Comment trouver l’amour quand on est timide ?

Par 20 Jan 2013 188 Commentaires

comment-trouver-lamour-quand-on-est-timide
Soutenir le regard d’un garçon nous paraît impossible. Il suffit qu’il tourne la tête dans notre direction pour que nous nous liquéfiions et que nos joues ressemblent à un coucher de soleil un soir d’été.

Alors, l’aborder, le draguer, le garder… On délègue ça à celles qui ont l’assurance bien installée dans leurs talons. Nous, nous en sommes incapables. Rien qu’à l’idée d’aller voir CE mec-là pour lui demander son prénom, nous frôlons l’infarctus.

Notre timidité ne laisse pas beaucoup de place à l’amour. Pourtant, ce serait chouette de vivre cette idylle amoureuse dont tout le monde parle.

Peut-on connaître ça, sans être obligée de passer par tous les artifices (inaccessibles pour nous) de la drague ? Finalement, comment les timides finissent-elles par être aimées ?

La timidité n’existe pas

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

La mauvaise : on ne rencontre pas l’amour avec une timidité maladive.
Les princes charmants modernes ne craquent pas sur les nanas incapables de soutenir le moindre regard. Par leurs gènes, elles sabotent toutes approches. Puis, une fille timide, ça intimide.

La bonne : la timidité n’existe pas.

Non ! On ne lance pas de cailloux sur la coach. C’est mal.

La timidité, une prophétie autoréalisatrice

(En rappel, tout un article ici)

Une prophétie autoréalisatrice est une description que vous faites de vous-même et à laquelle vous vous conformez.

Exemple : Vous vous dites que vous êtes timide. Votre cerveau déteste se disputer avec vous. Il vous aidera donc, à aborder un comportement plus timide encore. Ainsi, vous aurez la confirmation de votre timidité. Impossible d’avoir une autre image de vous.

Changer sa personnalité est irréaliste. Si vous partez du principe que c’est votre nature d’être timide, vous n’avez aucune chance de sortir de ce handicap.

(Oui, la timidité peut devenir un véritable handicap social, si vous êtes timide, vous le savez mieux que moi).

Autre bonne nouvelle : c’est que la timidité n’est PAS un trait de caractère.
Ce n’est PAS VOUS. Ce n’est pas ce qui VOUS définit. Votre identité n’est pas « experte en timidité ».

La timidité : un comportement

Face aux épreuves et challenges de la vie, nous employons des comportements :

  • certains sont efficace : réviser pour ses concours
  • d’autres moins : manger de la crème glacée à la suite d’une rupture

Si nous employons des comportements inefficaces, c’est :

  • soit que nous n’en connaissons pas d’autres
  • soit que nous n’osons pas les appliquer.

La timidité est un comportement, que nous utilisons en société, parce que nous ne savons pas faire autrement. Pour preuve, quand vous êtes seule chez vous, vous n’êtes pas timide.

À force d’utiliser un comportement, nous finissons par nous définir à travers lui. Pour sortir de ça, il faut commencer par admettre la première évidence : votre timidité est un comportement que vous avez CHOISI, à défaut d’un autre.

Troisième bonne nouvelle : on peut revenir sur ce type de choix.

La timidité n’est que la peur de l’échec

La timidité est confortable.
OK. Là, vous pouvez jeter vos cailloux. Mais pas trop fort. L’article n’est pas fini, gardez de l’énergie pour plus tard.

Malgré ses inconvénients (certes nombreux), la timidité présente UN avantage.
Avec elle, nous évitons toutes prises de risque. La timidité est donc une prudence excessive.

Imaginons, un garçon vous plaît. Vous vous dites « Je suis trop timide pour l’aborder ». Vous avez une « bonne » raison de ne pas vous lancer. Vous évitez, alors, un refus.

Certes, si vous tentez, vous pouvez vous confronter à un rejet. MAIS, vous aurez moins peur de vous lancer. Ainsi, vous réessayerez. Et plus on essaie plus on a de chances de réussir. Et plus vous réussirez, plus vous essayerez et moins vous serez timide. (Cercle vertueux, BIIIEN.)

 

      «

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles

     ».

Sénèque, un brave type, quoiqu’on en dise.

Ne pas oser se lancer avec un mec vous protège du râteau, mais aussi du succès. Qui dit moins de succès dit moins de confiance en soi. Et vous oserez encore moins. (Cercle vicieux, PAS BIIIEN.)

Comment casser le cercle vicieux de la timidité ?

Minute confession. (On en profite, c’est rare.)

Au collège, j’étais d’une timidité maladive. Surtout avec les gens qui avaient un peu de poils au menton (exception pour ma prof de math).

Un garçon me plaisait. Pire, un garçon POPULAIRE.

Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée, mais j’ai décidé de l’aborder. Pour ce faire, j’ai appris son emploi du temps et un petit discours par cœur. (on appelle ça, un OI)

Le jour où j’avais prévu de l’aborder, date marquée sur mon agenda un mois auparavant, il marchait loin devant moi, pour rentrer chez lui. J’ai donc cavaler vers lui, pour me retrouver essoufflée, en sueur, bégayante, avec une tremblote de malade dans les jambes. D’une traite, je lui ai sorti :

      – Je te trouve très mystérieux, j’aimerais bien mieux te connaître.

 

      – Heu. D’accord, si tu veux on peut devenir ami ?

 

      – NON ! Non-non, non ! Je n’ai pas couru comme une tarée, pour être ton amie !

 

    – C’est précipité, je peux prendre ton numéro et je te raccompagne chez toi demain.

Ça date un peu, ce ne sont que les grandes lignes. Le lendemain, nous nous sommes embrassés et notre longue histoire d’amour sérieuse a duré une semaine entière.

Le seul secret pour sortir de la timidité : oser un premier coup de culot.
Peu importe le résultat.

Prouvez-vous que vous en avez du courage à revendre ! Vous devez vous convaincre. Alors, OSEZ.

Depuis ce jour, à chaque situation intimidante, je me rappelle le courage de la gamine de 14 ans que j’étais, et j’ose. Et j’en ai pris des râteaux, des vestes, des refus, et alors ? THE END.

(Il faut imaginer la petite musique de film « Un jour, une histoire » de M6, sinon, le THE END, n’a pas tout son impact.)

Timidité, comment changer ?

1. On se répète : « Je ne suis pas une fille timide. J’ai peur. Ma peur est NORMALE. Qui n’a pas peur d’être rejeté ? MAIS la peur n’enlève pas le danger. Mieux vaut affronter le danger que le fuir. »

2. On choisit un challenge et une date de réalisation : aborder un garçon, tenter du speed dating, essayer les exos séduction)

3. On relit l’article sur le râteau. Il est ici.

4. On se lance. Bah oui. Il va falloir. La masturbation intellectuelle sur la timidité apporte beaucoup moins que l’action.

5. Peu importe le résultat, on se félicite d’avoir essayé. (Faites-vous un cadeau pour marquer le coup)

6. On analyse ce qui s’est passé, ce qu’on aurait pu mieux faire.
(Les commentaires sont là pour ça, abusez-en, c’est gratuit ^^)

7. Et l’on se relance, encore et encore. Jusqu’à ce que vous vous regardiez dans le miroir en vous disant, « Je ne suis pas une fille timide. Je suis une fille qui a des peurs qu’elle affronte ».

Et pour l’amour ? Dans le lot, il n’y a pas de raison qu’on ne tombe pas dedans.

Alors, quel sera votre premier challenge ? Comment comptez-vous vous y prendre pour le réaliser ?

Anashka,
Ex-timide
Pour me retrouver sur FB, c’est ici


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (188)
  • Aragëa | 20 janvier 2013

    J’adore j’adore comme à chaque fois :D

    Pour ma part je suis en plein milieu du parcours  » arrêter d’être timide »,
    Pendant le secondaire j’ai fais une énorme OI sur un mec, sa à durer de ma 3 eme à ma 5 eme et le début de sa ne date que de 5 ans.. Je savais tout, absolument tout ce qu’il m’était donner de savoir sur lui, que se soit qu’il ai manger un sandwich au ton de chez tartine and’ co et le lendemain un cheez » de chez lafriteand’go. Et pourtant , la seule fois ou je lui ais parlé, c’était pour un labo de chimie -et je remercie encore ma prof pour ce bon choix – et ce sur 3 ans dans la même classe. Ma timidité atteignait un point tel que j’en était malade, de peur de lui parler j’avais engine sur engine, pour me donner une excuse valable à mon incapaciter à lui parler (je suis une spécialiste des syndrome psychosomatique !) il aurait fallut un rien plus et je me serais retrouvée dans les vapes.

    Sa à continuer ainsi, tant que je restais en terrain connu, pas de souci de timidité, une fois que sa glissait sur le terrain du flirt.. les gens devaient me confondre avec un panneaux stops , et souvent j’avais une teinte de peaux digne de mes plus beaux pull bordeaux -la discretion à l’état brute-

    Petit à petit je réussissais à ne plus trop me laisser manger par ma timidité, mais le dernier gros rateau que je me suis prise (voir commentaire sur le sujet des Oi, et « est-il interresser » à cause de sa ma remit les pendules à l’heure : si tu ne te bouge pas le culs, tout va de nouveau te passer entre les mains !

    Du coup, bah je me soigne.. et j’en suis à avoir eut le culot de demander son numéro à gars très mignon -que dis-je, secy !- sauf que maintenant, il faut assumer et le plus difficile commence ! (c’est toujours plus facile d’oser les choses avec des amies qui zyeute et donne un coup de main, en plein milieu d’une ambiance de type « piste de danse  » ou personne ne nous connait et ne peut nous juger -parfaitement adapté pour les timides !, je conseille des amies, un petit verre et hop on tente les choses voir ce que sa donne, on peut être très surprit ! )

    • Anashka | 20 janvier 2013

      Vois les choses pas à pas pour ce numéro. Un sms pour prendre de ses nouvelles samedi, et si la discution est ouverte une proposition pour un café.

      Y a-t-il un nouveau challenge que tu pourrais te poser pour surpasser ta timidité ?

      • flifla24 | 21 janvier 2013

        Tu n’imagines pas à quel point tu m’as ouvert les yeux Anashka par cet article :O

        • Anashka | 21 janvier 2013

          Tant mieux ^^ (merci)

      • Aragëa | 21 janvier 2013

        Pour le sms je suis en train de tergiverser sur « je l’envoie, je l’envoie pas, je l’envoie , je l’envoie pas »

        Et au niveau challenge, je n’ai aucune idée.. j’ai déjà fait pas mal de chose sur les deux dernières années (théatre, improvisation, jeux de role grandeur nature dans tes tenues hyper féminine et des roles plus ou moins féminins qui sont l’antithèse de ce que je suis habituellement, ect ) bref tout un tas de truc et je n’ai plus trop d’idée pour essayer d’améliorer mon cas ^^’

        • Anashka | 21 janvier 2013

          Autre challenge : en envoyant un SMS sans te prendre la tête. s’il ne répond pas, c’est pas grave, toi tu auras fait tout ce qui est en ton pouvoir.

          • flifla24 | 22 janvier 2013

            Je trouve le dernier article d’ADS très intéressant, et peux aussi, nous aider nous les filles pour arrêter de paniquer et rattraper nos bêtises.
            L’article s’appelle « Comment Recalibrer son Game Rapidement pour Eviter les Râteaux. »

          • Anashka | 22 janvier 2013

            Je note.

          • Aragëa | 22 janvier 2013

            Bah, c’est ce que j’ai appliqué.. le détachement complet, et heureusement parce que mister sortie n’a pas l’air d’être pressé de répondre ^^

          • Anashka | 23 janvier 2013

            Conseil : lui, tu as fait ce que tu pouvais. Tu verras, peut-être, plus tard si la graine planter porte ses fruits.
            En attendant, tu es toujours une jeune et charmante célibataire. Pourquoi ne pas continuer à séduire ?
            (Je pense au sites de rencontres/ speed dating, si tu es dans une grande ville)

          • Aragëa | 23 janvier 2013

            Merci du conseil =) (dont je prends note tout comme les autres, vu qu’ils sont rudement efficace même pour un cas désespérer tel que le mien ^^ )

            Et pour l’optique « continuer à séduire », si l’occasion se présente pourquoi pas -au moins je ferais mes armes- mais dans l’immédiat je suis un chouillat trop isolée pour pouvoir y travailler régulièrement ^^

            J’ai testé un peu les sites de rencontre, mais je n’ai jamais dépassé l’étape de la discussion virtuelle (aucun n’éveillait ma curiosité et ne me donnait envie de m’expatrier pour une rencontre)

          • Anashka | 24 janvier 2013

            Tu es allée sur quels sites ?
            Comment ça, isolé ?

          • Aragëa | 24 janvier 2013

            AUM et Meetic, mais j’accroche pas .. rien d’intérressant et ce qui est un tant soit peu potable (orthographe, réaction et possibilité de discuter d’autre chose que de cul au bout de 2 phrases ) c’est largement trop vieux selon moi ^^’

            Et isolée, bah j’ai une ville à une heure de marche ou 10-15 min de bus, mais c’est un lieu ou la population de poisson rouge anémique est concentrée à 99,99 %. Les endroits qui , selon moi, sont assez bien pour se plier au jeux de la séduction sont à plus d’une heure de train /bus/ marche .. bref, rien de pratique ^^’

          • Anashka | 25 janvier 2013

            Effectivement, ça n’aide pas vraiment cette distance. Tu as une envie de déménager ou tu aimes cette campagne là ?
            (Tu vis chez tes parents ou non, je ne connais pas du tout ton âge..)

          • Aragëa | 25 janvier 2013

            J’ai 19 ans, et toujours chez les parents (trop compliqué de partir de là, je n’aurais jamais à moi seule la possibilité d’avoir un logement ou y entasser toute mes bestioles qui habite la prairie attenante )

            Personnellement j’adore cette campagne ! (qui n’est même pas assez campagne à mon gout avec la concentration de moule anémique et de poisson rouge à QI d’huitre dans les villages/petites villes qui entourent le coin).

            Le problème réel est que je n’ai pas encore put passer mon permis, et que n’ayant toujours pas de boulot .. bah les finances pour payer les billets de train et autre ne suivent pas ^^’ (enfin, sa devrait se régler sur cette année ci .. si je réussis les tests d’incorporations pour l’école royale des sous-officiers !) et pour palier à sa, c’est le système on sqwatte chez une amie qui habite la capitale tout les x temps ^^’

            ha, et une bonne nouvelle ..; après une semaine de silence j’ai enfin reçus un sms de mister sortie qui c’est excusé de ne pas avoir put répondre plus tôt n’ayant plus de crédit. Je n’ai pas de raison de ne pas le croire, donc je fais comme si il s’agissait de la vérité pure et simple (mais il attendra ce soir pour sa réponse nah !)

          • Anashka | 26 janvier 2013

            Oui, je comprends mieux (pour la campagne). Le permis, tu le retentes bientôt ?
            Pour mister sortie, effectivement, pas de raison de ne pas le croire ^^

    • aurrore | 22 mai 2014

      Salut! j’ai vraiment apprecie ton article, merci. j’ai 27, et si j’ai plutot bien reussi cote carriere et academique je ne peux en dire autant de mes relations sentimentales. Pour ainsi dire je n’en ai jamais eu, ou plutot je les evite ou je suis trop maladroite. Je ne suis pas timide naturellement, parce des qu’il s’agit de mes etudes ou de ma carriere je me surpasse et je fais tout pour obtenir ce que je veux. Mais malheureusement en matiere de coeur je suis moins temeraire, et je me sens paralysee, inconsciement distante des qu’un garcon s’interese a moi.
      Franchement je n’arrive pas a savoir ce qui se passe chez moi.

      • Anashka | 23 mai 2014

        Est-ce que tu veux qu’on prenne le temps de faire un point ensemble (via commentaire ou coaching) ? Ce peut-être un peu long, mais on peut trouver des pistes…

        Aujourd’hui, quand tu dis que tu n’es pas téméraire, tu as une situation en tête (qui pourrait nous servir de support de travail) ?

        Regarde cet article : http://www.seduireunhomme.fr/2012/12/comment-apprendre-a-seduire/ (il pourrait t’intéresser)

  • Boris | 20 janvier 2013

    Très bien l’article, s’applique aux hommes aussi d’ailleurs.

    • Anashka | 21 janvier 2013

      Elementaire, mon cher Boris.

  • Superbrunette | 21 janvier 2013

    Alors la timidité c’est mon credo.
    Au collège j’étais dans la phobie sociale. Au début du lycée idem (avec un OI de 2 ans sur le mec de mes rêves hyper populaire et tout…Qui a tenté des approches…que j’ai ignorées voire fuies. Oui oui.). En fin de lycée j’étais toujours timide mais la phobie sociale était vaincue. Les années suivantes j’ai fait un gros travail sur moi-même pour développer mon cercle social (je n’avais qu’une ou deux amies à l’époque, pas top). Je me suis bien améliorée pour ne plus rougir ou manquer de défaillir dès que l’attention se porte sur moi, intervenir dans des groupes d’inconnus etc…Mais encore aujourd’hui je reste, dans le fond, une grande timide. Je suis parfaitement incapable d’aborder un mec, je ne regarde jamais les gens dans les yeux, sauf pour faire genre aux entretiens d’embauche. Dans ce cas je pense à autre chose et je balance mon discours préformaté…Puis je rentre dormir chez moi, épuisée. Paradoxalement, j’ai le regard fuyant mais mes potes me verraient bien bosser dans les relations publiques. Cherchez l’erreur.
    A cause de ma timidité (peur de l’échec, du jugement…Appelez ça comme vous voulez), j’ai perdu des tas d’occasions, notamment en termes de mecs. J’aurais pu m’en faire 10 fois plus, holy sh*t !mdr

    • Anashka | 21 janvier 2013

      Quel challenge perso tu pourrais te donner pour OSER à nouveau passer un nouveau cap dans ton combat contre la timidité (que tu as déjà bien entamé) ?

      • Superbrunette | 25 janvier 2013

        si je savais ! lol Il y a tellement de chantiers sur lesquels je dois m’atteler qu’il faudrait déjà que je me fasse un planning, une liste de tâches…enfin que j’organise tout ça !

        • Anashka | 26 janvier 2013

          Les 5 premiers trucs, ce serait quoi ?

          • Superbrunette | 26 janvier 2013

            Euh…En gros…Que j’arrive à me sentir à l’aise avec les gens. Du genre « non, je ne suis pas en perpétuelle évaluation ». Et du coup me libérer du poids des mauvais jugements IMAGINAIRES sur ma personne. Et cela s’applique autant dans le domaine professionnel que sexuel ou familial. J’ai du mal à me reposer sur les gens, à les croire quand ils me disent quelque chose, à déléguer, à ne pas me dire que rien ne sera employé contre moi etc… Du coup très individualiste…et méfiante.
            Et timide parce que je pars avec ce gros boulet à ma cheville. Horrible, en fait j’ai toujours « peur » des gens je crois lol

          • Anashka | 26 janvier 2013

            Qu’est-ce qu’ils peuvent te faire au pire, les gens ?

          • Superbrunette | 27 janvier 2013

            Détruire l’image positive de moi-même que je m’acharne à construire…et que je tente d’aimer un peu plus jour après jour. Je suis bien dans ma petite bulle, je me sens protégée.
            Nota : je n’ai jamais dit que tout cela était rationnel ;) Et j’ai parfaitement conscience que ce ne l’est pas. Un jour déclic Superbrunette aura. Et timidité elle surpassera.

          • Anashka | 28 janvier 2013

            La petite bulle, sur ADS on l’appelle : zone de confort. C’est la zone dans laquelle on se sent à l’aise. Tout envoyer valser peut être difficile, mais faire quelques pas en dehors, de temps en temps, c’est une bonne manière d’élargir sa zone de confort.

  • Hilda | 21 janvier 2013

    Heureuse de savoir que la timidité n’est pas un trait de caractère et donc qu’avec de la bonne volonté et un peu d’entrainement la faire totalement disparaitre ^^

    Je ne te jettes pas les pierres anashka mais des billets de 10 ! xD

    • Anashka | 21 janvier 2013

      * anashka coure en pyjama Bob Marley (sisi) dans les billets * Viva l’argent !!!

      Une challenge pour le mois à venir qui permettrait de surpasser la timidité ?

      • Boris | 21 janvier 2013

        Cool, tu as enfin de l’argent pour que je puisse venir prendre le café avec vous ! :P

        • Anashka | 21 janvier 2013

          Hum… qui a dit que je partagerais ?

          • Boris | 21 janvier 2013

            Je boude.
            :(

          • Anashka | 21 janvier 2013

            Avec une petite moue ?

      • Hilda | 22 janvier 2013

        euh… je ne sais pas ben peut être essayer de tenir une conversation sympa avec mon cercle social qui est assez restreint je dois dire. Moi et mon FF on a repri le contact de mon coté sa va parfaitement j’ai de nouveau les idées bien en place comme quoi le silence radio ya du bon ! :)
        On a prevu de se voir la semaine prochaine il m’a demander plutot mais j’ai décliné… La reprise de contact ne s’est pas faite en douceur avec plein de reproche sur mon comportement avec lui :s mais m’en fiche ! Non mais je reve se prendre la tete avec un FF bizarre xD

        • Anashka | 22 janvier 2013

          Bah, dans fuck friend, y’a « friend ». Et se prendre la tête avec un ami, ça arrive, alors pourquoi pas un ami avec qui on s’amuse ? Qu’est-ce qu’il t’a reproché ?

          ça peut être une bonne idée de challenge, pourquoi ne pas les inviter à manger chez toi ?

          • Hilda | 22 janvier 2013

            Oui c vrai on peut donc se prendre la tête ek un ami avec qui on s’amuse ;).
            Il m’a reproché le fait que je suis un peu passive. Genre je ne le texte pas de moi même je propose rien .. etc je ne prend pas vraiment d’initiataive et d’un coté il a pa tord mais javais besoin de me retrouver seule sinn j’auarai craqué pour lui! pas bn xD

            Et pour ce qui est d’inviter mes amis à manger je peux pas vraiment je n’ai que 19 ans et j’habite chez mes parents … Au lieu de chez moi je peux carrément organiser une sortie de A jusqu’a Z ??!! se serait une idée ^^ et comme la soirée sera la mienne je serais obligée de faire des efforts pour parler et mettre de coté cette timidité.

          • Anashka | 23 janvier 2013

            Ce sont de bons reproches. Ils signifient : « je te coure après ». Donc, pour les textos, ne change rien. Simplement, tu peux proposer des sorties aussi. ;)

            Oui, pour les ami/es une soirée en extérieur, c’est TRES bien aussi. Tu as une petite idée de ce que tu vas organiser ?

  • Kenza R. | 21 janvier 2013

    Sympa l’article ! Une autre idée répandue est de penser que la timidité est une émotion. Or la timidité n’est pas une émotion. Ce serait plutôt une « pseudo-émotion », une attitude qu’on adopte dans certaines circonstances pour se protéger, pour cacher sa vulnérabilité et sa faiblesse par crainte de s’exposer au jugement des autres.
    Être timide est donc une façon de ne pas se montrer sous son vrai jour, de dissimuler ce qui se passe réellement en nous par peur de se faire rejeter.
    Ca ne fait pas partie de notre identité, c’est une manière de se protéger pour éviter que nos peurs ne deviennent réalité !
    Je recommande à celles qui ne l’ont pas lu, le livre « Tremblez mais Osez » de Susan Jeffers qui traite justement de cette peur de foncer et qui donne un plan d’action détaillé pour passer à l’action comme tu le conseilles Anashka !
    Quelqu’un a déjà lu ce livre?

    • Anashka | 21 janvier 2013

      Pas encore pour le livre. Mais je le note dans ma TO DO THE LIST.
      (Merci pour le complément, on pourrait même parler de trac VS timidité. )

      • Kenza R. | 21 janvier 2013

        Oui, et la peur finalement ne nous quittera jamais, c’est une compagne de route…faut apprendre à faire avec. Si on attend de ne plus avoir peur pour agir…on ne fera jamais rien.

        Pour le livre, tu me diras ce que tu en penses à l’occasion !
        Bonne soirée!

        • Anashka | 22 janvier 2013

          C’est pas dans l’urgence, je suis dans l’économie et la géo-politique en ce moment.

    • loulou | 27 janvier 2013

      je l’ai acheté du coup – pour 6 eur, c’est de l’or – merci pour la recommandation.

      • Anashka | 28 janvier 2013

        Tu me diras ce que tu en penses ?

  • loulou | 22 janvier 2013

    a imprimer, et coller a cote du miroir quand nous (les timides) doutons, merci pour la positive attitude!!! c’est vrmt bénéfique.

    • Anashka | 22 janvier 2013

      Oui, même avec les autres articles ça marche. C’est de la tapisserie instructives. ^^

  • KL | 22 janvier 2013

    Voilà je me suis enfin décidée à poster un com ici…
    Certes ça m’a pris du temps mais cet article m’a vraiment motivée, c’est exactement ce qu’il se passe dans ma tête…
    Je suis timide pour me protéger car la réalité c’est que j’ai peur de me lancer dans un terrain inconnu, j’ai peur de trop m’exposer ou même de me faire rejeter.

    Résultat: j’ai 25 ans et je n’ai jamais eu de boyfriend…non jamais!!!
    Pourtant je ne suis pas moche et même plutôt mignonne. J’ai un cercle d’amis bien développé et un boulot qui me plaît.
    Avant je ne pensais pas à ce genre de ‘choses’ mais maintenant que j’ai envie de me lancer j’ai peur.

    Pourquoi ai-je décider de me lancer?
    1. Car j’ai envie de partager ma vie avec quelqu’un, j’ai envie de croquer la vie à pleine dents et je sens au fond de moi que c’est le moment
    2. Parce que j’ai enfin (oui c’est l’une des rares fois) craquée sur quelqu’un…Quelqu’un de charmant, intelligent et intéressant mais le premier hic c’est que c’est mon collègue…
    Il n’est pas basé où je suis mais en moyenne il est là 1 fois par semaine maxi.
    Qu’est-ce que je ressens quand il n’est pas loin?
    Je suis GRAVE stressée et j’ai du mal à me tourner vers lui.
    Bref je ne sais pas si c’est juste un OI et je me demande dès fois si c’est pas ma curiosité me pousse à vouloir en savoir un peu plus sur lui car il m’a l’air inaccessible et mystérieux.
    Mais en tout cas j’ai décidé de me lancer (grâce aux encouragements de mes amies) et je lui ai proposé un café à l’extérieur du boulot et il a accepté…Mais finalement il a annulé en prétendant que tout était fermé en ville car c’était Noël mais une fois en ville j’ai réalisé que tout était ouvert :(
    On avait convenu de se rappeler le 26 pour prendre ce café mais finalement je ne l’ai pas fait à cause de ma  »découverte »et d’ailleurs lui non plus ne m’a pas rappelé.
    Malgré cet incident j’ai beaucoup pensé à lui pendant les vacances et je lui ai envoyé un message pour lui souhaiter une bonne année et il m’a rappelé…Donc je me suis dit peut-être qu’il est intéressé d’où son appel…
    Mais ensuite de retour de vacances je lui ai envoyé un texto pour lui souhaiter bon retour et en lui posant une question histoire de lancer une discussion mais il m’a répondu en anglais (alors qu’il se débrouille pas mal français) quelque chose de bateau sans même essayer de continuer la discussion.
    Donc voilà retour à la case départ. Cela m’a déçue et je n’ai plus rien tenté depuis…
    Ai-je bien fait? N’est-il pas dangereux de tenter qqch avec un collègue? D’autant plus que je n’ai jamais eu de relation avant? Next steps?
    Help me j’ai vraiment besoin de conseils…
    Merci d’avance…

    • Rouge-Gorge | 22 janvier 2013

      Je suis dans le même cas que toi KL : 25 ans et jamais eu de copain… :( (Par contre moi je crois que je suis un peu moche, en plus d’être timide… ^^ »)
      Bref. Je suis absolument pas qualifiée pour te conseiller mais je voulais juste te dire : bonne chance avec ton collègue ! Je te souhaite de tout coeur de réussir. Bisous !

      Et pendant que j’y suis : merci Anashka pour ce site !

      • Anashka | 23 janvier 2013

        Bienvenue Rouge-Gorge. ^^
        (Un peu moche ? qu’est-ce que tu pourrais faire pour te trouver un peu moins moche ? )

      • KL | 26 janvier 2013

        Merci pour ces encouragements Rouge-Gorge. ;)
        Je ne sais pas trop ce que veut dire moche mais il faut que tu travailles sur cet aspect d’abord…Si c’est a cause de tes cheveux va chez le coiffeur et offre toi une nouvelle coupe de cheveux. Moi je suis passée de noir, longs et bouclés à mèches blondes, dégradé court et lissé et ça a déjà été un énorme positif changement qui m’a redonné confiance en moi. J’ai aussi changé ma garde robe, commencé à me maquiller, m’offrir des soins.. Maintenant je me sens mieux dans mon corps et ca se repercute aussi positivement dans ma tête.
        Je suis persuadée qu’avant de vouloir plaire et aussi avant de s’engager dans une relation, ON doit s’accepter comme ON EST et bien sûre faire des efforts pour « s’entretenir ».
        On a 25 ans, on est jeune, dynamique, belle donc c’est le moment de se motiver, de découvrir et de voir de quoi on est capable.
        Je t’assure que la fierté qui arrive après avoir discuté/charmé un mec est un sentiment incroyable!!! On se sent moins timide, capable de plus et on veut aller chercher ce plus…
        C’est la peur de rater qui nous bloque mais pourtant je commence à réaliser que lorsqu’on se confronte à un échec ça fait aussi du bien. Après un échec on doit se relever et apprendre de ces derniers pour mieux de relever au prochain mais aussi éviter les erreurs qu’on a pu faire auparavant.
        Allez courage!!!!!!! Ensemble on peut s’en sortir et défier notre timidité…

    • Anashka | 23 janvier 2013

      Résumons, tu as craqué sur ton collègue de travail, vous deviez vous voir pour prendre un café. Café qui a été annulé.
      Tu as tendu quelques perches, il n’y a répondu qu’avec une demi-motivation.

      Est-ce que tu as bien fait ? OUI, tu t’es lancé que ça marche ou non, on s’en moque, c’est déjà quelque chose de GRAND pour toi que tu as accompli.
      Est-ce que c’est une bonne idée de tenter avec un collègue ? Non, c’est comme les EX. Ce n’est pas la meilleure idée amoureuse du monde.
      Est-ce que le fait que tu n’as jamais eue de relation avant entre en ligne de compte ? Un peu, pour la timidité que tu as à dépasser.
      Est-ce que tu NEXT ? Pas tout de suite.

      Est-ce qu’il t’avait envoyé des signes d’intérêts ? Comment se comporte-t-il avec toi et les autres femmes au travail ?

      (Soit la bienvenue ici, tu verras qu’on est de nombreuses timides et quand il y aura le forum, on pourra échanger d’autant les unes et les autres ^^)

      • KL | 23 janvier 2013

        Merci pour cette réponse rapide et pour le soutien!
        Merci à toi aussi Loulou j’apprécie vraiment tous ces rappels.
        J’ai pris note et je suis d’accord je comptais le laisser tranquille pour un moment mais je viens d’apprendre qu’il était malade donc je voulais lui envoyer un texto pour lui dire quelque chose mais en faite je ne sais pas quoi dire!
        Bref j’ai aussi prévu de l’inviter à un pub quiz avec d’autres collègues car on en avait discuter ensemble alors je me dis que ça peut passer inaperçue et en même temps je peux en profiter pour apprendre à le connaître.
        Je fais beaucoup d’effort car j’ai envie de me surpasser mais j’ai pas envie d’être relou mais comment trouver le bon équilibre?
        Et pour répondre à ta question à propos des signes je ne sais pas ou du moins je ne suis pas sûre car j’ai l’impression qu’il me regarde différemment mais ça c’est peut être parce que je suis nouvelle. Il affiche aussi un big smile quand on se croise dans les couloirs mais pas plus!
        Voili voilou je réfléchis encore sur le texto que j’essaie de rédiger…

        • Anashka | 24 janvier 2013

          L’invitation au pub quiz peut-être une bonne chose. Vous vous verrez hors du contexte et ça te permettra de ne pas paraître trop intéressée.

          • KL | 26 janvier 2013

            Hier je l’ai vu et honnêtement j’ai cru déceler un petit qqch quand il m’a aperçue.
            Est-ce qu’il était content ou mal à l’aise je sais pas mais ensuite il a voulu me présenter à quelqu’un alors que j’étais pas la seule à ne pas le connaître. Il n’a rien proposé aux autres. :)
            Dans l’après-midi je suis allé le voir pour discuter (j’étais trop relax car je me suis dis et répèté je n’ai rien à perdre!) mais c’était en open space donc j’ai pas pu lui dire « Hey tu as reçu mon texto », texto auquel il n’a pas répondu :(
            Mais il m’a dit que sa mère était là donc qu’il n’avait pas trop le temps…
            Pour le Pub Quizz il peut pas venir car il est en déplacement pour la semaine.
            J’ai décidé de patienter et de voir si il me relance ou pas…
            Et après on verra ce que l’avenir me réserve!

          • Anashka | 26 janvier 2013

            La patience me semble la meilleure stratégie pour le moment.
            Essaie, au cas où, de faire d’autres rencontres à côtés, de t’ouvrir à d’autres garçons pour ne pas sombrer dans un bel OI.

  • loulou | 22 janvier 2013

    @ KL:

    « On se répète : « Je ne suis pas une fille timide. J’ai peur. Ma peur est NORMALE. Qui n’a pas peur d’être rejeté ? MAIS la peur n’enlève pas le danger. Mieux vaut affronter le danger que le fuir. »

    2. On choisit un challenge et une date de réalisation : aborder un garçon, tenter du speed dating, essayer les exos séduction)

    3. On relit l’article sur le râteau. Il est ici.

    4. On se lance. Bah oui. Il va falloir. La masturbation intellectuelle sur la timidité apporte beaucoup moins que l’action.

    5. Peu importe le résultat, on se félicite d’avoir essayé. (Faites-vous un cadeau pour marquer le coup)

    6. On analyse ce qui s’est passé, ce qu’on aurait pu mieux faire.
    (Les commentaires sont là pour ça, abusez-en, c’est gratuit ^^)

    7. Et l’on se relance, encore et encore. Jusqu’à ce que vous vous regardiez dans le miroir en vous disant, « Je ne suis pas une fille timide. Je suis une fille qui a des peurs qu’elle affronte ».

    Et surtout: avoir confiance en soi, car avoir peur à ce point, c’est révélateur d’une carence dans la confiance en soi, alors que je suis sûre que tu es une fille formidable :-)) Au pire, ca ne marche pas avec le collegue, mais tu pourras next-er, tu seras en position de passer a autre chose et seras fiere d’avoir fait qqchose, un pas vers lui mm si un pas maladroit!!! il faut bien commencer qqpart!

    Bonne chance!

    • Anashka | 23 janvier 2013

      Loulou : +1

      ( Vivement le fofo, entre nous, on a vraiment de quoi se booster ^^)

      • loulou | 23 janvier 2013

        le forum? yes au forum, yes au girlpower – yes à l’entraide entre nanas! (pour mieux
        avoir les gars qui nous plaisent, hehehe)

        • Anashka | 24 janvier 2013

          Normalement, avant février. Je viens d’envoyer les catégories que je veux !!!!
          (j’ai hâte)

  • Cam | 23 janvier 2013

    J’adore cet article ! Je me reconnaît bien la dedans.. La timidité est un de mes plus gros soucis ( et pas qu’en amour.. :/ )

    J’ai été motivé une fois à aborder M et me jeter dans le tas mais à la dernière minute je me suis dégonflée… ( je sais je crains , lol )

    J’ai eu peur d’un râteau, d’une humiliation, et que tout le monde soit au courant de mon « kiff » pour ce garçon.

    Je me reconnais même dans ton anecdote : la fille amoureuse du mec populaire ! aha

    • Anashka | 23 janvier 2013

      Quel challenge tu pourrais te donner ?

      • Cam | 24 janvier 2013

        Bonne question !

        J’aimerais bien me prouver que je peux passer le cap de cette timidité.. Tu proposes quoi ?

        • Anashka | 25 janvier 2013

          Je ne sais pas, le challenge, c’est à toi de voir : *
          – regarde sur les exos séduction présent dans « comment apprendre à séduire ». Et tente-les par exemple.
          – pourquoi ne pas commencer du théâtre, l’année prochaine ?

          • Cam | 27 janvier 2013

            J’ai déjà fait du théâtre .. Mais j’ai arrêté, ça ne ma plaisait plus.

            L’idéal serait de tester cela sur un type d’ailleurs,pas d’amis en communs, comme ça j’évite de me faire humilier si je me prend un vent , LOL.

          • Anashka | 28 janvier 2013

            Et les sites de rencontres dont je t’ai parlé ? Tu as continué ?

          • Cam | 30 janvier 2013

            Non, je n’ai pas continué. J’avais un peu peur de recommencer par du virtuelle. J’ai eu envie de rencontrer quelqu’un dehors, à la fac, en vacances, en soirée… Je trouve ça plus facile. On perd moins de temps à savoir si il nous paît, vu qu’on a déjà une petite idée en le voyant en 3D aha

          • Anashka | 30 janvier 2013

            Tu as bien fait, je pense. Ton expérience virtuelle, tu l’as déjà vécue.

          • Cam | 31 janvier 2013

            Oui c’est pas comme ci je savais pas ce que c’est hein !
            Et d’ailleurs, il m’arrive de me demander « Et si mon ex était un gros psychopate ??? »

            NON quand même pas :P ( quoi que.. )

          • Anashka | 31 janvier 2013

            Bah, on va dire qu’il « avait ses défauts ».

            Tu te rends compte en Avril, je fête mes un an ici. Tu vois le chemin parcouru ?

          • Cam | 6 février 2013

            On parle même plus de défaut la. Bref, il ne mérite même pas que je parle encore de lui la.

            OUI et j’ai l’impression que c’était hier ! C’est dingue. et moi par contre j’ai aussi l’impression de stagner quoi.

          • Anashka | 7 février 2013

            Ce serait quoi pour toi « avancer ? »

          • Cam | 7 février 2013

            Pour moi avancer ce serait ressentir ce que je ressens aujourd’hui pour M. C’est à dire : RIEN !

            Ne plus penser à lui.. J’aurai voulu ne jamais l’avoir connu. C’est une rencontre que je regrette plus que tout. Il m’as pourri.

          • Anashka | 8 février 2013

            Pourtant, tu es passé d’un OI à de la colère-mélancolie. C’est pas le grand bonheur, j’en convient, mais tu as avancé.

          • Cam | 8 février 2013

            Je n’ai aucune impression d’avancer. Je suis toujours au même point. Toute ma vie, j’ai flashé sur des types qui en ont eu rien à foutre de moi.

          • Anashka | 9 février 2013

            C’est parce que tu n’oses pas encore croire que tu puisses plaire. Et, ça doit se voir.

          • Superbrunette | 9 février 2013

            Cam, la roue tourne. Ta revanche tu l’auras. Et ceux qui t’ont ignorée ramperont pour avoir tes faveurs (bien fait pour leurs gueules).
            Courage !

          • Cam | 11 février 2013

            Tu veux dire que mon manque de confiance se voit tellement que ça pourrait faire fuir ? Je n’y avais jamais pensé… :/

          • Anashka | 11 février 2013

            C’est possible, oui. ça joue beaucoup la confiance dans la séduction.

          • Cam | 11 février 2013

            Merci beaucoup Superbrunette ! J’espère que tu as raison, parce que je n’attends que ça !

          • Cam | 12 février 2013

            Tant pis pour moi dans ce cas, ça fait partie de moi , je n’ai jamais réussi à changer et je ne vais pas chercher à le faire.

            Pourquoi moi je devrais changer ? alors qu’il y en certaines qui obtiennent ce qu’elle veulent sans jamais rien faire.

          • Anashka | 13 février 2013

            Il ne s’agit pas de te changer. JAMAIS. Simplement, de trouver un mode de fonctionnement dans lequel tu sois plus à l’aise. On peut même assumer sa timidité ^^

  • cinni | 26 janvier 2013

    coucou tous le monde

    Pour ma part j’ai dépassé ce stade(de la timidité) depuis que j’ai trouvé ma voie.
    Une belle période pour moi tant au niveau sociale, boulot, physique, amoureux et mentale.

    Mais je constate que je ne tombe que sur des mecs qui ne veulent pas s’engager, qui m’ont trompé, ne me traite pas bien…et le pire de tout (si je peux dire ça) c’est que je n’attire que les hommes qui ne m’attire pas ni physiquement ni mentalement.

    Toutes mes relations se sont faites avec des hommes qui ne me plaisaient pas à la base et n’était pas forcement positif non plus.
    Je n’ai vraiment accroché physiquement et mentalement que sur deux hommes. Le premier s’est révélé être un gros c*** et le deuxième c’est lui même qui est venu me draguer mais n’a pas donné suite malgré mes SMS.

    Ma dernière relation(avec un homme qui ne me plaisait pas non plus physiquement) m’a ouvert les yeux sur la manière dont je voulais qu’on me traite dans une relation même si au finale il a fini par être méchant(j’étais vraiment sa princesse et pas juste sa p*** gratuite ) mais j’étais encore amoureuse d’un ex nocif(qui m’a trompée et est rester avec la fille en question mais qui ne voulait pas me laisser partir non plus;j’étais au courant de son existence mais elle non=la maîtresse de service en gros)

    La question est pourquoi je n’attire que ce genre d’homme(ils me veulent pour maîtresse mais pas pour femme) mais n’attirant pas ce qui me plaisent je sors quand même avec eux et surtout comment faire pour attirer les hommes que je veux?

    Je suis un peu en mode désespoir ce soir

    • Anashka | 27 janvier 2013

      Effectivement, ça n’a pas l’air d’être la forme. :/
      Bienvenue, tout de même.

      Je pourrais écrire tout un article sur ça : pourquoi on attire que des garçons qui ne nous plaisent pas ? Pourquoi les garçons qui nous plaisent nous font souffrir ?

      Est-ce que tu as déjà fait les premiers pas ? est-ce que tu as déjà séduis des garçons ?
      Si tu attends qu’ils viennent, tu auras beaucoup de choix. Et pourquoi rester avec eux s’ils ne te plaisent pas ?

      • cinni | 27 janvier 2013

        Merci et bravo pour ce site …vivement le forum

        Le premier pas on va dire oui et non, je savais que je lui plaisait;je l’ai laissé me draguer longtemps mais voyant qu’il ne me demandait pas mon numéro j’ai joué la carte cash.C’était la première fois qu’un garçon me plaisait vraiment.Sa c’est mal terminé(il sortait déjà avec qqun et m’a tout mis sur le dos comme quoi c’est moi qui l’avait dragué etc.) .
        Je ne séduis jamais j’attends que sa soit le garçon qui fasse le premier pas et après j’enchaine s’il y a besoin de le faire mais sinon non je ne séduis pas la première(je ne suis pas une bombe physiquement donc peur du gros râteau).

        Je sors avec eux par peur de finir vieille fille…au début je contrôle (ils n’y a pas d’attirance physique donc je suis complètement détachée) puis petit à petit (je m’attache ou tombe amoureuse) et bam tromperie, méchanceté etc. alors qu’à la base il me plaisait même pas.

        • Anashka | 27 janvier 2013

          Peut-être alors, qu’il faudrait que tu apprennes à séduire, pour ouvrir les possibilités. Pour ne pas te cantonner aux hommes qui viennent vers toi.
          C’est normal que tu t’attaches, tu commences à projeter avec eux. Et plus un homme prend de la distance, plus nous l’aimons, parce qu’il n’est pas accessible.
          Idem, il n’y a AUCUNE raison que tu finisses vieille fille.

          Comment tu fais pour travailler, jusqu’à maintenant, sur ta confiance en toi ?

          • cinni | 27 janvier 2013

            euhhhhhhhhhhhh!!! Confiance en moi…je dirais que je ne fais rien et surtout je ne sais pas quoi faire…j’ai lu le ebook gratuit sur la confiance en soi que tu propose mais je ne vois pas comment je pourrais travailler sur ma confiance en moi.

            Séduire…sa me fait vraiment vraiment peur mais j’avoue que sa ne va pas tomber tout cuit dans mon bec. Mais si ces hommes qui m’attirent ne me drague pas c’est que je ne les attire pas à la base? Sa ne changera rien de les séduire? Je me trompe?

          • Anashka | 28 janvier 2013

            Il arrive souvent que des hommes qui nous plaisent :
            – soit, ne nous voit pas
            – soit, ne nous voit pas comme partenaire potentiel
            C’est le jeu de séduction qui va inverser la tendance. Séduire, c’est viser d’être « remarquée » comme « partenaire potentielle ».
            Les séduire change tout. Même si tu peux te prendre des rateaux. Mais, est-ce vraiment grave ?

            Pour la confiance en toi, tu as pensé :
            – au théâtre
            – nouveau look
            – lire « libre, imparfait, et heureux »
            – les exercices de séductions proposé dans les articles dont je t’ai parlé ?

  • Manon | 27 janvier 2013

    « Sénèque, un brave type quoiqu’on en dise »^^… Ce st des siècles d’histoire de la philo que tu viens de démystifier!! Haha!

    C’est vrai que la timidité ce n’est pas un trait de personnalité… Je suis tjs surprise de voir qu’à un moment je peux être très entreprenante en tt, « survolant » ce qui me semble habituellement insurmontable, et à un autre je peux être complètement rongée par ma timidité.

    En fait, tout dépend de l’état du reste de ma vie… Malheureusement, c’est tjs la timidité qui domine grandemt. Pr les mecs, je me soigne doucement à coup d’exos pratiques comme tu le conseilles. Et, puis, tu me l’avais dit un jour, il faut draguer en étant soi i.e assumer sa timidité (la vaincre mais l’assumer): j’ai arrêté de vouloir être une totale femme fatale!!

    Merci pr l’article!!

    • Anashka | 27 janvier 2013

      L’avantage, c’est que tu as cette expérience de « survol ». Tu sais donc comment tu es quand tu n’es pas timide. A toi de te mettre dans le bain, quand tu as besoin de tout tes moyens, pour retrouver cette part là.

      Par quoi ça passe chez toi ? Musique ? Bon repas ? Voir des ami/es ?

      (Ouai, Sénèque, la philo, toussa, tout le contraire du côté obscur de la force^^)

  • cinni | 29 janvier 2013

    Je n’arrive pas à répondre à ton message du 28 janvier…
    Je reposte un commentaire du coup.

    Donc rien n’est perdu c’est juste qu’ils ne me voient pas ,au début , comme une partenaire potentiel.(Je médite là-dessus)

    Pour ma confiance en moi…le théâtre why not?, le nouveau look(en partie fait;reste plus qu’a continuer d’appliquer), j’achèterai le livre et pour les exercices j ‘essaye depuis aujourd’hui de soutenir le regard des hommes que je trouve mignon(bon je ne l’ai fait que deux fois mais j’ai tenu…c’était marrant à faire d’ailleurs) donc je pense pour commencer faire ça.
    Hier, j’ai fait un kino(toucher l’épaule puis le bras) à un garçon qui me plaît mais bon je ne suis pas certaine du résultat ni de quoi que se soit d’ailleurs mais sa m’entraîne. Je vais regarder les autres exercices.

    • Anashka | 30 janvier 2013

      Tu m’épates. C’est JAMAIS facile de se lancer au début. Mais, tu joues le jeu et tu essais.
      De quoi être très fière de toi !Tu as tenté de sortir un peu seule ?

      Il faudra que je fasse un nouvel article sur les exos séduction.

      • cinni | 31 janvier 2013

        le ciné sa compte? C’est une activité que j’adore faire seule…
        il faut que je tente les bars…je le fais toujours avec une amie

        • Anashka | 31 janvier 2013

          Bah, le ciné… pour les jeux de regards, y’a mieux ^^

          • cinni | 31 janvier 2013

            bon ben on va essayer les pub, bar et/ou café

          • Anashka | 31 janvier 2013

            Café : un bon bouquin ou le journal.
            Bar : un bloc note. (Ou des cours, si tu es étudiantes)

            (Pour ne pas avoir les mains vides en cas d’ennui et/ou pour offrir un openner à Monsieur)

  • cinni | 3 février 2013

    Je note je note…merci
    Reste plus qu’a appliquer

    Une sortie dans n bar ce week end mais avec des copines donc sa compte pas même si j’ai testé le regard sur un jeune homme et qu’il y a eu un « ca va? » lancé au loin …oui oui je prends des petits rien pour de grandes victoires c’est mon défaut mais petit à petit l ‘oiseau fait son nid.

    • Anashka | 4 février 2013

      Bien sur que ça compte !

      ça veut dire :
      1/ que tu as joué le jeu du regard
      2/ que tu as laissé la porte ouverte à la discussion.

      Ce sont de grandes victoires !

      Profites bien de ta soirée ^^

  • KL | 24 février 2013

    Hello ladies!

    Je relance un com ici car je pense que c’est l’endroit le plus approprié.

    C’est ncore moi l’éternelle célibataire prête à se lancer ;-)
    Anashka, j’ai bien suivi tes conseils, je patiente avec le collègue et je m’ouvre à d’autres possibilités, enfin j’essaie.

    Background: j’avais pris l’habitude de contacter un mec quand j’étais de passage dans sa ville pour aller au resto et je n’ai jamais envisagé quoi que ce soit avec lui car pour moi à l’époque c’était claire je n’avais aucune chance avec lui (trop un BG)
    Mais là je sens qu’il me plaît de plus en plus et que je suis limite gaga quand je sais que je vais le revoir.
    Le truc c’est que je n’arrive toujours pas à me lancer en vrai!
    Je me dis et je me répète « KL tu n’es pas timide (les timides, ça n’existe pas, lance toi tu peux y arriver » mais je flippe grave et je bloque (je suis une lâche sérieux).
    J’ai l’impression qu’il va se moquer de moi et je sais pas comment m’y prendre.

    Quoi faire? Comment?

    P.S: je le revois bientôt c’est pour ça que je pose toutes ces questions.

    Voilà bisous

    • Superbrunette | 25 février 2013

      @KL : si tu veux la jouer subtile, peut-être qu’un petit jeu de kino peut être bienvenu ? L’air de rien tu établis des petits contacts : en lui parlant du poses ta main sur son épaule/bras/avant-bras, tu essaies de le regarder de temps à autre dans les yeux (si tu y arrives, je sais que ce n’est pas simple quand on est timide), tu ris à ces blagues et le taquines un peu…Et sinon il y a l’arme fatale : le sms. Pourquoi ne pas le cuisiner un peu par ce biais-là ?

    • Anashka | 25 février 2013

      Salut KL, contente d’avoir de tes nouvelles.

      C’est une bonne nouvelle que tu lâches prise avec le collègue.
      Pour ce garçon, s’il accepte le restau, c’est peut-être qu’il n’est pas complètement indifférent ou, au pire, qu’il t’aime bien. Donc, même si tu es face à un refus, ce ne sera pas de la moquerie. Simplement, un écart d’attente.

      La question, c’est comment s’y prendre.

      Est-ce qu’il t’a envoyé des signes d’intérêt lors de vos précédentes entrevues ?
      ESt-ce que tu te sentirais d’orienter la conversation sur les hommes, les femmes, l’amour, le sexe… pour :
      1/ tâter le terrain
      2/ sexualiser, c’est de la sexualisation naturelle.
      3/ lancer des regards qui en disent longs pendant le repas ?

      J’attends de news, bisous.

      • KL | 25 février 2013

        Merciiiii pour vos coms. Je me sens prête à essayer mais je me défile toujours. C’est trop dure pour moi. Pourtout je suis convaincue que si je passe ce cap je pourrais plus facilement me lancer dans le future. Il serait peut être temps! ;-)
        Bref je vais tenter les regards coquins (P.S: pour moi c’est pas un soucis de regarder les gens dans les yeux). Par contre ce qui est de la partie « sexualisation » de la discussion je ne crois pas que c’est dans mes cordes mais on verra sur le coup si je peux « tester ».
        Les signes d’intérêt OMG j’essaie de tout déchiffrer à chaque fois donc je ne pense pas être assez objective pour pouvoir te dire quoi que ce soit à ce sujet là…
        Promis je vous tiens au courant car je le vois ce week-end!^^
        Bonne soirée! Et n’hésitez pas si vous avez tes tips à m’envoyer pour m’aider à me lancer et à dédramatiser!
        Bisous

        • Anashka | 26 février 2013

          J’attends de tes nouvelles. ^^

          • KL | 3 mars 2013

            J’ai pas géré!!!! OMG je m’en veux troooop j’ai rien tenté et je suis même restée bloquée. Je sais plus quoi faire sérieux je suis perdue et j’ai l’impression que je ne vais jamais y arriver…

          • Anashka | 4 mars 2013

            Du calme. Tout va bien. Se planter arrive à tous le monde. Raconte, qu’est-ce qui s’est passé ? (On peut voir pour rattraper le coup..?)

  • KL | 6 mars 2013

    C’est bon je me suis calmée mais je m’en veux tellement!
    Alors:
    1. Il y avait 2 amis mecs autours donc ça ne m’a pas aidée et je me suis même braquée
    2. J’étais pas en état le samedi soir donc on a dû rentrer plus tôt et je me suis endormie comme un bébé (et je leur ai un peu gâché la soirée du coup)
    3. Il a passé le we à commenter le cul des filles qui passaient dans la rue et j’avoue ça m’a un peu blasée
    En conclusion j’arrive pas à sortir de ma zone de confort, je me trouve des bonnes raisons pour pas me lancer. Par contre plus je le vois et plus je craque et je ne comprends pas pourquoi…C’est le genre BG qui se tape pleins de nanas et qui aime les femmes avec de l’expérience (oui oui il me l’a dit)
    Bref je pense que je me faisais des illusions (malgré les signaux que j’ai cru recevoir qui n’étaient en faite « que » de la gentillesse) et j’en déduis NEXT…
    Qu’en dis-tu?

    • Anashka | 7 mars 2013

      Fais lui part la prochaine fois que tu le vois/ as de ces nouvelles, de ce retour de soirée.
      Tu espérais le voir un peu seul à seul, il y avait ses potes. Et, s’il tient à commenter le cul des meuf, non seulement c’est pueril, mais ce sera sans toi.
      Tu es désolé d’être rentrée tôt, mais il n’a franchement pas été délicat.

      Et, de là, suivant la réaction : NEXT.

      (Les mecs qui commentent des culs et se vantent de leurs coucheries ne m’inspirent pas confiance. Ils sont sexy, c’est certain, mais ce ne sont pas des mecs fiables).

      • KL | 7 mars 2013

        Merci Anashka pour ta réponse. Et je suis conscience qu’un mec comme ça n’est pas forcément fiable comme tu dis si bien mais il me plaît. J’ai envie d’arrêter de penser à lui mais je crois que je fais un OI :-( Le deuxième de ma vie en si peu de temps ça commence à m’effrayer un peu quand même. De sentir que je m’attache aussi vite et que je ressens le besoin de le voir/contacter plus souvent ça me fais peur!…Mais je vais persévérer un peu plus et on verra. Je vous tiens au courant! Bisous

        • Anashka | 7 mars 2013

          Tu as lu l’article sur L’OI ?
          Peut-être que tu te sens un peu seule, en ce moment, c’est pour cela que tu t’attaches facilement. Qu’est-ce que tu en penses ?

          • KL | 10 mars 2013

            Effectivement je pense que tu as raison Anashka :-(
            Mais je ne le saurai jamais si je ne tente rien mais j’arrive pas à me lancer!!! J’arrive pas à me décoincer…

          • Anashka | 10 mars 2013

            Quelles pensées tu as quand ça bloque ?

  • KL | 10 mars 2013

    Je pense que je suis ridicule et je pense que je vais mal faire…

    • Anashka | 11 mars 2013

      Ok. C’est possible que tu fasses mal et que ce soit un peu ridicule. Mais, ce serait grave ? Réellement ?
      Au point de ne pas te lancer ?

  • Marie | 15 mai 2013

    J’adore cet article et les commentaires qui vont avec, vraiment.
    Pour moi il arrive en 2e position des articles les plus helpful et powerful que j’ai lu sur ce site, celui sur le slut-shaming étant mon n°1. (Je les ai pas encore tous lu donc j’en découvrirai surement encore d’autres des comme ça!)

    Mais franchement, merci.
    Tu peux être fière du travail que tu fais pour faire vivre cette belle « communauté » ;)

    • Anashka | 16 mai 2013

      C’est vraiment gentil.

      Je pense que je ferais un top 10 des articles préférés à Noel, sur l’année précédente. Sous forme de vote, ce pourrais être cool, à voir comment ça peut se mettre en place.

      • Marie | 16 mai 2013

        Ouai ça pourrait être cool!

  • Sandra | 24 août 2013

    Salut Anashka, je suis aussi tres timide et j’ai suivi tes conseils pour aborder un mec qui me plait depuis longtemps, sachant qu’il est timide aussi: je lui ai parlé sur fb pour lui proposer de se boire un verre un jour sur le campus (on est dans la même fac) il ne m’a jamais répondu! Je l’ai relancé et il m’a dit qu’il était occupé, comme je voulais etre sûre que je lui plaisais vraiment pas je lui ai dit que je prenais ça pour un refus et que c’était pas grave… Il a répondu qu’il était ok et qu’on en reparlerait mais il m’a jamais recontacté je comprends rien… Le pire c’est que je le vois souvent à la fac et il m’ignore complètement (avant on se parlait un peu), je me sens vraiment ridicule, nulle et je n’arrive pas à me le sortir de la tête, besoins de conseils svp :)

    • Anashka | 28 août 2013

      Je crois que ce garçon n’est pas intéressé…. NEXT. (Tous les mecs finissent par sortir de notre tête, même si parfois c’est un peu long pour certains.)

      EN REVANCHE : tu t’es lancé et ça, c’est génial !
      Si tu rencontres quelqu’un d’autre qui te plait, n’hésite pas à partager, je pourrais peut-être te donner un coup de main pour te lancer à nouveau.

  • Blacky | 9 septembre 2013

    Ce qui est marrant quand on est timide, c’est qu’on se rend compte avec énormément de retard des perches énormes qui nous sont tendues.

    Je parle en tant qu’homme la, mais ça doit être pareil pour les filles (à l’exception que les filles sont dans la communication non-verbale, les hommes dans une communication plus directe, donc peut-être un peu plus claire). Je me rend compte aujourd’hui de TOUTES les occasions que j’ai laissé filé parce que

    1 – Je n’ai pas compris le message
    2 – J’ai compris le message mais je pensais qu’il était adressé à un autre (oui, le vieux tout moche avec de l’acné à 70 ans assis à côté de moi dans le bus est sans doute plus séduisant que moi. Ne rigolez pas, c’est ce qu’un mec timide pense sans cesse)
    3 – J’ai compris le message, mais je pensais que la fille essaie de se foutre de moi ou qu’elle a fait un pari avec ses copines (c’est que parfois certaines d’entre vous sont assez cruelles durant nos jeunes années et ne donnent pas envie de faire confiance)

    Le problème, c’est que même en regardant en arrière tous les « succès » qu’on a pu avoir, ça ne nous aide pas à changer de vision sur nous même et d’arrêter de nous dire « je suis incapable de plaire à une fille, aucune fille ne me regardera en se disant « celui-la, je le veux ». Bref, cercle vicieux comme tu le dis si bien ^^.

    Et vous savez le plus beau? Quand on est persuadé d’être incapable de plaire, on l’a tellement gravé dans notre cerveau que même quand quelqu’un nous dit « tu es mignon(ne) », « tu as une certaine sensualité » voire même « je te trouve très beau (belle) » on ne les croit pas :p.

    Enfin, bon article en tous cas. C’était ce que je voulais dire à l’origine, mais j’ai peut-être un peu digressé.

    • Anashka | 10 septembre 2013

      Tu as bien fait, s’il y a une chose que j’aime, ce sont les disgressions. Tu vis toujours le même type de timidité ? Tu en comprends mieux les mécanismes ?

      • chenoir | 10 septembre 2013

        Ah bah si tu aimes les digressions, tu as attiré le bon poisson sur ton site. Tu m’envoies un mail quand tu écris un article, et je digresse autant que tu veux ^^.

        En fait, je n’avais pas conscience de cette timidité jusqu’à présent, je partais du principe que n’ayant aucun (enfin, quasiment aucun) problème d’un point de vue social, je n’étais pas timide. Mais j’ai appris (la semaine dernière en fait) que la timidité sociale et la timidité amoureuse, c’était pas tout à fait la même chose, et qu’on pouvait être timide amoureux mais absolument pas timide social.

        Pour donner un exemple, je n’ai aucun problème à taper la discute avec la banquière pendant une heure (pendant que la file d’attente commence doucement à s’impatienter derrière, j’en ai fait l’expérience ce matin), mais à partir du moment ou j’ai une intention autre qu’amicale/sociale (de la à dire « amoureuse » il y a un pas, mais l’idée est la), je me bloque complètement, du coup je reste dans le social pur.

        A vrai dire, l’idée derrière cette timidité, en tous cas auprès d’un échantillon représentatif constitué de mes 3 amis encore célibataires et de moi même (célibataire aussi hein, les filles si vous êtes intéressées…), c’est qu’on a absolument aucune conscience du fait qu’on puisse plaire à quelqu’un (en fait, c’est même pire, il m’est arrivé à une époque de me dire que mon intérêt romantique pour une personne pourrait être pris non pas d’une manière flatteuse, mais comme une insulte). Par conséquent, on se bloque complètement , et on ose pas, parce qu’étant timide, on est plus sensible à l’échec.

        Quant aux mécanismes en jeu, je pense arriver à en distinguer la plupart et à comprendre leur origine. Mauvaise narcisation dans l’enfance (en gros, éducation plus tourné vers les autres et le développement intellectuel que sur l’affirmation de soi – ce qui peut expliquer pourquoi j’entends ou lis souvent des remarques comme quoi certains seraient trop intelligents pour draguer), difficultés sociales (voire dans certains cas harcèlements à l’école*), le tout ayant eu pour conséquence de ne pas donner à une personne une image positive d’elle-même.

        Donc image négative de soi, ça donne un manque de confiance en soi (comment je pourrais intéresser quelqu’un moi qui suis si… quelconque), et manque de confiance en soir ça donner quelqu’un qui ne va jamais aborder, et qui risque de prendre les signes d’intérêts des gens comme des moqueries. Et le cercle vicieux, c’est que plus on a du mal, moins on se lance, plus on tergiverse, plus on a du mal, moins on a confiance en soi…

        Mais bon, entre comprendre les mécanismes et nettoyer un peu le cerveau pour virer toutes ces images négatives il y a un pas à franchir. Et on a beau se convaincre de ses atouts (à titre personnel, je pense être assez intelligent, j’ai un diplôme d’architecte en poche, je suis pianiste et pilote d’avion, on m’a déjà arrêté dans la rue pour me dire que j’étais mignon, bref à priori ça devrait marcher…), l’image qu’on a de soi-même est difficile à changer.

        Cela dit, je ne suis pas non plus totalement tétanisé. Lorsque je rencontre une fille (les sites de rencontre aident beaucoup pour ça), je n’ai aucun problème de blocage pendant les rendez-vous (même si ils n’aboutissent pas vraiment souvent), et même il m’est arrivé d’y aller cash et de proposer à la guichetière d’un musée d’aller prendre un verre. Sans succès, mais je l’ai fait ^^.

        *Dans le livre de Gilmartin, Love Shyness, l’auteur a mené une étude montrant que sur 200 non-timides amoureux, aucun n’avait été harcelé à l’école ou au collège, et que sur 200 timides amoureux, entre 71 et 84% (en fonction de l’âge) avaient été victimes de moqueries/insultes/harcèlement!

        • chenoir | 12 septembre 2013

          Sinon, j’ai commencé à lire les livres de Jean-Paul Benglia, ancien grand timide amoureux, sur les origines de cette timidité et les manières de la « corriger ».

          Si on passe outre des conclusion parfois un peu hâtives, des références culturelles aléatoires et des thèses sujettes à débat (monsieur est profondément anti-féministe sur le point de la virilité et de la féminité notamment, sauf que je dois dire à la lecture de son livre « sexe, amour et timidité » que je comprend ou il veut en venir), je dois dire qu’il met clairement le doigt sur quelque chose, et de ma lecture je pense que ce bouquin peut-être une grande aide pour tous les timides, hommes ou femmes, pour comprendre les mécanismes basiques de la rencontre amoureuse.

          • Anashka | 12 septembre 2013

            Je suppose qu’il fait référence à la confusion créé dans la séduction par la femme-sujet, qui désire l’être. J’en ai un peu parler dans le précédent commentaire. ^^

        • Anashka | 12 septembre 2013

          Il y a, effectivement, cette construction du « soi », de son « égo », de son « narcissisme »… Souvent décrit comme le pire des défauts, alors que souvent, c’est salvateur.

          Dans ce que tu me dis, autre chose transparaît : cette peur que ton désir soit une insulte. Il est vrai que l’on est dans une société au discours ambivalent autour du désir masculin. D’une part, il est ré-criés (enfin certaines formes) par le harcèlement de rue, par la revendication des femmes à ne pas être qu’un objet et à exister par delà le désir (ce avec quoi je suis en accord) et d’autres part il est caricaturé : un désir sexuel viril et brut.

          Alors, ne pas culpabiliser sur son désir ou, à son inverse, ne pas le voir comme LA preuve d’une virilité, devient un véritable jeu d’équilibriste.

          Pourtant, tu as le droit de désirer quelqu’un : c’est ton ressentie, ton désir, ça nait de toi. Donc légitime. (Comme tu as le droit d’aimer quelqu’un).
          Tu n’as simplement pas le droit de l’imposer.

          Autrement dit, tu peux aborder une femme, lui faire entendre que tu l’as trouve désirable (par la sexualisation, notamment. Faut mettre un peu de packaging), mais tu n’as pas le droit de lui imposer (main au cul, la traiter de frigide si elle ne rentre pas dans ton jeu ou simplement la dévalorisé parce qu’elle te met un râteau…).

          Je pense être caricaturale dans mes exemples, car, dans la vie concrète, la différence est souvent floue. Mais elle se compose, avec l’expérience.

  • chenoir | 12 septembre 2013

    Disons que si on a pas conscience d’être capable de plaire a quelqu’un (ou plutôt si on a -a tort- conscience de son incapacité a plaire a quelqu’un) y aller et entamer la discussion c’est pas loin d’être impossible. Et dans ces cas la se forcer c’est un coup a perdre le peu de narcissisme (ou d’estime de soi) qu’on a. D’autant plus si on a pas conscience des mécanismes en jeu dans la séduction, on peut avoir les meilleures intentions du monde et tout le charme du fils illégitime de Hugh Grant et Brad Pitt, on court a la catastrophe.

    Quand je parlais d’insulte il y a effectivement une part de « diabolisation » du désir masculin, couplé à une honte d’être associé aux boulets qui n’agissent qu’a base de « wesh mamzelle ». Mais il y a aussi le fait qu’ayant une très mauvaise image de soi, on en arrive parfois à imaginer que notre intérêt (a nous, pas celui des autres) va être source de moqueries ou de commentaires désagréables. Ce qui est d’ailleurs l’une des craintes des timides, hommes et femmes, celle que le monde soit rempli de personnes profondément méchantes.

    Cette croyance particulière a je pense comme origine un mauvais vécu, moqueries a l’école par exemple, ou la rencontre avec une ou des personnes toxiques.

    Enfin dernier point qui peut jouer, si on a été élevé dans une logique de compétition (pas de défi), douter de sa capacité à plaire va automatiquement nous amener a une auto-comparaison.avec les autres, dont on.sortira automatiquement perdant – dans notre esprit.

    Bref, déjà je vais me forcer a sourire et dire bonjour et sourire aux personnes qui me plaisent que je vais croiser. Juste ça. Et faire le tour de mon cercle social féminin pour recueillir un avis sur moi, physique et mental.

    Enfin, je vais jeter un œil aux cours de danse de salon de chez moi, pour se décoincer je pense qu’il n’y a rien de mieux (et puis j’ai toujours voulu savoir danser le tango).

    Mais une question me turlupine. Comment aimez vous être abordées mesdames? Parce que finalement, il est très difficile de débuter une conversation qui n’aille pas dans le mur. Et je me vois mal dire a une fille « salut. Écoute, je vais être franc, je t’ai vu passer et je me suis dit que si je ne venais pas te parler j’allais le regretter (et si je le faisais, je pense que je ne saurais absolument pas comment continuer la conversation. Je pense que ça deviendrait assez vite « et sinon, il fait plutôt beau pour la saison non? Vous habitez chez vos parents belle demoiselle? » ^^

    P.s. : désolé pour les éventuelles faites je suis sur un teléphone.

    • Anashka | 14 septembre 2013

      Ce n’est pas une mauvaise idée que d’interroger les femmes qui t’entourent.

      Pour ce qui est de la peur du rateau (ou de l’échec) dans un domaine où la confiance est déjà bancale, il faudrait (dans un monde idéal) être capable de se nourrir de l’expérience : je me suis lancé, l’objectif n’étant pas le succès de mon entreprise, mais dépasser ma crainte, ceci n’est pas un échec mais un succès.

      Les cours de tango, les regards et sourires (que les gens te rendront volontiers) sont de bons débuts. Ne souris pas qu’aux filles, voilà tout.

      (T’ai-je dit que je suis une ancienne timide maladive ? (Je crois en avoir parlé dans un article). T’ai-je dit que je rerouve cet état quand un garçon m’impressionne et que parfois j’ai le coeur qui bat chamade pour aborder quelqu’un. Et, que, dans cet état, il m’est arrivé (moi : fille, jolie, coach en drague normalement) de prendre des râteaux monumentaux ? La timidité constante ou ponctuelle a été souvent un lot commun.)

      Pour être abordé, je pense pourtant que la première proposition est pas mal…
      La question, c’est plutôt : comment poursuivre ? Fais toi une liste des choses que tu as envie de savoir sur une fille :
      – son prénom
      – où elle va
      – si elle crois qu’on peut se plaire en une demi-minute comme ça
      – si elle mange des cadavres d’animaux (bon ok, ça c’es MA question)
      – si elle connait CE bar, parce que vraiment il vaut le coup.
      – si elle n’a pas froid sans écharpe
      – si elle a remarqué que tu étais timide
      – si elle est pour ou contre l’avortement des mouches en Alaska, parce que ça fait débat sur TF1.
      – Si elle a lu Kundera, parce qu’on ne peut pas avoir une vie digne de ce nom sans Kundera
      – si elle aussi, malgré le pragmatisme environnant, elle fait un voeux quand elle voit une étoile filante.
      – si elle aussi, elle a les joues qui remontent sur les yeux quand elle rougit et qu’elle n’y voit plus rien.
      – si elle est d’accord pour aller voir CE bar, parce que franchement, louper leur café, c’est comme ne jamais connaitre l’amour.
      – si pour cela elle accepte que tu envois le premier texto.
      – si elle te grondera si tu fais des fautes d’orthographe.
      – si elle est libre lundi.
      – si elle a prévu de passer une bonne journée, parce que toi, aujourd’hui, tu es heureux.
      – Ah merde, tu allais oublier, si elle accepte de te donner un numéro, pas si c’est un numéro d’Iphone, tu es contre la société de consommation.
      – si elle a pas mal au pieds avec les talons.
      – si elle payera le premier café, parce qu’elle t’en doit une, tu viens de louper ton bus…

      Bref, je dis des conneries, mais tu peux tout dire. Après rien ne t’empêche de faire ta propre liste, à toi, des trucs que tu aimerais savoir sur une inconnue que tu viens juste de te rencontrer.

      • chenoir | 14 septembre 2013

        Ouep, je te rejoins totalement.

        L’idéal je pense que c’est se faire aider. Trouver un pote (une amie) qui nous motive à y aller. A coup de « qu’est ce que tu risques au final? Vas-y, tente ta phrase d’approche sur moi ». Parce que le fait qu’on ne risque rien, ça a quand même (parfois) du mal à rentrer. Et détacher le résultat de son image de soi devient parfois assez chaud!

        Mais c’est rassurant de savoir qu’une fille a peur aussi. Non parce que bon, les mecs (ceux que je connais en tous cas, qui sont timides) ont beaucoup de mal à se dire qu’ils intimident les filles. Et quand on s’imagine être le seul à avoir « peur » dans le rapport, on part avec un inconvénient relativement balèze, la pression.
        Bon par contre les sourires, je sais pas si c’est parce que je suis à Paris ou quoi, mais ça se rend moyen. Hier j’ai dit bonjour en souriant à ma voisine de train, elle m’a regardé comme si j’étais un extra-terrestre qui n’avait pas conscience des conventions sociales terriennes basiques. ON NE DIT PAS BONJOUR DANS LE TRAIN… ^^

        Après c’est pas la liste des questions qui pose problème, c’est l’enchainement. J’arrive à m’imaginer aller jusqu’à « moi c’est chenoir, et toi? » (ou alors je te pique ton « comment t’intitules tu? »), mais après déballer une série de questions sans point d’accroche ou d’entame logique… C’est pour ça que ça passe tout seul avec une serveuse, une boulangère, une caissière, j’ai un point d’accroche basique (son boulot) et ensuite je peux développer (Tiens, elle a un petit accent. Anglais, russe? Mais bon je me suis toujours dit que ça se faisait pas de draguer les gens qui travaillent, faudra que je change d’avis).

        Après, oui je mange des cadavres d’animaux (avec de la graine de plante pilée c’est super bon), non mes talons ne me font pas mal aux pieds (enfin la à priori c’est normal). Par contre je n’ai pas lu Kundera, ma vie est fichue (en plus j’ai pas de rolex. Mais j’ai pas 50 ans donc ça va) :p

        • Anashka | 15 septembre 2013

          Aaaaaaaah ! Des cadavres de n’animaux ! Tu n’as pas honte ! Ils souffrent beaucoup beaucoup… Y’en a même qui font des réactions allergiques à la mayo ! :)

          C’est un peu le principe de wingman. Peut-être que c’est ce que tu devrais chercher, non ?

          • chenoir | 15 septembre 2013

            Non, même pas honte, et j’adore ça. Mais j’aime aussi les cadavres de plantes hein, je ne suis pas cruel qu’envers les animaux :p

            J’ai un ami qui me proposait d’être un wingman, dans le sens se faire des sorties à deux et s’auto-soutenir. Le seul problème c’est que depuis quelques mois il bosse de 20h à 7h du matin alors les sorties parisiennes c’est un peu râpé pour l’instant. Mais dès qu’il sera libre on ira écumer les ruelles sombres et glauques de Paris, niark (ou pas).

            On avait d’ailleurs prévu de commencer à passer au moins un soir par semaine dans un bar dont il connait le proprio (vu que ce dernier est le mari de la cousine de son ami d’enfance), pour sociabiliser, rencontrer de nouvelles personnes, et qui sait… mais encore une fois avec ses horaires actuels c’est mal barré.

          • Anashka | 17 septembre 2013

            La différence, notons là, c’est ça : vidéo abbatoir

            Le wingman peut être une bonne idée, puis ça fait des sorties sympas et de chouettes souvenirs. En attendant, il n’y a pas un autre pote avec qui tu pourrais ce type de sorties ?

          • chenoir | 15 septembre 2013

            Mais sinon, j’ai commandé une palanquée de bouquins de Kundera pour combler mon ignorance (et parce que je vais avoir pas mal d’heures de voyage dans les semaines qui suivent), ça suffit à m’absoudre de ma barbarie carnivore?

          • Anashka | 17 septembre 2013

            Presque. ^^
            Tu as commandé lesquels ?

  • chenoir | 12 septembre 2013

    Forcement, si j’oublie de développer sa thèse…

    Globalement pour lui il y a trois axes de développement a la timidité amoureuse:

    – des causes psychologiques et sociologiques (l’acquis) pouvant fausser l’image des relations hommes/femmes ou notre propre confiance en nous même. Moqueries par exemple, des parents pour qui le sexe était tabou, ou qui décrivaient l’autre sexe…

    – le féminisme. Notamment le discours de diabolisation du désir masculin faisant de la femme un objet. Mais aussi la volonté de dire que la femme est un homme comme un autre, et que les comportements amoureux peuvent être adaptés, avec du coup une perte de repère des timides qui ne comprennent pas le jeu de la séduction, d’un coté comme de l’autre

    – Enfin, un dysfonctionnement de la biologie cérébrale a la puberté (thèse du non-acquis) empêchant le développement des comportements de séduction normalement innés (en tous cas pour toutes les espèces animales, donc a priori les humains aussi). Il s’agit la d’une théorie sans vraie fondement scientifiques, mais qui pourrait expliquer pourquoi j’ai toujours du cette impression que tout était naturel pour tout le monde sauf pour moi.

    Globalement, ces trois phénomènes s’auto-entretiendraient, et le retard accumulé dans la compréhension de la parade amoureuse depuis l’adolescence entretiendrait ce sentiment d’inadéquation (et donc le manque de confiance en soi qui empêche de s’imaginer aller vers les autres)

    Je ne sais pas dans quelle mesure sa thèse du non-acquis est vraie, mais je pense qu’il tient quelque chose.

    En plus j’ai un peu discuté avec lui par mail, c’est un mec intelligent et décent qui n’a élu aucun problème a répondre a mes interrogations sans demander de contrepartie ni essayer de me vendre ses livres!

    • Anashka | 14 septembre 2013

      Le problème, c’est qu’il est réel que le féminisme a changé les codes de la séduction. La femme n’est pus qu’objet du désir masculin. C’est une réalité, maintenant, les hommes sortent avec des sujets, qui ont le droit de dire « merde »… Que ça pose un problème dans la séduction, je n’en suis pas sure, ça en chamboule les codes. Voilà tout.

      Mais, personnellement, je préfère que les timides (et les timides femmes ?) galère, plutôt que de retourner à l’époque de ma grand-mère.

      • chenoir | 14 septembre 2013

        Les codes ont changé. Les attentes ont évolué. Mais les gens restent profondément les mêmes, et les hommes restent profondément simple(t)s et basiques. Alors quand on dit « c’est mal de draguer » ou « on ne veut pas être des bouts de viandes, les hommes ne pensent qu’à ça », pas mal de mecs vont se dire « ok ». Mais ça marche pas vraiment.

        Cela dit je suis tout à fait d’accord concernant l’égalité des droits, des possibilités, c’est normal. Par contre dire que l’homme et la femme sont identiques… (enfin, la on rentre dans le débat sur la théorie des genres, c’est pas trop l’endroit pour ça et je ne voudrais pas gâcher notre discussion ^^)

        Effectivement, c’est pas simple pour les femmes non plus. Mais bon, je te parle d’un point de vue masculin étant donné que c’est ce que je vis, je ne peux guère me prononcer sur les problèmes de timidité féminine sans partir dans des à-prioris bancals.

        Par contre, si aujourd’hui il y a tellement de « mecs gentils » (le fameux mythe du nice guy) il doit y avoir une raison. J’en suis un.

        Tout simplement parce que je suis un mec sympa au naturel, que tu me parles d’un livre dont tu as entendu parler et qui t’intéresses, si un jour je passe devant il y a des chances que je te l’offre sans contrepartie. Et si tu parles d’un déménagement futur, je vais te proposer mon aide. Parce que je suis comme ça.
        Et qu’en l’absence de connaissance des règles de la séduction, je vais naturellement tendre à me servir de ce que je pense être mon plus grand atout social pour attirer l’autre à moi, rendre service. Je le ferais plus que d’habitude peut-être parce que je suis intéressé. Mais pas dans un souci de manipulation.

        Parce que bon, finalement on dit que le nice guy est un hypocrite qui ne se montre gentil que parce qu’il veut faire des cochoncetés avec la fille, mais finalement un séducteur séduit principalement pour le même but, ce sont les moyens à dispositions qui changent. Et dire que le nice guy est un hypocrite pour ça, c’est comme dire qu’un homme qui n’a pas pu apprendre à parler et qui mime ce qu’il veut dire est un manipulateur parce qu’il cherche à émouvoir son auditoire par ses mimiques plutôt que de communiquer clairement.

        Je râle un peu, mais hier encore je lisais un article me disant en substance que j’étais un pervers manipulateur hypocrite, ça m’a un peu mis sur les nerfs. Après je ne nie pas qu’il doit y en avoir qui sont des gars odieux qui jouent les gentils parce qu’ils espèrent que ça marchera. Ceux la sont hypocrites. Les autres (de toutes façons la règle est simple. Un mec « gentil » qui changera du tout au tout parce qu’il aura compris que ça marche pas est un hypocrite. Un mec qui ne cherchera pas à changer parce que ca ne serait pas lui est un mec gentil pour de vrai) non.

        Erf, désolé, j’ai encore digressé ^^.

        Tiens sinon j’ai commencé à lire « JT’M L’amour est-il Has Been » de Yann Dall’Aglio, je pense qu’il peut t’intéresser, toi qui semble aimer la philosophie :)

        • Anashka | 15 septembre 2013

          J’ai eu de GROS débats sur le genre, franchement, si tu peux m’éviter ça.
          (Reste que SCIENTIFIQUEMENT, il y a plus de différences biologiques entre deux individus qu’entre le groupe des femmes et des hommes.)

          Pour le NiceGuy et la NiceGirl, je sépare vraiment de la personne « gentille ». Je suis gentille, je ne suis pas une Nice-Girl.
          La différence ? Je ne suis pas gentille pour plaire, pour qu’on m’aime, pour une rétribution sexuelle ou amoureuse. Même si tu deviens un connard, je ne regretterais pas de t’avoir donné ce que je t’ai donné. Et, peut-être que j’en ferais plus à un gars qui me plait, parce que ça ME fait plus plaisir.
          La NiceGirl, va donner de l’écoute, de la gentillesse pour qu’on l’aime bien. C’est quelque chose qui se sent. Et, c’est ça que les hommes comme les femmes n’aiment pas. Pas la gentillesse en elle-même. (Même dans mes périodes un peu tueuses, j’ai toujours craqué sur les gentils.)

          La gentillesse, sincère, pas pour plaire, est et sera toujours appréciée. C’est une très belle qualité.

          Mais la confusion fait qu’on se sent agressé. Pourtant la première dynamique n’a rien à voir avec la seconde.

          (Mais, je note pour le déménagement ^^)

          Pour la question du séducteur, tu verras je parle très peu de techniques ici. Je ne suis pas une grande amoureuses des techniques qui visent autre chose que savoir se présenter et ne pas se tirer des balles dans le pied.

          • chenoir | 15 septembre 2013

            J’éviterais ça oui, d’autant plus que je confesse volontiers ne pas en savoir assez pour me lancer dans un débat soutenu, violent, avec démembrement métaphorique et énucléage argumentaire et arrachage de vêtement. (Euh non, ça c’est plutôt ce que je recherche en fait :p)

            Mais du coup, comment fais tu la distinction entre le mec ou la fille qui est gentille pour avoir une rétribution (la on rentre clairement dans le cadre de l’hypocrisie on est d’accord), et le mec ou la fille naturellement gentil(le) qui, ne sachant pas séduire, va être gentil(le) parce que c’est sa manière d’être naturelle et qu’il ne sait pas comment faire autrement? Ca semble presque impossible, du moins tant que tu ne prend pas le temps de connaitre la personne.

            Pour juger de la gentillesse d’une personne, il faut observer comment elle se comporte avec les autres que soi. Si il est doux avec toi mais que c’est un gros enfoiré avec le reste du monde c’est un hypocrite. Mais si c’est une crème avec tout le monde, il y a des chances qu’il soit juste gentil.

            Enfin, on en revient au problème de base, c’est que si on est incapable d’extérioriser son désir (enfin, je suis capable de dire à quelqu’un « tu me plais », mais si j’essaie d’être plus subtil j’ai peur que ça soit incompris, tout le problème du dosage de la sexualisation en quelque sorte), tu peux être le mec le plus gentil ou la nana la plus gentille au monde, tu finis dans la case « cet être super sympa avec qui je ne coucherais jamais » sauf coup de bol. Et la timidité est un énorme frein à l’extériorisation du désir vu qu’on ne sait pas si il est partagé d’une part, mais plus grave, on ne sait pas si il sera bien reçu d’autre part.

            Pour le déménagement, je dis « tu », mais c’était plus global ^^. Parce que déjà, si t’es pas sur Paris, c’est mort, j’ai beau me considérer comme sympa, faire xxx bornes pour porter les meubles de quelqu’un c’est gonflant, ou alors tu (de manière global encore hein) as intérêt à me faire un super café (et un fondant au chocolat tiens).

            Et je sais, c’est pour ça que je préfère amplement ton site à tous ceux que j’ai pu voir, on est plus dans une question d’état d’esprit que de techniques. Et un peu moins dans l’arrogance froide des mâles alphas qui pensent que leur réussite sexuelle en fait des hommes meilleurs que les autres (de mon point de vue c’est un peu ça sur pas mal de sites en tous cas).

            Bon et désolé si c’est un peu décousu, je me suis fait un vol de 3 heures aujourd’hui, c’était super, mais la tout de suite, mon cerveau est en train d’abdiquer tragiquement dans sa lutte de pouvoir avec mes paupières ^^

          • Anashka | 17 septembre 2013

            En pratique, c’est un peu difficile à définir, au feeling, c’est très simple.

            Exemple : Mister NG (NiceGuy), Mister G (Gentil). Les deux sont dans un bar. Les deux voient une jolie fille dans un groupe de copines plus loin. Les deux ont la même idée : lui offrir un verre. Mister NG lui demandera si ça ne la dérange pas, lui offrira le verre, mais tout dans son attitude dira « je veux que tu vienne parler avec moi, en plus, je t’ai offert un verre. » Mister G, offre un verre et dis à la jeune fille « Tu devrais accepter, c’est un verre, il ne t’engage même pas à venir taper la causette avec moi. Simplement, je te trouve pétillante et me suis dit que ça te ferait plaisir d’avoir du rouge. »

            Si la fille reste avec ses copine :
            – Mister NG sera frustré de ne pas lui avoir parlé, alors qu’il lui a payé un verre.
            – Mister G, sera content d’avoir fait un cadeau, comme ça, désintéressé.

            D’ailleurs, elle pas mal de chance de fuir mister NG et d’aller vers mister G.

            Pourquoi tu es incapable de dire « tu me plais ? »

            Pour le déménagement, je te rassure, je suis sur Lyon :D

  • chenoir | 17 septembre 2013

    Nos échanges sont tellement longs que je n’ai même plus l’option « répondre » en bas de tes messages ^^.

    Je sais bien que les abattoirs c’est pas joli joli, et je me déresponsabilise peut-être un peu trop vis à vis de ça, mais j’adore trop la viande. Cela dit j’essaie de me fournir chez des bouchers traditionnels pour éviter les abattoirs industriels, à défaut d’arrêter totalement les barbecues !

    Et j’ai commandé L’insoutenable légèreté de l’être, L’ignorance, La vie est ailleurs, Risibles amours, La plaisanterie, La lenteur et Une rencontre (oui j’ai du temps à meubler). Et Jacques le Fataliste et son maitre mais la c’est plus du Kundera, mais va savoir pourquoi j’ai eu une envie soudaine de le relire.

    Pour le wingman, je réfléchis, mais à part cet ami précis je ne vois pas trop. Tous mes autres amis sont casés et sortent nettement moins (et sont architectes donc finissent fréquemment à 22h – le chômisme ça a ses avantages en fait, même si il faut réussir à se motiver pour se payer le train jusqu’au centre de Paris pour sortir seul) qu’avant. En attendant j’écume mon cercle social (qui sait, des amies ont peut-être des jeunes célibataires à me présenter).

    Et donc pour la gentillesse, tout est une question d’attitude à travailler… Hmm, en même temps c’est pas simple de se voir tel qu’on agit et pas tel qu’on s’imagine agir. A travailler donc ^^.

    Quant à dire « tu me plais », j’en suis capable, mais ça revient au problème d’image de soi qui fait qu’on s’imagine (enfin que je m’imagine) que mon intérêt est dérangeant pour l’autre. Et l’impression que les gens ne peuvent pas me voir comme partenaire potentiel, m’voyez? Mais je travaille dessus, il va encore falloir quelques mois de thérapie et de travail sur moi pour me sortir de ça :p.

    Ah Lyon… J’aimerais bien aller y habiter un de ces quatre, Paris c’est chouette mais Lyon m’attire.
    Cela dit si un jour tu viens t’installer à Paris et que tu as besoin d’un coup de main t’as mon adresse mail ^^ (En plus tu prends le temps de répondre à mes commentaires de carnivore, ca serait le moins que je puisse faire pour te remercier)

    • Anashka | 18 septembre 2013

      C’est très bon Jacques le Fataliste !
      Tu as pris beaucoup de Kundera. Lis en un, déjà, digère-le. Et vois si tu te sens pour un deuxième directement après.
      Il a une plume formidable, une intelligence fine et une vision du monde lucide… Mais, il a quelque chose de désabusé qui peut être un poil déprimant.

      Pourquoi ne pas poser directement la question : « Salut, j’ai une grande question. Si je te dis que je te trouve jolie, que j’aime bien ta façon de bouger. Que tu me plais en somme. Mais, que c’est un compliment gratuit, qui n’attend rien. Est-ce que ça te met mal à l’aise ? Est-ce que tu trouves ça insultant ? »

      Et tu verras bien quel effet ça fait… (Vrai qu’il faut un poil de culot.)

      Je vois l’idée. Souvent, quand tu fais des rencontres, que tu discustes dans les bars, c’est mettre ce frein qui est complexe : « tu me plais, mais juste tu me plais… »

  • chenoir | 18 septembre 2013

    Ouep mais je n’en trouvais plus mon exemplaire. Et pour Kundera, j’aime faire les choses en grand ^^. Après je doute les recevoir tous avant de partir, voire même d’en recevoir tout court… mais j’aviserais en fonction. Tu me conseilles de commencer par quoi?

    Je suis déjà allé voir une fille pour lui dire que je la trouvais jolie, sans aucune intention vis a vis d’elle. Ça a été une épreuve pour moi, et ceux a qui j’en ai parlé me regardaient comme si je disais que j’avais essayé de la violer… ça aide pas a se faire une bonne image de son désir… (pour situer, j’étais a la piscine, et en sortant je passe a coté d’une fille et je lui ai dit « mademoiselle, je tenais juste a vous dire que je vous trouvais très jolie » avec tout ce qu’il faut de bégaiement, puis je suis parti).

    Mais ouais, je ne me sens pas assez en confiance pour aborder comme si de rien n’etait des gens que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam, et quand c’est des gens que je rencontre (ou rencontrais) via des amis ou la fac, je suis incapable de sexualiser. Enfin moins actuellement, mais ça reste très difficile pour moi, et en avril j’ai encore eu droit au « je te voyais comme ami moi » d’une fille avec laquelle je pensais avoir été très clair sur mes intentions.

    Un truc très dur aussi, c’est de voir des gens qui n’ont aucune difficultés, qui enchainent les relations plus ou moins longues, quand on y arrive pas. On finit par se dire qu’on est pas fait pour les relations amoureuses (j’ai un ami orthodoxe qui commence a penser rentrer dans les ordres d’ailleurs)

    • Anashka | 19 septembre 2013

      C’est -généralement- que l’on s’y prend mal. Il n’y a pas des gens qui sont « fait » ou non pour les relations amoureuses.

      A la piscine, avec le maillot et tout, c’est vrai que ce devait être un peu bizarre. Mais, finalement, tu t’es lancé et c’est tout ce qui compte. Quand au regard des gens, il y a un jour où il faut faire le deuil de leur approbation.

      • chenoir | 20 septembre 2013

        Oui je sais, mais bon quand tu as du mal à faire quelque chose, c’est facile d’être convaincu que tu n’es pas fait pour ça, surtout quand quasiment tout le monde n’a aucune difficulté apparente dans le domaine ^^.

        Déjà je commence à m’entrainer à faire des compliments aux jeunes filles que je croise (la fille de l’accueil au centre culturel hier soir… <3. Il y aurait pas eu 5 personnes derrière moi et une collègue à elle à côté j'aurais été un peu plus loin dans la conversation. Mais bon, on a un peu discuté, quand elle m'a dit qu'elle aurait voulu profiter du centre pour faire du fitness je lui ai dit qu'elle n'en avait absolument pas besoin, tu vois le genre ^^).

        Si je la revois j'essaierais de lui proposer d'aller prendre un verre (je sais déjà comment l'amener, en lui demandant si ses horaires lui permettaient de se détendre, et lui proposer de tester un bar mexicain à Paris dont une ami m'a parlé avant-hier)

        C'est pas tellement une question d'approbation, mais plutôt de désapprobation. Finalement je n'en ai rien à faire que les gens approuvent ce que je fais, mais ça fait bizarre qu'ils désapprouvent…

        • Anashka | 22 septembre 2013

          Le problème des gens, c’est qu’ils désapprouveront toujours…
          Quoi que tu fasses, tu dises, tu n’emporteras pas approbation de personne qui ne te connaissent pas.

          Note : pour le plus, pour le fitness, tu peux rebondir sur les motivations qui la poussent à en faire : le corps, la santé… ?
          Si elle aime d’autres sports, blablabla…

  • Anna | 22 septembre 2013

    Bonjour !!
    Article très intéressant et très juste ! C’est réellement la peur de l’échec qui nous conditionne !
    Je n’ai jamais osé faire le premier pas, ce qui explique peut etre tous mes echecs amoureux… En fait j’ai tjrs choisi parmi les hommes qui venaient vers moi, mais n’ai jamais osé aller vers qqn. Si un homme me plaît, je n’ose pas le regarder, ni lui sourire et encore moins lui parler, c’est une horreur ! Car il y a de fortes chances que je leur laisse l’impression de ne pas être interessée du tout…et en plus de ne pas être très sympathique…

    La semaine dernière…j’ai craqué sur un client (enfin presque, il est consultant independant et accompagnait un potentiel client) venu assister à une présentation…
    On s’est pas mal souri…mais comme d’habitude pour ma part : sourire timide, pas d echange de regards…bref la loose !
    Je ne le reverrai certainement pas car aucune raison qu il revienne dans nos bureaux, je ne sais pas s’il est libre… Et pourtant, ça m’embete vraiment de le laisser passer ! J’aimerais agir (j’ai ses coordonnees), il degage qqchose qui ne me laisse pas indifferente.
    Est ce que ça vous parait completement fou ? Je risque le rateau du siecle et c’est une relation boulot (meme si pour ma part, je ne serai pas amenee à travailler avec lui)…
    Et je ne sais d’ailleurs tjrs pas comment je pourrai amorcer un premier contact…!
    merci de vos avis, conseils !
    Ps : je pense que l avis d un homme serait bienvenu :)

    • Anashka | 23 septembre 2013

      Dans quel cadre tu as ses coordonnées ? Est-ce qu’il connait ton prénom ?

      En soi, c’est un peu fou, tu risques un rateau, mais si ça n’entache pas tes relations pros, pourquoi pas ?

      (Malheureusement, la seule coach est femme, mais elle connait son travail. Même si elle n’est pas fourni d’un pénis.)

  • chenoir | 24 septembre 2013

    Salut Anna.

    Quant a moi je ne suis pas coach mais je suis doté du service trois pièces, donc je vais essayer de te donner un avis masculin.

    En fait tout dépend comment tu as eu ses coordonnées. Si il te les as données ou si tu les as eu par une voie alternative. Dans ce cas la tu vas passer pour une femme volontaire qui prend les devants mais il y a des chances qu’il se sente un peu « trahi ». A toi de voir.

    Quant a le séduire vas y lentement. Appelle le, dis lui que tu as apprécié sa compagnie et que tu aimerais faire plus ample connaissance en dehors du cadre professionnel. Et la tu lui proposes un café (reste dans l’informel, pas de restau. Ou alors tente une expo a la limite). Mais passer trop brusquement de relation de travail a « j’ai envie de toi beau brun » ça risque de faire bizarre.

    Bref tu prends un café avec lui, vous discutez de tout et de rien, en somme vous faites connaissance, et tu glisses quelques compliments dans la conversation (si il arrive bien fringué, dis lui qu’il a de la classe par par exemple).

    Mais attention pour les compliments, contrairement aux filles les mecs n’ont en général pas droit a énormément de compliment, et les compliments sur le physique risque de mal passer au début. Complimente le plutôt sur ses réussites, son intelligence, le fait que tu te sentes bien en sa compagnie, mais point trop n’en faut.

  • Léa | 20 octobre 2013

    Bonjour, voilà en fait, cela fait un petit moment que je lis vos articles, aussi, je ne savais pas bien ou poster ce message… Je ne sais pas si vous pouvez m’aider, j’ai d’ailleurs l’impression d’être un cas « hors norme » une « bête de foire » : je suis vierge, j’ai vingt ans. Je n’ai même jamais embrasser, n’ai pas réellement eu de relations amoureuse. On me dis souvent que j’ai « tout pour moi » (mignonne, intelligente, marrante, talentueuse,blablala.) Pourtant je ne fais jamais draguée. Et si je sens que c’est le cas, je coupe court (ou si je sens qu’un ami voudrais plus, je fais semblant de ne pas comprendre et agit de manière de plus en plus asexuée). Etre envisagée comme un objet de désir me semble inconcevable. Lorsque je veux vraiment séduire quelqu’un (c’est assez râre), j’y parviens généralement mais la relation reste toujours platonique, par ma faute (lorsque les choses deviennent plus « sérieuses », je fuit d’une manière ou d’une autre). J’ai l’impression d’être dans un cercle vicieux, j’ai honte de ma virginité alors que tous le monde semble si expérimenté. Je suis tombée amoureuse d’un garçon qui l’était aussi mais lorsqu’il a essayé de m’embrasser, je me suis une nouvelle fois rétractée, je ne veux pas qu’il apprenne la réalité (seul quelques amis proches savent que je suis vierge, je sauve les meubles avec les autres). Mon comportement est surement fatiguant (un pas en avant, un en arrière), il s’est tourné tout naturellement vers une autre fille plus « simple », « ouverte ». Je sais qu’il serait mieux de dire la vérité, de le dire avec la personne avec qui je serais « en confiance » etc, mais cela me semble impossible. Voila. Merci de m’avoir lu. Bonne soirée et merci pour ce site !

    • Anashka | 21 octobre 2013

      Salut,

      tu n’es pas un « cas ». Même si ce que tu présentes n’est pas évident. Il y a la plupart des réponses à tes questions dans ce que tu as écris (en parler à la personne avec qui tu te sens en confiance, ne pas repousser lorsqu’un jeu de séduction s’installe) et tu les rejettes une à une ( » c’est impossible », « c’est inconcevable »). Même si je proposais une solution intermédiaire, il est possible que tu l’as rejette aussi.

      Qu’est-ce qui te bloque exactement ? La « honte » d’être encore vierge ? La peur d’être rejeté si on l’apprend ? La peur de passer à l’acte ? Le passage à l’acte comme un devoir, comme un « il faut passer par là » ? L’incertitude et l’incapacité à pouvoir partager sur elle (peur de ne pas avoir de bienveillance en retour ?

      A terme, il est évident que je te parlerais encore de dialogue et de choses qui te paraissent « impossible »… Parce qu’au final, l’idée c’est de les rendre « possible ». Après, tu seras libre de les faire ou non, simplement je préfère un « je ne veux pas » à « je ne peux pas ». ^^

    • chenoir | 21 octobre 2013

      Si tu veux je peux te présenter quelques filles vierges de 25 ans qui le vivent très bien.

      C’est loin d’être une tare, tu n’as juste pas sauté sur l’occasion lors du lycée, voila tout. Mais une étude disait en gros que 10% des filles de 25 ans étaient encore vierges, à 20 ans tu n’as pas trop à t’en faire de ce côté la. Même si c’est dur à vivre (je peux comprendre, avoir 20 ans, 22 ans, 25 ans, et voir toutes les personnes autour de soi sembler s’envoyer en l’air tous les soirs – vision fortement soutenue par la société d’ailleurs, le moindre article de psychologie fait référence au couple et au sexe, dans le moindre film/la moindre série on te dit qu’il est impossible de vivre sans sexe et un personnage célibataire plus de 2 semaines passe pour un raté solitaire- ça n’aide pas à se dire qu’on est pas un cas), mais il vaut mieux que tu ne forces pas la chose non plus. Et surtout ne t’enfermes pas dans un cercle vicieux ou tu aurais honte de ta virginité, ce qui t’empêcherais d’avancer, la prolongerais d’autant plus, etc…

      Mais à te lire, tu es très timide et surtout tu as une peur maladive de te laisser aller à l’intimité, alors que paradoxalement ça semble être ce que tu cherches, du coup tu te bloques toi même, tu n’oses pas accepter que les gens viennent vers toi (il est aussi probable que tu ne te rendes pas compte quand les gens viennent vers toi d’ailleurs). Et ça doit se ressentir sur ton comportement (mine de rien, pour un mec lambda aborder une fille c’est parfois super dur, alors une fille qui a l’air fermée comme une huitre c’est même pas la peine d’essayer).

      Quant à fuir, je ne saurais pas trop que te dire. C’est pareil pour beaucoup de timides, on a besoin de se sentir en confiance, de connaitre la personne pour s’ouvrir, et à moins de tomber sur quelqu’un d’aussi timide, la personne en face va soit se lasser, soit cesser de te voir comme un(e) partenaire potentiel(le), et game over, il y a un moment ou il va falloir forcer un peu ta nature (je dis ça, je n’ai toujours pas réussi à le faire).

      Déjà, quand tu te rend compte que tu es dans un rapport de séduction (si tu arrives à t’en rendre compte), pourquoi est-ce que tu n’essaie pas simplement de dire à la personne en face de toi que tu as besoin de temps, de te sentir en confiance. Si il est vraiment intéressé il est probable qu’il accepte d’être patient, et en ralentissant le jeu ça te permettra peut-être d’arriver à dépasser tes blocages.

    • chenoir | 21 octobre 2013

      Un dernier truc, un point de vue purement masculin sur le sujet. Une fille vierge à 30 ans on commence à se poser des questions. Mais c’est le fantasme de beaucoup d’hommes d’être le premier d’une fille. Du coup même si je ne te conseille pas de le claironner haut et fort, il ne faut pas que tu complexes la dessus pour autant.

      • Cam | 21 octobre 2013

        Je te rassure Léa, j’ai 20ans et je suis vierge. Je l’ai mal vécu à un moment quand je voyais mes meilleures copines me racontaient leur première fois à 17ans, mais plus du tout aujourd’hui. Ca viendra quand ça viendra. Beaucoup d’hommes rêvent d’un fille vierge. C’est ce que je me dis.

        Par contre, la timidité je la vis mal. Donc je compatis… mais dit toi que tu n’es pas seule. Je vis la même chose que toi. Courage.

      • Anashka | 23 octobre 2013

        J’ai vraiment un problème avec cette idée de « point de vue purement masculin ». Je me demande toujours si le personne :
        – se considère comme le meilleur représentant de toutes les personnes portant les mêmes appareils génitaux que lui (malgré le nombre de subjectivités différentes)
        – a intégré les codes sociaux du genre de telle manière qu’elle se sent complètement à ce que doit être « un homme, un vrai » et qu’elle peut devenir le porte-parole de toute une construction sociale sur le masculin.

        Ton point de vu en tant qu’individu est surement beaucoup plus riche.

        • chenoir | 23 octobre 2013

          Tu as raison c’est un abus de langage de ma part, en plus tu as pu te rendre compte que j’étais loin de me considérer comme le « mâle alpha » ultime, représentant tout ce qu’un homme doit être. C’est bien sur un point de vue individuel mais masculin (soumis a la dernière assemblée plénière des hommes du monde entier et validé a l’unanimité tu t’en doutes bien).

          Disons qu’en interrogeant les quelques hommes autour de moi, il en ressort a peu près la même opinion, « mieux vaut une fille sans expérience qui veut apprendre qu’une fille qui croit s’y connaitre et s’arrête a ses a priori sur le sujet ». Par exemple la copine de mon meilleur ami était vierge avant de le rencontrer (a 22 ans) et il m’a souvent dit que ça ne lui avait posé aucun problème et qu’au contraire il a pu lui enseigner exactement ce qu’il aimait et qu’il n’a jamais autant pris son pied qu’avec elle.

          Bref tout ça pour dire qu’il ne faut pas complexer d’être une fille vierge a 20 ans, il faut y aller a son rythme, et ne pas s’être forcé a le faire « pour s’en débarrasser ». Même si il y a une certaine pression de la société!

          • Anashka | 25 octobre 2013

            Il en va « presque » de même pour un homme. Il est logique de préférer quelqu’un qui sera à l’écoute de ce que tu as à transmettre pour ton corps que quelqu’un qui croit savoir, et impose ses pratiques sur ton corps (bien particulier). Là, où je pense qu’il y a différence homme/femme, c’est que beaucoup de femmes ont plus de mal à transmettre, à apprendre à l’autre. Toujours peur que le gars se sente insulté si on lui dit qu’il ne sait pas vraiment y faire.

          • chenoir | 26 octobre 2013

            C’est que certains ont leur petite fierté. Pas tous hein, mais c’est vrai que quand on se croit (j’insiste sur le « croit ») bon dans un domaine il est difficile de recevoir des conseils. Après il y a une question d’humilité (mais je n’ai pas souvent l’impression que la notion communément admise de « virilité » soit forcément compatible avec celle d' »humilité ». Les conseils que j’ai pu recevoir pour affirmer ma virilité, les définitions de virilité que j’ai pu lire ça et la sont d’ailleurs assez opposées à la notion même d’humilité :

            – Un mec, ça fait, et ça ne s’excuse pas même quand c’est en tort. Sauf si t’as vraiment merdé

            – Etre viril c’est prendre ce que tu désires sans le demander)

            Cela dit il y a aussi une sorte d' »obligation » d’avoir une expérience sexuelle avant un certain âge parfois. Un ami a eu sa première fois à 25 ans, visiblement la fille a apprécié sa prestation, mais quand un mois plus tard il lui a appris qu’elle était sa première elle l’a laissé tomber sous prétexte qu’elle ne voulait pas de quelqu’un dont personne d’autre n’avait voulu avant. Alors que visiblement avant de le savoir ça ne lui posait aucun problème…

            Après il est peut-être tombé sur une conne tout simplement!

          • Anashka | 28 octobre 2013

            « Etre viril c’est prendre ce que tu désires sans le demander » ===> C’est de l’incitation au viol, ça ! 0o

            (Oui, la pour le coup, elle est conne ou elle a trouvé un prestexte !)

  • Coco | 1 juin 2014

    Lu , j’ose enfin poster un commentaire sur votre site! Je ne savais pas trop où mais cet article a vraiment fait écho en moi et du coup j’aurais voulu avoir votre avis sur ma petite histoire.
    Alors, j’ai rencontré un garçon il n’y a pas longtemps lors d’une fête. « Il sentait le sable chaud » comme dirait ma mère mais je me suis tout de suite dit que c’était impossible, « qu’il était trop bien pour moi ». Pourtant c’est lui qui était venu me parler en premier, il avait même demandé mon numéro quelques jours plus tard en « insistant » auprès d’un proche et nous avions bien discuté à mon agréable surprise. Jusqu’à ce qu’il réponde moins voir pas à mes sms. Ce que je lui avais fait remarquer un peu inquiète et énervée malgré moi, car un ami de collège sur lequel j’avais fait un gros et long OI m’avait déjà fait tourner en bourrique avec ça.
    Je l’ai revu dans le même cadre et il s’est excusé de ne pas m’avoir répondu car son portable avait eu un bug mais je le sentais distant, ce qui n’a fait que renforçaient mes craintes que je l’avais ennuyé avec mes messages, en même temps une fille lui tournait autour et j’ai pensé comme une idiote  » Qu’elle était mieux que moi » donc je n’ai pas réagi et il a passé la nuit avec elle. Je repartais donc déçue et confuse.
    À une autre soirée, je me disais que c’était mort de toute façon mais il était bizarrement plus proche…Le lendemain j’apprends d’une connaissance qu’il me trouvait mignonne, qu’il cherche l’amour, que c’est dommage que je sois loin, que s’il a couché c’est qu’il était bourré et en manque blablablablabla. WTF ?! Du coup je ne réalise pas trop, ça tourne trop vite ou trop lentement dans ma tête.
    Depuis j’essaye de renouer le dialogue avec lui mais j’ai un peu peur. Je n’ai pas envie de me faire des films comme avant mais en même temps je ne veux pas rester paralysé par cette timidité maladive. Je ne sais pas comment agir pour faire avancer les choses ou pas. Je suis un peu perdue. Voilà, voilà, merci vraiment pour ce que vos faites, ce que vous écrivez donne du baume au cœur ! Bon courage aux autres lecteurs aussi. Tchou.

    • Anashka | 2 juin 2014

      Salut Coco,

      Il y a plusieurs choses dans ce que tu dis :
      – d’abord tu parles d’un garçon qui te montre de moins en moins d’intérêt (voir qui devient insultant). Je ne pense pas que ce garçon est « trop bien pour toi », mais il n’est pas intéressé. Et quoi que tu fasses, tu ne le rapprocheras pas. (a moins de l’ignorer complètement, mais il suffira que tu te ré-intéresse pour qu’il prenne de la distance)
      – et tu parles de ce « trop bien pour moi » … heu… à quel niveau ? D’après toi, qu’est-ce qu’il a de mieux ?

      • Coco | 2 juin 2014

        Je pense avoir dit ça par rapport à ce que j’ai vécu avec des garçons populaires, beau et sociable donc inaccessible pour moi. Je trouvais qu’il se fichait de moi mais avec ces dernières révélations et son changement d’attitude je ne sais plus trop sur quel pied dansé. En y réfléchissant je crois que le problème c’est que je n’ai pas confiance en moi.

        • Anashka | 3 juin 2014

          En y réfléchissant je crois que le problème c’est que je n’ai pas confiance en moi.

          Oui, c’est souvent ça :)

          Qu’est-ce que tu mets en place pour bosser ta confiance en toi ? Quels sont les trucs que tu aimes dans ta vie ? Que tu aimes chez toi ?

          Pour ce garçon, prends un peu tes distances, applique le système de punition-récompense (http://www.seduireunhomme.fr/2012/08/tips-seduction-systeme-de-punitionrecompense/)

          • Coco | 3 juin 2014

            J’essaye de m’imposer petit à petit. Je n’aime pas trop ce mot mais je me rends compte à quel point je me suis égarée durant toutes ces années à me plier en quatre pour les autres, la faute en partie à moi bien entendu, mais maintenant je suis fatiguée. D’ailleurs le fait que tu es dit qu’il « devient insultant » m’a foutu une claque car même si j’ai trouvé le terme un peu dur, sans doute parce que  » Je vois le bien chez tout le monde » comme dirait ma meilleure amie, ça m’a permis de me rendre compte que mon ressenti était justifié, enfin je crois. Du moins ça m’a prouvé que je ne psychotais pas tant que ça. En fait, je t’ente de m’écouter, ça me convient mieux. Sinon je suis des études d’art que j’adore mais là aussi ça a été une grosse remise en question dont je me remets doucement.
            Oh là, je ne suis pas très douée pour la séduction et tout ! Même si j’avoue avoir songé à me montrer moins gentille et plus juste avec lui quand je le reverrai. Mais bon on se moque de moi quand j’essaye de me mettre en colère en mode gamine de 5 ans donc ça risque d’être rigolo à expérimenter.

          • Anashka | 4 juin 2014

            Pourquoi tes études ont été une « grosse remise en question » ?

            Je ne pense pas qu’il faille « s’imposer » ou « être moins gentille » : quand on le dit, on sent qu’on a pas envie d’être comme ça. Perso, j’aime les gentils et les gentilles. Mes proches, mes exs, ma famille, sont des gens qui ont un bon fond, des « gentils ». En revanche, la première personne à écouter et respecter (même avec ses égoïsme), c’est TOI. Il s’agit peut-être plus de « poser tes limites » qu’autre chose :)

            Tu connais le livre « libre, imparfait et heureux » ? C’est LE livre sur l’estime de soi. Il est très bien fait et je te le recommande. (D’ailleurs, si tu le lis, j’espère que tu reviendras pour en discuter avec moi. Pour savoir ce qui te parle ou non ^^)

  • chenoir | 2 juin 2014

    Salut Anashka.

    Bon, j’ai besoin de conseils timidité.

    Je prend des cours de code à l’auto-école, et il s’avère que dans les autres étudiants, il y a cette jeune fille. Mignonne, souriante, tout à fait mon style. Je suis allé 3 fois aux séances la semaine dernière, et par deux fois elle était la. (Ce matin elle n’était pas là, j’étais, tu peux t’en douter, désespoir et tristesse).

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de lui parler (timidité quand tu nous tiens), je sais juste que quand je dis une connerie, à chaque fois elle rigole. Et que la dernière fois que je l’ai vu, quand elle est partie et qu’elle a dit au revoir, il m’a semblé que son regard et son sourire m’étaient adressés.

    Mais je ne peux m’empêcher de me demander si je ne me fais pas des idées à ce sujet.

    Toujours est-il que si j’ai la chance de la revoir, je pense commencer par lui dire « tu te rends compte que ça fait plusieurs fois qu’on se voit, et on ne s’est même pas encore présenté. Moi c’est chenoir, enchanté, et toi? ».

    La question, c’est que comme je ne sais pas (dans l’éventualité ou je pourrais la revoir) si ça sera la dernière fois ou pas. Donc je pense, en sortant, lui dire un truc du genre : « Au fait, avant que tu ne disparaisses au coin de la rue, et que je ne te revois peut-être plus, je dois dire que je te trouve sympathique et que tu me plais bien, du coup je voulais te proposer d’aller prendre un café un de ces quatre pour faire plus ample connaissance, ça te dirait? »

    Le tout bien sur avec moult hésitations, bégaiement, lapsus, et tout ce qui va bien. Ça se tente ou niveau probabilités de résultat je suis proche du 0%?

    • Anashka | 3 juin 2014

      J’aime bien la première phrase. Ensuite j’enchainerai sur un « blablabla » autour du permis, de ce qu’elle fait dans la vie, d’où elle en est dans ces points / dans le code… Tu vois si elle accroche, si elle te pose des questions aussi. Si et seulement si, elle est réceptive, tu peux lui demander quand est-ce qu’elle revient pour le code (et tu iras en même temps ^^) VU le contexte, la slow séduction se tente. :)

      • chenoir | 3 juin 2014

        Justement, la slow seduction me semble risquée. Je ne peux y aller qu’en fonction de mes dispos rapport au boulot (la ce matin par exemple, ça va pas être possible. pour te donner une idée, j’ai fini de travailler il y a environ 3h30 et je m’y suis remis il y a une heure ^^), et hier elle n’était pas la, ce qui ne veut peut-être rien dire, mais qui peut aussi vouloir signifier qu’elle est déjà partie faire son examen du code et qu’elle va entamer la conduite, auquel cas j’ai peu de chances de la revoir (elle fait voiture, je fais moto, c’est pas dans la même auto-école, seul le code est commun).
        Et la semaine prochaine en plus je suis pas en France ^^

        Du coup en l’état, l’une des premières questions à lui poser si je la revois, ça serait justement quand est-ce qu’elle va passer son code, savoir si j’ai un peu de marge de manoeuvre ou pas. Mais oui, lui proposer le verre direct c’était pas l’idée, c’était quand je la connaitrais un peu mieux, que j’aurais eu le temps de savoir si elle apprécie discuter avec moi, bref après avoir bavardé.

        En tous cas merci Anashka !

        • Anashka | 3 juin 2014

          Donc : présentation = > bavardage incluant « tu passes quand ton code » => prise de numéro si tu sens que ça le fait ET/OU « tu reviens quand pour le code tu es sympa, on pourrait se faire un match ensemble ^^ »

          • chenoir | 3 juin 2014

            C’est grosso modo l’idée oui.

            Enfin, déjà, la revoir. Ensuite on avisera.

            Mon doute principal il est surtout sur la question d’annoncer mon intérêt (même sous forme simplement de « tu me plais bien/tu es sympa, j’ai envie d’apprendre à te connaitre) ou d’attendre de prendre un verre (si (non, QUAND) verre il y aura)

          • Anashka | 4 juin 2014

            L’intérêt EST annoncé de facto : tu vas lui parler et prendre son numéro pour boire un verre. Pour cette fois-là, je pense que tu n’as pas besoin de verbaliser :)

          • chenoir | 14 juin 2014

            Bon, du coup pas de nouvelles concernant la fille de l’auto-école, le hasard n’a pas été de mon côté, j’ai été la bas à chaque fois que l’occasion se présentait, et je ne l’ai toujours pas revu. Malheureusement…

            Sinon, samedi dernier je suis allé à une pendaison de crémaillère d’un cousin, ou je ne connaissais personne (mais ou tout le monde se connaissait plus ou moins). Pas forcément à l’aise mais pas non plus totalement isolé, j’ai passé un assez bon moment). J’ai discuté avec quelques personnes, mais à 20 dans 15m² c’était difficile de bouger et parler avec d’autres personnes.

            Il y avait une fille, qui me plaisait bien, mais avec qui je n’ai pu qu’échanger quelques banalités de loin (il y avait 3 personnes entre elle et moi, et on ne pouvait vraiment pas se déplacer). J’ai surpris quelques fois son regard sur moi, mais j’ignorais si c’était par intérêt/attirance, ou parce que je l’avais regardé et qu’elle voulait voir que je le faisais moi aussi.

            Bref, j’ai voulu lui proposer un truc quand elle est partie (du genre « on a pas trop eu l’occasion de parler mais je te trouve sympa, j’aimerais faire plus ample connaissance, si on sortait prendre un verre ensemble un de ces quatre? »). Mais déjà ça aurait été difficile pour moi si elle avait été seule, vu qu’elle est partie avec deux autres personnes, je n’ai pas du tout pu.

            J’ai demandé à mon cousin de lui demander si elle acceptait que j’aie son numéro pour lui proposer quelque chose par la suite (je trouvais ça plus délicat que de demander directement le numéro à mon cousin sans lui laisser la possibilité de refuser), mais elle a refusé (d’après mon cousin elle a dit qu’elle n’était pas dispo).

            C’est dommage, elle avait quelque chose de très mignon dans le regard. Mais bon, j’ai fait (en l’état) tout ce que je pouvais pour essayer de la revoir, du coup je ne regrette rien. A part de ne pas avoir pu lui demander directement (si ça se trouve, c’est le fait que je sois passé par un intermédiaire qui l’aurait refroidie).
            Et puis bon, si mon cousin réorganise un truc, peut-être qu’elle y sera aussi, et je ferais en sorte de discuter plus amplement avec elle si l’occasion se présente.

          • Anashka | 15 juin 2014

            En ce moment, question chance (espace), ce n’est pas de ton côté. Je ne vois pas comment tu aurais pu être plus gentleman. Après, la tentative est à la fois sympa, à la fois risquée, l’intermédiaire et le peu de discussion ne sont pas propices au NC.

  • chenoir | 4 juin 2014

    Ouais enfin, tu connais mon problème avec la timidité et ma facilité à emprunter la « voie de l’amitié », surtout quand je voudrais le contraire ^^.

    Mais bon, hier elle n’était pas la non plus (le soir après, je l’ai toujours vu le matin du coup c’est peut-être normal), et je ne pourrais pas y retourner en matinée avant Vendredi au plus tôt…

    • Anashka | 4 juin 2014

      Je sais. Mais « verbaliser son intérêt », c’est un peu un coup de fusil dans le pied. Mieux vaut verbalisé « je ne tiens pas à être ton ami, j’ai des amies » que « tu me plais »… Tu vois ? Et, ce type de verbalisation est valable si elle t’envoie des « signe d’intérêt de FZ » (<= je vais breveter) !

  • Coco | 5 juin 2014

    J’ai failli arrêter parce que je ne trouvais pas ma place là où j’étais mais maintenant ça va mieux.
    Je revois ma définition de la gentillesse en ce moment et je comprends où tu veux en venir. Je ne sais pas trop comment trouver mes limites par contre.
    Je ne connaissais pas mais ça serait un plaisir de le lire !

    • chenoir | 5 juin 2014

      Je me permet d’intervenir, connaissant parfaitement la situation que tu vis.

      En fait le problème n’est pas tellement de trouver « tes limites », personne ne devrait avoir a être poussé au point de les trouver. Le problème est d’imposer DES limites. La est la différence. Parce que tu peux avoir un seuil de tolérance excessivement haut (accepter énormément de choses qui ne te gênent finalement pas), et tu n’atteindra que rarement tes limites. Mais il y a des gens (pas tous heureusement) qui vont tenter d’aller plus loin, et prendre de plus en plus d’espace. Et le problème est quand les personnes ne te voient plus comme quelqu’un, mais comme quelque chose sur lequel ils peuvent s’appuyer, parce que tu leurs as donné trop d’espace.

      L’extrême inverse est possible, si tu poses des limites aux gens trop vite, tu vas passer pour l’Emmerdeuse prise de tête qui n’aide jamais. En plus de contraindre ta vraie nature, celle de quelqu’un de gentil, serviable etc..

      Bref, UN conseil que tu peux essayer d’appliquer : ne fait jamais quelque chose qui sort du cadre ordinaire si tu ne l’as pas décide. Tu as tout a fait le droit de dire « non ça me fait chier ce que tu me demandes, je n’ai pas envie de promener ton chien a ta place ce soir ni jamais ». Avec le ton qui va bien hein, mais fait comprendre que non, tu ne peux/veux pas le faire.

      En contrepartie, n’hésite pas a proposer ton aide quand tu sens qu’elle pourrait être utile, bref quand tu as envie. Si quelqu’un te dit qu’il aimerait bien pouvoir se faire une soirée avec son amoureux(se) mais qu’il a trop a gérer, proposes lui « si tu veux je peux laver et coucher le chien, puis promener le bébé et lui donne a manger, si ça peut t’aider »

      Et c’est simple. Si tu ne le fais pas tout le temps, les gens vont commencer a assimiler le fait que tu es serviable (tu aimes aider) et qu’ils peuvent compter sur toi si besoin est, mais que tu n’est pas servile (que tu n’obéis pas au moindre caprice).

      Après il faut calibrer bien sur, mais globalement, n’ai des jamais quand tu sens que c’est pour quelque chose que l’autre peut très bien faire tout seul!

      • Coco | 13 juin 2014

        Je vois ce que tu veux dire… je vais essayer même si j’ai toujours la drôle d’impression que c’est « mal ». En tout cas j’ai bien aimé les exemples haha, merci !
        J’espère que ça se passe bien de ton côté.

        • chenoir | 13 juin 2014

          Pourquoi « mal »? Ce qui serait mal, ce serait de ne jamais rien faire pour aider les autres même quand tu vois qu’ils en ont sacrément besoin, être méchant voire cruel avec les autres. Ou faire quelque chose dont tu sais pertinemment que ça va causer du tort à autrui, si tu as moyen de faire autrement.

          Ça c’est mal.

          Ce dont on parle la, c’est seulement un réequilibrage. Poser des limites. Dire « j’aide parce que je le veux, pas parce qu’on me l’impose et que je ne sais pas dire non ».

          Et encore, c’est que pour l’aspect « coup de main ». Pour ce qui est des relations aux autres, le truc c’est de faire savoir quand tu es mal à l’aise. Pas forcément faire une scène devant tout le monde, mais si par exemple quelqu’un dit quelque chose sur toi qui te met mal à l’aise, tu le prend à part après et tu dis « je trouve que tu es allé un peu loin ce coup-ci » (mais calibrage encore une fois, si c’est un échange entre ami ou tout le monde se vanne gentiment sans complexe, ce n’est pas justifié).

          Et tu verras, ça te permettra de faire le tri assez facilement entre les gens qui te respectent (ceux-là vont soit s’excuser soit te rassurer) et les autres (qui vont dire qu’ils n’en ont rien à battre). Ceux-là, si t’es vraiment tolérante tu peux leur laisser une chance, mais pas deux, ils n’en valent pas vraiment la peine.

          Un exemple personnel : J’aidais un pote à déménager (aide à mon initiative du coup), et à un moment il me fait une remarque taquine, mais un poil appuyée quand même. Je lui ai dit « mais tu sais, je peux aussi me barrer et te laisser finir si ma présence t’ennuie que ça », avec un grand sourire mais en essayant de faire passer le message de manière sérieuse par le regard (bon en vrai, j’ai du ressembler à Jack Torrance dans Shining ^^). Du coup il s’est excusé. Si il avait continué sur sa lignée j’aurais su à quoi m’en tenir et je me serais vraiment barré.

          Enfin, j’espère que ça t’aidera.

          Moi ça va, je suis toujours un peu le célibataire éternel que j’ai toujours été, mais je me laisse moins marcher sur les pieds!

    • Anashka | 9 juin 2014

      Quelles sont les choses qui te blessent, te mettent mal à l’aise ? Tes limites sont là où la douleur commence :)

      • Coco | 13 juin 2014

        En fait, je viens de réaliser que peut-être me suis-je mis trop de limite ou plutôt de barrières à moi-même pour éviter cette douleur que j’avais connue. Sauf qu’aujourd’hui, là maintenant, tout va bien. Pourtant elles sont toujours là mais ne m’apportent plus que des regrets et de la frustration à cause d’éternel questionnement sur  » Vais je bien faire ? »,  » Est-ce que je fais bien? », « Ai-je bien fait ? » qui souvent finissent par me bloquer que ce soit avec les autres ou quand je dessine.
        Sinon j’ai commençait à lire ce que tu m’avais recommandé, j’ai fait le même bond que le personnage sur la couverture en le recevant haha.

        • Anashka | 14 juin 2014

          C’est dommage, parce que la peur (les barrières) n’enlève pas le danger. Comment tu gères ces questionnements ?

          • Coco | 14 juin 2014

            Je le sais bien mais c’est plus fort que moi, j’ai trop peur d’être critiquée, trahi, abandonnée … mais ce n’est pas bien autant pour moi que pour les autres car ce ne sont en général que des films dans ma tête et des mécanismes du passé. Du coup j’essaye de relativiser en ce moment, par exemple de me dire, c’est normal que je stress un peu, je me ramène comme une fleur dans un groupe soudé avec leur private jock etc. Et ainsi faire la part des choses entre mon manque de confiance en moi, la situation et ma nature aussi.

          • Anashka | 15 juin 2014

            Comment tu gère l’intégration dans ce groupe ?

  • Mél | 14 juin 2014

    Hey Anashka
    A 17 ans ma vie se résume à des OI et dès que j’ai le courage de parler à la personne convoitée il ne se passe jamais rien.Je sais pas ce qu’il se passe à chaque fois. A chaque fois quand je prends conscience de ça je suis triste pourtant je fais tout pour changer car je suis timide mais rien n’y fait

    • Anashka | 15 juin 2014

      Je pense que ton âge est propice aux OIs. Est-ce que tu veux qu’on voit ensemble ce qui a pu poser problème ? Est-ce que tu peux me raconter la dernière approche ?

      • Mél | 15 juin 2014

        Oui je veux bien :
        Je sais c’est pas terrible mais j’ai demandé ce mec en amis sur facebook et je lui ai proposé de faire connaissance. Il a accepté et on se parlait bien mais au bout de quelques temps j’ai vu qu’il allait bientôt se mettre en couple avec une autre fille. De plus c’était toujours moi qui lançait la conversation alors j’ai décidé d’arrêter. Ce qu’il y a c’est que en général à la fin ils finissent toujours par aller vers une autre fille. C’est ce qu’il s’est déjà produit auparavant : je m’entendais super bien avec un mec qu’une amie m’avais présenté on se voyait plusieurs fois il a même dit à mon amie que je lui plaisait et qu’il tenterai sa chance avec moi mais à la fin je ne sais pas ce qu’il a eu, je ne l’intéressait plus, il ne m’a plus parlé et il s’est mit en couple avec une autre fille. Voilà Voilà en tout cas c’est très gentil de m’aider.
        Merci beaucoup Anashka !

        • Anashka | 15 juin 2014

          Peut-être que la phase dans l’amitié est trop longue… Vous sexualisez ? La séduction était évidente ?

          Jette un coup d’oeil au différents articles du BEST OF : http://www.seduireunhomme.fr/best-of/ Peut-être que ça t’éclairera !

  • Coco | 15 juin 2014

    Même si des fois je me sens bloquée parce qu’il y a trop de monde ou que je ne connais pas quelque chose mais j’essaye de communiquer au mieu : ).

  • chenoir | 15 juin 2014

    Oui, faut bien le dire, ces temps-ci Dame-Chance ne me sourit pas vraiment (la garce. Une fille qui tire la gueule c’est pas chouette en plus). Du coup je me suis pris un méchant coup de blues hier et aujourd’hui, à force d’occasions lamentablement ratées.

    C’est que je m’efforce de me conduire le plus possible en gentleman, à défaut d’être un grand séducteur (enfin, un séducteur tout court ^^). Si j’avais pu me passer de l’intermédiaire, je l’aurais fait, mais la les évènements ne se sont vraiment pas goupillés comme il faut.
    En même temps, c’était soit je demandais à mon cousin de jouer les intermédiaires, soit je ne faisais absolument rien, donc le choix était simple. Je sais pas comment j’aurais assumé par derrière, si ça avait fonctionné, par ailleurs.

    Le pire, c’est que je ne sais même pas si je lui plaisais un peu ou pas du tout, vu que je suis une quiche absolue à déchiffrer l’intérêt de la personne que j’ai en face de moi (et savoir si je plais à quelqu’un, ça pourrait quand même être pratique si je veux avoir le courage de me lancer, parce qu’en l’état je ne suis pas loin de me dire que je suis indésirable (dans le sens non-désirable)).

  • Patrice Archambeault | 7 mai 2016

    Vraiment génial moi j’aime l’humour merci d’avoir partagé ça avec nous :D j’en connais certains qui seraient content de regarder ça !!!! et ça m’a fait rapeler à ça souvent ^^ merci d’avoir pris le temps de nous proposer ces articles

Commenter