • sidonie | 10 décembre 2013

        Du tout, je ne comprends pas. Tu parles de toi, de chipie, de moi ?

      • Anashka | 10 décembre 2013

        L’OI, c’est une manière de dire un « amour à sens unique qui s’auto-alimente », y’a quand même des trucs qui se passent dans le ventre.

      • Chipie | 10 décembre 2013

        N’y a-t-il vraiment qu’OI quand on s’est embrassés plusieurs fois ?

      • Chipie | 10 décembre 2013

        Je pense que la « fille », c’est moi… la situation a tourné court ? Ca fait 8 ans que je le connais… c’est court ? J’ai mis 8 ans pour lui avouer mes sentiments… je suis allée trop vite ? Je rappelle juste qu’il y a 800 km entre nous. Difficile de construire une relation durable et d’avouer ce qu’on ressent dans ces cas-là (et il y a 8 ans, je n’avais aucune confiance en moi concernant les hommes)… je me suis longtemps demandé si je « devais » le faire… et, finalement, le besoin d’être sincère a été le plus fort. Je me trompe peut-être mais je me dis que quand j’avoue mes sentiments et que l’homme me dit que, en gros, lui ne sait pas se livrer, qu’il ne sait pas parler de lui… il y a qqch derrière… pas forcément une passion, un amour fou… mais qqch… bref…

        • Anashka | 11 décembre 2013

          Disons que Pixelline a aussi lu que pendant ce ne sont pas huit ans continu. Que vous avez pris de la distance et qu’aujourd’hui les espaces de séduction sont rares. Il y a de l’affection de son côté, sinon, il n’aurait pas pris la peine de te répondre. Mais, de là à parler d’amour… Et, encore une fois, qu’avez-vous à offrir si c’est le cas ?

    • Anashka | 10 décembre 2013

      Disons que face à des situations à complexes (et nous en avons TOUTES vécues, moi compris), soit on accuse l’autre de tous les mots (et mieux on accuse sa catégorie « les hommes » des mêmes mots) soit sans se culpabiliser on regarde les modes de communications mis en place, leur efficacité et ce que l’on pourrait mettre en place par la suite.

      Je suis ici dans cette démarche. Mais, j’ai le mauvais rôle, je suis celle qui dit « c’est mort ». Et, je le dis souvent.

      Ce qui est intéressant, c’est de voir pourquoi. Si c’est les autres, rien ne changera. Si l’on a eu une action, peut-être qu’elle a son rôle et peut-être qu’on peut voir comment améliorer les choses sur une prochaine fois (ou avec la même personne…)

      Souvent, beaucoup de femmes n’arrivent pas « avec de la tendresse », mais avec plusieurs demandes : que l’autre déclare ses sentiments et / ou s’engagent. Bref, qu’il agisse dans le sens d’une construction d’une relation. Qu’il en est envie ou non. Ce n’est pas de la tendresse, ce sont des attentes. Et forcément, quand il y a attentes, il y a déception.

      • Chipie | 10 décembre 2013

        Pour ma part, je pense que les erreurs sont partagées (j’en ai fait (j’assume !) mais il en a fait aussi). Je n’attendais pas forcément qu’il me déclare quoi que ce soit. J’avais envie d’être sincère (c’était con mais tant pis… j’assume aussi !^^) et, comme je l’ai dit, je pensais qu’il allait m’envoyer balader. Pourquoi j’aimerais qu’il me donne des réponses à présent ? c’est parce qu’il a titillé ma « curiosité » en me disant qu’il avait fait des « déductions à côté de la plaque », que lui ne savait pas se livrer et parler de lui, qu’il espérait qu’il n’y aurait jamais d’adieux entre nous… s’il ne m’avait pas écrit ça, sincèrement, je m’en serais tenue à « j’ai envoyé mon texte, il en fait ce qu’il veut… adviendra que pourra ! »
        Là, je le laisse tranquille. S’il veut venir me parler, pas de problème… mais je vais (essayer) de ne pas lui envoyer de messages avant un petit moment pour le laisser « digérer » tout ça et décider de son côté s’il veut continuer à rester en contact avec moi. (ça ne servirait à rien de la harceler de messages !)

        • Anashka | 11 décembre 2013

          On reprend, en Amour, on peut considérer qu’il n’y a QUE des erreurs ou qu’il n’y en aucune. Pas la peine de se flageller. :)
          Exprimer ses sentiments peut-être maladroit, c’est comme donner un cadeau de Noël très cher à quelqu’un qui n’y était pas prêt. Même si ça lui fait plaisir, il se sent redevable d’autant et peut-être très mal à l’aise. Mais, de là à dire que c’est une erreur.

          Je comprend ta curiosité, mais je reste sur la même question : qu’est-ce que ça lui apportera de te répondre ?
          – négativement : il peut perdre votre « amitié »
          – positivement : rien. Il se sent déjà aimé (puisque tu lui as dit) et tu n’as rien de plus à lui offrir.

    • Chipie | 10 décembre 2013

      Pourquoi t’excuser ?! Il ne faut pas ! Je comprends bien ta réaction (moi aussi, j’ai lu ton histoire ! ;) )

  • Chipie | 10 décembre 2013

    Ce dernier commentaire était pour Sidonie… mais il ne s’est pas mis où il fallait !!!^^

    • sidonie | 11 décembre 2013

      Je te copie ce que j’avais expliqué : 2 jour après mon aveu et son râteau, n’ayant pas de nouvelles de lui  » j’ai tél à sa femme (car c’était une amie aussi …) pour expliquer que mon geste avait été largement provoqué et que je me sentais très humiliée et manipulée.
      Deux jours plus tard, essayant de me persuader de mon erreur et me sentant très coupable devant tout le monde, j’ai fait un courrier « .
      Le fait est que je me sentais très mal d’avoir appelé sa femme car, si lui avait appelé mon mari dans une sorte de panique (je suis presque sure que sa femme a vu mon sms), j’ai en revanche pris la décision froidement de tél à sa femme et de ne pas me laisser traiter de folle mythomane devant tous les protagonistes de l’histoire. Ca m’a fait du bien de rétablir un aspect de la vérité, mais je m’en suis beaucoup voulu ensuite et me suis vu comme une sorte de serpent venu craché son fiel dans son foyer et je n’ai jamais voulu cela … je l’aimais !
      Anashka, tu dis que l’aveu entraine une attente, mais la drague aussi ! L’aveu n’est qu’une réponse à cette drague (hors cas d’OI), et l’autre décide d’arrêter le dialogue. Moi je n’attendais rien de spécial, je ne sais même pas si je l’aurais voulu comme amant. Je suis d’accord avec Chipie, ces choses là se font à deux et les torts partagés, mais il faut quand même reconnaitre que les femmes me semblent plus courageuses, non ?

      • Anashka | 12 décembre 2013

        Non ! Non ! Non! A mille voix contre une, vous ne me ferez pas dire une grosse généralité sexiste sur les mecs !
        Et, je ne parle pas de tort. En Amour, c’est tellement compliqué de dialoguer, de faire comprendre nos attentes, il y a tellement de choses en jeu : Ego, désir de plaire, envie d’engagement, tendresse, jeu de pouvoir… Que c’est difficile pour TOUT LE MONDE. Mecs y compris. Qui n’a jamais été un lâche face à un garçon qu’elle n’aimait pas vraiment mais ne repoussait pas franchement…?

        Donc, ne parlons ni de torts et accusons encore moins un groupe (femmes ou hommes) sinon nous rentrons dans cette triste guerre des sexes que je refuse ici. Parlons simplement de comment nous, nous aurions pu améliorer le dialogue, de ce que nous voulons par la suite, concentrons-nous sur notre bonheur. L’autre a sa vision et sa lui appartient.

        • Chipie | 12 décembre 2013

          Je suis d’accord avec toi. Il ne faut pas généraliser ! Pour ma part, en plus, je n’en veux pas à Olivier. Je comprends sa réaction même si je regrette de ne pas en savoir plus sur les choses « obscures » qu’il a écrites… mais je suis aussi d’accord avec toi sur le fait que ça ne lui apporterait rien d’être plus explicite ! En revanche, s’il ne voulait pas être plus explicite, j’aurais préféré qu’il ne lance pas des phrases qui me laisseraient sur ma fin (et faim ! ;) )… mais c’est juste ça… j’ai croisé pas mal de cons depuis que je m’intéresse à la gente masculine mais également des gars très bien… et Olivier continue de faire partie de cette 2e catégorie.
          Je pense que les femmes ne sont pas forcément plus courageuses que les hommes. Les femmes sont intuitives tandis que les hommes sont cartésiens (pas la même partie du cerveau qui est développée chez les 2 sexes)… donc forcément, on ne va pas agir de la même manière !
          En revanche, je ne suis pas d’accord sur une chose Anashka. Ce n’est pas parce qu’on reconnaît qu’on a des torts qu’on se flagelle forcément ! Et même en amour, il faut reconnaître quand on s’est planté… et je ne pense pas qu’il n’y ait que 2 catégories (pas d’erreurs ou que des erreurs)… il peut y avoir un juste milieu (je fais des erreurs dans mon couple mais, heureusement, pas que ça !!!^^). Pour ma part, je me dis que j’ai fait des erreurs (dont celle de tout avouer vu où ça mène…) et que lui aussi en a fait (me dire quand je suis repartie début novembre que j’allais lui manquer, par exemple…)… mais je ne me flagelle pas, j’essaie d’évoluer, d’apprendre de mes erreurs (pas toujours facile… j’ai des hauts et des bas bien sûr !) et je ne le flagelle pas non plus (par la pensée bien sûr… enfin, même physiquement je ne le flagelle pas ;) )

          • Anashka | 13 décembre 2013

            En revanche, je ne suis pas d’accord sur une chose Anashka. Ce n’est pas parce qu’on reconnaît qu’on a des torts qu’on se flagelle forcément !

            C’est vrai. Après je sépare les « erreurs stratégiques » des « torts ». Les premiers sont une mauvaise manière de s’y prendre, dans les seconds c’est plus un mauvais comportement où l’on a fait souffrir l’autre par Ego / peur / étouffement. Les premiers portent sur l’envie de se rencontrer, les seconds sur l’envie d’obtenir quelque chose de l’autre.

  • fantana | 14 décembre 2013

    Cet article me parle !
    Hier, nous avons mis fin à un amour impossible, car nous sommes de deux religions différentes, moi musulmane et lui catholique. Une histoire qui avait commencé sans qu’on sache comment, on se parlait, on s’écoutait, nous avions tous en commun ça devenait flippant, j’avais l’impression de me parler à moi-même.

    Plusieurs mois sont passés et la question de la religion s’est posée, je lui ai expliqué la situation, qu’on ne pouvait plus rester ensemble, je ne lui ai pas demandé de se convertir même si je lui en ai parlé.

    On s’aime, même en étant séparés, aucun de nous n’était prêt à sacrifier toute sa vie pour l’autre, faut dire aussi qu’aucun de nous n’a le sens du sacrifice.

    On n’a pas coupé contacte, ou du moins pas encore, j’ai ce gout amer d’inachevé, de chance gâchée, je me sens coupable d’avoir laissé les choses aller aussi loin.

    Je dois penser à moi, à avancer, mais pas maintenant, pas tout de suite, je dois d’abord tuer l’espoir que j’ai encore, le :  » peut-être que… » Que j’ai dans la tête et le cœur

    • Anashka | 16 décembre 2013

      Lui, se montre t’il encore amoureux ?
      N’y avait-il pas un moyen de trouver un équilibre dans la richesses de deux religions ? Etaient-ce les croyances ou la famille qui pouvaient poser des difficultés à terme ?

    • Sidonie | 16 décembre 2013

      Ton témoignage me glace : tu dis que tu a la foi et que « tu dois tuer l’espoir » (!) de pouvoir partager cet amour. La foi c’est l’espoir, non ? Est ce que tu ne penses pas que l’amour nous fait toucher Dieu du doigt ? Est ce que tu ne penses pas que ce que cherchent les gens dans la religion c’est l’idéal d’un amour absolu et éternel.
      Je dis ça sans aucune intention de blasphème, hein ! Ne pouviez-vous vous aimez en conservant vos convictions respectives ? Les voir comme une chance de s’ouvrir à un l’univers de l’autre ? C’est un des sentiments qui prévaut au début d’une histoire d’amour : l’envie de découvrir le mystère de l’autre et de s’en enrichir.
      Mais pour ce qui est de ce gout d’amer, d’inachevé et de chance gâchée je partage tout à fait à ces sentiments.

  • perdue | 9 février 2014

    c grace a facebook qu’on s’est connu..deux ans deja..on est de tres bons amis..on parle ts les jours..des sms pendant la journee et facebook le soir..on s’est jamais rencontre..j lai jamais vu ni parler sur telephone..sa marrive pour la premiere foi..cest exceptionnel..cest unique.. »it’s strange »
    d’un jour a un autre..je m’attache..je pouvais pa lui demande de se rencontrer..je me dis que c’est lui qui doit faire ce pas..
    un jour je lui ai dit (sa fait 1 mois et demi) que c’est bcp plus qu’une amitie ou qq chose de virtuel..il ma jamais di qu’il m’aime mai il ma fait croire sa .. il m’a dit que je suis lexveption..avec moi tout est different..il a tjr essaye de lutter et de se controler
    maintenant tout a change..depuis le jour ou j’ai dedactive mon compte facebook prq j’etai pa bien..il ma fai souffrir (et il me le fai tjr)..maintenant jl veut qu’on reste tjr des amis..mais il me fai pas confiance..il croit que je veux juste passer du tps..
    au fait ..difference d’age de 6 mois (je suis plus agee )
    je me sens perdue..je sais pas quoi faire..je peux ni couper la relation prq je laime..ni comprendre c’est quoi cet amour qui doit etre prisonner ds l’amitie
    j’ai compri que c’est un amour impossible..mais pourquoi?! il veut surtout pas couper la relation …
    jarrive pas a analyser ni a accepter .. c’est vraiment dur
    Merci d’avance

    • Anashka | 10 février 2014

      J’ai l’impression que vous avez une complicité virtuelle tellement forte, qu’elle laisse peu de places à d’autres rencontres réelle (Donc, faire avec, c’est devoir, quelque part renoncer au réel). Mais, je n’ai pas saisi : pourquoi il ne fait plus confiance ? Est-ce que vous avez réellement parlé de vous rencontré ? Quel âge avez-vous ?

  • perdue | 10 février 2014

    jai 24 ans..
    il pense que je suis pas prete pr se rencontrer..il me la jamais demande..et moi aussi car a mon avi c lui qui doit faire ce pas..c lui qui doi demande sa

    il croi que je parle avc dautres..qd j parle pas par exemple il pense que j ss occupee avc qqun dautre..mais nn c juste que je suis decue..j ressen sa jalousie mais aussi sa non confiance

    • Anashka | 11 février 2014

      Le truc, c’est que sans vous êtes rencontré, je trouve la demande d’exclusivité un peu forte. En gros, il ne te rencontre pas parce que vous êtes d’accord que c’est à lui de faire le pas, mais il ne veut pas … (que veux dire « tu n’es pas prête ».? Tu es la SEULE à savoir si tu es prête ou non ? Tu penses que ça pourait être une excuse). Et, il te fait des scènes de jalousie… Il exagèrerait pas un peu le garçon ?

  • perdue | 11 février 2014

    hier il ma di la verite..il a lu ma conversation sur facebook avec une amie a moi..il a trouve que j’avais deja des relations..c pour ça il a fai un demi tour..
    le passe est it vremen important?

    • Anashka | 12 février 2014

      Ca dépend, est-ce qu’il t’avait déà fait part de ça avant ? Est-ce que lui avait déjà eu des relations ?

      (J’ai l’impression que c’est surtout une excuse… :/ )

  • Mel | 18 février 2014

    Bonsoir!
    Tout d’abord je voulais dire que j’adore tes articles, ils m’aide beaucoup dans mes reflexions bien trop souvent floues et maladroite.
    Ma relation vient de se terminer today, j’ai le moral dans les chaussettes. L’element exterieure dans mon cas : c’est ma fille!
    Je l’eleve seule a 100%, j’arrive a me liberer de temps en temps mais voila, apres un an et demi de relation pas serieuse avec jules , voila qu’il me propose de se mettre en couple il y a 6 mois. Chose qu’il aurait faite depuis bien longtemps si je n’avait pas d’enfants. Bref le feeling passant tellement bien, les memes amis et les memes delires…apres 3 mois de voyage il revient plein de bonne volonté. Il accepte ma fille etc…
    Mais voila le hic c’est que c’est un baroudeur, un fetard et apres 2 mois il commence a voir que bah les sorties improvisées, c’est pas possible.
    Et moi au lieu de le rassurer sur ca je lui fais se poser deja les questions sur le futur pfff bref je perds les pedales. Je precise que je ne lui demande pas d’etre un pere pour ma fille,je m’assume On es pareil en fait : j’aimerai voyager sur le long terme, et fetarde je le suis aussi.
    Bref il flippe, je lui plais c’est sur mais je suis certaine qu’il prefereait une fille avec moi de feeling mais plus dispo.
    Grrrr je ne sais pas quoi faire, lui laisser du temps? Accepter et tout laisser tomber? Le rassurer car meme si il n’a pas l’ame d’un pere comme il dit, ma fille a 8 ans il pourrais juste bien s’entendre avec elle sans les inconvenient et tout roulerais.
    Je trouve ca dommage de tout lacher si vite.
    Si tu as une idée de conseils je suis preneuse car je ne pense pas avoir eu la bonne reaction.

    Merci!
    Mélanie

    • Mel | 18 février 2014

      Ah oui je precise, j’ai pas envie de le perdre mais comment faire pour le rassurer? Mais au fond je doute aussi de savoir si il va se plaire dans cette relation, on en sait rien mais pour tout le reste tout roule tellement bien :/

    • Anashka | 19 février 2014

      Salut Mel,

      Tu as pas énormément de choix :
      – 1. Tu pars du principe que vous continuez en couple, mais tu acceptes la différence de rythmique (en gros, il fait la fête sans toi, il voyage sans toi)
      – 2. Tu fais le deuil de la relation.
      – 3. Comme la première, mais avec plus d’espace de compromis (babysitting ?)

  • maelle | 25 février 2014

    Bonjour j’ai lu votre texte et moi j’ai un problème similaire, mon meilleur ami (dont je suis follement amoureuse depuis un certain moments) en aime une autre . Et vu que c’est mon meilleur ami il me parle souvent d’elle, il me parle tout les jours par message , cela me brise le coeurs en plus il m’envois des cœurs, me dit qu’il m’adore qu’il pourrait pas vivre sans moi et tout ses messages me perturbe car cela ne fait pas très longtemps qu’on est meilleur ami. Et pour le coup il m’ait très difficile de rompre le contact avec lui pour oublié mes sentiments ou même d’essayer de trouver ses défauts car je les connais tous et je les adores . Je ne sais plus quoi faire je l’aime et lui je ne sais pas ce qu’il veut même si je pense que c’est elle et non moi . S’il vous plait pouvez vous m’aidez ! :)

    • Anashka | 25 février 2014

      Si tu es amoureuse, ce n’est déjà plus un ami, mais un OI. (Tu as lu l’article sur l’obsession aigue ? Je te file le lien s’tu veux).

      Peut-être que le mieux est de mettre les choses à plat et de couper. Parce que là, tu sembles souffrir dans cette situation…

  • Angie | 4 mars 2014

    Hello Anashka,
    Etant adepte de tes articles j’avais déjà lu celui ci avec intérêt au moment ou tu l’avais publié mais je suis revenue le lire car je me demande en ce moment-même si ce que je vis est un amour impossible ou s’il est possible qu’il ne soit pas définitivement à rangé dans cette case, voici la situation:
    Je reviens d’un séjour de 3 mois à New-York, j’y suis allée dans le but d’améliorer mon anglais, de profiter de ma 1ere année de fin d’études, de visiter cette merveilleuse ville et pourquoi pas faire quelques rencontres d’un soir juste pour le fun car oui j’etais bien consciente que c’était exclu de faire une rencontre sérieuse sur place puisque je n’allais pas y rester.
    Or j’ai un peu failli à cette dernière car j’ai bien fait une rencontre, mais plutôt de genre gros coup de cœur (foudre ?) comme tu le décris si bien dans l’un de tes autres articles.

    J’ai rencontré à la moitié du séjour un français (vive le groupe les frenchy à NY sur fb) avec qui j’ai vite enchainé les étapes : 1er date en mode bouche à bouche pdt 3h non stop, 1ere fois, 2éme fois (bien meilleure et en apprenant a plus se découvrir) et dernier date des plus romantiques dans un lounge avec vue sur NY (l’un des plus beaux dates, enfin non, le date le plus magique de toute ma vie) et ou l’on a bien discuté et continué d’apprendre à se connaitre encore un peu plus alors qu’il savait que je partais 2jours après.

    Précision de sa situation : il est en VIE et encore la-bas pour 1ans.
    Ce qu’il m’a dit ce soir là m’a beaucoup perturbé car c’était très paradoxal, par exemple qu’il n’avait fréquenté personne d’autre pendant notre « aventure » et que je lui plaisais beaucoup, que même si la 1ere fois ou l’on est sorti ensemble il avait su que je partais si tôt (je ne lui avais pas dit) il aurait quand même tenté et il m’a fait comprendre que si j’étais restée il aurait voulu qu’on continue sur la lancée pour aller sur du sérieux ( le coup de grâce).
    Il a aussi dit qu’il ne croyait pas aux relations distances l’ayant déjà vécu (dommage moi si, tout les couples de mon entourage qui dure en ce moment sont à distance alors que ceux qui vivent ensemble se déchire, mais c’est un autre sujet).
    Bien sur je comprend et je suis d’accord pour admettre qu’une distance telle que Paris-NY soit ingérable mais là ou tout n’est pas perdu, c’est que je viens d’obtenir mon PVT pour le Canada (que je comptai avoir avant de le rencontrer, je ne change pas non plus mes projets exprès) et que normalement je pars y vivre début Mai, et forcément NY-Montréal devient bien moins problématique comme distance (6h de bus de nuit et 1h d’avion) donc voilà ce qui me fait quand même espérer..
    Je n’ai bien sur pas fait paraitre tout ces sentiments que j’ai développé vis-à-vis de lui lors de ce date (orgueil quand tu nous tiens) et j’ai joué la meuf détachée en mode je te tiens au courant, je repasserai surement par NY, etc. Soit dit-en-passant je pense que c’est un peu le même car il me posait beaucoup de question pour vérifier si l’on avait des gouts en communs, et si je ne suis pas trop folle on fait cela généralement qu’on espere que la personne colle à notre profil de petit(e) ami(e) potentiel.
    En se quittant dans le métro (et après de nombreux baisers), j’ai bien vu qu’il était triste que je parte et à sorti quelque chose dans le genre peut être qu’on ne reverra jamais plus, j’ai bien sur répondu qu’on verrait bien et que je lui donnerai des nouvelles. Je suis sortie du métro et j’ai pleuré ma race (désolé mais je pense que pleurer tout seul n’aurait pas suffit pour le décrire) en rentrant.
    Je suis rentrée il y a 2 jours en France et je pense sans cesse à lui, je sais que si j’étais restée il aurait voulu démarrer quelque chose avec moi et cela me rend folle/triste/déterminée à le revoir plus que jamais. Je ne sais pas si c’est de la folie mais ce gout d’inachevé, de gâchis et cette terrible impression que je dois faire un bout de chemin avec ce mec dans ma vie me bouleverse complètement.

    On s’est écrit rapidement via whatsupp depuis mon retour, et ne sais pas si je dois lui faire comprendre qu’il m’a vraiment plu, et qu’il n y a aucun doute qu’on va se revoir (mais peur de l’effrayer) ou continuer à faire la fille détachée et se donner des news de temps en temps en attendant d’être certaine des dates de quand je reviens à NY et lui dire- tout cela en face, et essayer de me calmer dans mes sentiments vis-à-vis de lui en attendant plus de concret.

    Un avis sur ma situation et un peu d’objectivité (que je n’arrive plus à avoir) m’aiderait beaucoup :)

    • Anashka | 4 mars 2014

      Effectivement, il y a quelque chose d’impossible dans cette histoire, mais pourquoi pas ?

      Est-ce que vous arrivez à vous dire que vous pensez l’un à l’autre ? Tente de voir si vous pouvez nouer une complicité via le virtuel ? Si c’est le cas, d’elle-même, une relation se mettra en place (même si elle n’est pas exclusive et sérieuse au départ, elle tiendra le lien)…?

  • Nounane | 11 mars 2014

    Salut Anashka,
    Je t’écris par espoir de trouver quelqu’un qui puisse me comprendre et me conseiller. Je suis tombée , par hasard, sur ton site web, car je suis à la recherche d’une façon d’oublier un individu. En fait, je suis en couple depuis environ 8 mois. Au début, l’homme avec qui je suis (on va l’appeler x) m’a si séduite que j’étais prête à tout faire pour lui , même abandonner ma famille étant donné que l’amour l’emportait. Au fil des jours, j’ai découvert sa vraie personne qui m’a assez déçu. Il m’a dit des choses blessantes et me faisait sentir sans qu’il le sache comme quelqu’un qui ne vaut rien. Je recevais à peine des compliments et plus souvent des critiques. Il me montrait à peine qu’il m’aimait. Au bout de 4 mois environ, son attitude a réussi à me détruire complètement. À l’heure actuelle, je suis déprimée. Lui disait souvent que c’était parce que ma famille refusait que l’on se marie qu’il avait cet attitude. On avait très peu de choses à se communiquer, il raconte des choses que je lui disais à d’autres personnes.. bref, ce n’était jamais la joie. Et donc notre amour fut impossible et nous croyons encore qu’il l’est. Durant les premiers mois, nous faisions parti d’un groupe sur un réseau social. Et il y avait toujours un mec (monsieur Y) qui commenter et participer aux discussions, il me fascinait. Un jour, il se posait une question, pour être plus discrète, je lui ai envoyé un message privée. Il ne m’a répondu que 1 mois et demi plus tard. Au départ, je pensais sincèrement qu’il m’avait ignoré,mais enfin. Cette soirée là, monsieur Y et moi discutons, mais je n’avais aucune intention de garder contact avec lui puisque (c’est ridicule , je sais, mais à la vue de sa photo, il m’attirait déjà) Suite à cette soirée de discussion de quelques minutes avec lui, nous nous sommes plus reparlés. Bien que j’ai essayé de le recontacter que pour prendre des nouvelles brièvement, mais.. aucune réponse à mon message.Il s’est écoulé 2 mois et demi et donc Le 29 décembre, je faisais le ménage de mes messages , car j’en avais trop et je suis retombée sur ce message sans réponse et je pensais à lui, je trouvais même cela dommage que nous avons arrêtés de se parler, mais bon. Ce même jour, tard le soir, il me répondit. à partir de ce jour, une amitié se créa et nous fîmes plus connaissance. Et nous nous sommes parlés presque tous les jours, il a réussi à combler ce manque de conversation avec monsieur X et il avait réussi à soigner mes blessures que m’avais causé ma relation avec monsieur X, donc je ressentais un bonheur énorme en lui parlant et en plus, il était tout ce que je recherchais chez un homme. Puisque ce n’était que virtuel, j’ai décidé de le voir au bout d’une dizaine de jours de discussion. Il m’a énormément plu dans la réalité autant qu’en photo. Au bout de quelques jours, je réalisa que j’en tombais amoureuse… je me sentais unique, absolument différente et importante pour lui. Je pensais que nous pouvions nous aimer malgré notre différence d’âge. Il est 4 ans plus jeune par rapport à moi. Et puis on se ressemblait tellement, bref j’ai vraiment cru que ça aurait pu marcher entre nous. Puis, jai réalisé qu’il parlait presque de cette manière à tout plein de filles.. ça m’a brisé le coeur, mais la magie de ses paroles et ce qu’il me disait me toucher encore énormément et j’étais heureuse juste en le voyant. J’avais vraiment tout abandonné pour lui au point de ne plus étudier et donc nuir à mes études.. je ne vivais que pour lui, il était tout et il me rendait heureuse.. mais au bout d’un moment je me sentais comme une moins que rien, comme une fille pas assez parfaite pour lui alors j’ai essayé de l’être, j’ai essayé d’être quelqu’un d’autres ou lui montrer d’autres aspect de ma personne pour voir que oui je suis ce qu’il veut ..mes espoirs de dissipèrent très vite le jour où il dit à quelqu’un qu’il recherchait que de l’amitié, qu’il ne veut rien savoir de l’amour et aussi le jour où il me parla de la fille qui l’intéresse, mais dont il préfère s’abstenir.. Depuis ce jour, je ne vis plus. Je suis retombée à la case départ. Et oui j’étais toujours en couple, mais amoureuse d’un autre.. j’étais prête à quitter celui avec qui je suis en ce moment lorsqu’ il me dirait qu’il m’aime, mais ce ne fût pas le cas. J’ai essayé de lui avouer anonymement ce que je ressentais, il m’a envoyé chier en me disant qu’il en avait rien à foutre, que je devais le garder pour moi-même. J’essaye de l’oublier, j’y arrive pas. Je souffre tant pour un amour impossible et dont il ne doute même pas que je l’aime, peut être que si dû à mon comportement, mais puisque je suis en couple, ça me couvre. Mais il ne m’aime pas, il est plus jeune que moi et notre histoire est impossible , car je ne suis pas le genre de filles qu’il veut mais bon voilà. Je n’arrive pas à l’oublier et je sais que mon commentaire n’a aucun lien avec ton texte, d’ailleurs, texte très intéressant.

    Merci de ton écoute.

    • Anashka | 13 mars 2014

      Bonjour,

      Avant tout, merci de me faire confiance, Nounane.
      J’ai l’impression que tu accordes beaucoup d’importance à tes histoires amoureuses. Dans ces deux histoires, on retrouve beaucoup plus de sacrifices de ta part, plus de sentiments et assez peu de retours. On dirait que tu as besoin d’une épaule pour avoir confiance en toi… au point de perturber tes études. (Est-ce que tu as jeté un oeil sur les articles sur l’obsession aigue ?)

      Pour oublier un garçon, le mieux est d’être entièrement convaincue qu’il ne nous correspond pas. Qu’il ne nous rend pas heureuse.

      Où en es-tu dans ton couple actuellement ?
      En général, dans ta vie, quels sont tes rêves, tes projets, tes aspirations ?

      • Nounane | 13 mars 2014

        Actuellement, j’ai rompu il y a quelques jours.
        Je rêve d’être une personne épanouie, comblée et fière de son parcours.
        Mes projets sont surtout de réussir mes études, faire un master et devenir comptable.
        Je ne souhaite pas vraiment fondé une famille ou avoir d’enfants ou même me marier.

        Besoin d’une épaule pour avoir confiance en moi.. je serai en désaccord, car avant de m’engager, tout allait super bien et je n’avais besoin de personne. J’ai perdu, en partie, confiance en moi dû à ma relation et certaines remarques de celui avec qui j’étais. J’ai du genre perdue tout ce que j’avais construit et ça m’a rendu au plus bas. Sinon, mes histoires amoureuses ont toujours été des échecs, je n’ai jamais compris pourquoi.

  • sebinou | 16 mars 2014

    Bonjour , je ne dois peut etre pas me trouver sur ce site vu que le nom du site en dit long mais c est en faisant une recherche sur google « l amour impossible »que je suis tombé sur ce site . Je suis pas une femme comme la plupart des gens ici mais je tiens a poser mes question a des femme car vous etes les seules a pouvoir me donner une reponse clair :-)

    J ai 26 ans ,elle en a 40 donc oui 14 ans de difference sa fait pas mal , mais l amour n a pas d age comme on dit !
    Nous somme collègue depuis 10 ans et travaillons de temps en temps ensemble et depuis quelque 2-3 ans je la taquine pour qu on sorte ensemble ,…ainsi que mes collegue de boulot me taquine pour que je l invite au restaurant quand elle est pres de moi ..d apres mes collegue nous irons tres bien ensemble …et la depuis 6 mois j ai l impressions que nous somme tres proche l un l autre et qu on se tourne autour .je commence a avoir des sentiment reel envers elle et je pense a elle h24 7j sur 7 a en devenir malade .j en suis amoureux , je ne suis pas quelqu un qui tombe aussi facilement amoureux ,meme voir d aimer une personne aussi facilement de mes 26 ans c est de la 2 eme personne que je tombe amoureux et la derniere fois date de 10 ans .elle connais une partie de mes sentiments car bien entendu quand on aime on ne peut cacher notre regard elle me dit d arreter de la regarder de cet facons , je lui fait des petit bisous « sur la joue »discretement elle me dit d arreter mais elle ne l est refuse pas plus pour autant….j aimerais lui montrer plus mes sentiment mais j ai peur de la facon quel reagis car on s entend super bien et j ai pas envie qu il est un malaise entre nous au boulot » mais avant que je les disse je mourrais avec car je suis tres timide et mes mot risque de s emmeler par l emotion » elle connais mes sentiment et me dit d arretr que nous somme collègue…mais a chaque fois qu on se parle nous somme assez proche et je la vois se passer la langue sur les levre… comme si elle est prete a me sauter dessus et elle le fait régulièrement sa n est pas arriver qu une fois et pour moi elle est autant attirées que moi je le suis. Je suis arriver a un stade ou je suis un peux perdu et je sais pas comment m y prendre .comment faire le premier pas , attendre quel le fasse ? L oublier ? Je l aime et j aurais du mal a l oublier aussi facilement sa m est tomber dessus d un coup sa ma fait bizarre au debut mais je l accepte .

    Ps . Elle est divorcée et a 2 enfants un de 19 ans et un de 11 ans.

    Merci de m avoir lu . Et d y repondre :-)

    • Anashka | 18 mars 2014

      Salut,

      Il y a quelques garçons qui viennent ici. Ils sont les bienvenus :)

      Est-ce que vous vous êtes déjà vu hors boulot ? Question conversation, vous êtes complice ? Est-ce qu’elle a des signes qui te montrent qu’elle est intéressée ?

  • sebinou | 16 mars 2014

    J ai fait un oubli . L oublier , j aurais du mal car elle va déménager a quelque maison plus loin de chez moi . je suis la bienvenu chez elle quand elle aura emménagé , je lui en est dit autant et la je me fait des films « romantique » . Elle est passee il a pas longtemps pour voir ou j habitais et sa ma fait un plaisir fou sa fesais longtemps que je n avais pas eu autant d emotion . Comme a chaque fois quel arrive au boulot j ai une sensation bizarre qui me donne du bien.

    • Anashka | 18 mars 2014

      Pour la séduire, il faudra que tu mettes un peu de côté tes sentiments. Mais, tu as une piste pour un rencard : fêter sa cremallière avec elle. Bonne bouteille de vin, bonne discussion :)

  • Sidonie | 17 mars 2014

    Ben qu’est ce que t’attends Sebinou ? Fonce !
    Elle a 40 ans et elle ne peut pas raisonnablement faire un pas vers toi tu comprends ? C’est pour cela que tout est dans tes mains là.

    • sebinou | 17 mars 2014

      J avoue que aujourd hui je l ai un peu travailler au corps du style prendre sa main , un petite massage des epaules et elle avait pas l air indifferente , malgrer quelque phrase en me disant  » je ne veux pas te donner de faux espoir » de jours en jours je lui donne un peux plus jusqu au jour ou elle crackera :-) je l aime et si je laisse tomber en ci bon chemin je risque de le regreter par la suite .

      • Anashka | 18 mars 2014

        « je ne veux pas te donner de faux espoirs » n’est pas un signe d’intérêt…

  • laeticia | 17 mars 2014

    Bonjour,

    je viens de lire votre article et je me sens concernée par ce sujet. J’ai 19 ans cette année et depuis 3 ans je vis un amour impossible avec un homme de 20 ans. Notre « relation » n’est pas restée au stade de l’amitié car nous avons couché ensemble mais il refuse de s’engager avec moi, du moins quand je lui envoie des messages, il ne réponds pas. pour lui, j’aurai tout fait : lui faire un enfant, me marier, mettre ma vie en pause… J’ai toujours essayé d’échapper à son emprise mais non ça ne marche pas, je le considérais comme l’homme de ma vie et en un sens c’est parce que nous sommes similaires sur bien des points. J’avais l’impression de voir mon reflet. Toutefois, il y a bien des problèmes: notre différence de couleur (bien qu’il veuille sortir avec une sino-française), notre différence de religion (chrétienne/athée) et surtout nos réputations et caractères respectifs!
    Pourtant, depuis 3 ans, il m’appelle et s’ouvre à moi. Chaque fois, il dit « c’est bizarre mais d’habitude je ne me confie jamais »… A chaque fois, je lui envoie des signes, j’essaie d’être là pour lui mais il s’en fiche.
    Dès qu’il cherche une opine, c’est moi qui lui donne des conseils et il les suit. d’ailleurs, en général, c’est moi qui donne des conseils à mes amis avec succès mais pour moi, ça ne fonctionne pas!
    j’essaie de m’éloigner de lui, c’est encore tôt mais je vais y arriver.
    j’aimerai néanmoins mettre un point final à notre histoire mais comment?

    • Anashka | 18 mars 2014

      Tout dépend vraiment de ta démarche :
      – si c’est mettre un point final : je te recommande de passer aux « aveux », de lui dire tes sentiments et de lui demander de se positionner. Ainsi, tu verras ce qu’il en est des sien et de ce qu’il est prêt à faire pour toi. (Je te recommande dans ce cas cet article : « comment oublier un OI » ).
      – si c’est tenter le tout pour le tout : je partirai sur un rencard et recommencerai à le draguer. (mais en cessant d’être présente en tant que pote).

  • doufel | 20 mars 2014

    j ai 30 ans séparé depuis 1 an après une histoire de 3 ans avec un juif (moi chrétienne) je suis desesperee. je n ai jamais réussi à parler à mes parents de notre relation (trop fermés et intolérants) lui si, meme si ses parents ne sont pas pour notre relation il a su m imposer, moi je n y arrive pas, aucun dialogue avec les miens, en conflit permanent avec ma mere.. je suis toujours en contact avec lui, il attend que j affronte mes parents mais n y arrive pas. c est l homme de ma vie, mon amour, mon ami et mon amant… malgres un an de rupture, une autre relation et avoir essayer de l oublier ce n est pas possible

    • Anashka | 21 mars 2014

      Est-il encore amoureux ? Comment est-ce que je peux t’aider ? Tu as envie de faire quoi, actuellement, avec lui ?

  • Anne | 22 mars 2014

    on s’aime ais il est moins âge que moi (6 ans). Sa maman est contre cet union. il veut arrêter. j ‘ai découvert qu’il a mis enceinte une autre que sa mère a accepté. Que faire????

    • Anashka | 28 mars 2014

      Comment en parle t’il à sa mère ? Comment lui se positionne vis à vis de tout ça ?

  • Gina | 28 mars 2014

    Anasha je peux te parler en MP ?

    • Anashka | 28 mars 2014

      Pour tout ce qui est conseil, c’est soit les commentaires soit du coaching payant. Je ne fais pas par MP et/ou message FB/mail.

  • Claire | 4 avril 2014

    j’ai rarement trouvé un article aussi bien rédigé sur cette douloureuse question.
    J’aurais aimé le trouver il y a quelques mois.
    Bravo tout de même.

  • Manon | 6 avril 2014

    Boujour, dans mon cas c’est un ami que je connais plutot bien qui m’a fait sa déclaration mais tous nos amis sont contre une relation entre nous car selon eux le connaissant il me fera souffrir. Mais de mon coté j’aurai bien tenté tous de meme cette relation car j’ai l’impression que cela pourrait marcher entre nous, seulement je ne veux pas perdre mes amis a cause de ca… Je ne veux pas qu’il se detournent de moi si je fais ce choix…
    Je suis perdu je ne sais plus quoi faire, j’ai besoin d’aide et de conseil…. s’il vous plait merci d’avance pour votre réponse…

    • Anashka | 7 avril 2014

      Salut Manon, si je comprends bien tes amis ne sont pas POUR une relation entre toi et ce garçon (au point de se détourner de toi ?). Est-ce que tu as parlé de ton dilemme à ce garçon ? Qu’est-ce qui fait penser à tes amis qu’il pourrait te faire du mal ?

      • Manon | 7 avril 2014

        Eh bien j’ai peur que certains d’entre eux ne comprennent pas mon choix… Pour ce qui est de lui en parler je comptais le faire des que possible, et donc demain, je compte egalement lui expliquer mes sentiments face a cette epreuve… Quand a ce qui fait penser cela a mes amis c’est en quelque sorte son passé, car dans certaines de ses anciennes aventures il s’est former autour de lui une certaine reputation ( comme par exemple parcqu’il avait trompé une de ses anciennes copine…) voila ce qui leur fait peur… Pour la personne qui je crains sera la plus rétissente a cette relation, jai déja essayer d’entamer le sujet avec elle et je pense qu’elle a compris mes sentiments mais elle s’inquiète toujours malgrès que j’ai essayer de la rassurer…

        • Manon | 7 avril 2014

          Cette personne m’a d’ailleurs raccrocher au nez lorsque j’ai essayer de lui expliquer la situation…

        • Anashka | 8 avril 2014

          Quel âge as-tu ? C’est féroce la manière de vouloir te « protéger » de tes amis… Au pire, tu te casses la gueule, tu te casses la gueule. Ca t’appartient.
          Tu me tiens au jus de sa réaction ?

          • Manon | 8 avril 2014

            Merci, nous avons reussi a régler les problèmes apres en avoir parler aux diverses personnes. C’est justement ce que nous leurs avons expliqué… Merci tout de meme pour vos reponses.

          • Anashka | 9 avril 2014

            Tant mieux :)

  • sonia | 11 avril 2014

    Je n’ai pas suivi mon amour impossible et clandestin, car au dernier moment, je me suis retrouvée devant ces 2 évidences : je ne pouvais pas quitter ma famille, enfants, mari, c’était trop douloureux; et je ne voulais plus de cet avenir très incertain …. entre autres lié à sa santé… alors oui, je l’ai quitté. Partagée entre nostalgie et soulagement. Alors oui, on en sort un jour, de ces p… d’amours impossibles, mais on en sort pas fière de soi.
    Je n’ai rien plaqué, j’ai fait demi-tour, et je reconstruis encore comme je peux.
    Lâche, infidèle, inconsciente, femme immature, égoïste totale ? crise de la quarantaine ? amour imaginaire ?… Il y a un peu de tout ça dans la femme que j’étais. Ah oui, Anashka, que disais tu à la fin de ton article ? : « D’accord, je l’aime. Mais est-ce que je désire vraiment la vie que cette relation me propose ? ».
    Toutes celles qui traversent un amour impossible devraient très tôt se poser cette question incontournable : je l’aime, mais si je quitte tout (ou beaucoup) pour cette relation, j’y laisse une partie de moi-même. Et ma famille aussi…

    • Anashka | 12 avril 2014

      Tu sembles te voir comme coupable : 1/ d’avoir vécue cette relation 2/ de l’avoir lâchée. Mais, est-ce que tu es vraiment coupable ? Tu as vécue une histoire qui sort des schémas (comme toutes les histoires qui ne sont pas des films hoolyhoodiens). Tu as appris des choses, tu as donné beaucoup, et aujourd’hui tu choisis de garder ta famille. Même si c’est dur. Ne te flagelle pas, ça n’a pas d’intérêt. L’important, maintenant, c’est de te reconstruire :)

      • sonia | 1 mai 2014

        merci pour ces paroles de réconfort Anashka. Je reprends tes paroles, en disant, oui, on apprend beaucoup de chaque relation. Y compris de celles qui se terminent.
        Mais la douleur est sans doute plus vive dans (ou après ) une relation impossible, c’est ce qui transparait de tous les précédents témoignages.
        J’ai tourné la page de cet amour impossible, et à la culpabilité s’ajoute aujourd’hui une remise en question personnelle. La thérapie par la parole me fait beaucoup de bien…
        Pour surmonter un amour impossible, reprendre gout à des choses simples qu’on avait oublié donne aussi beaucoup de forces : écouter ses enfants, boire un bon vin, retrouver une amie, faire du sport, profiter du printemps. Ca donne quelques forces pour reconstruire ce que j’ai failli détruire, pierre par pierre.
        Et écouter les paroles de Liane Foly « laisse pleurer les nuages »…

        • Anashka | 2 mai 2014

          Je vais écouter cette chanson dans l’immédiat. Pendant ma sortie d’un amour contrarié, j’écoutais beaucoup Agnes Obel et je faisais de la peinture. Ca m’aidait à rester dans ma bulle de mélancolie, de ne pas me faire violence pour m’en sortir, de laisser s’exprimer la douleur qui trainait (être sans cesse dans l’effort de bien être est épuisant, je crois aux espaces pour se ressourcer dans sa mélancolie aussi) et de guérir lentement. Mon mot magique était « tendresse », « tendresse » pour moi. Autrement dit : aimer sans désir de possession ou de présence, aimer pour l’existence même de la personne (sans avoir besoin de la rattachée à moi). Ca a été mon cheminement du moment, je ne sais pas s’il peut éclairer le tien…

          • sonia | 11 juillet 2014

            bonjour Anashka

            voilà, quatre mois ont passé. Quatre mois depuis cette rupture. J’oublie peu à peu cet homme, car je suis moins (beaucoup moins) dans la nostalgie. Je ne le vois plus. Mais j’ai la nostalgie de cette affection partagée, de cette complicité, de ces regards, de ces moments – même s’ils étaient « interdits ».

            S’il n’y avait pas mes enfants, mon travail, une amie, ma vie aurait plongé dans un vide important. Je sens le vide de temps à autre. Je suis avec ma famille, dans un mariage « de conventions ». Il faut appeler un chat, un chat, c’est le cas pour le moment. Se pourrait-il que quelque chose renaisse entre nous, après tout cela ?

            Dieu merci mes enfants sont là. La présence permanente de mes enfants à mes côtés a pesé lourd dans mon choix, autant que le manque d’avenir dans la relation avec cet homme. J’essaie de trouver un autre sens à ma vie, car même si j’ai fait le choix de la sagesse, du soulagement, j’ai aussi perdu beaucoup …. combien de temps cette situation durera-t-elle ? …. c’est ainsi…. Des femmes dans cette situation, il y en a beaucoup.

  • sidonie | 2 mai 2014

    Et bien moi je ne sais pas si j’y suis abonnée, mais force est de constater qu’un an plus tard exactement, je suis de nouveau face à une relation qui me dégrade, qui me fait du mal, mais avec un autre homme qu’il y a un an ! Un homme encore qui a l’air d’avoir la plus haute considération pour moi, du désir pour moi et qui pourtant se refuse à moi, tout en me gardant près de lui.

    Je pense que le problème vient de moi, donc.

    • Anashka | 2 mai 2014

      Pourquoi se refuse t-il ?

      • Sidonie | 2 mai 2014

        Par devoir de fidélité. Il est en couple mais il ne couche plus avec elle depuis 3 ans, elle vient de le tromper, il me parle toute la journée depuis 4 mois…Ils font maintenant chambre à part, il n’y a ni enfants, ni mariage….

        Je pense qu’il est perdu et incapable de faire un choix de prendre une décision.

        • Anashka | 3 mai 2014

          Quel est l’état de votre relation ? Déclaration ? Ex-aventure ?

          Tu peux me faire un point factuel, histoire qu’on puisse voir ce qui est jouable ou non ?

          • Sidonie | 14 mai 2014

            Le point est le suivant : c’est un adultère, plus platonique et amoureux que sexuel, mais un adultère quand même, bien qu’il s’en défende. Il commence d’ailleurs à s’en rendre compte et bien que son couple soit moribond, il continue de freiner tout en avançant quand même.
            Il sait que je l’aime, lui me parle de simple tendresse, mais dès qu’il boit le discours change et devient plus amoureux.
            Je ne sais plus quoi faire. J’ai essayé de le laisser. C’est impossible. Il me manque et je lui manque. Nous avons visiblement besoin l’un de l’autre mais mon mari sent qu’il se passe quelque chose et parle de me laisser partir…
            Comment faire réagir un homme qui est dans l’immobilisme ? Patience ou absence ? C’est toute la question que je me pose.

          • Anashka | 14 mai 2014

            Qu’est-ce que tu as déjà testé ? Immobilisme ? Absence ? Coup de pied au cul (lesquels) ? Et qu’est-ce que ça a donné ?

  • Océ | 13 mai 2014

    Amour impossible est le qualificatif exact. Difference d’âges de plus de 10ans, bien sûr je suis la plus âgée, j’ai presque vécu ma vie, un enfant, un travail, lui il est encore à la fac (d’ailleurs il était un de mes étudiants l’année dernière). Il m’a fait une cour assidue de plusieurs semaines et j’ai fini par craquer (et pourtant je savais qu’il avait une copine). Ca fait maintenant 6mois et je crois que la meilleure des solutions c’est d’arrêter, je suis tombée amoureuse de lui, je l’ai même dans la peau … Bref je n’ai pas le coeur de lui demander de rester avec moi, je l’aime trop et je veux qu’il vive sa jeunesse… Trop de pression sociale (on ne vit pas en France ou autre mais dans un pays où la société a une conception très virulente de ce genre de relation), je sais que sa famille n’acceptera jamais et en plus je n’aimerai pas être la responsable de sa rupture (il a failli le faire et je lui ai conseillé de rester avec elle). Je precise que je suis une maman solo (séparée du père de mon fils depuis presque 5ans, une toute autre histoire ….). Enfin il ne me reste plus qu’à trouver le courage de le lui dire. Déjà aujourd’hui je n’ai plus répondu à ses textos. Demain sera le grand jour … snif

    • Anashka | 14 mai 2014

      Tu ne peux pas poser le problème à plat AVEC LUI et voir les solutions qui sont possibles / jouables ? Peut-être que la rupture sera la meilleure, mais ce sera comme un accord : parce que votre relation n’est pas possible et que c’est un constat mutuel. Mais, il a peut-être son mot à dire (et envisager des choses pour vous).

  • Sidonie | 14 mai 2014

    J’ai essayé de le laisser, de lui dire au revoir. Il était triste mais résigné, car il dit qu’il ne peut rien m’offrir tant qu’il est engagé. Il est très stoïque et maitre de lui même.
    Je n’ai que très peu de prise sur lui. Il refoule beaucoup et est en train de faire le deuil de sa relation qui n’en finit pas de se terminer depuis des lustres…Il est assez déprimé et je crois lui apporter sa seule source de gaieté. C’est ce qu’il me dit parfois en tout cas.

    • Anashka | 15 mai 2014

      Je ne suis pas sûre de comprendre, vous en êtes où, aujourd’hui ?

  • Julie | 22 mai 2014

    J’ai 19 ans et j’ai vécu une idylle avec un homme de 45 ans, mon patron .. Il n’est plus avec sa femme mais il à 2 enfants. Lorsque notre histoire est sus la maman de ses enfants à jouer de ses manipulations pour que notre histoire se termine elle à inventer des menaces et à un impliquer ses enfants dans l’histoire. Depuis je n’aie plus de nouvelle de l’homme que j’aime. Ps: elle contrôle tout depuis qu’elle sait et me fait même croire qu’il se sont remis ensemble sauf que je sais que c’est faux. Elle lui à fait certainement du chantage car il aime plus que tout ses enfants, et elle lui a sûrement menacé de me faire des rouble mes aussi vis à vis de mes parents de confession musulmane. Je n’ai pas de doute qu’il tient à moi mais je ai plus de ses nouvelle. Je ne sais pas quoi faire ;-(

    • pixelline | 22 mai 2014

      hello, Julie, tu es sûre que c’était vraiment une histoire d’amour et pas juste « passionnelle » ?

      Pour la femme je peux comprendre ce qu’elle a fait même si je ne comprends absolument pas qu’on puisse mêler son gosse à ce genre d’histoire qui ne regarde que les adultes …

      Je crois qu’il faut juste laisser tomber c’est trop de problème pour toi mais je laisse Anashka donner son avis ^^

      • Anashka | 23 mai 2014

        Pixelline : est-ce que tu es sur le forum ? Parce que je te vois parfois ici et j’ai pas le souvenir qu’on est discuté dessus…
        (Tu vas bien ?)

      • Julie | 31 mai 2014

        Tu as raison pixelline, c’etait une histoire passionnelle … même très passionnelle.
        je savais ou plutôt je me doutais que ça n’allait pas finir en mariage et tou ce qui s’en suit mais jamais je n’avais ressentit ca. et je savais qu’il m’aimait tu sais on passait des journée complète ensemble avec une complicité si fusionnelle .. jamais il ne m’aurait fait de mal. nous savions que notre relation était impossible en tout cas officiellement mais nous voulions profité de nos sentiments. je l’aimais depuis si longtemps que de l’avoir enfin… j’étais tellement heureuse. il me rendait heureuse. il ne me cachait pas et était plutôt fière de moi. c’était clair pour moi il n’avait pas de femme mais une ex femme. la maman de ses 2 enfants. jamais je ne douterai qu’il n’était pas ensemble et qu’il ne le sont pas ! la rupture c’est passé tres bizarrement .. en fait tout d’un coup mon frère à reçu des menaces et des révélation que moi bien évidemment qu’il n’a pas cru. mais j’etais tellement mal ce jour là et en plus je pensais qu’il avait a voir quelque chose car il etait très perturbé et hésitant donc j’ai été un peu agressive avec lui en lui disant que c’était fini. il était émut et me disait que je devais toujours lui faire confiance que je lui avait apporté beaucoup de chose, et il était même … en larme :-( quand je lui ai dis que c’était fini ! j’ai raccroché ( par coup de nerf et de stress, je suis très impulsive) .le lendemain j’apprends que sa femme aurait recu des menace de mort que rien ne va que ca va trop loin que les menace de mort implique ses enfants. bref sa femme m’appel ( j’etais en cours) pour me dire qu’elle recoit des menaces de mort et me dire de ne me plus contacter ni travailler avec son  »mari » pour cette raison.. je ne la corrigeai pas quand elle me disait que c’etait son mari car je ne la croyait pas et que je devais avoir une reaction de fille qui n’a pas de relation avec son ex mari. je lui ai dis que j’allais arrêter de contacter son  » mari » mais que je ne comprenais pas les menaces de mort envers ses enfants. elle me disait que j’etais un peu trop proche de son mari et que elle ne voulait )plus que je le contact. bref j’ai eu son ex mari au téléphone qui m’a rassuré qui m’a dit que jetait majeur et que si demain il voulait demandé ma mains personne n’aurait à dire, et que même devant son ex femme et moi il pouvait dire que il n’etait plus avec elle depuis 2 ans. que c’etait juste la maman de ses 2 enfants. bien evidemment je l’ai crue ! la dernière chose qu’il m’a dit qu téléphone c’est  » je vais parlé a mon ex femme la parce que elle devient folle avec les menaces de mort et puis je te tiens au courant » depuis PLUS RIEN . pas de réponse à mes message rien . je l’ai appelé avec un autre tel il m’a répondu en disant que il était avec son fils et sa maman qu’il allait tout m’expliquait.. je lui en veux de me laisser souffrir comme ça ! son ex femme Control tout et fait en sorte d’être toujours au travail pour faire croire à mes amis qu’elle est avec lui et d’autre manigances ! je lui en veux tellement mais il me manque. la moindre des choses était au moins d’avoir de ses nouvelles ou me dire que c’etait fini je sais pas juste quelque choses. parce que j’ai une confiance tellement intense mais c’est ce qui me rends triste. je me dis que quand on aime tellement une personne peu importe les chantages, on trouvera un moyen de la tenir au courant de la rassuré! aidez moi, il me manque 8!!!!

        • Anashka | 2 juin 2014

          . je me dis que quand on aime tellement une personne peu importe les chantages, on trouvera un moyen de la tenir au courant de la rassuré!

          Malheureusement, je pense aussi… Tu es sûr qu’ils sont séparés tous les deux ? A part lui, qu’est-ce qui t’en a donné confirmation ?

    • Anashka | 23 mai 2014

      Quels moyens potentiels tu as pour le joindre ? Comment s’est joué la rupture de nouvelles ?

      • Julie | 31 mai 2014

        lis le message plus haut stp, j’ai besoin de tes conseils tellement précieux.

  • Matouuuuuu | 30 mai 2014

    Il y a quatre ans, j’ai vécu quelques temps à l’étranger et j’y ai rencontré un garçon. On se plaisait mais sur le moment je ne ressentais rien pour lui, et j’avais même refusé de me mettre en couple avec lui. J’aimais juste être avec lui, de temps en temps, comme ça. Puis je suis rentrée en France et il a commencé à me manquer! Je suis retourné le voir quelques mois plus tard et nous avons couché ensemble. A mon retour en France, je m’en suis énormément voulue : je venais de m’embarquer dans un amour impossible. En effet, comment concilier l’amour, la distance, les études…? Je n’étais pas de celles qui croient à l’amour à distance et je ne voulais pas débourser des sommes colossales pour voir mon « copain » tous les trois mois. Je lui ai donc expliqué que, pour toutes ces raisons, je ne reviendrai plus le voir, et il était d’accord avec moi. Je me suis mise avec un autre garçon, mais il hantait mes pensées, car nous continuiions à parler. Et puis, un an plus tard, n’y tenant plus, j’ai rompu avec mon copain de l’époque car je m’étais rendue compte que j’étais amoureuse de celui qui vivait si loin de moi. Mais quelques mois plus tard, c’était à son tour de se mettre avec quelqu’un: j’ai été très triste, et je pensais toujours à lui , je n’arrivais pas à m’en défaire.
    Et puis, l’année dernière, je me suis remise avec quelqu’un, dont j’étais vraiment amoureuse. J’en avais même oublié l’autre, en même temps, ça faisait trois ans que cette histoire durait, je trouvais que ça avait déjà trop duré. Mais l’été dernier, ce garçon a quitté son pays natal pour venir me voir, pile la semaine où mon copain n’était pas là… Nous avons une nouvelle fois couché ensemble.
    Depuis, nous nous écrivons assez régulièrement.

    Mais cette situation est absurde, puisque nous sommes tous les deux en couple, et parce que nous vivons loin l’un de l’autre…
    Alors j’ai décidé de couper les ponts une bonne fois pour toute… Sans le prévenir pour ne pas que je flanche et pour être sûre de ne plus jamais le revoir…
    C’est dur, mais je pense vraiment avoir fait le bon choix. Après, quand je vois que ce genre de deuil est impossible, ça me fait un peu déprimer… ^^

    Je vais essayer de passer le maximum de temps avec mon copain, de lire, de faire du sport, de me plonger dans les études… Pour ne plus y penser… Et je pense que tout finira par s’arranger…

    • Anashka | 31 mai 2014

      @ Matou, je ne sais pas quoi te dire, tant cette histoire est « écrite ». (Je ne trouve pas le mot). On sent ta douleur, ton déchirement, les peut-être fantasmes et projections liés à lui, ce truc qui vous unit et la question de « c’est moi ou lui ». Tu as choisis ta vie, c’est un bon choix, me semble t-il. Comment vas-tu ?

      • Matouuuuuu | 31 mai 2014

        Votre message est très gentil :)
        En fait, cette « histoire » s’est déroulée sur quatre longues années, et il y a eu beaucoup de rebondissements, mais pour vous épargner un texte interminable j’ai voulu tout synthétiser, d’où l’aspect peut-être un peu trop « narratif » (?).
        ça va plutôt bien en fait, je me sens comme libérée de ce choix que j’ai fait, je suis sûre que c’était le choix qu’il fallait faire, d’autant plus qu’il ne m’a jamais dit qu’il m’aimait… Et ça fait trois ans qu’il est avec sa copine… Donc entre sa copine et moi, il y a fort à parier qu’il choisisse sa copine.. De plus, j’aurais trop peur de « tout quitter pour aller le rejoindre » comme c’est écrit dans l’article! Finalement, je ne le connais pas tant que ça ; on ne parle pas la même langue, on n’a pas la même culture, et on ne se voit pas tous les jours… Je suis peut-être un peu trop rationnelle mais vraiment, j’ai déjà souffert en amour et je préfère minimiser les dégâts! :) et puis j’ai la chance d’avoir, de mon côté, un copain qui m’aime.

        • Anashka | 2 juin 2014

          J’aime beaucoup ce regard que tu poses sur l’amour, à la fois lucide (sur la réalité de la relation et du contexte), tendre (sur ta relation à tes sentiments et ta relation à lui), sans être désabusée…

          Bref, c’est un regard délicat qui fait du bien à lire. Je ne sais pas si tu fréquentes déjà le forum, mais j’aurai plaisir à te lire dessus :)

          • Matouuuuuu | 4 août 2014

            Oh c’est très gentil! Non je ne fréquentes pas le forum, pour la peine je vais y faire un tour ! ;)

  • littleli | 27 juin 2014

    Bonjour,

    Je viens de tomber sur cet article et je voulais vous dire MERCI ! Je sais enfin de quoi je souffre : OI. Cela fait un an que je ne pense qu’à un mec (un collègue). Je lui ai parlé très rapidement de mes sentiments. J’avais beaucoup de doutes sur ce qu’il pouvait ressentir pour moi. Il m’a toujours fait beaucoup de compliments, de regards, de confidences… bref, je me posais des questions et je ressentais beaucoup d’amour. Bref, je lui demande ce qui se cache derrière ses compliments. Réponse ambiguë : ces compliments sont sincères, j’ai raison de me demander s’il y a quelque chose, on en reparlera …
    Idiote que je suis, je me dis que je viens de le chambouler (il a bien compris que j’étais intéressée) alors j’attends. 1, 2,3 semaines et rien…. je relance à peine entre deux discussions… il m’entend à peine avec mon « on prend un verre bientôt? », « ouais un de ces 4″… première claque.
    Vacances d’été, on ne se croise pratiquement pas. Je tente d’oublier, de me dire que c’était un rateau fuyant mais un rateau quand même…
    En novembre, on se prend la tête et là j’explose. Je lui dis que je ressentais qqchose, que j’ai pris le temps d’en parler, qu’il m’a fait espérer et puis me laisser comme une grosse merde avec mes questions et mes sentiments. Je me mets à pleurer… Il s’excuse, me dit toutefois qu’il avait cru être clair, qu’au boulot c’est inapproprié…
    On en reste là… deuxième claque.
    Je sombre peu à peu dans une déprime. Le voir chaque jour me fait un mal fou.
    Et en même temps, j’ai besoin de le voir.
    J’en parle enfin à une ex-collègue et amie. Elle me rassure, m’écoute, me soutient et me conseille d’essayer une dernière explication avec lui vu que je n’arrive pas à passer à autre chose.
    Je le fais lors d’un déjeuner en tête à tête. Je ne pleure pas, je suis sûre de moi (il faut que ça sorte mais cette fois ci sans crise). J’engage la conversation sur nos esprits déprimés ces temps-ci… peu à peu, je lui confie ce qui ne va pas. Il ne comprend pas pourquoi je n’arrive pas à passer à autre chose. On en discute. Il saisit que j’ai des sentiments et que cela, on ne le fait pas exprès, ça reste parfois en soi. Je lui dis enfin que j’ai besoin d’entendre le « non, tu ne m’intéresses pas » pour en finir. Je lui pose donc la question qui tue « je suppose que tu ne ressens rien pour moi ? » Un petit non presque inaudible se fait entendre.
    Ce que j’aurai pu avoir en râteau direct lors de la première discussion a mis 10 mois à arriver… Incompréhensions, fuites, espoir… il y a eu beaucoup de choses dans nos comportements respectifs. Depuis avril (là ou j’ai entendu le « non » et l’ai accepté), cela va mieux.
    J’ai des « rechutes » car après quelques semaines de distance, le naturel est revenu au galop : on se parle toujours autant, on rigole ensemble, on se confie l’un à l’autre (moins qu’avant). La seule différence : plus de compliments de sa part ni de la mienne;
    C’est assez dur pour moi car même si mes sentiments se sont estompés, ce serait faux de dire que je n’en ai plus. De son côté, je sais qu’il m’apprécie. Je me sens bête d’être la bonne copine, qui a passé l’éponge sur son manque de franchise, qui est toujours prête à l’écouter… j’ai toujours une note d’espoir par moment (j’essaye de l’écraser mais elle revient cette bestiole !). Je vois bien qu’il ne se comporte pas avec moi comme avec les autres. Pourtant, je ne compte pas pour lui. Mes sentiments sont à sens uniques.
    Le seul point positif de tout cela, c’est qu’à chaque fois, je ne me suis pas défilée, j’ai dis ce que j’avais à dire.
    Voilà, je voulais poster cela car je comprends désormais que j’ai vécu un OI.
    Si vous avez des conseils, n’hésitez pas… je suis preneuse pour continuer à me reconstruire.

    • Anashka | 28 juin 2014

      Je me sens bête d’être la bonne copine, qui a passé l’éponge sur son manque de franchise, qui est toujours prête à l’écouter

      Tu ne peux pas couper les ponts ?

      (Sinon, je vais arrêter le suivis commentaire, je te donne les explications et ré-orientation pour un conseil ici : http://www.seduireunhomme.fr/2014/06/vie-du-site-commentaires/)

      • littleli | 28 juin 2014

        je crois que c’est la seule solution pour m’en sortir. mais a chaque fois que j’essaye de mettre de la distance soit je craque au bout de deux semaines soit c’est lui qui vient vers moi. Je crois que si je veux passer a autre chose et aller mieux il va falloir que je l’evite un maximum et que je lui porte plus aucune attention. tout cela m’a bcp blessée ces derniers mois et je commence seulement a ne plus trop avoir de coups de deprime. on m’ aussi dit que changer de job et donc d’environnement lié a ce mec serait une bonne chose…

        • Anashka | 29 juin 2014

          Pour passer à autre chose, oui, le mieux est de prendre autant de distance que possible. :/
          Tu as des pistes pour le travail ?

          • littleli | 29 juin 2014

            Il va donc falloir que je me fasse une ligne de conduite et que je l’ignore. Pour le boulot, je regarde des annonces dans mon secteur. Ce sera long mais malheureusement c’est le seul moyen pour changer d’environnement.

  • littleli | 29 juin 2014

    J’ai posté une discussion sur le forum ;)
    Merci !

  • lou-music | 8 juillet 2014

    Lui est professeur de danse . Il est en couple depuis plus d’un an et semble très heureux . Elle , s’est son élève . Elle craque sur lui depuis qu’elle la aperçu à son premier cours de danse mais n’ose lui avouer . Elle a bien trop de respect pour ce couple qui semble si mignon et ne veux faire de mal ni aux autres ni à elle même . Un jour , suite à un problème familial , elle poste sur un réseau social , un message de détresse ou elle dis qu’elle souffre du mal de sa famille . Lui , lui envoie un petit message pour la rassurée et en savoir plus sur ce qui la chagrine . Elle se confie à lui et il se confie à elle . Il lui raconte que sa petite amie est infidèle et qu’elle le fait souffrir. De fil en aiguille , ils s’attachent l’un à l’autre . Il l’invite au cinéma un soir , ils discutent. Il approche tendrement son visage d’elle et l’embrasse . Elle très embarrassée lui dis « non , pense à ta chérie » , il lui répond alors « pour se soir , oublions la et reparlons-en demain  » . Leurs histoire avance avec le temps , elle s’attache à lui et lui a elle . Mais voilà , elle repense toujours à la petite amie infidèle avec qui il est encore en même temps qu’elle . Elle a peur de se lancer , de tenter d’aborder le sujet. Car elle a un tempérament très timide. Elle sais qu’il est pris mais ne peux s’empêcher de l’aimer . Il lui dis qu’il l’aime mais continue d’envoyer des messages à l’incorrigible petite amie ou il lui dis qu’il l’aime , sans le cacher. Elle a peur de souffrir…. Elle a peur de faire souffrir aussi. Elle décide alors que tant que lui sera en couple . Ils n’iraient pas plus loin que des bisous. Elle n’as jamais eue de rapport et ne veux pas en avoir tant qu’il n’est pas libre. Elle ne veux pas devenir une briseuse de couple ou la sa maîtresse. Elle refuse de se donner pour la première fois , à un homme avec qui la suite est incertaine . Elle se demande si aimer quelqu’un qui ne le lui rend qu’à moitié est sérieux . Elle est très sentim.entale est ne peux plus faire marche arrière …. elle est amoureuse . ELLE c’est moi , et ceci est mon histoire… mon histoire qui me détruit.

  • littleli | 19 juillet 2014

    Bonjour lou-music,

    Je t’invite à poster ton histoire sur le forum. Moi, cela m’a aidé d’avoir des avis extérieurs.
    En tout cas, je pense que le mieux pour que cela ne « détruit » plus ou moins, c’est de parler à ce garçon dont tu es désormais amoureuse. Je suis timide également, mais à chaque fois que j’ai pris sur moi et parlé au garçon pour qui j’avais des sen timents, cela s’est bien passé. On a pas toujours les réponses que l’on attend mais au moins on avance, on en sait un peu plus. Il faut que tu saches s’il est prêt à quitter sa petite amie ou non (pourquoi restes–til avec elle si elle est infidele ?). tu peux tout à fait lui dire que tu ne veux pas vivre cette situation plus longtemps, que cela est trop dure de partager l’homme que l’on aime. Il faut qu’il prenne ses responsabilités. Et s’il ne les prend pas, tu sauras alors que la situation restera comme ça longtemps… Tu pourras alors prendre TA décision.
    En tout cas, je trouve que tu as beaucoup de courage et que tu as raison de ne pas aller plus loin avec lui vu la situation

  • Ziggy | 28 septembre 2014

    Il y’a longtemps, en 2012, j’avais laissé un com sur un article concernant les relations longues distances, racontant mon histoire chaotique que je vivais à l’époque. Vous m’aviez dit de faire mon deuil ect. Aujourd’hui en voyant cet article je suis d’accord avec une chose : faire son deuil est impossible lorsque l’on a aimé tellement fort quelqu’un et que pour plusieurs raisons, on ne peut pas être ensembles. A l’heure actuelle, je l’aime toujours et pense encore souvent à lui. Cela fait 1 ans et demi presque 2 ans qu’il est en couple avec une fille dans son pays. Malgré cela, dès le début de sa relation, on a eu beaucoup de mal à couper les ponts et pendant 6 mois, il me tournais encore autour mais je l’envoyais péter parce qu’il étais en couple. On ne s’est plus parlés pendant 1 an, je commencais à oublier et j’avais reussi a mettre tout ca dans une petite case qui faisait plus souffrir. Mais un jour, il est revenu comme avec un appel a l’aide. Jamais il l’avouera mais aujourd’hui avec sa copine je vois et comprend et avec la discution qui nous avons eue (je l’ai incendié et lui ai dit ses 4 vérités ap qu’il soit revenu disant qu’il étais perdu et qu’il en pouvais plus d’elle et que, quelques jours ap, il écrive sous une photo d’eux je t’aime t’es la femme de ma vie… J’ai pété un plomb disant qu’il étais menteurs, hyprocrite ect ect j’ai laché ce que je pensais depuis longtemps!!) qu’en fait, sa mère étais contre notre relation, je ne suis pas de son pays, je parle pas sa langue, la première nuit qu’on a passé ensembles sa mère lui a demandé de faire un test.. Sa famille est dingue de cette fille et elle est très amie avec la copine de son meilleur ami.. Autant dire que c’est impossible de quitter une fille que son entourage adore et valide pour une autre a distance avec qui ce serais très compliqué , de plus il m’affirme encore que cette histoire étais une expérience qu’il ne m’a pas aimée mais qu’il me souhaite de trouver un homme qui prendra soin de moi et m’aimera blabla mais à côté de ca, il est toujours la quelque part, a faire des pas vers moi. Il m’a aussi avoué que ses amis ont dit qu’il ne faisait rien pour se rapprocher de moi ect. Donc 2 ans ap, j’ai compris ses agissements bizarres. Il n’a pas écouté son coeur et a écouté son entourage et il a tout fait pour que ce soit moi qui parte de cette relation, lui n’y a jamais mis fin. On a décidé de redevenir amis ap la discution que nous avons eus et je suis triste car je sait qu’il est malheureux avec elle mais ce n’est pas ma vie ni mes choix, j’ai largement de quoi faire casser sa copine avec toutes les déclarations qu’il m’a faite depuis qu’il est avec elle, mais jamais je ne le ferais car ce ne sont pas mes affaires. Moi j’avance, je vit ma vie, mais je sait que quelque part il me pénalise aussi car je serais heureuse en amour avec lui. Mais c’est son choix, je le respecte. Un jour peut être il aura le courage d’affronter ca et on sera ensembles mais il faudra beaucoup de maturité et d’audace. Pas toutes les histoires impossibles ont une fin heureuse, mais nous on est jeunes encore (23) et si cela doit se faire, on se retrouvera. Je dois aller dans son pays l’année prochaine, peut être que de nous voir lui fera un déclic. Aucune idée, mais on dois vivre avec. Mais pour ses histoires la, il ne faut pas mettre la pression, déballer son amour ect. Cela doit être son choix, je lui ai dit que je ne voulais plus rien avec lui car je veux que si un jour il désire être avec moi ce n’est pas parce que moi je l’aime encore mais parce qu’au fond de lui, il saura qu’il m’aime vraiment et que c’est moi. Ce n’est que le jour où il aura ce déclic qu’il prendra les décisions qu’il faut et qu’il affrontera son entourage (qui fera un peu la gueule au début mais rien de grave) car je veux qu’il le veuille vraiment. Je sait ce que je veux et où j’en suis, mais pas lui. Alors je le laisse grandir. Mais un deuil est impossible, c’est sur. On vit avec et avec le temps, la douleur deviens moins forte et on recompose avec notre quotidiens et on range ca dans une case. Mais tout explose quand la personne réapparait. Quelques semaines après notre explication, il s’est mis a suivre mes meilleures amies sur insta, mais pas moi. Ca me fait sourire car c’est comme s’il faisait des petits pas vers moi mais sans s’impliquer car il a trop peur que sa copine sache qui je suis et me découvre, il me l’a déjà avoué. Il assume rien. Mais me garde sous la main, je le sait. Mais j’ai toujours refusé quoi que ce soit depuis qu’il est avec elle, car s’il veux quelque chose de moi, il doit être en couple avec moi. J’ai même refusé de l’héberger cet été, alors qu’il voulais venir, parce que je sait ce qui va se passer et que je refuse d’être cette fille la. S’il me veux, il doit prendre le package couple, et non amante cachée. Enfin bref, voila je voulais revenir dessus car à l’époque tu m’avais dit de faire mon deuil de cette relation, d’oublier et que ca allais passer.

    • Anashka | 30 septembre 2014

      Merci pour ce retour ! :) Comment tu vas ?

      • Ziggy | 30 septembre 2014

        Je viens bien, merci Anashka ! J’ai pris du recul et j’ai beaucoup arpenté tes articles à l’époque qui m’ont bien aidée :) Après, on apprend à vivre avec et puis, je suis jeune, j’ai le temps d’en rencontrer un autre ou qu’il se réveille ! Faut rester positif et vivre pour soit, ne pas regarder en arrière et se dire que le meilleur est à venir ! C’est ce qui m’a aidée à apaiser ma souffrance en tout cas :) Peut-être qu’un jour, je reviendrai te dire que finalement on est ensembles et qu’il a su s’écouter au lieu d’écouter les autres.. ou j’en aurai un qui sait ce qu’il veut ahah en tout cas merci, tu aides beaucoup de personnes ici, continues à faire ce bon travail !! Bon courage !!

        • Anashka | 1 octobre 2014

          N’hésites pas à faire u tour sur le forum si tu n’y es pas déjà. :)

  • XiaoYa | 28 septembre 2014

    Mon histoire à moi est bien récente. Je suis partie pour un an à l’étranger, en Chine. A peine arrivée, voilà ce gars pour qui je craque totalement, que ce soit physiquement ou juste mentalement. Je l’ai carrément dans la peau.
    Mais voilà il n’est pas libre et sa petite amie est en Corée.
    Seulement, je lui plais aussi. On en discute, et on décide d’une relation de « sex-friends », car il me dit de base qu’il ne quittera pas sa copine. Moi, je n’avais jamais été jusqu’au bout avec un homme avant ça, mais j’étais prête : la différence d’âge (19-25), la relation chaotique (de base c’est moi la maîtresse), la vitesse à laquelle la relation a évolué, rien ne m’a arrêté parce que je l’avais vraiment dans la peau. Pire, ça fait mal de le dire mais j’aime cet homme. Je peux paraître stupide mais je ne m’étais jamais sentie aussi bien avec un homme.
    L’acte sexuel a été une catastrophe, un vrai traumatisme. Aujourd’hui je le croise encore tous les jours et même si ma raison me hurle de ne pas retourner le voir, et mes amies aussi (heureusement que je ne suis pas seule), mon cerveau s’éteint quand je le vois.
    Pour finir mon témoignage, je dirais que je l’aime toujours. Je ne regarde que les faits et ne cherche pas à lui en vouloir ou à haïr les hommes. Je ne regrette pas d’avoir tenté l’expérience même si j’en bave aujourd’hui, car je n’ai pas de regrets. J’ai joué et j’ai perdu. Je suis tombée sur le mauvais gars voilà tout.
    L’amour impossible, oui, car il est clairement toxique pour ma santé physique, bien avant mentale ou morale. Se détourner n’est pas facile, mais il faut savoir parfois lâcher prise.
    Merci pour avoir lu mon histoire.

  • sonia | 15 octobre 2014

    bonjour
    j’avais posté au printemps, au sujet de mon témoignage à « comment surmonter un amour impossible ». Presque 8 mois ont passé depuis la rupture. Une dépression avec un épisode aigü de 4 mois a été diagnostiqué, juste après cette rupture. Je suis en rémission. Voilà, on survit aussi de cette façon à un amour impossible.

  • lali | 20 octobre 2014

    bonjour, c’est la première fois que je poste et j’espère malgré l’ancienneté de cet article, trouver une oreille attentive et peut être un conseil avisé car mon cas me semble désespéré.
    j’ai 29 ans, très investie dans mon milieu associatif, j’y ai fais la connaissance d’un homme il y a plus d’un an maintenant. Au départ, non habitué à attiré l’attention de ces messieurs, je ne voyais pas les marques d’attentions qu’il avait à mon égard. j’étais parfois troublé par son sourire et son regard rieur quand il se posait sur moi, ou ses petit clin d’œil complices qui me font littéralement craquer. mais je ne prenais ces approches que comme des marques de complicité amicale. Moi j’étais de plus en plus troublé par lui, à force lui parler, je nous découvrais des points commun et enfin il devenait petit à petit tous ce que je cherchais chez un homme. Puis ses marque d’affections devinrent plus évidentes. Des mots qui dérapent, des mains qui se promènent un peu partout un peu trop longtemps. et finalement lors d’un week end organisé en septembre et après avoir bien bu, nous avons craqué, et je me suis livrée à lui corps et âmes dépassant au passage des limites que je m’étais jusque là imposer (sexuellement parlant) avec lui tout était possible. Puis lorsque nous avons terminé, la réalité est revenued’un coup; glaçante. il m a dit que ça ne changeait rien entre nous, ni à sa manière de me voir, qu’il aimait sa femme et son fils (de sept mois ) et qu’il ne fallait pas que ça change quoi que ce soit .
    Depuis… distance, pas un SMS, échanges banales de mots banales quand je n’ai qu’une seule envie c’est de crier à tous combien je suis folle de lui. Le pire c’est que malgré sa conduite que mes amies proches qualifie d’abjecte, je ne peux m’empêcher de l’aimer, et il n y a que moi qui souffre de cet amour. et ma solitude est encore plus difficile à supporter.
    Comment faire pour l’oublier, passer à autre chose ?

  • reine | 2 décembre 2014

    Salut à tous je vis une situation que je n’aurai jamais désirer vivre même si il fallait tout recommencer,en problème avec mon fiancer,j’ai ouvert mon cœur à un homme aujourd’hui ça fait un an que je vis cet amour impossible,je l’aime tellement car il a toutes les qualités que je recherche mais,il es marié.comment faire je n’ai jamais aimé autant comme je l’aime,je veux qu’il soit toujours heureux,pour moi c’est impossible d’envisager ma vie sans pourtant l’aimer.mon fiancer je ne l’aime plus car il m’a tellement blessé,c’est cet homme marié que j’aime follement,comment faire je suis très embarrassée ? je réalise que l’amour ne se commande pas, on n’aime des personnes sans pourtant savoir ce qui nous pousse a les aimer encore et encore plus fort,je suis heureuse quand j’aime cet homme.

  • doberman | 31 décembre 2014

    ça vaut ce que vaut un témoignage, mais vos « amours impossibles » je ne semble fonctionner qu’à cela… et ça marche ! Certes ça laisse des traces douloureuses quand ça s’arrête (l’amour éternel, j’ai pas la certitude que ça existe.. bien que)… Mais qui a dit que la vie était facile ?!
    Donc je suis tombé raide dingue au sortir du lycée d’une nana qui ne m’aimait pas… et bien j’ai décidé que c’était « elle », et j’ai galéré comme un malade pour la conquérir… pendant 6 ans… puis elle a fini par accepter de m’épouser… pourtant aux yeux de ma famille c’était une folie: elle était gravement malade et notre union ne pouvait durer qu’un temps limité… et effectivement elle est décédée aujourd’hui. Mais que ça en valait la peine !!
    Depuis j’ai vécu 3 ans avec un ‘tite nana de 34 ma cadette… je vous dis pas la tête de l’entourage (lol) même si mon fils et la famille de ma compagne n’ont rien trouvé à y redire… et ça valait aussi le coup!
    ma philosophie c’est, comme vous vous en doutez, de ne jamais renoncer… ça ne rend pas la vie plus facile, mais bon sang, ça lui donne du corps et du sens !

  • mey | 20 janvier 2015

    Salut tout le monde, je veux bien avoir des conseils, j’ai 29ans et je suis en relation avec un homme de 53 ans divorcé avec 3 enfants, plus que 6 ans je suis très amoureuse de lui je lui proposais le mariage plusieurs fois mais tjr il refuse, que dois-je faire ?

  • Berserk64 | 26 janvier 2015

    Question histoire d’amour impossible , je suis en plein dedans . J’ai 34 ans Je suis tombé raide dingue amoureux d’une collègue de travail qui en a 36 . J’ai largué mon ex du jour au lendemain, le jour où j’ai couché avec elle pour vivre l’Amour avec elle . Pour elle au départ , elle ne serait que ma maîtresse . Elle a toujours était là pour moi , pendant la séparation qui a été un peu houleuse . Je la voyais comme mon amoureuse , mais me protégé beaucoup car je savais que pour elle les sentiments n’étaient pas là . Ils sont arrivés et quel bonheur j’ai ressenti . Mais à partir de là, j’ai commencé à avoir des comportements un peu égoiste , susceptible,impulsif,elle me m’étant,en face, devant mes difficultés , me tendant des perches pour me récupérer … Mais la peur de l’engagement ( elle a une fille de 16 ans ) des tentatives de sabordages de la relation , mais on reste ensemble . On a dû mal à gérer le conflit , enfin plutôt moi , et ce n’est qu’au pied du mur que je sors tout . Je multiplie , les erreurs , les maladresses . Mais elle m’écoute , reste près de moi . Là , après un peu plus de 8 mois , c’est un autre clash . Elle me dit que c’est fini , mais je pense qu’on est dans la peau l’un de l’autre . Pour moi , pour l’instant je ne la vois qu’au travail et elle ne veut dialoguer directement hors du boulot pour le moment . C’est complexe , c’est dur mais je sais que je suis en train d’évoluer et que je veux vivre le meilleur , le plus beau avec elle et personne d’autre . Alors , je travaille sur moi en ce moment , j’essaye de retrouver le plus beau et le meilleur de moi , travaille sur mon problème d’addiction à l’alcool ( Les AA c’est vraiment le top ) me remet beaucoup en question sur mes difficultés de comportements et relationnelles dans une histoire intime . Enfin , là , je vais laisser du temps , respecter son choix de break , et en espérant qu’on puisse dialoguer et repartir sur de bonnes bases pour enfin construire et non plus détruire . Enfin le détruire c’est un peu ma marque de fabrique depuis quelques années mais là j’ai une prise de conscience , une émergence d’un bloc de tout ce que je suis et de ce que je ne veux plus être . EVOLUER en peu de temps pour être avec la femme de vie . Je n’ai jamais ressenti cela avant . Elle , ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas ressenti de tels sentiments pour quelqu ‘un en l’occurence pour le coup moi .Alors on est en plein break depuis une dizaine de jours et je suis en plein combat avec moi même pour vivre le bonheur à ses côtés .

  • l'inconnue | 4 mars 2015

    Je vis actuellement ceci, plus précisément dans la période de « break ». déjà qu’avant ce n’était pas facile car en général ce genre de relation amène beaucoup de question qui nous font sans cesse réfléchir, mais je pense que la période de break est la plus dur à surmonter car c’est le moment ou l’inconscient fait réellement surface, mêler à la conscience ce qui entraine un chaos monumental, renforcer par ce que la personne nous dit les rares fois ou on le vois.

    En ce qui concerne le passage de « comment oublier un amour impossible », effectivement nous rentrons dans un deuil qui ne sera jamais totalement terminé car ceci laisse un gout de défaite dans la vie. Mais on apprend à redécouvrir la vie d’une autre façon par des passions enfouies au fond de nous qui font surface et qui viennent combler le manque qui s’est installé. Par exemple la musique, on se découvre une passion pour un instrument, qu’on apprend à jouer et qui au final ne nous lâche plus car pour remonter la pente on s’est attaché a quelque chose qui ne nous fera pas de mal et qui nous permettra de nous évader. Notre plaie non guéri devient un « atout » et nous permet d’avoir une grande créativité car notre ressentie est exprimé au travers de l’activité. Pour certains (comme pour moi) la musique permet une intense réflexion sur les problèmes rencontrés car certaines musiques ou paroles vont nous toucher fortement et en quelque sorte nous « parler », au final on fini par écouter ces musiques en boucle jusqu’au jour ou d’autres nous parle etc… Le sens donné aux anciennes musiques qui nous « parlait » avant n’apporte plus cette sensation et cela est signe que nous avons remonté en quelque sorte la pente, qu’on s’est « endurcir » pour certaines choses et qu’on est arrivé à accepter la décision.

    Vivre un amour impossible amène également certaines personnes à avoir peur de l’amour et donc à vivre les prochaines relations plus « passivement », on se crée des barrières pour éviter de refaire les mêmes erreurs, comme de s’attacher trop rapidement, de se dévoiler trop vite, etc… Nous gardons en quelque sorte des « distances » qui crée une sensation de se cogner contre un mur pour la personne qui essaye de nous « atteindre ».

    En conclusion, je pense qu’il est bon de dire que l’amour et la haine vont de pair car on peut basculer à tout moment de l’un vers l’autre, il faut juste le contexte adéquat. Comme le souligne Freud, Éros et Thanatos vont de pair. Je t’aime, je te détruis. Éros, c’est notre désir de nous lier amoureusement; Thanatos, c’est la pulsion de mort qui nous pousse à rompre le lien pour que notre moi reste tout-puissant. L’amour poussant à sortir de soi, le moi le combat.

  • crystal | 20 juin 2015

    Je suis tombée sur cet article un peu par hasard et je vis moi aussi une histoire d’amour impossible.
    J’ai rencontré cet homme il y a 5 ans maintenant, nous étions tout les deux déjà en couple. Mais le feeling est tellement bien passé que c’était comme une évidence pour chacun de nous. Sur le moment nous ne nous sommes rien dit (nous nous le sommes avoué bien plus tard).

    Bref, la première année on se parlait quasiment tous les jours, on était encore jeune (moi 19 et lui 20ans), et on vivait encore chez nos parents.
    Puis un jour sans explication il a « disparu » et ne m’a plus jamais donné de nouvelles.
    Il y a 2 ans il est revenu alors que j’avais réussi tant bien que mal à le mettre dans un coin de ma tête. C’était comme si la période de disparistion n’avait jamais existé. La même complicité, les mêmes regards…
    On avait grandi… moi j’avais 22 et lui 23… et pour notre plus grand bonheur on etait célibataire tout les deux. On a enfin pu vivre notre histoire d’amour au grand jour…
    Malheureusement, un jour pendant que j’étais en voyage, il a revu son ex, et sans trop savoir pourquoi il l’a embrassé. Il m’a tout avoué et comme il ne voulait pas la faire souffrir une nouvelle fois il s’est remis avec elle.
    Je ne lui en ai pas voulu mais j’étais vraiment très amoureuse, tout ce qui m’importait c’était son bonheur. Sauf que depuis cette histoire, ni lui ni moi ne parvenons à tirer un trait sur l’autre.
    Entre temps j’ai rencontré quelqu’un et j’ai eu un enfant… deux ans sont passés et il est toujours là, je suis toujours là, c’est plus fort que nous. On arrive même à se cacher pour pouvoir s’envoyer des sms… on passe parfois plus de 6heures à discuter non stop… on ne sait pas quoi faire. On respecte tout les deux la relation de l’autre mais impossible de s’oublier.
    Il y a quelque chose de très fort entre nous et ni lui ni moi n’arrivons à l’expliquer.
    Je ne sais pas si on peut qualifier notre histoire d’amour impossible mais je la ressens comme ça.
    Au bout de 5ans constater que rien ne change malgré nos efforts me pousse à croire qu’au bout d’un moment il va falloir bousculer un peu le destin.

    Je ne sais pas si j’ai été super clair mais voilà mon histoire.

  • natapayet | 13 octobre 2015

    bonjours je suis en couple et j’ai un enfant avec lui je l’aime mais j’ai aussi un amour interdit qui lui aussi m’aime. Comment faire ? Mon coeur balance et je ne sais plus quoi faire j’ai peur de leur faire du mal et je ne veux pas, aider moi s’il vous plaît !!!!!

  • Emma | 17 janvier 2016

    Je sais que cette article date un peu et sans doute que je n’aurais pas de réponse mais je pense que j’ai besoin de l’écrire car je me reconnais dans cette article…
    J’ai rencontré un homme il y a plusieurs mois. J’ai 22 ans je suis étudiante, il en a 28 il a un travail une vie mais qui est à 700km de moi. A force de parler on s’est rapproché on a décidé de se voir. J’ai passé quelques jours avec lui, des jours merveilleux. Puis à mon retour tout un tas de questions s’est posé, qu’est ce qu’on fait maintenant ? Où cette histoire nous mène ? est ce que c’est rationnel ? On a des sentiments l’un pour l’autre c’est une certitude. Pour l’instant on a choisi de pas poursuivre notre histoire, de pas se revoir de suite du moins et de laisser faire le temps. On garde notre complicité, on se parle. Sauf que je n’y arrive pas, j’ai envie et besoin de le revoir. Et j’ai besoin de savoir où ça va. J’ai besoin d’engagement, chose qu’il n’est pas près à faire et que je comprend. Et plus le temps passe plus je me torture l’esprit de question, d’angoisse, de peur et de doute. Je me dis que c’est un amour impossible. Du moins impossible tant que je suis dans les études. Je me demande si le mieux pour moi mais aussi pour lui est de pas s’oublier maintenant plutôt que de continuer comme ça et un beau jour se rendre compte que cette histoire n’aboutira vraiment à rien. Ou même qu’il me dise qu’il a rencontré quelqu’un d’autre (chose qui me ferra énormément souffrir). Peut être qu’il sera pret à s’engager et avoir une histoire à distance avec moi le temps que je finisse mes études, mais peut être que non. Je sais que si c’est non la chute sera d’autant plus dure car j’aurai espéré. Je ne sais pas quoi faire je suis perdu, et je souffre de cela. Je ne veux pas l’oublier mais j’ai peur que ça soit la seule option…

    • Christelle | 18 janvier 2016

      Déjà, il faut que tu te demandes si tu ne t’emballes pas trop vite. De ce que tu me dis, tu ne l’as pas beaucoup vu en vrai (quelques jours?). On a souvent tendance à être attiré par ce qu’on ne peut pas avoir, à idéaliser une relation, notamment au début. Tu lui parles beaucoup, certes, mais est-ce que cela ne sera pas différent si tu es vraiment en couple avec lui ?

      Autre point, une relation à distance n’est pas quelque chose de facile. Il faut beaucoup de communications, de confiance et de patience. Il faut une base solide. Penses-tu que c’est le cas ? S’il n’est pas du tout prêt et que tu réussis à le convaincre (par usure), le risque est qu’il craque dès les premières difficultés.

      Après, si tu penses qu’il vaut vraiment le coup, pourquoi pas. Mais il faut vraiment qu’il soit prêt (et toi aussi!)

  • Anissa | 15 février 2016

    Bonjour, moi je vis un amour impossible à cause d’une seule chose : la différence de religion. Je suis musulmane et lui chrétien. Il a 18 ans et moi 17. Dès que je l’ai vu et parlé pour la première fois, j’ai eu un coup de foudre immédiat. On a commencé à se parler, je l’appréciait de plus en plus.. La différence de religion ne me dérangeait pas du tout au début, et lui ça ne le dérange pas du tout. Au bout d’un moment, on s’est mis ensemble, je ne pensais à la différence de religion, je pensais qu’à lui, qu’à nous. Je l’aimais, je l’aime toujours… On a passé tellement de bons moments ensemble, j’étais heureuse avec lui, comme je ne l’avais jamais été auparavant. On se parlait du réveil au coucher, on a jamais cesser de se parler et les jours où on ne pouvait pas se parler, me paraissaient affreusement longs, il me manquait à chaque seconde, il me manque. C’est l’homme le plus attentioné, le plus tendre et le plus aimant que je connaisse. Je l’aime follement. C’est mon premier amour, je ne saurais décrire mes sentiments envers lui tellement ils sont forts. On s’aimer à la folie, on s’aime encore. Mais un jour la réalité m’a rattrapé, je ne pouvais pas faire ma vie avec un non musulman… Je ne pouvais pas vis à vis de ma famille et de la religion… Pourtant je vois en l’amour quelque chose d’au dessus de tout, mais c’était impossible de rester avec lui mais mon coeur s’accrochait à lui. Mais j’ai dû lui dire, lui dire que notre amour est impossible, il l’a très mal pris. J’étais mal, très mal. Je voulais rester avec lui, je me voyais faire ma vie avec lui! Vous me direz que je suis jeune, mais j’avais le sentiment d’avoir trouvé ma moitié, l’amour de ma vie.. Mais ce satané amour est impossible. Je pense tous les jours à lui, on se parle même encore tous les jours. IL m’arrive souvent de pleurer en pensant à lui et à cette situation. Je ne m’imagine pas continuer ma vie sans lui et pourtant il faut.. Rien que d’y penser, ça me met les larmes au yeux. J’en ai tellement marre, j’en veux au monde entier, je m’en veux même d’être tombée amoureuse alors que ce garçon est la plus belle chose qui me soit arrivée. Je l’aime profondément et je ne pense pas aimer quelqu’un d’autre comme je l’aime. D’ailleurs ça ne m’éffleure même pas l’esprit. Parfois je me dis que je n’aurais jamais dû me lancer dans cette relation, mais les sentiments, ça ne se contrôle pas. J’aime tout chez lui, son regard qui me fait toujours craquer, son sourire, son rire, quand il boude, il est tellement mignon. En plus, on est vraiment en accord sur tout, sauf sur cette satanée différence de religion. Je ne sais plus quoi faire, je n’ai pas la force de l’oublier, de ne plus lui parler, sachant que je sais pertinemment que je ne pourrais pas continuer de le fréquenter… Voilà j’avais un peu besoin d’extérioriser ce que je ressens parce que personne de mon entourage ne sait pour ce garçon, surtout pas ma famille, une seule amie est au courant mais elle ne comprend pas vraiment l’ampleur de mes sentiments que j’ai pour ce garçon… Merci de m’avoir lu

    • Christelle | 15 février 2016

      Le problème de la différence de religion est un sujet délicat, c’est donc difficile pour moi de te donner les conseils les plus justes. Je peux te dire malgré tout deux choses :

      – Est-ce que votre amour est réellement impossible ? Est-ce que, sur le long terme, si la relation se passe toujours bien, cet homme ne pourrait pas se convertir ?

      – Dans le cas où ce n’est vraiment pas possible, alors oui, il faut l’oublier. Je sais que c’est difficile, et que l’on a 17 ou 45 ans, faire une croix sur quelqu’un qu’on aimait profondément, c’est toujours difficile. Le danger dans ton cas est de faire une obsession sur lui, parce que cette relation tu n’as pas pu la « terminer ». Elle a un goût d’inachevé. Parce que votre début de relation a été magnifique, il se peut que tu idéalises complètement cet homme et c’est surtout ce qu’il ne faut pas faire.

      Il faut que tu sois forte. Je t’assure, sincèrement, qu’avec le temps tu finiras par passer à autre chose. Et oui, tu trouveras quelqu’un d’autre qui te correspondra aussi bien. Même si en ce moment même, tu penses sûrement qu’il est le seul qui peut te rendre heureuse. Vois cette relation comme quelque chose de positif, une belle rencontre que tu ne regrettes pas, mais qui est maintenant terminée. Romps les contacts avec lui pour que ce soit plus facile. Et un jour, tu verras, tu te sentiras mieux. Courage !

  • Anissa | 15 février 2016

    Oui, je pense que le mieux à faire c’est de rompre tous liens avec lui et d’essayer de l’oublier même si c’est dur. Il est très renseigné sur la religion musulmane et il n’y est pas fermé, il utilise même des mots musulmans sans s’en rendre compte, c’est naturel pour lui lol. Il faut dire que ses meilleurs amis sont musulmans et il ne refoule pas l’idée de se convertir mais ce ne sera sûrement pas pour maintenant et il se peut qu’il ne se convertisse jamais. Je ne veux surtout pas qu’il se convertisse pour moi mais si il le fait je veux que ce soit pour lui, car il le veut. Après, dans ma religion, on dit que c’est le mektoub, le destin et qu’il y’a quelqu’un qui EST surement qui est fait pour moi. Je pense qu’on a tous un homme OU une femme qui nous est destiné(e) et qu’il faut laisser faire les choses. Seul Dieu sait de quoi l’avenir est fait. Il faut laisser faire les choses je pense. Encore merci, et bonne continuation :)

  • Bouchon | 23 avril 2016

    Bonjour, je suis tombée amoureuse d’un homme qui m’a beaucoup aidée (ce n’est ni un psychologue, ni un psychiatre) En fait, j’ai tout de suite eu le sentiment d’avoir rencontré mon âme sœur et il a été tellement généreux et gentil (sans autre raison que l’empathie et l’altruisme) que ça m’a beaucoup touchée. Il est, de plus, adorable avec mes enfants et notamment l’aîné qu’il suit régulièrement en consultation et il a accepté de me donner un coup de main pour régler un problème (handicap) qui me pourrissait la vie, me donnant du temps qu’il n’a pas car il est débordé. N’importe qui pourrait penser soit qu’il veut me séduire, soit que nous faisons une sorte de « transfert » et contre-transfert mais je suis absolument certaine qu’il n’en est rien. Bref, nous sommes chacun mariés et avec des enfants mais nous devenons mal à l’aise depuis un moment comme si nous avions peur de nous laisser attraper par un sentiment autre qu’amical enfin c’est surtout son attitude qui me laisse penser ça (car pour ma part, je suis obsédée par lui et j’en ai mal au ventre)… je me dis que peut-être il veut m’éloigner parce que ce que je ressens lui apparaît à présent gros comme une maison et que ce n’est surtout pas réciproque ou bien que ça l’est mais qu’il ne veut pas (se) l’avouer. Bref, j’ai l’impression d’être confuse mais en gros, je ne veux pas me passer de lui parce que c’est l’ami rêvé pour moi et nous avions débuté une belle relation et même envisagé une collaboration professionnelle mais je veux vraiment faire le deuil de ce sentiment amoureux pour toutes les meilleures raisons du monde à commencer par mon mari et mes enfants qui méritent que je sois toute à eux et, je souffre trop de penser ainsi à lui. J’essaie de me convaincre mais c’est vrai: « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ». Est-ce que je peux dégager ce sentiment et reprendre le cours d’une belle amitié? J’ai peur que non mais j’attends vos avis/conseils. Merci!

    • Christelle | 25 avril 2016

      C’est une question assez difficile à répondre. Je pense que la principale étape pour faire le deuil d’une relation ou simplement le deuil de sentiments pour quelqu’un, est de « tuer » l’espoir.

      Or, nous savons tous à quel point cela est difficile. Surtout lorsque l’autre fait partie de notre vie.

      Ce que je te conseillerais, c’est d’être honnête avec toi-même et de te demander : est-ce que j’ai vraiment envie de tirer un trait sur cet amour potentiel ? est-ce que je serais capable d’être uniquement amie avec lui ? qu’est-ce qui est le plus important à mes yeux, risquer de perdre cet homme en m’éloignant de lui ou risquer de briser mon mariage en continuant à fréquenter l’autre ?

      La situation est d’autant plus compliqué s’il y a une grosse ambiguïté entre vous qui plane. Donc, si tu es vraiment sûr de toi, alors je te conseillerais dans un premier temps d’être honnête avec cet homme et de lui dire que tu souhaites pour le moment prendre tes distances pour faire le deuil de tout ça. Et lorsque tu te sentiras prête, mais vraiment prête, alors éventuellement envisager une amitié.

  • perdue | 10 mai 2016

    bonjour à tous, moi je viens de vivre une relation très compliqué qui m’as bouleversée et à laquelle je n’ai rien compris.je vous explique…
    J’ai rencontrèe un homme , c’était un grand coup de foudre, on s’entendait à merveille et était pareille, le soucis c’est moi j’étais en pleine séparation et ne voulais pas m’engager et quand j’ai fini par lui montrer que je m’attaché à lui je n’ai plus eu de ses nouvelles.. dc on a rompu (l’histoire à durer très peu de temps un mois en tout) et on ne s’est pas parler pendant plus de 15j par la suite on a repris contact et on s’est revu mais sans jamais se remettre ensemble on a couché ensemble quelque fois mais c tt . enfaite ct plus une relation amicale, le soucis c’est quand on se voit il me dit qu’il tient à moi et franchement je sais que c vrai ca se voit et se ressent (il s’est bcp confié ect) mais on est dans une situation un peu ambigue comme si aucun de nous deux voulait s’engager auprès de l’autre par peur de s’engager…. et la rebondissement encore une fois! l’autre jour il vient et m’apprend qu’il va partir quitter la région…ensuite quelque jours après il vient à mon travail et m’apprend qu’il s’est remis avec son ex(son ex qui au passage était présente ce soir la mais au moment ou il me l’as annoncé on était tt les deux à l’exterieur) ensuite il me vire de ses amis facebook mais à chaque fois que je le recroise il me dit qu’il tient à moi que je vais lui manqué ect que ca l’embete et sa copine c’est compliqué que en gros il ne tient pas forcément à elle… je ne sais plus quoi faire ni comment réagir ? votre aide est la bienvenue… que pensez vous de cette situation?

  • Lilou | 25 mai 2016

    Bonjour à tous, je suis tombée sur cet article en faisant quelques recherches. J’aimerai avoir votre avis sur mon histoire car j’avoue être un peu perdue.

    Il y a quelques années, j’ai eu un petit flirt avec un garçon, rien de très sérieux pour lui, nous étions adolescents. Pourtant, moi de mon côté j’avais de réels sentiments à ce moment-là c’est un peu comme mon premier amour. L’histoire a duré quelques mois. Dans les années qui ont suivi, nous nous voyons quelques fois (mais pas tout seul), et il a toujours eu un comportement protecteur et affectueux envers moi.

    Quelques années plus tard, malgré le fait qu’il soit en couple, on s’est rapproché à nouveau mais cette fois nous étions de jeunes adultes et les choses ont dérapé. De son côté, son couple n’était pas très solide beaucoup de séparations. Moi j’étais célibataire.
    Pendant près d’un an, on se voyait, au début pas souvent puis au fur et à mesure c’était régulier. Malheureusement, il a appris qu’il allait devenir papa. Là nous avons décidé d’un commun accord de ne plus avoir de contact, de ne plus se voir ni se parler.

    Et c’est ce qu’on a fait, jusqu’au jour où on a repris contact, deux ans après donc il y a quelques semaines. La situation est quasiment la même, il est toujours en couple, et ça ne va toujours pas très fort. Sauf que moi, cette fois je suis aussi en couple et follement amoureuse de mon copain.
    Pourtant, avec cette personne, en ce moment, on se parle, on s’est même vu une fois et ça a dérapé.

    Depuis je ne sais plus quoi faire, quoi penser, je culpabilise de ce que j’ai fais, je suis perdue car on a un lien indescriptible et on ne veut pas être en couple, juste profiter de cette relation spéciale.

    Qu’en pensez-vous ? Votre avis m’aiderait beaucoup. Merci pour ceux qui m’auront lu.

Commenter