L’Amour vu par les hommes

Par 6 Nov 2012 8 Commentaires

lamour-vu-par-les-hommes
Cela faisait longtemps que je n’avais pas laissé la parole aux hommes sur séduireunhomme.fr. Pourtant, leur avis compte. C’est à travers lui que nous apprenons à mieux les connaître. Des membres de ArtdeSéduire.com ont bien voulu répondre à mes questions sur l’amour. Voilà ce qu’ils en pensent, et c’est plutôt surprenant.

C’est quoi, pour toi, l’Amour ?

 

P.Léon-Nasme: Une maladie mentale.

Nananananaaaa : C’est aimer quelqu’un comme on s’aime soi-même. C’est-à-dire exiger les mêmes choses de l’autre que de soi-même, lui vouloir autant de bien qu’à soi.
C’est vraiment un sentiment désintéressé.

Rétyrgit : Pour faire court que c’est un sentiment qui unit deux personnes. Il leur donne envie de tout partager et de construire quelque chose à deux.

The devil : L’amour, au-delà du procédé biochimique qui se produit dans notre cerveau, est, pour moi, un sentiment de bien être qui me dit que quoiqu’il arrive ce n’est pas si grave…

Silver : C’est de la pure folie !
On se sent incandescent, on comprend mieux l’expression « brûler pour quelqu’un ».
(D’ailleurs, on est capable de le faire lorsque l’on est amoureux.)

Si je devais en donner les symptômes : 
1- Questionnements abondants.
2- Angoisse en présence ou non de l’être aimé.
3- Fragilité psychologique apparente.
4- Un sentiment exquis qui fait planer.
5- Irrationalité omniprésente quand on en parle à l’individu.

Être amoureux et aimer, c’est pareil ?

Nananananaaaa : Ouaip.

The devil : Non, on ne peut aimer quelqu’un sans être amoureux. Enfin je crois, ou j’ai raté un truc dans ma vie ?^^

Raimiz : On peut aimer un ami au point d’être vraiment mal en cas de « rupture » -ou de décès- sans en être amoureux du tout ! Ce n’est pas chimique, donc bien moins volatile comme forme d’amour.

Maiz : Non, être amoureux c’est un état, aimer c’est une action. En gros, on sait si on est amoureux, mais on aime par nos actes.

Silver : Non. A mon sens, « être amoureux » à une connotation enfantine. Comme si être amoureux n’était pas quelque chose de colossal, de profond. Alors qu’ « aimer » serait quelque chose d’immense, intense et fondamental.

Derek : Être amoureux ça voudrait dire être dans un état dont on ne contrôle rien. C’est triste mais beaucoup d’hommes peuvent être amoureux. Mais peu d’entre eux osent aimer dans un réel rapport à l’autre.

Comment sais-tu que tu es amoureux (ou non) d’une fille ?

P.Léon-Nasme : Je le sais, c’est tout.

Nananananaaaa : Quand je commence à penser à elle plus que de raison. Quand, malgré toutes les belles filles que je peux côtoyer, c’est toujours avec elle que j’ai envie d’être. Quand je commence à aimer ses défauts, etc. Quand elle devient unique à mes yeux, en fait

Life Thougths : Entre autre, lorsque je ressens une éventuelle tristesse chez elle, et que ça me touche vraiment.

The devil : Aaah cette question.. ! Je crois que le plus difficile pour un homme ce n’est pas de comprendre qu’il est amoureux, mais c’est de l’accepter…C’est comme s’il fallait que ça nous saute aux yeux pour qu’on l’admette/accepte.

Attention les yeux : Quand je me sens vraiment vivant. Que je suis bourré d’énergie en sa présence. Que tous les soucis s’envolent. Que je me surpasse. Que je la trouve différente, meilleure que la plupart des autres femmes.

Silvers : Je le sais quand je pense uniquement à elle sans aucune raison.
Les autres, je couche (ou non) avec sans me poser de questions sur elles.

Qu’est-ce qu’il fait que tu t’engages ou non avec une fille ?

Nananananaaaa : Si je l’aime je m’engage, sinon, non.

Derek : Je dirai si elle me propose de la créativité chaque fois que je la vois. Son sourire, sa maturité, son énergie de tous les jours, sa taquinerie, la complicité entre nous, sont des choses auxquelles j’accorde beaucoup d’importance pour une relation longue.

Attention les yeux : La soif de découvertes, d’expériences, l’envie d’être avec elle. Si vous voulez un peu plus de précision, une fille originale ,souriante, perspicace, cultivée, …

Raimiz :  L’entente physique ET psychologique ET une possibilité de futur. Autant dire que ça arrive tous les 36 du mois.

Rétyrgit : Elle correspond à mes critères. Il faut qu’elle ait un certain intellect, des valeurs qui me correspondent… Et, qu’elle me rende heureux.

The devil : Rien ! Je ne suis pas de ceux qui planifient leurs relations. Si je suis amoureux, je fonce et tente ma chance pour conquérir son cœur..

Silver : Je m’engage avec une fille uniquement si elle me résiste. Je veux que chaque jour je sois un défi pour elle et elle, un défi pour moi. [Le défi étant : « Re-séduis l’autre »]

Maiz : La stabilité, l’unicité, parce que c’est CETTE personne qui m’attire et pas une autre.

Qu’est-ce que tu aimes dans l’Amour ?

Nananananaaaa : C’est cool de se sentir unique pour l’autre. Quand tu vois que ta nana te regarde comme si t’étais le seul homme valable sur terre, qu’elle est prête à faire n’importe quoi pour toi… Tu vois, se sentir aimé comme ça, c’est juste énorme !
Et, c’est cool -aussi- de pouvoir faire des trucs pour elle en sachant qu’elle en vaut la peine.

Attention les yeux : Le sentiment d’euphorie. La complicité unique et exclusive que l’on peut avoir. Les liens qui se créent. Le partage, les petits délires et habitudes, gestes et marques d’affection…Toutes ces petites choses qui n’ont l’air de rien, mais qui forment un univers à nous .

The devil : Quand on est réellement amoureux, je ne pense qu’il y ait une chose particulière que l’on aime dans le couple, mais plus le couple dans sa globalité. En quelques mots : être avec la personne que j’aime. 

Silver : La proximité et …. la destruction.
On peut passer de très très bons moments dans un couple. Mais, jusque là, je n’ai pas connu le grand amour malgré ces bons moments. C’est pour cela que lorsque la relation se termine, j’aime la destruction. La destruction me fait avancer et me remettre en cause. Ainsi, celle (si elle existe !) avec qui je passerai une existence heureuse et longue pourra profiter d’un homme d’expérience qui sera à sa hauteur.

Amour et bonheur, une nécessité ?

Derek : Bah disons que c’est le but de la vie. Donc, à première vue, oui ,c’est une nécessité. Je crois, cependant, qu’il y a un mensonge communément admit consistant à penser que l’on devrait être heureux en non-stop. C’est faux. Par ailleurs, on voit les couples solides dans leurs manières de traverser les épreuves, pas dans les moments où tout semble aller. Et dans ces moments là si le couple parvient à être créatif : c’est le gros lot.

Nananananaaaa : Carrément, personne ne peut être heureux sans ça.

Attention les yeux : Difficile de répondre à ta question… Si on peut être heureux, c’est tant mieux. Mais traverser les épreuves ensemble, ça rassemble cela dit. Il n’y a pas de bonheur en continue. Pas de malheur non plus. On compose selon ce qui se présente

P.Léon-Nasme : Non, mais ça devrait.

Rétyrgit : Oui. C’est d’ailleurs un de mes critères de rupture. A quoi bon rester ensemble si la relation ne nous offre plus de bonheur ? Après je suis d’accord avec Derek, tout n’est pas rose tous les jours. Mais il faut que ces moments difficiles soient au minimum contrebalancés par des moments de joie.

Silver : Ça va de paire.
Même dans les moments où les faits extra-conjuguaux viennent assombrir la flamme d’un couple (un décès, des factures impayées, X mauvaises nouvelles..), la flamme doit encore briller de plus belle. Autrement, ça n’est pas de l’amour, mais de l’égoïsme. Comment peut on affirmer qu’une personne est amoureuse si à la moindre contrainte rien ne va plus dans le couple ?

C’est quoi, pour toi, une histoire saine ?

Rétyrgit : Une histoire dans laquelle il n’y a pas de tabous, il y a une confiance réciproque, et où le bonheur de chacun est de mise.

Silver : A mon sens, puisque déjà vécu; une relation sincère, sans mensonges. Ça marche véritablement bien. C’est dingue.

Derek : Une histoire saine, c’est une histoire de confiance principalement. Pas de doutes sur la fidélité de l’autre. Mais aussi la confiance en la capacité de se réinventer, d’aller chercher de nouvelles expériences… Bref, avoir confiance au fait que les deux se battent pour avoir le meilleur couple possible.
Une histoire saine demande de la communication. La vraie ! C’est-à-dire : être capable d’avoir des conversations intéressantes, de se dire les choses qui interrogent, et ce, sans jugement. Bien sûr, il faut, pour cela, être à l’écoute et de savoir humblement se remettre en cause.
Enfin, une histoire saine c’est aussi une histoire de sexe.
Bien évidemment il y a d’autres qualités pour une histoire saine ! Mais confiance-sexe-communication me semblent les trois piliers essentiels de 99% des histoires.

Nananananaaaa : Typiquement ce serait un truc où l’un n’en fait presque jamais plus que l’autre à n’importe quel niveau. Une histoire où il y a « Je », « Nous » et « Elle », et pas seulement l’un des trois, ou deux des trois.
Et aussi, à fortiori une histoire où on devient amis après la rupture.

Rétyrgit : Une histoire dans laquelle il n’y a pas de tabous, il y a une confiance réciproque, et où le bonheur de chacun est de mise.

Silver : A mon sens, puisque déjà vécu; une relation sincère, sans mensonges. Ça marche véritablement bien. C’est dingue.

Et pour vous, c’est quoi l’amour ? Comment auriez-vous répondu à ces questions ?

Anashka,
Remerciement à tous ceux qui ont participé.


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (8)
  • Noiram | 6 novembre 2012

    Très intéressants ces points de vue masculin!
    J’aime beaucoup les analyses de Derek (peut-être parce que c’est le genre d’analyse que j’aime voir chez un homme). Merci encore à toi Anashka d’avoir été à l’initiative de cet article!

  • Louve-oméga | 6 novembre 2012

    Je reconnais bien la les membres d’ADS ,tout en douceur :)

    • Anashka | 7 novembre 2012

      Oui, c’est agréable de les lire sur un sujet comme ça ^^

  • Superbrunette | 10 novembre 2012

    bravo les mecs !

  • Cédric | 19 novembre 2012

    Bel article en effet !

    Anashka, étant l’une des rares expertes en séduction de la communauté, pourrais tu, au nom des hommes qui lisent ce blog (et il y en a), répondre toi même à ces questions ?

    Je pense qu’il serait intéressant de comparer un point de vue féminin. Bien sur, les avis de chacun sont les bienvenus dans les commentaires.

    • Anashka | 20 novembre 2012

      Je reste un peu prudente à répondre. Même si certaines lectrices me connaissent assez bien, force d’échange, j’aime pouvoir être un peu discrète sur mes points de vue. Ma parole n’est pas parole d’évangile. Et, ma perception de l’Amour est très… particulière.

      Et comment séparer ce que je pense de l’Amour en général : force de lectures, réflexions en écrivant mes articles, et rencontres ici.
      Et, ce que je pense de l’Amour, pour moi. La fille derrière de PC, qui a un autre nom, et sa propre vie amoureuse, ses propres difficultés, son propre passé, ses angoisses, ses pensées limitantes, ses Contes de fées, etc…

      Pour le coup, je ne sais pas si je suis claire…

      • Cédric | 20 novembre 2012

        Si c’est assez claire, je comprend que tu souhaites aussi te protéger. Tout comme le psychologue ne donne pas son avis, mais analyse et répond de la façon la plus objective possible.

        Et puis le « moi aussi j’ai mes propres problèmes à gérer », c’est aussi rassurant d’un côté pour nous lecteurs, on a chacun nos ptites angoisses, expert ou pas.

        Pour autant, lisant tes articles régulièrement, je trouve ton point de vue sur l’Amour en général très intéressant, tout comme tes conseils. Et je suis sur que cela fait évoluer également de façon positive ta vision personnelle de l’Amour.

  • Bodhii | 21 novembre 2012

    Je viens de lire la Newsletter (Que je reçois parfois sans comprendre pourquoi d’ailleurs, pas grave !)
    J’ai envie d’ajouter ma pierre à l’édifice tant le sujet me parle là. Je sais que le sujet ici est consacré à la perception simple donc efficace des hommes en terme d’amour. Mais je l’occulterais volontairement dans un premier temps pour y répondre plus précisément après.
    J’introduirais d’abord le fait que l’amour est selon moi un ensemble de facteurs EMOTIONNELS puissant qu’on ne cesse jamais de remettre en question pour la simple et bonne raison qu’il est le seul des pouvoirs – considéré d’ailleurs par beaucoup comme étant magique – qu’un homme (ou une femme) seul(e) ne peut apprivoiser. L’amour, un modèle perceptuel puissant donc, mais aussi largement répandu puisque totalement naturel, combinant l’exaltation de nos 5 sens (à l’instar de la musique pour l’audition, des arts graphiques pour la vue, ou bien même du cinéma pour l’ensemble de 2, par exemple.) MAIS force est de constater du coup, qu’apprivoiser SEUL(E)S cette multitude de don que la nature nous offre sans aucun mode d’emploi est impossible. Même avec un mode d’emploi – que ce type de communauté tente d’élaborer – c’est délicat. Nous pouvons en être les chefs d’orchestre, oui. Les réalisateurs, aussi. les scénaristes TOTAL aussi mais jamais UNIQUE. C’est au moins à deux qu’on y parvient. N’avez-vous d’ailleurs jamais remarqué toutes ces interactions homme/femme sobres (càd : ni alcoolisés, ni drogués, donc chimiquement équilibré) qui débouchent sur une relation sexuelle s’expriment SYSTEMATIQUEMENT par un jeu de séduction (émotionnel) de Dominé/Dominant ? Je défie quiconque de me prouver le contraire. Mais Jami… quelle est alors la différence avec les rapports dominé/dominant entre les mâles et ceux entre les femelles me direz vous, et surtout en quoi cet exemple du jeu de séducion (dominé/dominant) trouve t-il sa place dans les questions simples et concrètes d’Anashka ? Ah mais en voilà une question intéressante les filles, venez dans mon camion et je vous explique tout. Je pense que c’est un des multiples rapport de force et donc EXSISTENTIEL de l’autre partie de notre cerveau – la gauche, RATIONNELLE – (de territoire, de statut et de pouvoir) une partie importante et différente pour TOUS sur laquelle je compte justement m’étendre un peu maintenant pour mieux répondre aux questions d’Anashka et mettre en exergue les différentes et principales façons dont elle s’exprime chez les hommes par rapport à la façon dont elles s’expriment chez les femmes en matière d’amour.

    Ensuite donc, il est absolument indispensable pour moi de souligner l’importance de cette autre partie dite « RATIONNELLE » du cerveau, dans une société où les valeurs, les contraintes, l’éducation et tout autres types de considérations logistiques ou cognitives changent à chaque instant. Certaines de ces vertues, qui nous échappent totalement à l’image des contraintes gouvernementales (impôts, éducation nationale, boulot, droits et devoirs en tout genre) font pencher la balance et force l’activation d’un des seuls échappatoire que le cerveau peut se targuer de contrôler presque entièrement : La satisfaction de imagination, de notre plaisir, de nos sens, ou en d’autres termes et bien plus majoritairement : L’amour. Nous courons perpétuellement tous (ou presque) après. Et si toute la partie logique de la vie change à chaque instant (environnement, responsabilité, statu et cercle social) force est de reconnaître que pour singulariser pleinement notre passage sur cette planète, trouver l’équilibre se résignerait aujourd’hui presque à garder le contrôle total de nos émotions en échappant à la partie aliénée de notre cerveau grâce à l’amour.
    D’ailleurs, ça n’a strictement rien à voir avec l’amour, mais on sous-estime l’importance du corps-caleux dans les problèmes psychologiques, social et surtout scolaire actuels. Il faut savoir que le corps-caleux contribue à l’équilibre et la fluidité de communication entre les 2 parties du cerveau. Je veux dire par là et revendique d’ailleurs clairement que la société actuelle, si compliquée de sens et gourmande de contraintes, devrait interdire à ses médecins de se contenter d’injecter de la dopamine, de la sérotonine ou tout autres types de substances chimiques – favorisant la sécrétion naturelle d’hormones dans un cerveau EMOTIONNEL – qu’on pourrait libérer naturellement. Se l’interdire AU MOINS APRES avoir arrêté de nous bercer d’illusions et désillusions (comme avec le père noël ou de la petite souris, par exemple.) stimulant UNIQUEMENT la partie émotionnelle de notre cerveau, et, par extension, négligeant le développement du corps-caleux assurant quand même quasiment à lui seul le transfert d’informations entre les deux hémisphères. Ce qui pourrait résoluement favoriser la rationalisation, la congruence, le discernement, la communication (verbale ou gestuelle) et surtout surtout, ça c’est pour vous les filles : défavoriser l’éjaculation précosse. Bon putain stop, j’arrête. Je réponds aux questions d’Anashka demain, j’me tire dormir parce que vraiment, j’ai pas envie de louper le marchande de sable.

Commenter