Comment les hommes s’attachent-ils ?

Par 11 Oct 2012 165 Commentaires

comment-les-hommes-sattachent-ils
Vous avez déjà remarqué que tous les hommes aimés ne se sont pas investis de la même manière dans la relation. Certains, bien qu’amoureux, semblaient la fuir. D’autres vous étouffaient de leur amour. De même, vous et vos amies ne vivez pas -forcément- les relations de la même manière.

Nous avons déjà parlé de la palette des styles amoureux. Vous vous souvenez ? Mania, Ludus, Storge… [Ici, l’article, pour celles qui seraient passées à côté]. Ces styles amoureux se forment sur notre manière de nous attacher à l’autre.

Comme disait Manu Chao, « Pourquoi même quand les gens s’aiment, il y a toujours des problèmes ? ». Peut-être parce que nous nous aimons de manière trop différente.

A propos de l’attachement

L’attachement est un besoin primaire présent tant chez les animaux que chez l’homme. Chez les animaux, on parle de réflexe d’agrippement.

Vous voyez quand le bébé singe ne décolle pas de sa mère ? Qu’il recherche son contact ? C’est cela, le réflexe d’agrippement. Ce besoin de tendresse, de câlins, de peau à peau avec maman singe.

Les scientifiques ont fait plein de recherches avec les singes. Notamment, les séparer de leur mère et leur donner ou non des substituts. Sans rentrer dans tous les détails de cette expérience, on pourrait caricaturer ainsi :

    • Les singes sans substitut séparés trop tôt de leur mère s’en sortaient vraiment mal : décès.
    • Les singes avec un substitut de type nounours s’en sortaient un peu moins mal… mais réussissaient moins bien leur vie de singe
    • Les singes avec maman étaient, évidement, ceux qui s’en sortent le mieux.

 

Nous sommes comme les bébés singes (Les poils en moins). Nous construisons notre relation à l’attachement dans l’enfance, auprès de nos parents. Le père ayant un rôle aussi déterminant que la mère. Et, plus cette relation sera sécurisante, plus nous vivrons simplement les histoires d’amour qui parcourront notre vie.

Si, en revanche, pour des millions de raisons, notre enfance se complique, notre relation à l’autre (et donc aux mecs) se compliquera aussi.

On décrirait trois types d’attachement :

    • attachement sécure
    • attachement anxieux
    • attachement évitant

 

Ce ne sont pas, pour moi, des catégories hermétiques. Il existe un continuum allant de l’attachement évitant à l’attachement anxieux à l’attachement évitant. Et, un attachement parfaitement sécure me paraît idéaliste.

Attachement anxieux

« J’ai toujours l’impression que l’on va me quitter. J’ai vraiment peur que cette relation ne marche pas, que l’on finisse par m’abandonner ».

L’attachement anxieux est caractérisé par un besoin important de soins et d’attentions de la part du partenaire (valable aussi en amitié). Parallèlement, l’attaché anxieux doutera de la volonté de son partenaire à répondre à cette attente.

Les attachés anxieux sont relativement dépendants dans la relation. Ils la perçoivent comme un radeau les sauvant de leur angoisse d’être mal-aimé. Pourtant, ils n’ont pas tout à fait confiance dans leur radeau, et surveillent la moindre fuite, de peur que l’embarcation ne lâche.

L’attaché anxieux vit beaucoup d’émotions négatives. Il est envahi par des pensées incontrôlables, prolongées et négatives.

Vous voyez ces ruminations que l’on a ?

« Est-ce qu’il m’aime vraiment ? Est-ce qu’il m’aime autant que je l’aime ? Mais s’il a encore le numéro de son Ex dans son portable, c’est peut-être que je ne compte pas tant que ça ? Pourquoi répond t-il aussi sommairement à mes messages ? »

On a tendance à croire que plus on réfléchit à nos histoires passées, mieux on les digérera. Alors que, chez l’attaché anxieux, ces ruminations ne le font aller que de plus en plus mal.

Les hommes sont tout autant concernés que les femmes par ce type d’attachement et par la peur d’être abandonné qui va avec. Mais, chez eux, cela se manifeste par un comportement agressif, impulsif, antisocial, boudeur, protestataire, critique ou dédaigneux.

Attachement évitant

Nous pouvons sans trop de culpabilité les surnommer les handicapés émotionnels. Surtout quand l’un d’eux a cru que notre cœur était un ballon de foot. En gros, ce sont ces mecs (ou nanas) qui fuient leurs émotions. Autant les positives que les négatives.

Dans la relation amoureuse, ils ont peur :

    • de l’intimité psychologique
    • d’être étouffés
    • que l’autre les empêche de poursuivre leurs objectifs

 

L’amour n’est pas pour eux un but à poursuivre. Car, comme dit une amie évitante « ça prend du temps, ça prend la tête… franchement, il y a vraiment mieux à faire ». Heu, quoi ? Quelqu’un m’explique ?

Ils mettent souvent terme aux relations fortes et s’appesantissent sur des relations plus tièdes. En voilà une bonne manière de ne pas se confronter à ses émotions !

Quand ils souffrent, ils choisissent des stratégies centrées sur la distance, le contrôle émotionnel, et se refusent à demander du soutien. Des barrages, des murs, du béton armé autour du cœur… Ils mettent toutes leurs pensées émotionnelles sur OFF , minimisant ce qu’ils ressentent et laissant les problèmes en l’état.

Si, consciemment, les évitants souffrent moins d’une rupture, ils développent plus de maladies somatiques et ont un moins bon système immunitaire. Et c’est bien fait ! Qui ne s’est pas fait briser le cœur par un évitant ?

Attachement sécure

« Je suis heureuse dans ma vie. Mon mec et moi avons trouvé le parfait équilibre entre proximité et jardin secret. Tout va bien, j’ai confiance en moi et en lui… Nous sommes heureux, il ne manque plus que le labrador et les deux bambins blonds et on pourra tourner des pubs pour du café »

Jalousie mise à part, ce sont ceux qui ont une relation « « saine » » à l’attachement. Ils se savent aimables. Ils ont confiance en eux et en leurs histoires.

Ils n’ont :

    • ni les tares des anxieux (peur de l’abandon, collage, rupture insurmontable, tendance dépressive, ruminations)
    • ni les tares des évitants (peur de l’intimité, fuite émotionnelle, peur des autres, de la dépendance).

 

Bref, on est contente pour eux. On sait que c’est un objectif à avoir (comme la taille 36) mais on se demande si ce n’est pas un peu un mythe. L’équilibre parfait, lisse et propre… bien comme il faut… J’ai des doutes…

Les sécures, une réalité ?

Je ne peux n’empêcher de penser CONTINUUM. L’idéal serait d’atteindre quelque chose de sécure. Une espèce d’équilibre entre l’évitement et l’angoisse. Mais existe-t-il quelqu’un de parfaitement sécure ? Ce n’est pas moi, en tout cas.. Et je ne le vis pas mal. Na !

Surtout que les comportements sortant un peu des sentiers battus confèrent d’autres qualités.

L’indépendance chez les évitants. Grâce à laquelle ils vivent de belles carrières, des voyages, ont du temps pour apprendre… C’est parmi eux que j’ai rencontré les personnes les plus ouvertes au monde (pas aux gens, au monde.)

La sensibilité chez les anxieux. Je pense que les grands poètes ou écrivains de tous les temps sont de grands anxieux. Qui dit ruminations dit aussi pensées sur les émotions, tentatives de compréhension, d’expression. Peut-être rencontrons-nous parmi les anxieux les philosophe (les ruminants intelligents) et les psychologues…(et ceux qui tiennent des blogs sur l’amour).

Compatibilité amoureuse

Oui, on y vient, aux correspondances amoureuses.

Secure-Sécure : Ils ont heureux. Tous mes vœux.

Sécure-Evitant : A la limite, si le sécure est très confiant en sa capacité d’être aimé, s’il a une vie riche et épanouie hors-couple, ça peut tenir. Il pourra même redonner confiance à l’évitant qui le sera peut-être de moins en moins.

Secure-Anxieux : Si l’anxieux arrive à formuler ses angoisses et le sécure à les entendre ; si le sécure parvient à rassurer l’anxieux… L’anxieux pourra gagner en confiance et la relation pourra marcher.

Evitant- Evitant : Bah, ils s’évitent mutuellement… Donc, bon. Sur un malentendu, ils peuvent parfois se croiser dans le salon pour s’aimer un peu… Encore que.

Anxieux-Anxieux : Étrangement, ça peut le faire. Un couple forcément très fusionnel, qui s’entre-étouffe un peu… mais qui partage les mêmes peurs, les mêmes angoisses. Ils se comprennent et peuvent mutuellement se rassurer. Bref, ils vivront une relation forte.

Anxieux-Evitant : Heu…lol. Oui, on a TOUTES -ou presque- eu une histoire de ce type. Si on est l’anxieuse, on psychote sur les sentiments de l’autre, on l’envahit, on lui demande de plus en plus d’attentions, de preuves… Et, l’évitant se sent étouffé, envahi. On le force à se tourner vers ses émotions et il fuit de plus en plus l’intimité du couple.

A ne surtout pas louper si vous êtes masochiste.

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut changer. Ne serait-ce qu’en prenant conscience de notre mode de fonctionnement et de celui de l’autre. Le deuxième pas serait de formuler à notre partenaire nos angoisses, nos craintes (d’abandon ou d’étouffement)… Ensemble, ensuite, nous pouvons trouver des manières de faire. Nous pouvons « ré-inventer l’amour » (c’est beau, c’est de Rimbaud).

En attendant de trouver le Merle Blanc, Mesdames, si vous êtes anxieuses, fuyez les évitants.

Et vous, quel est votre type d’attachement ? Avez-vous déjà rencontré quelqu’un qui fonctionnait totalement différemment de vous ?

Anashka,
anxieuses-névrosés- mais ça lui va bien.


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (165)
  • Reveuse64 | 11 octobre 2012

    Super cet article Anashka…

    Pour ma part j’ai navigué pendant des années dans le style « anxieux », jusqu’à ma rencontre avec un « Evitant » il y a quatre ans, mais cette relation était à vivre, je t’en ais déjà touché un mot, il a su me donner confiance en moi-même, me donner une valeur, et même s’il ne voulait surtout pas de relation à long terme, il m’a fait grandir et m’a transformée en « Sécure », un vrai « Ludus », mais un « Ludus » valorisant et non destructeur…

    Maintenant je fonctionne en « Sécure », ce n’est pas pour autant que je ne m’interroge pas sur la relation à l’autre, à son mode de fonctionnement, mais c’est dans un but ludique et non dans l’angoisse de la séparation.

    J’ai donc depuis un an une relation « Sécure » avec de nouveau un « Evitant », encore un Ludus… Et oui, mon célibataire endurcit… Nous sommes à nouveau ensemble ! Enfin lorsque je dis « ensemble », autant que l’on peut l’être avec une personne de ce type, qui éprouve des sentiments pour nous, mais… Qui… Et oui, je perturbe sa façon d’envisager sa relation à l’autre… Alors maintenant j’espère juste qu’au final il sera de plus en plus confiant, comme tu l’écris si bien… Et que nous entrerons dans une relation « Sécure-Sécure »…

    Au plaisir Anashka.

    • Anashka | 12 octobre 2012

      Merci pour ton retour.
      Normalement, s’il est bien avec toi, que tu le sécurises, tout devrais bien se passer.

      Mais, pourquoi DIANTRE, n’es-tu attirée que par des Ludus ?

      • Reveuse64 | 12 octobre 2012

        Rire, pourquoi je ne suis attirée que par des Ludus ? Humm bonne question, peut-être parce que je m’ennuie moins avec eux, qu’ils sont sûrs d’eux, qu’ils dégagent quelque chose que les autres n’ont pas, qu’ils sont d’excellents amants qui savent très bien donner du plaisir à une femme, que je suis une femme très indépendante et que donc, quelque part, ils savent que je ne les ennuierais pas pour mes petits travaux de bricolage, pour élever mes enfants ou pour régler mes problèmes financiers… Peut-être aussi, parce que j’ai envie d’un chacun chez soi, mais le plaisir de se retrouver chaque fois qu’on le désire… J’aime lorsqu’un homme est viril, maître de lui-même, je ne pourrais fréquenter un Anxieux, je ne supporte pas les personnes déprimées… Mais un Sécure m’irait très bien, si nous sommes sur la même longueur d’ondes… J’espère avoir répondu à ta question Anashka… Au plaisir.

        • Anashka | 13 octobre 2012

          Je vois le charme des Ludus, et OUI ils en ont. Après, peut-être qu’un Ludus évitant, ça commence à faire beaucoup.

  • yutsu | 12 octobre 2012

    Je pense être un mix de l’anxieux et de l’évitant a la foi^^

    Je fuit mes sentiments, mais j’ai besoin d’être rassurer sur ceux des autres.

    • Anashka | 12 octobre 2012

      Ok, toi, tu n’es pas pratique ^^

      Comment tu pourrais changer un peu ça ?

      • yutsu | 13 octobre 2012

        j’essaie de montrer mon attachement en fonction de celui de la hb, même si j’ai besoin d’être rassurer, si je voi pas d’IOI, je ne vai pas foncer droit dans le mur, je vai y aller doucement, et si quoi que se soit me dérange, je fuit même si au fond de moi j’ai envie d’être avec elle (c’est se que j’ai fait avec celle que j’essaie d’oublié).

        Je croit que ma réponse est légèrement confuse^^
        En gros je ne change pas ça, je prend juste sur moi pour me contenir

        • Anashka | 13 octobre 2012

          Non, pas compliquée à comprendre. Tu tentes de calibrer tes signes d’intérêts et ton attachement. C’est sain comme manière de faire.

  • Tom | 12 octobre 2012

    Anxieux à 342% (environ)

    • Anashka | 13 octobre 2012

      Aie… Faudrait diviser par 4. Pourquoi autant ?

      • Tom | 14 octobre 2012

        Je ne sais pas trop.
        Manque de confiance en moi, en l’autre…. La peur qu’elle se moque ou profite de moi…

        Je ne sais pas vraiment pourquoi mais cette idée ne me quitte jamais.

        • Anashka | 15 octobre 2012

          La confiance en l’autre vient avec la confiance en soi. Tu as lu « Libre, imparfait, heureux ? »

          • Tom | 15 octobre 2012

            Oui j’en conviens, mais avoir confiance en soi c’est loin d’être le plus facile!
            Autant au boulot pas de problème, je sais ce que je vaux, je fonce dans le tas…

            Autant avec les filles… c’est plus subjectif se trouver ou non à la hauteur…

            Non je ne connais pas.

          • Anashka | 16 octobre 2012

            Bah, c’est un bon bouquin…
            Qu’est-ce qui fait qu’avec certaine fille dans certaine situation tu doutes et pas dans d’autres ?

          • Tom | 16 octobre 2012

            Non non avec aucune fille.

            J’ai pas une super estime de moi, et encore moins de succès. Donc quand je me rapproche d’une fille je comprends pas pourquoi tout simplement.

          • Anashka | 17 octobre 2012

            Hum, comment ça s’est passé la dernière fois que tu as « dragué » ?
            Finalement, quand on n’a pas confiance en soi, on peut avoir confiance dans une méthode ^^

          • Tom | 17 octobre 2012

            Heuuuu j’ai jamais dragué :)

          • Anashka | 17 octobre 2012

            Bah, voilà ! La drague c’est une méthode, ça s’apprend. T veux t’y mettre ?

          • Tom | 17 octobre 2012

            Pas spécialement… enfin je sais pas lol.
            C’est sûr que pour rencontrer quelqu’un il faut s’y mettre… mais timidité, manque de confiance, et pas vraiment dans les canons de beauté du moment (même pas du tout^^) ça me donne pas la motivation à tenter^^

          • Tom | 22 octobre 2012

            Et si je voulais? Par où commencer?

          • Anashka | 23 octobre 2012

            Je te conseille à nouveau ADS (artdeséduire.com).
            Sinon, dans l’idée :
            1. Relooking/dev perso
            2. Abordage
            3. Travailler l’humour, la répartie, la discussion
            4. Savoir passer les étapes KC/FC…

            Tu veux qu’on tente de faire les choses ensemble ? Si tu veux, je peux t’accompagner là-dedans.
            ça fait longtemps que je n’ai pas coaché d’hommes, mais, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.

          • Tom | 23 octobre 2012

            Je ne sais pas trop si je suis prêt (et motivé).
            Je vais y réfléchir :) merci beaucoup

          • Anashka | 23 octobre 2012

            Je reste à ta dispo ^^

  • Lucile/kat | 13 octobre 2012

    Secure évitant : je prends note … Merci ça tombe a point nommé :-)))

    • Anashka | 13 octobre 2012

      De rien. Toi qui oscille entre sécure et évitante ?

      • Lucile/kat | 13 octobre 2012

        Moi je suis secure lui évitant mais il s améliore de jour en jour :-)))) peut être deviendra t il secure :-))))

        • Anashka | 15 octobre 2012

          Probablement, si tu le sécurises.

  • Noiram | 13 octobre 2012

    Perso je suis sécure et anxieuse, mon copain est sécure et évitant.

    On a de nouveau adoré ton article. ^^

    Comme toi, nous pensons que le sécure est un idéal. Mais nous avons essayé de déterminer comment on pouvait s’en approcher.
    Si le sécure n’était qu’un évitant ou un anxieux qui a assez de recul sur lui-même et son couple, pour sortir de son état premier?
    Si c’était une personne qui a accepté de reconnaître ses erreurs passées, et a accepté de reconnaître que certaines de ses relations ont aussi foiré à cause de lui / elle?
    Si c’était tout simplement la reconnaissance même d’un couple qui marche, pouvoir se parler de ses craintes ou inquiétudes et savoir que ça ne fera pas fuir l’autre, ou bien accepter que l’autre est une période « grotte et ours » sans pour autant s’inquiéter sur ses sentiments. Voyez-vous l’idée?

    PS : évitant – évitant, ça peut très bien marcher! Au contraire, ils se comprennent tous les deux et ne vont pas s’inquiéter pour rien.

    PPS : suis-je la seule à avoir l’impression que les filles ont une tendance anxieuse et les garçons une tendance évitante? (Même si moi-même je suis parfois évitante ^^)

    • Anashka | 13 octobre 2012

      Je te suis complètement sur « idéalisme d’une relation parfaitement sécure », on a tous une tendance. Elle est plus ou moins marquée et on a pris plus ou moins de recul vis à vis d’elle. De même, la communication dans le couple est plus ou moins constructive.

      En revanche, pour connaître des évitants, s’ils se retrouvent avec quelqu’un qui leurs ressemble, il ne crée pas de relations. Ou un truc tellement tiède, avec tellement peu de sentiments qu’ils s’ennuient et fuient.

      Pour les tendances, c’est possible. J’ai l’impression mais vraiment pas de certitudes.

  • Meyrana | 13 octobre 2012

    En couple, j’ai toujours été totalement secure, et c’est bien le problème : je ne me suis jamais sentie menacée d’être quittée/trompée/malmenée au contraire, c’est toujours moi qui ai mené la barque et qui ai pris le large. Résultat, quand je rencontre quelqu’un d’aussi solide que moi, capable de me tenir tête sentimentalement, je flippe totalement. Mais ça ne m’arrive pas souvent :p

    • Anashka | 13 octobre 2012

      Oui, mais c’est ça qui fait pencher la balance vers un mec, non ?

      (Contente de te revoir, tu vas bien ?)

  • Summer | 17 octobre 2012

    Salut Anashka, je t’expose mon problème puisque je n’y vois aucune solution.. en espérant que tu puisses m’aider

    Voilà, ça fait plus de 2 mois que je suis avec Charles* ,au début lors de « la phase de séduction » il m’avait clairement dit qu’il ne cherchait pas de relation sérieuse mais j’ai laissé passé. Maintenant, je viens chez lui, je connais la plupart de sa famille et son meilleur ami et bref nous apparaissons vraiment comme un couple. Cependant, lors d’une discussion par sms, il me demandent comment vont mes amours (étrange non?) ,je lui réponds que je ne vois que lui et que ce n’est pas mon genre d’aller voir ailleurs et je lui repose la mm question (et toi, les amours?) ,il me réponds qu’il ne voit plus que moi.. puis il me dit que je suis libre d’aller voir ailleurs et que je ne lui appartient pas.
    Je sais qu’il a vécu une relation d’extrème jalousie avant moi (il ne me l’a pas dit de lui meme) mais que dois-je penser de tout ça?
    Est-ce qu’il me considère comme sa copine? Je ne sais plus me situer par rapport à lui

    (J’ai 17 ans, il en a 19)

    Jespère que tu auras pris le temps de me lire, merci d’avance. Bisous

    • Anashka | 17 octobre 2012

      C’est le genre de situation compliquée… Tente, histoire de voir sa réaction, de lui dire que tu as un rencard. Tu seras s’il parle de « pas sérieux » parce que c’est réellement ce qu’il ne veut pas ou parce qu’il a peur. Si c’est un très grand évitant, ça va rester compliqué…

      • Summer | 24 octobre 2012

        Je reviens à nouveau vers toi pour de nouvelles interrogations,
        Je pense que c’est sérieux avec Charles* ,il me le prouve de plus en plus. Maintenant je sens comme du « manque de désir » .. au début, lors de la phase de séduction, il me demandait souvent ce que je faisais, il me disait bonjour dès qu’il se réveillait etc..
        Lorsqu’on est ensemble, on s’entend extrêmement bien et je sens qu’il aime être avec moi.. mais quand on est pas ensemble (et ça, depuis la discussion où il disait que je ne lui appartenait pas),j’ai l’impression de moins lui manquer qu’avant, il ne fait plus l’effort de me dire bonjour le matin et peut parfois se passer de me parler alors qu’avant ce n’était pas le cas.
        J’aimerai qu’il se dise encore que je ne suis pas acquise, et qu’il « cours » toujours après moi..

      • Summer | 24 octobre 2012

        J’ai peur que ça devienne un « on se voit pour passer du bon temps » ,j’ai peur qu’il n’y ait pas de réel amour

        • Anashka | 25 octobre 2012

          Est-ce qu’il t’a parlé de sentiments ? Est-ce qu’il t’a dit qu’il t’aimait ?
          Sinon, regardes l’article « comment faire tomber un homme amoureux » ou encore « que faire quand il prend de la distance », peut-être y verras tu des premières pistes de réponses.

          L’idée, c’est qu’il ne faut pas que tu lui montres, pour le moment plus d’attention qu’il ne t’en donne. Que tu lui fasses sentir que tu n’es pas acquise, pour qu’il vienne vers toi, par peur de te perdre :
          – ne répond pas à tous ses messages
          – sois présentes quand tu le vois, mais ne cherche pas les rencards…
          – quand vous êtes ensemble, il prend un peu de distance, prends-en aussi…

  • Cam | 19 octobre 2012

    Clairement : J’ai été l’anxieux qui a aimé un évitant.
    C’est mon article préféré celui la Anashka ;) !

    Mais quand je lis, mon ex me manque ( pendant 5 minutes, rassure toi :) ).

    Non sincèrement, il m’as fait comprendre des choses cet article. MERCI.

    • Anashka | 21 octobre 2012

      J’ai l’impression que c’est un schema que l’on retrouve souvent… On va finir par approuver l’idee selon laquelle les femmes seraient majoritairement anxieuse et les hommes evitants.

  • Cédric | 21 octobre 2012

    Excellent article, vraiment, merci ! On apprend beaucoup de choses et on se sent moins seul d’un coup (et oui je suis un homme). Je suis moi même anxieux et j’essaye de travailler dessus mais tant que l’on n’a pas la cause exacte, pas évident de trouver le remède. Tu apportes une partie de la réponse dans ce bel article.

    Pour approfondir, aurais tu quelques ouvrages à conseiller ? Pas de manuel de dragues (j’ai déjà testé et bien que ce soit positif, je ne pense pas que cela soit le cœur du problème) mais plutôt sur l’origine de ces comportement, le rapport aux parents, l’enfance, des choses comme ça que tu expliques rapidement en intro. D’ailleurs, toi même, quelle a été ta source de connaissance, uniquement l’expérience, certaines lectures peut être ou autre ?

    Dans tout les cas, merci !

    • Anashka | 21 octobre 2012

      Soit : « petit guide de l’amour heureux »  » pourquoi les hommes sont laches et les femmes imprevisibles ? »
      Tu peux aussi tabler sur la psychologie, l’analyse transactionelle est pas mal…

      • Cédric | 21 octobre 2012

        Merci, je vais regarder ça de près !

        • Julien | 21 octobre 2012

          Pour des problèmes d’anxiété, de confiance en soi, je te conseille l’ouvrage « comment utiliser pleinement votre potentiel » de Bruno Lallement.
          Ce livre de développement personnel est un bijou.
          Il y aborde tout les thèmes sur le manque de confiance en soi, l’anxiété, le conditionnement lié à l’éducation, à notre histoire avec beaucoup de pragmatisme et non avec des formules de philosophies toutes faites.

          • Cédric | 22 octobre 2012

            Merci beaucoup Julien, je vais aller en feuilleter quelques pages en magasin.

  • nyny0309 | 21 octobre 2012

    super cet article ca aide a comprendre pa mal de truc!!! notament mon copain qui est plus evitant, et moi anxieuse ehh oui!!! mais jme soigne;) jpense que quand un anxieux est avec un evitant, faut vraiment prendre sur soi, pas trop lui faire voir les angoisse , les questionnement faire sa petite vie tout simplement meme si cest pas simple….cest vrai que toujour dans le doute vis a vis de ses sentiment, mais cet article ma aide a comprendre cki spassait dans sa petite tete, thancks :)

    • Anashka | 21 octobre 2012

      Tu as le DROIT de lui faire part de tes angoisses. Evitant ne veut pas dire qu’il ne peut pas comprendre…

      • nyny0309 | 21 octobre 2012

        je sais je lai deja fait et cest vrai quil est comprehensif disons que jai limpression qu’on va pas trop au meme rhytme tous les deux, mais bon jevite de le faire jme dit qu’il est comme ca et cest tout .suis quelqun dassez fiere jmontre pas trop mes etat dame si la personne en face ne le fait pas.pour me proteger, mon ptit coeur a assez douille comme ca…

  • Julien | 21 octobre 2012

    Bonjour Anashka,
    cela fait un petit moment que je lis tes articles, je trouve cela très intéressant d’avoir le point de vue opposé en matière de séduction héhé

    Je me reconnais tout à fait dans le côté attachement évitant et surtout quand tu dis que « C’est parmi eux que j’ai rencontré les personnes les plus ouvertes au monde ».
    J’aimerais avoir une relation à long terme mais je préfère trop mon indépendance et le fait de voyager. Je suis déjà parti 8mois en Angleterre il y a 2ans et je suis cette année 9mois en Espagne (Erasmus). Du coup, je suis plutôt dans le style Ludus pour faire référence à un autre de tes articles.

    Vois-tu un moyen de combiner une relation à long terme avec une soif de voyager ? Trouver une copine qui a la même passion ? Je pourrais trouver une copine parmi les Erasmus mais je ne tiens pas à avoir une relation longue distance par la suite.
    (J’ai 22ans, peut-être que j’en aurai marre de voyager par la suite, qui sait ?)

    • Anashka | 21 octobre 2012

      Tu sembles avoir des envies difficilement compatible : d’une part l’envie de bouger, d’autre l’envie de te poser amoureusement parlant.
      L’ideal serait de rencontrer une fille dans la meme optique que toi. Il est possible de bouger a deux, non ?
      Sinon, priviligie les voyages. Pour te poser, ca viendra quand tu en auras marre…

      • Julien | 21 octobre 2012

        En effet, c’est difficilement compatible et c’est bien ça le problème !
        Mais je pense aussi qu’il est mieux pour l’instant de privilégier les voyages, j’y ai rencontré tellement de personnes intéressantes et il s’agit d’expériences uniques à mon âge je pense. Et du point de vue de la séduction, j’ai pas mal de choses à raconter !

        Sinon un autre problème que j’ai depuis quelques années est que la plupart du temps, bien que je partage toujours beaucoup de complicités avec mes conquêtes ou mes exs, je ne m’investis pas beaucoup émotionnellement. Mais depuis 4ans, une fois par an, il y a UNE fille qui m’intéresse vraiment avec qui je veux vraiment partager quelque chose (à défaut d’une relation à long terme, au moins quelques mois). Mais à chaque fois, je me prends un assez gros râteau. A chaque fois je me dis « ok, je ne m’attache plus » mais la situation arrive de nouveau. Je pense que le problème est que d’habitude j’arrive à communiquer mon intérêt en restant un peu distant et que là, je « perds un peu le contrôle ». Je ne sais pas comment me contrôler dans ces moments là.
        Des conseils ?

        • Anashka | 22 octobre 2012

          Tu avais jeté un oeil à l’article sur les OI ?

          • Julien | 22 octobre 2012

            Non, mais je pense voir de quoi il s’agit.
            Par exemple en mai dernier, il y avait une fille je ne pensais qu’à elle. J’avais beau voir du monde, flirter avec d’autres filles, ça ne changeait rien.
            Elle m’avait dit qu’il ne se passerait jamais rien entre nous. J’avais réussi à reprendre le contrôle et à pouvoir l’embrasser à deux soirées différentes (Oui c’est mieux que rien). Mais suite à ça, j’ai reperdu le contrôle et j’était trop insistant. Je savais que je ne faisais pas ce qu’il fallait mais je n’ai pas réussi à me contrôler.

          • Anashka | 23 octobre 2012

            Je t’invite à lire l’article, il pourrait te plaire aussi… De même pour celui sur « comment faire tomber amoureux un homme? ». Même s’il est adressé aux femmes, tu y trouveras des pistes.

            De ce que tu me dis, là où le bats blesse, c’est que tu entretiens pas suffisamment le jeu de séduction, le « chaud-froid » quand tu viens d’embrasser/de commencer une relation… Donc, elle se sent envahi par tout ce que tu lui offres. Pour toi, les sentiments sont une évidence, puisque tu sors avec des filles qui te plaisent VRAIMENT, et que tu as commencé à aimer. Pour elle, elle n’a pas encore eue le temps d’en avoir.

            Comment tu pourrais conserver, avec ce que tu es, un peu de distance en début de relation ?

    • Cédric | 21 octobre 2012

      Si mon expérience peut aider, je suis exactement dans le même cas que toi, j’ai maintenant 26 ans et toujours le même goût pour les voyages…

      J’ai rencontré il y a peu une fille qui voit la vie de la même façon que moi, une amoureuse du « voyage alternatif » pour reprendre un terme en vogue.. Ça ne fait pas très longtemps que nous sommes ensemble mais l’entente est très bonne et je crois maintenant qu’il est possible de combiner relation longue durée et passion du voyage ! Enfin, à suivre…

      • Julien | 21 octobre 2012

        Merci Cédric !
        Si cela existe, alors il ne me reste plus qu’à trouver la perle rare ! ;-)

        • Cédric | 22 octobre 2012

          De rien, tu la trouveras j’en suis sûre !

          Je dis peut être une grosse connerie mais vu qu’on a l’air un peu dans le même bateau, ça t’intéresserais que l’on se rencontre pour discuter et partager un peu nos expériences ?

          Je m’adresse à Julien mais de façon général, Anashka, crois tu qu’il serait possible de se réunir pour parler de tout ça, ce pourrait être une bonne thérapie non ?

          Enfin il faut voir aussi si c’est jouable géographiquement mais bon, sinon reste skype. Fin voila c’était l’idée de 0h17, si y’a des gens intéressé…

          • Anashka | 23 octobre 2012

            C’est une très bonne idée Cédric. Faut que je vois comment ça pourrait être jouable, dans quels termes : journée de rencontre, un séminaire… ?

            Par contre, non, on ne peut pas parler de thérapie… Ce serait malhonnête.

            Bref, à réfléchir.

            Est-ce que d’autres personnes seraient intéressées ?

          • Julien | 23 octobre 2012

            ahaha, je l’espère aussi !
            Mais j’espère qu’elle ne lit pas les articles d’Anashka vu que je fais partie des mecs à éviter à tout prix ! A savoir mal-aimé dans son adolescence.
            Mais Anashka, ce que tu disais dans cet article n’est pas tout à fait vrai pour moi. Maintenant, j’ai un très vaste réseau social, il y a beaucoup de personnes qui m’aiment et je ne cherche pas réellement à me venger. J’ai plusieurs de mes conquêtes et de mes exs qui sont toujours dans mon réseau social et que je continue de fréquenter.

            Pour se rencontrer, vu que je suis en Espagne en ce moment, je pense que dans un 1er temps via internet serait plus simple !

          • Anashka | 23 octobre 2012

            Tu as lu l’article sur les différentes façons d’aimer ? Comment tu te définirais ?

      • Anashka | 22 octobre 2012

        qu’est-ce que tu entends par le voyage alternatif ? Sac-à-dos/stop…

        • Cédric | 22 octobre 2012

          Exact, en partie. Ma définition serait : toutes les façons de voyager à faible coût en utilisant l’échange et le partage, tout en étant le plus proche possible de la nature et des gens. :)

          • Anashka | 23 octobre 2012

            D’accord, j’en ai la même définition, j’adore ce type de voyage. Je ne ferais que ça mais avec SUH, il me faut une connexion internet quotidienne. Donc, dans deux ans, je m’installe à Buenos Aires.

  • Lirie | 23 octobre 2012

    Heelo Anashka,

    Alors… Comme beaucoup, je suis une anxieuse repentie, qui a eu la chance d’être très aimée : je suis plutôt sécure maintenant. :)

    Et je rejoins un autre commentaire : le problème (s’il faut en trouver un) est que je ne suis ni méfiante ni dans la retenue, quand je rencontre quelqu’un qui me plait, j’y vais, sans calculs et sans me poser de questions…. Et ça rate lamentablement.

    Mais j’ai l’impression que plus je suis sécure, plus je rencontre d’hommes évitants ou parfois anxieux… Et donc moins j’arrive à construire quelque chose. De 22 à 29 ans, je n’ai eu que des relations longues (pluiseurs années), avec des projets (vie commune etc), et depuis, ça ne dépasse pas 2 mois!! Ca commence à me fatiguer, je veux juste rencontrer quelqu’un qui me plaît ET qui soit équilibré, célibataire et prêt à s’attacher! Trop difficile?

    Sinon, très bonne idée cette rencontre SUH, c’est toujours sympa! Tiens nous au courant?

    PS : super article comme toujours!

    • Anashka | 23 octobre 2012

      Pour la rencontre, j’en suis à deux demandes, vu l’organisation que ça peut demander, on est pas pressé… Faut voir comment goupiller ça…

      Dans tes relations de deux mois, qu’est-ce qu’il fait que ça part en biberine, en général ?

      • Julien | 23 octobre 2012

        Serait-il juste possible que tu puisses échanger nos mails avec Cédric ?
        Honnêtement, je ne suis pas vraiment intéressé par rencontrer trop de monde. Je sais ce que je veux il me manque juste le self-contrôle quand une fille me plaît vraiment, c’est tout.
        Mais vu qu’il semble qu’avec Cédric nous ayons plusieurs points communs, j’aimerais bien discuter avec lui :)

        • Anashka | 24 octobre 2012

          Cédric me donne la confirmation qu’il veut ton mail, et je vous donne ça… ^^

      • Cédric | 23 octobre 2012

        Concernant la rencontre, cela pourrait aussi être quelque chose de simple en petit comité je pense (personnellement je trouve cela bien plus convivial et efficace car chacun peut s’exprimer sans qu’il y est formation de plusieurs petits groupes). Du genre on se retrouve autour d’un verre dans un petit café un dimanche après midi ou quelque chose comme ça.

        Enfin on peut laisser un peu de temps aux gens pour se décider, c’est toi qui voit Anashka.

        Je plussois la demande de Julien concernant l’échange de mail :)

        Également Anashka, penses tu qu’il y aurait possibilité de se parler en privé pour discuter d’un « coaching relationnel » (je ne suis pas sur que le terme convienne mais bon) ?

        Merci.

        • Anashka | 24 octobre 2012

          Pour l’échange de mail, passez par mon FB. Un petit MP pour me dire que c’est vous pour les mails et je vous l’échange. ça m’embète un peu de l’envoyer directement sur la boite mail de l’un et de l’autre.

          Ensuite, qu’est-ce que tu entends par « coaching relationnel » ? Est-ce que tu parles de toi et Julien autour d’une bonne bière blonde ou avec moi ?

          Pour les coaching perso, je n’en fais pas encore en dehors du site. Et, il y a des chances qu’à ce moment là, j’en fasse des payants. Sur le site, tout est gratuit, et, oui, ça serait un plaisir de tenter de vous suivre.

          L’autre idée dont on parle avec l’équipe est celle d’un forum qui permettrait aux habitués d’avoir plus d’intimité. Mais, il faut que parmi ce qui post très régulièrement, on soit légèrement plus nombreux. Genre une vingtaine.

          • Cédric | 24 octobre 2012

            Je t’ai envoyé un message sur fb Anashka. Concernant le forum, ce pourrait être une bonne idée ! Cependant, pas évident d’avoir des habitués sur un site comme celui ci. Je pense que le but premier de chacun est d’un jour ne plus avoir besoin du site non ?

          • Anashka | 25 octobre 2012

            Oui et non. Faudrait voir comment le mettre en place. Si on part sur : on vient sur SUH parce qu’on va mal, OUI clairement, mieux vaut s’en séparer vite. Si on part sur : on vient sur SUH pour échanger sur l’Amour, les relations hommes-femmes, le sexe… On peut rester même en étant heureux. ^^

      • Lirie | 24 octobre 2012

        Pour la rencontre, ce n’est pas pressé, c’est juste que c’est toujours sympa de mettre un visage sur un pseudo :-)

        Pour les rencontres, je ne sais pas vraiment ce qui cloche, bien que ça me pose beaucoup de questions. Je rencontre sans vraiment chercher, je plais (enfin, on dirait), mais j’ai beaucoup de mal à être séduite par quelqu’un…. Quand je plais à quelqu’un et qu’il est à fond, j’ai rarement un coup de coeur (ça, ça m’arrive une fois/an, et encore), je suis souvent dans l’état d’esprit : oh, après tout, pourquoi pas, laissons sa chance au produit… Là, deux solutions :
        1/ En fait, non, je ne ressens rien de spécial : je le quitte pour le protéger
        2/ Tiens, finalement, il me plait (au bout de quelques RDVs) : d’un coup il devient distant, et il me quitte (changement radical en quelques jours, ça fait vraiment Dr Jekyll et Mister Hide O_o)

        Ce deuxième cas, c’est assez dur, non pas parce que je suis amoureuse, mais parce que ça me donne l’impression d’avoir une tare cachée que l’autre découvre après coup. Je dois devenir trop collante, sans doute, mais pour ça, je me soigne. L’un d’eux m’a dit que j’étais trop fragile, alors que j’avais l’air d’avoir confiance en moi (ben oui, les deux sont vrais…. J’ai confiance en moi mais je ne suis pas un robot…).

        A chaque fois, je me dis que ce n’est pas grave et je passe à autre chose, parce qu’au fond, je n’avais pas de coup de coeur. Mais le dernier coup de coeur que j’ai eu, il a quand même fait pareil : à fond, charmant, puis distant et ne veut plus me voir?!!

        Bref, ça doit être la trentaine… Avant, ça a toujours été simple : on se rencontre, on se plaît, il y a une étincelle, on passe quelques années ensemble. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir perdu le mode d’emploi :-)

        • Anashka | 25 octobre 2012

          Il y a quelque chose qui bloque quand ça passe le stade « flirt ». Peut-être que quand tu es intéressé, tu montres un intérêt trop vif ? Une envie de te poser trop importante ?

          Tu changes peut-être de comportement, en montrant un intérêt pour ce truc « sérieux » qui leurs fait peur ?

          En terme de comportement, comment gères tu quand un mec passe de « pourquoi pas » à « il me plait » ?

          • Lirie | 26 octobre 2012

            Je ne sais pas trop, c’est un peu tout ça oui…

            Je deviens sans doute plus présente (SMS ou appel), mais je n’appelle pas 25 fois par jour, et en général c’est surtout informatif (pour confirmer un RDV) ou juste parce que j’ai lu ou vu quelque chose qui m’a fait penser à l’autre… Je fais la même chose avec mes amis! Je n’ai jamais envoyé 25 messages d’affilé à un mec, ni fait de grandes déclarations, ni de crises de jalousie, ni envoyé des textos avec des coeurs etc etc… Je suis plutôt sur un rythme de un message tous les deux ou trois jours.

            Après, je n’ai pas vraiment envie de me poser. Enfin, si, bien sûr, j’aimerais être dans une relation simple et tomber amoureuse. Mais quand je rencontre quelqu’un, je ne pense pas vie commune/enfants. D’ailleurs, c’est souvent l’autre qui aborde le sujet « enfants » au détour d’une conversation et moi qui répond que je n’en ai pas spécialement envie, qu’on verra bien… (et mon interlocuteur qui ne me croit pas : vécu plusieurs fois, ça donne des conversations complètement absurdes:))

            Ce qui est sûr, c’est que je change d’état d’esprit, passant d’un mode « je m’en fiche » à « j’ai envie de le revoir », et ça doit se ressentir… Je me mets la pression et je me pose des dizaines de questions (est-ce que je peux le rappeller? Lui parler de tel ou tel sujet? Qu’est-ce qu’il va penser de moi?)… je deviens très maladroite. Mais c’est très classique… Et j’ai tendance à croire que si l’autre est vraiment intéressé, un texto de plus ou de moins, ou un peu de maladresse ne le fait pas fuir…

            A certains, je dois faire peur (je suis indépendante, bon boulot etc…), alors que je ‘en suis pas spécialement fière, je ne me vante de rien, je n’en parle pas. D’autres doivent juste être dans l’optique de la conquète, et après, plus aucun intérêt.

            (Mon dernier OI : je lui plais, il se rend dispo pour moi, et du jour au lendemain, plus AUCUNE nouvelle! O_o Première fois que je tombe sur un Casper, c’est très étrange… Ne plus sortir avec quelqu’un, ça n’empêche pas de répondre à une question directe?)

            Par contre, quand ce sont des amis, ou des mecs qui ne me plaisent pas plus que ça, carton plein, ils essaient tous de se plier en 4 pour me revoir (invitation, surprises etc..), alors que je ne fais aucun effort, ni physique ni en terme de comportement…. Je ne comprends pas….

          • Anashka | 28 octobre 2012

            C’est vraiment étrange … Tu es attirée par un profil de mec particulier ? Quels sont les points communs des mecs qui te plaisent ?

            ( On va tenter de trouver d’où ça vient, si ce n’est pas qu’un hasard, on pourra voir ce qu’on peut changer)

  • Lirie | 25 octobre 2012

    PS : et le pire (ou le plus drôle), c’est que je suis nettement mieux aujourd’hui qu’à 29 ans : j’ai, toute seule comme une grande, repris des études, changé de taf pour quelque chose qui m’épanouit. Acheté et rénové un appart. Même physiquement, j’ai un meilleur style (coiffure, vêtements)… Tout mes amis me disent que vieillir me réussit…. Et tous les mecs qui me plaisent se barrent après 3 RDVs : ARGHHH!!!

  • Cédric | 27 octobre 2012

    Lirie, j’ai quasiment le même profil que toi, les mêmes expériences, sauf que je suis un mec. Et c’est bien moins rare que l’on ne croit… Vraiment frustrant, le pire étant de ne pas connaître la raison lors d’un arrêt brutal dans les 3 rdv ou juste après, si au moins on pouvait apprendre de ses erreurs et en tirer des leçons, mais non !

    C’est peut être pas grand chose mais au moins à se lire les uns les autres, on se sent un peu moins seul.

  • Lirie | 28 octobre 2012

    Hello Anashka,

    Merci pour ta réponse :)
    Ta question n’est pas simple, j’ai rencontré des hommes très différents. Mais ce n’est pas un hasard, parce que ça s’est reproduit une dizaine de fois en 2 ans. Ça doit venir de moi…

    Je crois que j’ai des goûts hyper classiques : j’aime les hommes calmes, confiants, assez sûrs d’eux (pas macho! mais qui savent me dire non et me tenir tête, sinon je les bouffe), qui ont et ont eu une vie pleine, des expériences, des projets, des centres d’intérêts variés, et qui sont ouverts d’esprit, chaleureux, avec de l’empathie et de l’humour….

    Bref, le point commun à tous les mecs qui m’ont retenu ces derniers temps, je crois que c’est ça : une certaine indépendance, des choix de vie un peu différents de la « norme », parce que ça fait écho à ce que je suis aussi… Pas forcément un hippie ou Crocodile Dundee, mais quelqu’un qui a CHOISI ce qu’il fait et ce qu’il vit, qui s’est battu pour, qui a des projets.

    Je crois vraiment que le problème vient de moi, pas d’eux…. Mais passer de l’attirance au rejet en 3 RDVs, c’est violent quand même, ça doit être un gros souci…

    Ce qui me console, c’est que j’ai vécu avant de belles histoires, et qu’aujourd’hui encore je plais (donc physiquement, ça doit aller, je ne suis pas repoussante…), j’ai un grand cercle social, je rencontre beaucoup, beaucoup de nouvelles relations amicales (donc en terme de personnalité, ça doit aller aussi, je ne suis pas complètement déséquilibrée…)….

    J’avoue ne pas comprendre…

    • Lirie | 28 octobre 2012

      Précision : et pourtant, je fuis toute situation pourrie à la base : jamais de mec déjà en couple, pas d’amis/ex d’amis/amis d’ex/relation professionnelle, et je me suis rendue compte qu’à mon grand regret, je ne saurais pas gérer une relation FF ou SF, ce n’est pas pour moi.

      En résumé, je cherche un mec équilibré, bien dans sa tête et dans sa vie et célibataire… Et je ne lui demande pas de me faire un gosse, mais juste de prendre le temps de se connaître et de passer de bons moment ensemble => ben non, il s’enfuit O_o

      Le côté pervers de la situation, c’est que maintenant, ne sachant pas ce qui cloche chez moi, dès que je me rends compte que quelqu’un me plaît, je deviens très mal à l’aise, stressée, je ne sais plus quoi dire ni faire… Je n’étais pas comme ça avant… :-/

      • Anashka | 29 octobre 2012

        Ok, on a déjà la piste du cercle vicieux. Un ou deux échecs, qui tapent sur la confiance en soi et qui font que tu n’arrives plus à être naturelle. Tu as lu l’article sur les prophéties auto-réalisatrices ?

        J’ai le sentiment que tu en as formée une contre ton grès : « Il me lâchera au bout de trois rencards ».
        Comme avec ce type de prophéties, le cerveau adore nous donner raison, et inconsciemment, peut-être que tu mets les choses en échec.

        J’attends ton retour, là dessus. Mais, on va trouver ^^

        • Lirie | 29 octobre 2012

          Hello,

          Oui, j’ai lu l’article sur les prophéties auto-réalisatrices, je pense qu’il y a (beaucoup) de ça… Avant, je ne me posais pas de questions : j’ai enchainé les LTR, avec entre quelques rencontres qui n’ont rien donné… Mais maintenant, je n’arrive pas à croire que je peux m’attacher et que ça peut marcher :)
          Du coup je ne sais plus comment me comporter :-/

          • Anashka | 29 octobre 2012

            Lirie, bon on a un des noeuds « tu ne sais plus comment te comporter ».
            Tu le dis avec la maladresse, notamment, que tu ne sais plus comment faire, tu as peur que ça ne marche pas. Retrouver la Lirie normale, n’est pas évident quand un mec te plait et que cette crainte du troisième rendez-vous arrive. Est-ce que tu en as parlé à tes rencards ?

    • Anashka | 29 octobre 2012

      Disons que le problème ne vient pas d’eux, ni de toi. Mais quelque chose fait qu’au bout de trois rencards ça merde (pour parler mal).
      Plusieurs solutions :
      – soit, un comportement que tu dois avoir à ce moment-là. Tu parlais de maladresse. Peut-être qu’à travers elle on voit trop que tu t’attaches.
      – soit le choix de mecs trop indépendants
      – soit les deux
      – soit autre chose

      Ils arrêtent comment après trois rencards ?

      • Lirie | 29 octobre 2012

        Il y a un peu des deux en effet.

        C’est simple : lors de la rencontre ou juste après, ils répondent immédiatemment aux messages, sont chaleureux… Et deux semaines après, après 3 ou 4 RDVs, ils répondent (quand ils répondent) plusieurs heures après, de façon très froide, ne rappellent pas, ne proposent pas de se revoir… Soit je laisse filer, je ne relance pas, et au bout d’un moment je demande s’il a vraiment envie qu’on continue à se voir : euh, non… Soit je relance tranquillement (genre 1 message tous les 3 jours), et ils finissent par me dire qu’ils ne veulent plus qu’on se voit…

        Avec un florilège d’excuses rigolotes : « j’ai trop de travail en ce moment, je ne peux pas être avec quelqu’un »(alors que c’est lui qui est venu me chercher), « tu es trop fragile. Mais ça fait chxx, je vais redevenir célibataire »(ben, ne me quitte pas alors? O_o), « je n’ai rien compris à ton dernier message, je préfère qu’on arrête de se voir »(demande moi de t’expliquer plutôt??).

        Il y a un an ou deux, j’étais peut-être trop présente, trop SMS (comme je le fais avec mes amis), maintenant je fais vraiment attention à ne pas trop en envoyer, et de rester très neutre.

        Et en parallèle, j’ai des RDVs avec des mecs qui ne m’intéressent pas plus que ça (je les vois comme des amis), et eux, clairement, ils espèrent plus…

        • Lirie | 29 octobre 2012

          Merci Anashka pour ton aide :)
          ¨Pour répondre à ton message précédent : j’aurais bien du mal à leur en parler puisque quand je commence à stresser, c’est que je n’ai déjà plus de nouvelles….
          En général le changement d’attitude se passe tellement vite que j’ai du mal à réagir.
          Le dernier, j’ai essayé de lui en parler dès le départ (sans raconter ma vie hein!), mais il n’a eu aucune réaction… Je pense même que ça a l’effet inverse : si je parle de ce qui n’a pas marché avant, il se sent « autorisé » à se comporter de la même façon?

          L’impression qui me reste à chaque fois, c’est qu’il n’était pas très motivé…
          Alors je ne sais pas, soit je ne suis pas intéressante, soit je suis lourde : mais il y a quand même des hommes qui ont l’air d’apprécier ma compagnie.. :-/

        • Anashka | 30 octobre 2012

          Quand tu en es à ses deux/trois rendez-vous, c’est de l’ordre du flirt ou plus ?

          Dans les excuses « rigolotes », vient beaucoup la question de l’investissement :
          – j’ai trop de travail… = tu me demandes un investissement temps que je n’ai pas
          – tu es trop fragile…= tu me demandes un investissement émotionnel
          – je ne comprend pas ce que tu me dis …= tu me demandes de te comprendre

          On sent que pour le moment, tu n’es pas dans la proposition d’une histoire, mais dans la demande. Même si tu gardes la distance dans les textos. D’ailleurs, vous parlez de quoi pendant les rencards ? ça se passe comment ?

          • Lirie | 30 octobre 2012

            Hello Anashka,

            Quand j’écris « 2/3 RDVs », c’est après le moment où je me suis dit qu’il me plaisait, et donc où il y a eu KC et/ou FC. Avant, il y a eu 2/3 RDVs « flirt » (rencontre, verre, resto…) où il ne s’est rien passé.

            Pendant ces rencards, on discute de tout et de rien : boulot, loisirs, ciné, livres, connaissances communes, divers (ex : « pour ou contre le tatouage »)… Ce qui est « drôle », c’est que souvent, ils abordent des sujets « engagement » (pas avec moi, de façon générale) : par exemple, sur le thème « projets », au lieu de rester sur du fluff (voyages, évolution professionnelle…), le dernier m’a sorti « oui, tout ça c’est bien, mais je voudrais avoir des enfants, c’est quand même le plus important » (au premier RDV « sérieux » O_o). Un autre m’avait dit « me marier, c’est important ». Alors que ce sont des sujets que j’évite toujours soigneusement… Je ne sais pas si c’est une façon de me rassurer, en tout cas, moi ça me met assez mal à l’aise, je ne sais pas comment réagir, en général j’esquive par une pirouette (« je ne sais pas, ahahah, il est bon ce vin, non? »).

            Je te parlais de maladresse, c’est ça : souvent, dans ces RDVs, je me sens mal à l’aise… J’ai l’impression que la conversation rame un peu, alors que lors des rencards précédents c’était fluide. Mais c’est peut-être moi qui induit cela. Je bloque parfois en me demandant pourquoi il aborde tel ou tel sujet, comment répondre…
            Alors que je ne suis pas du tout timide et que je peux normalement parler de plein de choses, c’est même mon métier! (je travaille dans la com)…

            Ca me fait vraiment réfléchir ce que tu me dis sur la demande. Des amis m’ont dit la même chose… Pourtant je ne m’y reconnais pas… Je n’attends pas d’un homme qu’il remplisse ma vie, elle est déjà bien pleine, je ne rêve pas du triptyque maison/enfants/labrador, et je fais attention à rester distante, en évitant certains sujets, en n’envoyant pas beaucoup de SMS, en n’appelant pas… Plus de distance, c’est couper les ponts!

            La seule chose sur laquelle je peux encore travailler, c’est que je suis assez « tactile », câline… Mais bon, c’est ma nature…

            Peut-être que je projette quelque chose malgré moi, c’est possible, mais c’est inquiétant. J’ai vécu une histoire vraiment difficile il y a deux ans : il semblait fou amoureux, me faisait de grandes déclarations, on faisait des projets, il avait croisé ma mère… En parallèle il disait/faisait la même chose à son ex, qui n’était donc pas son ex… Plusieurs fois ses réactions m’ont semblé étranges (genre s’isoler pour téléphoner), je lui ai dit que je me posais des questions, en lui expliquant que je voulais lui faire confiance, que je n’irais jamais l’espionner, mais qu’il ne joue pas avec moi… Jusqu’à ce qu’une amie les croise tous les deux à 10 min à pied de chez moi. Grande classe (et encore ce n’est que les grandes lignes, il y a eu des suites et des détails vraiment trash). C’est depuis ça que je n’arrive plus à vivre une relation tranquillement… Inconsciemment je dois demander à être rassurée…

          • Anashka | 31 octobre 2012

            Ok. On tient peut-être quelque chose.

            Sans projeter le trio : enfants/bébés/mariage… tu peux projeter le « on construit » : confiance, complicité, amour.
            Les hommes ne comprenant pas forcément la projection, te parle du truc habituel (bébé/mariage) pour passer au KC/FC. Ils doivent s’étonner d’être dans une attente plus classique des trois rendez-vous avant un KC. Pour ça qu’ils pensent que tu cherches de l’engagement matériel. Et, ne sachant pas trop comment te séduire, ils tentent les beaux mots.

            Déjà sur ça, tu peux plus les rassurer sur l’intérêt que tu leurs porte en envoyant plus de messages positifs. Oui, ils te plaisent. Oui, les enfants, c’est mignon, même si tu comprend pas ce que ça vient faire là dans la conversation, parce que toi JUSTEMENT tu aimes prendre ton temps. C’est des choses que tu peux dire, toussa. D’ailleurs le côtés tacticle est plutôt un plus.

            Le genre de signe positif : leurs dire avec un sourire malicieux, que tu n’embrasses jamais au premier rencard. Pour toi, il faut être patient. Tu éclates de rire. Bref, tu peux jouer autour de ce truc là.

            Exemple :
            Lui : Les bébés c’est la vie.
            Toi : Je te plais au point où tu as besoin qu’on choisisse les prénoms maintenant ? Ou tu dis ça juste pour me plaire ? T’inquiète pas, jeune homme, t’as une touche avec moi. [Sourire, clin d’oeil, côtés joueuse]

  • mercadee | 29 octobre 2012

    Les êtres humains ont tous des besoins affectifs et relationnels. Chez certaines personnes, ces besoins peuvent devenir trop intenses ou urgents et les placent dans des situations relationnelles difficiles. Certains ont de la difficulté à rester seuls, d’autres vont s’engager trop vite et trop intensément dans une relation. D’autres encore vont passer rapidement d’une relation à l’autre, ou se sentiront incapables de tolérer les ruptures. Ils se sentiront alors souvent dans une impasse, leur vie affective étant insatisfaisante. On parle habituellement de dépendance affective lorsque la personne répète constamment de tels scénarios de relations non satisfaisantes. Parce que ces comportements sont souvent inadéquats, ils sont fréquemment voués à l’échec et peuvent devenir destructeurs. C’est à ce point qu’un psychologue peut aider à développer des façons plus saines de répondre à ses besoins relationnels.

  • Lirie | 31 octobre 2012

    Hello Anashka,

    Merci pour ton analyse….
    C’est vrai que si je vois quelqu’un régulièrement, c’est pour, puis parce que je m’y suis attachée. Et avant même de parler de sentiments, il faut qu’il y ait de la confiance et de la complicité… Sinon pourquoi lui plutôt qu’un autre? Je ne sais pas si, ni comment je peux projeter ça, et encore moins en quoi ça peut faire peur, mais je note, et j’y réflechis!

    Par contre, j’ai du mal m’exprimer : quand je dis « RDV sérieux », ça veut dire qu’il y a déjà eu KC/FC : pourquoi me parle-t-il enfants à ce moment là, il a déjà eu ce qu’il voulait? Du coup, je comprends pas, je bloque, je ne sais pas quoi dire, blanc, gêne => game over!

    Je ne comprends pas la phrase : « Ils doivent s’étonner d’être dans une attente plus classique des trois rendez-vous avant un KC. »… Là c’est la limite de l’écrit, je n’ai pas tant de « principes » : parfois il y a KC voire FC dès la rencontre, parfois au bout de 2 RDVs… Ca dépend….

    Qu’entends-tu par « engagement matériel »? Sur ce point là, je ne sais pas si c’est ce que je projettes, mais je suis plutôt tout l’inverse : sans être une féministe acharnée, je suis très chatouilleuse sur ces sujets, et je le dis, je gagne ma vie, je suis indépendante, et je ne supporterais pas d’être entretenue. D’ailleurs je tiens à inviter l’autre au second RDV, puis une fois sur deux (selon les situations bien sûr, ce n’est rigide non plus!)… (Parfois ça les gène, ils ne savent pas comment réagir, c’est drôle, c’est un bon test)

    Je note sur les signaux positifs. C’est ce que je fais déjà, peut-être de façon maladroite… Par exemple sur le sujet des enfants, en général je dis qu’on verra bien, que pour l’instant ce n’est pas dans mes priorités, que je me poserai la question quand il sera temps de se la poser blabla : la conversation prend un tour sérieux, je ne sais pas comment m’en sortir => game over.

    Ton dernier conseil est très bon, et là je crois que tu mets le doigt sur un problème : dès que je me dis « tiens, il me plaît », du coup ça devient très « sérieux » pour moi (pas dans le sens où je me vois faire ma vie avec lui, mais où je n’arrive plus à être naturelle et spontanée), et je n’arrive plus à gérer ça avec de l’humour ou à le rembarrer gentiment, ce que je fais sans souci d’habitude…

    Bon il faut que je travaille là dessus….

    • Anashka | 1 novembre 2012

      Cette réflexion qu’on mène toute les deux est très agréable pour moi. Tu gardes ce qui te parle, du me reprend sur le reste (tu fais bien) et on avance doucement.

      Pour les trois rencards, je pensais à travers tes mots que c’était un truc que tu attendais. Donc, on enlève cet élément là, puisque tu le joues au feeling.
      Donc, plusieurs rendez-vous, tu t’attaches, ils te parlent d’engagement, tu deviens maladroite et ils fuient.

      Est-ce que tu avais lu l’article sur « les trois piliers pour réussir son couple » ? Dedans je parle de deux engagements : matériel (sur lequel tu prends ton temps, tu gardes ta prudence) et moral (ce moment où on veut tout faire pour que ça marche). Est-ce que ton engagement moral n’interviendrait pas trop tôt ? Est-ce que celui-ci, ajouté au stress d’une nouvelle rupture au bout de trois rencards, ne serait pas en parti déclencheur de la fuite de messieurs ?

      Pour leurs déclarations d’engagement, gardes ta légèreté dans le ton. L’humour. Ou même questionne les sur les raisons de t’en parler maintenant. Effectivement, presque tous les hommes et femmes cherchent à terme une relation sérieuse, à construire… C’est une évidence. Pourquoi t’en parler ? Pour eux ? Ou pour te rassurer, toi ? Parce que toi, ça va… Tu le sais que tu l’as vivra cette relation là.

      Comme on dirait dans la vente : ne tombe pas dans la demande (s’il te plait, achète mes chaussures, pour que mon patron soit content), reste dans la proposition (j’suis une fille cool, je te propose des bons moments… Tu veux, t’es gagnant. Tu ne ne veux pas, tant pis pour TOI.).

      Pourquoi sur les deux/trois prochains rencards ne pas courir plusieurs lièvres à la fois ? ça te permettra de moins stresser. De retrouver le plaisir de séduction post-trois rencards. Si ça te correspond, ça peut te permettre, peut-être, de sortir du cerlce vicieux dans lequel ces expériences t’ont mises.

      • Lirie | 2 novembre 2012

        Hello Anashka,

        Merci de prendre le temps de me répondre… C’est adorable de ta part. N’hésite pas à me dire ce que tu penses, même si c’est un peu dur : sincèrement, rien ne me vexe et je sais que c’est « pour mon bien » :) Et désolée c’est toujours des pavés… D’habitude je ne parle pas de moi, je me lâche sur SUH ;)

        Je crois que tu as raison sur l’engagement moral… Avant qu’il ne se passe quelque chose (KC ou FC), je suis assez réservée, distante… Après, ou au moment où je réalise que la personne me plait, je ne sais comment dire, il y a une sorte de « bascule », de déclic, et je passe dans l’attitude « tout faire pour ça marche ». Même si je n’ai pas encore de réels sentiments pour l’autre à ce moment là (heureusement!), j’ai envie de le revoir, il devient particulier à mes yeux…. Ne plus le voir serait une « perte ». Je n’arrive plus à rester légère et distante, en mode « il est sympa mais lui ou un autre, je m’en fiche ».

        Ce qui fait que j’accepte et que je reste quand ça ne se passe pas bien, que je me sens mal à l’aise (il prend de la distance, ne répond pas…)… Ca me fait penser à ton article sur la douleur : se sentir mal à l’aise, c’est aussi un signal que la situation ne me convient pas, pas une obligation! Je dois passer dans la demande oui… Et ils fuient peut-être parce qu’ils ont été attirés par quelqu’un d’indépendant, distant, un peu cynique (moi 90% du temps), et qu’ils se retrouvent avec une fille un peu « accro », plus du tout dans la séduction.

        (Pour l’anecdote : le dernier qui m’a dit qu’il voulait des enfants, m’a aussi dit 2h plus tard que je lui plaisais mais qu’il ne voulait rien de sérieux, puis n’a plus donné de news, alors que jétais OK pour juste passer des moments sympas ensemble, et on verrait bien où ça menerait… Je n’ai toujours pas compris :-/)

        C’est vraiment difficile à gérer, parce que je n’ai pas l’impression d’être en demande! Tu as raison, merci pour le conseil (et pour l’exemple, je vois bien l’idée maintenant^^) : il faut que je me repète « humour, distance et légereté » à chaque nouvelle rencontre, et quelques semaines plus tard:) Et dire les choses (avec humour) quand quelque chose me gène. Je note.

        Courir plusieurs lièvres à la fois… C’est déjà ce que je fais….. Je n’ai pas plusieurs « relations » en même temps, mais 2/3 flirts (invitation resto, spectacles etc, sans en être au KC), oui. Mais quand je « craque » pour quelqu’un et qu’il y a KC/FC, je ne vois plus les autres…

        Je ne sais pas quoi travailler d’autre pour garder cette distance… Je réfléchis :)

        Merci pour tes conseils en tout cas!

        • Anashka | 2 novembre 2012

          J’ai beaucoup de plaisir à lire tes « pavés ». C’est cool, justement, que tu profites de cet espace pour te lâcher.

          Donc, quand le mec te plait, que le cap KC/FC est passé, tu dis avoir une attitude plus « moralement engageante », ce qui fait que les garçons n’ont pas l’impression d’être en face de la même fille. Normal, tu leurs accordes une place particulière ! Ils ont de la chance, mais c’est le genre de chance qui effraie. C’est une manière, de ta part, d’ouvrir ton coeur à l’autre, de ne pas être avare de sentiments, d’une certaine manière. Donc, on ne se flagelle pas d’être « généreuse ».

          Serait-il pour toi possible d’appuyer sur le bonton ON de la place particulière qu’une fois que le mec t’a donné une réelle preuve de son engagement ? En gros, tant qu’il ne t’a pas dit qu’il était amoureux, tu laisses cette place précieuse vide. Tu lui offrira quand lui le méritera.

          • Lirie | 2 novembre 2012

            Je pense que je suis dans un état d’esprit plus « engagement » oui… Mais je ne suis pas suicidaire, je ne fais pas de grande déclaration ni même d’allusion à un homme que j’ai vu 3 fois :D (J’avoue, je l’ai fait étant plus jeune^^ Ils n’ont pas eu peur et sont restés… Rhalala quand j’y pense, je faisais n’importe quoi mais ça a toujours évolué en belles histoires de plusieurs années! Maintenant je fais tout bien et ça rate!:))

            J’évite aussi de faire des « projets » (dans le sens lui parler d’aller voir/faire quoique ce soit à un horizon de plus d’une semaine), j’essaie de rester dans le moment présent… Mais je l’appelle plus, je deviens plus tactile, câline… L’image du bouton « ON/OFF », c’est tout à fait ça, je crois d’un coup je bascule en mode « je suis avec quelqu’un », je me comporte comme si on se connaissait depuis plus longtemps que quelques semaines… Difficile à expliquer… Dans ma tête, le changement est flagrant, j’y pense beaucoup plus, je suis beaucoup moins sûre de moi, (même si je SAIS que c’est idiot, je fonctionne comme ça…), je ne pensais pas que ça influait mon comportement mais ça doit se voir…

            Pour avoir été dans le cas inverse (moi intéressée mais sans plus, et lui à fond), je sais combien ça peut être angoissant que quelqu’un qui nous connaît à peine nous offre tant…

            Alors oui, clairement, il faut que je m’empêche de fonctionner comme ça! En plus, je sais que même si ça rate avec le mec concerné, je finirais par croiser un autre charmant jeune homme, encore mieux (ou du moins différent, mais tout aussi bien dans son genre)… Eh bien non, à chaque fois, même si je l’ai vu 3 fois et que objectivement ce n’était pas le nirvana, je suis tout de même très affectée…

            Tu n’as pas de bouton « ON/OFF » à retardement dans ton stock de produits magiques? :)

          • Anashka | 3 novembre 2012

            Le seul bouton ON/OFF efficace que je connaisse : l’auto-persuasion.

            Prochain mec que tu rencontres, tant qu’il ne fait pas de lui-même un pas d’engagement vers toi, tu bloques les projections. La seule chose que tu sais, c’est qu’il y aura surement un prochain rencard, que c’est cool, c’est un manière de mieux le connaitre encore. Mais, point.

            Tu devrais y arriver avec pas trop trop de difficulté, vu que, d’après ce que tu me dis tu mets du temps pour t’attacher. ^^

  • Lirie | 5 novembre 2012

    Hello Anashka,

    Merci pour tes conseils, je vais tenter la prochaine fois :)

    C’est drôle que tu me dises que je mets du temps pour m’attacher : je mets du temps à tomber amoureuse, oui, mais ressentir un engagement « moral », n’est-ce pas une forme d’attachement?

    • Anashka | 6 novembre 2012

      Tout dépend, en fait. L’engagement moral vient en général quand la relation a un peu avancé.
      Il semble, qu’il vienne plus tôt chez toi. Donc, ce serait plutôt un engagement moral général avec les hommes et non pas fixé sur un.

      Donc, pas vraiment de l’attachement, plus une envie de construire. Tu en penses quoi ?

  • Lirie | 6 novembre 2012

    Hello,

    Merci pour ton avis!
    Je n’ai pas envie de mariage et d’enfants, au contraire… Mais si par « envie de construire », tu entends « envie de se poser dans une relation amoureuse simple, stable, équilibrée et épanouissante », oui, clairement, je suis dans ce cas… Je n’ai pas/plus envie de papillonner… J’aimerais bien retomber amoureuse maintenant^^

    • Anashka | 7 novembre 2012

      Oui, ça se comprend. Les jolies histoires d’amour sont géniales à vivre.
      Au fond, tu SAIS que tu vas en re-vivre au moins une de jolie histoire comme ça. En attendant qu’elle arrive, voit comment tu peux au mieux ne pas te prendre la tête avec ça. Parce que c’est -probablement- en désirant cette histoire trop forte que tu fais fuir certains mecs qui ne sentent pas capables de t’offrir ça.

      Comment pourrais-tu faire pour passer le temps, en attendant ?

      • Lirie | 7 novembre 2012

        Hello,

        Merci pour ton analyse… Je crois que je ne suis pas si certaine de revivre ce type d’histoire. Je le « sais » oui, théoriquement…. Mais je n’en suis pas convaincue intimement… Je vois le temps passer sans que je n’arrive à revivre une jolie histoire , je commence à me dire que ce n’est plus pour moi…… C’est cette incertitude qui m’angoisse peut-être et me fait mettre la pression sur les hommes que je rencontre. Il faudrait que je travaille là dessus…

        A côté de ça, je m’occupe, ne t’inquiète pas :) Reprise d’études, grand changement professionnel, travaux chez moi, projet de grand voyage, nouveau cercle amical…. Ca bouge! Je suis très heureuse en ce moment…. Il n’y a que le versant amoureux de ma vie qui patine et qui me chagrine^^

        • Anashka | 8 novembre 2012

          Si tu te poses OBJECTIVEMENT la question, quelles raisons as-tu de ne pas revivre une jolie histoire ?

          • Lirie | 8 novembre 2012

            Hello,

            Tu as raison, OBJECTIVEMENT, il n’y a aucune raison que ça ne se produise pas^^ Mais pas de certitudes non plus…. Comme ça n’arrive pas, je commence à me poser des questions! Si j’arrivais à être certaine qu’un jour, je revivrai une jolie histoire, je serais sans doute plus détendue….
            Peut-être aussi que ma vie est « trop » pleine, qu’il y a trop de changements en ce moment… Peut-être…

          • Anashka | 9 novembre 2012

            Comment ça vie trop pleine ? Trop de changement ?

            ( J’me posais la question, comment tu as rencontré ta précédente histoire d’amour ?)

  • Lirie | 9 novembre 2012

    Hello,

    Vie trop pleine : en un an, j’ai quitté mon boulot (j’y étais depuis 4 ans), repris des études (histoire de l’art en cours du soir pour le plaisir, communication la journée pour évoluer professionnellement), là je finis mon stage… D’où beaucoup de taf, changement de milieu, sacrifices financiers…. C’est drôle, je vais me retrouver au chômage, à chercher un travail dans un secteur sinistré (communication dans le milieu associatif ou culturel), et pourtant, je suis heureuse, fière de moi, je suis sûre que ça va marcher!

    Ma précédente histoire, je l’ai rencontré au travail : on ne travaillait pas ensemble directement, mais à force de se croiser et de discuter… Et ceux d’avant, en école, ou par des amis communs : très classique!

    • Anashka | 10 novembre 2012

      Ta croyance sur ta vie amoureuse devrait avoir la même force que celle sur ta vie amoureuse!
      En gros, les autres histoires ne sont pas venus à des moments où tu cherchais ou doutais. Là, tu as la chance d’une vie pleine de projets, tu peux t’amuser tant que tu veux… Puis, quand un mec MERITERA que tu retiennes ton attention sur lui, tu pourras voir pour débloquer le locquet « je m’attache/ me projette ».

      Mais, effectivement, peut-être y a t-il un double message entre : « laisses-moi tranquille, je suis en pleine vie pro » et « j’aimerai bien vivre une jolie histoire ». Là, le temps est plutôt à ta vie pro. Tu ne pourrais pas avoir un message comme « je gère ma vie pro, et si une histoire me tombe dessus, on verra qu’elle place JE VEUX bien lui donner » ?

      Quelque chose qui dans ta tête, te permette de ne plus être dans la demande…

      • Lirie | 12 novembre 2012

        Oui, tu as raison… Une nuance entre les deux :
        Dans ma vie professionnelle, je suis dans un cercle vertueux depuis 2 ans : travail, chance, volonté, hasard des rencontres, font que tout s’enchaîne, tout marche même mieux que ce que j’espérais… Du coup, j’ai confiance, je suis dynamique, motivée, et tout se passe plutôt bien….

        Alors que dans ma vie amoureuse, je suis plutôt dans un cercle vicieux depuis 2 ans…. Quand ma dernière LTR s’est achevée, je ne me suis pas inquietée, je pensais rencontrer quelqu’un peu après, comme auparavant… Mais depuis, ce n’est qu’une succession de rencontres avortées : rien de bien grave à chaque fois, mais une petite blessure, puis une autre, etc… font qu’aujourd’hui je suis méfiante et renfermée, et dans un état d’esprit négatif : puisque ça ne marche pas, c’est que je dois avoir un problème, et si ça se répète, c’est que ça ne marchera plus jamais, je n’ose plus.

        Je suis un peu dans l’esprit : puisque ma vie amoureuse est ratée, je m’occupe de ma vie personnelle et professionnelle, et si je rencontre quelqu’un je verrai bien à ce moment là… Mais quand la rencontre se produit, je suis déstabilisée et je ne sais plus gérer de façon naturelle…. Il faudrait que je reprenne confiance en moi et dans l’avenir dans ce domaine, même une petite histoire qui marche ou juste une jolie rencontre me ferait du bien et me permettrait de ne plus être en demande^^

        • Anashka | 13 novembre 2012

          Et un FF, ce serait quelque chose qui t’aiderait ?

          • Lirie | 13 novembre 2012

            Ouhlala non :)
            Je n’ai jamais réussi à séparer sexe et sentiments (besoin de m’attacher pour vraiment y prendre plaisir, sinon, c’est bien, mais sans plus). En plus, je me sens fragile en ce moment, j’ai besoin de tendresse surtout… Alors un FF, ça me paraît vraiment risqué dans mon cas :)

            Non, il faudrait juste que je vive une jolie histoire, même courte, mais « normale ».:)

          • Anashka | 14 novembre 2012

            Donc pas de FF. Mais, la tendresse, vient-elle forcément d’un petit-ami ?
            En attendant, ou tu pourrais la trouver ?

  • Lirie | 14 novembre 2012

    Je suis bien entourée : amis, famille… Ils sont super, présents et attentifs… Même mes collègues sont chaleureux et amicaux :)
    Mais c’est tout de même différent… Ca ne manquait pas ces derniers temps, mais je crois que je sors d’une année de folie, et que justement, maintenant, tout commence à se calmer et à se stabiliser, donc je me sens prête à retomber amoureuse…. Et comme ça n’arrive pas tout de suite, je flippe :)

    • Lirie | 14 novembre 2012

      En fait, le FF, c’est un peu mon souci : les mecs qui me plaisent sont OK pour que l’on soit FF, mais pas pour quelque chose de plus exclusif (je n’écris même pas « plus sérieux »). Je devrais sans doute me sentir flattée de leur plaire physiquement (Pourtant je ne suis pas une bombe, loin de là, juste normale), mais moi, je le comprends surtout comme le signe que je ne suis pas assez intéressante/intelligente/drôle/[insérez ici toute autre qualité] pour que l’idée d’une relation « normale » les effleure seulement….

      En soi, ce n’est pas grave, mais ça me blesse beaucoup (trop) à chaque fois… je dois avoir une fragilité de ce côté là….
      J’aimerais rencontrer quelqu’un qui me plaise, qui s’intéresse à mon cul ET aussi à ce que je suis…..

      • Anashka | 15 novembre 2012

        FF, ne veut pas dire qu’il ne s’intéresse pas à ce que tu es ! Sinon, ce sont de TRES mauvais FF. C’est simplement l’évitement de toute forme d’engagement. On dit souvent que pour ne pas souffrir, il ne faut pas faire des choses une histoire personnelle.

        Mais, si tu sens que ce type de relation te donne l’impression que tu ne plais pas, ne t’y lance pas. Il ne s’agit surtout pas de se blesser l’EGO. L’amour-les FF- les hommes, ne sont pas là pour nous faire du mal, au contraire, ils préfèrent tellement nous rendre heureuse.

  • Lirie | 15 novembre 2012

    Ah, tu as sans doute raison… Ce n’était pas de bons FF… Je ne sais pas… Lorsqu’on m’a proposé un plan cul, j’étais tellement mal à l’aise que j’ai arrêté tout de suite et/ou tout fait foiré…. Pas vraiment à l’idée que l’autre aille coucher ailleurs, mais surtout, je ne comprenais pas ce qu’il voulait : quelqu’un avec qui je couche, qui m’intéresse, et avec qui je sors dîner, prendre un verre etc… Et bien je sors avec….

    Verbaliser ça, dire d’emblée que l’on ne veut rien de sérieux, pour moi c’est se mettre tout de suite des barrières, et oui, je le prends personnellement : pour moi, ça signifie que je ne suis pas assez bien pour que l’autre envisage une relation « normale »…. Bien sûr, c’est plutôt son problème à lui, un refus ou une crainte de l’engagement…. Mais je n’y peux rien, c’est un ressenti :)

  • marie | 18 novembre 2012

    j’ai commence une relation avec un gars qui n’avait rien de serieuse mais on etait pas sexfriend pour autant je n’ai jamais eu de relation sexuelle avec lui et il etait toujours la ce qui je comprend toujours pas ! mais au fil des mois je me suis attaché à lui mais au bout de 5 mois j’en avais marre de cette relation qui n’allait jamais aboutir ,je lui en ai parle et il ma dit qu’il n’allait pas faire d’effort ou quoi que ce soit qu’il n’etait pas pret à avoir de relation serieuse donc on a prefere arreter ! mais je comprend pas , j’ai l’impression que c’etait moi le probleme ! je sais plus quoi penser …

    • Anashka | 18 novembre 2012

      Marie, je peux me permettre de te poser quelques questions :
      – quel âges avez-vous ?
      – vous vous êtes connus dans quel cadre ?
      – comment parlez t’il des filles ?

  • marie | 20 novembre 2012

    on est jeune 19-20ans ! euuh bah je travaillais à carrefour et lui dans un macdo dans le centre commercial ! j’ai juste commander quelque chose au macdo et je l’ai tout de suite interesse parce qu’il a chercher à savoir qui j’etais par le biais d’une amie qui travaillais avec moi qui se trouve etre sa cousine (bref) ! il ne denigre pas les femmes, par son education jpense qu’il les respectes ! je sais pas si ça a repondu a votre question

    • Anashka | 21 novembre 2012

      Ce que t’as dit ce garçon me parait sincère, il t’aime beaucoup mais ne veut ni faire d’effort, ni s’engager. Donc, vous avez préféré en rester là. J’imagine que tu dois te demander ce qui cloche chez toi, mais si rien ne clochait ? Si, c’était juste lui ?

  • Elodie | 27 novembre 2012

    Je suis une « évitante », qui a été une fois « anxieuse » avec un autre « évitant ».
    J’ai effectivement acquis une grande indépendance : achat d’un appart à 24 ans seule, reprise d’étude en plus du travail, voyages au bout du monde, loisirs…
    J’ai envie d’être amoureuse et d’être aimer, mais en même temps, je trouve que c’est compliqué et avec des humeurs en dents de scie, et que je suis tout de même bien seule.
    J’ai aussi du mal à mettre des mots sur mes émotions, et donc à communiquer en couple sur ça. Mais d’un autre côté, je suis bêtement émotive devant la TV (info, films), et j’adore les histoires d’amour mielleuses à souhait !
    Y a t’il une piste pour changer ? Ou comme faire pour « faire avec » ? Et déjà, as- t’on les moyens de sortir du célibat prolongé qu’a été notre vie (je n’ai jamais atteint 3 mois de relation ; et de toute façon, j’ai eu peu de relation) ?

    • Anashka | 27 novembre 2012

      Sais-tu pourquoi tu es évitante ? Sais-tu ce qui a fait qu’avec ce garçon , tu as été anxieuse ?

      • Elodie | 27 novembre 2012

        De mémoire, je l’ai toujours été. Et je me suis, en un sens, rendue compte avant même de sortir pour la 1ère fois avec un garçon. Je me souviens que j’imaginais que cela devant être gênant cette proximité avec un garçon. Et donc pendant que des copines rêvait d’une relation, moi je ne me sentais pas concernée.
        Peut-être l’une des origines vient du fait que j’ai été parfois humilié au collège par une bande de garçons de ma classe. Ils n’avaient pas forcément un prétexte, mais c’est juste qu’ils devaient s’emmerder, et que la première fois, je me suis tut. Ca m’a changé. J’ai quitté le cocon de l’enfance en m’apercevant que tout le monde n’était pas gentil et en perdant ma meilleure amie d’enfance qui, elle, était respectée par les autres camarades. Je me suis repliée sur moi-même. Mais bon, je pense que le collège a été difficile pour beaucoup, c’est un âge ingrat.
        La première fois que j’ai été en couple, c’était vers 18 ans, avec un gentil garçon qui m’avait parlé de son intérêt pour moi, et j’ai « accepté » de sortir avec lui. Je dis accepté, car je ne ressentais pas une vraie attirance pour lui (il n’était pas moche du tout pourtant). Il a été amoureux de moi, pas moi.
        Après, j’ai eu quelques relations, où je savais déjà que la relation était impossible avant même de commencer (mecs pris, mecs qui venaient d’être quittés).
        Après l’une de ses relations, j’ai commencé à aspirer à une vraie relation. Ca fait maintenant 5-6 ans, et depuis je ne suis sortie qu’avec 2 mecs. C’est peu. Il faut dire que je ne me laisse pas facilement séduire, je suis un peu difficile, et puis, je suis réservée avec les gens qui ne sont pas de mon entourage.

        Et pour finir, la fois où j’ai été anxieuse, c’est pour le seul garçon qui m’a vraiment plu et avec qui ça été merveilleux pendant 1-2 mois :/. Et quand cette période est passée, j’ai senti qu’il s’éloignait. Je me suis posée beaucoup de questions : qu’est ce que j’ai fait de mal, pourquoi il ne veut plus me voir aussi souvent, pourquoi il ne m’invite pas quand il fait des soirées avec ses amis, pourquoi il refuse quand c’est moi qu’il l’invite voir mes amis ? Au final, il m’a quitté en me disant qu’il n’était pas amoureux.

        Je me demande toujours ce qu’il faudrait que je fasse pour vivre cette relation amoureuse « réciproque ». En plus, j’approche la trentaine, et il y a une certaine pression sociale à trouver sa moitié à mon âge.
        C’était un peu long, désolé.

        • Anashka | 28 novembre 2012

          Aucun souci ici avec la longueur (jusqu’à un certain stade), mais là ça va.
          Ici, c’est surtout un lieu d’échange, on tente ensemble de trouver des solutions, donc tu écris ce que tu as envie/besoin d’écrire et c’est bienvenue ^^

          Le collège est effectivement une période ingrate qui peut chambouler le reste de la vie amoureuse (j’ai mon prochain article, grâce à toi). Là, la confiance que tu aurais pu avoir en l’autre (les garçons et ton amie) a été sérieusement émoussée. Les premiers se moquent, la relation avec la seconde se distant. Alors, à quoi bon s’attacher à quelqu’un si c’est pour qu’il disparaisse ? D’autant plus que la fois où tu t’es laissée aller à des sentiments, le garçon n’était finalement pas amoureux !

          L’avantage c’est que tu sais que tu es capable de te faire aimer : tu l’as vécu, et que tu es capable d’aimer : tu l’as vécu aussi. Aujourd’hui ce serait bien de passer à la relation réciproque. D’autant plus que la pression sociale est là, elle a tendance à dire (à tort, on est d’accord) que si on n’est pas dans une relation sérieuse à trente ans, on a probablement loupé le coche.

          Tu ne sais pas trop comment t’y prendre et tu me dis que tu es :
          1. Difficile : tu ne te laisses pas facilement séduire. HEUREUSEMENT. On a le droit d’avoir des critères un peu exigeants de sélection. Mais, tu pourrais avancer le jeu de séduction avec les entre-deux, un peu plus loin. Jusqu’à un rencard, quelque chose comme ça, ne serait-ce pour gagner en ré-assurance dans ta capacité à plaire.
          2. Réservé : ça c’est vraiment quelque chose sur lequel tu peux travailler. En faisant des rencontres hors de ton entourage, en prenant des cours de théâtres, des choses comme ça. Comment, toi tu aimerais tenté de dépasser cette timidité ?

          • Elodie | 28 novembre 2012

            Merci pour tes pistes ! J’en prends note !
            De bons paramètres de rencontres seront réunis à une soirée ce WE : 80 personnes que je ne connais pas pour la majorité. Je vais essayer d’être plus abordable, plus ouverte à ceux que je ne connais pas, sans distinction de profils fille-mec jeune-moins jeune (2-3 verres devraient aussi me désinhiber un peu lol). Ca devrait être plus facile dans un premier temps, que de cibler seulement des « potentiels » vu que je suis plutôt difficile et que ce serait plus stressant (à cause de l’enjeu derrière).
            Sinon, ce n’est pas du théâtre, mais je me suis inscrite à une chorale de musiques modernes et au Mouvement des Jeunes Socialistes en septembre. Je pense que ça peut aussi m’aider sur ma réserve.

          • Anashka | 29 novembre 2012

            Effectivement, dans le cadre de la soirée, soit au clair avec ton objectif : rencontrer de nouvelles têtes. Comme ça pas de pression.
            De même, dans les deux activités que tu fais, penses-tu qu’il serait possible de proposer un verre en ville avec certaines personnes. Peut-être pour prendre le pli des invitations mutuelles. A force, ce seront aussi des gens qui pourront te présenter de nouvelles personnes.

  • Elodie | 4 décembre 2012

    Je dois avouer que je suis déçue au sujet de mes objectifs pour la soirée du WE ! Au départ, j’ai dis « bonjour » à tous le monde (normal, me direz-vous… mais c’est loin d’être le cas de tous ceux présents). Et ensuite, je suis restée dans une zone de confort en discutant avec des amis. Vers le milieu de soirée, j’ai discuté avec 5-6 autres personnes que je ne connaissais pas, mais je crois bien que c’est eux qui ont commencé à me parler.
    Mais là où je me dis que j’ai été conne, c’est au sujet d’un mec en particulier. Rapidement, l’histoire. Ce mec m’a tourné autour quand je sortais de ma relation « coup de coeur », alors forcément, pendant qq mois, j’avais pas la tête à ça. Ensuite, quand j’ai commencé à être prête à une nouvelle relation, je me suis dit que ça ne pourrait pas marché avec lui (trop fêtard, trop d’amis pour avoir le temps pour un autre type de relation, aucune relation amoureuse longue : comme moi d’ailleurs), mais malgré cela, je suis tout de même attirée par lui. Voilà, quand l’un fait un pas vers l’autre, l’autre ne continue pas, et vice-versa. Ca dure depuis 2 ans.
    Secrètement, j’avais envie qu’il se passe quelque chose samedi soir. Mais je l’ai évité du regard, et lui n’est pas venu vers moi. On s’est seulement dit « bonjour » de toute la soirée. C’est lamentable.
    Je le revois jeudi soir avec d’autres amis pour boire un verre, mais ce sera quasi impossible d’avoir un moment un peu intime. J’ai envie de voir ce que cela pourrait donner avec lui.

  • lilou | 2 janvier 2013

    Bonsoir à tous!!
    Merci Anashka pour avoir crée ce site sur l’Amour! tes articles sont passionnants, pertinents et tu écris très bien. ça soulage quelque peu de te lire, de lire tous ces commentaires en période de rupture… car ça aide à comprendre.
    Je trouve cet article particulièrement pertinent car il permet de mettre des mots (enfin plus exactement de catégoriser ) la relation que j’ai vécue avec mon ex.
    Lui est un évitant à 300% qui manque de confiance en lui, un célibataire endurci qui avait presque fait une croix sur l’ Amour… et moi une anxieuse par nature même si j’ai beaucoup évolué (je suis une psychothérapie) . Si bien que maintenant je suis plus une secure-anxieuse. Mais avec lui mes démons ont refait surface et j’ai dû lutter pour ne pas trop lui montrer et le faire fuir.
    Et puis quand une anxieuse sort d’une relation de 10 ans avec un anxieux (très proche ) pour un évitant le changement est brutal! d’autant plus que je tenais BEAUCOUP à lui… donc je faisais tout pour m’adapter à lui, et ne pas le faire fuir.
    Mais malheureusement c’est différence nous a conduit à la rupture, car au délà du besoin d’être rassurée, j’avais besoin de partager avec lui, d être un « vrai couple » ( à mon sens). je lui en ai vraiment fait part au bout de 7 mois de relation; je lui ai demandé qu’on forme un vrai « couple » , qu’ on partage plus de moments ensemble, qu’on évolue un peu en somme (même si j’étais prête à faire des compromis et à lui laisser la liberté dont il aurait besoin.)
    Il m’ a répondu qu’il n’était pas prêt encore pour être en couple. Je l’ai fait fuir en invoquant ce mot. et je culpabilise de m’y être mal prise…
    A titre d’exemple, c’est un travailleur saisonnier, la saison dernière il est parti à 3 heures de distance de moi . Il rentrait un we tous les 15 jours ( pas toujours), il ne m’appelait jamais et m’envoyait un texto tous les 4, 5 jours… voir plus!! et bien sûr il ne me consacrait pas tous le we. Il m’a proposé de faire des efforts, il en a fait un peu… mais au bout d’un moment j’ai craqué, j’ ai ouvert les yeux: il ne m’aimait pas ou si peu, et surtout il ne s’autorisait pas à m’aimer.
    Aujourd’hui ça fait presque 4 mois qu’on est séparé mais j’ai encore beaucoup de mal à l’oublier, à passer à autre chose. Je mets toute mon énergie à lutter pour l’oublier.
    Même si raisonnablement, je sais qu’il faut que je passe à autre chose, je serais prête à beaucoup pour qu’on soit de nouveau ensemble… et je peux pas m’empêcher de chercher des solutions, comme devenir une vraie secure lol!

    • Anashka | 2 janvier 2013

      Bonjour Lilou et bienvenue.

      Ton histoire est complexe, tu as aimé un garçon pour qui la fuite était le mode de relation amoureux. J’imagine le cauchemars.
      Tu n’as pas à culpabiliser de lui avoir fait part de tes besoins, d’un « vrai couple » après 7 mois. Au contraire. Tu peux même t’applaudir de :
      – avoir été si patiente pour quelqu’un alors que tu décris comme anxieuse
      – de t’être écouté, tout de même.
      La personne que tu dois avant tout rendre heureuse dans une relation c’est… TOI. Tu es LA garante de ton bonheur, avant le sien. C’est un grand garçon, que tu ne sauveras pas contre son grès.

      Tu me dis que tu serais prête à beaucoup pour te remettre avec ? A quel point ? Au point d’être encre malheureuse dans une relation qui ne convient pas ?

      J’ai une éthique de travail, je fais ce qu’on me demande. Tu me demandes des techniques pour le récupérer, on peut tenter ensemble de trouver. Mais, es-tu sûre qu’une autre histoire, avec quelqu’un qui serait à l’écoute de tes craintes ne serait pas mieux ? Ne te rendrait pas plus heureuse ?

      • lilou | 2 janvier 2013

        Si bien sûr qu une autre histoire avec quelqu’un qui est prêt à s’engager au minimum serait plus simple et pourrait me rendre plus heureuse. mais je me demande si je serais capable de l’ aimer… c’est tout le problème…
        On ne sait pas toujours aimer celui qui nous rend heureuse.
        et puis j’ai toujours une lueur d espoir avec lui qui m’empêche de vraiment passer à autre chose. il m’a dit qu’il avait peur… que pour l’instant il n’était pas prêt alors le sera t- il un jour ? qu’est ce que tu penses de ce genre d’ Homme ? (je précise qu’il a 28 ans et qu’il est de nature tétue)

        • Anashka | 4 janvier 2013

          Il est possible qu’un jour il se lance. Mais, tu veux vraiment attendre que -peut-être- il en ai envie un jour ? Et, encore ce jour-là, il aura peut-être une autre femme en tête. Ces garçons sont pour moi les plus difficiles à saisir. Ils ne veulent pas s’engager VRAIMENT par peur, pas parce qu’ils préfèrent le célibat.

          ça s’apprend d’aimer celui qui nous rend heureuse… Mais, effectivement, l’ascenseur émotionnel est moins puissant.

  • lilou | 4 janvier 2013

    Merci pour ta réponse.
    Je sais qu’il n’y rien (ou plus rien ?) que je puisse faire qui l’ amènera à s’engager tant que lui ne l’aura pas décidé. Après je pense qu’ il ne s’en sortira pas comme ça sans une aide extérieure tant sa peur de l’amour est profondément installée en lui . Je le connais depuis le collège et je me souviens qu’ à l’époque déjà il fuyait dès qu’une nana commençait à s’attacher à lui…
    et puis comme tu dis pourquoi ce serait avec moi et pas une autre ? les hommes n’ aiment pas trop le réchauffé lol ou se remettre avec une fille qu’ils ont fait souffrir.
    Aujourd’hui j ‘ai 28 ans il faut que j’ avance, j’en ai besoin ( cette impasse me fait très peur) et j ‘espère être prête pour ça. Ce serait de la folie de l’attendre, d’attendre quoi ? de voir que rien ne change , que rien n’avance et d’avoir perdu du temps… en plus il ne m’a jamais explicitement demandé de l’ attendre. Après oublier, c ‘est plus facile à dire qu’ à faire comment y arriver ? comment passer à autre chose, m’ouvrir à une autre histoire ?
    En général, est ce que tu penses que ce type d ‘homme finit par changer? par avoir le déclic ?
    C’est vrai que certains ne veulent pas s’engager VRAIMENT par peur, pas parce qu’ils préfèrent le célibat. mais je me dis aussi qu’on cherche inconsciemment ce dont on a besoin ( une relation engagée ou non) de façon plus ou moins maladroite parfois. Si on fuit tellement l ‘amour c’est peut être que dans le fond on en a pas tant besoin que ça ?

    • Anashka | 5 janvier 2013

      Comme tu le dis, aujourd’hui, il faut que tu avances. Que tu penses à toi et tes projets. Recentre toi sur TOI, TES rêves, TES envies, TES projets. Se noyer dans le travail ou une passion est une bonne manière d’oublier un homme.

      Le dernier article, d’ailleurs, peut t’aider, pour ça.

      Je ne sais pas pourquoi LUI fuit l’amour. Je ne le connais pas. Faire des généralités risque de me faire dire des bêtises. La seule chose à retenir, c’est qu’il ne peut pas t’offrir ce dont tu as besoin. Par conséquent, tu dois cesser de l’attendre, et avancer sur TON chemin et TA vie. Au risque que ce soit ELLE qui te passe à côtés.

      • AL | 21 janvier 2013

        Merci de ta réponse très pertinente!

  • Nina | 20 février 2013

    Merci Anashka pour ta réponse.
    Oui pouvoir dire à l’autre ce que l’on ressent si on ressent que l’autre veut connaitre cette partie de soi.
    Nous verrons qui se présentera sur mon chemin :)

  • inconnue | 31 mars 2013

    Bonjour Anashka, tu peux me dire ce que tu penses vraiment de cette relation , je suis prête à tout entendre.

    • Anashka | 1 avril 2013

      J’ai loupé ton commentaire précédent ? Si oui, tu me refais un topo ?

      • Lilou | 1 avril 2013

        ;) j’ai lu ton article sur pourquoi ce mec m’obsède ?… :/
        Je lui ai répondu en essayant d’appliquer tes conseils: simple et sans pression j’essaie de ne plus me prendre la tête ..

        • Anashka | 2 avril 2013

          D’accord. Tu me tiens au jus ?

          • Lilou | 2 avril 2013

            Il a lu mon message, mais 48h après toujours pas de réponse, je lui demandé comment il allait…
            C’ est étrange, il espère que ce voyage soit à la hauteur de mes espérances pourtant je n’ai pas d’espérances particulières pour ce voyage mais de lui oui… j’ai envie de le revoir et de passer du temps avec lui.. mais je rêve… alors oui peut être que ce voyage m’ aidera à tourner la page…
            Je viens de le croiser cet aprem en ville, les mains dans ses poches, avec une fille qui ne semblait pas être sa nouvelle petite amie, ça fait mal…

          • Anashka | 3 avril 2013

            Il ne t’a pas salué ?

          • Lilou | 3 avril 2013

            ben je l’ai vu au loin, y’avait beaucoup de monde, je ne pense pas qu’il m’ait vue… comme tu dis avec la métaphore sur la drogue, il suffit de peu pour replonger…

            ps: qu’en penses tu ?

          • Anashka | 3 avril 2013

            Que tu replonges ? Ou qu’il ne t’ai pas vu ?

          • Lilou | 3 avril 2013

            non c’est normal qu’il ne m’ait pas vu… il était loin, j’ai eu l’oeil de lynx ;)
            Je voulais savoir ce que tu pensais de ses mots: qu’il espère que ce voyage soit à la hauteur de mes espérances ?
            Replonger ? je pense pas, j ‘essaie de rester lucide et je refuse de me voiler la face mais ça fait « mal »…
            Comme on l’a dit justement on ressent un grand vide, un vide face à ma vie qui pour moi n’a pas vraiment de sens sans cet autre à aimer. Son absence est lourde et incompréhensible je me demande qui il est …
            Son message, l’attente de sa réponse encore et toujours, puis le croiser m’ont plombé le moral mais j’ai des pulsions pour aller de l’avant, pour aller bien. Je comble machinalement ma vie de projets en me disant allez fais le pour toi, pour le prochain…

          • Anashka | 4 avril 2013

            Effectivement, ta démarche est encore la meilleure : avancer dans ta vie pour toi (et si tu as du mal, pour cette histoire future.).
            ça fait longtemps qu’il aurait pu te répondre, s’il ne l’a pas fait, c’est probablement qu’il ne le fera pas par la suite…

            Comment tu peux faire pour canaliser cette douleur ? Comment tu peux garder le meilleur ?

          • Lilou | 4 avril 2013

            il m’a répondu ce matin … de banalités sur sa vie, sans me relancer, comme il enverrait ce message à une pote, mais un message un peu plus long que le mien…
            faut il que je lui dise que je l’ai vu en ville avec une fille ?

            Comment canaliser cette douleur et garder le meilleur ? je crois toujours que le mieux c’est de travailler sur soi , sur son histoire avec un vrai et un bon professionnel pour comprendre ce qui nous amène là… puis savoir que mes amis sont là pour moi, qu’ils m’aident comme ils le peuvent et puis partager ici, écrire, mettre des mots, ça fait du bien on se rend compte qu’on est pas seul…
            d’ailleurs, je me dis depuis quelque temps que ça me plairait de te rencontrer Anashka ! :-)

          • Anashka | 7 avril 2013

            Non, pour la fille, ne lui dit rien. Sur le message, sens-tu qu’il y a une ouverture pour le voir bientôt ?

            (Pour les rencontres, regardes sur le forum ^^)

          • Lilou | 17 avril 2013

            une ouverture c est à dire ?
            je ne vois pas car dans sa réponse il ne me relance pas… il me parle juste de sa vie.
            en tous cas je ne sais pas comment réagir pour relancer la communication… je me sens bloquée…

          • Anashka | 17 avril 2013

            ça a l’air un peu mort avec ce gars… Peut-être que le mieux, c’est de tourner la page, non ?

  • lapetitefée | 1 avril 2013

    Je me situe un peu entre les deux côtés, par contre, je n’attends pas que l’histoire ne me sauve de quoique ce soit. Y a pas le côté radeau quoi. D’une part j’ai le souhait de l’engagement et d’autre part il me fait peur et s’il n’arrive pas ça me fait angoisser. Complexité de moi : au s’cours!

    • Anashka | 2 avril 2013

      Qu’est-ce qui te fait peur dans l’engagement ?

      • lapetitefée | 2 avril 2013

        Le fait de ne pas être à la hauteur je pense. Tant qu’on est en phase de séduction préliminaire, j’entends avant l’officialisation d’une histoire, la seule responsabilité c’est de charmer l’autre, de le faire succomber (je caricature), ça reste un joli jeu. Mais quand il s’agit d’engagement, ej sais que je ne peux pas faire à moitié, que je vais m’impliquer terriblement et parfois, j’ai peur de ne pas savoir le faire, de ne pas être une bonne partenaire dans le quotidien. Je me sens plus à l’aise dans les moments intenses mais courts. C’est pas très clair ce que je raconte, hein? ^^

        • Anashka | 3 avril 2013

          Si, parce que tu as l’impression que pour s’engager il faut « faire » des choses. Alors, que le plus simple (et efficace) est de profiter du moment et de voir où ça mène. Le fait que tu vois les choses par l’angle de l’action, te pousse à trop t’impliquer et donc à être trop sensibles… quand ça foire.

          • lapetitefée | 3 avril 2013

            J’ai réfléchi après avoir écrit et tu as raison. En ne vivant jamais le moment M, je spécule sur ce qui pourrait arriver, j’imagine l’histoire que ça devrait être et pas celle qu’elle est réellement. Du coup, soit ça arrive comme je voulais mais entre l’imagination et la réalité, il y a un Grand Canyon, soit ça ne se passe pas comme je veux et j’abandonne – ce qui est mieux. Mais à force d’expérience, je me sens progressé et je me rends compte, c’est déjà mieux!

          • Anashka | 3 avril 2013

            Oui. C’est déjà mieux. La question, c’est qu’est-ce que tu pourrais faire pour déconstruire tes représentations de l’Amour ?

  • feriel | 2 février 2014

    en lisant votre article, j’ai pu comprendre beaucoup de chose et j’en vous remercie et de là, je vous dit que je suis en relation anxieux-évitant, c’es moi l’anxieuse et c’est lui l’évitant, en plus il était amoureux d’une femme avant moi et ils ont rompu, c’était une vraie relation avec elle mais avec moi, je ne sens pas vraiment que c’est une relation, il dit qu’on est ensemble mais son comportement est un comportement d’un évitant et pourtant je lui ai fait par de mes sentiments envers lui et de mon anxiété de le perdre, il m’a juste dit je suis là et je ne te laisserai jamais tombé mais voir son comportement, j’en doute.
    comment dois je être avec lui? comment faire pour l’attacher pour qu’il comprenne que c’est une relation qui existe entre moi et lui et qu’il doit changé de comportement avec moi? svp aidez moi

    • Anashka | 3 février 2014

      Qu’est-ce qui te gène dans son comportement ? Quels points précis t’angoisse ?

  • feriel | 3 février 2014

    son comportement avec moi n’est pas un comportement d’un homme amoureux de sa partenaire, il ne m’appelle que rarement, on se voit que rarement, au lieu qu’il m’appelle et il profite du temps avec moi , il préfère se connecter dans des sites de rencontre. je l’appelle dés fois, il ne me rappelle pas, il ne répond pas à mes sms, il ne cherche pas aprés moi comme ci je suis la sienne.
    ce n’est pas un comportement de couple.
    un jour,, je lui ai demandé  » est ce que tu me considères la femme de ta vie? » il m’a répondu « oui, donne moi juste du temps »
    que dois je comprendre?

    • Anashka | 4 février 2014

      Peut-être qu’il aime bien t’avoir « sous le coude » mais en batiffolant ailleurs. Tu lui as déjà dit que ça te génait ? Est-ce que tu arreterais la relation s’il continue avec les autres femmes ?

  • Marlyse | 19 mars 2014

    Si j’avais lu cette article il y a deux ans, cela m’aurait bien éviter quelques séquelles qui a ce jour me paraisse irrémédiable.
    mais il n’est jamais trop tard pour apprendre.

    Merci pour cet article à la fois clair et concret

    • Anashka | 20 mars 2014

      Si ce n’est pas indiscret, de quelles séquelles tu parles ?

  • Nini | 27 mars 2014

    Hello Anashka,

    J’ai découvert ton blog il y a maintenant un mois et je ne pourrais jamais assez te remercier, tous les conseils ici sont incroyablement précieux!
    Je me suis entièrement reconnue a la lecture de la partie sur l’attachement anxieux, il décrit parfaitement ce que je ressens et ce qui a pu faire foirer mes precedents debuts de relations…
    J’ai demenage aux US il y a peu et rencontre un de ces american boys il y a 2 mois… Differences de langue, de culture, éloignement de la famille et des amis tendent a encore plus exacerber tout ca… Avant je pouvais pouvais en parler a mes proches qui trouvaient les mots pour me rassurer et me calmer un peu, mais la c’est moi toute seule avec le monsieur. D’autant plus que la vie d’expat peut être faite de longues soirees en solo au debut, il a forcement pris une assez (trop?) grande importance dans ma vie…
    Lui est plutôt carrément secure, et meme si j’ai pu bien lui parler et qu’il fait de son mieux pour me rassurer, le moindre signe de distance prend une toute autre dimension… Une indisponibilité parce qu’il veut aller s’entrainer a la salle de sport ou 3j sans le voir prennent une toute autre dimension… Je ne verrai que ca et pas ses coups de fils pour me raconter tout et n’importe quoi ou tous les autres efforts qu’il fait pour se libérer du temps avec moi… Et c’est bien difficile de se changer les idées vu les circonstances…
    Du coup je m’interroge et m’interroge encore, au point d’en perdre parfois le sommeil… Est-ce que c’était trop tot pour m’engager dans une relation ici? Quid en cas de rupture, qui pourra me remonter le moral? Enfin bref je flippe puissance 10 par rapport a ce que j’ai pu connaitre avant, ce qui n’est vraiment pas peu dire…
    On va essayer la méthode Coué a grands coups de « il est fou de moi » et « il restera avec moi » pour éviter les auto-propheties negatives et on verra bien si ca marche… En attendant si d’autres ont des conseils je suis preneuse!

    • Anashka | 28 mars 2014

      Ce ne sont pas des conseils… mais vu comme tu es attachée, le quitter pour « ne pas souffrir », c’est déjà un peu tard. En revanche, est-ce qu’il te rassure ? Est-ce que tu peux discuter de cette anxiété avec lui ? Est-ce que tu as de quoi te changer les idées ?

      • Nini | 31 mars 2014

        Oui je suis totalement d’accord avec toi, je ne pense pas que cela serait de bonnes raisons de le quitter de toutes façons. Il est très ouvert a la discussion, comprend bien mes anxiétés et me rassure sur le moment en m’expliquant son comportement, mais toujours pas moyen d’avoir une soirée romantique sans qu’il invite un de ses potes (le plus souvent sans me demander mon avis). Il justifie ça en m’expliquant qu’il se sent très a l’aise avec moi, mais ne se pose pas la question de savoir ce que je voudrais vraiment.
        Et le problème est bien qu’a part le travail, la vie d’expat en solo est souvent assez solitaire, et même si je commence a avoir quelques amis outre-atlantique sur qui compter je ne peux pas non plus me permettre de les étouffer constamment, ils ont leur vie eux aussi ;)

        • Anashka | 1 avril 2014

          Est-ce que tu peux lui formuler cette envie d’une soirée à deux ? Est-ce que tu peux l’inviter en lui disant de « venir seul », parce que tu as une surprise pour lui ?

  • Marie | 3 juillet 2014

    O là-là! Donc je suis une évitante hardcore qui correspond exactement aux ces 3 signes. Mais ben, parfois obtenir une objective personnelle fait bcp plus plaisir que des relations ennuyeuse dont bcp de monde se satisfaient.

  • Cookie | 22 août 2014

    Super article Anash’ ! Ca m’a fait comprendre des choses.
    Pour moi ça a été anxieuse et lui, évitant.
    Alala. :/

  • Perrine | 24 novembre 2015

    Coucou, cet article me parle bcp! !! Comme bcp de choses sur ce site d ailleurs, que je vais consulter dans mes périlleuses histoires amoureuses. Donc moi à fond dans anxieuse, je sais séduire et une fois séduite et avoir séduit je suis complètement à côté de la plaque j envahis l autre de messages. Et là le mec fuit! Aujourd hui encore mauvaise nouvelle fin d un éventuel début! Je suis dépitée et n arrive pas à faire autrement et laisser libre l autre. Voilà pour moi. D ailleurs tout conseil est bienvenu car j en souffre ;-)

  • fanny | 26 mars 2016

    génial cet article, il va m’aider…
    Moi anxieuse +++Lui évitant +++
    Ce n’est pas une cure de jouvence mais j’ai décidé de travailler sur moi et de comprendre sa façon de fonctionner car il y a de vrais sentiments entre nous et j’ai plus que tout envie que ça dure

    merci pour les explications :)

  • Orson | 5 mai 2016

    Hello chers lectrices, chers lecteurs !!

    Merci pour tous tes articles Anashka…! Ils sont très instructifs.
    Je me permets d’ajouter un détail, je pense qu’on peut passer par toute ces phases dans une période après une rupture difficile par exemple.

    Ou même passé de « anxieux » à « sécure » avec la bonne personne.
    Je connais même des « évitant » qui avait vécu une rupture longue et difficile, celle du premier amour qui ont réussi à basculer dans la case « sécure »

    Voilà, pour le petit détail que je voulais ajouter. Qu’en pensez-vous ?

Commenter