Vivez la vie de vos rêves !

Par 8 Juin 2012 62 Commentaires

Séduire c’est d’abord se séduire SOI. Aimer ce que l’on est. Aimer ce que l’on fait. Avoir une estime de soi saine. Tout cela est difficile quand on passe à côté de sa vie.

Aujourd’hui est le premier jour du reste de votre vie. Et c’est le moment parfait pour lui donner la direction que VOUS voulez. C’est le moment de cesser de rêver votre vie MAIS de vivre vos rêves !

Définissez vos rêves

Bien sur, si, vous comme moi, listez vos rêves, on remplirait une dizaine de feuilles doubles. Il y a tellement de choses à apprendre, à découvrir, à faire… qu’une seule vie ne suffirait pas !

Alors, mieux vaut choisir un ou deux rêves, que l’on veut ABSOLUMENT réaliser et se donner les moyens d’y parvenir plutôt que de s’éparpiller dans une multitude de petits projets dont on ne viendra pas à bout.
Impossible n’est pas français, mais tout faire en même temps est… compliqué. Mais comment choisir ?

Choisissez les résultats visibles

Vous établissez votre liste de rêve. Parmi eux, il y a :

    • Trouver un emploi dans le journalisme
    • Nager avec les dauphins
    • Maitriser la cuisine chinoise (j’dis ça, parce que je viens de faire mes premiers rouleaux de printemps, si quelqu’un a un bon lien de recette, je suis preneuse ^^)
    • Partir en voyage au Sénégal
    • To be continued

 

Favorisez l’objectif EMPLOI. A terme, le changement sur votre vie sera plus important. Le reste vous aurez toujours le temps de le faire conjointement ou plus tard. Ils ne changeront pas votre vie. Le plaisir ressenti une fois l’objectif atteint sera moins grand.

De plus, je suis partisane du « il n’y a pas de sens OBJECTIF à notre vie, que le sens que nous voulons bien y mettre ». Poursuivre un rêve journalistique vous apportera bien plus de sens que nager avec des dauphins.

Ce dernier apportant un plaisir seulement à court terme.

Choisissez des rêves qui dépendent de vous

Certains rêves dépendent surtout de vous, d’autres pas du tout. Choisir un rêve sur lequel nous n’avons pas d’impact apporte beaucoup de frustration et de désespoir. Quoi que vous fassiez, rien ne changera. Vous perdrez en temps et énergie.

Devenir journaliste dépend de vous. Peut-être faut-il reprendre des études. Ou bien se faire connaître en envoyant des articles à des journaux. Ou encore, lancer un blog. Le talent se travaille, s’affine. Bref. Vous pouvez avoir un impact fort dessus.

Trouver l’homme de votre vie dépend un peu de vous : vous pouvez apprendre à séduire, vous construire un cercle social, vous relooker, prendre des cours de théâtre pour dépasser votre timidité, etc. Si l’objectif « être plus séduisante » dépend de vous, l’objectif «le faire tomber amoureux » dépend de lui. Vous ne pouvez pas le forcer.

La paix dans le monde, est un objectif qui ne dépend pas de vous. Vous n’y pouvez rien. A la limite, « agir pour la paix dans le monde » est déjà plus à MA et VOTRE portée. Mais apporter « la paix dans le monde » dépend de 6 milliards de personnes.

Choisissez un rêve aux résultats quantifiables

Devenir journaliste est un rêve flou. Être engagé par un journal en CDI est un rêve quantifiable. Vous pourrez le considérer comme accompli quand vous aurez signé.

L’idée est que vous puissiez dire « une fois telle limite passée, je considère mon rêve atteint et je peux passer à autre chose ».

Choisissez un rêve compatible avec votre vie actuelle

Si vous rêvez de vivre en Argentine : prenez le temps de vous ORGANISER afin de ne pas couper court à ce que vous avez en cours.

Partez en vacance découvrir le pays. Recherchez un travail là bas avant de tout quitter pour le pays. Renseignez-vous, si vous êtes étudiante, s’il est possible de continuer votre cursus là-bas.

N’abandonnez jamais vos projets actuels pour un rêve plus lointain. C’est de la fuite en avant. Mieux vaut prendre plus de temps pour réaliser vos rêves, mais finir ce qui est en cours que TOUT lâcher.

Vous avez votre rêve bien en tête ? Il est défini par un résultat quantifiable et sa mise en place est compatible avec votre mode de vie actuel ? Très bien ! Vous pouvez lire ce qui suit ^^

 

Planifiez votre rêve

Divisez votre rêve en OBJECTIFS

Un rêve même s’il répond à toutes les exigences du dessus reste relativement flou tant qu’on ne l’a pas divisé en OBJECTIFS précis et déterminés dans le temps.

Vous rêvez de travailler dans l’humanitaire pour venir en aide aux plus démunis. Le rêve sera réalisé quand vous serez dans l’avion pour votre première mission, par exemple.

Les objectifs pourraient être :

    • Vous renseigner sur les compétences demandées (aujourd’hui on ne prend plus de bénévoles sans savoir-faire)
    • Trouver/choisir une formation qui vous corresponde et qui soit recherchée dans le milieu
    • Trouver les fonds pour payer cette formation
    • Apprendre une seconde ou troisième langue
    • Vous faire des premières expériences de terrain (en partant dans des chantiers jeunesses, par exemple)
    • Etre engagée.

 

En fonction du temps qu’ils prennent, donnez leurs une date limite à laquelle un objectif sera atteint. Comme pour le rêve, écrivez des objectifs quantifiables. Vous aurez choisi une formation quand votre dossier sera envoyé.

Accordez vous une petite récompense à chaque objectif atteint : une session boutique, un week end dans une auberge, etc. Vous méritez de vous féliciter !

 

Divisez vos objectifs en tâches

Arrêtez- vous aux deux premiers objectifs et noter toutes les petites tâches qu’ils demandent.

Exemple : Trouver des fonds :

    • Trouver un boulot d’été : faire un CV, LM, postuler, travailler.
    • Mettre de côté telle somme.
    • Faire votre dossier si vous avez le droit aux bourses.
    • Vous renseigner sur les crédits étudiants.
    • Etc…

 

Comme un rendez-vous important avec votre rêve, marquez sur votre agenda le JOUR J où vous vous occuperez de cette tâche. Mettez-le dans une couleur spéciale(genre rose fluo à paillette). Ce n’est pas qu’une tâche, qu’une contrainte. C’est une étape qui vous rapproche de votre rêve ! Et ça, ce n’est pas rien.

Selon la vie que vous avez actuellement vous pourrez y accorder plus ou moins de temps. Ne vous stressez pas, prenez le temps dont vous avez besoin. N’oubliez pas, pendant les périodes les plus difficiles ce pourquoi vous vous cassez le crâne.

A l’action !

Quand vous aurez fini cet article, réalisez d’ors et déjà la première tâche que demande votre rêve : le planifier, l’organiser, en faire un projet CONCRET.

Et si vous avez le temps, démarrez une autre petite tâche. Comme vous renseigner sur les métiers de l’humanitaire, pour reprendre notre exemple.

Si votre emploi du temps/budget vous le permet. Travailler parallèlement sur d’autres objectifs, plus courts quant à leurs réalisations. Y parvenir vous donnera confiance en votre capacité à vous réaliser.

Pourquoi ne pas bosser parallèlement sur 3 objectifs ?

    • Un objectif à long terme : il demande plusieurs années et touche en général le lieu de vie et/ou l’emploi. C’est celui qui donne sens à votre vie, qui oriente une partie de vos décisions.
    • Un objectif à moyen terme : qui peut prendre plusieurs mois. Généralement lié au voyage, à un apprentissage, bref… quelque chose qui vous fasse plaisir. (Ex : suivre un régime, apprendre un instrument, refaire la salle de bain, partir au Laos…)
    • Un objectif à court terme : réalisable dans les semaines qui viennent. Il se renouvelle dès qu’il est fini. Il est là pour vous vider la tête. (Ex : recevoir une dizaine de personne lors d’un vrai repas chinois avec musique d’ambiance…)

 

Gardez tout de même vos priorités en tête. Ce qui compte, quand vous êtes débordée, c’est votre objectif à long terme. Il passe avant le reste, puisque c’est lui qui donne sens à votre vie !

Alors votre rêve c’est quoi ? Quelle est la première tâche que vous allez mettre en place pour le réaliser ?


Séduire CET Homme

Comment séduire LE mec que vous convoitez – même si la situation semble compliquée... Un guide "étape par étape" pour faire tomber amoureux un ami, un collègue...

> Découvrez Séduire CET Homme



Commentaires (62)
  • Yutsu | 8 juin 2012

    Article qui me parle^^

    Alors mon rêve, partir faire mes études a Nantes, et y rester. Pour y arriver je doit avoir mon bac, avoir une bourse, et trouver un job d’été, je doit m’occuper de ces trois taches en même temps.

    Ah et je doit trouver un coloc, ça je pense avoir réussit.^^

  • kya | 8 juin 2012

    Bjr, ça n’a rien à voir avec le sujet mais je voudrais savoir comment faire la différence entre un homme sérieux qui s’intéresse à moi et un séducteur menteur. Merci pour vos réponses.

    • Anashka | 8 juin 2012

      Kya : Dis comme ça, il faudrait plus d’un article ! Tu peux m’expliquer la situation ?

  • Superbrunette | 15 juin 2012

    Moi mon rêve c’est le premier de ta liste…Cela fait environ 2 ans que j’ai commencé à essayer de le mettre sur pied, après de nombreuses années à me couper les ailes… Je croise les doigts, je lutte beaucoup aussi, mais j’ai foi en moi, plus rien d’autre ne compte à mes yeux.

    • Anashka | 15 juin 2012

      Courage SuperBrunette ! Tu en es loin ou près du résultat ?

      • Superbrunette | 15 juin 2012

        alors là je m’en rapproche…à pas de fourmi !lol
        Disons qu’actuellement, après avoir passé plusieurs obstacles de taille, je continue de galérer beaucoup (la loi du marché est impitoyable), mais j’ai les crocs donc je m’accroche autant que je peux !!! En fait c’est un tel challenge pour moi que c’est hyper stimulant, même s’il y a des jours où je déprime quand même un peu devant tant d’obstacles mais bon…ça dure jamais très longtemps heureusement !
        Bonne vivante je suis, bonne vivante je resterais !lol

        • Anashka | 15 juin 2012

          SuperBrunette, on en parler il y a 10 min avec Lex d’ADS, tu as un de ces peps à chaque fois que tu post !
          C’est impressionnant !

          • Superbrunette | 15 juin 2012

            {rougit, sourit} Ah oui ça se ressent tant que ça dans mes posts ?lol
            La vie n’est pas toujours simple…Disons que j’essaie de prendre au maximum les choses du bon côté ! Et puis j’aime l’humain aussi je crois ! :)

          • Anashka | 15 juin 2012

            C’est la clef, je pense. De la positive attitude coute que coute.

  • loulou | 19 juin 2012

    Hello Anashka, je prends le train pour me rendre au travail et ai remarqué un gars qui le prend plus ou moins à la mm fréquence que moi. On s’est croisé du regard et on se reconnait plus ou moins à présent. Je suis timide (argh) et donc n’arrive en général pas à tenir le regard des ces « inconnus » du train, de l’avion, du bus. Je les fuis même, et regarde de côté, dans le portable etc.. Mega fail, je sais, et du coup, en général, les gars n’ayant pas reçu de signaux positifs, ne tentent rien. Aurais-tu des astuces pour les timides comme moi? Merci!!

    • Anashka | 20 juin 2012

      Loulou : Timidité = peur.
      Est-ce que tenter un coucou de la main serait possible ? [ainsi : tu n’abordes pas, si il te répond, tu peux sourire, et même en gestuelle lui proposer de t’assoir à côtés de toi].

      Peut-être plus simple que tenir le regard ^^

      Sinon, le regard « timide » plait aux mecs, peut-être plus que le regard femme fatale. Donc, c’est pas si mal ^^

      • loulou | 20 juin 2012

        Merci. Tu as raison que timidité= peur, peur bleue même quand c’est un inconnu (et donc projections, alors que le gars ne vaut p-e pas ce ‘trac’) ou quand qqun me plait vraiment.

        Mais ce je ne comprends pas c’est: peur DE QUOI!?

        Ca traduit certes un manque de confiance en soi mais aussi peur du rejet? de la rencontre? du bonheur?!

        C’est d’autant plus étonnant que je suis un mélange de timidité et d’extraversion et que je sais bien que la séduction et la rencontre devraient être qqchose de ludique et de léger (je dis bien « devraient »…! :-) ) et que la plupart des épisodes, mêmes les moins marrants ne sont pas si graves.

        En attendant de devenir l’amazone pleine d’assurance, je vais voir si un coucou est possible. Merci pour la suggestion, c’est un très bon compromis :-)

        • Anashka | 20 juin 2012

          Loulou : Je pense que c’est une peur :
          – d’être perçut comme je-ne-sais-quoi
          – peur du rejet
          – peur de l’échec
          – etc.

          Ca dépend pour chaque personne, à toi de voir par quoi tu te sens concernée ^^

  • loulou | 20 juin 2012

    Yep…merci.

    • Anashka | 20 juin 2012

      Loulou: Je comprend ton désarroi. S’il faut absolument que je fasse tout un article sur la timidité, qui n’est pas un trait de caractère mais un comportement de peur [là, on est d’accord, je crois]… je ne peux pas expliquer la timidité de chacun.

      Freud/inconscient/narcissisme/image de soi/ peur du rejet/abandon… bref. Si tu veux trouver des pistes, cherche de ce côtés là.
      Quand je dis « à toi de voir », c’est surtout « par quoi TOI, tu te sens concernée ? ».
      Je n’ai pas la réponse…

      [je sens bien que je me suis mal exprimée, hein]

  • loulou | 21 juin 2012

    Non non, mon « yep…merci » était une approbation! Les points de suspension reflétant ma réflexion sur ta réponse. Je suis tout à fait d’accord, et, reconnaissante pour ton conseil et notre échange. Pas de souci là-dessus :-)

    • Anashka | 22 juin 2012

      Ok. Sans le ton de voix, c’est pas toujours évident ^^

      Bref, tu me tiens au jus ! ^^

  • Lulu | 26 août 2012

    Moi j’ai tout, vraiment tout.. sauf un homme qui m’aime et que j’aime. Mon entourage m’envie ma vie facile, mes voyages, mon appartement, mon salaire, mon travail, mon physique.. En plus je suis en bonne santé, ce qui n’est pas négligeable. Mais tout cela (hormis la santé) devient vraiment secondaire quand il nous manque l’amour. Cela fait 10 ans que je suis seule, vraiment seule.. Manque d’opportunités, peu de sorties car peu d’amies (toutes occupées à pouponner et peu soucieuses des états d’âmes de leurs ex-copines célibataires) et pour comble de malchance depuis 10 ans je ne tombe que sur des hommes qui font semblant: j’ai droit à des regards langoureux, des compliments jusqu’à ce que ce que je finisse par réaliser que c’était un simple jeu et qu’ils ne veulent pas aller plus loin, qu’ils ont déjà une copine ou que je ne les intéresse pas tout simplement.. un long parcours du combattant qui me donne parfois envie d’en finir tout simplement, de tourner la page de cette existence de m… Bref, mon rêve à moi qui ait « tout » c’est de rencontrer un homme qui m’aime et que j’aime et de commencer (enfin) une vie de couple.. A 34 ans il serait temps.. (j’espère que je ne suis pas trop déprimante, mais je suis en pleine période de blues)

    • Anashka | 28 août 2012

      En même temps, tu peux bien te permettre une période de blues ! Nomého !
      Est-ce que tu as tenté, les sites de rencontres ?

      • Lulu | 29 août 2012

        Oui, j’ai essayé les sites de rencontre surtout quand j’étais plus jeune.. j’ai rencontré des gens par ce biais, la plupart du temps il n’y avait pas de suite.. De rares fois ca a été plus loin. Par ce biais, j’ai rencontré un homme avec qui j’ai eu une aventure il y a 10 ans (expérience malheureuse d’ailleurs), mais c’est tout.. Disons que j’ai été déçue par ce mode de rencontre. Je l’ai beaucoup pratiqué à une période mais maintenant ça me répugne un peu, je trouve ça froid et sans âme. En plus je vis dans une petite région de France, donc on a vite fait de faire le tour des candidats potentiels à proximité.
        Pour ce qui est de mon coup de blues, je reprends un peu courage mais j’ai du mal à me défaire de mon obsession du couple. Je pense que mon problème est là plus que le fait de ne rencontrer personne. J’essaie d’apprendre à être heureuse seule car j’ai conscience que j’ai beaucoup de chances dans ma vie bien plus que la moyenne des gens.. Je suis suivie par un psy qui pense que je cristallise trop ma vie autour de l’idée d’une rencontre et que je devrais apprendre à lâcher prise.. Idée séduisante mais tellement difficile à faire.. Chaque nouvelle annonce d’un mariage, d’une grossesse etc.. me renvoie à ma propre vie en solitaire. Cette idée fixe m’empoisonne l’existence. Il faut simplement que je me sorte de la tête que le couple sera la clé du bonheur et la solution à ma dépression parceque même sans réelle expérience du couple, j’ai suffisamment lu d’articles et de témoignages sur ce point pour savoir que c’est faux.. Mais je n’ai pas encore trouvé de solution pour me débarrasser de cette obsession..

        • Anashka | 29 août 2012

          Effectivement, c’est le serpent qui se mord la queue. Tu cristallise, les hommes le sentent, fuient et tu cristallises encore plus. Comment tu travailles ton réseau social ?

          Il existe des sites moins artificiels comme « OnVaSortir.com ».
          Ou encore les clubs de sport, théâtre, les forums…
          Enfin, tous ces lieux où tu peux rencontrer des groupes plutôt que couple.

  • Titia | 15 mars 2013

    Bonsoir, tes articles sont vraiment interessants et très bien écrits. Des bouquins ont dû certainement t’inspirer, peux tu me faire partager tes références ?

    • Anashka | 16 mars 2013

      Sur quel domaine séduction ? Développement personnel ? Autre ?

      • Titia | 16 mars 2013

        Sur le développement personnel :) Merci anashka

        • Anashka | 18 mars 2013

          Regarde dans l’article de Hanneman, sur l’Inner Game, page d’acceuil. Toutes ses références sont bonnes à prendre. Ce sont les bases.

          • Titia | 20 mars 2013

            Peux tu m’envoyer le lien ?? Je ne le trouve pas :s

          • Anashka | 21 mars 2013
  • gé | 9 décembre 2013

    Coucou Anashka, merci bcp pour cet article!

    Je suis précisément dans ce cas de figure. Je suis Gé qui vit en Italie et rentre bientôt en France.
    J’ai passé 3 mois super avec des phases parfois « difficiles » (le sicilien) pdt lesquelles tu te rends compte que c’est important d’avoir des amis avec qui partager intimement les événements de ta vie et avec qui bouger pour te changer les idées. Bon, se faire des petits voyages seule aux alentours aident bien aussi.

    Tout ça pour dire, qu’arrivée à la fin de mon séjour, une question reste:
    « où cela me mène-t-til? Quel est le sens de tout ces projets de voyage que j’ai en tête pour 2014 et que je veux et ose enfin réaliser?! ». En effet, trois mois de vie à l’étranger, c’est bien trop court pour « construire ». J’ai connu des gens sympas certes mais avec qui la relation reste légère, pas encore assez approfondie parce qu’il faut du temps justement et là je ne suis que de passage, c’est comme si ma « vraie » vie n’était pas là! C’est très étrange.

    Je te situe le contexte qd même (car non, je ne suis pas une Erasmus et non je ne travaille pas non plus ici… :) : Je suis venue pour qqs mois car je voulais mieux connaître la langue italienne qui me plaît énormément et parce que j’ai toujours voulu vivre à l’étranger quelques mois, voire un an ou deux sans jamais oser me lancer (js fait Erasmus, ce programme trop génial).
    J’ai un métier qui ne peut pas s’exercer à l’étranger et quand j’ai senti que j’allais commencer à m’y poser dans ce boulot, je me suis aussi sentie prête à partir (avant justement d’être trop pépére pour lâcher la vie construite en France).

    Bref, pour moi, c’est plutôt un interlude pour vivre ce rêve-là, découvrir un peu autre chose et aussi apprendre à me connaître.
    Mais oui, effectivement, comme tu le dis si bien, l’objectif/ le rêve à long terme est celui qui donne du sens à la vie et qui permet après d’envisager plus sereinement les autres rêves et même de les mettre en œuvre.
    J’en prends vraiment conscience maintenant car mes projets de vie à l’étranger sont des rêves de moyen terme (surtout du fait que je ne peux pas trouver « mon » métier à l’étranger–> très contradictoire d’avoir choisi un métier ancré à la langue française, alors que je rêve de voyager et de partir depuis mes 15 ans! Mais en même temps, j’ai bifurqué dans les études).

    Du coup, c’est comme si ma vie était en suspens pdt cette période. ça permet aussi de laisser venir les choses mais ça a aussi un côté un peu frustrant, un goût d’inachevé (très différent de quand tu sympathises avec d’autres voyageurs lors de tes vacances, tu sais que ça restera superficiel mais tu profites juste du moment, de l’échange) par rapport à ce qui aurait peut-être pu se construire plus profondément (amitiés, activités, lien avec la ville). Sans doute, mes attentes étaient trop élevées; je comprends que 3 mois, c’est vraiment trop court pour moi!

    Voilou! Merci pour avoir mis des mots précisément sur mes interrogations du moment.

    Ciao e un cucchino!:)

    • Anashka | 10 décembre 2013

      Va venir le choix entre reconversion pro (et changement de mode de vie) ou garder les voyages pour les vacs. Après, une année sabbatique, c’est possible ?

      • gé | 10 décembre 2013

        Je m’ouvre déjà une porte en faisant une formation pour être prof de FLE (plus pratique à l’étranger) mais je ne suis pas sûre d’être faite pour ce boulot. Je vais qd même aller au bout de la formation. Au final, je pense que les voyages resteront pour les vacances et que ma vie sera probablement en France.

        Je suis déjà en année « sabbatique »…Ces trois mois ne sont que le prélude à 2014 qui devrait être encore plus dans la « bougeotte ». Déjà, je voudrais revenir en Italie pour le printemps. Et après l’été, d’autres idées, rien de sûr…Je verrai.

        Autre sujet: j’ai revu le sicilien :) Pas de papillons, pas de projections, c’était bcp plus cool com ça. J’étais plus détendue (je pars dans 10 jours, je n’attends plus une « relation » avec lui). J’ai qd même fini par lui remontrer mon intérêt (kino) alors il s’est lancé pour m’embrasser. Comme on l’avait déjà fait, c’était plus simple. Et comme je sais que je ne le reverrai pas, je me suis fait plaisir. Autrement, dans la perspective d’une possible relation, je ne lui aurais pas donner ce plaisir cette fois (mais peut-être qu’il pensera tout de même qu’il peut avoir ce qu’il veut de moi à chaque fois, but who cares now?!); j’ai compris que « homme qui obtient ce qu’il veut trop tôt (genre avant l’attachement) ne cherche plus à te séduire, ne s’intéresse plus à toi »…
        Voilà pour la fin de l’histoire!

        • Anashka | 10 décembre 2013

          « homme qui obtient ce qu’il veut trop tôt (genre avant l’attachement) ne cherche plus à te séduire, ne s’intéresse plus à toi »…

          Non. C’est faux ! C’est une forme de relation à l’autre basée sur la « possession ». Il y a en d’autres, comme le partage simple d’un bon moment sans attendre la possession de quoi que ce soit de l’autre.

          • gé | 11 décembre 2013

            Oui, peut-être, le partage simple d’un bon moment, mais il n’en reste pas moins que je ne peux pas m’empêcher de penser que si je cherche autre chose qu’un bon moment avec le gars, genre à instaurer une relation, je ne coucherai plus si vite avec lui même si j’en ai envie.

            Je veux dire que avant de sauter le pas, j’attendrai de le connaître un peu mieux, de savoir s’il me plaît vraiment (sans me faire de films, sans lui attribuer des qualités qu’il n’a peut-être pas, sans chercher à savoir des choses sur lui par l’intermédiaire d’internet plutôt qu’en passant du temps et en discutant avec lui…), savoir si on a vraiment des affinités et lui permettre de découvrir autre chose chez moi que simplement la fille qu’il veut mettre dans son lit.

            Peut-être qu’avec certains, cela ne changera rien, car les attentes sur ce qui se déroule seront de toute façon différentes des miennes mais au moins, cela laisse une porte ouverte à une possible relation.
            Alors que j’ai l’impression que si tu vas trop »vite » avant que le gars ait eu la possibilité de te connaître mieux (et dans ce cas, tu restes effectivement dans son optique plus un « objet de désir », avec avant tout une grosse attirance physique et juste un brin de « mental »), tu grilles pas mal tes chances de vivre autre chose avec lui par la suite (ou pas, si lui, de toute façon, ne voulait qu’un bon moment court et sympa).

            C’est en ce sens là que je parle d’ « obtenir » pour l’homme, mais pour moi, il est évident que c’est réciproque: on a tous les deux envie de ce moment charnel et on choisit de le vivre ensemble sans qu’il y ait une idée de posséder l’autre.

            Mon propos était plutôt dans l’idée que désormais, si je rencontre un mec qui me plaît (rarement), je devrais ajuster mon comportement en fonction de mes attentes (coup d’un soir ou envie d’une petite relation) et donc ne pas forcément écouter mon pur désir qui me pousse à aller très vite au FC, sans même avoir pris le temps de me poser la question de ce que je veux derrière.
            Ceci étant dit, j’ai très peu d’expériences, donc tout cela, je le découvre peu à peu et je ne suis pas sûre que ce soit si simple à mettre en oeuvre.

          • Anashka | 12 décembre 2013

            Pour moi, c’est un peu tenir l’autre part la queue : je sais que tu t’attaches si je ne couche pas avec toi, alors pour avoir la récompense « sexe », il faut que tu me prouves ton sérieux..

            D’un point de vu éthique, ce n’est pas mon positionnement. D’un point de vu purement stratégique, ça a un biais énorme : le gars pense s’attacher alors que ce n’est qu’un désir qui grandi, il fait beaucoup de promesses auxquelles il croit et qui peuvent se retrouver remise en question après le sexe.

            L’envie de construire / de couple peut mettre du temps, qu’il y ait du cul ou non. Comme elle peut être très rapide, qu’il y est du cul ou non. La seule différence, c’est qu’il n’y a une pression au sexe faite à l’autre.

  • gé | 13 décembre 2013

    Oui, c’est tout à fait ce que je disais (je comprends l’idée d’une forme de « manipulation »), mais pour moi, ça rejoint aussi l’idée des filles qui décident d’attendre le fameux 3° RDV pour s’autoriser à avoir une relation sexuelle pensant que le mec sera justement plus attaché « sentimentalement » (au-delà d’un simple principe « moral »).

    Si je comprends bien ta dernière remarque, si le mec ne veut de toute façon pas construire qqch, attendre de le rencontrer plus souvent avant de coucher avec lui ne changera rien. Si son envie est purement physique, son attachement sera biaisé, faux en quelque sorte?!

    Mais alors, comment transformer ce désir seulement physique en envie de mieux te connaître et de voir au-delà, de faire en sorte que son objectif à lui ne soit plus seulement la ONS? C’est là qu’intervient la séduction je suppose?

    Mais, en gros, pour toi, coucher au premier RDV n’est pas un frein à un éventuel développement de la relation pour peu que le mec ait cette envie. Si ce n’est pas le cas, le faire attendre ne changera rien, son désir n’étant pas d’être dans une relation? Mais est-ce que ce désir là ne peut pas se développer chez lui si vous faites des choses ensemble permettant justement de partager des moments sympas et agréables qui donneraient peut-être envie de voir plus loin que la relation juste physique?

    Ohlàlà, bcp de questions. Désolée, mais tout n’est pas clair dans ma tête.

    • Anashka | 13 décembre 2013

      Mais alors, comment transformer ce désir seulement physique en envie de mieux te connaître et de voir au-delà, de faire en sorte que son objectif à lui ne soit plus seulement la ONS? C’est là qu’intervient la séduction je suppose?

      Non plus.

      La séduction, c’est entrer en lien avec l’autre. Créer une connection, mais ça ne dit rien de la relation qui viendra. Pour ça, à mon sens, le temps et ne pas se poser de question en amont. Se dire « là, je vis un bon moment, je profite, je suis moi ». Sans en parler avec son coeur. Au moins les premières semaines / mois, selon.

      Mais, en gros, pour toi, coucher au premier RDV n’est pas un frein à un éventuel développement de la relation pour peu que le mec ait cette envie
      Il y a des coups de coeur. Toutes mes relations longues ont commencés en un soir.

      Mais est-ce que ce désir là ne peut pas se développer chez lui si vous faites des choses ensemble permettant justement de partager des moments sympas et agréables qui donneraient peut-être envie de voir plus loin que la relation juste physique?

      Si vous partagez un contexte hors séduction, oui. Genre vous faites du sport / travail / chant / bénévolat ensemble. Mais, se rencontrer et multiplier les RDV en tête à tête, ça ne change pas grand chose. Soit ça colle, soit ça ne colle pas.

      Il n’y a pas de réponses magiques pour « créer de l’amour », les coach ne sont pas Cupidons. Et, heureusement. :)

  • gé | 15 décembre 2013

    Merci merci encore pour tes réponses.
    C’est plus clair et je me rends surtout compte combien ce sera difficile de séduire (ou d’essayer) et de poursuivre un lien avec légèreté sans me faire des films. On en revient au fait que je doives vraiment séparer séduction/connaissance de l’autre à un moment donné et fantasmes amoureux disney/hollywood (avec pression de THE bonne rencontre/ »The one »!) complétement intégrés en moi (dont j’ai conscience mais difficile de s’en détacher!).

    Bref, la suite en France où je dois me mettre à laisser une chance aux rencontres(autres qu’amicales).

    A dopo!

    • Anashka | 16 décembre 2013

      Regarde dans le BEST OF, les articles que « l’amour késaco », y’a pas mal de pistes. Trie ce qui te parle du reste. Mais, une bonne base de réflexion sur le sujet aide à la prise de distance :)

  • Francesca | 1 février 2014

    Trouver une formation qui me plaise, est mon premier objectif. Ecrire un roman en entier, le deuxième.
    Le souci: je n’ai absolument aucune idée pour le premier :(

    • Anashka | 3 février 2014

      Pour le second, je t’échange une relecture contre une autre (je travaille sur un roman et une pièce de théâtre en ce moment)

      • Francesca | 3 février 2014

        Pourquoi pas ? J’ai du temps en ce moment. Tu m’envoies ça via FB ? Bon par contre, en ce moment, j’écris peu, je compte m’y remettre sérieusement d’ici quelques temps…

        • Anashka | 4 février 2014

          Normalement, je finis la rédaction (et première inscription Sacem le mois prohain). Pour le moment, c’est encore en friche ^^

          • Francesca | 4 février 2014

            Si jamais tu as besoin d’une relecture, voir de plusieurs, tu sais ou me trouver ^^.

          • Anashka | 5 février 2014

            Tout pareil. Et, j’en aurais besoin. Normalement, ma pièce sera achevée en fin mars, sur la première écriture (sans le gros travail de relecture). Mais, je ne suis pas encore une pro de l’organisation d’écriture.

            Je viens de voir que tu as quitté le fofo. Est-ce valable pour les rencontres aussi ?
            En tout cas, contente que tu restes un peu présente sur les commentaires (ouaip, c’est égoiste).

            Pour l’ambiance du forum, je sais que nous sommes dans une deuxième vague en terme de fréquentation. Et, j’ai plus de mal à la stimuler. Si tu as une idée, en passant sur ce commentaire, n’hésite pas.

            Dans tous les cas, prends soin de toi. :)

  • Francesca | 5 février 2014

    Pour le moment, je mets aussi de côté les rencontres. Je ne suis pas dans le bon état d’esprit.
    De toute manière, tant que je me serais pas posée quelque part plus de trois mois, que je ne me serais pas décidée pour une réorientation, ou un choix de carrière (j’envisage peut-être d’arrêter les études, de me trouver un travail vu que je sature avec les examens, les mémoires, les révisions, quitte à reprendre un peu plus tard) ça risque d’être compliqué car tout simplement pas disponible mentalement.
    De plus, étant donné que je fais un blocage au niveau physique, je ne peux pas me jeter sur le premier venu aussi beau gosse soit-il.

    Et puis, vu que je suis de retour chez mes parents, je ne sors presque pas alors ce n’est pas comme ça que je rencontrerais des hommes :) Mais ce n’est pas une priorité. Chaque chose en son temps.

    Quant au forum, je ne vois pas trop ce que je pourrais te conseiller parce que ça dépend beaucoup des membres actifs. Ce qui faisait son charme c’était toutes ces personnalités différentes les unes que les autres mais attachantes, les débats, les astuces, les histoires de chacun, les moments de « déconnade ». C’était un vrai espace de convivialité. Pas que ça n’en est plus un, mais il est moins vivant. Et c’est dommage.

    P. S: je me suis remise à écrire ce matin en fait :)

    • Anashka | 6 février 2014

      C’est vrai que ça fait pas mal de choses qui semblent au point mort. Heureusement, il y a l’écriture et ta bonne capacité à gerer les situations.

      Pour le forum, c’est la première fois que j’en gère. Je pense que ça se joue par vague. Je verrais des anciennes repasser. D’autre devenir ancienne, etc..
      Pour le rendre plus vivant, faudrait que je me pose sur une VRAIE animation de forum, pas simplement une présence/modération. Mais, j’avoie qu’en terme temps/idées, je suis un peu en panne.

      • Francesca | 6 février 2014

        Du point de vue sentimental, ça ne me gêne pas que ça soit au point mort. Ca fait six ans que je suis célibataire, j’ai connu une seule relation qui a duré 2 mois, après rien pendant 4 ans, puis pendant 2 ans des rencards, des flirts, un peu plus que des flirts, des situations foireuses (se faire harcelée par quelqu’un, le coloc de la copine qui m’a invité à sa fête qui croyait que je lui ai fait des avances durant la soirée et qui s’invite dans mon lit entre autres) et c’est tout. Je me suis habituée.
        Je crois même que si un jour je venais à rencontrer quelqu’un et que se l’on mettait en couple ça me paraîtrait vraiment bizarre vu que je suis assez indépendante, assez froide. J’aurais du mal à concilier les deux je crois, ma vie et les moments ou l’on se verrait, à me montrer disponible, câline, attentionnée etc. Ca ne m’est pas naturel du tout.

        Et puis avec mon blocage, ça ne facilite pas mes relations avec les hommes. J’en viens à fuir les moments d’intimité. Le seul conseil que m’ont donné des gynécos, parce que l’examen gynécologique est également impossible, c’est: « Il faut se détendre ». Je ne suis jamais détendue. Génial, ça m’aide vachement. C’est comme si tu disais à quelqu’un qui a peur de l’eau: « Il faut se jeter dans la piscine ».

        Mais c’est surtout au niveau des études/professionnel que je ça m’embête vraiment que ça soit au point mort. Les autres autour de moi avancent, aiment ce qu’ils font, moi je stagne, je n’aime pas ce que je fais. Mes parents veulent que je me réinscrivent là ou j’ai fait ma licence mais ça me soûle d’avance. Je n’ai plus envie de rester dans cette branche.

        • Anashka | 6 février 2014

          Perso, je ne peux pas t’aider. Je viens d’arrêter mes études, simplement par ras-le-bol, parce que ça ne me correspondait plus. Je ne sais pas encore ce que je veux faire en terme d’emploi. Même si j’ai 10 000 projets (de la peinture, de l’écriture, SUH, un voyage à Prague…). Donc, sur la question estudiantine, je risque d’être de très mauvais conseil.

          Je pense qu’il y a deux choses importantes :
          – pouvoir subvenir à ses besoins
          – avoir des projets qui nous tiennent à coeur (et avoir du temps pour eux)

          Tant mieux si les deux sont liés, sinon tant pis…

          La question, c’est qu’est-ce que tu aimes ?

          • Francesca | 6 février 2014

            Il n’y a personne qui peut m’aider pour la question estudiantine à part moi sauf que je n’arrive pas à définir ce que je veux. Et le fait que mes parents s’en mêlent, y vont de leur avis, m’embrouille plus qu’autre chose. Pour une fois, j’aimerais faire les choses pour moi, tant pis si ça ne leur convient pas. J’ai 23 ans pas 15.

          • Anashka | 7 février 2014

            Ahah ! J’ai eue cette conversation (ultra-houleuse) avec ma mère ^^

            Est-ce que le plan :
            – trouver un job
            – partir un mois à l’étranger, pour faire le point sur tes envies et lâcher prise

            Pourrait être jouable ?

      • Francesca | 6 février 2014

        Tu étais davantage présente aux débuts du forum. L’animation venait également des membres actifs à ce stade. Là, j’ai l’impression qu’il y a moins de personnes réellement présentes à part une poignée. Il faut un investissement des deux côtés. Je pense que ça reviendra :)

        • Anashka | 6 février 2014

          Je suis plus présente qu’au début, mais il y a plus de sujets et je me pose la question de mon implication. Je ne suis pas « neutre ». Mon point de vu à un poid professionnel. Bref, j’ai encore du mal à me positionner.

          Reste que je partage, les membres actifs ne sont pas les mêmes. On verra bien. J’ai un peu de mal à voir concrêtement ce que je peux faire.

          • Francesca | 6 février 2014

            Je trouve que tu t’en sors pas mal du tout :)
            Certes, ton point de vue à un poids professionnel mais autant sur le site tu interviens à titre de coach, autant sur le forum, tu as plusieurs casquettes, tu interviens également à titre de membre.

          • Anashka | 7 février 2014

            Oui, mais quelque chose fonctionne pas. Et, j’arrive pas à mettre le doigt dessus :
            – je pense à la ligne édito du site qui n’est pas claire pour moi. (je l’a fait au feeling, je suis mal les actu)
            – je pense que peut-être les articles sont (encore) trop impersonnel (mais j’hésites à me lancer sur le côté plus « blogueuse »)
            – je pense à ma communication qui est desastreuse
            – je pense à l’animation forum qui n’est pas de l’animation pour le moment, mais de la modération.
            – je pense à la difficulté à remobiliser le forum sur le site (encore que, ça, ça va mieux)

            Bref, j’aimerai bien « booster » un peu SUH, je vais tester des trucs, mais je ne sais pas trop sur quoi jouer. Ce qui fait qu’aujourd’hui le site gagne très lentement en visibilité.

            Si tu as une idée, tu connais SUH depuis suffisament longtemps pour que j’ose te demander un retour.

            (Et, faudrait, que mars au plus tard, je relance les rencontres… En terme de mobilisation, de connaissance des personnes, de ++ du forum, ce serait cool)

  • Francesca | 9 février 2014

    A vrai dire, partir à l’étranger ne me permettrait pas de faire le point sur mes envies parce que me connaissant, je reléguerais ça une fois de plus au placard.

    Je ne trouve pas que les articles soient trop impersonnels. Et je crois que le côté blogueuse ferait peut-être perdre un peu en crédibilité à part si c’est vraiment bien fait.

    Qu’est-ce que tu pourrais faire pour améliorer la communication ?

    Vu qu’il y a déjà pas mal de débats, quelques S.O.S, tu pourrais peut-être, comme tu l’avais fait un temps, proposer de nouveaux des exercices à faire sut le thème de la séduction. Après, l’animation du forum ne dépend pas que de toi hein. Cela dépend aussi des membres actifs, de leurs préoccupations, centres d’intérêt.
    A vrai dire, une des raisons pour lesquelles j’ai quitté le forum c’est parce que je ne me sentais pas/plus proche des préoccupations des membres actifs en ce moment. J’ai envie de draguer de séduire, de me retrouver des copines de drague comme c’était le cas en Allemagne. Là, parmi les membres actives beaucoup sont casées, mamans donc le rapport n’est plus du tout le même je trouve.

    Après lancer des rencontres, c’est une bonne idée :) Si jamais tu en fais une sur Lyon, préviens-moi. Ca me ferait plaisir de te revoir :)

    • Anashka | 10 février 2014

      En même temps, ça fait un moment que je n’ai pas fait d’articles drague / célibataire… Je pense que ça joue. Je m’y remet dès ce mois-ci.
      Disons que l’aspect « blogueuse », c’est un truc que j’aimerai travailler. Mai peut-être que le support ne s’y prête pas, effectivement.

      • Francesca | 10 février 2014

        Tu peux toujours te lancer et voir ce que ça donne pour l’aspect « blogueuse ».
        Hâte de lire ces nouveaux articles alors :)

        • Anashka | 11 février 2014

          Je verrais bien. Faut que je me lance, que j’ose. Et, je suis une grande prudente ^^

          • Francesca | 11 février 2014

            FONCE !!!!!!
            Si ça ne fonctionne pas, tu peux toujours faire machine arrière. Mais qui ne tente rien n’a rien. Et être une grande prudente, ne te va pas trop ^^.

          • Anashka | 12 février 2014

            Tu serais surprise, mais je suis une prudente. En ski, vélo, ou tout ces trucs, j’ai un peu de technique, mais je suis une vraie mamie. Aucun risque, jamais, je ne tombe pas, mais je vais très très lentement.

            Et, je ne sais pas trop comment m’y prendre sans que ça dénote trop. Peut-être qu’il faudrait que je bosse sur un autre support que SUH (ce qui me permettrait d’aborder des sujets plus sexo et féministes). Ici, j’essaie « simplement » de faire des articles qui peuvent plaire autant :
            – à celle qui sont en demande de réflexions
            – à celle qui sont en demande de techniques
            – à celle qui veulent que l’article parlent d’elles et leur situation.

            Avec l’aspect blogueuse pure, j’ai peur qu’en terme de rigueur, ça pèche un peu.

          • Francesca | 12 février 2014

            Oui ça pourrait poser problème un terme de rigueur c’est pour ça que je te disais que ça risquerait de perdre un peu en crédibilité. Alors faire ça sur un autre support est une bonne idée et là, tu pourrais développer autant que tu le souhaites les sujets qui te tiennent à cœur sans que l’on te reproche de trop les privilégier aussi au détriment d’autres thématiques liées à la séduction.

            Je t’avoue que je ne t’imaginais pas du tout trop prudente. Ca contraste pas mal avec ta personnalité haute en couleur :)

  • Céline | 4 mai 2014

    Quelle mine d’or ce site ! Et quel réconfort ! J’ai 25 ans et ça fait autant de temps que je subis ma vie à cause de ma timidité. Ajouté à cela, un travail qui de me plait pas et qui joue sur ma santé, des soucis familiaux et une relation amoureuse qui dure depuis pas mal d’années, mais qui n’est malheureusement pas réciproque: il est très amoureux, mais de mon côté ce n’est plus le cas.
    A 25 ans je décide enfin (ou plutôt, je trouve enfin le courage) de prendre ma vie en main et de vivre la vie de mes rêve !
    Je ne suis qu’au tout début de ma démarche. J’ai déjà trouvé beaucoup de supports sur ce site pour y parvenir.
    Un énorme MERCI pour tes articles Anashka. Ils sont d’une aide précieuse.
    J’ai pas mal de conseils à te demander. Où puis-je te poser mes questions ?

    • Anashka | 4 mai 2014

      Ici :) (Ou sur le forum, on a mis en place des sortes de journaux de bords, ça permet de voir son avancée en étant aidé par la communauté, sur le site, c’est surtout moi qui répond ^^)

Commenter