C’est quoi, une fille facile ?

Par 6 Jan 2013 222 Commentaires

cest-quoi-une-fille-facile

C’est au collège que j’ai entendu le terme pour la première fois. Il était accolé à une gamine de 14 ans qui roulait un peu trop de patins au regard de la norme pubère. Je n’ai pas vraiment compris. Pourquoi les garçons embrassaient-ils une nana qu’ils méprisaient ?

Depuis, j’ai un peu grandi. Et, j’entends encore cette dénomination. Je suis toujours interloquée. J’ai cherché sa signification sur internet, j’y ai trouvé une foule de conseils pour ne pas passer pour une fille facile, des points de vue tranchés mais très peu de définitions.

C’est seulement en opposition à ce que doit être une fille normale que la fille facile semble exister.

Lui ressembler, c’est se condamner à ne jamais construire de romance. Ayant couché avec tout le monde, elle ne mérite personne, et surtout pas un Homme de Sa Vie. On effraie les enfants avec le grand méchant loup. On terrorise les demoiselles avec cette étiquette, marque au fer rouge qui, une fois inscrite, fera fuir tout amoureux potentiel.

Qui est la fille facile ? Comment la définissons-nous ? Quels sont les critères discriminant cette femme de celles qui gagneront le droit de s’épanouir dans une relation amoureuse ?

Une fille qui couche le premier soir .. ?

Je pensais ce principe désuet ! Et pourtant, le vieux débat : « Faut-il coucher le premier soir ? » est toujours d’actualité.
Je supposais même que les femmes seraient généralement plus promptes à juger que les internautes masculins. J’imaginai ces derniers plutôt ravis que de plus en plus de demoiselles grimpent dans l’ivresse amoureuse, sans attente superflue.

J’avais tort sur toute la ligne !

Pour beaucoup, les femmes impatientes sont encore – aimablement – catégorisées en filles faciles. Et, la sentence tomberait surtout de la bouche des hommes.

J’y ai même lu, sur Marie-Claire (ça vaut ce que ça vaut), qu’un tiers d’entre eux aurait plus de respect pour une femme qui attend. Il aurait ainsi le sentiment de la mériter.

Vous, comment comprenez-vous cette notion de mérite ?

Mon vagin serait-il une médaille à offrir à celui qui aura su me séduire au mieux ? Ma sexualité doit-elle être la récompense d’une drague acrobatique masculine ? A-t-on oublié que j’avais un désir propre ? Que la recherche de MON plaisir était peut-être plus importante pour moi que l’envie de faire don d’une gratification sexuelle à messieurs ?

Profondément, j’exècre cette notion de mérite.

Mon vagin n’est pas un cadeau, une offrande, une décoration, que je me dois de sacrifier pour bon comportement ! Si je blesse un Ego masculin laissant choir la bretelle de mon soutien-gorge (devant lui ou un autre) la première nuit, c’est SON problème. Pas le mien.

Le mien se suffit dans le plaisir que j’y ai pris (ou pas).

Alors, s’il me taxe de fille facile, parce que 23 rendez-vous me semblaient inutiles pour l’aimer, c’est qu’effectivement, le mec ne me méritait pas.

Un tiers des garçons respectent moins une femme qui s’envoie en l’air le premier soir.

Sans commentaires. Ces hommes doivent assez souffrir. Ils déconsidèrent une fille qui coucherait avec dès la rencontre. Leur corps dégrade celui de la femme qui le touche trop vite. Quelle image en ont-ils ? Pensent-ils leur plaisir si…sale ?

Note : J’espère que les chiffres avancés sur Marie-Claire sont de gros FAILS. Sincèrement.

Une fille qui a plus d’expériences que son mec..?

Lu sur un forum : Un internaute disait refuser vivre une relation amoureuse avec une femme ayant eu plus de partenaires sexuels que lui.

Lu sur un autre forum : Un homme demandait s’il pouvait rester avec sa copine. Elle avait connu huit histoires avant lui, à 25 ans. Il s’interrogeait afin de savoir s’il devait la larguer ou non.

Le choix du vocabulaire me surprend : une fille ayant beaucoup d’expérience est donc facile plutôt qu’expérimentée ?

Encore une fois, j’ai le sentiment (vous me direz si vous partagez) qu’on se heurte à un profond manque de confiance en soi, en ses compétences sexuelles.

Apprendre la sensualité auprès d’une femme est-ce tellement castrateur qu’il vaut mieux la quitter ? Est-ce une peur de la comparaison ? Et, craint-on que ladite comparaison joue en notre défaveur ? Est-il si difficile de perdre à « qui pissera le plus loin » quand on concourt avec le sexe faible ?

Il existe des hommes qui désirent encore aujourd’hui être le seul, l’unique, le premier, à défaut d’être le dernier… ils sont ainsi certains d’être le meilleur partenaire que leur moitié ait connu. Cette éthique a tendance à se raréfier, et c’est tant mieux ! Le passé d’une femme ne devrait concerner que celle-ci!

Pourquoi, plus qu’un mec, devrait-elle attendre le Grand Amour pour découvrir les plaisirs charnels ? J’entends bien que le garçon en question y obtient un fort sentiment de possession des désirs de l’autre, mais ELLE, qu’y gagne-t-elle ?

Pour l’expérience sexuelle, c’est pareil.

Que gagneraient les filles à être moins expérimentées ? Ce sacro-saint respect masculin ? En quoi la compétence n’est-elle pas respectable ? On l’admire, pourtant, chez les hommes. Beaucoup d’entre nous apprécient un garçon qui aurait vécu, appris, et qui saurait y faire. Pourquoi serait-ce différent pour les femmes ?

Un conseil, Mesdames, ne vous épanchez pas trop sur votre passé charnel.
Dites à l’amant du moment qu’il est le meilleur des — très peu — mecs que vous ayez connu.

Une fille qui couche avec n’importe qui… ?

C’est la définition que j’ai trouvée de manière la plus récurrente sur internet : une fille facile est une fille qui couche avec n’importe qui.

N’importe qui : indiquent un individu, une chose qui ne sont pas définis, dont la nature est indifférente, en particulier dans l’éventualité d’un choix. ( Dictionnaire Larousse)

Existe-t-il réellement de femmes qui ba*se avec un individu non défini, dont la nature est indifférente ? Des nanas qui ne choisissent pas, et disent OUI à toutes les propositions ?

Soyons sérieux. Personne ne couche avec n’importe qui. Une discrimination, même légère, est systématique. Elle peut porter sur la tranche d’âge, le poids, la « beauté » ou le lien familial/professionnel…

Nous sommes face à une hyperbole signifiant : beaucoup. Par conséquent, une fille facile serait une fille qui s’amuse avec beaucoup de mecs.

Beaucoup, c’est combien ?

Vingt ? Trente ? Cinquante ?

Admettons qu’à partir de trente nous considérons une femme comme facile, comment appelle-t-on celle qui a fricoté avec vingt-neuf hommes? Une limite quantitative des aventures est discriminant facile de difficile est ridicule. Nous le voyons bien.

« Beaucoup » est un concept flou, non-quantifiable, changeant d’une personne à l’autre. Seule la subjectivité du jugeur en trace les contours. Nous le savons, un jugement n’implique que celui qui le pose.

Dès lors, les filles faciles existent uniquement dans la tête de ceux qui les jugent comme tels.

Le queutard est-il une fille facile ?

Si nous concédons que le queutard couche avec beaucoup de monde pour de nombreuses subjectivités, peut-on dire qu’il est une fille facile ? Non. Nous appelons rarement un collectionneur de femmes un garçon « facile ». Au contraire, sa capacité à séduire le glorifie . Question d’offre et de demandes.

C’est un fait communément admis : il est moins difficile pour une femme de s’envoyer en l’air que pour un homme. (Forcément, les nanas refuse à passer pour des filles faciles. Le serpent qui se mord la queue.) Certains en conclurent que c’est par faiblesse qu’elles ont vécu cette aventure : c’était tellement simple pour elle !

Outre que l’association sexe-trophée commence à être fatigante, taxe-t-on un basketteur de tricheur parce que, étant plus grand que les autres, marquer un panier est plus aisé pour lui ? Non. Alors, d’où vient cette jalousie sexuelle ?

En bref, une fille facile est une fille qui prend son pied avec beaucoup de monde, profitant de l’accessibilité des garçons. En allant plus loin, nous dirons que les hommes sont de fait peu timorés. Pour éviter un pléonasme, nous n’ajoutons simplement pas l’adjectif « facile » à « homme« .

Une fille qui couche pour être aimée… ?

C’est ma dernière trouvaille du web : une fille facile est une fille qui couche pour être aimée.

Ça arrive. Oui. Soyons sûre que ceux qui abusent d’elles méritent plus de respect que cette gonzesse troquant sa tendresse contre un amour toujours falsifié. Méprisons-la ! Elle recherche de l’affection chez n’importe qui. Ces garçons le savent, ils en font partie.

Ai-je réellement besoin de pousser le débat ?

Et pour vous, c’est quoi, une fille facile ?

Anashka,

amoureuse des filles faciles


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (222)
  • fama | 6 janvier 2013

    C’est bien une des choses que les femmes n’ont pas encore acqui, l’égalité sexuelle. Attendons le jour ,où ce genre d’articles sera écrit par des hommes… Bonne continuation de la part, d’un homme.

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Je compte sur les hommes pour ça ;). Peut-être suis-je une grande optimiste, mais d’ici quelques années, se souvenir de l’inégalité sexuelle nous donnera l’impression qu’on a été des barbares.

      • Thierry | 17 décembre 2013

        Ces sites et ces témoignage ne font que véhiculer, une image classique des relations hommes femmes, et cherchent plutôt l’adhésion d’un public à une vraie réflexion.
        Hélas encore, c’est un reflet de la société de vouloir mettre dans des cases les êtres humains par rapport à une morale que tous ne cautionne pas.
        Il faut être comme ci ou comme cela, alors qu’il serait plus constructif de respecter les personnes, leurs libertés (sexuelles et/ou amoureuses).
        En tant qu’homme j’attend d’une femme qui m’attire qu’elle soit elle, et la remercie pour l’avoir partagé avec moi, y compris si cela ne dure qu’une nuit. (ce qui reviens au même pour un homme à part l’attirance physique ;) )
        Je ne vais pas porter de jugement de valeur sur l’autre de façon hypocrite, parce qu’elle est aussi adulte, libre et consciente de ses choix que moi.
        On laisse souvent les donneurs de leçons prendre la parole (ils aiment cela), j’espère que des témoignages adultes pourront équilibrer ce type de vision.

        • Anashka | 24 décembre 2013

          Je l’espère aussi. Vraiment. Mais, au milieu des donneurs de leçons qui font beaucoup de bruit, il y a des voix, appel à la tolérance qui résonnent. :)

  • Pierrot | 6 janvier 2013

    Les « filles faciles » ne sont que ce que notre société renvois de la femme, et malheureusement elle pense que de cette manière elles seront aimé et apprécié, et pour moi généralement ça viens d’un manque de confiance en sois, et de manque de respect envers sois même, ce qui est triste je trouve. Après certaines le font par plaisir surement, et tant qu’on est heureux et qu’on se respect on fait ce que l’on veux, quand on veux, avec qui on veux. Mais c’est la même chose pour les « hommes faciles » ou coureur de jupons.
    Ensuite en tant qu’homme, certes jeune, mais homme tout de même, je serais presque choqué de voir que beaucoup d’hommes n’aimeraient pas des femmes plus expérimentés, alors que déjà c’est l’explosions des cougars, et que pour ma part, une fille plus expérimenté que moi, sexuellement parlant, est une chose que je peux trouvé très intéressante, dans le sens où je vais peut-être apprendre des choses sur les femmes et sur moi même.
    Et pour ceux qui est du premier soir, la passion et l’amour n’a pas de règle, si ça dois se faire le premier soir, ça se fera, on va pas attendre exprès le deuxième rendez-vous, tout dépendra des deux personnes, mais les 1/3 mes semblent un peu gros, vue notre société, je ne pense pas qu’ils aient répondu sincèrement, ce qui est assez triste.
    En tout cas trouvé cet article très intéressant :)

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Bienvenu Pierrot et merci beaucoup pour ton retour.

      Des filles qui ont beaucoup d’aventures en cherchant l’amour avec chacun est assez rare, je pense que l’on voit ça surtout au lycée et à la fac. Plus tard, les choses se passent un différemment.

    • flifla24 | 7 janvier 2013

      Pierrot, tu trouves étrange la partie « expérimentée ».

      Ce que veut dire Anashka dans son article (enfin, ce que j’ai cru comprendre), est qu’un mec coucherait avec une femme expérimentée, même plusieurs fois. Mais, cela restera purement sexuelle, et n’envisagerait pas une réelle histoire avec elle.
      Evidemment, il y aura toujours la p’tite exception qui va confirmer la règle comme le cas de Nate Archibald avec Diana Payne dans Gossip Girl :). Vive les références.

      La vraie question est: envisageras-tu une réelle histoire avec une femme de 50ans? Après, je suis consciente que Anashka a parlé de femme/fille plus expérimentée, et pas de femme plus agée. Et ça, ça change beaucoup.

  • Boris | 7 janvier 2013

    — Avertissement !!! Le message ci-dessous risque de faire clasher un peu —

    « Pourquoi les garçons embrassent-ils une fille qu’ils méprisent ? »
    Perso moi je la méprise sans l’embrasser, ça dépend des mecs… :x

    « Ayant couché avec tout le monde, elle ne mérite personne, et surtout pas un Homme de Sa Vie. »
    C’est pas facile de faire d’une femme qu’on méprise une femme de sa vie ! :P

    Ne pas coucher le premier soir n’est pas une attente superflue !
    Je dois être le seule mec au monde qui refuse de coucher le premier soir parce que je préfère attendre de connaître d’avantage la personne et qu’il me faut un peu de temps pour que l’envie vienne. Et surtout parce que je veux être sûr de ne pas tomber sur une fille qui sort avec des mecs juste pour du sexe et qui par conséquent en à rien à foutre de le jetter comme une merde deux jours après. Malheureusement les femmes modernes ne se font pas chier. S’il elles n’ont pas du sexe tout de suite elles se cassent, il n’y a pas de deuxième soir. Et elles se défendront derrière des concepts bidons du genre « il n’était pas assez sûr de lui ».

    « un tiers d’entre eux aurait plus de respect pour une femme qui attend »
    La question du mérite n’est peut-être qu’une consèquence du système de punition/récompense. Dire qu’elle ne mérite pas est une façon de punir un comportement féminin que l’on n’approuve pas.
    Lorsque je réagis comme ça, c’est je crois en partie un grand besoin d’être unique. D’être L’HOMME parmis les autres. Et pas juste un mec comme un autre qui sert juste de sex toys et qu’on jette comme une merde dès qu’on en a plus besoin.

    Ce que je reproche justement à ces femmes qui suivent leurs désirs propres c’est qu’elle ne se soucie pas de comment ça affecte les hommes en face. Elles sont volatiles, embrasse un mec et l’oublie 3 minutes après pour en embrasser un autre. J’ai déjà vu une fille embrasser 5 mecs différents en moins d’un quart d’heure en soirée. Et bien j’étais très content de ne pas l’avoir laisser m’approcher.
    Le pire avec ces filles là c’est que justement elles ne sont pas facile avec tout le monde mais seulement avec une élite d’homme qui est soi disant plus beau ou soit disant plus sûr d’eux. Et la discrimination envers ceux qui ne sont pas à leur goût superficiel, elles ne le cache pas. Cette discrimination assumée est à mon sens bien plus violente que le mépris que je leur offre en retour.

    Dans notre société malheureusement, la discrimination envers ceux qui ne sont pas des copies des personnages de télé-réalité est assumée. Discriminer un noir c’est mal, discriminer un juif c’est mal. Mais pour beaucoup de femme discriminer un « moche » ou un « pauvre » c’est normal.

    « Pensent-ils leur plaisir si…sale ? »
    Mmmm… oui. :D

    « Apprendre la sensualité auprès d’une femme est-ce tellement castrateur qu’il vaut mieux la quitter »
    La question ne se pose pas puisqu’elles discriminent les hommes inexpérimentés…

    « Pourquoi, plus qu’un mec, devrait-elle attendre le Grand Amour pour découvrir les plaisirs charnels ? »
    Moi je suis pour que les hommes attendent aussi.

    « Le queutard est-il une fille facile ? »
    Ben là déjà faudrait que tu sois d’accord avec toi même : être un queutard c’est bien ou mal ?
    Un queutard c’est sencé être un connard et digne de mépris non ? De même qu’une « chatarde » :D
    Donc les filles à la fois méprises les comportements des queutards parce qu’ils couchent avec plein de fille. Mais ne supporte pas d’être mépriser lorsqu’elle couche avec pleins d’hommes.
    Donc en gros elles voudraient pouvoir dire que les queutards sont des connards, mais être respecté quand elles font la même chose ? Et après elles osent prétendre que ce qu’elles veulent c’est une EGALITE sexuelle ?!!!

    PS : je ne suis pas misogyne !
    Je suis pour l’égalité sexuelle ! Soyons tous difficile !!! :D

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Je ne comprends pas en quoi « choisir avec qui on couche », « ne pas vouloir coucher avec quelqu’un qui ne nous plait pas » est de le discrimination..?

      • Boris | 7 janvier 2013

        j’sais pas. (désolé je n’ai plus d’inspiration pour ma répartie aujourd’hui, on verra un autre jour ^^)

        • Boris | 12 janvier 2013

          « discrimination »… mouais ça peut paraître un peu radical… En fait c’est juste que je suis trop sensible au inégalité et injustice en général, et comme il y a plein dans le domaine de la séduction…

          • Anashka | 13 janvier 2013

            La séduction n’est pas un domaine de loi. C’est toujours au plus malin. Et, c’est normal, on veut tous ce qu’il y a de mieux, même si pour les autres, on leurs souhaite d’être heureux.

    • Garance | 16 décembre 2013

      « Je suis pour l’égalité sexuelle ! Soyons tous difficile !!! :D »
      Merveilleusement bien dit XDDD

  • Pierrot | 7 janvier 2013

    flifla, avoir une relation durable avec une femme qui aurai plus de 30, donc qui a 10 ans de plus que moi, me semblerais un peu compliqué, même si j’ai un ami, qui a eu une relation avec une femme de 43 ans. Après je parlais surtout au niveau expérience, qui pour moi une femme ayant plus d’expérience et même un avantage.

    flifla24, je l’ai plutôt ressenti dans le sens, que certains hommes ne voudraient pas avoir de relation sexuelle avec des femmes plus expérimentés par peur, comme dit dans l’article, d’être comparé et de ne pas être le meilleur.

    Et je suis conscient que les filles ayant beaucoup d’aventures et croyant que chacun est le prince charmant, ça change par la suite, mais étant encore dans le milieu étudiant, je ne parle que de chose que je connais.

    Boris, sur pas mal de point, beaucoup d’homme sont pareils, des femmes et qui tombent sur un homme qui veux le première, elle refuse et il n’y a pas de suite, ce n’est jamais à sens unique, que ça sois homme ou femme on a les mêmes problèmes. Et toute les femmes ne discriminent pas les hommes inexpérimentés, certaines même le recherche.

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Pierrot, contente de lire que l’expérience ne fait pas fuir tout le monde. Et, heureusement, d’ailleurs.

  • Sbrianne | 7 janvier 2013

    Je me rappelle au collège ou les gars sortaient, roulaient des patins avec les/aux quelques filles populaires pour après les qualifier de cruches, filles faciles (j’étais dans une petite structure scolaire, seulement deux classes par niveau, tout le monde se connaissait de la 6ème à la 3ème donc le choix était plutôt réduit, leur explication) ce que je trouvais déjà à l’époque déplorable. Pour sortir, rouler des pelles à des filles aussi inintéressantes ne l’étaient-ils donc pas eux-mêmes aussi ?

    Chacun est libre de faire ce qu’il veut, du moment que c’est dans le respect, et personne ne devrait avoir droit de juger (surtout pas un représentant du sexe opposé qui a exactement le même comportement) et cette manie de mettre les gens dans des cases m’horripile ! Elle c’est une fille facile, elle c’est une fille bien (on n’est plus au collège) …et si la fille « facile » était tout simplement une femme qui assume ses désirs ?

    Et qu’un gars puisse se dire: « si elle couche avec moi le premier soir cela veut dire qu’elle fait ça avec tous les mecs » est le summum de la connerie ! Peut-être qu’elle a couché avec lui parce qu’il lui plaisait tout simplement ? Et qu’elle aurait dit non à un autre gars, pour qui elle aurait eu moins d’attirance ? Par contre, j’avoue que j’ai dû mal à comprendre qu’on puisse coucher avec quelqu’un qui ne nous attire pas sur un plan physique et/ou mental.

    Quant à la question de l’expérience, voici une preuve flagrante de l’inégalité sexuelle entre hommes et femmes. Il faudrait qu’une femme ait un peu d’expérience sinon c’est chiant au lit (discours qu’on m’a déjà tenu) mais pas trop sinon c’est forcément une s****e et un homme avec beaucoup d’expérience est un Don Juan, un vrai Mâle. No comment ! Heureusement que les mentalités tendent à évoluer même si c’est loin d’être gagné.

    Article pertinent encore une fois, on sent la réflexion derrière et sujet d’actualité malheureusement ^^’.

    Pss: Je me suis un peu emportée mais grrrrr les termes »fille facile » m’énervent tellement, surtout quand tu vois un peu le profil des gens qui l’utilisent…

    • Boris | 7 janvier 2013

      « un homme avec beaucoup d’expérience est un Don Juan, un vrai Mâle. »
      C’est les filles qui les voit comme une qualité (enfin comme un défaut aussi, c’est jamais très clair… ^^)

      • Pierrot | 7 janvier 2013

        Comme pour nous, certains aimeront les filles avec expériences, d’autres non, rien n’est jamais fermé en amour, tous les cas existes

      • Sbrianne | 7 janvier 2013

        Je pense que ça dépend du type de relation envisagée, dans une relation plus physique ça peut être effectivement (peut être à tort) une qualité demandée…et pour moi un Don Juan a une connotation négative et entre nous avoir beaucoup d’expérience ne signifie toujours être bon amant ^^.

        • Sbrianne | 7 janvier 2013

          Et il peut y avoir un côté rassurant à avoir en face à quelqu’un qui sait s’ y prendre. Je pense qu’à partir du moment ou on tient à l’autre qu’importe qu’il ou elle ait beaucoup d’expérience ou non.

          • Boris | 7 janvier 2013

            Ben wi mais quand une fille sait s’y prendre, elle s’en sert juste pour casser le mecs en face donc bon… Ou alors je ne tombe vraiment que sur les garces je sais pas…

          • Anashka | 7 janvier 2013

            Peut-être que tu es dans des relations agressives. Comme tu es méfiant, ça se sent, la fille ne joue pas de l’affection mais du jeu de pouvoir. C’est possible aussi.

            Dans tous les cas, la seule chose sur laquelle tu peux réellement agir, c’est toi…

          • Boris | 7 janvier 2013

            Bon j’arrête, pour cette nouvelle année j’ai pris pour bonne résolution de ne plus trouver les filles méchantes. Pfiu…

          • Anashka | 7 janvier 2013

            C’est une très bonne résolution.

            Nouvelle année, on ne se fait plus de mal : je vote pour ^^

          • Boris | 7 janvier 2013

            Du jeu de pouvoir… awi c’est peut-être ça. Mais ça marche pas du tout avec moi.
            Là je généralisais un peu à partir de quelques cas qui était mal passé, mais j’ai déjà rencontré des femmes super qui arrive à m’amadouer sans que je me défende…

          • Anashka | 8 janvier 2013

            Des cas qui se passent mal, il y en aura toujours. Je suis tombée, malgré ma méfiance, sur des crétins sans noms. Cependant, j’aime les hommes. J’oublie les crétins qui ne méritent pas que je me souvienne d’eux. Et, je me concentre sur les belles rencontres.

            Peut-être devrais-tu ne penser qu’aux femmes qui ont été bien avec toi. Les autres ne valent même pas la peine que tu y repense.

          • Boris | 8 janvier 2013

            Une fille qui ne couche pas pour ne pas être qualifié de fille facile, c’est comme moi qui ne couche pas pour ne pas être qualifié de queutard, de salaud, de connard, de mec qui couche et se casse après. Il n’y a pas beaucoup de différence au final, on se défend du regard négatif du sexe opposé.

          • Anashka | 9 janvier 2013

            Oui, et c’est dommage.

        • Anashka | 7 janvier 2013

          Vrai, il peut y avoir confusion sur le terme.
          Séparons donc le mec expérimenté/ »doué » du Don Juan qui peut être ou non compétent dans le domaine.

      • Anashka | 7 janvier 2013

        Oui, pour beaucoup de femmes un homme expérimenté est plutôt une bonne chose. La compétence s’apprécie dans tout, même dans le sexe. Mais, ce n’est pas pour autant que l’homme avec moins d’expérience sera rejeté.

        Chacun on leurs revers de médailles :
        – l’homme trop expérimenté peut faire complexer, par exemple
        – l’homme avec trop peu d’expérience demande un peu de patience.

        Mais, ça ne fait pas de lui quelqu’un de BIEN ou MAL. Facile ou Difficile.

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Je partage, j’ai encore beaucoup de mal avec ce terme. J’aime pas tellement les cases, pour dire vrai.

  • Lirie | 7 janvier 2013

    Coucou Anashka :)

    Article intéressant, malheureusement très juste… J’ai toujours pensé qu’il n’y avait pas de règles, que si une histoire doit marcher, elle marchera, qu’importe si l’on couche ensemble dès le premier soir ou non…. D’autant que passé un certain âge (j’ai 31 ans), on a une rapport à la sexualité bien plus détendu.

    Mais… Force est de constater, après avoir discuté avec mes amis masculins et mon dernier chéri, qu’il vaut mieux les faire attendre un maximum avant de céder. Ils sont d’accord sur la théorie (une femme dispose de son corps, de son plaisir, égalité des sexes etc) MAIS quand même : ce qui difficile à obtenir a plus de valeur, c’est tout. C’est inconscient. Aucun d’entre eux ne traiterait de salxx ou de fille facile une fille qui couche le premier soir, mais ils s’y attacheraient moins…. Idem si elle a beaucoup d’expérience. (Même s’ils confirment qu’une femme « expérimentée » est de bien meilleure compagnie sexuelle)….

    Dernier exemple en date : mon copain actuel est un « player » (que je déteste ce mot) confirmé (genre 3 jours/une semaine max entre chaque fille, depuis 15 ans, bah oui, monsieur aime la compagnie féminine). A la base c’est un ami, qui m’a un jour vu d’un oeil nouveau et a voulu m’embrasser. Le connaissant, j’ai esquivé en sautant dans le métro qui arrivait… J’ai difficilement accepté un deuxième RDV où l’on s’est embrassé, et j’ai encore attendu 3 RDV avant d’accepter d’aller chez lui.
    Résultat : il s’attache, ne drague plus à côté, et ça semble bien parti… Et il m’a confirmé que si j’avais cédé dès le 2eme RDV, même si j’en avais très envie, il serait sans doute moins attiré aujourd’hui et peut-être déjà reparti….. Lui même trouve ça idiot mais sait qu’il réagit comme ça. (Et j’ai bien sûr largement minoré le nombre de mes amants/relations, d’ailleurs j’élude le sujet ^^).

    A l’inverse, lors de précédentes rencontres, lorsque j’ai cedé rapidement, parce que j’en avais envie, ils sont partis tout aussi rapidement….

    Conclusion : chères consoeurs, résistez! Oui oui, même, SURTOUT, si le charmant jeune homme vous plait beaucoup! Vous serez surprises de la patience qu’ils peuvent avoir :D

    • Pierrot | 7 janvier 2013

      Oui mais si tu tombes sur un homme qui n’as pas beaucoup confiance en lui, il ne tenteras pas de t’embrasser une deuxième fois, étant donné que la première fois est déjà suffisamment « douloureux » (après dépends de chacun) donc attendre n’est pas toujours la bonne solution, il n’y a pas de solution magique en amour « heureusement », ça serais beaucoup trop simple.

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Vraiment ?

      Pour ma part, je n’ai jamais eue besoin de calculer le temps, parfois le premier soir, parfois plus. La relation continuait suivant les affinités. Je n’aimerai pas « faire attendre pour gagner en valeur ». J’ai beaucoup de valeur, sans ça. Certains le voient. Certains me correspondent. D’autres pas.

      Mais, ne généralisons pas. Beaucoup d’hommes doivent penser autrement, c’est bien ce qui me révolte.

      • Lirie | 8 janvier 2013

        Tu sais, sur le principe, je suis tout à fait d’accord avec toi :) Je ne faisais que relayer ce que m’ont dit la majorité de mes amis et certaines expériences…. Sur le fond, je trouve cette façon de penser idiote, ça les pénalise plus qu’autre chose.

        • Anashka | 8 janvier 2013

          La question,c’est comment changer les choses ? Comment ne pas collaborer ?
          Qu’est-ce qu’on peut faire, pour, à notre niveau, éviter que ce genre d’idées continuent à se répandre ?

          • Lirie | 10 janvier 2013

            Hello Anashka,

            J’avoue que je ne sais pas…. Le pire, c’est que je n’ai aucun « principe » du genre, ne pas l’embrasser au premier RDV, ne pas coucher le premier soir…. J’ai toujours essayé de vivre le moment présent, et je ne me sens pas dévalorisée/valorisée par le regard de l’autre… Mais maintenant, je rejoins une des réactions ci-dessous. C’est dommage, mais si je veux quelque chose d’un peu durable (au delà d’un soir), et si je ne suis pas sûre de la personne en face de moi, si je sens que le fait que je cède peut changer sa façon de me voir, eh bien, je résiste, même si j’ai autant envie de lui que lui de moi. En lui expliquant pourquoi en plus… C’est une réaction assez nulle, je te l’accorde, mais je n’ai pas d’autre solution pour l’instant…

          • Anashka | 11 janvier 2013

            Non, ce n’est pas une réaction nulle. Comme tu le dis, tu aurais une solution alternative peut-être que tu la prendrais.
            Loin de moi l’idée de juger l’attente. Parfois elle est utile, avec certaines personnes. Simplement, je suis contre sa généralisation.

            Un truc qui marche bien et qui a toujours aidé à forcer la LTR, c’est dormir sans coucher. Notamment parce qu’on se rencontre en soirée, que le groupe d’amis finis ensemble, que l’endroit n’est pas discret ou la période du mois pas la bonne. On dort ensemble et on passe la journée du lendemain ensemble. Ce n’est pas toujours jouable, mais qu’en ça l’est; c’est presque du 100% de réussite. L’attirance se transforme en passion et la personne n’attend qu’une chose retrouver l’état farfelue de la rencontre.

            (Field Testé)

    • B-Elle | 9 janvier 2013

      Bonjour Lirie, et bonjour Anaskha,
      Donc tu penses que pour moi c’est mort? Je l’ai connu sur Internet il y a quelques semaines, et je n’avais qu’une seule possibilité de le voir (la prochaine dans plusieurs semaines car il travaille à l’étranger). Nous avons tous les deux la quarantaine et recherchions du « sérieux »… Connaissant la théorie que tu énonces, durant notre entrevue j’ai résisté pendant des heures et des heures, je l’ai exténué et il était exténué aussi… Enfin il a réussi à me convaincre, par épuisement et après m’avoir allumée à fond, à me lâcher un peu… On a fait des choses mais pas l’acte à proprement parler.
      Là il est reparti, on devrait se voir dans quelques semaines, il dit qu’il veut qu’il se passe « plus de choses » et qu’après avec le temps on verra si ça peut marcher ou pas entre nous (son discours au départ était différent « tu m’éblouis, tu m’impressionnes, je pense que nous sommes très compatibles, quand on veut on peut, je ferais tout ce qu’il faut pour que ça marche…. »). Bref le discours a changé.

      • Anashka | 9 janvier 2013

        Au cas où, évites les plans sur la comètes. Mais, de ce que tu me dis, ce garçon ne semble pas vouloir te faire du mal. Il veut apprendre à te connaître, prendre le temps. Après la personne virtuelle, il faut tout un temps pour se laisser séduire par la personne réelle. Prends aussi le temps de le re-découvrir.

  • Co | 7 janvier 2013

    MERCI Anashka pour cet article. 100% d’accord sur toute la ligne.

    Boris : eh bah… Il y a encore du boulot! Je ne sais pas qui t’a donné ces visions des relations homme-femme mais c’est franchement pas gai…

    • Boris | 7 janvier 2013

      Lol t’inquiète ça me prend que de temps en temps… :P

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Merci.

  • B-Elle | 7 janvier 2013

    est-ce qu’une femme qui refuse toute avance sexuelle (lors d’un 1er RDV après une connaissance virtuelle de quelques jours, durant toute une soirée et une bonne partie de la nuit) argumentant qu’elle préfère que le couple se connaisse mieux avant, qu’il ne faut pas brûler les étapes, qu’il ne faut pas gâcher ce qui est beau en allant trop vite etc. Puis qui cède en pleine nuit, parce que le mec utilise de bons arguments, l’excite à mort, par les gestes et les paroles, est une « femme facile »? sachant qu’ils ne sont pas allés « jusqu’au bout ».
    Et si c’était une erreur, comment peut-on la réparer, pour ne pas perdre le mec?

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Tout dépend du mec, de la nana, de comment ils se connaissent…
      Tu m’en dis plus ?

      (Dans tous les cas ce n’est PAS une femme facile ^^)

      • B-Elle | 9 janvier 2013

        J’ai répondu plus haut, à Lirie :)
        Ses propos ont quelque peu changé, je ne sais pas comment faire pour le garder…

  • Falbala | 7 janvier 2013

    « une fille facile » c’est l’excuse bidon que trouvent les hommes pour fuir une nana quand ils sentent qu’elle pourait trouver mieux qu’eux et leur échapper… non ? :P

    • Anashka | 7 janvier 2013

      Dur. Mais tellement juste.

  • Fama | 7 janvier 2013

    Je me permet un nouveau commentaire, pour au mieux briser quelques préjugés, au pire prouver l’exception, celle qui confirme la règle…

    Je m’en suis faites pas mal, des femmes, dès le premier soir (voire même la première heure, mais ça c’est une autre histoire)… Et jamais je dis bien jamais, elles n’ont perdu de la valeur à mes yeux. J’irai jusqu’au contraire, j’admire cette liberté sexuelle dont elles jouissent.

    Celles que je rencontre ont souvent plus de caractère, plus de réparti, plus de sulfure.

    Aussi j’imagine qu’un jour, une d’elles sera ma femme.

    Quant à celles qui me font attendre parce qu’elles pensent (comme certaines et certains ici) obtenir plus de valeur pour mieux me fidéliser, elles se trompent.

    A ceux là donc je répondrai ceci: ouvrez votre cercle social.

    • Anashka | 8 janvier 2013

      Merci, sincèrement, de ce retour, Fama. Il a VRAIMENT sa place ici.

  • Retyrgit | 8 janvier 2013

    Allez, ma petite contribution : (avis masculin je précise)

    Tout d’abord, au risque de répéter ce qu’on dit mes collègues au-dessus, parlons de la « fille facile » qui couche le 1er soir :

    Tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on séduit la fille :
    – Si on ne cherche que le coup d’un soir (ou une relation non sérieuse), alors oui, une fille qui fait des chis-chis… C’est chiant, immature, et on passe à la suivante.
    – Si on cherche une LTR, voire même une sex-friend, alors oui, une fille qui cède trop vite, même si je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une fille facile, ben ça perd de son goût…

    Il faut nous comprendre : on avait notre rôle avant dans la société : faire la guerre et protéger nos enfants des méchants et de la famine… Il n’y a plus de guerres ni de famine… Donc on se réfugie dans d’autres campagnes militaires comme le CAC40, les courses de moto et la drague…

    Alors forcément, quand on gagne la guerre trop rapidement… Ben le territoire à conquérir perd de sa valeur, et on finit par s’ennuyer…

    Il faut donc mesdames trouver dans le meilleur des cas l’apogée du processus de séduction pour se « donner »… Eviter le « je l’embrasse déjà ??!!! », et le « fait chier, je ne l’aurai jamais, j’abandonne ». Alors oui, c’est chiant, c’est difficile, en cédant à vos envies trop tôt, vous diminuez le potentiel de fidélité de votre mec (mais il est possible de le regagner plus tard)… Je répète, ce n’est valable que si le mec et la fille recherchent tous les deux une relation durable. Je suis d’accord avec toi Anashka que, si tu cherches juste à t’amuser, ça ne sert à rien d’attendre 23 RDV…

    Concernant mon avis sur les filles faciles :

    Je pense que ce terme n’est que l’expression de mecs/filles frustré(e)s et jaloux/ses. Et dans les deux cas, la « fille facile » est un objet à la fois de désir et de rejet. Je m’explique :

    Dans le cas d’une fille qui pense que sa collègue est une « fille facile », cela déclenche 2 réactions :
    – La jalousie : cette fille réussis à aligner les beaux garçons de la promo, tandis que je reste une malheureuse célibataire…
    – Le dégoût/la pitié : Elle n’arrive pas à garder un mec plus de 3 mois, c’est une victime des salauds de mecs, « regardez, elle ne trouvera jamais un mec qui veuille bien d’elle… »

    Pour les mecs, 2 réactions simultanées :
    – jaloux/frustré : putain, elle veut de tout le monde, sauf moi… C’est vraiment une sal***pe
    – Objet de désir : j’aimerais tellement la mettre dans mon lit, elle a plein de trucs à m’apprendre, et en plus, ça voudrait dire que je suis aussi bon dragueur que le surfeur Hawaien de la semaine dernière…

    Ainsi, à mon avis, c’est pour ça que, même si on se méfie de la fille « facile » (celle qui change de partenaire comme de chemise…), mais on ne serait pas contre faire un tour dans son lit.

    Pareil du côté des filles, je pense : on plaint cette fille et sa réputation qui lui court après, tout en jalousant le surfeur Hawaien qu’elle a mis dans son lit…

    Bref, je pense que le concept de fille facile est un fourre-tout pour y exprimer sa frustration, en collant une étiquette à une fille qui fait peur aux autres… Et pourquoi on met cette étiquette ? Pour avoir le champ plus dégagé, que ce soit pour draguer la fille ou les garçons… Alors certes, ce ne sera pas en général pour y trouver le grand amour, mais surtout pour se prouver quelque chose… Se rassurer sur son charme et son potentiel de séduction sans doute…

    Dans tous les cas, le concept de fille facile n’existe que par le regard des autres… Et franchement, who cares ? Assumez vos choix : vous ne voulez coucher dès le premier soir ? Dans ce cas, acceptez que certains mecs que vous voient que comme de la chair fraiche… Vous voulez vous faire courtiser et trouver le prince charmant ? Pas de souci, mais dans ce cas, il va falloir renoncer à un certain nombre de mecs que vous aimeriez avoir dans votre lit, mais pas h24 dans votre appartement…

    En tout cas, la balle est dans votre camp…

    • Anashka | 8 janvier 2013

      Hum… Toutes mes relations sérieuses (2 ans, 3 ans, …) on démarré sur une nuit. Il en va de même pour les FF que j’ai beaucoup aimé et dont la réciproque n’était même pas à démontrer.

      Un ami Allemand, me disait qu’on avait une séduction et un regard sur les femmes datant des années 20. On s’étonne qu’il soit si difficile de séduire une femme ou un homme avec ce genre de règle. La compatibilité devrait suffire. On s’entend bien, on se revoit. On se rend compte que l’on n’a pas grand chose à partager, on ne se revoit pas.

      Je ne suis pas un terrain de guerre à conquérir. Je ne suis pas un gain, un trophée qu’on appréciera d’autant plus quand les épreuves seront rudes.
      Je suis une femme qui ait faite de désir et, si j’attends, avec toi, c’est que je n’ai pas confiance, c’est que je sens que tu es le genre de mec qui différencie le coup d’un soir de la relation sérieuse, en fonction, non pas de ma personnalité, de nos points commun, mais du moment où je couche.

      Vraiment, je ne comprends pas ce point de vu. Une séduction peut rester très pimenté, après une nuit. Séduire l’autre, c’est lui apporter quelque chose que personne ne lui a offert avant, et, finalement, ça ne parle pas de sexe.

      Face à la réalité, je donnerais, le même conseil que toi, si l’on veut éviter les difficultés.Et, ce sera par dépit. Sauf, si l’on se sent l’âme plus forte pour faire changer les mentalités.

      • Sbrianne | 8 janvier 2013

        Je suis tout à fait d’accord avec toi. Nous ne sommes pas des trophées d’autant plus appréciables que les épreuves auront été rudes (j’aime bien ta formulation ^^). Coucher rapidement (Notion vague. Quand est-ce que ça serait approprié ?) ne devrait pas diminuer la valeur d’une femme ou la rendre moins intéressante car déjà conquise aux yeux de l’autre si par ailleurs il juge que vous êtes compatibles.
        Si l’homme devait se détourner par la suite, je dirais que ça ne sert à rien de regretter, car au nom d’un principe rétrograde, il a renoncé, ce qui est pour moi signe d’une étroitesse d’esprit.

        Comment changer les mentalités ? En établissant une égalité parfaite entre les deux sexes ? En sensibilisant davantage les gens et ce, dès le plus jeune âge ? En modifiant l’image de la femme véhiculée dans nos sociétés occidentales qui est encore malgré tout ravalée au rang d’objet ?

        • Retyrgit | 8 janvier 2013

          Pas mal ton ami allemand. Ce qu’il dit est bien vrai.

          Je suis un mec qui marche par élimination dans le choix de mes cibles, en fonction de multiples paramètres comme le feeling, la personnalité, les valeurs morales et le tour de poitrine : no way, FZ, ONS, FF/LTR.
          Alors forcément, une fille qui pimente la relation en me faisant courir un peu élimine certaines catégories (notamment FZ et ONS).
          Tu sembles plus être une fille binaire : tu catégorises plutôt les mecs comme compatible/incompatible, et s’ils sont compatibles, alors advienne que pourra. C’est une méthode plus incertaine, plus risquée, mais qui peut révéler de bonnes surprises… C’est juste une approche différente de la mienne.

          Je suis d’accord avec le fait que vous n’êtes pas des trophées à conquérir, mais dans l’esprit de beaucoup de mecs, il y a toujours cette idée de récompense. Je n’énonce qu’un constat.
          Toute la subtilité de la séduction pour les femmes réside je pense dans l’illusion qu’il faut donner que le mec obtient une récompense, une gratification (cf les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus), tout en satisfaisant vos désirs et en faisant vos choix…

          Alors certes, je ne détiens pas la vérité absolue, mais en regardant mes congénères, oui, vous êtes vues comme des trophée (mais pas que : une femme avec des désirs, qui coûte cher ( ;) ), avec sa personnalité etc…). C’est triste, mais c’est comme ça. Et je vous souhaite bon courage pour changer cette mentalité bien ancrée dans l’esprit masculin.

          PS : après avoir relu vos réponses, je me permet de ré-appuyer :
          Dans l’esprit masculin, vous êtes des trophée, MAIS PAS QUE, hein. La récompense n’est qu’une variable parmi d’autres. Loin de moi l’idée de vous considérer comme des animaux (ou des objets) à chasser, et à afficher sur notre tableau de chasse…

          • Anashka | 9 janvier 2013

            Mon ami allemand, justement, ne comprenait pas cette comparaison au trophée. Il trouvait les femmes françaises trop compliquées.

            Ma stratégie, si on peut l’appeler comme ça, et de mettre sur le plan de trophée autre chose que mon corps. Mon corps : tu l’auras « facilement » si tu me plais (ce qui, en soit, est difficile… t’imagine bien qu’à force de traîner avec des séducteurs compétents, plus grand « chose » me charme). En revanche, c’est autre chose que je vais faire miroiter : mon coeur (que je ne donne presque jamais), mes engagements (je ne projete pas), ma « possession » (je ne me donne jamais), ma reconnaissance (que je garde jalousement pour mes proches).

            Si le trophée c’est ta sexualité : peu importe le temps d’attente, le mec aura l’impression de t’enlever quelque chose, d’avoir pris quelque chose en couchant avec toi. Les plus grands queutards peuvent être très patients.

            Si le trophée, c’est toi, parce que même après avoir couché avec tu lui échappes, tu lui montres qu’il n’a rien gagné du tout, qu’il ne t’a rien pris, qu’il t’a fait -agréablement- passé le temps, le trophée c’est TOI. Le mec peut te baiser 50 fois, il n’obtient rien de toi.

            Le souci, c’est qu’en plaçant le sexe comme un trophé, on prend le risque de laisser penser à l’autre que c’est tout ce qu’il y a obtenir de soi. Même s’il s’attache avec le temps. Si on couche en envoyant le message  » je TE désire trop, TU m’as fais craquer », c’est qu’on perd de la valeur, c’est qu’on annonce à l’autre qu’il a gagné une victoire. Si on couche en disant « je désire, mais pour ce que tu vaux, la question se pose » et que la personne a l’impression qu’un combat continu après, tu n’as rien perdu du tout. Au contraire ! Le mec veut t’avoir encore et encore pour te faire succomber.

            Je préfère ce fonctionnement là. Je reçois bien plus de :
            – d’amour
            – reconnaissance
            – amitié
            – tendresse
            – restaurant
            – d’engagement
            – de relations sincère dont le sexe ne devient qu’un moyen de communication et non pas d’emprise.

            Donc premier, second, dixième soir, à mon sens, ça ne change pas grand chose.

            WARNING : je ne dis pas qu’il faut faire comme ça. C’est d’ailleurs pour ça que je m’épanche dans les commentaires et non pas dans l’article en question.

          • Retyrgit | 10 janvier 2013

            Merci pour cette réponse Anashka qui me permet de mieux voir ton système de pensée.

            Ce que j’ai dit s’appliquait au sexe parce que le sujet, c’était les filles faciles. Mais je pense que ce n’est qu’un exemple parmi d’autres (le coeur, l’engagement, la fidélité etc…)

            Tout dépend de la hiérarchie de pensée de la fille, entre ce qu’elle « sacrifiera » en premier, en deuxième, puis en dernier.

            La plupart des filles « sacrifient » le sexe dans les dernières positions, et les nice girls en profitent pour sacrifier leur coeur, l’engagement, la fidélité, la tendresse… TOUT.

            Tu as apparemment un autre système de pensée, où le sexe est « sacrifiable », le coeur non. Ton avantage est sûrement de l’avoir classé dans ta tête, ce qui te donne des repères, et évite l’OI et ce genre de choses. Ca me semble très confus dans la tête d’autres filles, voire absolument pas hiérarchisé. Alors forcément, quand une « barrière » tombe, les autres, notamment le coeur tombent aussi. Il suffit que le mec soit un queutard de base pour que mademoiselle tombe en OI.

            En bref, tu entres totalement dans mon argumentation. J’avais juste oublié en effet de préciser que ma notion de trophée ne s’appliquait pas qu’au sexe. Et dans ce cas, tu es un SUPER-TROPHEE, parce que, au lieu de le donner en 35 tours de circuit de Formule 1, tu le donnes après les 24h du Mans. Tout en donnant l’illusion (à part que tu le formules très clairement à tes partenaires) que, parce qu’ils ont fait 35 tours de circuit, ils ont gagné (donc relâchent leur attention, et font une sortie de piste… Si tu suis toujours ma métaphore ! ;) )

          • Anashka | 10 janvier 2013

            Sacrifiable, non. J’ai le sentiment de bien plus respecter mon corps en l’écoutant lui qu’en écoutant ma tête. Et, si l’autre à de la bouse dans la tête, tant qu’il ne peut pas me nuire, c’est son problème, pas le mien. Mais, je sais que le guillemet n’était pas là pour faire joli.

            J’aime ta métaphore, mais;.. ça marche si je n’ai pas le permit ?

            (Vraiment désolé pour le gros trip perso, simplement, il est tard, me suis mis en tête de répondre ce soir, mais totale, j’ai la tête dans l’oreiller. Demain, promis, je serais sérieuse).

        • Anashka | 9 janvier 2013

          Ce sont les questions du féminisme actuel. Le problème, c’est que ces dernières, qui combattent justement pour une égalité (qui ne veut pas dire non-différenciation) sont souvent caricaturées par les médias (notamment parce que celles qu’on entend le plus sont souvent misandre).

          Je pense qu’effectivement, une grosse partie des changements doivent venir de l’éducation.
          Mais, pour cela, il faut aussi éduquer les adultes hommes ou femmes. Pas évident, de défendre des égalités quand elles sont vues comme nocives pour les relations amoureuses. Le truc, c’est qu’il faut réellement démontré que l’on peut être séduisante/féminine/féministe/ et vivre des histoires d’amour épanouissantes. ce qui est VRAI.

          • Boris | 9 janvier 2013

            Le danger avec les féministes, c’est qu’à force de donner une mauvaise image des hommes, c’est les autres hommes (qui n’ont rien fait) qui en souffrent.

            Et ce sont eux qui se retrouvent dans une situation à ne plus pouvoir être épanoui et à devoir sans cesse se débattre pour se détacher de l’image de m*rde que les femmes projettent sur eux.

          • Anashka | 10 janvier 2013

            Le danger avec les féministes qu’on entend le plus dans les médias et qui ne représente pas la jorité des féministes, qui elles aussi, défendent le DROIT des hommes et les revendications à avoir une place dans la société selon LEUR désir et non LEUR genre, mais qui refuse de castrer ces phallus qu’elles aiment pour la plupart , c’est qu’à force de donner une mauvaise image caricaturée/sexites des hommes, elles leurs font vivre ce qu’on vécu les femmes.

            Et ce sont eux qui se retrouvent à leurs tours dans une situation à ne plus pouvoir être épanoui et à devoir sans cesse se débattre pour se détacher de l’image de m*rde que les femmes les féministes en questions projettent sur eux.

            Boris, j’adore te lire, mais ne met pas toutes les féministes dans le même panier.

          • Boris | 9 janvier 2013

            Et on entend souvent des critiques concernant l’image de la femme dans les médias etc… Mais franchement vous la trouvez bien vous l’image des hommes dans les médias ?

          • Anashka | 10 janvier 2013

            Pas assez nus, les mecs ;)

            Plaisanterie à part, non. Il y a une véritable crise du genre, personne ne retrouve plus sa place. Il y a tout à reconstruire. Et, c’est tant mieux, c’est une bonne manière de se réinventer avec plus de partages, plus de proximités, plus d’amour aussi. Même si c’est un amour qui en chie.

          • Retyrgit | 11 janvier 2013

            Voilà, tu l’as noté, les guillemets n’étaient pas là pour faire joli. Il était juste minuit et demie, et je n’avais pas le cerveau assez réactif pour trouver un mot plus approprié. Disons que tu hiérarchise ce qui est « offrable » en priorité…

            Et le pire, c’est que j’ai souri à ta blague toute pourrie… J’ai honte… ;)

          • Anashka | 13 janvier 2013

            Parce qu’au fond, même mes blagues pourries dénotent d’un humour et d’une intelligence profonde. :D

            Mais, j’ai bien compris cette idée de ce qui es offrable. Alors, le dernier article, tu en penses quoi ?

          • Boris | 12 janvier 2013

            Excuse moi Anashka, je n’ai pas assez de panier pour autant de femmes… :)

          • Anashka | 13 janvier 2013

            :D

    • B-Elle | 9 janvier 2013

      @ Retayrgit:
      Tu dis
      ***Il faut nous comprendre : on avait notre rôle avant dans la société : faire la guerre et protéger nos enfants des méchants et de la famine… Il n’y a plus de guerres ni de famine… Donc on se réfugie dans d’autres campagnes militaires comme le CAC40, les courses de moto et la drague…

      Alors forcément, quand on gagne la guerre trop rapidement… Ben le territoire à conquérir perd de sa valeur, et on finit par s’ennuyer…***
      Est-ce que tes propos sont valables dans le cas de relation entre personnes matures (la quarantaine), qui à la base se sont dit qu’ils recherchaient du sérieux, qu’ils communiquaient déjà via internet depuis quelques semaines, et que durant le week-end qui a duré la rencontre, la femme a VRAIMENT résisté à fond avant de CEDER un minimum? (ils ne sont pas allés jusqu’au bout et au final, elle a eu plus que ce qu’elle a donné)

      • Retyrgit | 10 janvier 2013

        Je ne vois pas très bien où tu veux en venir, mais je vais tenter de répondre à ce que je comprends de ta question :

        Je pense que mes propos sont valables de 7 à 77 ans, et ne concernent d’ailleurs pas que les relations hommes-femmes : la consommation, la culture, l’amitié etc…

        Donc oui, mes propos restent valable pour des adultes matures.

        Cependant, cette notion de « trophée » est énormément subjective et peut changer du tout au tout entre deux personnes. C’est comme les goûts et les couleurs quoi.

        Pour ma part, avant de m’engager dans une relation sérieuse, j’attends de voir si la personne en face respecte un minimum mes valeurs, et si je peux tenir une conversation intelligente et faire marcher mon cerveau avec cette personne. Forcément, ça prend du temps, et je m’en mords parfois les doigts (FZ par ex).

        Un ami est clairement dans l’optique « la fille de ma vie ». Alors forcément, il faut être patiente avec lui, et quasiment vivre en couple avec lui, avant de coucher avec, puisqu’il considère le sexe comme « l’officialisation » de la séduction.

        Un autre par contre, est plus dans la logique « Anashka » : la fille lui plaît, il couche avec. Par contre, il ne donne pas son coeur facilement, et n’a aucun regret à laisser tomber une fille parce qu’elle ne correspond pas à ses attentes (quand il se fait chier quoi).

        Alors forcément, la manoeuvre se fait presque à l’aveugle. On esquive quelques tacles, on met parfois les holas, avant de céder. Je nuancerais même mes propos : ce n’est pas parce que l’on cède (ici que l’on couche avec l’autre) que l’on donne tout (cf la nice-girl). Il faut sans cesse maintenir l’autre dans un état d’attente, d’excitation et de désir pour faire perdurer une relation.

        Rien ne sert d’être masochiste non plus : si tu n’en pouvais plus, ben tu n’en pouvais plus… On a nos pulsions, nos désirs, et c’est très bien comme ça. Le seul conseil que je te donnerais, c’est que, quand tu cèdes, NE CÈDE PAS TOUT EN BLOC. Tu ne dois pas être dans la logique du tout ou rien : ok tu as accepté de coucher avec lui, mais non, ça ne veut pas dire qu’il peut préparer le mariage, acheter le monospace, les lits de bébés et la maison de campagne. Tout doit se faire petit à petit, et jamais entièrement.

        J’espère t’avoir aidé et répondu à ta question

        retyrgit

        • Anashka | 10 janvier 2013

          Attention, Anashka va faire un caprice : * je veux un article écris par un garçon je veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçonje veux un article écris par un garçon… Je me demande bien qui pourrais se porter volontaire. :D

          Merci de m’éclaircir ton point de vu. Je pense que le prochain article va te plaire.

          Pour la « Anashka » Faut qu’on homologue.

          Et, je comprends mieux ce que tu appelles trophée. Que peut-on placé en trophée ?
          – le corps ?
          – l’amour ?
          – l’estime ?
          – l’engagement ?
          – la complicité ?
          – la confiance ?
          Que peut-on placer en trophée chez soi sans pour SE ranger au rang d’objet ? Je pense à la confiance. Une autre idée ?

          Seule mon estime et ce que je suis prête à faire/donner pour quelqu’un

          • Retyrgit | 12 janvier 2013

            Si tu penses à moi pour un article, ça dépendra sur quel sujet, mais je ne suis qu’un séducteur débutant, qui a pas mal de théories et des réflexions sur les relations hommes-femmes, mais qui n’est pas au point niveau pratique (et donc peu d’expérience). Je ne pense donc pas que je sois la personne la plus appropriée pour ça. Mais merci pour ta proposition (et si ce n’était pas adressé à moi, je t’ordonne d’oublier ce que j’ai écrit dans mon paragraphe ! ;) )

            Je pense que l’on peut placer à peu près tout comme récompense. Ca peut être explicite (Dire « oui » à la demande en mariage), comme implicite (tu as gagné le droit de passer la nuit avec moi).

            Les « trophées » les plus communs sont à mon sens :
            – La confiance
            – Le 1er baiser
            – Le sexe
            – L’engagement/fidélité
            – La cohabitation/mariage/PACS…
            – …

            Pour répondre à ta dernière question, il faudrait déjà définir ce que l’on entend pas femme-objet. Pour ma part, c’est une femme que l’on assimile directement à un sex-toy. Une femme avec laquelle on n’a aucun sentiment, aucun feeling, que l’on ne fréquente que pour purger la tuyauterie.

            Je pense que vous (les filles), avez tellement peur de la femme-objet (et ça se comprend) que vous souhaitez absolument éviter d’être une femme-objet. Ainsi, vous sur-réagissez à certaines choses, justement parce que personne ne veut être pris comme un objet. Et vous vous sentez parfois comme un objet, alors que ce n’est pas le cas dans les yeux du garçon…

            J’ai l’impression Anashka que tu vois la récompense comme on pourrait donner à un enfant une image pour bonne conduite. Je ne le vois pas comme ça. Je ne le vois pas comme ça : il s’agit plutôt d’un choix entre oui, je continue avec lui ; non, j’arrête tout. Et si tu dis « oui, je continue avec lui et vais plus loin dans la relation », tu lui fais comprendre par une gratification.

            Exemple :

            Si une fille a de la tchatche, je discute et m’intéresse à elle. Si j’ai un feeling et un flirt avec elle, je l’embrasse. Puis je couche avec elle. Si tout va bien et que notre relation résiste au temps, je me met en couple avec elle etc… C’est bien différent de « elle a de la tchatche=récompense lvl1 : je discute avec elle. Elle sait mettre en valeur son visage/ses cheveux/son maquillage/son décolleté/ses fesses=récompense lvl2 : je l’embrasse etc…

          • Anashka | 13 janvier 2013

            Je fonctionne plutôt dans le négatif. Quand je rencontre quelqu’un, je lui donne 5 point d’office. Pourquoi penser qu’il veut me traiter en objet ? Que je ne lui plais pas vraiment ou qu’il ne me respecte pas ? On va dire, dès le départ, j’investi un minimum de confiance. La personne n’a rien à me prouver, je veux la découvrir.

            En revanche, une somme de détails peuvent me mettre la puce à l’oreille associant ce mec à un type lambda ou un connard. Je n’aime pas les types lambda, quant aux connards, j’aime leurs donner une bonne leçon. (Plutôt punition que récompense, l’Anashka).

            Quand un mec te plait, on a toute tendance à balayer de la main le manque d’attention et à les oublier parce qu’on veut que ça marche.

            Bref, j’ai mes 5 points. Le mec veut partager la note : -1 point (surtout qu’il est très rare que je ne paye pas au moins un coup dans la soirée). Le mec a des propos désagréables sur son Ex : – 1 point. ETC.

            A 3 point, si on en est qu’au premier rendez-vous je ne le revois pas.
            S’il tombe à zéro au premier rendez-vous, je lui fais payer. Parce que ça sent le type qui a fait morfler des nanas. Et, je ne supportes pas ça.
            Si on se voit depuis longtemps, le mec peut descendre jusqu’à 1 point. Parce que je lui aurais surement trouver des qualités qui compensent un peu.

            Un mec ne regagne JAMAIS un point perdu.

            Pour savoir ce que je fais ou non : du feeling. Pour mes sentiments : du feeling. Pour ma confiance : du feeling.
            Mais, le feeling n’est pas gratuit. Le feeling se construit sur certains comportements que peut avoir ou non l’autre. Et nous somme ou non capable de les analyser. On va dire qu’avec l’expérience, je « sens » mieux les hommes, j’ai un feeling important avec beaucoup… Mais, je sais décrypter le pourquoi du feeling. Il est souvent lié pour moi : à une certaine élégance masculine, à un sens de l’humour frôlant le cynisme, à une manière de parler et de bouger, à une capacité d’analyse, à un regard sur les filles, la littérature,les arts, à la relation au monde 2.0… Etc.
            Quand on comprend que le feeling ne vient pas comme ça, on peut le provoquer beaucoup plus souvent.

            Le feeling, ça se travaille. Et l’autre doit me donner envie de l’instaurer avec lui. A moins que je sois en train d’attendre un train, que je m’ennuie sévère et que c’est une bonne manière de passer le temps.

            Un feeling fort, certains appellent ça un coup de foudre. J’appelle ça de l’intelligence sociale. Il y a des personnes avec qui ça ne passe pas :
            – parce qu’elles ne nous plaisent pas… là, rien à faire. On peut lui donner le feeling, mais pas se le donner.
            – parce que la stratégie est mauvaise… On apprend des erreurs et devient meilleure séductrice.

            Le feeling = du confort. Rien de plus.

            PS : L’expérience ne fait pas la qualité de réflexion. Je ne demande pas de FR, mais un point de vue. Bref, tu gère comme tu veux. c’est moi qui aime bien que d’autres prennent la parole. Je me sens moins seule dans la rédaction.

          • Retyrgit | 16 janvier 2013

            J’aime bien ta technique, Anashka, ça permet aux gens de ne pas trop se laisser emporter par les sentiments, ça les force à réfléchir sur le passé et arrêter de se voiler la face… A quand un article ?

            Sinon ce serait avec grand plaisir que je pourrais apporter ma pierre à l’édifice. Par contre, c’est toi la chef, donc c’est toi qui donne les titres de sujets ! ;)

          • Anashka | 16 janvier 2013

            Mon FB est dans l’a-propos et mon mail dans « coaching ».
            Tu peux me contacter sur l’un ou l’autre et on trouve un sujet. ^^

            (Rappelle-le moi pour l’article que tu veux que j’écrive, notamment dans la note aux lectrices/lecteurs. C’est devenu mon pense-bête pour mes pannes d’idées ^^)

  • CoOllOok Orion | 8 janvier 2013

    Bonjour Anashka,
    J’aimerai bien que tu lises cet article « le cartel sexuel » http://www.comprendrelesfemmes.com/Accueil/le-cartel-sexuel/ . Il traite presque le même sujet mais d’une approche totalement différente. Ton avis m’intéresse et ce pourrait être l’idée d’un nouveau article combiné avec le tien.

    • Anashka | 8 janvier 2013

      Je reste toujours prudente sur les liens. Mais force est de constater que cet article permet véritable une approche différente.
      Tandis que je parle du regard des hommes (majoritairement) sur les filles faciles, tu remets en question l’éducation.
      Il est vrai que pour les hommes comme pour les femmes, il y a toute une ré-éducation à faire, sur le domaine.

      On en revient à cette question de mérite. Le corps de la femme comme lieu de conquète, comme symbole de réussite, comme objet en somme.
      Comment pourrions-nous faire pour changer les mentalités ?

      ( Tu aimerais écrire un article ici ? En fin de billet, je met un lien à ton blog ? )

      • CoOllOok Orion | 8 janvier 2013

        Merci Anashka pour la proposition d’écrire un article et le reste mais je ne suis pas le propriétaire du blog. J’aime beaucoup le blog car il a une approche totalement différente des autres sites. Comme le propriétaire le dit bien: les autres sites vous aident à les séduire, celui-ci vous aide à les aimer.

        Comment pourrions-nous faire pour changer les mentalités ? Sincèrement, c’est la femme qui détient la clé de ce changement. Je responsabilise la femme même si je sais que c’est simple à dire. On respecte qui se respecte sois même. Commencez à vous respecter mesdames et les hommes suivront, enfin je pense :)

        • Anashka | 9 janvier 2013

          Le problème que j’ai avec :
          – comprendre les femmes
          – comprendre les hommes
          C’est de mettre tout un groupe de personne dans le même panier, pensant qu’ils ont les mêmes comportements, parce qu’ils appartiennent à un sexe ou l’autre. Les différences hommes/femmes ne sont pas encore toutes démontrées et, il semblerait que beaucoup soient éducationnelle.

          Mais, effectivement, le style de l’auteur est agréable à lire.

  • insomnie | 8 janvier 2013

    Tout d’abord, bravo pour cet article Anashka ! ;)

    « Dès lors, les filles faciles existent uniquement dans la tête de ceux qui les jugent comme tels. » Notre cher H.Becker nous parlera de sociologie de la déviance. Celle-ci n’existe que lorsqu’il y a interaction entre la personne qui « commet » un acte, et celle qui porte un jugement sur cet acte.

    Bon, effectivement, je trouve ça assez triste que les gens se permettent de coller perpétuellement des jugements et des étiquettes à la volée, mais peut-être que dans le fond, ça les rassure, ça leur permet de trouver des réponses toute faites au lieu de réfléchir. Réfléchir à quoi ?

    Ben tiens, par exemple, pourquoi t’es mal à l’aise avec la dite « fille facile », effectivement, peut-être bien que son expérience remet en doute tes propres capacités…

    Peut-être parce que tu as besoin de courir après l’inaccessible, car tu as, un peu comme tout le monde, un petit côté maso. (Et oui, c’est triste, mais ce qu’on a, une fois qu’on l’a, on n’en veut plus, et c’est toujours un peu honteux de l’admettre, on est capricieux dans le fond…).

    Peut-être parce que dans le fond, tu n’es pas capable de savourer une expérience d’un plaisir éphémère, et que t’es frustré de ne pas trouver « la femme » de ta vie, même si devant les potes, il vaut mieux dire « j’aime baiser ». (En tous cas, je n’aimerais pas les avoir au pieu les mecs qui parlent ainsi des filles…)

    Peut-être parce que ça te fout mal de voir que les rôles s’inversent, et que oui, la fille peut aussi « t’utiliser » pour son plaisir à elle. (Et quelle tristesse d’avoir cette vision, l’amour, qu’il soit physique ou émotionnel n’est-il pas avant tout un échange ?) Hé oui ! Désolée, on est au XXIe siècle, la très récente notion de sexualité ne tourne plus seulement autour du plaisir masculin.

    Enfin, parlons des filles qui effectivement ne s’y prennent peut-être pas très bien : coucher pour être aimée. Je pense qu’on est toutes plus ou moins passées par ce stade de naïveté où l’on croit bien faire en donnant à l’autre ce qu’il veut pour le retenir (je ne parle pas forcément que de coucher). Je ne pense pas que le fait de les traiter de « filles faciles » arrange le problème, et je trouve ça un peu désolant de voir que certains osent en profiter… (pour ne pas dire qu’ils provoquent même la situation en faisant croire monts et merveilles… hum hum) Qui mérite le respect franchement ?

    De toute façon, je ne comprend pas l’idée de cracher sur une personne avec qui on a couché, au final, je trouve ça presque aussi dégradant pour soi-même : « Hinhinhin, ste meuf c’est trop une p**e, on lui est tous passé dessus ! » => ah oui ? Vous faites tourner les meufs entre potes ? Vous avez trop la dalle pour trouver une nana que vous respectez un temps soit peu ?
    Donc messieurs, sachez que la fille facile n’existe que parce que VOUS l’avez créée.

    Et pour vous en féliciter, je vais vous apprendre un mot tout neuf : RESPECT.

    • Anashka | 9 janvier 2013

      J’aimerai encadrer ton commentaire. Tu imagines bien que je partage complètement.

      • insomnie | 9 janvier 2013

        Haha ! Merci ! ^^

  • femme-enfant | 8 janvier 2013

    Bonjour Anashka,

    c’est dur a commenter la dessus…….mmmm, fille facile c’est une fille qui va au lit tout de suite. Je trouve il manque de séduction. Après j’avoue que personnellement je me suis beaucoup retenue afin de me faire désirer, et donc cela est une grande frustration je trouve. Mais oui, j’ai toujours eu peur de l’étiquette fille facile. J’aime beaucoup ta émancipation Anashka, mais on peu jouer « la trophée » ou la belle qui se donne car l’homme a beaucoup mérité pour s’amuser…… C’est un jeu. Alors, dans l’attitude d’aller comme ça en soirée disons, et s’amuser, hmmm je trouve que ça manque de charme. Comment on couche avec qqn qu’on ne connait pas ? moi, j’ai du mal a comprendre. Mais bon, je suis une fausse moralisatrice (rires) car j’ai un ami marié…..mais il m’aide beaucoup et donc, je me permets de coucher très très rarement avec lui, seulement s’il « mérite » . Le reste de temps il me fait la cour pour quelque bisous (depuis 6 mois) et cela est très très amusant. Donc je n’ai pas envie d’avoir l’air facile.
    mais je pense que tu vas rigoler sur mon histoire Anashka :))

    • Anashka | 9 janvier 2013

      Pourquoi est-ce que j’en rirais ?
      La politique de la maison, malgré mes opinions parfois tranchés (mais ce sont les miens), c’est le respect et la compréhension des autres opinions. Donc, non, je ne ris pas. Je me demande : es-tu heureuse ? Qu’attends-tu de ton ami ?

      La peur que j’ai avec « donner son corps quand l’autre le mérite », c’est que tu portes toi aussi ton corps et ta sexualité à titre d’objet qui s’échange contre des attentions, de la présence, du respect… N’est-ce pas une manière de le porter comme objet de troc ?

      Disons qu’aller en soirée pour s’amuser, il y a plusieurs manières de la faire :
      – tu es bourré tu prends le premier abrutis qui passe, faisant de lui, un objet.
      – tu fais une rencontre qui sort de l’ordinaire, tu n’attends rien, et te laisse simplement porter par la magie du moment.
      D’ailleurs, dans ce second cas, il est très rare que le jeune homme ne veule pas te revoir. Tu lui as donné, certes des émotions, certes du corps, mais tu as aussi dévoiler qu’il y a beaucoup plus à découvrir. Que tu es hors du commun.

      Bref, quand j’étais dans ce type de période, j’ai plutôt fait des rencontres extra-ordinaire qu’autre chose. Certains sont aujourd’hui des amis précieux, j’ai partagé avec d’autres des liaisons intenses, et enfin, un ou deux, me rappelle simplement pour avoir de mes nouvelles. Ne vivant plus dans la même ville.

      Si toi, tu te vois comme une fille facile, le mec fera de même. Mais, si tu vois le moment comme un petit trésor que vous pouvez partagé ensemble, l’autre aura la même perception que toi. Et, il en voudra d’autres des trésors.

      80% de ce qui se joue avec un mec dépend de la perception que tu as TOI de la situation.

      Je ne dis pas que c’est LA bonne manière de faire, j’essaie de partager le charme que j’y ai vécu.

      • femme-enfant | 10 janvier 2013

        Je suis heureuse, parce que j’ai un métier qui me plait… Mais de mon « ami » je n’attends rien de tout… De toute façon je n’ai pas envie d’avoir un enfant ni me marier (je suis artiste et une femme à carrière)… et puis Anashka, à 32 ans on a pas envie d’aller en soirée et faire des rencontres. Je ne me sens pas comme ça « à la légère ». Et puis, sa femme a un mec, moi je vois ailleurs et lui aussi, et donc, donc personne est ni « trompé » ni humilié……….

        • Anashka | 11 janvier 2013

          Il n’y avait nul jugement dans ma question, hein. Elle était sincère. Que tout le monde s’y retrouve est ce que je peux te souhaiter de pire (donc imagine le meilleur !)

          Artiste ? Quel domaine ?

          • femme-enfant | 12 janvier 2013

            art plastique / art contemporain /. Au plaisir de te voir à la prochaine expo que je ferai à Paris :))

          • Anashka | 13 janvier 2013

            Si j’ai toujours mes réductions de train, ce serait avec TRES grand plaisir. Je suis une néophyte. Mais je prends toujours beaucoup de plaisir à voir de nouvelles expos.

          • Boris | 12 janvier 2013

            ‘jour…

            « art plastique / art contemporain ». Tu y inclue l’art numérique ?

          • Boris | 14 janvier 2013

            Ne t’inquiète pas Anashka, j’habite aussi loin de Paris que de Lyon…

          • Anashka | 15 janvier 2013

            Tu habites où ?

          • Boris | 15 janvier 2013

            Mmmm… pour ne pas être trop précis (parce que je ne veux pas qu’on me reconnaisse), je vais répondre en Bretagne. (Ok c’est peut-être un peu plus près de Paris que de Lyon, mais c’est loin quand même… ^^)

            Je ne veux pas être reconnu, ceci-dit, qui pourrait reconnaître la personne cachée derrière un pseudo aussi charmant ?? :P

          • Anashka | 16 janvier 2013

            Tu es le docteur Moustarde et c’était dans le salon avec un chandelier.

            J’ai trouvé ?

  • Marlene | 8 janvier 2013

    Je n’ai pas lu tous les commentaires, mais j’ai bien lu l’article en entier. Et pour rassurer sur un point, je pense pouvoir assurer que oui, les chiffres de Marie-Claire sont des fails ! Je reconnais que ce magazine touche une partie de la population, mais heureusement certains en réchappent, et honnêtement je ne trouve pas ça très glorieux d’y être cité. Donc j’en déduis que leur panel n’et qu’un échantillon fort réduit des hommes – du moins j’ose l’espérer.

    Bravo pour cet article, et que de réactions ! Merci de faire avancer les mentalités :)

    • Anashka | 9 janvier 2013

      Merci Marlene. Bienvenue.

      J’espère aussi, sincèrement. Je n’ai pas trouvé leurs sources.

  • pims | 9 janvier 2013

    Ahah, ton exemple « lu sur un autre forum », ça me rappelle furieusement quelques pavés que j’ai pu y écrire ;)

    • Anashka | 10 janvier 2013

      Toi aussi ;)

  • Flept | 9 janvier 2013

    Hello,

    Je pense que lorsqu’on prend conscience que l’image que l’on donne de nous-même n’est pas le reflet de ce que les autres voient de nous mais bien l’image que l’on veut bien donner de nous-mêmes, tout change. La confiance vient. On s’assume.

    Je pense que cette catégorie de personnes « filles- faciles » ou « mecs-faciles » sont en recherche. Soit de quelqu’un, soit d’eux-mêmes (ou les deux).

    Pourquoi une fille qui couche avec tout le monde serait une fille facile alors qu’il existe des femmes fatales, qui couchent aussi avec bcp de personnes, mais pour qui on a plus de respect ? Même chose avec un Don Juan et un queutard. Le résultat ? Non, je n’y crois pas une seconde.

    La confiance ? S’assumer ?

    Je vais vous raconter une histoire :
    Un gars que je connais très bien a dans la vingtaine. N’ayant jamais eu de copines depuis le bac à sable, au lieu de se centrer sur ce problème, il a essayé de devenir un célibataire heureux. Au fil des ans, il s’est pris en main, travaillé sur des aspects physiques en continuant le sport, style vestimentaire, pratique un instrument, lis beaucoup sur des sujets divers, …

    Aujourd’hui, quand une fille lui demande ses rencontres précédentes, il passe au moins vingt minutes à essayer de convaincre la personne qu’il dit la vérité. Puis, ce sont les habituels « comment ça se fait ? Je ne comprends pas … Jamais jamais ? »
    Au lieu de l’étiquette « puceau » sur la tête, il a droit habituellement à celle de « casé ». Bref rien avoir avec le stéréotype du genre.

    Ce gars c’est moi.

    J’assume à 200% cela. Je ne le revendique pas, je le crie pas. On me demande, je réponds. Pas de gêne. S’il faut expliquer, j’explique simplement. Ce n’est pas un problème et c’en sera jamais un. Bien sûr, comme tout le monde j’ai mes hauts et mes bas. Mais pas besoin de se rassurer, j’ai confiance.

    Donc pour la question sur l’expérience des filles, une fille expérimentée ne me dérangerait absolument pas. Il doit y avoir pleins de territoires inconnus à visiter :)

    • Anashka | 10 janvier 2013

      Ton message témoigne d’un superbe IG. J’en suis soufflée.
      Certaines filles faciles peuvent être simplement des femmes fatales qui ne maîtrisent pas bien les outils et dynamiques de la séduction. Comme le queutard et le Don Juan.

      Pour d’autres queutard/fille facile il peut s’agir d’être enfermé dans une image, de vivre une période particulière, ou simplement d’être un peu paumé… Les gens ne rentrent pas dans les catégories stéréotypantes (oui, un mot inventé, il est 1h10 du matin^^) pour les mêmes raisons.

  • Flept | 10 janvier 2013

    C’est bien vrai ce que tu dis.

    Récemment j’ai rencontré une fille que l’on pourrait dénommée « fille faciles ». Elle en était à plus de vingt compagnons. Parmi le groupe d’amis par lequel on s’est rencontré, on était les deux extrêmes. On en a rit mainte fois. J’ai eu l’occasion de discuter de cela avec elle. Ce fût très intéressant.

    Très tôt sortie avec un gars beaucoup plus vieux qu’elle, elle a enchainé les garçons pendant plusieurs années. Je pensais au début, à tord, que cela ne lui posait aucun problème (elle ne s’en cachait d’ailleurs pas). Au contraire, elle était prisonnière de cette image. Elle n’a pas connu de vraie romance. Pourtant, elle cherche une situation stable mais ne faisait qu’enchainer les coups d’un soir à l’époque. Très peu sûre d’elle, elle le cache par un jeu très direct. En dehors de cela, elle le dit, elle n’arrive pas à séduire.

    En fait si, elle le peut. Sauf qu’elle ne le sait pas.

    Malheureusement, sa façon de se comporter très directe n’attire que ce qu’elle ne veut pas.

    La plupart des gens ne la voit pas d’un très bon œil. Pourtant, c’est vraiment une fille intéressante. Comme quoi les préjugés et stéréotypes …

    • Anashka | 11 janvier 2013

      Ce n’est pas évident de reprendre ses comportements de séductions une fois qu’ils sont intégrés, même s’ils rentrent en conflits avec l’objectif final.

      Mais, peut-être n’a-t-elle pas réellement envie de se caser ? Quelque chose peut lui faire peur dans l’engagement auprès d’un seul ?

      (Le nombre d’aventures au compteur ne nous dis rien d’une personne, si ce n’est son nombre d’aventures au compteur).

  • Delitsia | 11 janvier 2013

    Franchement Flept … T’as TOUT juste ! Bravo et il devrait y en avoir plus des gens qui comprennent les choses comme toi ( mais il faut de tout pour faire un monde sinon c’est pas intéressant ^^). Peu importe qui fait quoi et comment, chaqu’un est libre de vivre sa vie comme il l’entend et personne peut juger ( même si tout le monde le fait ^^) je pense que le secret, la solution c’est d’assumer ses choix, être heureux, il y a que comme ça qu’on gagne le respect des gens et ce peu importe l’extrême dans lequel on se trouve …

    • Anashka | 11 janvier 2013

      ASSUMER ! Le mot est parfait. Mais, plus facile à dire qu’à faire…

      • Delitsia | 12 janvier 2013

        C’est la raison pour laquelle ceux qui assument, poussent le respect des autres. Enfin je pense ^^ si c’était facile, ça en perdrait de sa valeur, un peu comme les filles ptet :P ( le poisson qui se mord la queue !)

        • Flept | 14 janvier 2013

          Merci Delitsia ^^ tu as raison, assumer c’est le best. C’est dans cette aventure que j’ai rencontré deux gars, avec qui on s’est lancé ensemble dans cette folie. L’un avait la même situation que moi, l’autre sortait d’une rupture douloureuse et était au fond du gouffre.

          Il est clair que sans soutient, on se serait tous pris le mur probablement. On se voyait régulièrement et on en parlait. On parlait de ce qu’on avait essayé, raté, réussi sans tabou ni complexe, des vraies filles quoi ah ah ah ah. On s’est à tirer ensemble un projet. Ca nous a soudé. Quand tu as des amis ainsi, nul besoin de « chercher », d’être en demande. Tu prends confiance, tu relèves la tête et tu fonces.

          Changer c’est très difficile. La plupart des gens ont besoin de voir le mur qu’ils vont se prendre avant de commencer à essayer de changer. Seul, c’est très dur. Faut parfois savoir s’entourer. Et les amis, les vrais c’est très précieux.

          Un de nous a finalement rencontré une chouette personne il y a plusieurs mois. Ils se sont mis rapidement ensemble.Il y a quelques jours, il m’a confié « Si je l’avais rencontré il y a 2-3 ans, jamais je n’aurais réussi à l’intéresser. Ce n’est pas que je ne savais pas y faire pour la séduire en soi, mais je ne m’assumais pas encore totalement. Je n’aurais pas assez eu confiance en moi. Ça aurait tout foutu en l’air. Bien sûr, à des moments j’avais la trouille (logique vu que je ne savais pas ce qui se passerait ensuite) mais je l’assumais. J’ai laissé l’intuition prendre le relais et même laisser ma copine me guider par moment. Elle ne s’en est même pas rendu compte. »

          Vous avez eu aussi la chance de tomber sur des amis ainsi ?

          • Anashka | 14 janvier 2013

            Ce message ne m’est pas adressé, mais clairement, je sais ce que je dois à mes ami/es. Ils/elles sont extraordinnaires et une grosse partie de ma progression ici et dans ma vie amoureuse leurs ai du. Bref, les copains d’abord ^^

          • Délitsia | 14 janvier 2013

            Ahhh oui les copains d’abord ! Pour ma part, j’ai des amis qui partagent vraiment mes opinions, mes valeurs tout ça. Donc c’est cool, on se sent moins seuls, pas complètement en marge des autres. C’est important d’avoir des gens qui peuvent comprendre et auxquels se confier.

            Après j’ai aussi pas mal d’amis qui sont à l’opposé de ma vision des choses et …… j’adore ! C’est avec eux que j’ai, en général, les conversations les plus intéressantes ! Je suis assez curieuse de nature, j’aime comprendre pourquoi les autres agissent autrement, les bénéfices et les risques qu’ils en tirent, c’est très enrichissant ! Surtout que je pense que pour TOUT et à fortiori dans la séduction, il n’y a pas LA bonne méthode pour tous, il y a LA méthode qui va nous convenir à nous particulièrement. Parfois, on se remet en question, parfois on est conforté dans nos choix ! Il se peut aussi qu’on soit tout à fait d’accord sur une façon de faire opposée à la notre car la personne en face défend super bien ses idées ( cf Anash’ ^^) mais que ça nous pousse pas à adopter quand même sa méthode ^^

            Bref, quand t’assumes tes choix et que t’es heureux comme ça, les gens t’acceptent comme tu es même si ils ne partagent pas ton avis.

          • Anashka | 15 janvier 2013

            Mes ami/es, je les trie vraiment sur le volet. J’ai besoin de beaucoup de choses pour accorder mon estime. La première, c’est la tolérance. J’ai une vie un peu marginale, pas accepté par tous. Mes ami/es sont capables d’en rire et de m’encourager dans mes choix, surtout quand les-dits choix me rendent heureuses. Il ne projete pas LEURS vérités sur moi. Au final, peu importe leurs opinions sur le monde, du temps que le dialogue est ouvert.

            Ma révélation : mes colocs d’amour. J’adooooore la colocation. Un jour, je ferais un article sur eux.

  • Superbrunette | 12 janvier 2013

    bizarrement cet article me fait penser à ce que plusieurs hommes m’ont dit en parlant de leur…fille. Ou futur fille. « le truc c’est qu’on est des hommes…et qu’on sait que les hommes sont des chiens…donc forcément nos filles on veut les protéger, on veut pas que y’en ait un seul qui la touche ».
    Promis j’invente rien. Mais j’avoue que de l’avoir entendu plusieurs fois, au bout d’un moment ça fait réfléchir. Le syndrôme habituel « la mère ou la pute ».
    Tout comme ça fait un moment que j’ai arrêté d’étaler ma vie sexuelle à qui voulait l’entendre. Hommes ou femmes, ça rend les gens chelous.

    • Anashka | 13 janvier 2013

      Autant ne rien dire. Je partage complètement. On est une table rase sans passé, une princesse qui a attendu dans son chateau qu’on vienne la délivrer du grand méchant dragon. Seule version que beaucoup d’hommes sont prêts à entendre.

      • Flept | 14 janvier 2013

        Justement, j’ai du mal à comprendre ça … Ce n’est pas très réaliste de s’enfermer là-dedans et ils doivent forcément en avoir conscience …

        Il y a quelques temps j’ai eu un petit « bounce » pour une fille très volage, qui ne savait pas se caser. Impossible même pour elle de rester fidèle. Son partenaire finissait par l’ennuyer devenait moins attirant au fil du temps. Du coup, elle les trompait quasi systématiquement. Elle était décriée par tout le monde. Dans son dos, on en balançait quantité et quantité … pourtant c’était une fille sympa, mignonne, intelligente, … Honnêtement, je ne pense pas que j’aurais pu me mettre avec elle. Ok, on la critiquait et j’en aurais pris pour mon grade mais c’est pas ça qui me dérangerait : c’est pas rassurant. Si elle n’arrive pas à se poser, tu n’as pas envie d’être trompé et que tout le monde le sache sauf toi.

        Pourtant, elle restait une femme très désirée par les garçons. Vous feriez de même avec un Don Juan séducteur au masculin ?

        • Délitsia | 14 janvier 2013

          Je crois que c’est une réaction juste « humaine » ce que tu décris là … Perso, oui c’est se qui m’est arrivé avec mon ex, il avait vraiment une réputation de « dragueur » on va dire, son mur fb, c’était juste pleins de filles qui laissaient des messages … bref pas mon genre mais j’ai quand même voulu apprendre à le connaitre et essayer ! Au final, je regrette pas, on rigolait bien, on avait de bons délires mais je n’arrivais pas à me projeter avec lui ( J’entends Anashka de loin ….. OUI BRAVO !! :P ) bref je lui faisais pas confiance malgré tout et donc je n’arrivais pas ou je m’interdisais de m’y attacher…

          Le coté séducteur/séductrice, mystérieux(se) ça nous plait tous, on va pas se mentir mais on connait tous aussi le revers de cette médaille : C’est un peu comme si tu étais dans un musée, et qu’il y avait cette magnifique sculpture en verre, si belle qu’elle est sous cloche et tu sais que tu ne dois pas y toucher car c’est fragile, ça se casse, pourtant t’en a très envi. Et si tu prend le risque de toucher à celle si en particulier, tu sais qu’il y a plus de chance qu’avec d’autres que tout se casse ! Tu seras jamais tranquille en la manipulant. Il y en a donc qui préfère la laisser sous cloche et regarder de loin, ça peut se comprendre. ( métaphore du soir bonsoir :P)

          • Flept | 14 janvier 2013

            Tu es finalement sorti avec lui finalement ? Cela s’est terminé comment ?

            Ta métaphore m’a bien faire rire ha ha ha ha !

          • Anashka | 15 janvier 2013

            De loin….. OUI BRAVO !!!! :D

        • Délitsia | 14 janvier 2013

          Oui, j’ai quand même essayé de le connaitre, je me suis dit que derrière ses beaux yeux et son coté dragueur, ça accrocherait peut-être. ( j’ai un petit côté en moi qui aime bien joué avec le feu et comme je ne m’attache pas vite, j’en use parfois ^^ )

          Mais je n’ai pas réussi à m’attacher à lui, à lui faire confiance assez pour qu’il fasse partie de ma vie. On était en décalage ! Lui il a démarré très fort, toujours à demander des nouvelles, qu’on se voit toussa, moi non, j’étais pas trop à fond au début. Puis en le connaissant un peu mieux, il y avait des cotés de sa personnalité que j’aimais bien mais ça ne suffisait pas pour me projeter avec lui et m’imaginer en couple, je l’aimais bien mais plus comme un pote, je crois. Bien sur, il me disait tout ce que je voulais entendre :D mais quand t’es pas aveuglé par l’amour et que t’es plutôt méfiante, ben ça marche pas :P Du coup, comme il obtenait pas ce qu’il voulait, il s’est lassé et s’est mis à être distant, à plus faire d’efforts pour qu’on se voit (on habite pas tout près l’un de l’autre) : le jour et la nuit ^^
          Je pense qu’il voulait me faire réagir, que je prenne peur que ça se finisse et que je passe à l’étape supérieur avec lui. Manque de pot, je lui ai donné l’occasion plusieurs fois de se racheter, il a campé sur ses positions alors je me suis pas pris la tête et j’ai rompu … Après ça il a voulu reprendre, qu’on se voit, qu’on en reparle. Mais j’ai pas aimé ça façon de faire (du chantage presque ^^) et je pense que ça n’aurait rien changé.

          Tant que je n’avais pas de sentiments, je n’avais pas « peur » qu’il aille voir ailleurs limite, même si l’ego aurait pris un coup…. ça n’aurait pas été le même discours si j’avais été amoureuse de lui. D’ailleurs, je lui ai dit que si j’avais été amoureuse, j’aurai jamais accepter son comportement et que ça serai fini depuis longtemps… J’ai préféré être honnête, ça sert à rien de rester avec quelqu’un qu’on aime pas comme il se doit. Ce qui est drôle, c’est qu’on est quand même resté ami alors qu’il m’a confié ne jamais garder de relation avec ses ex …

          Et toi si jamais tu retombes dans cette situation, tu laisserais sa chance à une séductrice en furie ? :P Ou tu te cadres vraiment sur le style de fille qui te « rassure » ? ( J’avoue être plus attirée par ceux qui ne me rassurent pas, alors que ce n’est pas ce que je recherche ==> oui vous avez raison, les femmes sont compliquées :P )

          • Flept | 24 janvier 2013

            Joliment rattrapé ! Il a dit oui au moins ?!? Il danse aussi la salsa ?

            Je comprends mieux ton jeu avec les séducteurs vu au nombres de cordes que tu as à ton arc ! Effectivement, tu peux t’y prendre en jeu sans trop de risque héhé.

            Lorsque je parlais de ces filles avec qui je ne sais pas si je pourrais me mettre en couple, je me suis mal exprimé. Je parlais de ces filles, qui ont dû mal à se caser, qui manque de confiance en leur stabilité.

            Sinon, oui quel plaisir, quel pied de tomber sur une fille maîtrisant son BL, les dynamiques sociales, … confiante et équilibrée … des vraies séductrices quoi ! Les (déjà ou futurs) lectrices de SUH !!!

            Mais d’xp, ça m’est arrivé une fois de rencontrer une fille maitrisant cela insconsciemment. C’est magique lol

        • Anashka | 15 janvier 2013

          Beaucoup de femmes auraient peut-être plus de patience avec un Dom Juan, espérant le changer.

          La psychologie sociale (et d’autres) diront que tu passes ta vie à t’enfermer dans les schémas que l’on construit pour toi que ce doit : gentil garçon, fainéant, séducteur… Etc. Tout ça tient surtout des pensées limitantes. Ce n’est peut-être pas logique, si ça te blesse, mais c’est une réalité.

          • Délitsia | 15 janvier 2013

            Je n’aime pas toutes ses pensées limitantes justement. La personnalité humaine est bien trop complexe pour pouvoir y mettre une étiquette ou coller les gens dans une case : la pute, le séducteur, la fille sage … Au mieux ce ne sont que des masques.

            Celui qui est un séducteur, un don juan, ok, c’est un fait. Seulement il n’est pas QUE ça, ce n’est qu’une facette de sa personnalité. S’arrêter juste sur une facette je trouve que c’est une pensée limitante.

            C’est normal qu’on mette des étiquettes aussi, c’est notre façon de « trier » les gens car tu n’acceptes pas non plus de faire la connaissance de tout le monde ^^ Il faut une solution rapide pour classer tout ça !

            Et en amour ou en amitié, il y a toujours des risques à faire entrer une personne dans sa vie qui porte une certaine étiquette ! C’est peut-être lui laisser l’opportunité de nous blesser ! Je pense que pour s’y retrouver, il faut peser le pour et le contre : si on a tendance à s’attacher trop vite ou être un peu naïf, vaut mieux ptet pas se lancer au risque de passer quand même à coté d’une belle rencontre. Si on est plutôt blindé et qu’on arrive à faire la part des choses, on peut se permettre de creuser un peu plus, de soulever l’étiquette…

            PS : Oui j’ai souvent espérer changer les Don Juan. Je trouve que ça a un coté très romantique :P Mais bon, j’en fait pas une priorité ^^ Dans l’idéal je préfèrerai que ça ne soit PAS un Don Juan :D Girls just wanna have fun, too ;)

          • Anashka | 16 janvier 2013

            Je n’aurai pas mieux dit sur les étiquettes.

            Un comportement ne dit rien d’une personne dans sa globalité, elle dit simplement que pour le moment c’est CE comportement dans CE temps T que la personne se retrouve le mieux.

          • Flept | 18 janvier 2013

            Joliment dit Délitsia !

            Tu agis sur quel(s) levier(s) pour « creuser » sous l’étiquette ? Qu’est-ce qui te permet de ne pas trop te laisser influencer par ces étiquettes, comme tu dis naturelles ?

            J’aime bien ce que tu dis Anahska : on dit souvent que l’être humain se définit par ses actes … mais tu as raison, il y souvent d’autres dimensions inconnues qui poussent à agir de telle façon et qui ne se retrouvent pas directement reflétée dans les actes :)

          • Délitsia | 20 janvier 2013

            La curiosité !
            Je pense que c’est ce qui me fait creusé les étiquettes. Je me trompe rarement sur ma première impression de quelqu’un, même quand elle est mauvaise, j’en reste rarement là. Je creuse, et en général, ma première impression était la bonne. Je me suis déjà faite avoir, j’ai déjà était trahi par deux/trois personnes à cause de ma curiosité à vouloir les connaitre malgré ma première impression qui m’avait mise en garde. Mais tu sais quoi ? Je regrette pas de l’avoir suivie ^^, car j’ai aussi découvert d’autres trucs qui m’ont malgré tout fait passé de bons moments avec ces gens même si ça a déraillé à un moment donné. C’est la vie. Mais disons que en ayant eu une première impression négative, je tombe de moins haut si jamais elle se confirme, car quelque part je m’y attendais, j’ai une petite voix qui me dit, « je t’avais prévenu ! » quand ça foire :P et si c’est trop risqué, si je me sens « faible » fasse à cette personne, je prends pas le risque.

            En ce qui concerne les mecs un peu trop séducteurs, c’est aussi un petit défi personnel car je cherche a les déstabilisé. Je les forces à me montrer un autre côté de leur personnalité, c’est ma façon de faire pour voir si il y a autre chose d’intéressant. C’est peut-être aussi une technique de séduction ^^ . C’est un jeu : lui contre moi.
            Je peux aller jusqu’à inverser les rôles, par exemple lors de mon premier rdv, avec mon ex (le séducteur lol) il m’a dit que je le troublait en le regardant comme ça dans les yeux ( il avait un air très …. pas naturel ^^) , je lui ai répondu : » Eh bien oui ? Tu préfères que je regarde dans ton décolletée ?! » ==> Rôle inversée héhé il était cuit :P, il a tout de suite switché sur une autre approche, en étant plus lui même. J’essaye de réagir de manière totalement imprévisible par rapport à la masse ( par la masse j’entends les autres filles ^^) pour qu’il soit pris de court et qu’il tente une autre approche et donc qu’il révèle une autre facette de sa personnalité et là, moi aussi je me permet de révéler d’autres facettes de la mienne, par petites touches. Et comme dit Anashka, je pense que c’est là où nous les filles, on a un peu l’impression de « changer » les Don juan … quand ils tombent leur masque pour ce révéler et montrent un coté beaucoup moins superficiel.

            Quoiqu’il en soit, la nature humaine c’est intéressant et complexe, ça mérite parfois de s’y attarder ( oui parfois, on tombe sur des cons/des connes ^^ mais qui sait, ils ont peut-être été nuls simplement à ce moment là avec cette personne là … )

          • Flept | 23 janvier 2013

            Ha ha ha ha j’ai bien ris pour le coup de ton rencart :D

            J’aime beaucoup ce jeu dont tu parles et ce que tu installes avec l’autre (moi c’est ce que je préfère ^^ ) ! C’est souvent osé et parfois casse-gueule mais c’est jouissif, il n’y a pas d’autre mot ha ha ha ! C’est chouette que tu le fasses et je te souhaites de tomber un jour sur un type qui te surprendra à ce niveau ! J’ai l’impression que les filles se laissent beaucoup moins aller à ce genre de jeux … méfiance ? Surprise ?

            Note que tu dois avoir une fameuse confiance en soi, de base, pour t’attaquer ainsi à des séducteurs héhé !

            Je ne pense pas que j’oserais honnêtement me mettre avec une séductrice invétérée … la changer ? Pffff difficile, c’est sa liberté en même temps et terriblement instable pour la relation. Peut-être, peut-être pas ^^

          • Délitsia | 23 janvier 2013

            Les filles (ou certains mecs ^^ ) ne se prêtent pas tjs à ce jeu car il est déstabilisant ! Le but c’est un peu de faire perdre les moyens de l’autre, et c’est une situation qui n’est pas agréable pour celui qui les perds. Surtout que de nombreuses personnes sont en OI, donc sont déjà déstabilisées à la base, alors avec eux faut pas joué à ça sinon ces personnes vont encore plus être mal à l’aise et faut pas non plus rendre le jeu sadique et être méchant. C’est pour ça que je joue à ça qu’avec les séducteurs, ceux qui affirment un peu trop leur confiance, qui pense que les jeux sont faits ou qu’ils vont se faire rapidement par quelques phrases bateaux qu’ils sortent à toutes les filles ^^
            En ce qui me concerne, j’ai assez confiance en moi en général. Si je suis sur de plaire (donc de pas me prendre de râteau ^^ ) ça va, j’ai confiance et il y a de bons résultat ^^ . Mais quand je suis en OI, j’échappe pas à la règle, je fais n’importe quoi :D. Il y a quelques jours, j’ai proposé à un mec qui me plait depuis longtemps (mini OI -_-) de venir dans un lounge bar où je fais de la salsa … le tout en bégayant un peu par si par là … Ouch !! Pour me rattraper, je lui ai dit : » oulala mais il fait froid ici ! » :/ Je précise que j’ai pas l’habitude d’inviter, de faire le premier pas, toussa… donc ça me fait super peur, je sais pas faire ^^ (mais depuis peu, j’essaye, oui oui Anashka, j’essaaaaaaaye !!)

            Et en ce qui te concerne, ne sois pas si effrayé par les séductrices ! Séductrice ne veut pas dire infidèle :) ça peut juste être une fille qui a vraiment confiance en elle, et qui sait charmer son entourage de manière presque …. naturelle ! ^^ Si t’es pas du genre à t’emballer alors que tu connais la fille depuis 3 min, t’as aucun risque à essayer de la connaitre plus sans en tomber amoureux ! En apprenant à mieux la connaitre, tu verras par toi même si elle est du genre infidèle ou pas … et tu pourras décider de prendre le risque d’être vraiment avec elle et d’avoir des sentiments … c’est un risque calculé. Bon je te parle pas des filles qui ont une réputation d’infidèle bien ancrée qui n’est plus à prouver, c’est pas que ce ne sont pas des personnes intéressantes et qui ne peuvent pas changer, c’est juste que le risque est trop évident et que pour le coup, tu le prend que si t’es sur de vraiment contrôler tes sentiments …. (ce qui est en soi, pas tjs possible)

          • Flept | 24 janvier 2013

            Oups trompé :D

            Réponse plus haut Délitsia ^^

          • Délitsia | 26 janvier 2013

            Alors non il ne danse pas mais il a dit : » bah ouais, pourquoi pas » …. euh ok. Alors c’est vrai, il a dit oui … par contre il ne m’a pas demandé le nom du lieu, l’adresse ou quoique ce soit … j’ai plutôt eu l’impression qu’il a dit oui pour pas dire non ^^
            Je verrai bien quand je le reverrais si il m’en reparle ! Alors c’est que c’est good ! (j’ai pas son numéro).

            J’étais à la fois contente d’avoir oser lui demander et qu’il ait dit oui et aussi dégoutée car ça aurait du être bcp plus productif !! Si j’avais pas été si impressionnée, j’aurai pu lui parler direct du lieu, lui donner l’adresse et lui proposer de se retrouver un soir là bas quand ça lui dit donc avoir son numéro … au lieu de ça je lui ai proposé de venir juste avant de lui dire allez bye … donc limite je lui ai pas laissé le temps d’enchainer autre chose que son « ouais pk pas ! » ==> contre productif -_- et vu qu’il danse pas j’aurai pu l’appâter avec d’autres trucs comme les supers cocktails qu’il y a là bas, le billard, les soirées foot ou poker. Bref j’avais l’embarras du choix :/ Résultat des courses, si il me relance, je m’en serais quand même bien sortie ^^

            Et toi pk ça n’a rien donné avec cette fille magique ? ou ptet que ça a donné :P !

          • Flept | 30 janvier 2013

            Oula je viens seulement de capter que tu avais répondu lol

            Ca tombe tu lui as fait peur ^^ il a été impresionné !

            Niveau langage corporel, il était comment ? Assurant ? A l’aise ?

            Il a pris ça en légèreté ? Tu es étais comment en étant « impressionnée » ?

            Tu as eu des news ? :p

            Pour la fille … eh bien … elle est/était prise :D (ce qui ne nous a pas empêché d’avoir de chouettes moments ^^ mais bon j’ai mon éthique !) et une autre fille s’en est mêlée, elle avait craquée sur moi. J’ai été correcte, honnête : ce n’était pas réciproque. Elle l’a pas trop mal pris mais m’a mis de bon gros bâtons dans les roues :( … ça fait de l’xp ^^

        • Délitsia | 3 février 2013

          Je te répond ici car je pense que tu reçois pas de notif’ sinon ^^
          Niveau langage corporel, je dirais qu’il était normal plutôt à l’aise, je sais pas si il a été impressionné mais ça l’a intrigué que je fasse de la salsa en tout cas car il me l’a demandé. Il semblait content d’en apprendre un peu plus sur moi et s’attendait pas trop à se que je lui propose de venir un de ces 4, peut-être pour ça qu’il n’a pas réagit tout de suite en demandant le nom de l’endroit, tout ça, même si il m’a dit « oui ».
          Je n’ai pas eu de nouvelles depuis car je ne l’ai pas revu, je suis assez occupé en ce moment :( Il est manager dans un resto à coté de ma fac donc je le vois que quand je vais faire un tour là bas ! et ……. comme toi avec la fille magique, j’ai le même problème ! J’ai découvert, il y a quelques mois qu’il avait une copine. Du coup ça m’a bien bloqué ^^ j’ai pas mal lâché l’affaire et surtout je ne m’aventure pas à l’inviter « vrmt » pour un verre, ni à lui demander son numéro (la drague direct, c’est pas mon truc de toute façon). Je sais que je lui plait un petit peu car c’est lui qui a commencé à dragouiller mais sans jamais aller plus loin. Du coup, je comprenais pas ça m’énervait. Quand j’ai su pour la fille, j’ai compris pk il ne passait pas à l’étape supérieur. Moi, je le ferais pas en tout cas, c’est pas correct. Mais j’aimerais bien le connaitre quand même mieux car de ce que je le connais il me correspond bien ! Pk pas être « amis », on sait jamais ça marche plus avec sa copine dans un futur plus ou moins proche ^^
          Du coup, je compte un peu sur lui pour me relancer quand on se reverra ! Je pense que c’est à lui de me dire un truc du genre : » ah enfait, pour tes soirées salsa, c’est où l’endroit ça me dirait bien de passer un soir avec des potes… » puisqu’il avait dit oui … enfin je sais pas …. t’en pense quoi toi ? Si il me dit rien je lui en reparle ? Ohlala ça me fait déjà peur rien que d’y penser :P et je sens qu’il ne va pas me relancer d’ailleurs ! lol
          C’est très marrent car avant de me rendre compte que je lui plaisait je n’étais pas du tout intimidée par lui … lol Je suppose que c’est parce que je n’attendais aucun résultats !
          Ce n’est pas très cool se qu’elle t’as fait cette fille ! Mais bon, une fille jalouse, c’est dangereux ^^ ( un mec aussi d’ailleurs ! True story !)

          • Flept | 4 février 2013

            Salut Délitsia,

            Une fille qui danse, en plus de la salsa, ça impressionne toujours :) Point pour toi !

            C’est vrai que s’il est en couple, je pense que là il a fait le max qu’il pouvait faire ^^

            Invite-le à une de tes soirée ? Quand tu revois, dis-lui : « Il y a une soirée salsa le xx/xx à xxx, voici l’adresse (tu lui tends un papier avec l’adresse et l’heure), ça me ferait plaisir que tu viennes … ».
            Perso, j’essayerai de le faire juste avant de s’en aller. Tu le fixes bien dans les yeux avant de tourner les talons sans attendre sa réponse.
            Si c’est en cours de discussion, il faut une bonne transition pour éviter un malaise, une hésitation et un refus.

            Tentant … pourra-t-il y résister ? :p

            Avec quelques trucs et astuces, c’est assez facile de faire succomber un gars. Avec ce que tu m’as dit, je pense honnêtement, qu’il était/est intéressé. Mais il doit braver des interdits, en même temps sources de désirs refoulés. S’il est heureux dans son couple, ton entreprise de séduction n’aura aucun effet. L’emmener dans un univers inconnu pour lui (la salsa ; et tellement à ton avantage) est une source de tentation, d’aventure qu’on rêve tous. Je jouerais sur le charme ta spontanéité, le mystère, les surprises, …

            Tu en penses quoi ?

          • B-Elle | 4 février 2013

            @ Flept:
            tu dis « Avec quelques trucs et astuces, c’est assez facile de faire succomber un gars ».

            Ca peut te paraître idiot, mais quels sont ces trucs et astuces? Et comment le mettre en oeuvre dans le cadre d’une relation à distance?

        • Délitsia | 5 février 2013

          Oulala je crois que tu me surestimes trop là ! ^^ lol Hum, pour moi lui proposer comme ça, ça fait trop rentre dedans étant donné que je lui ai déjà proposé de passer si ça lui dit … ça en rajouterai une couche quoi. Donc là, il a toutes les cartes en main si il veut joué son coup. Je lui ai tendu une perche, si il veut la saisir, rien ne l’empêche de me demander l’adresse.
          Si je lui tend un mot avec l’adresse, toussa, ça montre clairement que j’ai préparé mon coup et que j’ai l’espoir qu’il vienne …. je montre trop mon intérêt … et le fait qu’il soit en couple, si il pense que je veux un truc avec lui, ça pourrait le bloquer … C’est une chose que je lui plaise de loin, qu’il me drague comme ça, tant que je suis inaccessible …. Si je montre clairement mon intérêt et que je deviens « accessible », qu’il me voit en soirée, quelque part où je l’ai invité … ça concrétise sa tentation, ça va devenir trop réel, peut-être trop dangereux pour lui. Je sais pas il en est où dans sa relation ^^ , mais c’est sur que comme tu dis si j’arrive à le faire venir, le jeu serai carrément à mon avantage ! Après mon but n’est pas de le faire casser avec sa copine … Je veux juste créer un lien, qu’il se souvienne de moi si jms il devait ne plus être avec elle.

          Comme je t’ai dit j’ai remarqué qu’il n’essayait pas de concrétiser, de passer à l’étape supérieur. C’est comme si il voulait rester éternellement dans l’étape « séduction, sourire, regards … » C’est possible que c’est parce que je ne montre pas assez mon intérêt et comme il est en couple, ça ne vaut pas le coup de se casser la tête ! Mais moi je crois surtout que c’est parce que il n’imagine pas que ça puisse se concrétiser ou qu’il pense que si jamais, on se voyait « plus », il ne résisterait pas à la tentation…
          En lui proposant de façon un peu légère de passer pour une soirée comme j’ai fait la première fois, ça montre que je cherche à le connaitre sans forcément lui mettre la pression d’un jeu de séduction, donc sans qu’il se dise « merde si j’y vais, je risque de craquer ». Si je veux qu’il vienne je dois le déculpabiliser, qu’il se dise c’est « sans dangers »

          Par contre si je vois que vraiment il ne me relance pas, je peux éventuellement le relancer un peu plus tard à l’oral, en faisant bien attention cette fois de lui donner le nom du lieu mais sans rien lui tendre d’écrit. Juste au fil d’une converse, tjs l’air de rien ^^

          Je sais que j’y gagnerais surement à être plus direct comme t’as proposé, qu’il y ait des chances qu’il dise oui, par tentation. Mais c’est contraire à mon éthique pour le coup. Ca serais de la drague ouverte … Je veux pas qu’il vienne vers moi juste en se disant, « elle me plait, je lui plait, je veux jouer avec le feu, ni vu ni connu ma nana en saura rien ! » Je veux juste dans un premier temps le connaitre plus, même si c’est sur, je vais pas me voiler la face, il y aura quand même de la séduction des deux cotés mais ça serait subtil, tjs officieux, des frontières floues … pour garder une chance le jour où il sera libre (et si je suis libre aussi ^^) sinon ça restera une belle rencontre ! Et oui pour le coup, je devrais jouer sur la bonne humeur, la spontanéité, le mystère et autres surprises ^^

          Comme le propose B-Elle, quelles sont tes petits trucs et astuces pour faire succomber un mec ? :P

          @ B-Elle, pour avoir vécu une relation à distance, je pense que c’est dur à entretenir quand la personne n’est pas déjà amoureuse de toi, déjà comme ça c’est très dure. Il faut bien doser les appels/sms, pas trop étouffé mais être quand même présente pour ne pas se faire oublier ! Le meilleur truc reste de surprendre, il y a que ça qui casse la routine … Envoyer une lettre, un dessin, une photo, un truc perso … lui faire un montage vidéo, bref un truc original qu’il se dise il y a qu’avec elle que j’aurai droit à tout ça, c’est une dinguerie cette fille :P ! (attention quand même si tu vois qu’il est plus trop attaché, ça peut faire needy ce comportement aussi et donc le souler, le faire fuir)

          • Anashka | 5 février 2013

            Il a peut-être trouver une fille sympa avec qui jouer le jeu de la séduction, mais n’a aucune envie de tromper sa copine ou de la perdre.

            Glisser des indices, ce n’est jamais le bon plan. On croit que la perche que l’on tend est énorme et l’autre ne l’a voit même pas. L’idéal serait de lui proposer de venir à un évènement (concert, musée, conférence…), ne pas être seule (inviter une bande d’amie) et lui laisser le clic clac. Ainsi, tu restes dans ton optique de passer plus de temps avec, de mieux le connaître mais de ne pas attenter à son couple.
            Est-ce que vous êtes assez proches pour ça ?

          • Délitsia | 6 février 2013

            Coucou Anash ^^, bah je sais pas si tu as lu un peu plus haut mais c’est exactement ce que j’ai fait ! Je lui ai proposé de passer aux soirées salsa où je vais si ça le tentait et il m’a dit oui. Seulement comme j’étais pas au top de moi même à ce moment là, j’ai omis de lui donner le nom du lieu, le jour des soirées, bref le minimum syndical requis ^^. Je suis jamais seule la bas, je connais pas mal de gens donc ça serait vraiment le bon plan. Il me restera à voir, si la prochaine fois que je le vois il me relance sur le sujet pour connaitre l’adresse ou le nom du lieu ^^ ou bien si c’est moi qui vais devoir le faire :(
            Flept m’a suggéré de repasser et de lui reproposer cette fois en lui tendant un papier avec l’adresse du lieu mais moi je trouve qu’avec un papier ça fait trop insistant, je veux juste apprendre à le connaitre pour l’instant donc je veux pas qu’il pense que je cherche trop à le séduire. C’est pour ça que je lui ai proposé ça un peu légèrement sans faire trop de chichi autour (à vrai dire c’était pas trop prévu, je m’attendais pas à parler de ça avec lui, j’ai pensé comme ça juste avant de m’en allé à lui proposer de passer …) Tu penses tjs que la perche n’est pas assez grande là ? ça signe ptet pas forcément mon intérêt pour lui (et ça c’est voulu) mais ça montre quand même que je cherche à le connaître ^^ , non ?
            Si il m’a pas dit oui par politesse, et qu’il est vraiment intéressé pour venir, il devrait me demander le nom du lieu par lui même … mais bon ça reste que ma logique ça, pas la sienne !

          • Anashka | 6 février 2013

            Dans sa logique il est possible qu’il pense que c’est une invitation en l’air.
            Bref, tu le vois, tu lances la conversation. Et tu mets les pieds dans le plat « J’étais sérieuse quand je t’ai dit de passer aux soirées salsa, pourquoi tu n’es pas venu ? Tu n’avais plus envie »

            Normalement, c’est lui qui te fera remarqué que tu ne lui avais donné aucune indication, « tu es sûr, blababla, rah j’en étais sûre. Sinon, je t’ai donné et tu l’as perdu, c’est ça ? « . Et là, tu pourras lui noter sur un papier. « Cette fois-ci ne le perd pas. hein ». Il sera un peu plus engagé à venir s’il a l’impression qu’avoir l’info n’est pas évident.
            Et, c’est marrant de mettre un mec en porte à faux, quand on est soi-même en tort.

          • Flept | 9 février 2013

            @Anahska : Rhooo la mauvaise foi quoi ! Ca devrait le déstabiliser en prime ^^ : brèche ouverte et tu t’engouffres.

            @Delitsia : Si tu préfères passer par le moins direct, passer du temps avec lui sans montrer trop ton intérêt envers lui, ben je ne vois que la case de l’amitié qui pourrait te servir de tremplin. Y a pas d’avance, faut le faire sortir de situation en proposant un truc en extérieur avec du monde (comme la salsa). Perso, je jouerais la carte de la fille qui veut de l’amitié. Ainsi, tu passes outre ses réticences éventuelles, ses doutes pour pénétrer dans son cercle plus intime. Une fois seulement que tu auras établi une bonne complicité/amitié avec lui, je commencerai une manoeuvre de séduction. J’ai une fois lu une histoire entre deux personnages célèbres dont l’un avait séduit l’autre en étant passé par la case ami. Je vais essayer de la retrouver et voir comment il/elle avait agi.

            @B-Elle : Tout dépende de ta personnalité. En séduction (et de manière générale) tu adoptes certains fonctionnements, techniques conscientes ou non qui fonctionnent à merveille sur la gente masculine. Le tout, c’est de les trouver et d’en avoir conscience si tu veux les améliorer. Pour être du côté masculin, il ne faut parfois pas grand chose pour tomber sur le charme de qql. Si en aval, cela ressemble à un détail, en amont c’est un véritable travail harmonieux qui en est la cause. Et la chose la plus importante, c’est d’abord et avant tout la confiance en soi … Il a plein d’exemples concrets mais je pense que ça ne sert à rien de tester moulte chose si ça ne te correspond pas.

          • Anashka | 9 février 2013

            Qui a dit que la séduction était faite d’honnêteté ? ;)

            Tant que ce que tu fais ressemble à une blague : ça marche, la mauvaise foi. C’est même craquant.

          • Délitsia | 12 février 2013

            Flept, oui c’est exactement mon idée … passé par la case amitié ! C’est pas tjs très conseillé, je le sais, mais clairement c’est ce qui me conviendrait le mieux pour cette situation ! ( après tout je suis pas si sur que ça qu’il me conviendrait, du point de vue mentalité je veux dire, je ne vois que la surface pour le moment donc forcément j’ai pas ses défauts ^^ ) J’ai envie de le connaitre, le charmer c’est du bonus, ptet plus tard et si je dois rester dans la case amitié …. bof ça serait pas la fin du monde quoi, il y en a d’autres :P Et puis je suis un peu sur quelqu’un d’autre en plus donc … ^^ Bref la vie est belle et bonne st valentin à tous, moi je vais la passé à danser la batchata sur des musiques de lovers dans les bras de bels inconnus, il y a de quoi em***der cupidon et valentin nan ? :P

          • Flept | 13 février 2013

            J’aime ton positivisme :)

            Si il y a un truc que je dois faire avant ma mort, c’est apprendre une danse et si il y a une danse que j’ai toujours voulu faire, c’est le tango ! Mon cousin, qui est prof de salsa, m’a un jour dit que le tango c’était une des rare danses où le but n’est pas d’éblouir par sa façon de danser, son style, etc. mais de faire briller sa partenaire. Ton but est littéralement de rendre jaloux les autres mecs qui t’envieront alors de danser avec elle. J’aime bien cette dynamique. Des fois, ça me penser à la séduction bizarrement. Ce côté où tu t’intéresses à l’autre, utilises des techniques pour la fait sourire, la faire rire, la rendre joyeuse, la surprendre … et que ça se lit sur son visage comme sur un livre ouvert. Où elle commence à réellement faire attention à ce qu’elle met lorsque vous vous voyez. Forcément, l’ensemble l’embellit.

            Et la gestuelle aussi, elle peut être lente, comme suspendue dans le temps dans le tango, délicate mais en même temps ferme. Mouvements lents puis rapides, tensions, sensualité, complicité, regards, … bref j’aime bien le tango et la séduction :D

            Oh et puis étant musicien, la rythmique des tango est juste … envoûtante :D

            Pour la case amitié pour séduire, oui c’est rarement conseillé car on parle de suite de FZ. Maintenant, je commence à penser, qu’au contraire, c’est une technique qui peut très bien fonctionner. La patience est de mise mais comme tu dis, tu le connaîtras bien ton gars ^^ et si tu vois qu’en cours de route ça ne fonctionnera pas, tu peux t’en aller comme t’es venue.

            J’ai l’impression que cette longueur te permet de faire réellement naître des sentiments chez l’autre et le faire tomber amoureux.

            Mais bon je me trompe p-e … va savoir … on parle quasiment jamais de ça.

            Anashka : C’est vrai ^^ je me dois de l’avouer (même si j’ai du mal ^^)

          • Délitsia | 14 février 2013

            C’est ça avec les danses latines, tu joues un jeu de séduction en musique. En salsa c’est un peu le « fuis moi je te suis » , le but étant d’attirer et de repousser son partenaire et de prendre sa place à chaque fois, c’est pour ça qu’on tourne bcp, qu’on avance et qu’on recule en miroir …. Mais le tango, c’est plus que ça, c’est quasi un jeu de rôle. Tu es dans un personnage. C’est vrai qu’en salsa on est éblouis par le style et la technique de la chorégraphie (à mes débuts de je croyais qu’on apprenait des choré par coeur haha) en Tango tu racontes une histoire et c’est une danse qui fascine bcp de gens, j’entends pas mal de garçons me dirent qu’ils veulent apprendre la tango. La batchata par contre, c’est tout en sensualité, c’est très facile à danser surtout si on à l’oreille musicale, faut juste suivre la musique. Je t’encourage en tout cas même si c’est pas une danse facile ^^

            Moi ça ne me dérange pas de passer par la case amitié car en effet, si je dois être avec lui, ça serait pour le faire tomber amoureux (bon en partant du principe qu’il me plairait bcp à moi aussi ^^) Je reste rarement avec un homme si je vois que je ne peux pas l’aimer car je suis pas adepte des histoires sans lendemain, juste comme ça. J’essaye un peu de changer ma vision des choses. Car je me rend bien compte qu’à force d’attendre une grande histoire, je laisse peu d’opportunités aux autres. Je marche trop au feeling. J’aime séduire par contre … donc séduire pour séduire je pense que je peux m’y mettre plus sérieusement ^^

            Mais je t’avoue que toutes mes histoires (sauf une) il y a eu une phase « amitié  » avant plus ou moins longue, je connaissais bien les personnes :) Et j’ai pas tjs cherché à les séduire d’ailleurs ça s’est fait naturellement, au feeling, c’est pour ça que la patience n’entrait pas en jeu puisque je n’attendais rien de spécial au départ … c’est plutôt après, une fois que t’es en couple, t’essayes de bien faire les choses, de plaire et parfois tu foires en voulant trop bien faire, car tu attends une sorte de résultat …. chose que tu n’attends pas quand tu charmes quelqu’un sans chercher à le séduire. Certains diront que c’est quand même une forme de séduction, mais une forme plus instinctive, que tu fais sans trop t’en rendre compte, quand t’es pas en OI ^^ C’est le charme naturel de toute personne quoi ! Je pense que c’est le meilleur truc qui marche :D Pouvoir être charmant et être soi même, c’est ce qui fait qu’on tombe amoureux de quelqu’un non ?! (entre autres ^^)

            En tout cas je suis d’accord avec toi, pour faire tomber amoureux il faut prendre le temps de se faire connaitre juste comme on est. Pour pouvoir tenir la distance après, car tu peux pas joué un rôle très longtemps.

            tu es musicien ! De quels instruments joues-tu ?

          • Flept | 14 février 2013

            J’essayerai pour le tango ^^ mais il n’y a pas de cours dans la ville où j’habite :( de la salsa oui :) En tout cas ça a permis à mon cousin de faire plein de rencontres intéressantes ^^. Par contre le batchata je ne connaissais pas :)

            Mais vu que tu prends du temps avec cette façon de faire, tu gères comment justement la dangerosité du OI ? Tu essayes avec plusieurs gars à la fois ? Et quand tu passes du temps et que ça n’aboutit pas, tu réussis facilement à rebondir ?

            Oui tu as raison quand tu n’es pas intéressée à la base et naturelle, ça a beaucoup d’impact sur ton charme. Et ça séduit énormément :) Qu’est-ce qui fait le déclic alors où tu passes de la désintéressée à l’intéressée ?

            Souvent j’entends des gars qui séduisent très bien à court terme. Arrivé le premier rdv, ils concluent. Puis, avec la mise en couple, il faut changer de vitesse, de rapport, ce n’est plus la même chose. Il faut plus se dévoiler alors qu’avant rester mystérieux fait son charme. Et à partir de ce moment, la fille sent que quelque chose ne va pas. La situation se dégrade, malheureusement, et l’histoire s’arrête là. A vouloir aller vite, ils ne s’investissent pas assez eux-mêmes. Ne s’impliquent pas. Elles ont l’impression qu’ils jouent un rôle, …

            Pas évident de trouver la bonne distance au début.

            Je suis guitariste (depuis trèèèès longtemps ^^) mais je joue du piano en auto-didacte :)

        • Délitsia | 24 février 2013

          Coucou ! Me revoilà ! ^^ J’étais partie en week end.

          Alors cmt je gère la dangerosité du OI ? Je pense avoir fait qu’un seul vrai OI carabiné dans ma vie, c’était sur mon ex. Les autres, j’appellerai plutôt ça des coups de coeur, des pti kiff, bref ça m’empêche pas de dormir ^^
          Et je pense que c’est du au fait que je m’attache vraiment pas vite. Pourtant, je projette, lorsque quelqu’un me plait, comme bcp de filles, j’imagine pleins de situations, si j’arrive pas à projeter avec un mec, c’est qu’il ne me plait pas assez.
          Mais c’est un peu comme regarder une comédie romantique à l’eau de rose ! Une fois que le film est fini je reprend le cours de ma vie là où je l’ai laissé ça me perturbe pas … Mais bon c’est marrent car, il me faut tjs un mec dans la tête.

          Le deuxième truc, c’est que je suis heureuse dans ma vie de célibataire, il y a tjs des mecs autour, soit qui me courent après, soit c’est moi qui les veux (je les surnomme tous mes playmobiles ^^) il y a tjs un peu de séduction, pour pimenter le quotidien. Si ça marche pas avec une target, c’est pas grave, car je suis quand même bien. Parfois ça me fait même un peu peur de chambouler mon quotidien avec une relation sérieuse. Rêver de la relation parfaite en se disant qu’il manque plus que ça dans sa vie et la vivre réellement, c’est pas pareil.

          Les mecs qui arrivent à conclure vite, qui séduisent à court terme, ce sont de grands habitués mais je pense surtout que les cibles qui rentrent dans leur jeux, recherches soit la même chose qu’eux, c’est-à-dire une relation à court terme, soit sont très naïves . Car je pense que quand on cherche quelque chose de sérieux, on cherche pas à « conclure » si vite ^^
          Après, un truc qui n’était pas voué à être sérieux au départ peut finalement le devenir, on peut apprendre à connaitre après la conclusion ^^, il n’y a pas de suite logique mais pour moi si ces mecs là tiennent pas la distance dans leur relation, c’est juste parce qu’ils ont pas pris le temps de la connaitre et se rendent compte finalement que la fille leur correspond pas ! Et comme il y a plus de challenge car, la mignonne à déjà tout donner, sont coeur et son corps, bah il y a plus rien d’intéressant à faire ….
          L’avantage à prendre le temps de connaître, c’est de voir si la personne peut vraiment te plaire sur du long terme, si t’as un bon feeling, et c’est aussi à ce moment là que tu peux construire son attachement, le rendre « amoureux », l’idéal c’est que au moment où vous vous mettez officiellement ensemble, qu’il soit vraiment attaché, qu’il soit heureux d’avoir réussi à te séduire et qu’il veuille plus te « lâcher » :D Puis, si il se dévoile vrmt, sans même lui tirer les vers du nez, c’est le jackpot !
          Après touuuuuuuut dépend de ce que tu recherches comme relation, ça sert strictement à rien de faire ça, si tu cherches pas du sérieux, on est d’accord ^^
          Surtout que le risque est quand même évident : la Friends zone ! C’est pas tjs facile de calibrer et puis ça dépend du poisson que t’as en face ….

          Tu penses avoir du mal avec la Friends zone toi ? Tombé trop dans l’OI et finir dans la case bon pote avec cette méthode ?
          Ou tu es plutôt du genre à vouloir conclure vite et après découvrir la personne ?
          Ou tu as ptet déjà testé les deux méthodes ^^ ?!

          Ps : Si il y a pas tango dans ta ville, essaye la salsa ^^ et oui pour les rencontres c’est Top ! et puis ça te facilitera la tâche pour apprendre le tango après !
          Moi aussi, je fais de la guitare mais en autodidacte ;)

          • Flept | 2 mars 2013

            Belle analyse !

            Non, je n’ai pas de prob avec la FZ et le OI ça va je le gère même si ça été très dur au début :)

            J’ai déjà testé les deux mais surtout la première. Le court terme, ça ne me convient pas. De toute façon je ne sors jamais en boîte, je ne fais jamais de street pour récupérer des numéros, … Par contre, je m’amuse à briser la glace avec n’importe qui dans des endroits plutôt insolites mais jamais je ne cherche à prendre un numéro sauf si ça colle. Dans un sens j’aborde bcp mais rarement pour un objectif ultérieur.

            Tu t’es déjà amusée à aborder des personnes peu importe l’endroit ? Seule ou avec du monde ?

            PS : Je testerai ! C’est chouette pour l’instrument !!!!!!

    • Héméra | 14 janvier 2013

      Pour rebondir sur tes propos, il y a quelque chose que je n’ai jamais compris.
      Les Hommes veulent la mère-pure ET la pute-salope. En général, en deux femmes dissociées. C’est sur ce besoin de séparer les 2 qui m’interroge. Mais pourquoi tant de haine messieurs les jurés?
      « Je ne veux pas que la bouche qui m’a sucé embrasse mes enfants » disait De Niro dans je ne sais plus quel film (oui, j’ai un cerveau de poisson rouge)

      • Anashka | 14 janvier 2013

        Des années de patriarcats où avoir les deux étaient communément admis ?

  • femme-enfant | 12 janvier 2013

    @Boris
    oui : vidéo projection / performance / peinture / dessin.
    en bref : multimédia
    si ça t’intéresse je t’envoie le lien de mon site

    • Boris | 13 janvier 2013

      Wé carrément, mais je crois qu’Anashka n’aime pas qu’on mette des liens dans les commentaires… !

      Tu peux peut-être essayer de faire un rébus pour qu’on devine l’adresse… :P

      • Anashka | 13 janvier 2013

        Si c’est un lien d’art, de temps en temps. Je peux le laisser un jour ou deux et le virer après.

        C’est pas que j’aime pas, c’est que je me fais taper sur les doigts par le reste de l’équipe. Il parait que je suis trop gentille (et trop hippie et trop bavarde et trop jolie :D )

        • femme-enfant | 13 janvier 2013

          alors voici : lien enlevé
          ps. tu le vires vite Anashka, car je suis professeure aussi et donc, c’est assez comprometteur……. :))

          • Anashka | 14 janvier 2013

            Je viens de jeter un oeil. J’aime beaucoup. Je laisse encore aujourd’hui et je vire.

          • Boris | 24 janvier 2013

            Le lien est revenu ??

          • Anashka | 24 janvier 2013

            ?? C’est à dire ?

          • Boris | 24 janvier 2013

            Ben le lien de (femme-enfant) que tu es censés supprimer vite… il est visible là !

          • Anashka | 25 janvier 2013

            ah, merci !

  • pixelleline | 14 janvier 2013

    la dernière fois que je n’ai pas compris le terme « fille facile » c’est de la part de potes à mon homme, moyenne d’âge 30-40ans. ca m’a énormément déçue sur eux en plus de ne pas comprendre comment on pouvait encore décréter un tel jugement, surtout à cet âge là …. en l’occurence ladite fille avait 25ans et avait eu le tord de tomber amoureuse au sein d’une coloc et tout le monde (du moins ceux n’ayant pas couché avec comme par hasard) y est allé de son petit jugement car mademoiselle assumait sa libido sans complexe.

    à ce jour je ne comprends pas comment un mec de 30 -40ans peut se permettre un jugement si nase pour une nana qui avait juste une libido un peu débordante.

    • Anashka | 15 janvier 2013

      Ou libido assumée.

      Je crois que ça m’aurait laissé bête. Un jugement ne nous dit que choses que sur la personne qui le prononce, avec ce gars, tu sais à quoi t’en tenir : il n’a pas inventé le fil à couper la tolérance.

      • pixelleline | 15 janvier 2013

        je suis restée bête moi aussi, ils m’ont déçue.

        ce sont pourtant des mecs tops, intelligent, ouverts etc mais apparemment la tolérance niveau libido et eux ca fait deux.

        ya vraiment d’un côté la mère et de l’autre la putain c’est tellement rétrograde …

        j’ai même pas su quoi dire tellement j’étais choquée …

        • Anashka | 16 janvier 2013

          J’ai souvent été surprise par les personnes qui arrivent à penser ce genre de chose.
          C’est rarement les personnes qu’on imagine en plus.

  • Sam | 15 janvier 2013

    Problème BIOLOGIQUE d’offre et de demande. Ce qui est rare est cher etc …
    Tant que les mecs auront la testostérone qu’ils ont en plus que les femmes, je ne vois pas comment les comportements et donc les jugements et représentations sociales pourront changer.
    Des chercheurs américains avaient mené une petite expérience sur un campus américain. Une fille mignonne allait demander à des étudiants si il étaient OK pour avoir directement une relation sexuelle avec elle, 90% disaient oui.
    Alors que dans la situation inverse, seulement 10% des femmes était partantes.
    Cette expérience suffit à expliquer d’une fille qui couche facilement soit directement cataloguée… Malheureusement :(

    • pixelleline | 15 janvier 2013

      et en qu’à de fille « moyenne » voir pas très belle ya des pourcentages ?

      donc en gros la seule solution serait … d’éviter les réputations dans nos cercles de proches quitte à passer pour la fille trop froide, trop prude qui ne sort jamais avec aucun mec (mais qui en fait par derrière s’éclate comme une folle lol) ?

      c’est pathétique d’en être encore là en 2013 …

      • Lirie | 15 janvier 2013

        Je confirme… C’est nul, mais Don Quichotte ça va 5 min, je préfère plier et passer pour une fille trop sage que de me prendre des baffes (métaphoriquement parlant bien entendu ^^)

        • Anashka | 16 janvier 2013

          Pourquoi pas ?

          Loin de moi l’idée de dire qu’il FAUT se battre contre les stéréotypes en couchant JUSTEMENT le premier soir. L’idée c’est de se retrouver dans ce que l’on fait.

      • Anashka | 16 janvier 2013

        Ne jamais draguer dans les cercles d’amis dont on n’est pas sûre de la tolérance sur le sujet est une règle vitale en terme de réputation. C’est très bête, mais dire défendre l’égalité homme-femme sur le rapport à la sexualité, même auprès de ses proches demandent de pouvoir montrer (au moins une fausse) patte blanche.

        Après, si tu as des ami/es qui sont hyper ouvert d’esprit, tu fais ce que tu veux ^^

        • Lirie | 16 janvier 2013

          C’est clair…. J’ai des amis adorables, tolérants, ouverts d’esprit mais peut-être dans des schémas plus « traditionnels » que les miens… Et je passe déjà pour une fille « libérée » alors qu’ils sont loin de tout savoir, hem. Jamais ils ne me jugeraient négativement mais je pense que ça modifierait leurs regards sur moi, malgré tout….

          • Anashka | 16 janvier 2013

            D’accord, alors mieux vaut rester « femme libérée » ;)

    • Anashka | 16 janvier 2013

      Sur la testostérone, je te conseille de lire l’article du dernier numéro de Causette. Les femmes en ont, et la testotesrone est liée à la libido chez la femme, mais la quantité de testostérone ne joue pas sur la force de la libido. Il y a en a un minimum qui permet d’avoir une libido saine, passé ce minimum ça ne change rien.

      Causette reprend la comparaison à l’essence : il t’en faut un minimum pour démarrer, mais ce n’est pas l’essence qui fera que tu roulera plus ou moins vite.
      Donc en fait, le problème n’est peut-être aussi biologique qui n’y parait. Mais peut-être bien sociétal.

      • Sam | 16 janvier 2013

        Hehe, oui je savais que les femmes possédaient également de la testostérone, c’est pour cela que j’ai précisé « plus » ;).
        Par contre je ne savais pas qu’il y avait un taux minimal sans influence au delà, merci pour la découverte!

        Après recherche rapide, c’est plutôt des androgènes dont j’aurais du parler, au lieu de testostérone…

        M’enfin influence culturelle certes, seulement bon même si le comportement sexuel/érotique est très complexe et inclue moult critères comme la cognition, le renforcement etc. Ca n’empêche pas que la libido des hommes et des femmes est différente et ceux dans toutes les sociétés et ethnies connues. Avec une grosse longueur d’avance pour nous les mâles. :D

        PS : je vais chercher cet article, merci !

        • Anashka | 16 janvier 2013

          Je ne suis pas encore assez calée sur le sujet.

          NOTE a moi-même : me renseigner plus !

      • Delitsia | 19 janvier 2013

        Peut-être que je peux vous apporter quelques précisions c’était ma matière de partiel :P
        Les androgènes sont des hormones stéroïdes de virilisation, ça agit sur tout ce qui permet à un homme d’être un homme ( organes génitaux, muscles, pilosité …) mais aussi sur le cerveau où elles stimulent la libido et les comportements violents.
        L’hormone la plus représentée, c’est la testostérone mais il y en a d’autres.
        Ces hormones existes aussi chez la femme mais en concentration beaucoup plus faible ! ( les mecs ont genre 40 fois plus de testo que nous ! ) et surtout à ces concentrations là, elles n’ont pas tout à fait le même rôle ( essentiellement la pilosité qu’on s’évertue à arracher ^^ et la libido pour la testo)
        Il y a certaines pathologies chez la femme où il y a surproduction de ces hormones ( tumeurs) et là on observe une virilisation de la femme comme chez l’homme.
        Si il est peut être vrai qu’il y a un seuil minimal chez la femme qui n’est pas proportionnel aux concentrations pour la libido, chez les hommes c’est pas forcément pareil car leurs rôles est prédominant et on est dans des concentrations largement supérieure avec de nombreux mécanismes de rétrocontrôle.
        Je pense que le problème est biologique mais il est largement amplifier par l’idée de se cacher derrière en disant : non mais c’est naturel ! C’est normal et on y peut rien  » Tout ça conforté par les mœurs et la société et t’obtiens l’excuse parfaite !

        • Anashka | 19 janvier 2013

          C’est ce que j’avais lu dans l’article de Causette. Mais, il « calmer » un peu le rôle de la testostérone notamment par la présence de d’autres hormones et son rôle « seuil minimum » dans la libido féminine.

          Bref, mes ovaires sont (de tout de manière) plus grosses que des testicules ! et ta ! ^^

          • Délitsia | 19 janvier 2013

            LOL elles sont aussi à la même température corporel ….contrairement à leur chers homologues masculin qui ont un peu plus froid ! ( un ou deux degrés de moins, tout de même pas négligeable quand il fait -5 dehors :P ) et toc ^^

          • Anashka | 19 janvier 2013

            Vive les ovaires ! \o/

  • Sam | 15 janvier 2013

    PS : faîtes une recherche rapide sur youtube « marion test ton mec » et c’est pathétique comme les mecs en couples courent à la moindre ouverture.
    Ce n’est certes pas une expérience sociologique mais tellement parlant de notre propension à vouloir b*iser une nouvelle fille à tous moments …

    • Anashka | 16 janvier 2013

      Dis donc, tu ne serais pas faché contre les garçons ?

      • Sam | 16 janvier 2013

        lol, non je ne suis pas fâché contre mes couilles ! D’ailleurs je prône la masculinité de l’onde de charme chère à Cespèdes a contrario de celle de l’onde de choc qui prévalait chez nos aînés et ne tient vraiment plus la route aujourd’hui. « Boys dont cry », ouaip c’est ça !

        J’essaye juste d’être réaliste, ce serait prétentieux de dire que MOI, je ne pense pas avec mes couilles, c’est pour cela que je m’inclue dedans. Même si je n’ai jamais trahi aucun pote en couchant avec sa meuf (malgré quelques occases faciles) ou autres joyeusetés de ce genre, qui sont légions parmi mes congénères!
        Ensuite c’est juste mon vécu qui parle. (Famille, amis, potes, lectures, reportages, documentaires, bref un mix quoi tu vois bien :)

        • Anashka | 16 janvier 2013

          Bien sûr. Mais penser les hommes pires que les femmes sur ce terrain-là me gène.
          Les généticiens ont découvert qu’un enfant sur sept n’est pas le fils du père qu’il croit.

          Je pense simplement que pour les femmes et les hommes « monogame et fidèle jusqu’au bout » n’est peut-être pas le schéma qui correspond le mieux à tout le monde. C’est pas « bien » de tromper, par contre composer avec ses envies et celles de l’autre, quand il y en a peut ouvrir sur des démarches intéressantes.

          • Sam | 16 janvier 2013

            Là dessus je te rejoins, ça me paraît clair que hommes comme femmes, nous ne sommes pas fait pour la fidélité à vie, cet « encouplement » pathétique dont on voit s’affubler des couples de 20 ans.
            Je pense que nous sommes toujours les nomades sexuels que nous étions il y a 100 000 ans. Bridés et attachés par la carcan judeo-chrétien.
            Je suis beaucoup plus dans la théorie d’un Wilhelm Reich (Il est un « Freudien hérétique », ses théories ont largement inspiré mai 68 entre autres) concernant la façon dont on pourrait s’épanouir, femmes et hommes mélangés ;)

          • Anashka | 16 janvier 2013

            Certaines personnes doivent être fait pour une vie nomade, d’autres pour une vie de couple…
            Ne rentrons pas dans l’extrême inverse.

  • B-elle | 16 janvier 2013

    Pour ceux qui pensent qu’une femme qui couche à la première rencontre est classée « fille facile, baisable mais non mariable » j’ai une question qui est pour moi d’une importance « capitale ».
    Est ce que ce concept est valable aussi:
    -si les deux sont adultes (la quarantaine)
    -s’ils avaient eu au préalable des contacts virtuels et avaient pu échanger sur leurs valeurs, leurs attentes… (Intentions sérieuses de relation sincère et durable de preference)
    -si les deux sont séparés par une grande distance géographique et que cette rencontre était la seule, avant plusieurs semaines, occasion de se revoir et de mieux faire connaissance
    -si l’homme ce soir là a déployé tous les efforts possibles pour éblouir la femme et la faire sentir une « princesse »
    -si la femme avait prévenu l’homme au cours de la soirée qu’elle était sérieuse, ne voulait pas brûler les étapes, ne pas tout gâcher, et avoir l intention de rentrer chez elle au soir. Elle n’avait en fait rien prévu pour rester, et l’avait fait exprès.
    -si la femme, avant de céder aux assauts de son partenaire, a refusé gentiment pendant des HEURES pour enfin ne donner que peu d’elle (elle ne s est pas entièrement donnée).

    • Anashka | 16 janvier 2013

      Non, a priori. Mais tout des dépends :
      – de si cet homme est du genre à catégoriser les filles en filles faciles
      – des signes d’intérêts qu’il a montré avant la rencontre
      – des signes d’intérêts qu’il montre maintenant.

      En gros, comment cet homme tout à fait hypothétique agit-il maintenant ?

      • B-Elle | 16 janvier 2013

        J’ignore si cet homme est du genre à catégoriser les filles en « faciles » ou « pas », mon instinct me dit que non, mais si mon instinct était si bon je ne serais pas en train de me poser ces questions.

        Avant de me rencontrer il me faisait des compliments sur ma personnalité, ma vie, mes activités. Il disait chercher la femme avec qui partager sa vie et vouloir faire tout pour que ça marche. Il disait que sa compagne idéale devait avant tout être sa meilleure amie, et rechercher surtout une relation cérébrale, dans un but de développement intellectuel et spirituel partagé.

        Après la rencontre il dit que je lui plais toujours autant mais est reparti à l’étranger pour son travail. Par conséquent il m’a fait savoir que nous aurions communiqué moins, et côté conversation c’est plus « amical » qu’autre chose, loin des mots doux des heures passées ensemble. On se contacte brièvement 3-4 fois / semaine, il me fait partager certaines choses de sa vie en vidéo et me signale qu’il n’y a pas d’autre femme chez lui le soir. De même, un soir que mon autre téléphone sonnait, il m’a demandé si c’était un prétendant. j’ai dit « oui » en blaguant et il ne semblait pas content. Il dit qu’il espère que nous nous reverrons dans quelques semaines quand il sera à nouveau de passage dans mon pays, et que cette fois-ci nous partagerons plus de choses (sous entendu côté sexuel), il dit maintenant qu’il n’y a que le temps qui dira si nous sommes faits l’un pour l’autre, ou pas.
        Qu’en pensez-vous?

        • Anashka | 16 janvier 2013

          Que ça semble plutôt sain.

          Il ne joue pas l’amoureux épris une fois loin, donc tu peux accorder de la valeur à ce qu’il t’a dit quand il était là.
          Il garde le contact et marque un peu de jalousie. Donc, il a le désir de te revoir. ça aurait été un peu bête de ne pas vivre le moment que vous avez vécu.
          En gros, non, il ne te considère pas comme fille facile.

          La plus grosse difficulté est la distance qui vous sépare actuellement. C’est exceptionnel ce déplacement professionnel ? Quand vous revoyez-vous ?

  • B-elle | 16 janvier 2013

    Dans une poignée de semaines. Puis-je, à ce moment-là, lui céder complètement sans passer pour une femme facile ou arriviste? (Lors de notre 1ère rencontre j’ai découvert qu’il est fortuné)

    • Anashka | 17 janvier 2013

      Oui, tu peux. La distance te protège de cette image-là. Tu as le temps de lui manquer et tout.
      Est-ce que tu te sens pour une relation dans ce type de distance ?

  • B-elle | 16 janvier 2013

    Ce déplacement est récurrent. Il travaille a l étranger mais rentre régulièrement en France

  • B-elle | 17 janvier 2013

    Ouf! Je suis soulagée.
    J’ai déjà vécu des relations a distance et ça s est bien passé. Ici ce ne serait pas très long car tous les deux sommes sur la quarantaine, cherchons du sérieux et, selon ses propres paroles « je ne veux pas d’une relation virtuelle ni en pointillés et si affinités, je saurai lettre en œuvre ce qu’il faut »

    • Anashka | 18 janvier 2013

      Alors, pourquoi pas ?

      Sincèrement, je ne pense pas que tu ais fait fausse route en cédant. Seulement, prenez le temps de vous voir quelques fois avant de trop-trop croire au « sérieux » derrière.

  • Boris | 17 janvier 2013

    « Tu es le docteur Moustarde et c’était dans le salon avec un chandelier.
    J’ai trouvé ? »

    Mmm… J’ai regardé sur le net… Moutarde est passionné de foot donc ça ne peut pas être moi !
    Un chandelier ? Fais quoi avec le chandelier… ?
    Rooooooo ! Mais c’est vulgaire ! :P

    • Anashka | 18 janvier 2013

      Un peu, jeune homme !

      Colonel Boris ?

  • Boris | 17 janvier 2013

    Bon allez je suis sympa, je t’ai écrit un article écrit par un garçon… :P

    COMMENT PARAITRE SOCIABLE QUAND ON NE L’EST PAS.

    Avoir beaucoup d’ami(e), c’est attirant… ?
    Mais si vous n’en avez pas comment faire pour donner tout de même l’impression aux gens qui vous entoure d’avoir plein de relation ?

    Facile !!
    Voici pour vous la solution, en seulement deux étapes très accessibles !

    Règle numéro 1 :
    Avoir un téléphone qui reçoit les mails et laisser la sonnerie d’allumée.

    Règle numéro 2 :
    Commenter tous les articles d’Anashka en prenant soin de cocher la case « Je veux recevoir les réponses à mon commentaire par e-mail.  »

    Ainsi, régulièrement vous recevrez des emails, donnant l’impression à ceux qui vous entoure d’être contacté très souvent !

    PS : les boutons « répondre » bug depuis quelques jours… ^^

    • Anashka | 18 janvier 2013

      Est-ce que quelqu’un d’autre à des boutons qui bug ?

      Je regrette de ne pas avoir de bouton j’aime ^^

      • Boris | 18 janvier 2013

        Je t’ajouterais bien dans mes amis facebook, mais franchement tu aurais pu trouver plus discret comme nom…

        • Boris | 18 janvier 2013

          ( et tu as une phrase en double !!)

          • Boris | 18 janvier 2013

            Et pourquoi « trois » conseils ? Il n’y a que deux étapes…

            PS : ce message s’autodétruira après être lu, si tu le souhaites… :P

          • Anashka | 18 janvier 2013

            Pareil. Excuse. Vu l’heure.

          • Anashka | 18 janvier 2013

            Je ne peux pas modifier, seulement supprimer…

          • Anashka | 18 janvier 2013

            Rah, merci, je vais voir.

        • Anashka | 18 janvier 2013

          Anashka ? Pas discret ?

          Tant pis, je ne mettrais pas de petits coeur sur ton profil.

          • Flept | 18 janvier 2013

            Ah ah ah ah Boris … j’ai bien ris …

          • Boris | 18 janvier 2013

            Je croyais que c’était « seduireunhomme » ça faisait pas très discret… Awi je te trouve. Mais j’hésite à t’ajouter quand tu auras vu m’a tête tu n’auras plus jamais envie de me parler ! hihihi

            (Merci Flept)

          • Anashka | 19 janvier 2013

            J’ajoute tout le monde ^^

  • B-Elle | 18 janvier 2013

    Serait-il possible de rédiger un article sur « séduire un homme d’un statut social supérieur » (nettement supérieur), genre homme fortuné alors qu’on est pauvre, ou personnalité alors qu’on est inconnue, ou hyper cultivé alors qu’on a juste un bac+2… Comment se comporter avec lui, et/ou en présence des ses amis, de sa famille, de son enfant s’il y a…

    • Anashka | 19 janvier 2013

      C’est noté.

      Si c’est autour d’une histoire perso, mieux vaut en faire part sur les commentaires, ce sera plus personnalisés. Je vise les généralités dans les articles.

  • lalawski | 20 janvier 2013

    fiouuuu on peu voir que ce sujet chauffe les esprits de toutes….
    ma question : comment ne pas répondre a la question des hommes « combien de partenaire as tu eu dans ta vie »….
    l autre question :
    philosophons : peut on mieux définir l’expression « premier soir »
    premier soir par rapport a quoi?
    par rapport au premier rendez vous ?
    par rapport au premier baiser?
    et si avant de vous envahir la tête il n’était qu’un ami…. à partir de quand le chronometre se met il en route?

    J entends maintenant aussi régulièrement les hommes dire « les femmes faciles rusent et couchent le deuxieme soir pour ne pas passer pour des filles faciles »
    Mais alors combien de soirs faut il attendre?

    vous en pensez quoi?

    ps : couchons le jour, le plaisir est tout autant intense

    • Anashka | 20 janvier 2013

      « les femmes faciles rusent et couchent le deuxieme soir pour ne pas passer pour des filles faciles »
      Ces hommes-là sont des cons. Tout simplement. Mieux vaut ne même pas coucher avec eux du TOUT. C’est quoi cette mentalité ?

      Premier soir => Soir de la rencontre.
      Avec un ami, ça dépend de comment les choses ont évolués.

  • lalawski | 20 janvier 2013

    et au fait

    la fellation c est a partir du combientieme soir pour rentrer dans les normes?

    • Anashka | 20 janvier 2013

      ^^.
      Tu lui dis « je ne pratique pas avant le mariage, suis pas facile ».

      Perso, la norme, je m’en moque. Elle se réinvente avec la personne que j’ai auprès de moi.

      • bbzzzzzbz | 20 janvier 2013

        bien sur … c etait ironique, j aurai du le preciser

        • Anashka | 20 janvier 2013

          J’avais compris ^^

  • Aleph | 31 janvier 2013

    Hayè, j’ai tout lu!

    Pour ma part, je définirais la « fille facile » qui n’est que très peu, voire pas du tout sélective envers les personnes avec qui elle couche et pour qui le sexe est plus un moyen de (se) prouver sa valeur que de partager un moment agréable avec l’autre. Ce qui me dérange dans ce cas, c’est l’impression de ne pas être choisi parce que ce que je suis lui plait mais d’être choisi en tant que moins mauvais choix du moment.

    La peur d’une partenaire plus expérimentée s’explique: si la différence d’expérience est trop grande, la crainte de ne pas être en mesure d’apporter à l’autre ce qu’il attend peut apparaître. Si l’on ne vise qu’une relation à court terme, ce n’est finalement pas trop grave mais si on veut envisager sur une relation plus longue, ça peut coincer (parce que bon, à moins d’avoir une personnalité vraiment unique, l’idée que l’autre puisse trouver quelqu’un qui n’est pas moins bien que nous et qui la satisfasse sexuellement est présente).

    Pour prendre un exemple qui m’est arrivé dernièrement dans un autre domaine : il y a quelques temps un groupe d’amis m’a demandé de leur apprendre à jouer au poker. Si je ne suis pas un monstre, c’est un domaine dans lequel je me défend. Seulement voilà, après plusieurs soirées passées à jouer avec eux, je m’ennuie, ils tatonnent, commettent des erreurs de débutants qui me font bondir, sont prévisibles,… C’est bien sur normal mais si je veux jouer, je me tourne vers des gens qui ont un niveau similaire au mien, c’est beaucoup plus gai. Dans ce cas, ça ne pose pas de problème mais j’imagine la tête de l’homme (ou de la femme) à qui l’on dirait: « Ecoute, je t’aime bien mais je ne prend pas mon pied avec toi. On continue sur notre lancée mais tu vas te faire de l’expérience avec d’autres que moi, moi je vais aller chercher mon plaisir chez des personnes à même de me le donner et une fois que tu auras fait de véritable progrès, on réenvisagera la situation »

    • Anashka | 1 février 2013

      Elle peut aussi dire « ça te gène, si je t’apprends deux trois astuces sur mon corps ? ;). Alors va chercher du chocolat, une échelle et des gants MAPPA ! ».
      Plus sérieusement, on peut apprendre de l’autre non ? Au poker, tu joues avec un groupe, mais dans la sexualité, c’est à deux, dans quelque chose de ludique. Alors, pourquoi pas ?

      J’aime beaucoup ça : » Ce qui me dérange dans ce cas, c’est l’impression de ne pas être choisi parce que ce que je suis lui plait mais d’être choisi en tant que moins mauvais choix du moment. » C’est une réflexion que l’on retrouve chez les femmes qui ont peur, justement de passer pour facile, d’être choisie par dépis. Et, j’étais persuadés que les hommes partageais aussi. Merci, pour cette formulation, que je trouve parfaitement adéquate.

      (Au fait, bienvenu).

  • Aleph | 1 février 2013

    L’échelle et les gants, c’est parce que le plafond a besoin d’une couche de peinture avant que tu n’y grimpes?

    Je suis d’accord avec toi sur le principe mais il s’agit ici de ressenti, de crainte et la raison bien souvent ne parle pas assez fort pour se faire entendre. Depuis très longtemps, on nous définit de manière importante par ce qui pend entre nos jambes ce qui fait que notre ego est fragile sur ce point: si quand cela se redresse, nous ne sommes pas en mesure d’assurer un service acceptable, cela pourrait mettre en cause notre identité. Lorsque l’on a acquis la certitude que de ce côté ca va, on est capable de se dire qu’on ne peut pas être bon à chaque fois et qu’il y a encore pas mal de choses que l’on peut apprendre mais tant que l’on doute de soi à ce niveau, on peut avoir tendance à se protéger et fuir si l’on ne se sent pas assez en confiance avec l’autre.

    Je pense que la pornographie actuelle à laquelle de plus en plus d’hommes sont confrontés au début (voir avant) de leurs premiers émois sexuels induisent une image inconsciente faussée de la sexualité (c’est sans doute la même chose chez les femme). Si je n’ai pas un sexe d’au moins vingt centimètres et que je ne sais pas pénétrer énergiquement ma partenaire pendant au moins vingts minutes, je ne suis pas normal. Avec l’expérience, on finit par se rendre compte que ce n’est pas la réalité mais je pense que quoi qu’il en soit cela laisse des traces.

    • Anashka | 1 février 2013

      Je ne sais plus sur quel article, une bloggeuse supposait que des hommes qui avaient accès au porno (internet) avait aussi accès à de l’information de base : la moyenne française d’un pénis, par exemple. Je n’accuserais pas le porno de tout les maux, bien qu’il doive influencer tout de même.

      Je suis bien plus en colère contre les articles qui donnent sans cesse des conseils pour tenir plus longtemps, ne pas avoir de panne..blablabla… Bref, de quoi complexer les hommes, en ne comparant le sexe à une performance.

      Tu parles d’une libération sexuelle…

      On est tous dans des complexes. L’intimité envoyée au grand jour nous pousse à nous conformer dans des lieux où tout ne devrait être géré que par deux personnes…

  • Marie | 12 juin 2013

    « Mon vagin serait-il une médaille à offrir à celui qui aura su me séduire au mieux ? Ma sexualité doit-elle être la récompense d’une drague acrobatique masculine ? A-t-on oublié que j’avais un désir propre ? Que la recherche de MON plaisir était peut-être plus importante pour moi que l’envie de faire don d’une gratification sexuelle à messieurs ?  »
    « Mon vagin n’est pas un cadeau, une offrande, une décoration, que je me dois de sacrifier pour bon comportement ! »
    Bravo. Bravo. Ca me dégoute que toujours on entend des phrases comme: » Une bonne femme a « sex » quand elle est amoureuse et elle veux DONNER de la joi à son partenaire. » comme elle n’a pas de désir elle-meme. Les hommes qui sous-estiment les femmes sexies et puissantes souffrent du manque d’estime en soi, surtout en son sexualité. Ils se comptent peu attirants/puissants; et pensent qu’en ayant une femme faible et sans expérience, ils seront plus heureux (mais ils ne seront pas car le problème couche autre part.)
    Je me relie beaucoup à ta confiance en soi et ton esprit de liberté. Bonne courage

  • Nana | 24 septembre 2013

    Magnifique article, très belles comparaisons et arguments imbattables.
    Une petite idée en revanche, de la cause de ce mépris bien contradictoire des « filles faciles » par ces messieurs…
    Pour beaucoup, instinct de chasseur oblige, la valeur d’une femme va de paire avec la difficulté de la conquérir. S’il n’y a pas eu assez de temps pour faire monter la pression, pour amener le niveau d’attraction suffisamment haut avant de « consommer » et bien, tout retombe comme un souffle et la femme apparaît soudain comme sans intérêt, sans valeur. C’est injuste mais c’est un fait que dans l’esprit humain ce qui est précieux est ce qui est rare/difficile a obtenir. A l’inverse ce qui est facile a obtenir n’a aucune valeur… Un homme savourera et chérira sincèrement et pour très longtemps ce pour quoi il a du se battre, en revanche il se désintéressera facilement de ce qu’il a eu en claquant des doigts. Plutôt humain non?
    Retirer cette vision de conquête d’une femme comme si elle était au fond un objet, un trophée a obtenir, de l’esprit des hommes, est la clé pour faire évoluer les mentalités, mais aussi la chose la plus difficile car c’est probablement l’une des « Programmations » les plus implantées dans le cerveau de ces messieurs. Tout cela a aussi une raison biologique, de reproduction de l’espèce : Une fille qui couche avec plein d’hommes sans se faire prier c’est prendre le risque de ne pas savoir de qui est le gosse…embêtant pour ces messieurs et leur filiation…De même pour avoir la descendance la plus bonne possible, l’homme sain émotionnellement (tout comme la femme!) va naturellement chercher la partenaire la plus « super qualité possible ». Or, la super qualité, est ce qui est rare et plus difficile a obtenir… Je parle de ce raisonnement au niveau « reptilien » bien sur, celui qui échappe a notre conscience première. On peut trouver ca injuste mais c’est un fait. Un peu comme la gentille gazelle qui se fait bouffer par le lion. Ce n’est ni mal, ni bien, juste ca serre le coeur mais c’est la nature et ca a un sens.
    Par ailleurs, du fait que c’est la femme qui reçoit le pénis de l’homme en elle, pour les hommes, il est bien question de la notion de DON de soi de la part de la femme. Cette notion passe bien avant cette notion de plaisir qu’elle peut avoir car c’est tout simplement ce qui leur ai le plus évident : La madame les laisse entrer en elle, elle fait don d’elle a l’homme. Alors, si elle le fait sans même avoir pris le temps de le connaitre avant, sans chercher a être sure d’abord qu’il est digne de ce don, elle apparaît comme bien peu consciente de ce don qu’elle fait et donc bien peu respectueuse de son corps et de sa personne … En clair, les hommes ont bien plus conscience du don qu’on leur fait en les laissant pénétrer notre intimité, que nous qui sommes juste focalisées sur notre plaisir. Et comme je vois a quel point nous pouvons tomber facilement amoureuse et nous attacher, contrairement a eux, lorsque nous couchons avec eux, je me dis que peut-être en réalité, ce sont eux qui ont plus conscience de ce qui se joue en nous, tandis que nous nous mentons a nous-mêmes, cherchant juste a répondre a notre désir/plaisir du moment et a revendiquer notre égalité avec les hommes en niant nos différences de fonctionnements en matière de sexualité ?

    • Anashka | 26 septembre 2013

      instinct de chasseur oblige

      Cet « instinct » de chasseur n’est-il pas une pure construction sociale ? Les premiers hommes étaient des cueilleurs dans des sociétés matrilinéaire.
      Par la suite, la chasse à durer un temps avant de passer à l’élevage. Aujourd’hui, la seule chasse que je vois, c’est aller au supermarché acheter un morceau de mauvaise viande avec une carte de crédit… et, souvent, ces courses (cette chasse) revient aux femmes.

      D’autant plus que la théorie du cerveau reptilien (un cerveau des instincts) a été rejeté, je me demande si ce soit-disant « instincs » n’est pas l’excuse du siècle pour justifier le libertinage masculin. Notons d’ailleurs que les hommes préhistoriques ne chassaient pas les femmes, mais des buffles…

      rare/difficile a obtenir

      Il y a des femmes qui aiment les hommes « difficile à obtenir ».
      Il y a des hommes qui aiment les rencontres simples.

      Encore une fois, j’interroge la part de construction sociale.

      A l’inverse ce qui est facile a obtenir n’a aucune valeur…

      Pourtant : l’eau, l’oxygène, la nourriture… ça a une valeur ENORME. (Bien plus que des diamants, par exemple)
      Mais peut-être parce qu’acquis, c’est oublié. Donc, encore, la notion de valeur est interrogeable.

      Un homme savourera et chérira sincèrement et pour très longtemps ce pour quoi il a du se battre, en revanche il se désintéressera facilement de ce qu’il a eu en claquant des doigts

      ça dépend vraiment des hommes. Et, je suis pas sûre qu’une femme « s’obtient ». Ce n’est pas un bien.
      Donc, un homme qui pense que la femme est un objet de conquête, chérira plus longtemps une femme avec laquelle il aura galérer (ou s’en lassera) et peut-être un temps proportionnel à sa conquête (donc quelques mois/années). Parce que la femme aimante lui paraitra acquise, il se détournera pour une nouvelle conquête.
      Un homme qui pense que les relations sont avant tout une question de rencontre, chérira plus longtemps (et peut-être beaucoup plus que l’homme-conquête), la femme avec qui il ya toujours eu complicité, facilité à se comprendre, authenticité.

      (Personnellement, je me désintéresse complètement du premier type d’hommes. )

      Une fille qui couche avec plein d’hommes sans se faire prier c’est prendre le risque de ne pas savoir de qui est le gosse…

      Pourtant, il est scientifiquement prouvé que c’est le meilleur moyen d’assurer une bonne descendance (à la façon Darwinienne) car seul la meilleure semence sera alors choisi par le corps. Donc, avec ce type de théorie « naturaliste », la femme serait faite pour être infidèle au moment de son ovulation.
      Soit on commence à tromper Doudou affirmant que c’est dans notre « cerveau reptilien ». Soit, on considère qu’avec toutes les constructions sociales que l’on a, le libre arbitre et la plasticité neuronale, on a peut dépasser ça. Et que ce type d’hypothèse est non seulement infondée, mais aussi une bonne manière de justifier une jalousie masculine (une domination patriarcale.)

      Cette idée de « DON » a été constesté.
      Effectivement, visuellement, c’est plutôt l’homme qui donne à la femme son pénis. C’est lui qui donne la semence.
      Mais, on peut aussi voir le vagin comme une bouche qui avalerait, dévorerait le phallus (Dolto avait avancée dans ce sens.)

      Autrement dit, beaucoup des fonctionnements que tu décris sont de la construction sociale qui justifie une certaine inégalité sociale.
      Pour résumer : le cerveau reptilien a été rejeté dans la sphère scientifique depuis près de 10 ans.
      La question de « don » est interrogé depuis une cinquantaine d’année.
      Et pour ce qui est de la facilité à tomber amoureuse, je ne peux que te conseiller le livre « Je ne souffrirais plus par amour ».

  • ldo | 16 décembre 2013

    c’est le complexe madonne/putain c’est pas nouveau

  • Gummy | 17 décembre 2013

    Aie aie aie , j’ai pas lu tous les commentaires…. article très intéressant et très bien écrit.
    Navrée pour la longueur et lourdeurs de certaines phrases, mais j’avais envie de reformuler certains points et faire un petit calcul :).

    Une fille qui couche avec beaucoup d’hommes est :
    -soit une femme qui ne cherche pas de relation durable et c’est son droit.

    -soit une femme qui cherche une relation qui dure et qui ne trouve pas.
    elle va donc tester des relations et se tester elle même, tout en ayant des envies à assouvir.

    Par rapport surtout à ce deuxieme cas de figure (qui est le mien) :

    Je remarque qu’ une femme qui est depuis dix ans avec le même homme n’aura eu certes qu’un seul homme en dix ans
    néanmoins si tout se passe bien elle aura une vie sexuelle plus épanouie ou du moins plus fréquente, c’est à dire une vie sexuelle hebdomadaire
    voir quotidienne. chose dont ne bénéficient pas les célibataires.

    Résultat mathémathique :
    je suis célibataire depuis plus de dix ans , j’ai eu des relations serieuses qui n’ont duré guère plus que quelques mois
    ce qui donne le calcul suivant :

    Exemple type sur 1 an : en janvier , une relation de deux mois (ce sont des relations assez fraiches tu ne vois la personne qu’une à deux fois par semaines)
    , puis on se ronge les ongles deux mois ,
    puis on re rencontre quelqu’un qui nous plait mais l’un de nous (souvent l’homme) ne tombe pas amoureux ça ne dure qu’un mois. puis le mois de juin arrive on se ronge les ongles à nouveau ,
    juillet on se dit c’est l’été je vais profiter un peu , on rencontre ou on ne rencontre pas rien de serieux à l’horizon mais on se trouve quelqu’un pour 3 jours de festival , puis un mois d’attente , c’est l’été , seul option de casse croute sous la main pour pallier à un manque d’amour et de plaisir :
    on s’autorise un coup d’un soir en aout…
    Viens les options de la rentrée :
    rester célibataire X temps allant de 1 à 6 mois et 6 mois c’est long…. ou retrouver quelqu’un avec qui ça pourra peut etre marcherou ne marcher que 2 semaines ou comme sex friend…

    Bref ! Bilan de l’année : 4 à 5 mecs pour un total de : entre 20 à 40 relations sexuelles sur l’année de 365 jours…. et encore pour arriver à ce résultat
    médiocre de petits partages de tendresse par ci par là il faut plaire.

    rien à voir avec le minimum de 54 ébats dont peut bénéficier quelqu’un dans une relation stable.

    Enfin , là où je veux en venir c’est le chiffre final : multiplier cette moyenne de 4/5 mecs sur l’année (pour je le rappelle un minimum de 300 bons jours d’abstinence monacale)
    par dix années nous donne un total de 45 mecs avec qui l’on aura couché.

    question qui en découle : suis je plus une nonne ou une fille facile ? lol

    alors oui sur une année complète des fois on fait des erreurs , on ne choisit pas forcément les bons , (mais au moins on les choisit et on ne finit pas dans le lit tout le monde);
    Essuyer les echecs alors que ce qu’on a dans l’idée c’est de vouloir profiter plus sur tous les plans (moral , mental , sexuel etc) avec une seule personne c’est fatigant.

    Et il est d’autant plus fatigant de devoir cacher un nombre comptabilisé sur dix ans par peur de se faire qualifier de fille facile,
    ou de faire fuir les mecs à cause de ça. Alors que ce nombre c’est majoritairement beaucoup de solitude, beaucoup de coups durs pour l’ego (ou l’inverse)
    de longs mois à penser que notre hymen va ptet finir par repousser…

    marre aussi de recommencer les histoires à zéro , de se dévoiler petit à petit , de devoir attendre….

    Si une fille se « donne » au premier soir , alors l’homme aussi se « donne » au premier soir = les deux sont faciles ?

    et si l’on inversait les rôle?
    A l’homme de faire attendre la fille , chose qui dans les moeurs actuelles nous ferait penser que soit on ne lui plait pas soit il a un serieux problème
    de taille de pénis ou autre au lit….
    Sans vouloir généraliser je dirais que la plupart des filles recherchent une attention particulière à leur égard et pas qu’on les fasse poireauter pour accroitre
    leur désir et leur pseudo interêt pour l’homme en question.
    En quoi connaître mieux la personne sans l’avoir touchée change la perspective de ce que dégage la personne ?
    Devons nous être des animaux sauvages à dompter?
    Est ce qu’un homme doit avoir l’impression de nous avoir « apprivoisée » , méritée , pour avoir un tournant favorable dans ses sentiments à notre égard?

    Cette façon de procéder pousse les gens à rester mysterieux à cacher qui ils sont vraiment dans l’idée qu’une relation qui va trop vite est une relation qui va forcément s’éteindre rapidement.

    Mais ne doit on pas apprendre à se connaitre tels qu’on est pour être sûrs qu’on nous aime tels qu’on est ?

    Je suis pour la franchise , malheureusement je ne dénie pas que la méthode « princesse » marche,
    pour ma part je suis plutôt incapable de l’appliquer.
    Avec ceux qui me plaisent vraiment je suppose que je me comporte d’une façon qui me fait défaut:
    l’autre me donne envie de lui donner tout de ma personne , une attention débordante que je me languis de pouvoir donner à quelqu’un.
    Il est content mais ne tombe pas amoureux… je ne lui ai pas laissé le temps de « m’observer ».

    Mais peut etre lui aurais je laissé le temps , et ça ne changerait rien , qui sait.

    On ne choisit pas vraiment de qui et comment on tombe amoureux.
    Alors forcément quand ça marche pas on se dit : soit on a mal choisit , soit on a fait quelque chose de travers.

    Alors qu’on est ptet tout simplement pas tombés sur la bonne personne ou pas au bon moment, d’ailleurs si moi j’avais trouvé mon chiffre approximatif de 45
    qui parait faramineux se transformerait peut etre en un deux ou trois.

    Je fais donc partie de la catégorie « fille facile » malgré moi, j’assume complètement ma vie , mes choix , aucun regrets, j’aime les gens
    j’aime les hommes , j’aime donner et recevoir, j’aime profiter de la vie comme j’en ai envie sans être obligée de suivre une certaine « éthique feminine »

    Je continue d’ailleurs à être agréablement étonnée par les différences de sentiments que l’on peut ressentir selon les personnes que l’on rencontre.
    Je continue aussi à me sentir desespérément seule sur le plan complicité affective.

    J’espère donc devenir une fille d’expérience avec « la bague au doigt » un jour ! et tout comme les hommes que je laisse m’embrasser et plus si affinité
    mon futur sera choisi avec soin , pas juste pour avoir l’étiquette femme bien rangée (image de réussite illusoire cette image de couple alors que tout le monde n’est pas heureux comme ça) ou pour assouvir une envie pressante de pouponnage.

    Ceci dit j’ai eu la chance d’être entourée de gens socialement intelligents et je ne me suis jamais fait pointée du doigt pour crimes de frivolité et de débauche ! :)

    Conclusion : 1) oui au dialogue , respect , confiance et au diable la jalousie et les principes.

    2) Peut être que tout est une question de juste milieu en ce qui concerne l’approche de seduction adéquate ? ou est ce une question de personnalités et rythmes/ feelings compatibles ?

    Je vous souhaite le meilleur à tous , écoutez vos envies tout en écoutant les autres.

    • Anashka | 24 décembre 2013

      L’article précise que le terme « fille facile », c’est du slut shaming. C’est à dire un terme inventé par les hommes qui aiment les histoires de princesse. Au final, ton corps, coeur, cul, tu en fais bien ce que tu veux et le premier qui trouve quelque chose à y redire, tu peux l’envoyer paitre.

  • Gummy | 17 décembre 2013

    je voudrais ajouter à mon commentaire que j’ai vécu un peu tous les cas de figure :
    – me faire jeter le lendemain après avoir couché avec la personne
    -jeter l’autre le lendemain après avoir couché avec , chose dont je ne suis pas fière mais que je n’ai pas vu venir.
    = oui des fois quand on va vite avec quelqu’un ça fait ouvrir les yeux plus vite que prévu… car je pense sincèrement qu’une semaine d’attente ne pourrait changer que rarement le résultat final.
    – coucher avec quelqu’un le premier soir et avoir une relation d’un an avec.
    -faire poireauter quelqu’un et avoir une relation de 6 mois , qui aurait pu durer plus.

    Et c’est là que oups je n’ai pas de cas de figure où j’ai fait patienter l’homme et il n’est pas resté amoureux… car ça fait longtemps que la patiente et moi ça fait deux quand la personne me plait.
    A tester pour vérifier si trouver le bon prend en compte le feeling et ma personnalité ou si ce sont les hommes qui ont un problème mégalo lol. (pour citer je ne sais plus qui qui parlait de guerre et de trophée) ^^

    • Gummy | 17 décembre 2013

      ahem je me contredis la dedans … pas sûre d’avoir envie de tester cette méthode… si c’est pour au final faire miroiter à un homme qui ne veut pas vraiment de moi qu’il veut quand même de moi…
      bref je me comprends.

  • Gummy | 17 décembre 2013

    je viens de lire les deux derniers posts au dessus, à côté les miens me paraissent tout à coup superficiels et hors sujets lol.

    Sur le point le vagin qui avale le pénis : les hommes le démontrent bien dans leur envie d’être dominés par leur partenaire. Dans une relation sexuelle ouverte d’esprit il y’a des deux , dominants dominés qui s’alternent , nous ne devrions pas avoir l’impression de donner quelque chose de plus que ce que l’homme nous donne = les deux dévoilent leur nudité , leur intimité , leur instinct , leurs pensées …etc bref un ptit bout de nous même certes mais rien de honteux ou immoral.

  • Apho | 14 juin 2014

    J’ai rarement lu un aussi bon article, très complet. Je précise que je suis un homme, et j’aimerais faire quelques petites remarques:

    1) Je pense que si les hommes rejettent les « filles faciles », ce n’est pas seulement par peur de la comparaison avec les anciennes expériences sexuelles de la fille, mais aussi par pur égo/jalousie. C’est a dire que j’ai souvent entendu de la bouche des hommes, et moi-même penser il y a quelques années, qu’une fille facile est « salie » par tous les hommes qui sont passés par là. Certains hommes se demandent pourquoi traiter une femme avec amour, faire des efforts pour elle, alors que d’autres hommes se sont vus assouvir tous leurs désirs par cette même fille sans effort. Ils ont l’impression d’être l’idiot de service qui bosse dur pour obtenir ce que les autres ont obtenu gratuitement. Ils se demandent ce que l’homme avait de plus qu’eux, ou pourquoi la fille a été naïve au point de combler d’autres hommes de manière gratuite La fille en vient à les dégoûter, et beaucoup d’hommes sont dans une situation contradictoire où ils aiment une fille, mais qui les dégoûte d’autre part. Ce raisonnement est vicié tout d’abord parce que la majorité des filles ne satisferont pas de la meme maniere un ONS qu’un homme qu’elles aiment (sauf pour certaines qui traitent un ONS comme un amour, et acceptent tout des le départ). Vicié également parce qu’ils oublient que la fille a couché par désir, par plaisir, ou par solitude. C’est a dire que meme si la fille n’a pas pris de plaisir avec certains ONS, elle a couché avec eux pour une autre raison (solitude, sa rassurer sur sa capacité a seduire, voire meme ennui pour passer le temps). Les hommes perdent cela de vue et considerent qu’une fille n’avait rien a gagner a coucher avec plein d’hommes. Ils oublient ainsi son plaisir, son besoin d’affection ou autre. Néanmoins, beaucoup d’hommes réagissent comme ça.

    2) Mentir sur son passé sexuel? JAMAIS! C’est creuser la tombe de son propre couple, c’est dynamiter le fondement de la relation. C’est vraiment une erreur parce que 1) si l’homme prend mal un passé sexuel riche, c’est qu’il est immature, donc finalement c’est une bonne chose d’avoir révélé ce passé car c’est eviter un immature, et 2) si la femme ment et que l’homme s’en rend compte, la confiance est detruite, et peut etre pour rien parce qu’il y a des chances que l’homme se contrefiche du passé sexuel…mais de la confiance, non. Mon exemple personnel est que je suis resté un an avec une fille ayant eu 34 partenaires sexuels à 20 ans, et elle me l’a dit des le début. Conséquence: tout s’est tres bien passé et j’etais heureux de savoir qu’elle etait honnete, sans honte, ce qui a posé de bonnes bases pour la relation. Une autre fille, elle, m’avait dit avoir couché avec 3 mecs, et un jour j’ai decouvert par hasard qu’en fait le nombre était 12. Elle m’avait menti, je ne la croyais plus, je l’ai quitté un mois plus tard car je devenais fou de ce mensonge. Pourtant c’etait apres la fille aux 34 conquetes, qui ne m’avaient pas du tout gêné.
    Conclusion: les filles, décider par vous meme ce qui est important lorsqu’un homme veut savoir, et en consequence mentir alors meme que l’autre veut savoir, c’est juste egoiste. Assumez votre passé, soyez adultes. Idem pour les hommes d’ailleurs. Ne suivez pas tous ces magazines féminins qui disent « bla bla ditent 3 conquetes ». C’est tellement égoiste; cela me donne des envies de meurtre.

    3) Ne pas coucher le premier soir est une bonne chose. Mais c’est juste de la séduction de base, faire attendre pour donner encore plus envie. En fait, je nuance mon proposes : suivez juste votre envie. Beaucoup d’hommes aimeront, mais l’injustice reside dans l’inverse. Je n’aime pas coucher le premier soir, parce que je ne connais pas assez ma partenaire et du coup je ne peux pas etre totalement naturel et à fond. J’aime bien prendre mon temps qui plus est, dans une société ou l’objectif est d’aller toujours plus vite. Mais lorsqu’une fille tente de coucher avec moi des le premier soir et que je refuse gentiment, c’est le drame. La fille devient folle, me demande 15391 fois de lui avouer qu’elle ne m’attire pas, etc etc. Grosse crise d’hystérie.

    Sinon, le probleme actuel des rapports hommes-femmes est qu’on a plaidé l’emancipation feminine a tout bout de champ, on a poussé les femmes a se libérer sexuellement, mais de l’autre côté on n’a pas laissé le temps aux hommes de s’habituer a ce changement qui bouleverse des siecles de « preservation de la sexualité féminine ». Conséquences sur les hommes: beaucoup d’hommes pensent encore que lorsqu’une femme couche avec eux elle « s’offre a eux », elle leur fait un cadeau, pensent qu’une vierge est une fille ayant des valeurs et se sentent la posséder s’ils sont leur premier. Conséquences sur les femmes: elles sentent avoir le droit de coucher a gauche et a droite, mais en meme temps sentent qu’elles doivent le dissimuler car certains hommes pensent encore en terme de don. Le paradoxe c’est qu’un droit que l’on doit cacher n’est plus vraiment un droit. Un droit s’exerce librement. Ce paradoxe fait que les femmes se sentent en droit de coucher mais mentent sur cela, mensonge qui a terme devaste de nombreu couples…Conséquence globale: on a des filles qui accordent beaucoup d’importance a leur premiere fois tandis que pour d’autres cela ne représente rien du tout si ce n’est une fois comme une autre (ma copine actuelle et dans ce cas N’2, et meme si elle a fait sa premiere fois avec moi je suis content de savoir que pour elle cela ne représentait rien du tout…je trouve ça un peu idiot comme sacralisation la premiere fois…), des filles ont 30 partenaires a 20 ans et d’autres 3 a 25 ans, les hommes sont totalement perdus et pour certains d’entre eux une fle qui a sucé deux hommes a 20 ans est une pute tandis que pour d’autre une fille qui a couché avec 30 garçons est tout a fait respectable, et cela n’a aucune influence sur leur perception de la fille. Bref, on a un cumul de mondes différents ou les échelles varient de 1 à 100, ce qui fait que les gens se comprennent de moins en moins et que le bon comportement a adopter est de moins en moins previsible. A mon humble avis: suivre ses envies sans limite, mais les assumer et savoir etre honnete avec son copain/copine sur son passé.

    • Anashka | 15 juin 2014

      faire des efforts pour elle, alors que d’autres hommes se sont vus assouvir tous leurs désirs par cette même fille sans effort

      Je te donne de l’attention si tu me donnes de la satisfaction sexuelle : c’est une forme de prostitution où tu remplaces argent par attention. :)

      Néanmoins, beaucoup d’hommes réagissent comme ça.

      Beaucoup de cons. :) Je pense que cette vision ramène la fille à l’objet : elle est quelque chose à avoir, qui assouvit un désir et que l’on préfère neuve (mais salope avec nous quand même). Ca occulte complètement sa vie, sa personnalité, ses désirs propres. Autrement dit, ce qui fait d’elle un Sujet. Ces hommes généralement passent à côté de la personne avec laquelle ils sont pour en vouloir les avantages. Ce sont les mêmes qui pensent qu’apprendre à séduire est une chasse (plus qu’une collaboration) et qui ne s’interroge jamais sur comment aimer.
      De même, ils doivent trouver les hommes eux-mêmes « sales », puisque c’est leur présence passé dans la vie de Madame qui la salie. Tout ça est une piètre opinion de l’humanité, à mon humble avis :)

      Sur le point 2), je suis en accord. J’aime quand l’autre est au clair et je pense que ça permet de s’éviter quelques esprits étroits. Mais, sur certaines relations (FF, relation de troisième type) sans mentir, la discrétion peut permettre de se protéger du slut-shaming (un fléau que vivent beaucoup trop de femmes).

      Sur le point 3), je te suis « à l’envie ». Pour ma part, j’aime coucher le « premier soir où je peux » (qui est rarement le premier soir effectif). Parce que ça m’emmerde qu’on me séduise pour mes fesses, comme si c’était quelque chose à gagner par la séduction. La séduction est une collaboration qui se poursuit, pour moi, bien après la première partie de jambes en l’air (ou même le mariage, etc..). Les histoires de fesses sont les histoires de fesses. Elles n’ont pas à jouer dans la séduction. En revanche, le refus doit être respecté tant par les femmes que par les hommes. La crise d’hystérie, c’est de la pression qui vise à faire flancher le consentement, je ne la défendrais pas. (Même si la colère n’est pas l’hystérie, l’hystérie est une maladie complexe, mais ce n’est le sujet )

      Je pense que la problématique est différente. Les femmes vivent deux pressions antinomiques et conjointes : celles d’être sérieuse et celle d’être « libérée sexuellement » dans tous les cas ça sert l’adage « vierge VS putain ». Nous ne sommes pas encore dans une libération.
      Quant à l’habituation des hommes, je pense qu’il y a deux groupes : les humanistes, qui considèrent l’humain comme un être indépendant avec son propre parcours et le respecte en tant que tel (homme comme femme) et ceux qui attendent que la femme répondent à des critères précis de féminité (vierge VS putain) et refusent de se séparer de l’image (patriarcale des femmes).

      Quand tu dis que ce qui te gène, c’est le mensonge : tu prends l’autre en tant que Sujet à part entière qui a une responsabilité de transparence dans une relation.

      Là, où le premier groupe d’hommes s’arrêtent pour écouter ce que les femmes ont à dire d’elle-mêmes, le second reste dans une idée masculine des femmes et ne les écoutent pas en tant que Sujet.

      Merci pour ton retour, qui est on ne peut plus pertinent :)

  • Julie | 25 octobre 2014

    Salut Anashka! Merci pour cet article, ça fait des semaines que je me pose la question de la fille facile et je n’en suis pas arrivée à la même conclusion que toi.
    En ce qui me concerne, ma définition de la fille facile serait une fille qui ne passe pas par la case séduction, donc pas de jeu, c’est tout de suite du « tout-cuit ». Elle montre son accessibilité et son accord pour aller plus loin sans se cacher. Attention, une fille n’EST pas facile par nature forcement. On peut être facile un soir, et pas le lendemain ou pas avec quelqu’un d’autre. Mais si une fille l’est constamment il y a de quoi se poser la question: que recherche-t-elle? De quoi as-t-elle peur? Parce que se comporter toujours de cette manière n’est pas valorisant, et cette fille doit avoir une piètre estime d’elle-même.

    Je m’explique. Pour moi la séduction est valorisante parce qu’on entre dans un jeu avec une personne qui nous plaît et qui nous montre son intérêt pour nous. On se sent apprécié(e), on prend confiance car si on aime les qualités de la personne qui nous plaît on est flatté(e) qu’il nous manifeste de l’intérêt. Sans séduction, on ne sait pas si on intéresse vraiment l’autre, on ne montre rien de soit on est comme un objet et c’est plutôt avilissant. D’ailleurs l’autre en face le ressent pareil à mon avis »Est-ce que cette fille s’intéresse à moi? Non, elle a juste envie de se faire troncher et c’est tombé sur moi. C’est tout. Je me sens pas particulièrement fier » Le mec ne sent pas valorisé non plus, pas étonnant qu’on ne s’attarde pas sur une fille facile…

    Qu’en pensez-vous?

Commenter